Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Au monde    |     Suiv. Un zèbre à la maison (1) » »

Le lactarium

Par  • Le 22 avril 2010 à 18:46 • Catégorie : Allaitement, Faire un bébé

lactarium Les fidèles de ce blog le savent : j’ai un petit faible pour les séries télé, en particulier médicales, et notamment pour leurs beaux médecins. A force d’en regarder je m’imagine être moi aussi la super héroïne qui fait une trachéotomie d’urgence au restaurant avec un bic… Mais d’une part personne ne semble jamais avoir besoin d’un massage cardiaque (alors que je me suis coltiné un certain nombre de formations aux premiers secours) et puis d’autre part je ne vais pas souvent au restaurant. Sans compter qu’avec le fouillis qu’il y a dans mon sac à main, le temps que je mette la main sur ce foutu bic… Bref. Heureusement il y a d’autres moyens de jouer les super héros du quotidien. D’habitude j’essaie de donner mon sang (surtout s’ils viennent le chercher au boulot), mais ces derniers temps c’est impossible  (jusqu’au 6 mois du bébé je crois, sans compter que me pointer avec les deux poussins dans un centre de don de sang pourrait être comique). Alors en attendant je donne du lait.

En effet, les prématurés et les bébés atteints de certaines maladies ne supportent rien d’autre que le lait humain ; et comme leurs mères ne sont pas toujours en mesure de donner leur propre lait ils dépendent alors exclusivement des dons. En France, ces dons, anonymes et gratuits, sont collectés et gérés par les lactariums, qui dépendent d’institutions publiques ou d’ONG (comme la Croix rouge). Ils ont une compétence régionale, même s’ils sont assez inégalement répartis sur le territoire. Le lait est ensuite donné uniquement sur ordonnance médicale ; il est d’ailleurs intégralement pris en charge par la sécurité sociale. En effet, même si les donneuses ne sont pas rémunérées, la collecte et le traitement (analyses, pasteurisation…) du lait ont un coût ; au final le prix du lait humain est de 80 € le litre.

Qui peut donner ? Ne hurlez pas à la discrimination sexiste et à la pression culpabilisatrice sur les mères, mais aussi étonnant que ça puisse paraître il faut être une femme, avoir un enfant et l’allaiter. En outre il faut remplir certaines conditions médicales (un peu comme pour le don du sang) et posséder un congélateur où stocker le lait entre deux passages du collecteur. Et il est possible que certains endroits ne soient desservis par aucun lactarium. En pratique il faut en prime avoir un surplus de lait à donner, et selon les situations ce n’est pas le cas de tout le monde. Certaines femmes peinent déjà à satisfaire la demande de leur bébé, d’autres font des stocks en vue d’une prochaine reprise du travail… charité bien ordonnée commence par soi-même et il ne s’agit pas de priver son bébé pour nourrir ceux des autres ! Enfin il faut donner un minimum (afin de « rentabiliser » les frais de dossier etc) mais je n’ai pas réussi à savoir combien, cela dépend aussi peut-être du lactarium.

Concrètement si vous remplissez ces conditions vous pouvez alors vous adresser au lactarium le plus proche de chez vous. Dans mon cas c’est le lactarium d’Ile de France (et c’est donc leur façon de procéder que je vais décrire mais j’imagine qu’elle varie peu de l’un à l’autre). Un entretien téléphonique permet de vérifier que vous êtes éligible et un collecteur passe vous voir dans les plus brefs délais afin de vous remettre :

  • des flacons stériles pour recueillir le lait et des étiquettes
  • le matériel dont vous avez besoin pour recueillir le lait (tire-lait, coquilles…) selon votre demande
  • des pastilles de stérilisation
  • un dossier médical à remplir (à faire signer par un médecin ou une sage-femme, je l’ai apporté à ma visite des six semaines)
  • une ordonnance pour une prise de sang

En effet, une sérologie est effectuée tous les trois mois pour vérifier le statut infectieux des donneuses (VIH, hépatite B etc). Les analyses sont faites par le lactarium pour vous en éviter les frais, il faut donc confier au collecteur les tubes de sang (prélevé au maximum 48 heures à l’avance). Quant au matériel, pour ma part j’avais demandé un tire-lait électrique mais quand j’ai vu arriver le Kitet vintage simple pompage je l’ai vite rendu et je suis restée fidèle à mon petit Avent manuel qui est parfaitement adapté à la situation. Comme le lait est à destination de bébés déjà fragiles (prématurés et/ou malades), des conditions d’hygiène plus strictes s’appliquent et il est demandé de stériliser le matériel de recueil du lait (d’où les pastilles) et de se laver le sein au savon avant de tirer. Autant la première condition est à peu près facile à respecter (j’ai un grand saladier en plastique avec le bain de stérilisation dans la cuisine -pour info pas de contenant métallique car la solution est corrosive), autant je trouve la seconde plus compliquée. Du coup je tire mon lait peu après ma douche du matin sans relaver le sein (à un moment je le passais au brumisateur -celui qui me reste de l’accouchement…- mais je ne suis pas sûre que ça serve à grand chose). Si quelqu’un a un truc génial ne pas hésiter à le partager en commentaire !

Par ailleurs je trouve que je passe déjà beaucoup de temps topless dans la journée donc je tire un sein pendant que Pouss2 tète l’autre. Comme il ne tète plus beaucoup la nuit (béni soit-il), j’ai les seins bien pleins le matin. Je lui donne le sein déjà donné à la dernière tétée et comme ça l’autre, qui est plein comme une outre, coule plus ou moins tout seul (je suis une feignasse et mon tire-lait est manuel…). Ma production varie selon les jours mais cela me permet de récupérer 80 à 240 ml, ce que j’estime suffisant pour la journée. Et en m’installant bien avec le coussin d’allaitement j’arrive à garder une main libre pour téléphoner ou bouquiner. Bien sûr ce type d’arrangement ne convient pas à tout le monde ; il y a des bébés par exemple qui ne supportent pas que leur mère fasse autre chose pendant la tétée (y compris jouer du tire-lait donc). Il est aussi possible de tirer plusieurs fois dans la journée pour remplir le biberon de stockage (qui devra être congelé dans les 24 heures), mais personnellement je ne le fais que rarement, ne serait-ce qu’à cause de ces histoires de stérilisation. Le collecteur passe environ une fois par mois pour récupérer le tout et renouveler le matériel (biberons stériles, pastilles etc).

Enfin ne vous méprenez pas : ce n’est pas de l’altruisme. D’après mes propres calculs pifométriques j’ai estimé que le lait tiré pour le lactarium demande une dépense calorique pouvant être compensée par l’ingestion de trois carrés de Côte d’or aux amandes caramélisées avec une pointe de sel. Par contre je n’ai pas réussi à convaincre le lactarium de fournir le chocolat. Bref, pour reprendre une proposition de slogan pour une campagne d’appel aux dons (bizarrement non retenue) : « Mères, ne soyez pas vaches, donnez votre lait ! »

Tagged as: , , , ,


« « Préc. Au monde    |     Suiv. Un zèbre à la maison (1) » »

114 Commentaires »

  1. Sympa ton article sur le lactarium. Beaucoup de souvenirs sont remontés à la surface. J’ai donné du lait pour les trois premiers P’tits Mecs (il y a 17, 14 et 10 ans donc) et ça ressemblait beaucoup à ce que tu décris.
    J’avais beaucoup aimé le côté « don gratuit » ; pour la dépense calorique, ça ne fonctionne pas chez moi, alors …. ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, la dépense calorique ça fonctionne chez tout le monde (faut bien que ça vienne de quelque part tout ce gras et ce sucre), mais ça ne se traduit pas forcément par un amincissement (ça dépend aussi de ce qui rentre notamment ;-) ).

