Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Les cinq étapes du deuil des nuits    |     Suiv. Le portage pour les nuls » »

Le congé parental

Par  • Le 17 novembre 2010 à 13:24 • Catégorie : Education, Eduquer

sound-of-music_l1231807675 Prête à tout pour la basse-cour, j’ai testé pour vous… le congé parental !

D’abord le congé parental d’éducation, c’est quoi ? Il s’agit d’une disposition du droit du travail français, qui permet au parent qui le souhaite de prendre un congé total ou partiel jusqu’aux trois ans de l’enfant. Il suffit que le parent ait plus d’un an d’ancienneté à la naissance de l’enfant pour que le congé ne puisse être refusé par l’employeur, qui devra simplement en être averti par lettre recommandée un mois avant qu’il ne commence (le congé, pas l’employeur). Tous les détails sont sur le site du ministère ad hoc (je ne mets pas son nom complet, ça change à chaque remaniement). Ce congé parental peut ouvrir le droit à une allocation de la Caisse d’allocations familiales appelée complément de libre choix d’activité, sous certaines conditions (tout est expliqué sur le site de la CAF). Selon le revenu du parent qui prend cette option, cela peut avoir plus ou moins de conséquences sur le budget familial. Quoi qu’il en soit cela mérite d’être étudié soigneusement avant de prendre la décision.

Pour ma part, je ne suis pas vraiment desperate housewife dans l’âme, mais plusieurs éléments m’ont poussée à allonger mon congé maternité (dix semaines en post-natal) de six mois de congé parental. D’une part je trouve le congé post-natal vraiment trop court, tant pour moi que pour bébé, d’autant plus avec un projet d’allaitement (même si allaitement et travail ne sont nullement incompatibles, c’est tout de même plus simple à la source, surtout avec un tout petit). D’autre part, il se trouve que nous avons déménagé deux semaines après la naissance de Pouss2 (ce que je ne recommande à PERSONNE), la destination de notre déménagement n’ayant été connue que peu de temps avant. Donc avec un Pouss2 né en janvier et un Pouss1 qui devait commencer l’école en septembre, il m’a semblé plus simple d’éviter de chercher en panique un mode de garde pour deux enfants, qui en outre n’aurait duré que quelques mois pour l’un, et d’avoir un peu de temps pour accompagner la première rentrée de Pouss1.

Le hic c’est qu’avec un Coq qui cumulait un travail prenant (et à près d’une heure de chez nous) avec la prise en charge du déménagement et des travaux qui s’ensuivaient, je me suis retrouvée à m’occuper quasi-seule de mes deux poussins. Comme vous vous en doutez sûrement, ça n’a pas été facile tous les jours. Forte de cette expérience, voici quelques conseils à considérer si l’aventure vous tente (notez que ça peut aussi servir en congé maternité) :

  • Se faire aider. Autant que possible. S’occuper entièrement seul d’un (et a fortiori plusieurs) enfant(s) n’est pas un fonctionnement habituel pour l’être humain. Je ne suis pas spécialiste, mais il me semble qu’aucune société ne fonctionne de cette façon. Bien sûr c’est en général la mère qui s’occupe principalement de ses enfants, mais elle trouve toujours quelqu’un à qui les refiler de temps à autre (les « allomères » dont parle Sarah Blaffer Hrdy). Pour le cas qui nous intéresse, ce n’est pas parce que vous avez pris un CPE que vous devez vous occuper des enfants 24h/24 7j/7. Bien sûr il y a l’autre parent, et quand c’est possible la famille élargie, ainsi que les amis, voisins, etc. Il existe aussi des modes d’accueil collectifs pour ce type de situation : les haltes-garderies, qui ne prennent généralement les enfants que pour quelques demi-journées par semaine. J’ai d’ailleurs eu une place pour Pouss1, qui a plus servi à l’ouvrir sur d’autres horizons qu’à me libérer du temps puisqu’au final j’avais au mieux 2h30 avant de retourner le chercher (et -léger détail- Pouss2 sur les bras). Certaines crèches proposent aussi des créneaux à temps partiel pour boucher les trous. Bien entendu, l’aide ne s’arrête pas à la garde d’enfant. Congé parental d’éducation ne veut pas dire qu’en prime vous devez vous farcir toute la popote, le ménage, les courses etc. Nous sommes des fidèles d’Auchandirect et avons eu la chance de pouvoir garder notre femme de ménage pendant le congé. Honnêtement je pense que si j’avais du faire le ménage en prime l’issue aurait été soit un placement des enfants suite à une visite de notre domicile par les services sociaux soit mon internement en psychiatrie. Par contre je trouve que ce n’est vraiment pas évident de caser deux enfants, à tel point que je n’ai même pas pu profiter du congé pour faire ma rééducation périnéale (et je ne vous parle même pas d’activités un peu plus présentables dans les dîners mondains).
  • Voir du monde. L’idéal est d’avoir quelques amies (désolée pour les quelques hommes concernés…) dans la même situation et proches géographiquement, mais ça n’est pas toujours évident. A défaut, il y a de plus en plus d’initiatives pour les futurs et jeunes parents qui permettent de sortir un peu et de rencontrer du monde : réunions d’associations sur l’allaitement (voir ici l’article de Ségolène sur le sujet), ateliers de portage ou de massage de bébé, baby gym, maisons vertes, etc. Pour savoir ce qui se passe près de chez vous, vous pouvez par exemple contacter la PMI (qui ne sert pas qu’à culpabiliser les mères allaitantes). Ainsi on peut échanger sur les difficultés et découvrir qu’on n’est pas les seuls chez qui ça ne se passe pas comme chez Laurence Pernoud. Les bébés (même très jeunes) aiment bien aussi qu’il y ait un peu de mouvement et trouvent généralement nos activités (lire, être sur l’ordinateur, téléphoner…) ennuyeuses. Et puis vous allez découvrir les bébés des autres, qui d’une part sont tous moches par rapport au vôtre, et d’autre part font généralement un truc qui vous semble franchement insupportable et que le vôtre ne fait pas, ce qui vous le rendra d’autant plus aimable. Pour ma part, j’ai trouvé que le gros hic de beaucoup de ces activités est qu’elles se déroulent en début d’après-midi : LE moment de la (longue) sieste de Pouss1. Et bien sûr ce n’est pas parce que vous êtes en congé que la vie doit tourner autour des couches. Pourquoi pas voir une expo ? Faire une balade ? Du shopping ? Il peut aussi y avoir des concerts « adaptés », pas trop bruyants (évitez le pogo sur Rage against the machine), où on peut facilement aller et venir, par exemple un groupe de jazz dans un bar (maintenant qu’ils sont tous non fumeurs -les bars, pas les groupes de jazz)), ou un événement en plein air, où d’éventuels cris de bébé passeront plus facilement inaperçus. En ce qui me concerne j’ai fait un certain nombre de répétitions musicales (je chante) avec Pouss2 sous le bras, ça s’est plutôt bien passé. Si vous avez peur de sortir avec bébé, commencez facile : pas trop loin, un endroit d’où on peut partir facilement, avec des gens bienveillants… Le portage rend les choses vraiment plus pratiques, j’ai pu faire plein de choses seule avec les deux (métro, TGV, McDo, cafés, etc). Attention, autant internet est vraiment devenu un super lieu de rencontre pour les parents, autant ça n’est pas la même chose que de voir des gens en vrai. Ne serait-ce que parce que pour le poussin, se retrouver au milieu d’autres personnes, éventuellement dans un lieu inhabituel, c’est bien plus intéressant que d’être chez lui avec sa mère vissée à son ordinateur.
  • Connaître et respecter ses limites. Les enfants n’ont pas leur pareil pour nous pousser à bout, et plus loin encore. Avec le manque de sommeil qui est généralement le lot des parents d’enfants en bas âge, c’est un cocktail explosif. Encore une fois, c’est normal de n’avoir pas envie de s’occuper tout le temps de ses enfants, même (et surtout…) si on est en congé parental. Repérez les moments où la mayonnaise monte pour essayer si possible d’éviter les situations explosives. Acceptez qu’on ne peut pas toujours être disponible pour accompagner ses enfants, idéalement en passant le relai à quelqu’un, et si personne n’est disponible en vous isolant. Personnellement je pense qu’il vaut mieux dire à un enfant qu’on craque et le laisser hurler seul que de péter une durite devant lui (ou pire sur lui). Evidemment, parfois ce n’est pas possible, parce que même si le grand ne veut pas mettre ses chaussures vous avez quand même rendez-vous chez le médecin pour le bébé dans dix minutes (ah ça sent le vécu ?). J’ai testé pour vous, et je peux vous dire que de surenchérir dans les cris et l’énervement ne fonctionne pas, sans compter que c’est complètement contre-productif à moyen terme, l’enfant fonctionnant surtout par imitation. C’est plus efficace de rester calme et déterminé, même si c’est beaucoup plus difficile. On peut sortir momentanément évacuer sa rage en criant un bon coup et/ou en tapant sur un objet inanimé (avez-vous donc une âme ?), ou encore se promettre une « récompense » pour plus tard (un carré une tablette de chocolat, un bon bouquin/une bonne série, un coup de fil, un achat plaisir… enfin ce qui vous motive !). Dans une journée, essayez de ménager quelques plages pour vous (à commencer par une douche, et non bébé ne deviendra pas psychopathe parce qu’il a pleuré tout seul le temps que vous vous rinciez les cheveux).
  • Préparer l’après. Même si vous voulez vous consacrer à vos enfants, y compris après leurs trois ans, il y a bien un moment où vous aurez envie de faire autre chose. Personnellement ça ne me semble pas très sain de construire toute sa vie autour de ses enfants (ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas s’y consacrer à 100% sur certaines périodes bien sûr). Si vous reprenez votre poste à l’issue du congé, « facile ». Il « suffit » de chercher un mode de garde dès que vous avez votre date de reprise et de vous tenir un peu au courant de ce qui se passe avant celle-ci. Si vous êtes dans un secteur où les choses bougent très vite, ça peut être utile de se remettre un peu dans le bain avant, par quelques lectures, ou en allant à un colloque par exemple. Si vous souhaitez vous réorienter, voir point 1 : il va être essentiel de trouver quelqu’un pour garder un peu votre poussin pendant vos diverses démarches pour mûrir votre projet (si vous n’en avez qu’un -de poussin, pas de projet- et qu’il fait de grandes siestes ça aide). Cette coupure peut vraiment être un bon moment pour réfléchir à autre chose. Enfin une autre option peut être de s’engager dans le secteur associatif, si vous n’avez pas de projet professionnel à court/moyen terme, afin de changer un peu d’air.

Pour ma part, le bilan est plutôt positif ; de toute façon je ne voyais pas vraiment de meilleure alternative, ce qui aide grandement à faire accepter la situation par tout le monde. D’ailleurs, lorsqu’est venu le moment de reprendre, je dois dire que j’étais un peu en overdose des poussins. J’étais donc parfaitement unifiée dans ma décision de les confier, l’un à l’école et l’autre à la crèche, ce qui a été un atout certain pour que les poussins s’adaptent à la nouvelle donne. Au niveau professionnel, n’en déplaise à Elisabeth, je n’ai pas l’impression de m’être trop tiré une balle dans le pied, ayant retrouvé à peu près ce que j’avais laissé, et l’interruption (un peu moins d’un an au total avec le congé maternité) ne se verra même pas sur mon CV puisque je n’ai pas quitté mon poste. A dire vrai, étant passée assez rapidement d’un extrême (m’occuper à plus de 95 % des enfants) à l’autre (travailler à temps complet à une heure de mon domicile), je crois que l’idéal serait sans doute une solution intermédiaire (qui n’est pas compatible avec mon poste actuel).

Au-delà des études, qui montrent tour à tour que les enfants qui ne sont pas gardés à temps plein par leurs parents (voire leur mère pour les plus réacs) deviennent ou pas des délinquants asociaux, je pense que c’est ça qui est vraiment important : un choix réfléchi et assumé, plutôt qu’une contrainte plaquée sur les parents.  Sans compter que dans la vraie vie tout ne se passe pas toujours comme on a envie, et certains choix auxquels nous aspirons peuvent nous être refusés par les circonstances (que ce soit de devoir travailler pour des raisons financières ou de devoir rester à la maison par absence de mode de garde -ce qui serait le cas d’environ un quart des congés parentaux, d’après le rapport Tabarot). Un enfant s’épanouira plus difficilement s’il passe ses journées avec une mère dépressive, qui ressent la situation comme un enfermement imposé. Et inversement, il aura plus de difficultés à s’adapter à la séparation si elle est très mal vécue par un de ses parents. Dans une société où les parents sont relativement isolés, le développement de modes de garde de qualité et répondant à la diversité des situations (temps partiel, accueil ponctuel…) est en tout cas une vraie nécessité. Enfin je sais que ce n’est pas le style de la basse-cour, mais par pitié finissons-en avec les « mommy wars » : la vie avec des enfants en bas âge est difficile et fatigante, qu’on travaille ou pas. Chaque situation a des avantages et des inconvénients, et surtout chaque famille a des contraintes et des envies différentes. La parentalité n’est pas un concours.

