Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Mais qui est Mère Nature ?    |     Suiv. Je travaille et j’allaite » »

C’est la faute à l’allaitement si…

Par  • Le 11 octobre 2010 à 9:44 • Catégorie : Allaitement, Faire un bébé

mannequin-toddler-nursing Je prends un peu d’avance sur la semaine mondiale de l’allaitement maternel, mais comme ça fait une éternité que je n’ai pas publié vous ne m’en voudrez pas j’espère. Je voudrais revenir sur quelques idées reçues sur l’allaitement. En effet, la schizophrénie actuelle veut qu’après avoir expliqué à la future mère que si elle ne veut pas allaiter elle va limite être signalée aux services sociaux, on accuse ensuite l’allaitement de tous les maux et problèmes. Encore une fois, le but de cet article n’est absolument pas de culpabiliser celles qui ne souhaitent pas allaiter, ou pour qui ça ne marche pas, mais plutôt d’encourager les autres, et surtout d’éviter que le choix d’allaiter ou pas soit basé sur de mauvaises raisons. Voilà dix exemples de ce qu’on peut entendre ou lire :

1. C’est la faute à l’allaitement si mon bébé ne grossit pas (assez). Trois possibilités : 1. bébé est naturellement un petit gabarit/appétit de moineau, auquel cas le lait infantile ne changera rien, 2. bébé a une maladie qui l’empêche de prendre du poids, auquel cas il devient d’autant plus important de poursuivre l’allaitement, 3. il y a un problème d’allaitement qui empêche bébé de manger à sa faim. Un bébé qui ne mange pas à sa faim va d’abord pleurer beaucoup pour réclamer plus puis passer en mode « économie d’énergie » (sauf s’il est déjà fragile auquel cas il va directement à la case « économie d’énergie ») ; attention donc au nouveau-né poids plume qui dort tout le temps et ne réclame jamais. Au biberon on mesure ce qui rentre, tandis qu’au sein on mesure ce qui sort. Les couches sont-elles bien pleines d’urines et de selles (n’oublions pas qu’à partir de six semaines environ le bébé allaité peut beaucoup espacer ses selles, jusqu’à plusieurs jours d’intervalle) ? Le poids est UN indicateur parmi d’autres de la bonne croissance du bébé (et vous trouverez ici les courbes de référence pour des bébés allaités). Les problèmes d’allaitement les plus fréquents qui conduisent à ce que l’enfant ne mange pas assez sont soit une mauvaise succion (à corriger à l’aide d’un(e) spécialiste : sage-femme, consultante en lactation, animatrice d’association de soutien…), soit un allaitement trop dirigé (style toutes les trois heures dix minutes par sein) qui ne stimule pas assez la lactation (voir ici un bel exemple). Au moindre doute ne pas hésiter à demander l’avis d’une personne compétente (pas forcément votre médecin, voir ici quelques pistes pour juger de sa compétence en la matière).

2. C’est la faute à l’allaitement si le papa ne s’occupe pas du bébé. Certes la tétée occupe une part importante de la vie d’un nouveau-né, mais il y a tellement d’autres choses dont son père peut s’occuper. Outre le fait qu’il peut déjà prendre en charge l’ensemble des tâches ménagères pour que la mère se repose après l’accouchement, en plus des couches à changer, des bains à donner, etc, il y a surtout les câlins, le portage, le dodo dans les bras et tous ces petits plaisirs. Sans compter que c’est souvent le mieux placé pour faire accepter un autre moyen que le sein d’avoir du lait (biberon, tasse etc) quand la mère veut laisser le poussin. Je crois que ce qui compte vraiment plus que le mode d’alimentation c’est que le père soit motivé pour trouver sa relation et ses « trucs » avec le bébé et que la mère soit prête à le laisser prendre toute sa place.