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Effectivement, c’est mathématique, on dépense plus ; mais j’avais lu quelque part que (au moins durant la grossesse et certainement aussi durant l’allaitement) la capacité d’absorption du tube digestif se modifie pour « profiter » plus de la même quantité de nourriture. Perso, comme Béatrice je n’ai jamais perdu 1 gramme en allaitant (et je ne me goinfrait pas non plus) j’ai commencé à dégonfler :
    1 – au retour de couche intervenu les 2 fois pile poil 15 jours après le début de la diversification alimentaire (soit vers 5-6 mois)
    2 – à l’arrêt de l’allaitement.
    Après, on reprend petit à petit forme humaine (jamais pu me faire au bonnet D :sad: !)

    Isa

    Répondre

    FynnNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, ce que tu dis sur la perte de poids après l’arrêt de l’allaitement m’a été annoncé lors de ma dernière visite chez ma gynéco : ouf ! soulagée ! je n’ai pas encore arrêté l’allaitement et je me demandais pourquoi je n’avais pas perdu « miraculeusement » qques kilos grâce à l’allaitement comme cela semble être si connu ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, intéressant cette histoire de tube digestif ! C’est clair que l’allaitement n’est pas amincissant pour tout le monde mais ça reste quoi qu’il arrive une dépense calorique non négligeable.

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, :mrgreen: :lol:

    Répondre

  2. j’ai eu fait. mais plus, là. c’est pas que mais bon au bout de deux ans d’allaitement on a moins de surproduction, et puis le lait n’est plus le même non plus, et puis la flemme, et puis et puis mea culpa.

    sinon juste pour le don du sang je voulais te dire, moi je me fais jeter du camion depuis le début de l’allaitement. Au début fallait 6 mois, puis le toubib avait peur de me déshydrater, puis de me fatiguer et là en fait je suis trop un alien, 2 ans de nichonnage c’est pas répertorié, on ne va pas prendre le risque de « me tarir » (dans le texte), bref on sait pas. C’est fort idiot, je suis donneur universel. Je ne sais pas si c’est tous les centres ou si c’est fonction du toubib du centre de don, mais voilà quoi, quand on allaite, c’est moyennement possible apparemment.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, oh la la, y a pas à se justifier hein ! Je fais l’article pour qu’on sache que ça existe et comment ça se passe, c’est tout ;-)
    Pour le don de sang ça m’étonne pas ; ce qui m’étonne c’est qu’on t’ai demandé si tu allaitais alors que ton bébé avait plus de 6 mois… Personnellement si l’occasion se présente après les fameux 6 mois (qui sont valables allaitement ou pas) je crois que je n’en parlerai pas, tout simplement. De toute façon j’ai la tension dans les chaussettes donc ils me prennent le minimum.

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, vu que la première fois qu’ils m’ont vue bébé avait genre 7 ou 8 mois, ils m’ont posé la question et me la reposent à chaque fois que je me repointe.
    (en tant que parisienne tu n’imagines sans doute pas à quel point on est vite repéré dans un petit village de province. ici si on t’a vue une fois on te reconnaît)
    poussin va arrêter de téter sous peu de toute manière (enfin si dieu ‘aime un peu et lui fait accepter un chocolat chaud), je pourrai reprendre le don du sang sans souci.

    Répondre

  3. Bravo la Poule :lol: Le lactarium est totalement inconnu ici : jamais de surplus à offrir :sad: Les coquilles et autres coussinets d’allaitement ne sont jamais passés par moi (sauf les tous premiers jours)… :roll: Et le don du sang, c’est pareil… Comme je prends un traitement quotidien à vie, je ne peux pas donner :cry: (Remarque, je pense que pour cette raison aussi, ils n’auraient pas voulu de mon lait, de toutes façons ;-) )

    Répondre

  4. La justification du chocolat, c’est une belle manière de rester humble, c’est bien la poule ça…
    Je serais curieuse de savoir ce qu’il advient du lait ensuite. Lors d’une réunion LLL j’avais entendu dire qu’il ne restait plus grand chose du lait tel qu’il était tiré… je me demande ce que cela signifie concrètement. :roll:
    Ici dans les alpes maritimes, le lactarium compétent est à Montpellier, et perso je ne me suis jamais sentie de me lancer, j’ai pourtant une hyper-lactation, mais justement j’avais peur de trop stimuler et donc de risquer d’engorger ensuite quand je ne pourrai pas tirer le lait… Mon garçon a 20 mois et je frôle encore la mastite dès qu’on loupe une tétée, et de toutes façons en travaillant ce n’était pas envisageable… Mais malgré tout je crois que j’aurais aimé donner, car ces bébés préma me bouleversent au plus haut point. Donc, malgré le « non-altruisme-choco-justifié », bravo la poule ! ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @tinitek, logiquement ils font des analyses et puis ils mélangent tout et le pasteurisent. Je ne sais pas s’ils peuvent recongeler après pasteurisation, ou s’ils le lyophilisent (ça doit être plus simple pour le transport vers les hôpitaux).
    Personnellement je suis plutôt en hyper lactation aussi (aucun de mes deux téteurs monstres n’a jamais réussi à me vider un sein), c’est pour ça que je ne tire qu’une fois, pendant une tétée, au TL manuel et seulement jusqu’à ce que ça ne coule plus par plein de petits jets (après j’ai la flemme). Du coup ça ne se sent pas trop les jours où je ne le fais pas.

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, même en tétant toutes la soirée, Pouss2 ne te vide pas les seins :shock: Moi au bout de 3/4 d’heure je suis essorée… (les tétées de journée ne me « vident » pas non plus à chaque fois…) Quant au tire-lait, dans mon souvenir (y a un an environ), parfois ça coulait dru, parfois c’était la grosse misère… Alors, tout compte fait, entre le lactarium et les réserves pour la reprise (le 20 juin) que je n’ai pas encore commencé à faire, je pense que ce sera les réserves… Je fais le deuil de mes bonnes résolutions et de mon altruisme naissant ;-) … (ni le temps ni l’énergie :sad: )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, non il y a toujours du lait. J’en suis certaine parce qu’après 3/4 h de tétée j’ai le mamelon en compote alors j’exprime un peu de lait pour l’apaiser. D’ailleurs c’est pour ça que je change de sein dans ces cas-là (et aussi pour changer de position :lol: )

    Répondre

  5. Le don au lactarium reste un des points positifs de mon début d’allaitement plus que foireux. Comme j’ai tirer mon lait dès la montée de lait, que j’ai vu que je pouvais produire pour 3 bébes comme la mienne (surtout que j’avais le top des TL le lactima double pompe), et que je n’aime pas gacher (c’est mon côté guy roux lol), j’ai demandé à donner à la mater et la suite c’est fait naturellement. Par contre moi quand je tirais je ne pouvais faire que ça, et pour le coup le dpuble pompage ça fait très machine à traire mais c’est diablement efficace. Et pour ma miss la tétée était tellement aléatoire que je ne pouvais rien faire d’autre.
    Pupuce faut pas culpabiliser non plus. on donne tant qu’on a la volonté ou la possibilité. c’est tout de même un petit effort. Et puis le lait de bambin est peut être moins adapté au préma?