Photo : une scène prise sur le vif pendant mon congé, au pied de la montagne Sainte-Geneviève

Tagged as: , , , , ,


« « Préc. Les cinq étapes du deuil des nuits    |     Suiv. Le portage pour les nuls » »

163 Commentaires »

  1. Merci la poule pour cet article qui tombe à point nommé pour moi. Même configuration familiale que toi avec un 1 an de décalage: je dois accoucher en janvier et mon aînée entrera à l’école en septembre 2011. La décision de prendre un congé parental jusqu’à la rentrée 2011 a été motivée chez moi/nous par plusieurs facteurs:
    – je n’envisage pas de laisser mon enfant à l’âge de 10 semaines en garde, ça me semble bien trop petit et j’ai envie de passer plus de temps auprès de mes enfants pendant ces premières années de vie
    – il sera plus facile de trouver un mode de garde pour septembre (une place en crèche dans l’idéal)
    – je suis totalement démotivée par mon boulot et souhaite prendre du recul par rapport à mon avenir professionnel

    Cependant ma décision restait un peu suspendue au fait que mon aînée, actuellement en crèche, allait perdre sa place et devoir rester à la maison avec moi et le bébé. Je trouvais ça vraiment dommage pour elle, qui s’épanouit vraiment dans ce lieu de vie, qu’elle ne puisse pas finir le cycle avec groupe avant l’entrée en maternelle. Et pour moi également, je ne me sentais pas forcément capable d’assumer autant de temps à la maison avec les 2 enfants (ce point là me fait passer pour une mère indigne auprès d’un certain nombre de personnes de mon entourage :mrgreen: ). Bref j’ai de la chance car la crèche accepte que ma fille finisse l’année scolaire avec eux et cela a entériné ma décision.

    Je pense que chacun dans la famille y trouvera son compte. Pour le reste, je ne vais pas paraphraser ton article, qui est très juste. L’important en effet est que la décision soit « réfléchie et assumée » par le couple. Mon mari a bien conscience que, si c’est un peu un « luxe » que nous « m’offrons », ce ne sera pas non plus facile tous les jours.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Bobine, envoie-moi ceux qui te trouvent « mère indigne », je les prends en stage avec les poussins et on en reparle :mrgreen:
    Et c’est un luxe aussi pour ton mari : pas de stress matin et soir pour déposer et aller chercher les enfants, pas d’appel en milieu de journée parce qu’un gosse est malade, pas de solution à devoir trouver à la dernière minute parce que la crèche est en grève… (ça sent le vécu ? :lol: )

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Bobine, la démotivation dans le boulot a aussi compté pour moi pour prendre un temps partiel pour mon petit premier (être à 50% pour un premier, je sais, ça fait glandeuse…!). Et en fait je suis super contente ! Je me demande si j’aurais demandé un temps partiel si j’avais eu un job super intéressant. Et dans ce cas, j’arrive pas à m’imaginer à temps plein, à courir après le temps, avec mioche, courses, repas, bain…. comme le font beaucoup de femmes.
    Je continue mon 50% même depuis la fin du CPE. Je pourrais faire un petit 80%, mais vu que je prévois un BB2, je veux pas faire tourner mon boss en girouette : un jour je veux du 50%, après, je veux du 80%, et puis bah après mon congé mat’, à nouveau 50%.
    Avec mon compagnon, on a du bol, on n’est pas propriétaires alors on ne se pose pas trop de questions d’un point de vu financier (heureusement, sinon on se ferait peur !). Je fais cependant des petits compléments en auto-entrepreneur, ce qui est très bon pour mon équilibre mental et pour mon compte en banque (maigrichon le compte mais qu’est ce que mon fils est beau !).

    Répondre

  2. Dans mon cas, congé parental aurait signifié perte de revenus impossible à assumer pendant le congé et perte de mon emploi (au moins à 70%) à la reprise – je travaille en indépendant, 8/10 mois sont suffisants pour être enterrée vivante et rayer mon nom de la liste des personnes corvéables à merci. Malgré cela, je trouve cette option vraiment bonne si l’on peut se la permettre sans (trop) de conséquences sur le mode de vie (revenus, aide ménagère si on en a une) et sur la reprise (CDI ou équivalent). Si j’avais personnellement opté pour le CPE, j’aurais comme Bobine pu laisser ma fille en crèche (le rêve) avec des horaires souples, voire à mi-temps. J’ai finalement dû reprendre le boulot, au moins au minimum les trois premiers mois (juin, juillet, août de cette année) avec BB2 sur les bras (vivent l’allaitement et le portage) et mettre le turbo à la rentrée, une fois mon fils entré en crèche. Heureusement, pour moi, reprise ne signifie pas 10 heures d’absence par jour, je peux moduler à l’envie en gardant en tête que moins je travaille, moins je fais rentrer d’argent dans les caisses. Mon nouveau crédo, travailler moins pour gagner moins ;-) Après le maternage, c’est la simplicité volontaire qui prend le relais pour m’aider à mieux vivre ma perte de revenus occasionnée par l’arrivée des enfants – et le fait que je veuille m’en occuper au maximum sans tomber sous le seuil de pauvreté :roll:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, effectivement niveau professionnel nos situations sont très différentes. Je suis en CDD long dans le public et ne compte pas faire toute ma carrière au même endroit. La rémunération est fonction de grilles bien arrêtées donc pas de pénalisation. La simplicité volontaire j’y arrive pas (je sais pas si j’ai très envie en fait :oops: :lol: ).

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, héhé… Tu pars de moins loin que moi ;-)

    Répondre

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, il y a aussi le cas de figure de la mère qui gagne déjà un salaire minable et a plus intérêt à rester garder ses gosses plutôt que payer la crèche, la cantine pour les éventuels plus grands, les transports pour elle-même etc… Ce qui est mon cas. C’est l’avantage de ne pas faire carrière (ou d’avoir fait une croix sur une carrière)…

    Répondre

  3. Pour n°2 et n°3, j’ai ajouté deux mois de CPE total à la fin de mon congé mater, histoire de bien gérer les rentrées des uns et des autres, en maternelle puis en élémentaire, ces deux congés tombant pile en septembre-octobre. Et puis, faire aussi l’adaptation à la crèche des deux bébés. Après j’ai repris le boulot, mais toujours en CPE à temps partiel… C’est pas mal, mais, en dessous de 80%, ça donne un peu le sentiment d’être partout et nulle part à la fois. Mais après 9 ans de CPE total et partiel (entrecoupé de deux congés mater), le bilan professionnel fut quasi nul… Hum… Du coup, maintenant que je n’ai plus de bébé, je me retrouve à la maison pour tenter de tout gérer, parce que les enfants grandissant, ça ne va pas tellement en s’arrangeant (entre les sorties d’école à 16h30, les mercredis, les vacances scolaires, le judo, le badminton, le théâtre, les réunions à l’école, les anniversaires de copains et j’en passe… ça se corse !). Bon, je bosse puisque j’ai décidé d’être assmat (la maso, encore un bébé à la maison :shock: ), mais c’est quand même plus simple en étant chez soi. Mais avec un mari qui travaille beaucoup, c’est un peu du 100% enfant pour moi…

    Bon, tout ça pour dire que je pense qu’un CPE total de 6 mois me paraît être l’idéal, avec reprise du boulot à temps complet ou 80% (mais pas moins), avec une femme de ménage et une nounou le soir pour les sorties d’école, de crèche, le bain et les repas, me semble ce qu’il y a de mieux. (C’est ce que j’ai fait avant d’avoir un 3e enfant) : on travaille à l’extérieur, on gagne suffisamment pour se faire aider, on ne plombe pas sa carrière et quand on rentre chez soi, on reste disponible pour ses enfants… Bon, mais entre discours et réalité, il y a parfois, un gouffre. Chaque situation étant différente, il ne peut y avoir de marche à suivre. Mais bon, tout ça est à réfléchir mûrement… Voilà mon conseil.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, purée je fais PILE ce que tu as dit :shock: :grin: : CPE 6 mois, reprise temps complet, femme de ménage, nounou 16h30-19h pour les bains (je fais quand même les repas -ou le Coq quand c’est son tour). Et avec les travaux dans la maison on espère avoir un jour une jeune fille au pair (ou mieux un jeune homme :mrgreen: ), parce que la nounou ça raque quand même.

    Répondre

  4. Cette Poule est vraiment géniale! Et elle tombe à pic…
    Le congés parental est au cœur de nos discussions actuellement, alors que l’Opus II n’est encore qu’un haricot (un très bel haricot si vous voulez mon avis, mais un haricot tout de même).

    Des salaires médiocres,une crèche malgré tout pas donnée, des boulots à temps complet très éloignés du domicile(en zone très très très rurale, ça veut dire deux voitures qui font chacune 80/90 km par jour, dans des directions opposées, of course) – donc des dépenses phénoménales, deux enfants qui auront au final 22 mois d’écart, une maman qui a laissé son Opus I à 10 semaines pour repartir travailler et qui a pleuré toutes les larmes de son corps pendant des semaines.

    Comme Bobine, un seul frein : l’arrêt de la crèche pour mon Opus I (presque 15 mois aujourd’hui) qui serait obligatoire ( on s’éloignerait de la crèche actuelle pour se rapprocher du travail du Barbu et on n’aurait plus vraiment les moyens de l’y mettre). Mais aussi une occasion pour moi de rebondir professionnellement, ailleurs, moins loin, pour une ambiance plus sereine pour tout le monde.
    Financièrement, ça ne sera pas évident, mais pas vraiment pire qu’avec deux enfants à la crèche et des frais de déplacement élevés. Ca va nous demander une sacrée discipline, mais comme le dit Ficelle, gagnons moins, vivons mieux.

    Je vais faire lire ce très bon article au Barbu, mais je prêche un convaincu.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Julella, bon on survit quand même avec 2 enfants (faut juste un stock de côte d’or bien garni :mrgreen: ) ! Bonnes réflexions et surtout j’espère que vous trouverez une solution qui vous va (et n’oublie pas que tu n’es pas vraiment obligée de décider là tout de suite maintenant).

    Répondre

    JulellaNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, en fait ça me motive aussi un peu d’y penser dès maintenant, notamment pour faire des économies pour la suite.

    Et le calcul est simple : 2 enfants en crèche + des trajets essence/ voiture = ma perte de revenus avec le CPE. C’est certainement dommage de réfléchir comme ça. Ca illustre aussi assez le propos d’Elisabeth B. sur le retour à la maison des femmes dans un contexte économique difficile (non, je ne relance pas le débat). Quant à la carrière, je trouve les sacrifices personnels bien lourds pour des récompenses maigres et parfois qu’espérées (mais la notion de sacrifices est bien entendue subjective).

    C’est un peu fataliste, j’en conviens. Allez, encore 7 mois pour mûrir tout ça!

    Répondre

  5. très intéressant…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @bbflo, merci

    Répondre

  6. Ah, je suis déçue, je croyais que c’était toi sur la photo ! :lol: :arrow:

    Pour MissC, j’ai pris 6 mois de CPE total, étant salariée en CDI, je n’ai pas eu de souci à mon retour au travail. (je me suis quand même tenue au courant de ce qui se passait en mon absence, histoire de garder le contact).

    Je rebondis sur la question de l’isolement. De ce point de vue, cela s’est vraiment bien passé pour moi. Il faut dire que le papa a un rythme de travail très irrégulier : il cumule deux employeurs, avec des journées très très remplies, du travail de nuit… mais aussi des journées libres en semaine et cela nous a permis de passer pas mal de temps ensemble. Et puis, j’ai noué pas mal de relations avec d’autres mamans, certaines sont devenues des amies, via des associations (portage, massage bébé…).

    A ma reprise du travail, j’ai trouvé difficile :
    – trouver l’ass mat’ (je reprenais en avril, pas la meilleure période, heureusement que le papa travaillait peu, entre ses jours libres et mes RTT et congés on a pu se débrouiller pendant deux mois)
    – l’adaptation pour MissC (elle avait 9 mois, pas l’âge idéal)
    – tenir le rythme : pas de femme de ménage pour moi, j’ai dû lâcher du lest sur certains points… il m’a bien fallu deux ou trois mois pour m’adapter moi aussi !