3. C’est la faute à l’allaitement si mon bébé a des coliques/mal au ventre etc. Si vous avez un bébé au tube digestif sensibilisé par un problème ou un autre (reflux gastro-œsophagien, allergie, intolérance…), il n’y a pas mieux que le lait maternel pour lui. C’est ce bébé qui est difficile, quel que soit le mode d’alimentation, et c’est souvent pire avec un lait infantile qui lui est moins adapté (sans compter les essais pour trouver celui qui convient). Si le lait maternel peut donner mal au ventre, c’est souvent parce que le bébé n’a eu que le lait de début de tétée, très riche en lactose. Pour éviter ce problème (repéré généralement par des selles vertes et moussues), il suffit de ne pas changer trop souvent de sein. Dans certains cas d’allergies, l’allergène passant par le lait maternel, la poursuite de l’allaitement va nécessiter que la mère suive un régime d’éviction (ce qui n’est pas une partie de plaisir je vous l’accorde).

4. C’est la faute à l’allaitement si mon bébé dort mal/ne s’endort qu’au sein. La question du sommeil des bébés est si complexe et polémique qu’une dizaine de billets n’y suffirait pas. Ceci dit sur la question allaitement et sommeil, tous les cas de figure existent : le bébé exclusivement allaité qui fait des nuits de 10-12 h à quelques semaines, le bébé qui fait ses nuits une fois passé au bib, celui qui au contraire continue à se réveiller (enfin surtout à réveiller ses parents…). On peut tout de même observer que d’une part il n’est pas anormal qu’un enfant n’arrive pas à gérer son sommeil entièrement seul pendant au moins un an, voire deux ou trois. Et d’autre part, il se trouve que la tétée est un formidable moyen d’endormir ou de rendormir un bébé. C’est souvent très efficace, et pour un effort minimum puisqu’on peut le faire en se rendormant soi-même (lors de la tétée les hormones sécrétées favorisent le sommeil, ce qui peut donner l’impression que l’allaitement fatigue). Il faut donc en avoir sacrément marre des tétées de nuit et des endormissements à rallonge pour chercher une autre méthode. Ceci dit, rien n’empêche aux parents d’un bébé allaité d’essayer d’autres pistes, notamment avec le père (vous voyez qu’il participe !), qui sera moins tenté de donner ce qu’il n’a pas. Là encore, que le père ait mis en place ses trucs avec le bébé facilite la dissociation du sein et du sommeil. Et les tout petits changent tellement vite qu’aucune habitude, bonne ou mauvaise, n’est gravée dans le marbre.

5. C’est la faute à l’allaitement si je ne peux rien faire. Scoop : un bébé, même un petit nouveau-né supposé dormir 20 heures sur 24, suffit à vous occuper environ 25 heures sur 24. Et ce que vous allaitiez ou non. « Il est 16 heures et je n’ai toujours pas réussi à prendre de douche » : je crois l’avoir entendu chez toutes mes amies découvrant les joies de la maternité, celles qui allaitent comme celles qui n’allaitent pas. Le gros avantage de l’allaitement, c’est que passées les éventuelles difficultés de mise au sein du début, le bébé se débrouille tout seul. Donc la tétée est un formidable alibi pour se poser tranquille dans un fauteuil (ou autre endroit confortable) avec une bonne lecture, un coup de fil, un DVD, une histoire pour l’aîné ou autre activité tranquille (et surtout une tablette de chocolat). Enfin personnellement je ne suis pas très douée pour allaiter en porte-bébé, mais dans ce cas on devient en prime mobile (pas au point de passer l’aspirateur, mais quelle bonne excuse pour refiler cette activité à son cher et tendre -ou se faire offrir des heures de ménage comme cadeau de naissance).

6. C’est la faute à l’allaitement si je ne peux jamais sortir. Soyons honnêtes : il est plus facile de sortir avec un bébé allaité mais moins facile de sortir sans. L’allaitement est souvent un super joker qui permet d’apaiser et d’endormir un petit dans les circonstances les plus difficiles : on peut ainsi éviter de se taper l’affiche dans un lieu public avec un bébé qui hurle. Et bien sûr l’aspect logistique est grandement simplifié puisqu’au moins dans les premiers mois on n’a pas de nourriture à trimballer. Quand on ne peut/veut pas sortir avec bébé, les options sont multiples selon l’âge et les circonstances : pas de lait en l’absence de la mère, du lait tiré donné par différents artifices (biberon, tasse à bec, seringue, pipette…) ou du lait artificiel. Pour la reprise du travail, je crois que c’est aussi aux professionnels de la petite enfance de faire le travail pour aider l’enfant à s’adapter. Rappelons qu’un enfant allaité dont la mère travaille devrait être une situation très ordinaire (puisque les recommandations des autorités sanitaires françaises préconisent l’allaitement jusqu’à deux ans et que le congé maternité post-natal n’est que de dix semaines), et pas une bizarrerie qui ne rentre pas dans les cases.

