Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Un procès    |     Suiv. Les instincts maternels » »

Bye bye Laurence

Par  • Le 12 janvier 2009 à 8:25 • Catégorie : Bibliothèque, Réfléchir

jattendsunenfant Laurence Pernoud nous a quittés, à 90 ans. Ce monument de la maternité nous laisse ses deux piliers : J’attends un enfant et J’élève mon enfant. J’avoue ici-même avoir en ma possession ces deux ouvrages et même les avoir lus (si, si). Publiés pour la première fois il y a près de 50 ans, ces deux Testaments sont remis à jour chaque année avec l’appui d’une équipe de spécialistes. C’est la grande force de ces livres : à l’époque du web 2.0 où on ne sait plus qui croire entre forums, sites plus ou moins bien renseignés, et surtout blogs (les pires, je vous dis !), voilà une somme d’infos à peu près vérifiées et fiables. J’aime particulièrement les passages sur le développement du bébé in utero (dans J’attends un enfant), et ceux sur le développement psycho-moteur après la naissance, par tranche d’âge (dans J’élève mon enfant). Le chapitre sur « l’éducation silencieuse » (J’élève mon enfant) est aussi plutôt bien fait (en gros les enfants apprennent surtout en imitant notre comportement, en tout cas plus qu’en faisant -ou pas- ce qu’on leur dit), et ne détonnerait pas dans un livre sur l’éducation non violente. Je ne suis pas spécialiste mais l’allaitement m’a semblé plutôt bien couvert et détaillé sans trop de bêtises. Notons qu’elle parle même d’accouchement à domicile et de maisons de naissance de façon relativement objective.

Mais… évidemment il y a un « mais »… et pas qu’un ! Déjà il y a un certain nombre de lacunes : par exemple le cododo n’est pas mentionné du tout. Et pour comprendre le cycle menstruel elle nous propose les températures et les tests d’ovulation, mais pas un mot sur l‘examen du col et des glaires, alors que je ne pense pas être la seule femme à trouver plus simple de me passer d’un objet extérieur. D’autant plus que le plus fiable est généralement une combinaison de plusieurs méthodes. Le passage sur l’épisio en fera probablement hurler plus d’une aussi. Enfin je ne vais pas faire la liste exhaustive ici mais il y en a d’autres.

Non ce qui m’ennuie le plus avec ces livres, c’est l’image de la maternité et de la parentalité comme un univers parfaitement contrôlé qu’ils dégagent. Pourtant, vu le nombre de fois où elle a du manger son chapeau depuis la première publication (« Ah vraiment ? J’ai dit de coucher les bébés sur le ventre ? Bon ben en fait non, c’est sur le dos. » « Euh… un verre de vin par repas pour les femmes enceintes ? J’ai dit ça moi ? », etc, etc) on pourrait s’attendre à ce qu’elle relativise un peu ses conseils. Mais non. Déjà, je ne supporte pas la tyrannie diététique imposée aux femmes enceintes. Bon éviter les infections et les produits toxiques pour le bébé, OK. Mais commencer par dire qu’une femme enceinte ne doit pas faire de régime puis enchaîner en décrivant des repas typiques de poissons et de viandes blanches grillés ou pochés avec des petits légumes à la vapeur et ajouter qu’il faut à tout prix éviter sucreries, friture et pâtisseries… Comment dire. Si on résume ça à la substantifique moëlle : la femme enceinte ne doit pas faire un régime, mais elle doit faire un régime. Les amis, j’ai un scoop : ça s’appelle une GROSSEsse. Alors bien sûr, il n’y a pas besoin de manger pour deux, et aucune obligation de manger des chips trempées dans le nutella à tous les repas, mais on a le droit de se faire plaisir et surtout de manger ce dont on a envie et à sa faim (Zermatti, si tu nous entends, on t’aime !). Bon je ne parle pas du diabète gestationnel ou d’autres pathologies, c’est une autre paire de manches.