    Pour une éventuelle prochaine fois, mon idéal serait d’enchaîner 6 mois à 1 an de CPE total puis 1 ou 2 ans de CPE partiel (travailler à 3/4 temps). Mais le CPE partiel, c’est parfois le piège : tu te retrouves à assumer autant de boulot que quand tu étais à 100%, le salaire en moins !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, ach damned, grillée ! « Do, le do il a bon dos » :arrow:
    Même boulot avec moins de temps pour le faire et moins bien payé : c’est la principale raison pour ne pas passer à 80% (ça et les réunions etc qui tombent TOUJOURS le mercredi)

    Répondre

  7. Ahaha le CPE ça a commencé à être le piège pour moi. En fait j’ai pour l’instant une activité salariée à côté de l’activité photo et pour ce poste salarié j’ai pris un 80%. Je me suis rendue compte qu’avec la perte de salaire je me tapais plus de tâches ménagères… D’abord parce que j’ai le nez dedans et en plus parce que mon homme me fait la réflexion « oui mais moi j’suis pas à 80% ».

    Oui mais moi j’assume encore 50% des charges du foyer et toc. :P

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Hélène, dis donc il a besoin d’un petit briefing ton homme ! :mrgreen:

    Répondre

  8. Je suis enseignante donc j’ai mes congés en même temps que les scolaires. mon congé mater se terminait fin début mai donc j’ai demandé 2 mois de congé pour aller jusqu’ à fin juin, les 2 mois de vacances et hop je reprends le boulot à la rentrée. J’ai énormément galèré, menacé de procès pour que mes 2 employeurs (une collectivité territoriale et une association) arrêtent de vouloir me forcer à prendre le congé parental jusqu’à septembre et donc ne pas me payer mon salaire les deux mois d’été et vivre sur les 300 euros et des brouettes versés par la CAF. L’employeur ne peut pas vous forcer à prolonger le congé, c’est jusqu’à 6 mois mais moins, c’est vous qui décidez.
    Pour revenir au sujet, c’est vrai que 6 mois c’était l’idéal, je me sentais vraiment prête à reprendre. J’ai testé la maison Dolto de Nantes dans un moment de grande solitude avec une crêpe qui faisait la grève de la sieste: c’était vraiment très chouette, elles m’ont très finement remonté le moral et la crêpe était content(e) devoir d’autres bébés et d’autres jouets.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, euh « fin début mai » :?: :razz:
    Par contre l’alloc de la CAF c’est 500 et quelques, comment tu n’as eu que 300 ??

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, pardon pour la coquille, c’est ça de commenter en faisant la popote! il fallait lire « début mai »…
    cali a raison pour la répartition avec l’alloc de base, que je ne comptais pas dans mes calculs car elle était versée quand je touchais mon salaire en congé mater.

    Répondre

    CaliNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, en fait il me semble qu’en tout on touche 500 et quelques mais ça se décompose en 300 et quelques pour le congé et 177 pour l’alloc de base, c’est ça non ?

    Répondre

  9. @la Poule: complétement d’accord avec toi quand tu parles de solution intermédiaire : j’ai repris le boulot après 10 mois d’arrêt dont 6 à m’occuper du bébé à plein temps et en ce moment pour moi, c’est un peu dur de bosser 5 jours sur 7; dans l’idéal, j’aurai adoré un mi-temps en fait mais c’était pas possible malheureusement :cry:
    C’est un peu dur, ma fille ma manque, ça va peut être passé, j’étais hyper contente de rebosser mais le soufflé est retombé :cry: :cry:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @opale, j’espère que tu vas vite prendre le rythme ;-)

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, oui, mis à part que c’est dur par rapport à ma puce, c’est un rythme de dingue de bosser à plein temps avec un bébé encore allaité en plus ! Bon, c’est vrai que c’est mon 1er enfant mais c’est assez hard,le soir, je ne pose pas 2 secondes entre bain du bibou, linge, biberons à laver pour le lendemain, lait à tirer …et le matin, debout 6h30-7h pour tirer le lait, préparer bébé …bon, je me plains un peu là non :?: Bref, c’est du sport d’être maman et de bosser !!Je pensais pas que c’était si dur, pourtant, je suis une personne courageuse …mais sa petite bouille au réveil le matin et ses gros câlins m’aident à surmonter tout cela !

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @opale, ben tu as le droit de te plaindre… Moi ça me fait pas du tout envie le 5 jours sur 7 + les corvées :sad: Déjà qu’avec un job à la maison (qui me permet d’étendre le linge entre deux coups de fil), j’ai parfois un peu l’impression d’être wonder woman le soir (bain/bouffe/gosses…), j’imagine même pas en étant 9/10h par jour au boulot :roll:

    Répondre

  10. Autre obstacle de taille quand on est salarié : l’employeur. En théorie, il n’a pas le droit de refuser (vraiment ?). En pratique, certains employeurs privés refusent (sous forme de chantage). Et sans oublier l’Etat, qui n’en est pas à une première condamnation par l’Europe pour non-respect du droit du travail, à travers certaines de ses ramifications.
    Le sujet est d’actualité à la maison, où il est probable que la PSF aura à lutter dans les jours à venir pour faire reconnaître son droit, après qu’une de ses collègues s’est vue abusivement refuser son congé.

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @CDLPSF, c’est clair, ici mon employeur n’était pas vraiment heureux, il était question d’évolution pour l’avenir mais avec mon CPE, ce sera pour plus tard … discrimination au travail quand on veut s’occuper (un peu ) de son enfant et bien ça existe… pas toujours facile d’être maman et femme active !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @CDLPSF, ah ça l’Etat, toujours en première ligne pour le non respect du droit du travail :evil: (je travaille dans le public depuis + de 10 ans -toujours en CDD d’ailleurs)

    Répondre

  11. Moi je me pose la question (je suis enceinte de 4 mois) et j’ai très peur de le faire pour de mauvaises raisons (c’est la cata au travail).
    J’ai peur aussi de la perte financière puisqu’en CPE je gagnerai tout juste de quoi payer ma part du crédit et un ou deux trucs en plus…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Nanette, je crois que c’est une décision qui se prend en couple ! C’est un choix pour toute la famille, et il faut rediscuter le budget à deux. Il s’agit de décider comment sera gardé votre enfant, ce n’est pas juste pour te faire plaisir !

    Répondre

    cindyNo Gravatar a répondu :

    @Nanette, pareil que toi,on a tranché,j’assume ma part avec mes zéconomies,sujet clos entre nous,quoiqu’un peu vache de sa part.. :lol:

    Répondre

  12. Ici après la moitié de la grossesse alitée, reprendre le travail était une nécessité pour ma santé mentale… mais il est vrai que 6 mois de congé parental nous auraient aidés notamment pour l’allaitement!
    j’y penserai sûrement s’il y a un deuxième…
    mais j’ai repris le travail à 80% et ça ça aide bien!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Eve, le CPE ça ne convient pas à tout le monde, il ne faut pas se forcer si on n’en a pas envie (je ne le sentais pas du tout pour Pouss1 moi ;-) )

    Répondre

  13. Dans quelques mois, je vais me retrouver quasi dans la même situation que toi…
    Un déménagement, un mari avec des déplacements à l’étranger et un 3ème poussin :???:
    Le pire, c’est que je refuse toujours l’aide des autres, me disant que je ne veux pas déranger et que je peux y arriver seule.
    En tout cas, c’est sûr, je prendrai aussi 6 mois en congé parental

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @MissBrownie, si tu peux te le permettre, fonce pour le CPE, c’est important d’être présente les 1ers mois de son bébé je trouve !

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @opale, je plussoie ! surtout avec trois, un déménagement et un mari souvent absent, le congé maternité a beau être plus long pour un troisième si ton mari ne peut pas t’aider au quotidien, ça risque d’être vraiment dur de reprendre le boulot tant que n°3 est petit !

    Répondre

    MissBrownieNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, Je n’ai pas trop envie de repartir dans la course en continu dès le début … :???:

    Répondre

    MissBrownieNo Gravatar a répondu :

    @opale, Oui, je pense que je n’hésiterai pas ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @MissBrownie, tu as un congé mat + long pour le 3ème ET la possibilité de prendre 6 mois de CPE mieux rémunérés que le CPE « de base » (genre 800 et qq au lieu de 500 et qq). Et tes aînés sont scolarisés non ? ça aide aussi (oui tu as le droit de les laisser à la cantine :mrgreen: ).

    Répondre

    MissBrownieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Oui, les aînés sont scolarisés et iront à la cantine ;-)

    Pour le CPE, j’ai peur que si je prends la version mieux rémunérée, je ne puisse pas prendre un mi-temps ou un 80% jusqu’au 3 ans de l’enfant quand je reprendrai réellement le boulot…

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @MissBrownie, Effectivement, après le COLCA (allocation plus élevée à partir du 3e), on ne peut plus bénéficier du complément de libre choix d’activité ensuite. Alors à moins de modifier son contrat de travail, ce qui n’est pas recommandé si on souhaite reprendre un jour à temps complet…

    Répondre

  14. Très intéressant cet article. Je me sens chanceuse au Québec car nous bénéficions actuellement de 52 semaines de congé (parental + maternelle confondu) et en plus j’ai pris 20 semaines sans solde. Je trouve normal qu’on s’occupe de ses enfants le plus longtemps possible (quand la situation le permet évidemment). Je vous dis bon courage mesdames et au plaisir de vous relire sous peu :smile:

    Répondre

    Marie-EstelleNo Gravatar a répondu :

    @magda, je savais déjà que c’était 52 semaines au Québec, mais es-tu rémunérée pendant ce temps?? et si oui, salaire complet? partiel? alloc?….
    Moi j’ai prévu de prendre 1 an de CPE, mais peut-être qu’au bout de 6 mois je supplierai mon employeur de me reprendre à mi-temps ;-)
    enfin on verra, pour l’instant je savoure mes derniers JOURS de grossesse (DPA lundi…) en relisant toutes les archives du blog!

    Répondre

    magdaNo Gravatar a répondu :

    @Marie-Estelle, Pour la rémunération tout dépend de ton chois, soit un congé plus court mais rémunéré au début à 75% de ton salaire puis à 25%. Moi j’ai pris plus de congé mais je suis à 70% de mon salaire (pendant environ 18 semaines) puis à 50% et les 20 dernières semaines sont sans solde. Je l’ai déjà fait pour mon premier fils et je n’avait vraiment pas envie de revenir mais bon la vie oblige ;-) et ça dépend de chaque personne.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @magda, waouh, 20 semaines sans solde ça fait long quand même. Mais le congé rémunéré fait rêver !

    Répondre

    magdaNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, c’est certain que c’est un peu long avec un seul salaire mais je me suis préparée à l’avance (cette fois-ci, car avec le premier bébé j’avais 0 économies). En plus, les employeurs n’aiment pas toujours ça…

    Répondre

  15. Perso, je pensais que j’allais me la couler douce pendant mon CPE et bien que nenni, j’avais l’impression de bosser 2 fois plus qu’au boulot entre les tétées, le linge, le ménage, les courses …parfois, j’avais hâte de retourner au boulot et maintenant après reprise du taf, ça me manque tout ça !! :cry: enfin, c’est surtout le bébé qui me manque …mon petit bout …j’arrête, j’ai les larmes qui montent …

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @opale, oh dur dur. Moi j’ai un coeur de pierre, les enfants ne me manquent pas du tout quand je suis au boulot, j’y pense à peine :mrgreen:

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, moi, c’est mon 1er bébé alors c’est peut être plus dur pour le 1er, après, on accepte certainement un peu mieux ou on s’y fait !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @opale, pour moi coeur de pierre un jour, coeur de pierre toujours :mrgreen: :oops:

    Répondre

    magdaNo Gravatar a répondu :

    @opale, je comprends, moi c’était la même chose…Les premières semaines j’ai chialé dans la toilette des femmes à toutes les 15 minutes lol. Mais, courage on s’y fait !