    Par contre pour le don du sang, c’est très crétin comme refus.

    La poule, moi aussi j’ai adoré allaiter pour manger plus. J’ai jamais été aussi mince qu’à la fin d emon allaitement. Le Top.
    Du coup a l’arrêt de l’allaitement, il a fallu que je freine grave sur le chocolat, bouhouhou.

    PS: Très bonne idée de billet.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @tête d’orange, moi non plus j’aime pas gâcher (et non je ne suis pas guy roux :mrgreen: ). J’aurais déjà voulu donner pour Pouss1 mais finalement ça ne s’est pas fait pour des raisons pratiques assez bêtes. Et oui, comme la collègue de Lynette dans Desperate Housewives, je crains l’arrêt de l’allaitement et la limitation du chocolat qui va devoir l’accompagner (surtout si je compense dans l’alcool :mrgreen: ).

    Répondre

  6. Intéressant l’article, ici (Suisse) les lactarium (lactaria au pluriel ? ;-) )n’existent plus et pourtant n’ayant pas de jumeau à Poussinette j’aurais bien aimé pouvoir faire « quelque chose » de tout ce lait en surplus.

    D’ailleurs ici les préma reçoivent du LA ou alors les mères tirent leur lait…

    Ah, et en fait les lactariums ont fermé depuis l’épidémie du HIV -dixit ma sage-femme de post-partum-….Ce serait intéressant pourtant car les distances sont relativement courtes sur les régions et le ramassage ne doit pas être si difficile— à quand le don de lait par la poste ? ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @zazila, pas de lactarium ?? c’est fou ! Il n’y a même pas des banques de lait (plus facile à mettre au pluriel) indépendantes ? Moi je propose le don de lait par internet, via paypal :mrgreen:

    Répondre

  7. j’ai allaité la première et donné le surplus puisque je tirais mon lait (elle était en néonat car née à 29sa+4).
    C’était aussi pour le lactarium d’idf, et le monsieur à l’époque (bin il y a 5 ans tout pile) m’avait dit qu’il fallait minimum 1,5L…pour un mois. Je lui ai un peu rigolé au nez, car je tirais ça en qq jours (6 tt/j minimum avec pas loin de 250mL chacune, la puce ne demandait seulement que 30mL ça allait vite)…je l’ai fait 2 ou 3 fois mais comme j’avais un mini congèlateur, beaucoup de réserves, un TL de crotte j’ai arrêté le don, quand la puce est arrivée at home.
    Mais ça m’a fait du bien de donner aux bb prémas (ou pas d’ailleurs) puisque ma puce avait pu en profiter en attendant d’avoir le mien…c’était un juste retour.
    que de souvenirs jour pour jour.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @maman-koala, ah je comprends mieux comment certaines femmes donnent plusieurs litres par semaine alors ! Le collecteur m’en avait parlé et je ne comprenais pas comment c’était possible en allaitant déjà un bébé (ici j’ai une bonne production ET un gros consommateur).

    Répondre

  8. Pour info, je crois qu’ils transforment notre lait en poudre (style Régilait !) car ça permet une meilleure conservation et facilite le transport ; bien sûr, certains éléments ne survivent pas à ce traitement (les cellules immunitaires, entre autres) mais les qualités nutritives demeurent quand même.
    Pour la Poule, je tirais aussi le matin, un peu après ma douche, sans me relaver les seins (effectivement, c’est lourd, surtout avant de partir bosser) ; je plaçais un sopalin ou un kleenex propre dans le bonnet du sein qui n’avait pas été tété par le bébé avant et je faisais un bib de 120 ml en prenant mon petit dej. Perso je n’ai jamais réussi à tirer mon lait durant une tétée, j’ai pas 3 bras :sad: , et puis la seule fois où j’ai essayé, ça a tellement intrigué la petite qu’elle ne tétait plus, elle se tordait le cou pour voir ce qui faisait « pshiiit pshiiit » à côté d’elle.
    Parfois je refaisais un bib le soir, si j’avais le courage, mais pas toujours.
    Sinon, en général, il acceptent le lait jusqu’au 6 mois de votre enfant, après il n’est plus adapté aux nourrissons et prématurés. Mais bon, 6 mois c’est déjà bien. Et pour la prise de sang, je l’ai faite juste avant
    de commencer le don (merci à la maternité qui n’a pas voulu me donner une copie des sérologies de fin de grossesse pour m’éviter de devoir refaire une prise de sang !) et plus ensuite ; c’était il y a 3 ans.

    Pour finir, j’ai trouvé sympa que ma fille ait certainement plusieurs dizaines de frères et soeurs de lait !… Côté pratique, c’est un peu contraignant, quand même et c’est vrai que leur matériel date de l’an 40. J’ai aussi tout fait avec mon manuel Avent qui marchait très bien. Ils en sont conscients mais ils manquent énormément de moyens.

    Isabelle

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, une bière au ptit déj ? :mrgreen: Bon tu n’es pas supposée boire du tout. Ceci dit moi l’autre jour j’ai fini un tiramisu au ptit déj dont je crois qu’il était un peu imbibé de vodka… Y a un préma qui va avoir le kif de sa vie bientôt :lol:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Non, c’était la bière de l’apéro du soir, et le biberon concerné celui de 22 ou 23 h…
    Quand même !… :roll:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, « le kif de sa vie  » :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Répondre

  9. Je m’étais renseignée avant la naissance de la crêpe et j’étais bien déterminée à fournir, pas de surplus à donner car déjà pas assez pour mon mien…. :cry:
    Question: Sachant que le lait change de composition régulièrement, comment en tiennent ils compte dans la redistribution aux bébés receveurs?

    Autre digression sur le don: j’avais entendu qu’il était possible de donner le cordon ombilical dont le sang est très utile pour la recherche, mais apparemment c’est très rare que la mater soit équipée pour le récolter. La SF m’avait regardée avec des yeux tous ronds quand j’en avais parlé et ne pensait pas que le commun des mortelles puisse être au courant. Ça m’a embêtée à l’accouchement que ce lien ne serve plus à rien, et j’ai reposé la question, mais non pas possible. N’est il pas dommage que cela ne soit pas plus connu et possible?

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe,
    Je peux te répondre pour la lait car j’avais posé la question au collecteur : ils mélangent tous les lait pour que celui-ci soit le plus « homogène » possible. C’est ce qui m’a amené à me dire que ce n’était pas grave si je buvais une petite bière avant de faire un bib, ils allaient le mélanger avec du lait de maman plus sobres !…Oui, je sais, c’est pas bien !… :sad:
    A côté de ça, ils font des tests sur les biberons que l’on donne (bactéries, alcool justement !) et on ne m’a jamais rien reproché !

    Pour le sang de cordon, je ne peux pas te répondre ; à part les « banques » qui veulent faire du commerce avec la conservation de ce sang, justement, je ne sais rien du don.