De la même façon le chapître sur la diversification alimentaire ferait passer Bree Van De Kemp pour une hippie anarchiste :

Les premiers légumes à proposer sont d’abord les carottes et le blanc de poireau, puis les haricots verts, épinards, courgettes sans les pépins ni la peau, brocoli.

Si j’apprends que votre poussin a commencé par la courgette, j’appelle la PMI.

Donc oui, on peut lire Laurence Pernoud, et même apprendre des choses intéressantes. Mais surtout ne pas s’y limiter (je ne sais pas moi, lisez des blogs) et prendre du recul !

Tagged as: , ,


« « Préc. Un procès    |     Suiv. Les instincts maternels » »

29 Commentaires »

  1. Oulala… Ca fait du bien de lire cela… C’est tout à fait ce que je pense. Prendre du recul, c’est vrai que c’est primordiale et ce, concernant, TOUS les précis de puériculture ou d’éducation.

    Répondre

  2. Ah, les livres de L. Pernoud… Je les ai lus et compulses dans tous les sens pendant mes soirees de baby-sitting, tous les parents les avaient dans leur bibliotheque… J’aimais bien les « conseils pratiques »…

    Répondre

  3. et oui ces deux livres sont deux institutions dans les bibliothèques (familiales ou bib de quartiers) mais il serai grand temps de faire un dépoussièrage dans nos rayons…
    j’ai un dut métiers du livre et compte bosser en bibliothèque et croyez moi le nombre de conner**es que j’ai vu et qui sont encore à disposition du public, et pas forcément dans le domaine de la puériculture
    enfin bref….
    le mieux est je pense se faire confiance, et croire en soi et ne pas se jeter sur un bouquin ou un forum ou il y a tous les sons de cloche !

    Répondre

  4. @PrincesseTorchon : bien sûr, il faut prendre du recul sur tout, y compris ce blog ;-)

    @Princesse Strudel : y avait pas des DVD sympas plutôt dans tes soirées babysitting ?

    @mélou : pas rassurant ça !

    Répondre

  5. Ma mère m’a apporté celui de 1977 « j’élève mon enfant », je le garde ne souvenir !!!

    Répondre

  6. Tu nous mettras quelques passages cultes (ici ou chez toi) ? siiiiteplééééééé

    Répondre

  7. Perso, je l’ai feuilleté quand j’attendais Grand Bonhomme et je n’ai pas du tout été convaincu, justement par certains articles que je considérais « anti-intuitifs » ou « contre-spontané ». Traduction : ca n’était pas comme ca que je me voyais « materner ».
    Ceci dit, elle a quand même été la première à mettre à la disposition des mamans, parfois (souvent?) complètement perdue, des informations factuelles auxquelles se raccrocher. Et pour cela, chapeau !

    Répondre

  8. C’est vrai qu’on ne se rend pas toujours compte du niveau de certains futurs parents sur la maternité (entendu au cours de préparation à l’accouchement : « je viens de découvrir que le bébé était tout sale quand il sortait », ou encore « il paraît qu’il n’y a pas que le bébé qui sort du ventre pendant l’accouchement ; l’utérus aussi sort ? »). Mais il ne faut pas hésiter à faire son tri et à recouper avec d’autres sources d’information !

    Répondre

  9. bof, jamais lus, à peine entendu parler et pas en bien…mais bon je suis spéciale comme fille, je pars du principe que si il existait un mode d’emploi du bébé, on accoucherait d’un bébé ET d’un livre. En 7 langues avec des conseils malins comme « ne pas mettre votre bébé à sécher au micro ondes ». mouarf arf arf.
    allez, spa grave, on va dire que y’a des gens qui en ont besoin…(mais c’est marrant dans le tiers monde on n’a pas de livres, on sait pas lire, et pourtant on sait faire des gosses, hein, à croire que c’est la chose la plus naturelle du monde?)