    Répondre

  16. bonjour à toutes,je suis nouvelle sur le forum,mais pas sur le site!!
    moi j’ai pris 1congé parental de 6mois à la suite de mes congés d’été'(enseignante)qui me menera aux 11mois de ma fille.financierement mon compagnon n’etant pas d’accord,je m’assume toute seule pour ce qui est des dépenses communes(loyer,credit,bouffe..)en piochant dans mes economies(pour6mois ce n’est pas la mer à boire)ca n’etait pas un probleme pour moi d’utiliser mes economies pour cela,pour financer le moment le+important de ma vie,plutot que pour partir en vacances.mais je pense,un peu malgré moi,reprendre comme prévu apres ce congé de6mois,car si personnellement je me contente de peu,la vie de couple et de famille necessite aussi la réalisation de projets pour s’épanouir (travaux,vacances..)donc reprendre le boulot s’apparente pour moi plus à un retour à mes responsabilités.
    au niveau de l’isolement,je ne le ressens pas comme tel, je vais beaucoup à la maison des familles,rencontrer des mamans,des educatrices,bébé aussi joue et s’ouvre aux autres,quant au temps passé en tete a tete avec bébé,il est tout simplement d’une valeur inestimable.
    je recommande à toutes d’oser le faire,de se dire que l’argent est secondaire un certain temps,et la vie professionnelle,pas une fin en soi. :razz:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @cindy, bienvenue ! comme je le disais plus haut à Nanette, je trouve vraiment dommage que vous n’ayez pas pu vous mettre d’accord avec ton compagnon : pour moi ce n’est pas juste pour faire plaisir à la mère, ça concerne aussi l’enfant. Enfin tant mieux si au final tu as pu te débrouiller quand même !
    (et c’est un blog, pas un forum ;-) )

    Répondre

    cindyNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, oui la poule dommage,mais il me « paye »une partie de ce que l’on depenserait en mode de garde si elle etait gardée,c’est une petite compensation ,une centaine d’euros,certes,mais deja ca sur le principe!mais c vrai que c’est tendu comme sujet de discussion!!suis plutot fiere d’avoir fait la forte tete pour le prendre malgré tout.hormis cela,c’est un fabuleux papa,mais qui a peur du manque d’argent sans doute! :cool:

    Répondre

  17. Hello,

    comme d’hab, merci pour ce témoignage ! Moi je suis dans la phase dure de reprendre à 100% après un congé parental plutôt super (excepté la croix sur la femme de ménage…) mais je ne suis pas resté cloitrée à la maison , j’ai bcp bougé! DAns ma boîte je paie cet arret (dossier pourri, salaire qui est resté au même niveau alors que les autres ont augmenté) et malheureusement je rejoins l’interprétation de Badinter même si pour N°2, si c’est spossible financièrement,je referrais surement le même choix ! Pour moi le congé parental fut vraiment une super période que j’aurai bien prolongé un peu plus !

    A bientôt

    Steph

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Ma poussette à Paris, ton cas montre bien qu’il y a de la discrimination envers les mamans qui décident de faire « une pause » pour s’occuper des enfants !
    Il y a encore beaucoup de progrès à faire, le chemin est encore long …

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ma poussette à Paris, le CPE est une des choses pour lesquelles on est pénalisées au boulot : les absences pour les maladies et problèmes de garde, les horaires plus restreints etc. C’est clair qu’on a encore beaucoup de progrès à faire à ce niveau, et en ça je suis tout à fait d’accord avec Badinter. Mais il me semble que c’est à la société d’évoluer plutôt qu’aux femmes (et aux enfants) de se « sacrifier ».

    Répondre

    Ma poussette à ParisNo Gravatar a répondu :

    You’re right les filles ! Mais le pire c’est que même la plupart des femmes trouvent ça normale ! Comme si le congé parental était offert par la société, personne ne veut voir les économies de l’Etat réalisées grâce à ce choix ! Bcp pense qu’on s’est tourné les pouces en CPE !!! Vu l’état des choses je ne suis pas sure qu’on verra une amélioration de notre vivant lol

    Bon week-end !

    Répondre

  18. Pour ma n°1, je suis retournée au boulot en courant … J’ai alterné les gentils bénévoles (mon frère, ma belle mère et mon père) pour sa garde et vers 1 an, ,elle a eu une place en crèche. Pour n°2, au contraire, j’avais envie de m’arrêter un peu, mais elle a eu une place en crèche tout de suite (!trop dommage :roll: :mrgreen: ). J’en ai bien profité quand même, car j’ai cumulé mon conges maternité avec un mois de conges payés en août et un mois de conges sans soldes (ma direction est une vraie rat d’égout :evil: ) pour l’adaptation.
    Mais j’étais bien motivée pour ce CPE, je m’étais fait des listes d’activité (genre gym avec bébé à la MPI…).
    Elle a bien changé la montagne Ste Geneviève :lol: « Ré rayon de soleil d’or  » :lol:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @sophie, bon dommage et pas dommage pour la place en crèche alors :lol: (et contente de voir que je ne suis pas la seule fan :mrgreen: )

    Répondre

  19. Hello et merci pour cet article ! J’ai également pris un congé parental de 6 mois pour m’occuper de ma fille. Au début ce n’était pas gagné puisque mon employeur m’avait fait une proposition pour continuer de bosser pendant mon congé mat’ et de me payer sous forme de primes… Alors le congé parental…

    Sinon, concernant les occupations pendant le CPE, j’avais hyper peur de perturber ma fille en la bougeant trop et tout, et finalement c’est vrai qu’ils préfèrent être trimballés partout et tout le temps que de rester tranquillou à la maison. Enfin, la mienne en tout cas. Dommage pour moi qui suis (une grosse flemmasse) casanière ;)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Cali, à tous les coups c’est Laurence qui t’avait mis des idées pareilles en tête (qu’un bébé est super casanier) :mrgreen:

    Répondre

    EveNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, effectivement, moi aussi les premiers mois je me disais que ma miss devait pas apprécier d’être trimballée… mais en fait pas du tout! maintenant si on ne voit pas du monde une journée j’ai l’impression qu’elle s’ennuie…
    mais je crois bien que c’est un coup de Laurence!

    Répondre

  20. Le congé parental peut durer jusqu’aux 3 ans de l’enfant. Mais attention, il y a des trucs à savoir… :

    Au « café des petits » où je me rends une fois par semaine avec ma fille, j’ai discuté avec une maman qui avait commencé par prendre un congé parental de 6 mois, puis s’était dit qu’elle prendrait bien tout le reste. Hélas, on n’a le droit de renouveler son congé parental que 2 fois pour une période d’1 an maximum. Résultat, elle a dû reprendre le travail avant les 3 ans de son enfant.

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @la belle bleue, Oui, mais on peut rallonger encore une fois avec l’accord de son employeur…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @la belle bleue, effectivement c’est bon à savoir, surtout si on a un employeur pas très sympa (comme certains des commentateurs donc…)

    @suzie, c’est vrai que tu es LA spécialiste de tout ça ;-)

    Répondre

  21. je m’étais renseignée, mais financièrement, pour nous, c’était vraiment impossible… helas…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @eddie, dommage de ne pas pouvoir quand on en a envie ! mais c’est la vie ;-)

    Répondre

  22. Pour BB1 j’ai pas pu prendre ce congé pour des raisons financières mais franchement j’étais triste car je voulais allaiter à 100% pendant les 6 premiers mois de vie de ma Pimprenelle.

    J’me vengerai sur BB2 ! Na ! :razz:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Maman sur Terre, bonne vengeance alors :grin:

    Répondre

  23. Au fait, quid de la couverture santé pendant le CPE? serai-je encore couverte par la sécu??
    Je suis en CDI dans le privé. J’ai interrogé ma mutuelle: suspension du contrat de travail => suspension de la mutuelle, ils me proposent un contrat individuel hors de prix pour prendre le relais…
    Et y a-t-il d’autres subtilités administratives à connaître?

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Marie-Estelle, il me semble oui. Moi je n’ai pas utilisé la sécu de mon congé (quelle santé de fer :mrgreen: ) mais ma carte vitale marchait pour les poussins. Je n’ai pas fait gaffe pour la retraite non plus mais comme de toute façon elle va être réformée 40 fois avant que j’y arrive, à quoi bon m’affoler :roll: :lol:

    Répondre

    BobineNo Gravatar a répondu :

    @Marie-Estelle, tu restes couvertes par la Sécu, ça ne change rien. Plus de mutuelle d’entreprise par contre, mais renseigne-toi pour être rattachée à celle de ton conjoint.
    Sinon pour le reste, ça dépend des conventions collectives mais le contrat de travail est suspendu donc tout ce qui va avec également: ancienneté, cotisations retraites, etc…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Bobine, l’ancienneté compte pour moitié http://www.pratique.fr/conge-parental-education.html

    Répondre

    rysyNo Gravatar a répondu :

    A lire tous les commentaires, cela me donne bien envie à mon retour de CPE d’aller voir ma DRH pour leur proposer de faire un guide du CPE pour les salarié(e)s ET leurs managers qui mentionnerait les informations les plus couramment demandées, qui expliquerait comment préparer le départ et le retour en congé et le maintien du lien avec l’entreprise pendant le congé…
    Il y a bien deux trois trucs qui existent mais ce n’est pas regroupé au même endroit et surtout, c’est mal connu. En plus, je sais que ce type de guide existe dans certaines entreprises.
    Comme l’égalité professionnelle H/F est à la mode, je me dis que la DRH peut être intéressée par cette proposition.
    A voir :smile:

    Répondre

    Marie-EstelleNo Gravatar a répondu :

    @Bobine, ben justement, la mutuelle de mon conjoint ne me prend en charge que si je n’ai pas la sécu… (parce que nous ne sommes ni mariés ni pacsés…)
    Faut voir si ça vaut le coup de prendre le risque d’avoir la sécu mais pas de mutuelle?… le bébé sera couvert par son père sans problème, moi je suis comme la Poule, santé de fer, mais on n’est pas à l’abri d’un accident…

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Bobine, La CAF peut, sous certaines conditions, cotiser pour vous à l’assurance vieillesse : http://www.caf.fr/wps/portal/particuliers/catalogue/metropole/paje

    Répondre

  24. Au siècle dernier j’avais pris 9 mois de congé parental …. J’avais beaucoup aimé même si j’habitais dans un trou paumé, et que j’étais un peu trop seule avec mes 2 gamins !!!
    [sinon, « mi, c’est la moitié d’un tout  » !!]

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, « au siècle dernier » :lol: :lol: (bizarrement pour moi ça reste le XIXème… je vais finir comme ma mère qui parle en anciens francs :roll: :lol: )

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je dis « au siècle dernier », parce qu’il y a 15 ans, les conditions pour prendre un congé parental était assez différentes, et plus souples !!

    Répondre

    SophieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, On va finir par avoir toutes les paroles ! » Fa c’est facile à chanter »

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Sophie, « do, a deer, a female deer, ray, a drop of golden sun » :mrgreen: :arrow:

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, in english trop claaaaaasse !

    Répondre

  25. Encore un article qui tombe pile poil… j’ai repris le boulot cette semaine alors que ma Poulette a bientôt 4 mois. Le congé parental n’existe pas aux Emirats mais j’ai négocié pour reprendre aux 2/3 temps, pour l’instant ça me plait; je récupère ma Poulette à 15h mais la crèche peut la garder jusque 17h ce qui me laisse un peu de marge pour aller faire les courses, du shopping ou prendre un peu de temps pour moi :lol: Bon pour l’instant je ne l’ai jamais fait mais ça n’est que la première semaine…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Caramelyne, waouh, chercher les gosse à 15h, ça me semble juste une autre planète :lol: (déjà 16h30 pour l’école on me demanderait si j’ai pris mon après-midi :roll: :lol: )

    Répondre

  26. trouvez vous normal que la caf n’aide(dans le meilleur des cas,cad quand le cpe est pris a l’issue du congé maternité)que 6mois pour un 1er enfant,tandis que c’est pendant la totalité du congé pour le 2eme enfant?(si je ne m’abuse… :?: )chose sure:je nefais pas de 2eme enfant si je ne peux pas prendre de congé parental! :???:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @cindy, normal je ne sais pas, mais j’aimerais bien un congé nordique (1 an), quel que soit le nombre d’enfants !