7. C’est la faute à l’allaitement si mon enfant est indécollable. Un petit bébé a besoin de contact et de câlins, autant que de nourriture. L’allaitement est une façon de répondre à ce besoin, mais pas la seule. Et l’intensité du besoin est fonction de la personnalité de l’enfant, de son âge, et de la réponse qui y est apportée, bien plus que de la façon dont on le nourrit. Il y a aussi -et ce n’est pas un reproche- des mères qui ont un peu de mal à lâcher leur bébé, et ce n’est pas l’apanage des allaitantes (même si elles sont peut-être plus nombreuses dans ce cas…).

8. C’est la faute à l’allaitement si je dois surveiller ce que j’avale. Hors cas d’allergie ou d’intolérance avéré, on peut bien manger exactement ce qu’on veut quand on allaite. Il est conseillé de limiter (mais pas éviter) la caféine (comme quand on est enceinte), sauf là encore si vous constatez un effet majeur sur le bébé. Il est possible de boire de l’alcool en sachant que le taux dans le lait est identique à celui du sang ; l’idéal étant si/quand l’enfant a un rythme de boire le soir après la dernière tétée et d’avoir toute la nuit pour cuver. Il existe même des alcootests pour le lait maternel. Quant à la cigarette, même s’il est préférable de l’éviter, son impact laisse le lait maternel supérieur au lait infantile. Et si vous devez prendre des médicaments, n’hésitez pas à envoyer votre médecin sur le site du CRAT. Là encore, les risques liés à l’exposition (souvent ponctuelle) au médicament sont souvent faibles en regard des bénéfices procurés par l’allaitement maternel.

9. C’est la faute à l’allaitement si je ne peux pas retomber enceinte. Peut-on tomber enceinte en allaitant ? Oui mais c’est plus facile si on pose le bébé. Plus sérieusement, hors des critères stricts de la MAMA, l’allaitement n’est pas une contraception mais peut empêcher certaines femmes de tomber enceinte. Sans compter qu’un taux élevé de prolactine (hormone de la lactation) peut induire une baisse de libido. A priori si vous avez eu votre retour de couche c’est que l’ovulation est relancée et que vous pouvez retomber enceinte (attention l’inverse n’est pas vrai, c’est-à-dire qu’on peut être enceinte sans avoir eu le retour de couche). Sinon, il faut effectivement patienter ou sevrer (totalement ou partiellement).

10. C’est la faute à l’allaitement si je ne ressemble à rien. En théorie, l’allaitement facilite le retour du corps à l’état pré-grossesse, puisque les premières tétées aident l’utérus à retrouver sa taille normale (ce qui peut occasionner les fameuses tranchées) et que les graisses maternelles sont supposées être converties en lait. Dans la vraie vie, il y a celles qui sortent de la maternité en jean slim taille 36 et mère nature la truie (copyright Pensées de ronde) pour les autres. Idem pour la taille et la forme des seins : difficile de savoir a priori dans quel camp vous serez, même si la grossesse est souvent pointée comme principal coupable des variations de volume mammaire (avec pour état final la forme décrite poétiquement comme gant de toilette ou encore queue de castor). Cependant l’allaitement est une super excuse pour refaire sa garde-robe (avec toutes ces boîtes de lait économisées) à un moment où on est rarement au top physiquement (je ne dis pas qu’on a besoin d’une garde-robe spécifique pour allaiter, juste que c’est une excuse pour faire du shopping). LA spécialiste de la question, c’est Ségolène de MamaNANA, comme le montre par exemple ce billet (ou encore celui-là). Je n’ai pas grand chose à rajouter, si ce n’est d’insister sur l’importance d’avoir un bon soutien-gorge, bien coupé et à la bonne taille pour rééquilibrer sa silhouette. Personnellement je n’ai que des soutien-gorge à armatures (sinon je trouve que ça ne sert à rien ; quant au risque d’engorgement j’en ai eu quelques uns mais toujours sur le dessus du sein donc à mon avis sans rapport) et j’aime bien aussi qu’ils soient un peu rembourrés : non que je cherche du volume supplémentaire mais ça donne un meilleur maintien, sans compter que c’est plus discret pour les coussinets (ou pour vos nouveaux tétons façon star de porno). On trouve encore très peu de choses en boutique, même si Vertbaudet et H&M s’y mettent doucement. Sur le net, outre MamaNANA on peut fouiller chez Sibellia (lingerie uniquement) et BellaMaman par exemple. Pas mal de sites de puériculture et de vêtements de grossesse ont aussi quelques trucs pour compléter sa commande.