    Répondre

  10. @pupuce : pendant les vacances de Noël, j’ai regardé « En Terre inconnue » avec Karembeu en Ethiopie (perdu dans la montagne). Le père a marié sa fille ainée à 13 ans, ça lui semblait « naturel »… A 18 ans, la fille avait 2 enfants, s’était enfuie de chez son mari, n’avait pas fait d’études et le regrettait mais devait travailler pour nourrir ses mômes… Le père regrettait d’avoir marié sa fille si tôt au final, mais un peu tard… Bref le mythe du « bon sauvage » des pays du Sud qui sait élever les enfants instinctivement, j’y crois pas du tout… (J’ai d’autres exemples pour l’illustrer…)

    Répondre

  11. @pupuce : pas grand chose à rajouter à ce qu’a dit Clemys, si ce n’est qu’effectivement en ce qui concerne la maternité humaine on a certaines connaissances innées mais on a aussi besoin de transmission. On peut l’avoir auprès de son entourage et/ou par des bouquins (selon la disponibilité et la qualité de l’entourage). Je pense aussi qu’on baigne inconsciemment dans pas mal d’idées reçues plus ou moins fondées, et que c’est pas débile de se poser des questions pour faire des choix éclairés. Bon après Laurence Pernoud ce n’est peut-être pas l’idéal pour la remise en question ;-)

    @Clemys : moi non plus je ne suis pas très « bon sauvage » ou « bon mammifère » d’ailleurs (tant qu’on y est). C’était qui dans l’émission ? Christian ou Adriana ? Il me semble être tombée sur un truc du genre où on voit Adriana tenter d’expliquer son métier aux locaux, c’était pas triste.

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, elle avait honte de dire que son métier c’était d’être… « belle ». (Je n’ai vu que des extraits, mais si quelqu’un a un lien pour visionner l’émission, je prends!)

    Répondre

  12. @pupuce, si je peux me permettre, je complèterais simplement la réponse de la poule « la transmission ». Effectivement, sur cette partie de la planete dont tu parles, les gens vivent plus proche les uns de autres et bénéficie du modèle et de l’exemple de leur ainée (mère, tante, cousine, soeur, etc…). dans nos sociétés d’individualisation, cette transmission a disparu et elle est même, souvent rejetée car mise en doute. Perso, j’ai beaucoup de mal d’écouter mes tantes, qui me parlent de biberons, de sevrage à 4 mois, de diversification à 2 mois…

    Répondre

  13. Et même dans les sociétés plus traditionnelles il y a des pratiques qui mériteraient d’être remises en question (au hasard mutilations génitales par exemple).

    Répondre

  14. @PP : Oui c’était Adriana, c’est clair qu’il y avait des passages surréalistes, et celui dont tu parles en fait parti. Le plus drôle, c’est qu’au final, le père l’a embauché sur le marché. Du genre, « mets toi à côté de moi, tu vas attirer les badauds ». Résultats, il a tout vendu ! Comme quoi, ça marche partout et qu’on peut même vendre de l’ail au fin fond de l’Ethiopie avec une belle femme…

    Répondre

  15. Donc Adriana est une vraie pro qui fera vendre n’importe quoi à n’importe qui n’importe où !

    Répondre

  16. Hah Laurence,
    je viens de le preter a une copine… je l’ai lu et relu au cours de mes longues nuits d’insomnies de fin de grossesse…sans etre toujours bien convaincu…Certaines parties sont interessantes…d’autres mouais mouais…avec toujours cette impression que la femme enceinte est prise pour une debile.. Surtout la partie: comment s’habiller en étant enceinte…
    Bref à niveau d’une femme bien enceinte avec les neurons qui disparaissent à vue d’oeil.

    Mais finalement, Internet a été mon sauveur et ma grande source de stress…(« arrete de trainer sur ces forums, n’arretait pas de me dire le coq… »)

    Répondre

  17. @charlotte, oui effectivement, il y a des sites très ‘stressants’.même sur internet, il faut savoir trier et, comme dit la poule, prendre du recul.