    Répondre

  27. Merci pour cet article intéressant. De mon cote, je bénéficie d’un congé parental de 3 mois sans perte de salaire grâce a la convention des Banques. Je serai contente de retourner travailler le mois prochain. Petite pie gourmande aura presque 5 mois et demi. Je suis en phase avec les conseils prodigués dans l’article. Pendant le congé parental, l’important est de bouger et de se bouger. J’ai assisté a des réunions (carrefours allaitement, réunions parent/ enfant a la PMI…) qu’une associale comme moi aurait naturellement fuit.
    Petite pie a passé trois semaines en Asie avec nous et a semble t-il adoré!(non, elle n’a pas eu peur en avion; oui, elle n’a pleure que 5 minutes en 30 heures de vol!)
    La préconisation intitulée  » se faire aider » est en revanche plus difficile a suivre. Pas facile en effet de gérer les 4 heures d’intervalle entre deux tétées et les grands mères possessives qui ne demandent qu’a …posséder leur petite fille. (Quand ma belle fille va t-elle enfin arrêter ses c……s d’allaitement afin que je prenne pleine possession de petite pie?!)
    Tiens, voila un sujet intéressant : comment gérer les jeunes grands parents un peu hystériques au sujet de leur petite fille!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @La pie gourmande, ah la convention des banques… il me semblait que c’était jusqu’au 9 mois de l’enfant mais je suis peut-être juste très jalouse :lol:
    C’est vrai que ce n’est pas toujours évident de cadrer les grands-mères possessives, et/ou qui vous abreuvent de conseils en tout genre, surtout quand on prend des options assez différentes. Mais pas d’article : je ne veux pas risquer de me brouiller avec ma famille et belle-famille :lol:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La pie gourmande et La Poule, si vous avez une recette pour donner envie aux grands-parents de prendre leurs petits-enfants plus souvent, donnez-la moi rapido, ici c’est plutôt « moi, grand-mère/père? ah bon? On m’avait rien dit pourtant… » SUFFIT D’ECOUTER QUAND ON TE CAUSE!!!! Je suis vilaine, hein, mais c’est pas loin (+ le syndrome « t’allaite encore??? » :roll: mais bon, si c’était que ça…)

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, tu les mets dans le jardin et tu pars en courant :mrgreen:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, ici c’est l’inverse genre « je vois pas souvent mon petit fils, tu ne me fais pas confiance, tu ne veux pas me le laisser »… euh, maman c’est juste que tu es partie 3 semaines au Cambodge… :roll:

    Répondre

  28. Très intéressant… Étant québécoise, j’ai bénéficié d’un congé d’un an pour chacun de mes deux enfants(3 mois à 90% de mon salaire payé en partie par mes assurances privées, 3 mois à 70%, et 6 mois à 55%.) Au Québec, la loi oblige les employeurs à nous ré-embaucher après notre congé, mais également à nous réintégrer dans les fonctions qu’on occupait avant de partir. En est-il de même en France, pour les femmes qui retournent au travail après 3 ans d’absence? Ou les femmes se retrouvent-elles contraintes d’accepter des postes moins intéressants si elles décident de prendre une « pause bébé »?

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Maude, je crois savoir qu’ici on est reprises normalement « à poste équivalent »… Mais bon, parfois (souvent?) c’est le placard…

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, le placard est le bon mot !

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @Maude, selon la loi, ton employeur en France doit te reprendre pour le même poste mais dans la réalité, les choses ne sont pas si simples …on peut se sentir à l’écart : tu récupères les dossiers pourris, pas d’augmentation … j’ai des exemples dans mes connaissances, il y a encore des progrès à faire, je le dis et le redis :!: On se sent juger parfois de choisir de ne pas être une « working girl », de passer à autre chose de plus essentiel.
    Perso, je me suis « recentré » sur ma puce ( pas que mais finir à pas d’heures et heures sup, fini pour moi !! )et dans mon domaine, c’est pas toujours bien vu mais je m’en tape; j’ai pris du recul en fait en devenant maman et mon boulot n’est plus ma raison de vivre comme avant,maintenant, c’est elle et celle ou celui qui me juge pour cela, je lui dis m…. :!:

    Répondre

    rysyNo Gravatar a répondu :

    @Opale, vois ci-dessous ce que j’ai trouvé sur le site http://vosdroits.service-public.fr/F2265.xhtml
    Je suis bien décidée à parler augmentation de salaire avec mon chef à la fin de mon CPE, et aussi des 24 jours de congé que je n’ai pas pu prendre avant mon congé mat (pas question de les perdre) ….

    Ca va mieux, Opale ? Tu as plus la forme ?

     »
    Congé de maternité dans le secteur privé
    (…) Fin du congé de maternité
    A l’issue de son congé de maternité, elle retrouve son emploi précédent ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente.
    Si une augmentation de la rémunération a été versée ou décidée pour les salariés relevant de la même catégorie professionnelle pendant la durée du congé, la salariée doit bénéficier de la même augmentation à son retour de congé.
    Elle a également le droit à un entretien avec son employeur en vue de son orientation professionnelle. »

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @rysy, ouais, moyen car je cumule un peu les galères depuis la reprise du boulot : malade, bébé aussi qui attrape les miasmes de la crèche mais qui se remet assez vite par contre, nous les parents, on morfle ! Et pour couronner le tout, ma chef adorée me colle une réunion entre 17 et 21 h début décembre sans même me demander si ça va le faire avec le bébé ! Et oui, le boulot me gave aussi graaaaaaave car beaucoup de boulot depuis la reprise, y’a des moments où je me sens presque comme une esclave …j’arrête pas du matin au soir ….et ma chef (qui a jeune fille au pair + nounou non stop à domicile avec son GROS salaire) me parle de faire des concessions … :evil: :evil:
    Donc, pour répondre à ta question, en ce moment, je suis hyper énervée et j’ai envie de démissioner tous les jours ou de lui mettre ma main dans sa g…. :evil: :evil:
    Mais je retrouve le sourire avec mon bibou :mrgreen:

    Répondre

    rysyNo Gravatar a répondu :

    @opale, ce n’est pas bien drôle tout ça. Le contenu de ton job t’intéresse-t-il toujours autant ? Tu aimerais pouvoir être plus sereine tant au travail qu’à la maison ?
    Et 17h-21h, c’est dans tes horaires ? Tu es cadre dirigeant et bien sûr l’avenir de ton entreprise dépend de cette réunion à une heure adaptée ??? :evil:
    Le truc positif, c’est que tu es prévenue en avance et tu peux t’organiser.
    Quant à ta chef, sors-lui 2 ou 3 statistiques sur l’absentéisme des mères qui allaitent leur bébé vs celles qui n’allaitent pas. :mrgreen:

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @rysy, non, c’est vrai qu’en ce moment, mon job me saoûle et je ne suis pas du tout sereine donc grosse remise en question et mon salaire ne justifie certainement pas cette réunion de m…. qui va avoir lieu le soir à la différence de ma boss qui doit multiplier mon salaire par 6 et qui glande toute la journée …
    Concernant les statistiques sur l’absentéisme des femmes qui allaitent; autant lui parler en chinois ancien … :x

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Opale, je réalisais qu’en France, contrairement à d’autres pays comme l’Allemagne où c’est l’inverse, c’est presque mal vu de prendre du temps avec ton enfant, c’est suspect. La mère au foyer n’est pas valorisée. L’avantage est que par rapport à ces pays nous avons une offre de modes de garde bien meilleure mais l’inconvénient c’est qu’on se sent parfois sur des rails où on ne voudrait pas être… Difficile de faire la part entre conditionnement social et ce dont on a vraiment envie je trouve !

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, complétement d’accord avec toi, la mère au foyer n’est pas valorisée et je dirai même qu’elle est trop souvent jugée par rapport à ses choix !

    Répondre

    bigouNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Ici en Hollande la plupart des femmes travaillent à temps partiel (3 ou 4 jours) et il y a de plus en plus d’hommes qui passent à 4 jours après la naissance de leurs enfants. Ainsi, les bébés vont à la crèche 2à3 jours par semaine et le reste du temps il y a papa ou maman à la maison :smile:
    Ce compromis entre le temps plein vs. la maman au foyer séduit beaucoup de Hollandaises, ce qui explique un taux élevé de femmes actives, (+ de 80%).

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @bigou, ça fait rêver tout ça :!: :!:

    Répondre

    rysyNo Gravatar a répondu :

    @bigou,
    En France aussi, 83% des femmes de 25 à 49 ans travaillent (et en plus le taux de fécondité est supérieur en France vs NL). Ce qui est révélateur, c’est que le taux d’activité des femmes baisse avec le nombre d’enfants :
    – 1 enfant de moins de 3 ans : 81,2 % (hommes : 97,7%)
    – 2 enfants dont au moins 1 de moins de 3 ans : 64,3 % (hommes : 97,4%)
    – 3 enfants ou plus dont au moins 1 de moins de 3 ans : 43,8 % (hommes : 95,9%)
    (Source Insee 2008).

    Si jamais tu as des statistiques équivalentes pour les Pays-Bas, cela m’intéresse vraiment. Cela permettrait de voir l’impact de ce travail à temps partiel sur le taux d’activité en fonction du nombre d’enfants.

    Dank U wel !

    Répondre

    bigouNo Gravatar a répondu :

    @rysy,
    Goedendag!

    Sur le site du CBS (l’équivalent de L’INSEE)je ne trouve pas vraiment le même genre de statistiques sur NL
    (nombre d’enfants, taux exact de femmes qui continuent à travailler.)
    Ce que j’ai trouvé: 90% des femmes continuent à travailler après la naissance du 1er enfant, mais 56% des Hollandaises
    font les choix de diminuer le nombre d’heures de travail hebdomadaire.
    La tradition Hollandaise des temps partiels incite apparemment les femmes à continuer à travailler. (donc le travail à temps partiel n’est pas si anti-féministe, comme le disent certaines personnes).

    Répondre

  29. @Opale: au Québec c’est pareil. selon la loi, ils sont supposé de te reprendre mais en réalité il arrive souvent que ton poste est aboli ou que, comme par magie, on t’offre un poste dans une autre ville (à prendre ou sinon il n’y a pas de place pour toi). C’est certain qu’avec un nouveau bébé il est super facile de changer de ville ;-) lol J’ai l’impression que c’est donc partout pareil pour les mères au travail :(

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @magda, tout à fait. Pour compléter mon commentaire précédent, en France ce n’est pas parce qu’on attend de la femme qu’elle retourne vite au boulot qu’on va lui garder sa place au chaud… Mais je vois à mon boulot (et chez moi ;-) ) de plus en plus d’hommes qui déjà s’investissent plus concrètement, arrivent tard et/ou partent tôt pour gérer école/crèche/nounou. C’est un petit pas mais pour moi (indécrottable optimiste :grin: ) le signe que les choses évoluent dans le bon sens : une fois que les hommes seront impliqués aussi on finira peut-être par accepter qu’on ne peut pas faire comme si on n’avait pas d’enfants, ça fait simplement partie de la vie.

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, oui, c’est une bonne chose si des hommes s’investissent en partant + tôt mais selon l’entreprise où tu travailles, c’est pas toujours possible ou bien vu …
    C’est vrai que parfois, on a l’impression que pour certains, les enfants n’existent pas … genre ma boss, qui est pourtant une femme mais avec des dents longues comme des épées et 2 personnes à domicile pour s’occuper des ses 2 mômes et qui s’en tape de me coller une réunion à 21 h alors que j’allaite encore mon bébé (ça, ça la choque aussi d’ailleurs, « quoi, vous allaitez encore à 7 mois « !!!!).
    Parfois, je te jure que j’hallucine !!

    Répondre

    rysyNo Gravatar a répondu :

    @opale, @La Poule

    La chef adorée me semble prendre les stéréotypes masculins encore plus que ses propres collègues, non ?

    Si vous avez du temps (hum hum :razz: ), voici quelques liens* sur les changements de mentalité qui peuvent vous intéresser :

    – une enquête sur les attentes des pères managers
    micro synthèse : http://www.equilibres.eu/wwwPublic/docroot/equilibre/pdf/France5_emploi_150208.doc
    enquête : http://www.equilibres.eu/wwwPublic/docroot/equilibre/pdf/RAPPORT_ENQUETE_PERES2.pdf

    – une guide de la promotion de la parentalité auprès des salariés masculins fait par l’ORSE : http://www.orse.org/site2/maj/phototheque/photos/actualite/guide_promotion_parentalite.pdf

    La Poule, tu as raison d’être optimiste. J’ai un livre de Dominique Meda « Le temps des femmes, vers un nouveau partage des tâches » que mon mari a lu. Cela l’a fait réfléchir sur l’égalité entre nous et il envisage fortement de prendre un CPE à temps partiel après mon CPE, pour voir grandir son fils. Il dit que c’est suffisamment important pour lui pour accepter une perte de salaire (question de priorité, dit-il).

    * J’espère que c’est ok si je mets autant de liens dans les messages.

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @rysy, ma chef adorée est pire que les stéréotypes masculins, c’est un DRAGON … :evil:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @rysy, j’ai pas le temps de lire là mais merci pour les liens ! (le filtre à spams est réglé pour être assez laxiste sur le nombre de liens, heureusement)

    Répondre

    rysyNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Tiens, ce doc de l’ORSE est plus court, plus synthétique et il y a des images :mrgreen:
    http://www.orse.org/site2/maj/phototheque/photos/divers/argumentaire.pdf

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @rysy, pas trop le temps pour le moment mais le peu que j’ai lu semble intéressant !
    J’y reviendrai plus tard.