Et vous, en voyez-vous d’autres ?

Photo : Source

Tagged as: , , , , , , ,


« « Préc. Mais qui est Mère Nature ?    |     Suiv. Je travaille et j’allaite » »

230 Commentaires »

  1. Excellent article, très complet!
    Enfin, il y a tant à dire sur le sujet…
    Ce que j’aimerais, moi, c’est que les gens se mêlent de ce qui les regarde, surtout! 😉

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @LMO, merci ! Par contre impossible que les gens se mêlent de leurs oignons à mon avis 😆 🙄

    Répondre

  2. Bravo, quel article !!!! Tout est dit, avec justesse, humour, et empathie. Tu as dit tout ce que j’aurais aimé savoir dire ! Je vais relayer illico. Et un grand merci perso pour ma petite entreprise…

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Segolene, cette Poule, elle est fantastique 😉

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, comme le plastique ? :mrgreen:

    Répondre

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, je crois que l’expression « vos nouveaux tétons façon star de porno » va me poursuivre un moment… :mrgreen:

    Répondre

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Je plussoie !

    Répondre

  3. Autre chose: est-ce que le flux RSS fonctionne? D’habitude j’ai un mail m’indiquant un nouveau billet mais pas cette fois…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Segolene, argl faut que j’enquête 🙄

    Répondre

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @Segolene, si, ça a marché chez moi. Mais il y a toujours plusieurs heures de délai, parfois un jour.

    Répondre

  4. Bravo merci pour ce chouette billet. Moi non plus n ai pas recu la newsletter indiquant la parution d un nouveau billet.
    Je suis l heureuse maman d un bébé allaité jusqu’à 9 / 10 mois (jusqu a ce que je retombe enceinte donc OUI on peut tomber enceinte en allaitant) qui s est sevré tres facilement, voire a son initiative, a ce moment (le lait change t il de gout avec une nouvelle grossesse?). Et qui a fait de longues nuits de 10 / 12 h des 6 semaines …..et ca dure… (je sais sur ce coup la j ai du bol).
    Les inconvénients que j’y vois, suite mon expérience : j’ai vraiment beaucoup (trop) maigri en allaitant. Je ne prenais pas de complément alimentaire, je ne sais pas si cela aurait changé la chose ou pas.
    J’ai eu une régime alimentaire ch*ant pendant plusieurs mois car oscar avait une intolérance aux produits laitiers, ca complique la tache. Mais ca motive encore plus pour continuer avec l allaitement.
    N’ayant jamais été capable de tirer mon lait – je crois que je fais un blocage psychologique – je n’ai jamais pu laisser Oscar 1 nuit ici ou la pour sortir, partir en week end a 2 etc. C’est vrai que cela m’aurait sans doute fait du bien parfois.