    Isabelle

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, effectivement pour le cordon il y a soit possibilité de stockage dans une banque privée (contre €€€ sonnants et trébuchants) soit de don pour une banque publique mais dans les deux cas c’est peu répandu dans les maternités. A vérifier mais il est possible aussi que ça implique de couper le cordon avant qu’il ait fini de battre.
    Ce qui m’étonne c’est qu’on a trouvé des cellules souches dans le sang menstruel mais que personne n’a encore proposé de le récupérer :mrgreen:

    Répondre

    EveNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ah tiens j’en parle un peu plus bas du sang de cordon!
    un article bientôt là-dessus???
    il y avait eu une émission du mag de la santé très bien dessus… et notre SF nous en avait parlé pendant la préparation à la naissance. effectivement ça implique de couper le cordon avant qu’il n’ait cessé de battre (enfin il me semble) mais pour nous le placenta est sorti dans la seconde qui a suivi le bébé, ça a surpris la SF qui a juste pu tendre les mains pour le rattraper…
    donc je suppose qu’il ne battait plus non?
    enfin je trouve que c’est vraiment un don très utile car il peut sauver des enfants et adultes atteints de leucémie et bien plus « facilement » qu’un don de moelle osseuse… il faut dire que j’étais sensible car j’ai une cousine qui en est décédée à 10 ans.

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    Je vous ai souvent entendu parler de couper le cordon après qu’il ai cessé de battre.
    N’ayant pas eu d’enfant, je suis pas très renseignée… Quel est l' »intérêt » ?

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, « l’intérêt » pour moi c’est de laisser le temps au cordon de finir son travail. C’est le cordon qui permet à ton bébé de respirer dans ton ventre et s’il est coupé de suite après la naissance, cela implique à ton bébé de prendre plus vite/brutalement? une respiration par voie nasale. S’il a cessé de battre tout seul, ton bébé a dans le même temps pris le temps de respirer par son nez, tout en douceur. Mais peut-être je manque d’infos purement médicales…

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, ben en fait j’ai cherché :oops: et voilà ce que j’ai trouvé : http://www.alternatives.be/fiches/clampage_cordon.htm
    C’est exactement ce que tu dis, merci !

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, ah ben voilà :mrgreen: et merci pour le lien ;-)

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette,
    Je crois aussi que ça évite indirectement les jaunisses (via le retour des globules rouges).

    Isa

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @La poule pondeuse, ah là aux USA il y ont pensé, cf ce site d’une biobanque privée où on vous propose de congeler votre sang mentruel. Incroyable mais vrai :shock: :shock:…moyennant finance évidemment ;-)
    Je l’ai vu dans un reportage sur la congélation de sang du cordon par des banques privées…
    http://www.celle.com

    signé zazila

    Répondre

    tête d'orangeNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe,
    ici aussi on m’a regardé comme une extraterrestre quand j’ai demandé si on pouvait faire don du sang de cordon.
    Pour le coup de couper le cordon quand il ne bat plus, j’avoue ne pas m’être posé la question; de toute façon j’ai eu une cesar et je pense pas que ce cher gynéco ait attendu gentiment :grin:
    Dommage toutes ces cellules souches sont allées à la poubelle :cry:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @tête d’orange, moi ma SF m’a juste proposer la banque privée… je savais même pas qu’on pouvait faire un don et que ça servait à d’autres… :sad:

    Répondre

    sabinounetteNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, pour le don de sang de cordon, ce n’est en effet possible que dans certaines mater de certaines régions. Ce sang est collecté par les établissements français du sang (EFS) pour être congelé et redistribué pour des greffes de cellules souches (elles ont la propriétés de se différencier en n’importe quelles cellules du sang). Ce don est anonyme et gratuit, comme le don du sang. Par contre, c’est un don avec beaucoup de contraintes, c’est pour cela qu’il n’est pas fait partout ; il faut une vraie formation pour les gynécos qui le prélève (d’où contrainte de temps), de plus, ce don demande une grande attention (problème de quantité de personnel). Enfin, il faut une quantité suffisante pour que le don soit retenu par l’EFS, ce qui est rarement le cas :sad: .
    Pour finir, il y a énormément de contraintes de transport car il y a très peu de banques de sang de cordon en France (je crois 5 seulement !) qui sont très onéreuses à mettre en place…
    En plus, il faut que le temps de transport soit le plus court possible… pour qu’il ne perde pas ses propriétés et qu’il soit congelé dans les temps.
    Il faut savoir qu’on est un des seuls pays d’Europe à pratiquer ce don, il n’est pas reconnu partout dans le monde !

    Répondre

    EveNo Gravatar a répondu :

    @sabinounette, dans ma maternité c’est la SF qui a prélevé le sang de cordon, je n’ai pas vu un seul gynéco de tout mon séjour (le pied!) et elles avaient un objectif de prélèvements par jour à remplir donc elles le proposaient à toute nouvelle future maman.
    il y a aussi des affiches à la maternité.
    par contre j’étais surprise, on signe un papier pour autoriser le don et seule la signature de la maman est nécessaire : mais c’est logique, c’est un petit bout de son corps…
    Pour mon don la quantité était bien atteinte mais apparemment ça n’a pas suffi.

    Répondre

    rysyNo Gravatar a répondu :

    Bonjour, j’ai accouché il y a 10 jours. A ma demande, la sage-femme a prélevé du sang en me disant qu’il serait envoyé directement à Gustave Roussy (Villejuif). Pour la recherche, il me semble. Je dois avouer que je n’avais pas trop la tête à demander des détails au moment où je découvrais mon bébé.
    Maintenant, le don de lait me tente vraiment (je suis donneuse régulière de plasma et de plaquettes); mais je galère tellement dans le démarrage de l’allaitement que je vais attendre avant de contacter le lactaruium :razz: chaque chose en son temps !!

    Répondre

  10. Avant ma grossesse je donnais mon sang régulièrement, c’est donc tout naturellement que j’avais pensé donné mon lait. Mais finalement, avec mon réflexe d’éjection fort (limite hyperlactation), j’ai plutôt cherché à éviter tout ce qui pouvait contribuer à surstimuler ma production.

    Et quand je me suis décidée, c’était presque trop tard car ma fille avait déjà 5 mois, alors j’ai laissé tomber. :oops:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, ici grosse production et plus ou moins REF aussi, et dans la configuration décrite pas de souci, mais chaque cas est différent ;-)

    Répondre

  11. ah le don de lait… j’aurai voulu pouvoir le faire! mais comme suzie pas de surplus… snif! j’ai allaité exclusif jusqu’à 5 mois et demi mais ça a été difficile en terme de quantités, en plus j’avais repris le boulot donc compliqué les choses! m’enfin l’allaitement continue toujours au bout de 9 mois et même si elle a un bib de LA par jour c’est toujours ça : à ce stade on profite vraiment un max des tétées…
    ça me fait penser au don de sang de cordon : prélèvement effectué nickel à la naissance mais lettre quelques temps après pour dire qu’ils n’avaient pas pu exploiter le don… dommage.

    Répondre

  12. @toutes,dans mon cas j’ai allaité 11 mois et ma poitrine a presque disparue :roll: (au départ elle n’était deja pas trés volumineuse ) Alors je me dis que si en plus j’avais fais le choix de donner mon lait j’imagine que elle aurait disparue complètement :???: Comme j’ai l’intention d’avoir un 2ème Poussin je la préserve; je ne sais pas si c’est le cas pour vous aussi mais dans mon cas l’allaitement m’a pas mal dégonflé les seins :roll:
    En tout cas pour celles qui donnent félicitations !

