Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Mes choix pour cette grossesse (1)    |     Suiv. La basse-cour a la parole » »

Mes choix pour cette grossesse (2)

Par  • Le 8 septembre 2009 à 8:41 • Catégorie : Faire un bébé, Grossesse

edward-cullen-photo Après vous avoir parlé du cadre général et en particulier du déroulement de l’accouchement dans le billet précédent, voici plus de détails sur le suivi de grossesse en lui-même et ce que nous avons choisi avec la sage-femme. Il faut déjà savoir que ce n’est pas parce qu’un test ou un examen est systématiquement proposé et/ou remboursé qu’il est obligatoire. En fait il n’y a pas grand chose d’obligatoire (il semblerait que les sept consultations prénatales * soient nécessaires pour toucher les allocations familiales et obtenir le 100% de la sécu pour la fin de la grossesse mais il doit y avoir un minimum de souplesse, pour les grossesses découvertes tardivement par exemple). Mais on trouve facilement des phrases, comme ici par exemple (les fautes d’orthographe sont d’origine…), qui montrent qu’il y a encore du chemin à faire :

Si certaines [consultations prénatales] sont obligatoires pour être en règle au niveau administratif, d’autres en revanche sont purement médical et nécessaire au bon déroulement de la grossesse.

Les consultations ne sont pas nécessaires au bon déroulement de la grossesse, elles le vérifient, nuance. Cela peut paraître anecdotique mais c’est à force de présenter les choses comme cela que les femmes perdent confiance en elles.

Pour en revenir à nos moutons, je fais donc mes consultations prénatales avec ma sage-femme. Celles-ci durent quasiment une heure et c’est principalement l’occasion de parler (bon OK je me plains pendant environ 99% du temps). Il y a bien sûr aussi quelques actes médicaux : prise de la tension, écoute du coeur du bébé, analyse d’urine, mesure de la hauteur utérine, pesée (gloups). Le toucher vaginal est facultatif (seulement si signes d’alerte comme des contractions par exemple, donc pour le moment aucun), comme dans d’autres pays européens. Les analyses de sang sont faites dans un labo en ville et les échographies chez ma gynéco.

La sage-femme assure également les séances de préparation à l’accouchement, en l’occurrence pour mon cas des séances de sophrologie individuelle. Je vais suivre un cours de yoga pour femmes enceintes en parallèle (déjà fait pour la grossesse du Poussin et adoré !). Ne voulant pas que la péridurale soit ma seule option (même si je ne suis pas non plus farouchement contre voir ce billet et suivants sur la question), j’ai pensé qu’il serait utile de baliser le terrain en ayant des outils tant physiques que psychologiques pour m’aider le jour J. J’aurais bien fait la méthode Bonapace mais la sage-femme qui la proposait est en congé maternité (rhaaa ces gonzesses qui font rien que tomber enceintes tout le temps…). Pour la grossesse du Poussin j’avais suivi des cours « classiques » en maternité, très bien et très instructifs, mais ce serait un peu redondant cette fois-là.

Au niveau des tests et dépistages, j’ai choisi de faire toutes les échographies (avec une supplémentaire au début du deuxième mois pour s’assurer de la viabilité de la grossesse et du terme, cf ce billet). Par contre j’ai refusé le test des marqueurs sériques HT21, qui entraîne de nombreux faux positifs (et donc de nombreuses amniocentèses inutiles, avec risque de fausse couche accru, sans parler du stress occasionné, plus de détails dans ce billet). La clarté nucale combinée à mon âge a permis de calculer un risque intégré que j’ai trouvé largement satisfaisant. On peut d’ailleurs le calculer online ici.

En outre, la sage-femme m’a dit qu’elle n’était pas pour le dépistage systématique du diabète gestationnel en l’absence de signe d’appel, et cela me va bien. Les recommandations du CNGOF le préconisent pourtant, mais le rapport de la HAS (notez qu’il date de 2005 alors que le papier du CNGOF date de 1996) montre qu’autant le problème est réel et peut entraîner de sérieuses complications, autant le consensus scientifique sur les méthodes de diagnostic reste assez flou, générant pas mal de faux positifs et du coup de gestes inutiles et potentiellement iatrogènes. Je cite notamment une de leurs conclusions :

Les données de la littérature scientifique ne permettent pas de conclure sur les meilleures
stratégies de dépistage et de diagnostic du diabète gestationnel, ni sur leurs modalités de
réalisation. L’ampleur des controverses et des incertitudes conduit à ne pas faire de
recommandations dans l’attente d’études complémentaires.

Je suis par ailleurs immunisée contre la toxoplasmose et de rhésus positif, ce qui m’évite les prises de sang mensuelles. Par contre la maternité où j’ai accouché du Poussin ayant omis de me remettre une carte de groupe sanguin, il va falloir que je refasse une énième détermination (voir ce billet très instructif de JADDO sur le sujet). Le fait que je ne fasse pas ces tests (ou en tout cas pas systématiquement, selon l’évolution de la grossesse je pourrai être amenée à faire le test du diabète par exemple) ne veut pas dire que je les trouve inutiles mais simplement que pour mon cas et pour cette grossesse leurs risques apparaissent supérieurs aux bénéfices à mon avis (pas le risque de la prise de sang bien sûr -quoique quiconque s’est avalé l’infâme solution de glucose du test de O’Sullivan en disconviendra probablement…- mais des conséquences d’un faux positif). Encore une fois il ne s’agit pas de convaincre tout le monde de faire comme moi (j’ai la chance d’avoir une grossesse pour l’instant non pathologique et sans facteur de risque particulier) mais d’amener les lectrices à se poser des questions et à prendre en main leur grossesse. L’idée n’est pas de s’opposer par principe à tout ce que propose le praticien, avec lequel il vaut mieux établir une relation de confiance (quitte à en changer si cela s’avère impossible).