    Je sais que les « non-allaitantes » disent subir beaucoup de pression. Mais j’ai ressenti la meme chose dans l autre sens. A partir des 3 ou 4 mois d’Oscar, combien de fois ai-je entendu « mais il faut vraiment que tu le sèvres, ca n est pas bon pour lui, tu l empêches de prendre son indépendance », meme de la famille proche ou de tres bonnes amies. Il m’a fallu un certain temps pour ne pas etre genée de répondre que je prenais plaisir a allaiter mon bébé (et qu’il avait toute la vie pour prendre son indépendance…).
    Sinon, Oscar aura une petite soeur dans un mois, et of course je rempile sur un nouvel allaitement !!!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @MadameOscar, je n’ai pas été confrontée au cas mais j’ai lu à plusieurs reprises des histoires similaires à la tienne (cf aussi http://www.lllfrance.org/L-allaitement-au-fil-du-temps/Grossesse-et-allaitement-co-allaitement.html). Je ne pense pas que les compléments alimentaires empêchent de maigrir (sauf si par « complément alimentaire » tu entends « tablette de chocolat » :mrgreen: ), cela peut peut-être aider pour la fatigue juste. Je te souhaite en tout cas une belle naissance et un chouette allaitement.

    Répondre

  5. L’allaitement a toujours bon dos :mrgreen:

    Je croyais avoir un entourage familial et médical très ouvert sur ce sujet, n’ayant jamais eu une remarque en 17 mois d’allaitement pour mon ainée

    Que nenni 😈

    On a rencontré plus de difficultés avec notre 2ème fille, pourtant toutes très surmontables, et là c’est festival…
    « si elle a un reflux, ça doit être que mon lait n’est pas bon, trop acide, trop machin…’
    « si je la passais au lait artificiel épaissi, AU MOINS elle ne souffrirait plus de son reflux »
    « aaaaaaaaaaaahhhh mais il faut sevrer quand on a un bébé qui a un reflux, c’est mon pédiatre qui me l’a dit »
    « si elle pleure toute la journée chez la nounou, c’est parce qu’elle est allaitée, elle est trop collée à sa maman »
    « tu devrais la laisser un week end, comme ça elle n’aura pas le choix, elle sera OBLIGEE de prendre un bib »

    et bla bla bla

    j’en rigole maintenant, mais j’ai pas toujours tellement fait la fière 😳

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Prune, super les remarques 🙄 J’ajouterai que Pouss2 s’est tout de suite et super bien adapté à la crèche alors qu’il est toujours allaité, si ça peut clouer quelques becs 😉

    Répondre

  6. Outre les questions de poids et/ou de sommeil, qui sont mes rares préoccupations concernant l’allaitement (tout ce passe bien pour moi à ce niveau là), je profite de ce billet pour vous interroger à propos du thème « allaitement et libido ». Je sais (et tu confirmes la Poule) qu’une hormone anti-sexe est à l’œuvre pendant l’allaitement. Malgré tout, ne prenant aucune contraception hormonale (contrairement à mon premier allaitement sous stérilet Minerva), je pensais (naïvement?) que des envies finiraient bien par revenir… Or, hum, pas franchement. Et mon bébé à tout de même 6,5 mois. Alors, est-ce ainsi jusqu’au retour de couche? Est-ce différent quand on sèvre bébé? Combien de mois est-ce sensé durer? Sont-ce les hormones ou la fatigue engendrée par la gestion des lardons…?? Des témoignages svp!

    Répondre

    MadameOscarNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, heu de ce coté la je dois dire que le retour de couche n’a rien changé (je crois qu Oscar avait 6 mois). J’ai eu un vrai retour de libido une fois mon bébé sevré, c est a dire plusieurs mois apres mon retour de couche, et coïncidant aussi avec une nouvelle grossesse, donc bon, pas mal de choses en meme temps et d’hormones différentes a l’oeuvre … Je m’en suis rendue compte a posteriori car sur le moment ca ne me genait pas. J’etais pas non plus en totale hibernation. Mais c est vrai qu’une fois Oscar sevré la libido a été relancée !