    Répondre

    tête d'orangeNo Gravatar a répondu :

    @Anne, petite poitrine à la base j’ai été bien fournie pendant la grossesse et le début d’allaitement, puis perte d evolume lors de la lactation automatique. 10 mois après l’arrêt j’ai retrouvé ma poitrine d’avant, même si au départ mes seins m’ont parus plus petits. je pense que c’est plus du à la perte d’elasticité des tissus suite au gonflement des glandes mammaires. Pas d’inquiétude tes nénés ne vont pas disparaitre avec la production de lait. :mrgreen:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @tête d’orange, pareil… J’ai aussi entendu (mais ça doit être un conte de bonne femme ;-) ) que c’est le gras des nénés qui part en premier avec l’allaitement… Dans mon cas, je n’ai une « belle poitrine » (entendre, un peu moins minus que d’hab) que pendant un mois ou deux après l’accouchement… Pendant la grossesse et lactation automatique= carrément la bérézina/gants de toilette/demi-blinis (ne rayer pas la mention inutile :mrgreen: :lol: )

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, idem.
    hélas.
    (limite je les ai dans le dos, là, quand je dis que j’allaite encore la plupart des gens me demandent « avec quoi? ». :lol: )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Anne, ben moi je vais peut-être faire des jalouses mais après Pouss1 j’ai pris une taille de soutif et là j’explose toujours dans le 95 H après 3 mois d’allaitement et j’en ai marre ! Croyez moi c’est pas un cadeau :roll:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    H :shock: :shock: :shock:
    ça existe ??? Moi qui me plaignait avec du D ?
    Chapeau !

    Isa

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, ça va jusqu’au L… (à ma connaissance)

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ça va même jusqu’au bonnet M.
    http://www.youtube.com/watch?v=Nm1g8FFRArc
    :mrgreen:

    (j’adore faire cette blague, désolée ! :arrow: )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, :lol: :lol:

    Répondre

  13. J’ai aussi donné un moment, et mon expérience (à Lyon) diffère un petit peu de la tienne :
    – pas de stérilisation à froid, uniquement à chaud
    – pas besoin de se laver le sein avant, le brumisateur était suffisant
    – la collectrice pouvait passer chaque semaine, à condition d’avoir une quantité mini de 700ml à 1L environ. Si j’avais moins, on pouvait faire sauter un RDV.
    – je n’ai pas eu à faire remplir un dossier médical, j’ai simplement eu une discussion par téléphone avec le médecin du lactarium, genre questionnaire du don du sang.

    Et la seule quantité vraiment minimum à donner au lactarium, c’est 1L, pour que sa valeur rentabilise les frais de la sérologie

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @petit-scarabée, intéressant de voir les petites différences. A priori on doit pouvoir stériliser à chaud aussi mais c’est vrai que ça fait moins de bazar d’avoir le bain de milton dans la cuisine ; surtout on sait que le tire-lait reste « propre » jusqu’à l’utilisation, sinon il faut avoir un endroit pour le garder après stérilisation.

    Répondre

  14. Ton billet, La Poule, m’a rappelé un billet d’un autre blog que j’avais lu il y a longtemps et que j’ai eu envie de partager :
    http://biboudavril.over-blog.com/article-3420420-6.html

    évidemment le ton est un peu provocateur, mais je trouve que la réflexion et les propositions sont vraiment intéressantes.

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé,
    A mon avis, ce sont 2 problèmes très différents, encourager les mères à allaiter ne résoudra pas les besoins des lactariums (ou lactarii, on ne va pas jouer les latinistes, vous avez compris !) ; je pense que la grande majorité des mamans dont les bébés bénéficient de dons de lait voudraient pouvoir les nourrir elles-mêmes. Généralement, les tout petits prémas ne peuvent recevoir directement le lait de leur maman, sans une batterie de tests qui prennent plusieurs jours : c’est du lait de lactarium qui leur est donné en attendant. Et j’imagine que commencer un allaitement lorsqu’on vient d’avoir une crevette de 1kg qui risque de ne pas vivre ou d’avoir des séquelles à vie, ça doit être très très difficile. On sait bien qu’il y a une grosse composante psy là dedans !
    Ce n’est qu’un exemple, je pense qu’il y en a bien d’autres (je ne suis pas familière de cet univers), mais pour ma part, je ne me suis pas dit que j’allais soulager des mamans feignasses en donnant mon lait (même si j’ai bien compris que l’article est volontairement provocateur).
    Il faudrait savoir si les lactariums ( :?: ) existent en Norvège ou en Suède, où le taux d’allaitement frise les 100 % ? Qqln sait ?

    Isabelle

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, après rapide recherche (j’ai plus les liens sous la main) il y en a en Norvège, Suède, Allemagne… Bref des pays a priori très pro-allaitement !

    Répondre

    FynnNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, Ah oui je n’avais pas pensé les choses comme ça !!!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, autant je suis d’accord pour soutenir à fond les mères qui veulent allaiter, et pour les prémas ce n’est vraiment pas facile (allaiter au tire-lait etc) autant je ne pense pas qu’arrêter de donner soit la solution. Ce sont les bébés qui seront pénalisés et au pire ils fermeront les lactariums/lactaria/lactarii (bref on voit le truc :mrgreen: ) comme en Suisse et leur donneront du LA. Par ailleurs je pense que l’allaitement ne coule pas de source (ha ha ha) pour tout le monde, cf un billet précédent, et que dans ce cas même dans les meilleures conditions y en a chez qui ça ne marchera pas (bien) : faut-il leur rajouter ce stress et cette pression supplémentaires ? Moi je ne le crois pas.

    Répondre

  15. merci la poule pour ces infos. Donner mon lait. J’y ai pensé, je l’ai envisagé mais n’ai pas faire les démarches concrètes pour. J’ai eu peur de manquer de lait pour mon propre bébé (en même temps, vu que la quantité du lait s’adapte à la stimulation du sein, y’a pas de raison, non?), pas envie de gérer des contraintes pratiques avec déjà mon petit bout à gérer… et finalement, effectivement, l’article du blog signalé dans le message précédent, m’a fait réfléchir et ça me donnerait presque envie de boycotter moi aussi les tires lait. Mais comme j’ai un côté généreux, je me dis que pour les cas où les mamans voulaient allaiter et ne l’ont pas pu (manque d’infos en autres), c encore plus dur de refuser de donner son lait si on en a en profusion.
    Peut être pour un 2ème?

    Répondre

  16. Un peu comme Charlinette en fait avec début d’allaitement difficile et donc pas trop la tête à donner… mais pour un prochain, je le tenterai !
    Et merci la Poule pour les infos et aussi les Poulettes pour toutes vos interventions intéressantes. J’en apprends toujours en venant à la Basse Cour ;-)

    Répondre

  17. Merci pour ces infos . Pour ma part, je fais la feignasse, j’ai un peu honte mais je suis encore bien crevée et pas du tout envie de m’embêter avec tire-lait, stérilisation … Mais dès que possible je redonne mon sang, j’en ai bénéficié lors de mon accouchement, alors c’est normal que je « rende « .

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @sophie, je ne suis pas sûre qu’on puisse donner son sang après avoir été transfusé :?:

    Répondre

    sabinounetteNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, non normalement, on ne peut pas…

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, c’est dingue que je ne puisse plus donner mon sang … :sad: En tout cas ça me motive pour le don de lait si je continue à avoir une bonne production, je contacte le lactarium !