    Répondre

    magdaNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, @opale: moi mon chef c’est un homme et il n’a pas d’enfants…du coup depuis que nous avons des congés de 1 an il n’arrête pas de chialer. Et il a déjà ouvertement affirmait que les femmes dans les places décisionnelles c’est juste bon après les enfants dans la 40-aine avancée…Du côté des hommes chez nous le père a désormais 5 semaines de congé de paternité et peut partager le congé parentale de la mère (donc je crois un 35 semaines), et il arrive de plus en plus souvent que les hommes prennent une partie de ce congé. Moi, mon mari il n’a même pas pris ses 5 semaines d’un coup car son employeur faisait une crise (il faut dire que le remplacent de mon mari a eu un bébé a trois jours d’intervalle de nous et que la boîte est petite…)…Bref, je suis d’accord, il faut que les hommes s’investissent plus côté travail !

    Répondre

  30. Sujet qui tombe à pic, c’est cool d’avoir des loulous proches en âge :mrgreen:
    Je reprends dans 4 semaines (oui oui je sais juste avant les vacances de Noël, c’est vraiment indécent)…….ahhhhhhhhh et j’hésite entre le chouette, je vais exister pour autre chose qu’être maman aux yeux des autres et à mes yeux et le, mon dieu je ne veux pas, ça va être un rythme de dingue, je ne vaisplus voir mes enfants assez, je n’aime pas les laisser, ouin ouin ouin.
    Bref c’est super ambivalent. J’adore être en congé mater+ parental, parce que ça offre plein de liberté pour élever les enfants, mais j’aime moins ce côté étouffant, le « ah tu es en congé » et hop on passe à un autre sujet et en clair tu n’es pas intéressante, tu ne peux parler que de couches :roll: . Et puis perso, je ne suis pas super sociable, alors me rendre à des activités avec d’autres parents que je ne connais pas, ça ne me tente pas, déjà que les discussions sur le bord du bac à sable me gonfle…Bref ici, le congé parental a été les deux fois plutôt vécu de façon solitaire, avec mes bébés, en symbiose. Du coup, au bout d’un an, ça fait du bien de faire un peu autre chose, enfin je vous redis ça dans 5 semaines :lol: .
    Je ne suis jamais contente :mrgreen:

    Répondre

    chaponne a répondu :

    Je veux juste ajouter que le coup du « ce n’est pas parce qu’on est à la maison qu’il faut s’occuper 24h/24 et 7j/7 des enfants » c’Est surtout aux autres qu’il faut le faire comprendre :roll:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @chaponne, mais c’est toute la maternité qui est une ambivalence géante ! Je veux un bébé/je veux garder ma liberté, c’est incroyable d’être enceinte/je veux prendre une cuite, l’accouchement c’est tellement puissant/je peux plus m’asseoir, allaiter c’est le top/je veux que bébé me lâche la grappe, bon je continue ou vous avez compris :mrgreen: ?

    Répondre

    chaponne a répondu :

    @La poule pondeuse, non non continue, c’est bon! :mrgreen: Tu as oublié, je ne veux pas laisser mes enfants pleurer/ je veux dormir :twisted: :mrgreen:

    Répondre

  31. Fidèle lectrice de la Poule je me hasarde rarement à laisser un message (en général j’arrive après la bataille, donc tout est déjà dit ;-)
    Ici choix de rester avec bébé pour raisons pécuniaires. De toute façon on venait de changer de région et je n’avais pas encore trouvé de boulot.
    Après 2 ans à la maison avec Teddy j’avoue que je pète un câble. Certes je ne suis pas super sociable, donc il n’y a que 2 demi-journées Maman/Bébé pour le bien de bébé (pas de place en halte garderie).
    J’ai arrêté les sorties Maman/bébés malgré de super personnes rencontrées sur Internet : j’en avais marre de parler uniquement des poussins et puis la plupart d’entre-elles a repris le travail.
    Un seul passage en PMI : remarque sur l’allaitement mal vécue.
    Pour le reste du temps c’est lui et moi. Papa a des horaires de fou et le reste de la famille habite à plus de 1000 km.
    Les sorties avec les amis du Papa (sans enfant)se sont arrêtées subitement : on se demande pourquoi. Paraît que notre seul sujet de discussion serait les bébés Youpi ! Et puis eux auront des enfants bien élevés qui feront leurs nuits, ne courront pas dans les appartements etc… Mouais
    Donc j’attends avec impatience la maternelle. Pour l’instant j’ai surtout l’impression de vivre un enfer et de pourrir ma relation Maman/bébé, dommage.
    Merci Poule pour tous tes articles et surtout tes sourires.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @MAlice, oh ma pauvre ! C’est vraiment super dur d’être dans une situation de ce type par obligation. Quelques idées en vrac (et pas forcément adaptées mais sait-on jamais) pour adoucir un peu le quotidien :
    – voir avec le papa s’il ne peut pas faire un effort sur les horaires, ou prendre des journées ou 1/2 journées où tu pourrais faire des trucs pour toi
    – faire du troc avec tes voisins : ils te gardent Teddy quelques heures en échange d’un autre service (en fonction de leurs besoins, de tes compétences) -ou s’ils ont aussi des enfants, proposer que tu gardes les enfants tel jour/après-midi, et les voisins un autre
    – trouver une activité pour toi où tu pourrais emmener ton fils, par exemple un engagement associatif.
    – s’il a 2 ans 1/2 en janvier essayer de le mettre en toute petite section à la maternelle ?

    Répondre

  32. @ La Poule : Merci pour toutes tes idées :oops:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @MAlice, j’ai pensé après aussi : si l’école ne le prend pas tu peux peut-être essayer le centre de loisirs le mercredi, ils sont souvent plus souples.

    Répondre

  33. je suis ravie de tomber ici …
    perso je suis dans la cas ass mat, peu de revenus car des petits contrats dc je prends un cpe … qui vaudra financierement mon ex salaire … largement !
    mais la question c est a t on un courrier de la caf car à part un email me confirmant positivement le cpe je n ai rien eu (???) et si j avais un employeur je l aurais prevenu 10 jours avant (???) … Et quand on appelle c est limite aimable … moi tant que je n ai pas de papiers je n ai pas confiance en ces administrations … qui a eu le meme cas ?…

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @ludieclemma, de mémoire, je n’avais pas reçu de courrier confirmant mon CPE mais si tu as eu un email, conserve-le bien car c’est ta confirmation en fait.
    Sinon, va sur leur site et tu verras très vite si ton « dossier CPE » a été mis à jour !
    Si tu avais eu 1 employeur, tu lui aurais envoyé une lettre recommandée !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @opale, pareil.

    Répondre

  34. @toutes, je ne sais plus où j’avais lu ça, mais l’idée que le CPE est « réservé » aux femmes est bien ancré puisque même la CAF écrit à la femme pendant son congé de maternité pour lui rappeler son droit au CPE et non au père au futur gamin. :evil: :evil: Et effectivement, il me semble que c’est ce qui s’est passé pour nous. Et pour vous ?

    @ludieclemma idem, je n’avais pas reçu de courrier il me semble. En revanche, en renvoyant les documents demandés pour déclarer le fait que je prenais un CPE, j’avais glissé un RIB. Et j’ai vu sur mon compte en banque qu’il avait été pris en compte :smile:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @rysy, oui c’est vrai ça, grrrrrr! D’ailleurs j’ai reçu leur courrier m’indiquant que j’avais assez cotisé pour bénéficier du CLCA alors que je venais de poster la lettre avec TOUS les justificatifs d’activité sur les 4 dernières années :evil:

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ils z’aiment bien les papiers ces gens-là :mrgreen:

    Répondre

  35. Je suis désolée mais je manque de courage pour lire tous les commentaires !
    J’ai pris 1,5 ans de CPE + congé mat soit 2 ans d’interruption de carrière. Question pro, j’ai pu changer de job entre les 2, et je ne mettrais pas sur mon cv mon CPE. ça regarde personne ;-)
    Question pratique MAF : je me suis fait un réseau de copines dès la grossesse grâce à l’aquagym prénatale et après la naissance grâce à la LLL, on se fait des goûters, des sorties aux squares ect. c’est mes « collègues de couches », parfois on se retrouve même sans gamins pour aller picoler dans les bars ! comme avec n’importe quel collègue en somme !
    Et surtout, j’ai beaucoup été dans les PMI, autour de chez moi il y avait quasiment un centre PMI ouvert tous les jours de la semaine avec un grand espace de jeu et des mamans et des puers sympas (si si ça existe) c’est formidable quand il fait moins 15 dehors pendant 6 mois et qu’il pleut/neige… en plus là, rien est dangereux, on peut arrêter de dire « non » (non pas les prises, non pas les vases, non on mange pas les semelles de chaussures de maman, non celles de papa non plus…)
    Enfin, j’ai eu la chance d’avoir un place en halte garderie au moment où j’ai ressenti le besoin de lâcher le poussin il y allait deux après midi par semaine de 14h à 18h et l’équipe était formidable !
    Enfin, pour éviter de péter un câble en étudiant tous l’archivage des forums maman nature pour savoir quelle CL choisir, j’ai préparé et réussi un Master 1 grâce à l’enseignement à distance (et j’en suis pas peu fière ;-) )
    Et quand j’en ai eu marre : j’ai eu une place en crèche et un nouveau job super sympa !!!! et donc je suis passée de 100% MAF à 100% boulot, et je suis ravie ! (et mon poussin aussi)
    Le seul bémol, c’est que j’aimerai faire pour le 2e comme pour le 1er, et là j’ai aucune envie ! donc je pense qu’ils auront beaucoup d’écart (je commence à comprendre pq j’ai neuf ans d’écart avec ma sœur…)

    Répondre

  36. Argh… Ca y est, mon ordi tombe en panne et quand je reviens, il y a des centaines de commentaires sur mes blogs préférés ! Pas encore tout lu…

    En tout cas, comme toujours, totalement d’accord avec toi.

    Ce qui questionne sur ce sujet, c’est évidemment le nombre de situations subies (qui concernent majoritairement les femmes, comme souvent, d’ailleurs…) pour des raisons financières, mais aussi sociales et parfois même de façon inattendue. Une de mes connaissances, dans un milieu très féministe, a fait une très grosse dépression parce qu’elle a repris le travail classiquement à la fin du congé mater’ alors qu’elle aurait voulu prendre un congé parental, mais n’assumait pas du tout face à son entourage de dire qu’elle voulait rester à la maison.

    Répondre

  37. Et merci de m’avoir fait découvrir le blog « Juste après dresseuse d’ours » :smile:

    Répondre

  38. Allez, j’ai récupéré mon ordi alors je fais 10 000 commentaires : méga-lol pour la photo. :lol:

    Répondre

  39. bien sûr « chaque famille » « chaque situation » a ses avantages et ses inconvénients… pfff mais la réalité c’est beaucoup de divorces, beaucoup de chômage y compris masculin, beaucoup d’insécurité et de l’argent toujours aussi nécessaire, donc garder son contrat de travail et ne pas tout larguer est une sécurité mathématique.

    Je ne me suis pas arrêtée pour mes 2 gamins rapprochés, j’ai repris le boulot et les ai mis en crèche dès leurs 2 mois 1/2 et j’étais épuisée, larguée, usée, et blasée de cette société qui fonctionne comme ça, c’est à dire avec des chiffres et du chiffre.

    Et c’est aussi cette optique que je porte en étant féministe : que le monde de l’entreprise ne soit pas invivable quand l’enfant paraît car ce sont surtout les femmes qui en pâtissent actuellement (soit en termes de fatigue extrême avec des conséquences pour elles et la famille, soit en termes de femmes qui « choisissent » de quitter l’entreprise parce que la quadrature du cercle boulot/enfant est ingérable, perso je l’ai gérée mais j’en ai de très mauvais souvenirs).

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @emelire, oui, je te comprends quand tu parles de fatigue extrême, j’ai un job assez difficile, avec beaucoup de stress et de responsabilités et j’allaite encore mon bébé mais financièrement, on a pas toujours le choix de rester plus longtemps à la maison …c’est vrai que c’est dur parfois d’être sur tous les fronts, d’autant que ma boss, perso, ne connaît pas l’empathie …(avec fille au pair et nounou 24 sur 24 à la maison, elle est totalement en dehors de notre réalité).