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, coucou !
    Ma puce a 6 mois et 1 semaine et ma libido est aussi au placard 🙁
    Rassure-toi Ficelle, j’ai plusieurs amies qui sont dans ce cas là aussi, tu n’es pas une exception, je dirai même que cela est logique !
    Il y a cette hormone anti-sexe, la fatigue aussi, moi, perso, je suis vanée, j’allaite ma fille et elle commence tout juste à se réveiller seulement 2 fois la nuit (il y a encore 10 jours, c’était 5 à 6 réveils nocturnes … 👿 👿 ), je m’inquiète aussi car c’est mon 1er bébé et j’ai, c’est vrai, la tête ailleurs …et toi, tu as en plus ton aîné aussi à gérer !
    L’important, c’est d’en parler avec ton homme mais, beaucoup de couples qui viennent d’avoir un bébé connaissent cette situation et je crois que oui, c’est tout à fait normal !

    Répondre

    Ma poussette à ParisNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, dans mon cas, cela a été assez long aussi.
    Mais le retour a coïncidé avec le sevrage, hasard ou hormonal je ne sais pas trop ! Surtout que je pense que dans mon cas il y a un côté psychologique, j’ai été très axé sur bébé pendant quelques mois. Je ne pensais pas trop au couple, puis c’est revenu de façon assez naturelle en fait.
    A plus

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Enfants petits = libido au dodo (elle 👿 👿 ) :mrgreen: Ca revient …. 😉

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, pas vraiment le feu au c… ici non plus ; pas de RDC (Pouss2 va avoir 9 mois !). Mais toujours aussi une furieuse envie de dormir quand je me couche, même si les nuits se sont beaucoup améliorées…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, je voulais aussi rajouter : question libido et sexe, j’ai vécu les choses très différemment pour les poussins. Après Pouss1 je n’avais aucune envie, beaucoup de mal à concilier nénés qui débordent dans le soutif orthopédique et désir, peur d’avoir mal… Pour Pouss2 l’expérience m’a vraiment aidée (et les jolis soutifs aussi 😀 ), je savais qu’après avoir fait passer un bébé ben le reste, comment dire, :mrgreen: :mrgreen: Et aussi plus de simplicité et de sérénité sur la conciliation sein nourricier/sexuel. Après tout vous avez déjà entendu un mec dire qu’il arrête de faire l’amour, parce que son pénis c’est que pour pisser ?? :mrgreen: :mrgreen: (ok je ➡ )

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, pareil, libido dans les chaussettes jusqu’au sevrage (9 mois), le retour de couches à 6 mois n’a rien changé. Pas de contraception non plus, j’ai repris après le sevrage.
    Idem pour les 2 enfants.
    Je crois qu’il y a les hormones, la fatigue, et l’attention de la maman tournée ailleurs. + le boulot aussi quand on le reprend.

    Pour ma part, je l’ai bien vécu, j’ai expliqué au monsieur qu’il devait patienter un peu (bon, ce n’était pas « ceinture » non plus, mais pas très souvent !…), on ne peut pas être partout ! 🙂

    Isabelle

    Répondre

  7. Merci pour cet article très complet et plein d’humour !
    Ici petit régime d’éviction car bb iplv, et du coup super excuses pour « justifier » un allaitement plus long. Ben oui il peut pas le lait de vache je suis obligée de continuer à l’allaiter ! Je rigole.
    Bon chance l’iplv s’est résorbée, mais on continue l’allaitement pour notre plus grand plaisir. Il a 15 mois 😉
    Sinon sur le sommeil j’ai le modèle petit dormeur, mais j’ai pu constater que par ex l’autre soir il était chonchon et n’a rien mangé le soir et m’a fait une micro tétée de 3 min, je pensais avoir une nuit bien pourrite, que nenni : réveil à 8h30 le lendemain ! Et la semaine dernière ben des bons repas + tétée le soir, pas nouvelles dents à l’horizon et nuits pourrites, avec même pas l’envie de téter juste d’avoir un calin… Donc ce n’est pas forcément lié…

    @ Ficelle : ici le retour de couches a eu lieu pour les 1 an de bb (suite à un passage chez l’ostéo 2 semaines avant où il a tout débloqué ça y compris) mais ma libido s’était remise à « niveau » vers les 7-8 mois de bb. Bon j’avoue qu’il y a eu avant pas mal de fois où j’ai du me « forcer » et je n’y croyais pas mais c’est vrai que l’appétit vient en mangeant. En fait ma libido est très liée à la fatigue, donc quand il dormait plus l’envie revenait… Quand il enchaine les nuits pourries faut rien me demander. Donc je pense plus que la fatigue joue que l’allaitement.