    Répondre

  18. C’est bien dommage que cela n’existe pas au Québec. Sur la côte ouest du Canada oui, mais pas ici. Cela dit, je me serais sûrement fait répondre comme pour le don du sang que j’avais « la vache folle » :roll: vu mon état de française (si si terme exact). Maintenant plus de « souci », j’ai été transfusée, donc… en tous cas merci de faire connaitre cela, j’avoue qu’avant que notre connaissance commune ne m’en parle je ne connaissais pas, comme beaucoup de femmes!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @chaponne, entre le commentaire de zazila et le tien : le lactarium est-il une spécialité française ?? va falloir que je cherche…

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @La poule pondeuse, effectivement en Suisse j’ai regretté que ça n’existe pas… Mais bon la logique suisse, j’ai arrêté de chercher (on peut donner du sperme mais pas des ovocytes, on rembourse les inséminations mais pas les FIV, et on donne du LA aux prémas alors que des mamans seraient ravies de donner leur lait…) :roll:
    Maintenant c’est vrai que ça serait intéressant de savoir si les lactariums existent aussi dans les pays où l’allaitement est une généralité… Ça me semblerait logique, parce que dans une culture où l’on est persuadé des bienfaits du LM, on devrait faire le maximum pour les prémas que les mamans ne PEUVENT pas allaiter… Non ?
    En tout cas si c’est une spécificité française, un bon point pour la France sur ce coup-là !

    Répondre

    soleil- a répondu :

    @, et zut, anonyme c’était moi…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @soleil-, comme dit plus haut ça existe dans d’autres pays, même si l’organisation varie un peu. En gros c’est la version « moderne » de la nourrice ;-)

    Répondre

    chaponne a répondu :

    EN fait Québec est pro-allaitement, d’où ma surprise que les lactarium (a??) n’existent pas… Pas très logique à mon sens!
    Cool que la France ait une bonne structure (pour une fois :mrgreen: )

    Répondre

  19. Et on peut même donner son lait si on est pas mère? Eh oui, personnellement j’ai tellement envie d’avoir un bébé que j’ai du lait sans même être enceinte!!!Mais je ne vais peut-être pas m’aventurer à le donner…
    En tous cas, cette présence de lait augure bien de mon futur allaitement, et j’espère avoir suffisamment pour donner. Ma mère l’a fait quand elle m’allaitait, et mes grands frères se souviennent encore « du monsieur qui passait récupérer le lait »!
    Merci pour tes billets toujours sympathiques et bien documentés!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @anne, a priori je ne crois pas mais tu peux toujours les appeler…

    Répondre

  20. Très bel article.

    Le lactarium de montpelliers a pu avoir 56 L de ma part ainsi que 1,L5 de colostrum tiré pendant le dernier trimestre de ma grossesse.

    Pas de pastille de congélation, mais une stérilisation à la vapeur chez nous ;)

    voilà ma contribution ;)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @perle, 56 L !! 1,5 L de colostrum !! :shock: :shock: chapeau…

    Répondre

  21. C’est seulement après la reprise du travail que je me suis renseignée pour donner mon lait. Je tirais 200ml de plus que nécessaire par jour et mon congélateur était plein.
    Malheureusement les lactariums (à 1h de chez moi) ne se déplacent pas jusque chez moi. J’ai proposé mon lait à des copines qui allaitent mais personne n’en a voulu :(

    Sinon je n’ai pas encore eu la volonté de faire les démarches pour le don du sang. J’ai un peu honte car je suis O-.

    Pour l’age du bébé lors du don du lait je ne suis pas d’accord. Je crois que le lait d’un bébé de + de 6 mois est toujours meilleur que du LA. Je crois l’avoir lu sur la LLL. Et puis je crois que certains lactariums acceptent des laits de plus de 6 mois de post partum.

    merci pour l’article!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @margotton, il semblerait qu’il faille commencer avant les 6 mois du bébé mais qu’on puisse ensuite donner sans limite d’âge. Cela dépend aussi peut-être des institutions.

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    A Paris en 2007 (donc ça a peut être changé), ils prenaient le lait jusqu’au 6 mois de bébé. A priori après, la composition n’est plus adaptée aux tout petits. Mais s’ils manquent de mamans, ils ont peut être assoupli les critères.

    Et je n’en reviens toujours pas que ça aille jusqu’au L les sous-tif ! :shock: C’est pas possible !…

    Isa

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, je demanderai au prochain passage de Bernard (eh oui c’est Bernard maintenant !). Pour l’âge hein, pas pour les soutifs :mrgreen:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Ahhh, Bernard !… Toute une histoire !
    Remarque, je suis sûre qu’il est au courant pour les sous-tif aussi ! ;-)

    Isa

    Répondre

  22. @ la Poule
    Il me semble que tu es en congé parental, je souhaite moi aussi prendre 1 congé parental entre 4 et 6 mois.
    J’ai eu la CAF mais il n’ont pas été très clairs sur tous les points ( j’adoooooooooooooore les services administratifs français : ils ont toujours l’air un peu paumé quand tu les appelles ou ils sont moins au courant que toi !!! ).
    Ma question est la suivante : sais-tu si je peux prendre ce congé en 2 fois : genre je pose 4 mois et puis 2 mois ensuite car j’hésite encore sur la durée et si oui, quelles sont les démarches à suivre.
    Merci la Poule ou les Poulettes qui peuvent m’éclairer sur le sujet « congé parental » :razz:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @OPALE, autant que je sache, tu peux prendre le congé parental « au mois » mais y’aura que 6 mois maxi de rémunérer par la caf pour un 1er enfant. DOnc oui normalement tu peux poser que 4 mois de confé parental, ou 6 mois. A vérifier cependant hein ;-)

    Répondre

    margottonNo Gravatar a répondu :

    @OPALE, je crois que tu peux renouveler 3 fois ton congé parental et qu’il est maximum de 1an renouvelable 3 fois. Ce qui fait que si tu prend 4 mois, puis 2 mois tu ne pourras prendre que 1.5 an au total si jamais tu voulais poursuivre le congé parental plus de 6 mois.
    Je ne sais pas comment c’est cumulable, et calculé, avec la possibilité de faire un 80% parental.

    Répondre

    tinitekNo Gravatar a répondu :

    @margotton, C’est exactement cela. Je suis resp. juridique et RH donc je confirme l’info. On confond souvent droit du travail et prestations CAF.
    Le droit du travail permet un congé parental qui se termine au plus tard au 3è anniversaire de l’enfant. En revanche on peut décider par deux fois seulement de le renouveler, donc si on veut prendre un congé le plus long possible, il faut poser le maximum à chaque fois (une année, donc, comme indiqué par Margotton).
    Le congé parental (à temps complet) n’est pas rémunéré par l’employeur. La CAF verse une indemnité en fonction du nombre d’enfants, des revenus etc, mais ça n’a rien à voir avec le droit social. Certains collègues pensent qu’ils n’ont droit qu’à 6 mois de parental parce que la CAF ne verse des indemnités que 6 mois pour le 1er enfant, mais ça n’a aucun rapport.
    Bon à savoir aussi, on peut poser un congé parental à temps partiel avec un nombre d’heures que le salarié choisi (de mémoire, entre 12 et 39h, à vérifier). C’est parfois très pratique pour se garder un revenu minimum ou un pied dans l’entreprise.