Par contre, étant atteinte d’une légère malformation cardiaque (sans gravité je vous rassure), j’ai passé une échographie supplémentaire consacrée à l’examen du coeur du bébé auprès d’un ponte du genre et je prendrai des antibiotiques au moment de l’accouchement. Tout ça pour vous dire que je ne suis en aucune façon opposée à la médicalisation de la grossesse et de l’accouchement, mais autant que possible adaptée à mon cas particulier (je vous avais prévenus dès le début du premier billet du caractère « Me, myself and I » de ce sujet…).

Il me semble que c’est à chacune de définir ses priorités pour son suivi et son accouchement (on n’est pas non plus obligée de s’exciter sur chaque geste et chaque analyse, par exemple j’aurais sans doute pu me passer du dépistage de la syphillis en début de grossesse mais bon, quitte à faire une prise de sang… tant pis pour la sécu…) et de chercher ensuite un praticien qui permette de trouver une solution acceptable en fonction des circonstances. Bien sûr le corps médical et l’organisation du système de santé portent leur part de responsabilité dans cette systématisation des tests et des examens mais après tout si vous voulez reprendre la main il est plus logique de prendre l’initiative que d’attendre sagement qu’on vous la propose.


Photo : Certes il n’est pas médecin mais on apprend qu’il a fait des études de médecine et à un moment il fait même un accouchement, alors je suis certaine que vous ne lui en tiendrez pas rigueur…

* Je précise que contrairement à ce qui est dit dans le lien, le toucher vaginal ne sert pas à examiner le rythme cardiaque du foetus (qu’on écoute à l’aide d’un doppler ou d’un stéthoscope foetal, selon le terme).

Tagged as: , , , , , , , ,


« « Préc. Mes choix pour cette grossesse (1)    |     Suiv. La basse-cour a la parole » »

105 Commentaires »

  1. @Anne, Bin en fait, le soucis de la littérature « alternative » ,c’est qu’elle a tendance à beaucoup diaboliser le « normal médical ». (Bon j’ai pas lu le bouquin en question, hein, donc, ce que je dis n’est peut-être pas adapté à ce cas précis !)
    Dans les modes de vie alternatifs présentés, on nous explique que le touché vaginal est une agression inutile, comme la pose d’une perf’ pour « au cas où ». Que la péridurale, c’est s’ignorer et que, en plus, ça doit surement avoir des effets à long terme pour l’enfant qu’on n’a pas encore découvert.

    Et quand on veux vivre ça sereinement (ou qu’on a déjà vécu ça sans mauvais ressenti), bin on se trouve un peut extra-terrestre : on se dit qu’on n’est pas en phase avec nos aspirations « écolo » puisqu’on n’est qu’une moitié de militante…

    Et après l’accouchement, c’est pareil. A croire qu’il faut choisir un clan entre les allaitantes parties pour 2 ans et celles qui font comme elles peuvent mais qui au fond ne souhaite égoïstement pas sacrifier leur carrière…

    Bref, c’est un peu caricaturé mais, quand on a les hormones à fleur de peau, on a vite l’impression qu’on n’en fait pas assez…

    Et pour finir sur du plus, c’est pour ça que j’adore la basse-cour. Les alternatives y sont décortiquées presque scientifiquement, présentées avec recul et sans parti pris (le « parti-pris » vient après, en fin d’article, juste comme une info sur l’auteur).

    Et je comprend tout à fait Ficelle qui voudrait faire des choix éclairés et renseignée mais qui voudrait en même temps pouvoir se laisser porter tranquillement par cette grossesse…
    Ah ! Ce que femme est compliquée !!!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Mariette, bien expliqué ! et merci pour la basse-cour…

    Répondre

  2. @La poule pondeuse, Vi c’est tout l’intérêt du livre : il peut se prêter, s’offrir… Il peut trainer dans la maison et le papa qui le feuillète machinalement en vient à se poser les questions qu’on a eu 6 mois avant… Il peut aussi être posé dans les toilettes et les « invités » de passage s’ouvre à de nouveau horizons… Bref, c’est comme des bonbons sur un comptoir, c’est à disposition : en prend qui veut !

    Répondre

  3. J’aime beaucoup ta demarche … Quand j’envisagerai d’avoir un deuxieme enfant, je vais serieusement penser a etre suivi par une sage-femme ou doula/gyneco.
    Ma premiere grossesse a ete desastre sur le plan du suivi (faux positif a TOUS les tests qui sont « preconises »). Resultats, apres une choriocentese puis une amniocentese, j’etais tellement stressee le Jour J, que l’accouchement s’est fini en cesarienne … pour mettre au monde une petite fille en parfaite sante. Bref, moi qui souhaitait une grossesse calme et sereine, ca a ete vraiment rate. Pour le prochain bebe, je me prendrais plus en mains …

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Froggie, j’espère sincèrement que ça se passera mieux pour la prochaine alors ! super pour les faux positifs 🙄

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Mes choix pour cette grossesse (1)    |     Suiv. La basse-cour a la parole » »