    Répondre

  18. @Charlotte : surtout que si les textes sont mis à jour chaque année, on ne peut pas en dire autant des photos (et les années 80, quel stress vestimentaire !)

    @Nashii : c’est clair qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce qu’on trouve sur le net !

    Répondre

  19. […] investissement, à offrir, se faire offrir, prêter ou emprunter. A mon avis bien plus utile que le Pernoud en tout cas (et moins cher si j’en crois les tarifs […]

  20. On m’a prêté « J’attends un enfant » et… c’est une véritable horreur ce livre! :shock: Bon, c’est peut-être parce que c’est l’édition de 1997, c’est peut-être vraiment dépassé.

    Par exemple: « les 3 premiers mois de grossesse, vous perdez du poids ou vous n’en prenez pas. » Euh, j’en suis à + 1,5kg à 2 mois, c’est grave?
    « En tout, pendant la grossesse, on prend en moyenne 12 kg. Le temps où on prenait 15 à 20 kg et où le corps était totalement déformé par la grossesse est révolu. » :shock:

    Le passage sur les relations sexuelles m’a fait mourir de rire!

    Pour le sport, j’ai halluciné aussi. Faut éviter les chutes parce qu’on risque une fracture, 100% d’accord, mais y’a des sports elle dit « interdit » alors que si c’est fait doucement (comme tous les sports), y’a pas plus de danger.

    Bref, je crois que je vais en rester là, il m’a quand même mise en pétard! :evil:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, oui l’amie Laurence fait cet effet-là à pas mal de monde… Pour les sports, j’adore parce qu’elle commence par dire qu’on peut faire tout ce qu’on veut, puis elle les élimine tous un par un sauf natation, marche et yoga… :lol:

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, oui, j’ai rigolé aussi parce que certains trucs étaient tellement gros! :grin: Mais je reste quand même au début du 5e chapitre (sur l’habillement), je déclare forfait, elle m’énerve trop! Enfin, comme ça je sais pourquoi je ne le lis pas ;-)

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, dans une version un peu plus récente, il y a aussi cette phrase sur les les kilos inexistants du 1er trimestre … qui m’a bien inquiété aussi : pour mes 2 grossesses j’ai pris au moins 1 kg par mois au 1er trimestre ;-)

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @sophie, tu me rassures, déjà que c’est pas trop facile de voir les chiffres augmenter sur la balance, quand elle écrit que non, ça ne se passe pas comme ça, ça n’aide pas du tout :cry:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, parait que dans les éditions seventies, elle dit qu’on peut boire du vin et fumer sans problème :mrgreen: :lol:
    Sur le poids: pris 18 kilos (dont 3/4 le premier trimestre) pour Miss A., déjà 12 au compteur pour BB2 (à sept mois de grossesse… autant dire que je peux encore faire exploser le score ;-) ), et je suis pas la plus grasse enceinte de mes copines, alors déstresse!

    Répondre

  21. Je viens de lire cet article (on s’en doute) et 2 remarques me viennent à l’esprit :
    – lors de ma 1° grossesse (et la 2° idem), j’ai eu une phase Nutella, qui consiste à vider un pot matin et goûter et éventuellement dîner tartines (un gros pot) et pis voilà, après, je suis satisfaite et je m’arrête. Réaction de la sage-femme qui me suivait quand je lui raconte !!! Oh lala! (au final j’ai pris 7 kg pour un bébé de plus de 3.5 kg… Moi, c’est après la naissance que je grossis…)
    – 2° remarque : VIVE les COURGETTES!! (vite, vite, appelle la PMI!!!)

    PS : jamais lu Laurence Pernoud

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @G., ha ha la phase nutella, j’adore !

    Répondre

    G.No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Je relis cet article… Et je complète mon commentaire : J’ai eu une phase Nutella pour mes 2 premiers, mais pour le 3° : interdit pour cause de diabète gesta… et ben maintenant que je peux en re-manger… ben j’aime plus trop ça!!! Pfff!

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Un procès    |     Suiv. Les instincts maternels » »