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Céline, ba c’est un peu la question… Fatigue ou allaitement? That is the question! S’il faut se « motiver » pendant encore 6 mois (les un an de mon fils), je trouve ça un peu triste… Surtout que fatigue+manque de s*** = engueulades récurrentes. Pas chez vous?

    Comme Madame Oscar, j’ai enchainé premier allaitement et seconde grossesse donc peu d’expérience dans ce domaine…

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, oui, on passe un peu notre temps à s’engueuler (mais pas devant Bibou of course) 😳 😳 nous aussi !
    Le moindre truc m’agace et lui est sur le fil et cela dû à un manque de sport en chambre, j’en suis certaine …

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Céline, super que l’iplv soit passée !

    Répondre

  8. Hello,

    très bel article, comme d’hab j’ai envie de dire !
    Allaitement jusqu’à sept mois et demi, personnellement un mois de méga galère mais ensuite que des avantages, surtout pour les sorties avec bébé. D’ailleurs j’ai eu du mal à m’habituer après le sevrage, une fois sur deux j’oubliais le lait !
    En tout cas je m’estime chanceuse car dans mon entourage,je n’ai pas vraiment subi de regards négatifs ou alors ils étaient discrets. Au contraire j’ai même eu droit à de beaux compliments ! Cela a été très utiles pour les débuts très difficile, grâce à ses soutiens j’ai pu mener à bien mon allaitement comme je le souhaitais !

    bonne soirée

    Steph

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ma poussette à Paris, merci 😳 ! Moi aussi depuis que Pouss2 est diversifié je dois faire gaffe à ne rien oublier 😆

    Répondre

  9. Ma fille a un peu plus de 6 mois et je souhaite l’allaiter encore le + longtemps possible.
    L’allaitement reste un moment magique, un moment privilégié avec mon bébé alors c’est vrai que toutes les réflexions à la c** des gens et bien je m’en tape ! Par contre, si c’est une aberration ou que la personne est désagréable, alors dans ce cas, je peux sortir mes arguments pro-allaitement et pas toujours de manière très aimable … 😳

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Opale, tous aux abris 😆

    Répondre

  10. Concernant les sorties (autre sujet qui peut provoquer une réflexion sur un sevrage à moyen terme), je n’ose pas trop sortir tard avec bébé. Je me dis qu’il y a quand même une histoire de rythme à respecter (peut-être que je me trompe complètement). Donc je sors peu ou pas tard (21/22h, waaa la fiesta 🙄 ) et ce depuis… deux ans (je rappelle que j’ai eu deux bébés allaités en 19 mois). Et vous, vous emmenez bébé partout le soir? Jusqu’à quel âge?

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, n’ayant pas de grands-parents à proximité pour jouer les babysitter gratuitement, nous n’avions pas franchement le choix : soit on emmenait la puce, soit on restait cloîtrés chez nous ! donc la puce nous a toujours suivis dans nos sorties.

    alors certes, nous ne sommes pas non plus de gros fêtards piliers de bar : généralement on va chez des amis en comité plus ou moins important.

    quand elle était tout bébé, aucun souci : je l’endormais sur moi en écharpe ou sur un canapé (un lit). ensuite vers ses un an (peut-être un peu avant ?) c’est devenu un peu plus compliqué : souvent elle restait éveillée très tard, mais elle était suffisamment en forme pour rester de bonne humeur, donc ça reste gérable pendant la soirée. on a eu fait des tentatives d’aller l’endormir au sein dans une chambre un peu au calme, mais en vain. en général elle se couchait alors en même temps que nous. le gros avantage c’est qu’on pouvait faire une grasse matinée le lendemain matin !!
    là, elle a eu 2 ans cet été, et maintenant, quand on fait une fête chez des copains, il lui arrive de plus en plus souvent de venir me chercher en me demandant à aller se coucher. la dernière fois, je l’ai donc endormie sur le lit de nos amis et pour la première fois les transferts du lit au siège auto puis du siège auto à son lit ne l’ont pas complètement réveillée ! (oui, je savoure des moments comme ça !!)