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @emelire, ça n’a pas du être facile ! Et effectivement c’est aussi ce que je sous-entendais dans la diversité des situations : il y en a pour qui la contrainte financière est si forte que ce n’est plus vraiment un choix (soit prendre un CPE parce que les frais de garde sont supérieurs ou équivalents au salaire, soit ne pas prendre de CPE car le budget familial n’y survivrait pas).
    Pour ma part je pense aussi que le féminisme ne doit pas faire comme si les femmes n’avaient pas d’enfants ! Et on ne peut pas complètement exclure l’enfant du raisonnement d’ailleurs, quand tu dis que les femmes en pâtissent, c’est tout à fait vrai mais du coup les enfants aussi. Contrairement à Badinter qui oppose l’enfant à la mère, je pense que le vrai défi c’est de trouver des solutions dont tout le monde sort gagnant, le père, la mère et l(es)’enfant(s). OK ça fait un peu bisounours comme ça mais je pense qu’il faut des objectifs ambitieux :lol:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, si on était sur FB, je lèverais le pouce ;-)

    Répondre

  40. Opale : oui tu as raison, cette option de congé parental peut être même inenvisageable à cause des finances. Bon courage à toi. Perso j’ai pas eu d’empathie non plus : ou bien gens sans enfant, ou « pire » dirigeante avec enfant qui m’expliquait qu’elle faisait exprès après ses maternités de rester encore + tard au boulot et de venir encore + tôt le matin et qui (ses enfants étaient devenus ados) passait sa vie au boulot … pour bien montrer sa totale disponibilité :o( Pour moi c’était une malade (même avec nounou, se comporter comme ça montre à quels extrêmes le système peut pousser …).

    Répondre

  41. ahem. je veux décourager personne, hein, mais…
    j’ai rencontré le prince charmant. on a fait un bébé.
    avec le petit tout baigne, pas de souci, lui je le garde. lol
    en revanche avec son père…
    la première année année de CP j’étais pleine de bonne volonté. »nan chéri laisse je vais le faire toi tu bosses », « oui oui ça va je gère c’est bon », « ok je comprends je bosse plus faut réduire les dépenses », etc.
    mode couillonne formatée, en quelque sorte> zéro dépense superflue, zéro loisir, zéro mode de garde, zéro aide nulle part (puisque même mon forfait de tel avait été réduit histoire de bien limiter les contacts. )
    la deuxième année je faisais 99% des tâches ménagères, je tondais la pelouse avec bébé en écharpe sur le dos, je gérais les nuits (toujours difficiles hélas), j’allaitais encore (pas faute d’avoir tenté le sevrage mais le mâle dominant a donné deux fois douze secondes de biberon au total), j’allais chez le gynéco avec bébé et grand de 10 ans (pas non plus de fric à perdre en périscolaire…), ma sortie hebdomadaire c’était le stade municipal
    je termine la troisième année, là. le prince charmant s’est révélé être un connard des années 50 voire pire, ça a fini par devenir invivable, on divorce. je suis plus d’humeur sacrificielle on va dire.
    je ne dirai pas que le CP est responsable. mais je dirais à celles qui ont eu du mal à le faire accepter par leur chéri, ou qui ont eu des efforts financiers à fournir en sacrifiant leur épargne, ou qui ont eu à payer de leur personne faute d’épargne, comme moi, de peut être pas aller au bout des trois ans. le Cp par sa faible rémunération et sa considération pas distinguée (lol) met la femme dans une position dangereuse. A court terme ça passe, on est quand même bien dressées depuis toutes petites à prendre sur nous, mais à la longue ça peut déraper.
    perso je suis limite contente, je n’aurais jamais cru que le prince charmant était minable, vaut mieux ouvrir les yeux maintenant que dans vingt ans. mais quand même ça fait mal tête de redémarrer de zéro avec deux enfants et 500 euros par mois (même si ça va pas durer dix ans faut passer le cap), donc faisez gaffe à vos fesses les autres, hein.

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, :sad: désolée pour toi. C’est un peu ce que dit E. Badinter: s’occuper des enfants c’est bien, être indépendante financièrement, c’est vital… Dur, dur en tout cas!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, oh je suis aussi vraiment désolée de lire ça. J’imagine que dans ce cas le CPE a été un révélateur plus que la cause véritable. Je te souhaite en tout cas de rebondir vite dans une situation plus épanouissante pour toi.

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, oh, moi aussi je suis désolée pour toi. je te souhaite bon courage, j’espère que tu peux trouver du soutien dans ton entourage familial ou amical. et puis, comme la Poule, je te souhaite de trouver vite un nouvel équilibre !

    Répondre

    cindyNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, ca fait du bien aussi de lire que tout n’est pas rose pour tout le monde,et tu fais bien de mettre en garde contre les pb financiers,c’est aussi pour ca que je reprend au bout de 6mois,et en cas de 2eme enfant je fais signer un pacte au papa pour assistance pdt 1an de cpe!na! :roll: merci pour ton temoignage

    Répondre

  42. Je viens de découvrir ce blog, c’est génial!!! moi j’ai repris le boulot à temps plein aux 6 mois de fiston, a une heure de chez moi et sans famille à coté pour le récupérer à la crèche en cas de problème…;et bien j’ai tenu…à peine 2 mois!!! je suis en arrêt pour « burn-out » grosse fatigue et grosse tension…avec en plus un bébé qui se réveille encore la nuit…et même quand il ne se réveille pas il fait des bruits de dodo et ça nous réveille mon mari et moi (pas de chambre pour bébé, on vit a paris :sad: !)
    Fiston est génial mais ça fait 8 mois qu’on est pas sorti en couple, 8 mois qu’on dort pas ou mal et je veux passer du temps avec fiston…on a mis trèèèèès longtemps à l’avoir (FIV icsi) et je ne veux pas le laisser 10 heures à la crèche et le voir 20 min le soir!!! je tire mon chapeau aux mamans qui travaillent à temps plein parce que moi j’en suis incapable!!! je rêve d’un cpe de 3 ans dès le premier bébé…6 mois c’est trop court!!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @oudy, bienvenue ! Et pas facile tout ça, j’espère que tu vas réussir à retrouver un équilibre avec ton fiston.

    Répondre

  43. Au départ 4 mois de CPE puis finalement je démissionne et je fais le choix d’arrêter de travailler pendant un an pour m’occuper de mon bébé. Dans la décision, il est évident qu’il faut être motivée pour s’occuper de son bébé (car même si on l’aime de tout son coeur il y a quand même bien des moments où :evil: :cry: :roll: vous aurez compris) mais il faut sûrement ne pas avoir grand hâte de reprendre le boulot et dans tous les cas il faut du financement.

    Pour le boulot, j’ai beaucoup donné pendant quelques années : semaines de 45-50h, trajets de folie… Continuer à ce rythme était exclu et faire du temps partiel me semblait peu jouable. D’ailleurs, honnêtement les filles et sans être rétro, avoir un poste à responsabilité à temps partiel, ça me semble un peu vouloir le beurre et l’argent du beurre… Mais ça dépend peut-être des secteurs d’activité aussi. Sinon j’avais une option pour un boulot plus tranquille proche de la maison mais j’avais envie de rester avec mon bébé et très certainement que j’avais aussi besoin de me poser un peu et d’arrêter de courir tout le temps avec le stress et la fatigue…

    Niveau finance, je zigouille mes économies, on fait des restrictions et ma famille m’a un peu aidé. À la rentrée on a eu une période chaude et les soucis d’argent ça plombe carrément l’ambiance donc c’est certain que la décision ne peut pas se prendre à la légère.

    Maintenant sur l’isolement de la femme au foyer, ben je suis un peu en plein dedans là. Pas de famille à moins de 550km, pas tellement de copine dans le coin non plus et aucune avec bébé qui soit un peu proche… Franchement c’est pas évident tous les jours, même si je ne regrette pas du tout mon choix. Les journées en tête à tête avec bébé sont parfois longues et j’aimerais bien avoir l’occasion de discuter un peu avec d’autres nanas, autres que les caissières de Monop / Picard quoi ;-) En plus, ma pitoune me lâche pas beaucoup la grappe (vivement qu’elle marche et qu’elle puisse se déplacer toute seule). Du coup depuis quelques semaines, comme j’en souffre pas mal, je m’active pour trouver des solutions avant de trop péter un câble mais au bilan, je trouve qu’il y a un grand vide à ce niveau et c’est bien dommage.

    Suite aux commentaires, je me suis renseignée sur les maisons vertes, il y en a une apparemment dans ma ville mais bof (allez savoir pourquoi j’aurais l’impression d’aller à une thérapie de groupe). Je me suis inscrite pour des séances de langage des signes pour bébé en janvier, on verra si c’est sympa.

    Je vais aussi essayer de la laisser une après-midi par semaine ou 15j en halte-garderie. Non seulement, j’ai besoin de retrouver un peu de temps pour moi mais je crois qu’elle a aussi besoin de voir d’autres enfants et adultes pour rompre la routine et découvrir d’autres choses. Sincèrement, j’ai un peu honte (même si dans la famille tout le monde me bassine depuis des lustres pour que je le fasse). Je trouve que c’est quand même un comble de s’arrêter de bosser pour s’occuper de son bébé pour finalement le laisser en garde :roll: Déjà financièrement c’est absurde mais ça fait aussi « Ben alors on a cru qu’on était plus maligne et qu’on allait y arriver et finalement on s’en sort pas ? » :???:

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Catwoman, c’est vrai que lorsque l’on fait le choix de s’arrêter pour s’occuper de son bébé, c’est important de prendre du temps pour soi sinon il y a de quoi péter un plomb au bout d’un moment !
    Faire du sport, sortir avec son homme … et même pour le bébé, c’est important de le sortir du cercle « maman »-bébé » !
    C’est vrai que financièrement, pour moi aussi, j’ai touché à mes économies car avec 500 euros du CPE, on va pas loin avec ça pour vivre !
    Je te souhaite plein plein de bonheur et profite bien de ton bébé car aujourd’hui, moi, qui ai repris le travail, je pense avec nostalgie à mon CPE (alors que pendant, j’avais très envie de reprendre le boulot – ah lala, jamais contente :mrgreen: )!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Catwoman, pour les maisons vertes c’est très informel, les gens vont et viennent, pas de grand cercle « Bonjour, je suis Catwoman et je suis en congé parental » « Bonjour Catwoman » :mrgreen:
    Moi je ne trouve pas absurde de laisser un peu bébé en garde, en plus en halte pour une petite durée ce n’est pas très cher (quelques €). Le congé parental n’est pas un contrat signé avec ton sang de ne vivre que pour et par ta fille :lol:

    Répondre

    CatwomanNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, hier la pédiatre qui me dit que la maison verte de Compiègne c’est plus groupe de paroles avec parents qui ont généralement des problèmes :lol: Donc oué ben non..
    Sinon j’assume mon choix mais clairement on est plutôt formatées pour reprendre le boulot et la nana qui s’arrête de bosser longtemps, elle a quand même une étiquette de glandeuse alors trouver que c’est pas facile et qu’on a besoin de temps pour soi, ça tire sur l’abus. Ne serait-ce qu’hier, je croise dans la rue mon ancienne esthéticienne et elle me sort un bon « Alors tu imagines moi avec des jumeaux, et MOI je travaillais en plus ». Je saurais quoi lui répondre a posteriori et dans un sens elle a raison c’est pas simple de travailler en même temps mais :x

    Il y a quand même des jours où je me demande comment font les assistantes maternelles (moral d’acier + organisation aux petits oignons ?). D’autant que si moi je pète un câble c’est une chose mais l’assistante maternelle, ça le fait pas trop si elle se met à hurler « j’en ai maaaarrre » :lol:

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @Catwoman, et il n’y a pas d’associations qui t’intéresseraient dans ton coin ?
    pas forcément des associations de maternage ou de parents, si tu as envie de parler d’autre chose que de bébés, tu peux aussi t’investir dans un autre domaine. (et pourquoi pas venir aux activités avec ton bébé ? qd j’étais en congé parental, je l’ai fait régulièrement pour une asso dont je suis membre et les autres étaient ravis de voir ma fille en fait ! limite j’avais des reproches les fois où je pouvais la laisser au papa :mrgreen: )

    quant aux assistantes maternelles, heureusement pour elles c’est toujours plus facile avec les enfants des autres. et puis, les enfants s’adaptent aux personnes aussi et sont généralement bien plus exigeants et demandeurs (casse-c… :twisted: ) avec les parents qu’avec des personnes moins proches !