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @OPALE,
    Pour compléter ce qui a été dit + haut, le temps partiel (dans mon souvenir) est compris entre 80% et 10% de la durée légale du travail dans ton entreprise. Et l’employeur peut t’imposer les horaires/jours travaillés ou non si vous ne parvenez pas à vous mettre d’accord.
    Petite chose à savoir aussi (mais ça a peut-être changé depuis 2004), les allocations si tu cesses/réduis ton activité sont versées au mois civil, donc arrange-toi pour faire commencer ton CP un 1er du mois (avec des congés ou des RTT) si ça suit directement le congé maternité.
    Pour info aussi, les modalités sont différentes dans la fonction publique.
    Isa

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @Isabelle, OK, pour le temps partiel à 80%, si tu souhaites une allocation de la CAF. En revanche, tu peux travailler à 90% dans le cadre du congé parental, sans allocation. C’est la différence soulignée par Tinitek, entre le congé parental en droit du travail et les conditions d’attributions d’une allocation ou non par la CAF.

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @,
    Je crois que c’est ça :
    « Lorsque le (ou la) salarié(e) choisi une activité à temps partiel (entre 16 et 28 heures C.Trav.art.L.122-28-1) c’est l’employeur qui détermine les horaires de travail ; il devra veiller à ne pas abuser de ce droit en fixant des horaires trop contraignants au salarié. »
    Il faut en fait réduire d’au moins 1/5ème la durée du travail, donc c’est parfois 28, pour ceux qui sont à 35h, sinon, c’est +.
    Isa

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @, anonyme c’était moi. (J’ai un nouvel ordi, j’avais oublié de mettre mon pseud. ;-) )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @OPALE, pas grand chose à rajouter, les autres sont bien plus expertes que moi !

    Répondre

    OPALENo Gravatar a répondu :

    @ toutes les Poulettes : Merci les filles pour vos réponses, vous avez éclairé ma lanterne ! ;-)
    Bonne journée à toutes.

    Répondre

  23. Je suis normande. Notre lactarium est celui de Marmande, le plus gros de France,à 700 km de chez moi ; bonjour le bilan carbone :!:
    Le lait de plusieurs donneuses y est lyophilisé, soit le moyen de conservation qui endommage LE PLUS le lait maternel :x , histoire de tuer au maximum les éventuelles bactéries et autres virus que celui ci pourrait contenir alors que le lait maternel n’est redistribué que si la donneuse en a donné plus de 800 ml, seuil en deçà duquel il n’est pas rentable de réaliser toutes les sérologies (qui ont pourtant déjà été faites pendant la grossesse…). Donc, si une maman donne 700ml, tout part à la poubelle, sauf le chocolat qu’elle a mangé, qui lui, risque de rester dans les cuisses…
    Quant aux heureux bénéficiaire de ce lait maternel en poudre reconstitué avec de l’eau d’Evian (car il paient le flaconnage en échange d’y apposer leur logo sur l’étiquette !), ils seraient le plus souvent bien mieux nourris avec le lait frais de leur maman qui a tout bonnement choisi de ne pas allaité, et qu’il ne faudrait surtout pas culpabiliser… Biensûr, elle n’aura pas conscience du coût du lait maternel de lactarium dont son bébé bénéficie ; et encore moins du bilan carbone. Elle ne saura probablement pas non plus que si son bébé de 800 grammes buvait son lait frais, très riche en collostrum, lymphocytes, macrophages et bien plus gras que celui reconstitué que son bébé boit ; il réduirait très significativement son risque de développer des complications de la prématurité et d’en mourir :cry:
    Mais cette maman a choisi de ne pas allaiter, alors que l’on ne vienne pas l’embéter avec un tire-lait dans sa chambre à la maternité au risque de la culpabiliser.
    Personnellement, je préfèrerais que l’on sensibilise d’avantage les mères dont les bébés ont besoin de leur lait frais, il est tellement meilleur pour eux…
    J’espère que je ne vais pas te couper dans ton bel élan, moi, je préfère en mettre dans mon congélo les jours où je déborde… et bon appétit pour de côte d’Or aux amandes caramélisées avec une pointe de sel.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @louidélie, je comprends tes réticences sur le bilan carbone et l’organisation générale. Cependant je ne crois pas que la majorité des bébés qui bénéficient d’un don de lait en aient besoin parce que leur mère n’a pas envie de s’embêter avec un tire-lait. Par exemple une amie qui travaille en maternité me parlait l’autre jour d’une femme qui avait commencé à tirer son lait pour son bébé prématuré mais qui devait rentrer chez elle. Sauf qu’elle n’a pas de voiture, doit se farcir une collection de bus de banlieue pour aller à l’hosto voir son bébé et qu’elle vient d’avoir une césarienne. Physiquement elle ne peut pas supporter le trajet pour aller voir son bébé, et donc pas lui apporter son lait (et n’a pas de congelo pour stocker). C’est un exemple. Des situations pourries du genre y en a à la pelle. Y a aussi celles qui n’y arrivent pas (ou plus) avec le tire-lait. Celles dont l’état de santé ne permet pas d’allaiter (cancer…). Etc etc. Bref je ne crois pas qu’il y en ait beaucoup, des mères avec un bébé crevette en néonat qui se disent que le tire-lait c’est pénible et qu’une bonne poire va s’y coller à leur place. Et quand bien même, au final le bénéficiaire c’est un petit bébé qui n’est pour rien à cette histoire.

    Répondre

  24. Bah disons qu’ayant été sage-femme dans une maternité de niveau III (avec service de réanimation néonatale) ; je sais malheureusement trop bien que oui, la majorité des bébés recevant du lait de lactarium pourraient bénéficier de celui de leur maman qui a choisi de ne pas allaiter :cry: .
    Evidemment, les cas de contre indication à l’allaitement existent et les problèmes liés à la logistique aussi, c’est pour cela que c’est très bien que tu donnes ton lait. Mais franchement, une fois lyophylisé et réhydraté, goûte-le et bon courage pour ne pas te dégoûter (prévoit au préalable ton carré de Côte d’Or juste à côté… ;-) ).

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @louidélie, je trouve pas ça très bon le lait maternel de toute façon, mais alors le gallia c’est carrément infâme ! Donc apparemment c’est pas le goût qui les dérange le plus… Et puis les prémas ils sont gavés à la sonde non ? Donc ça ne passe pas par leurs papilles ;-)
    Pour les mères, je n’ai pas d’expérience comparable à la tienne, mais bon le collecteur me disait qu’il y en a pas mal aussi qui sont tellement persuadées qu’elles ne peuvent pas avoir de lait avant terme que c’est auto-réalisateur :roll: Je pense qu’effectivement il y a un gros travail à faire de normalisation de l’allaitement et de correction des idées reçues du genre, et qu’il y aurait sûrement beaucoup plus de mères dans ce cas qui pourraient donner à leur bébé. En attendant les bébés ont besoin du lait maintenant, et à ma petite échelle j’essaie aussi de répandre la « bonne parole » autour de moi :mrgreen: (à côté les témoins de Jéhovah c’est de la gnognotte :mrgreen: ).

    Répondre

    louidélieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Après qq recherches, au lactarium d’Ile de France, le lait collecté est congelé ;-) et ne subit pas de lyophylisation :sad: comme cela se pratique au lactarium de Marmande. Donc ton lait n’y est pas trop maltraité et garde plus d’avantages nutritionnels et surtout immunologiques que si tu n’habitait sur la zone de collecte du lactarium de Marmande, le plus grand de France.
    Entre les lactaria, il existe donc des différences dans le traitement du lait, il y est plus ou moins bien « respecté », mais toujours mélangé entre différentes donneuses (le chiffre varie, 4 en Île de France).

    Répondre

  25. Mon fils après la naissance a atterri en néonat (il n’était pas préma mais malade). Dans le service j’étais la seul à tirer mon lait pour mon enfant. Tous les autres bébés (tous préma) étaient au biberon. Une maman juste après la naissance avait commencé à tirer son lait, elle avait ensuite arrêté, trop de fatigue, trop de stress. Ces naissances ne sont quand même pas des naissances ordinaires, psychologiquement le parcours de la grossesse n’est pas fini (je pense que ce n’est pas pour rien qu’il faut 9 mois). Je suis tout a fais convaincu que ces mères devraient être mieux prises en charge, peut-être réunion de soutien, explications… mais quand on voit déjà la difficultés pour certaines mère de bébés nés à terme et en bonne santé d’allaiter alors je ne m’étonne pas que ces mères soient désemparés et ne peuvent allaiter leur enfant.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Vert Citrouille, oui c’est tout à fait ce que je pense ! Pour moi c’est un peu du même ordre que de dire qu’être mince n’est qu’une affaire de volonté…

    Répondre

    Vert CitrouilleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, J’aime beaucoup ce parallèle… :razz:

    Répondre

  26. Reçu hier une lettre du lactarium avec les résultats de mes analyses (incroyable je n’ai attrapé aucune MST depuis la fin de ma grossesse, c’est fou non ? :roll: :lol: ) :
    « Pouvons-nous vous demander encore une faveur ? Aidez-nous à poursuivre notre tâche en faisant connaître le Lactarium à toutes les mères de votre entourage susceptibles elles aussi de donner leur excédent de lait maternel. »
    Bon ça, c’est fait :lol:

    Répondre

  27. J’ai fait un stage en réanimation néonatale et en néonatalogie et je confirme : les mères allaitantes ne sont pas du tout soutenues. D’ailleurs, suite au développement d’une bactérie multirésistante il y a un an dans les tire-lait du service (pourtant stérilisés à chaque fois) eh bien les mères doivent tirer leur lait chez elles, et le ramener ensuite dans le service, où il est analysé à chaque fois avant d’être donné au bébé. Pas mal de mamans, quand elles arrivent à tirer leur lait, ont un lait qui ne passe pas le cap des analyses (si on trouve un germe, le lait est jeté). Forcément, trimballer son lait dans le métro, on a vu mieux!
    Et puis sans compter que les mamans doivent faire un choix entre : venir voir leur bébé (souvent elles viennent de loin) et tirer leur lait suffisamment régulièrement pour en avoir assez pour un allaitement exclusif. Ce qu’elles ne peuvent faire que chez elles donc!
    Autrement dit, quasiment aucune maman ne parvient à un allaitement exclusif; de toutes façons, le personnel s’empresse de donner du lait (au biberon bien sûr) au bébé dès que la maman est partie. On ne demande même pas, la plupart du temps, si la maman veut qu’on donne le lait à la seringue à son enfant.
    Et à côté de ça, on prescrit du lait maternel du lactarium aux bébés!!!
    J’ai ressenti un profond sentiment d’amertume en quittant ce service, car après une naissance volée le plus souvent, on ne laisse même pas l’espoir à la maman de créer un lien très fort via l’allaitement…
    Il reste des progrès à faire.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @anne, c’est sûr que ce n’est pas très encourageant tout ça, mais je crois quand même que les mentalités évoluent petit à petit (je connais deux bébés prématurés nés à 25 ans d’intervalle dans le même hôpital, eh bien l’expérience des parents est diamétralement opposée !).

    Répondre

  28. Petite question on dit que le lait évolue avec bébé alors comment on peut donner un lait d’une maman qui donne le sein à son enfant qui a 5 mois ou plus pour un préma ? le lait est trop riche pour le préma non ?

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Repond, effectivement pour un bébé (et en particulier un préma) l’idéal c’est le lait de SA mère, mais le lait de femme reste toujours mieux que le lait artificiel.

    Répondre

  29. Après contact avec le lactatirium (le pluriel est lactaria, comme tous les mots en um 3e déclinaison latine), je ne peux pas donner mon lait car j’ai été transfusée :sad: c’est dommage car j’ai une belle production…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @sophie, ah dommage ! Bon tu peux toujours le revendre à prix d’or sur le net :mrgreen:

    Répondre

    tête d'orangeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, il y a quelques temps un resto cherchait à acheter du lait maternel, un nouveau complément de revenus? :lol:

    Répondre

  30. Moi je dis merci car c’est grace à des personnes comme toi que mon bb a pu avoir du « lait de mère » en néonat (le temps que mon propre lait soit analysé et qu’on puisse lui donner :roll: )

    Par contre j’ai pas été sympa, mais je ne me suis pas rendue capable de « rendre la pareil », j’ai passé déjà tellement de temps à tirer mon lait avant de pouvoir récupérer mon bb, qu’une fois au sein je ne voulais plus voir cet appareil de malheur…

    Répondre

    AlienorNo Gravatar a répondu :

    @Céline, tu auras tout le temps de « rendre service » à d’autres à un autre moment ou d’une autre manière! Accueillir un BB en passant par la case néonat c’est déjà énorme.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Céline, chacune fait en fonction de ce qu’elle peut, je comprends tout à fait ta tire-lait-phobie ;-)

    Répondre

  31. Je trouve que c’est vraiment une belle chose à faire, ça me tente depuis longtemps. En fait depuis que j’ai commencé à allaiter mon premier et donc à inonder régulièrement draps et t-shirts, je me suis dit que ça serait mieux utilisé dans le coco d’un petit, tout ce bon lait répandu quel gâchis ! (c’est ma nature paysanne qui ressort)

    C’est vraiment dommage que ce ne soit pas un service très répandu. Ici en Estonie je ne crois pas que ça existe, peut-être parce que l’allaitement est une évidence (tradition scandinave + passé soviétique). Et dans ma région d’origine il n’y a pas de lactarium.

    Peut-être qu’il y a des initiatives à prendre pour inciter à la création de ce genre de centres ? Je vais essayer de me renseigner, mais pour cette fois ce sera foutu je pense, si la limite est aux six mois du bébé…

    Répondre

  32. […] le demandera, ma graisse (dont je fais des réserves importantes à cette seule fin bien sûr), du lait (enfin quand j’allaite), du sang « normal » (quand l’occasion se […]

  33. […] de donner du lait humain qui ne soit pas celui de la mère : en France actuellement le lait des lactariums (lactaria?) n’est disponible que sur ordonnance et seuls de rares échanges informels […]

  34. […] ma part, je me suis inspirée de la technique que Poule Pondeuse décrit dans son blog : après la tétée du matin, je remettais mon fils au lit et j’allais prendre ma douche. Je […]

  35. Justo lo que estaba buscando, muchas gracias besos.

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Au monde    |     Suiv. Un zèbre à la maison (1) » »