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Catwoman, oui c’est vrai qu’il faut être vigilent à ne pas être isolée et c’est pas évident non plus de dire qu’on « cherche des copines », on veut pas passer pour la looseuse de service.
    Moi, même à mi-temps, avec un enfant qui marche (et qu’on peut sortir au square, donc – sauf par les temps qui courent, grrr), je suis bien contente d’avoir fait et entretenu tout un petit réseau de copines avec enfants.
    Je suis sûre en fait qu’il y a d’autres mamans dans ton cas, qui ne sont ni dépressives, ni désespérées, mais qui sont à la maison, et qui ont besoin d’un peu d’adultes dans leur quotidien en dehors de chéri qu’on ne croise que le soir. (tu as pas essayé les forums de mamans par région ?) Pas si évident que ça d’être à la maison.
    Et concernant la maison verte, tu peux toujours y aller jeter un oeil pour voir, tu risques rien, tu vas voir. Je suis à peu près sûre que ce genre d’endroit sert avant tout à faire se rencontrer les personnes, et justement à ne pas être isolé chez soi. Les parents « à problèmes » ça m’étonnerait qu’ils se fatiguent à se déplacer dans ce genre de lieu.
    Pour ton idée de laisser ta « pitoune » à garder alors que tu ne travailles pas pour t’occuper d’elle : super top idée, ça va faire du bien à tout le monde et ça me semble tout à fait justifié car préserve ton équilibre mental et ouvre plus l’horizon de la petite.
    Et pour ton esthéticienne, je suis sûre qu’elle aurait aimé pouvoir/vouloir s’arrêter pour des raisons qui lui sont propres et que ça lui permet de se rassurer (en t’enfonçant un peu) et de se dire que c’est une bonne mère même si elle ne s’est pas occupée à 100% de ses jumeaux.

    Répondre

    CatwomanNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, merci ! ;-)

    Répondre

  44. Bravo pour l’ article initial sur le congé parental, qu’est-ce que c’est bien écrit, très juste et marrant !!!Beau brin de plume !!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @ISABOULE, merci :oops:

    Répondre

  45. Sujet qui est d’actualité pour moi.
    Je suis en congé parental depuis février pour mon petit deuxième, ma grande elle va à l’école (et mange à la cantine). J’ai laissé sans regret un boulot où l’ambiance n’était pas au top, j’ai pu accompagner ma poulette lors de sa première rentrée pendant mon congé mat’ et profiter de mon loustic tout en n’étant pas trop crevée vu les nuits pourries qu’il me fait, j’aurais eu du mal à être d’aplomb pour le boulot. De plus, je suis plus disponible pour pouvoir me poser des questions quand à l’éducation de mes enfants et ne pas avoir l’impression d’avoir a tête dans le guidon. Et pour couronner le tout, j’ai un homme qui a passé un sacré concours donc beaucoup de boulot y compris les We et j’étais heureuse de pouvoir être disponible.
    Je ne m’ennuie pas du tout pendant ce CP, je me suis fait quelques copines de sortie d’école et ce blabla journalier me suffit bien. Parfois j’aimerais quand même avoir un tout petit peu de temps pour moi mais bébé n’a que 5 mois, ça viendra plus tard. (Et puis j’ia eu la chance de pouvoir garder la femme de ménage, le CP est une affaire de couple pour nous, donc c’est lui qui paie tout pendant un temps et on a fait pas mal d’économies avant en prévisions, mais je me doute que tout le monde ne peut pas se permettre ce « luxe »). L’homme ne me laisse pas tout à gérer non plus dans la limite de ses disponibilités plus que réduites en ce moment.
    J’ai posé une première période de 6 mois et n’étant pas encore arrivée à sa fin, je n’avais pas encore réfléchi à la reprise.
    Cependant par un coup de théâtre inattendu, l’homme qui a réussi son concours est muté de la RP à Marseille et comme on travaille dans le même domaine, on m’a proposé un poste en octobre là bas mais il faut répondre maintenant.
    Ouille c’est dur de prendre une décision, car le poste est plutôt intéressant et surtout pas sure d’en avoir un dans un an ou 2 mais en même temps laisser mon amour à garder, ça me fend le coeur, il aura presque un an à ce moment…D’autant que dans ma branche, il n’y a pas de mi temps donc ce sera du 100% direct.

    Du coup après avoir longuement tergiversé (et de nombreuses insomnies pas forcément dues à mon petit loulou)je pense reprendre le boulot, j’espère n’avoir aucun regret, je me demande juste comment va réagir mon petit bout, commencer une garde à un an, ça me semble plus difficile, d’autant qu’il est 100% allaité, ne s’endort qu’en promenade ou au sein alors il va y avoir des adaptations à faire si on veut qu’il puisse être gardé dans de bonnes conditions.

    Celles qui ont pris un mini CP, comment ça s’est passé pour vos enfants (parce que moi je pense que je tiendrais le coup, si tout va bien pour mon petit)?

    Merci la poule pour cet article et les nombreux commentaires qui m’aident dans ma réflexion

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Tête d’Orange, je me suis retrouvée dans une situation un peu comme la tienne (mais pas tout à fait) : bébé né en janvier, CP de 6 mois jusqu’au 1er octobre. Ainsi en septembre j’ai pu accompagner la rentrée du grand (matinée seulement etc). Franchement j’ai trouvé que ça nous avait bien convenu, Pouss2 avait à peu près 8 mois et l’adaptation a été incroyable, il a à peu près jamais pleuré. Moi j’étais super soulagée de me débarrasser enfin des deux :oops: :lol: La crèche était hyper à l’écoute, prête à porter si nécessaire, à donner du LM etc, mais au final il s’est tellement bien adapté que pas nécessaire. Moi j’ai repris à plein temps, donc avec crèche/école + nounou périscolaire, ils sont gardés de 8h30 à 19h en gros. Donc bien sûr on ne peut pas transposer directement à votre situation mais pour dire que oui ça peut très bien se passer pour tout le monde ! A vous de peser le pour et le contre des alternatives, et ne préjuge pas des capacités d’adaptation de ton bébé dans 6 mois ! il a le temps de tellement changer…

    Répondre

    Marie-EstelleNo Gravatar a répondu :

    @Tête d’Orange, vas-y, fonce! accepte ce boulot!!
    D’ici octobre, ton petit bonhomme sera parfaitement capable de s’adapter à la crèche. Il sera diversifié, et pourra tenir toute la journée sans tétée si tu l’allaites encore d’ici là. Il aura passé la « crise d’angoisse de séparation » (autour de 8 mois paraît-il) et même s’il pleure les premières fois que tu le laisseras, ça ne durera pas. Et toi, tu seras soulagée de reprendre une vie « normale » ;-)
    Je suis en CP depuis 1 an (je viens de prolonger) mais en octobre j’ai repris le boulot (en télétravail) deux demi-journées par semaine. Du coup, mon fiston va à la crèche 3 après-midi par semaine (ben oui, je me suis gardé un peu de temps pour moi… ou pour les tâches domestiques en retard…) depuis l’âge de 10 mois, et ça s’est super bien passé. Certes, ce n’est pas un temps complet, mais je pense qu’il se serait tout aussi bien adapté.
    Il a appris à ne plus avoir de tétée au goûter et patiente sans problème jusqu’au dîner. Il a appris à s’endormir dans son petit lit, et à cette occasion a adopté le doudou que la crèche m’a réclamé (il n’en avait pas avant). Un ou deux mois avant, nous avions mis fin au cododo, et j’essayais aussi de le poser dans son lit pour les siestes en journée: il pleure 3 ou 4 minutes puis silence… lui aussi, tout-petit, ne s’endormait qu’au sein ou en écharpe. Mais ils apprennent et changent tellement vite… fais-lui confiance, fais-toi confiance, et souviens-toi qu’il vaut mieux une maman épanouie dans son boulot et un bébé bien gardé, qu’une maman déprimée dans son CP et pleine de regrets… en plus si vous déménagez à l’autre bout de la France, ça te sera précieux d’avoir un boulot, pour le boulot mais aussi pour la vie sociale! moi je passe mon CP dans une région où je ne connais personne, et je me sens bien seule…
    Voilà, j’ai l’air d’avoir une opinion très tranchée, mais au final bien sûr, c’est toi qui choisis… avec tes tripes ;-)

    Répondre

    oopsNo Gravatar a répondu :

    @Tête d’Orange, j’ai moi aussi une expérience un peu similaire. Je travaille à mon compte, la nuit principalement, mais j’ai du relayer en plus mon homme dans son magasin pour qu’il puisse développer son affaire. Je me suis donc retrouvée à apprendre un nouveau métier, et j’ai dû laisser ma fille qui avait 15 mois à la crèche 10h/jour, 2 fois par semaine. C’est momentané, mais il a bien fallu s’adapter.

    J’appréhendais, car elle était à 100% avec moi (pas de famille dans le coin), cododo, allaitée et beaucoup portée…
    Comme ton fils, elle ne s’endormait qu’au sein ou dans le porte-bébé (ce qui était quand même de plus en pus rare avec ma 2e grossesse).
    J’ai trouvé une place dans une micro-crèche privée (pas de place en crèche public, sauf piston) : un couple de fondateurs adorable, beaucoup d’encadrement (4 adultes pour 10 enfants maxi), j’ai été conquise par l’équipe alors que j’avais déjà la liste des nounous et que je pensais que ce serait plus facile pour ma fille.

    Du coup, nous avons tenté l’expérience. Elle pleurait au début quand je la laissais, mais je savais que ça ne durait pas et qu’elle passait de bonnes journées, car elle voulait me retenir à la crèche, et pas repartir avec moi. Le soir, pleurs de décharge à mon arrivée, puis après un gros câlin elle me montrait avec enthousiasme tout ce qu’elle avait fait dans le journée. La langue des signes a bien aidé, elle pouvait vraiment me raconter ce qu’elle avait vécu (dessin, toboggan, dodo…).

    Elle a maintenant 18 mois, quand je lui dis qu’on va à la crèche, elle me répond un « oui » enthousiaste, même s’il y a encore parfois le petit coup de blues de la séparation le matin. En général, je la laisse dans les bras d’un des encadrants ; c’est une grande câline !

    Je pensais qu’il y aurait un souci avec le sommeil, et finalement elle s’est adaptée en quelques jours ! Au début, elle était bercée dans les bras puis déposée endormie, ensuite bercée dans le lit, puis elle s’est endormie toute seule, comme les autres. Elle a un doudou là-bas (elle n’en a jamais eu à la maison) mais elle ne s’en sert pas vraiment, elle le donne aux enfants qui pleurent parce qu’ils ont perdu le leur. Pas de tétine non plus, j’en avais apportée une au cas où (surtout pour qu’elle arrête de piquer celle des copains par jeu !), mais elle ne l’utilise pas, c’est devenue la tétine de secours de la crèche.

    En revanche, elle ne mange pas grand chose, trop habituée aux petits plats maison ! Pour 2 jours par semaine, ça ne m’affole pas, et je n’ai aucun doute qu’elle mangerait si elle y était toute la semaine.

    AU finale, le plus difficile a été le passage aux couches jetables, et les horribles érythèmes qui vont avec. Du coup, le personnel a découvert les lavables, le temps que ses petites fesses s’habituent.

    Conclusion : les enfants ont un sens de l’adaptation extraordinaire ! Et je pense qu’il est primordial de laisser ses enfants en toute confiance, qu’il sentent que le relais affectif peut se faire. Je suis ravie de savoir que ma fille fait des bisous et des câlins au personnel, et de l’avoir sentie triste quand l’une des encadrantes est partie en congé mat. Elle tisse de vrais liens avec les autres, adultes et enfants, c’est un lieu très humain.
    Elle apprend pleins de choses, différentes que ce que je lui fais faire ; il y a beaucoup d’activités. Le contact avec des enfants d’âges différents est aussi très riche : faire attention aux plus petits, tenter de faire comme les plus grands…
    Bref, une belle expérience pour elle !

    Le hic dans son apprentissage : elle sait maintenant taper et mordre, ce qui ne me plaît pas du tout. Mais elle sait aussi prêter et attendre son tour, ce qui me sera très utile dans 2 mois, avec l’arrivée de sa petite sœur.

    Cherche un mode de garde qui te plaît au niveau humain, fais confiance à ton fils, tout le reste suivra !

    Répondre

    Tête d'OrangeNo Gravatar a répondu :

    @oops, @Marie-Estelle,@la poule : Merci pour vos réponses et vos encouragements, c’est vraiment chouette d’avoir des retours d’expérience, ça m’aide à me sentir plus sereine dans ma décision. Pour le reste j’attendrais novembre pour vous dire si ça s’est bien passé.

    Répondre

  46. […] Un excellent article de la poule pondeuse sur le congé […]

  47. […] informatif : La Poule a écrit ca tout comme il faut ici, mais j’ajouterais deux informations […]

  48. bonjour,

    j’aimerais bien prendre un congé parental a temps partiel a la naissance de mon bebe mais je n’ai pas les 8 trimestres requis.
    Neanmoins je me demande si je ne peux pas quand meme en beneficier sans etre remunérée par la caf ?
    en gros est ce que je peux l’imposser a mon employeur si je ne suis pas indemnisée par la CAF
    si vous avez une idee…

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Les cinq étapes du deuil des nuits    |     Suiv. Le portage pour les nuls » »