    Répondre

    La Fée ClochetteNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle,
    je réponds pour les 2 questions :
    pour les sorties, on sort moins avec BB2 qu’on ne l’a fait avec BB1 (forcément !) mais plus longtemps : on se fait des WE où on peut dormir sur place et donc avoir des soirées plus longues plus que des diners où les kids s’endorment et où il faut trimballer sa maison.. de tte façon nos copains étant parents aussi et les ages des kids étant variables, le WE reste le meilleur choix surtout si on veut vraiment « profiter » les uns des autres

    pour la libido, idem : dans les chaussettes pour BB 1 (allaitement 18 mois, RDC à 12 mois) à peu près jusqu’au RDC et dans les chaussettes pour BB2 (12 mois, tjs allaité, RDC à 11 mois), ma libido remonte qd j’arrête d’allaiter la nuit ce qui induit dans les 15 jours mon RDC, bizarre, non ??
    comme si le fait d’etre dispo la nuit me rendait des nuits-femme et non plus des nuits-mère..
    si BB se réveille, c’est papa qui s’y colle, ce qui rejoint l’argument de La Poule sur le rôle du Papa (qui a permis le sevrage de nuits et donc le retour de mon sommeil :))

    merci en tout cas à la Poule pour ce très beau billet et je suis également fan du site de Ségolène que je consulte régulièrement (son blog est top aussi notamment son analyse du livre de Badinter)..
    j’en profite pour vous faire part du site Made in femmes qui propose la très jolie lingerie d’allaitement ..
    http://www.madeinfemmes.com/

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La Fée Clochette et Anne Cé, moi je suis plutôt baby-sitters (pas de grands-parents non plus dans les parages)… Mais je n’ose pas laisser mon bébé allaité mais PAS endormi à la baby-sitter (pour mon aînée on a commencé les soirées baby-sitter à 9 mois, quand elle était sevrée). Or BB2 s’endort plutôt vers 21h au sein. Dans 10 jours, c’est les 40 ans de mon mari et je lui prépare une surprise qui implique de laisser BB1 et 2 vers 20h15. J’espère endormi, mais je n’y crois pas trop. Le souci, c’est qu’il ne prend aucun bib’ et n’a jamais été endormi par quelqu’un d’autre que par moi. Mmmm… j’avoue que je stresse un peu. Pour mémoire, il aura 7 mois dans 15 jours – c’est n’est plus un nouveau-né. Des trucs et astuces?

    Répondre

    La Fée ClochetteNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, donner la tétée à 20H plutot qu’a 21H ? (quitte à être réveillée plus tôt)
    dire à la baby sitter de l’endormir dans l’écharpe ? dans ses bras contre un de tes vêtements ??
    pas bcp d’autres propositions, on a fait notre premier sortie avec baby-sitter inside il y a 1 mois, BB2 avait 10 mois mais on est allé à la séance de 21h et BB2 s’était endormi au sein à 20H donc elle n’a eu qu’à gérer le gd lapin de 4 ans…
    bon courage et bravo de faire la surprise à ton mari 😛

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La Fée Clochette, il faut donc que je commence le « marathon de la tétée » une heure avant (tétées à rallonge le soir)… pas pratique avec l’aînée 🙄 mais ça se tente! Pour ce qui est de l’écharpe, ça manque pas de porte-bébé chez moi 😉 faut que j’en sélectionne un facile à installer pour la baby-sitter… On paye double quand il faut porter bébé pendant trois heures?

    Répondre

    MadameOscarNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, ici j’ai sorti mon bébé partout avec nous jusqu a ce qu il ait 9 / 10 mois. Il s’endormait partout avec dégénage du sein, ou sans d ailleurs. C est un énorme pionceur. A partir de 9 / 10 mois (coincidant donc avec sevrage et new baby dans le bidon de maman….. ) il m a fait une periode c*iante genre « je ne dors qu a la maison dans mon lit apres avoir eu mon calin dans tes bras avec la musique de ma boite a musique » … Bref … baby sitter sans probleme a la maison, mais l horreur quand on partait avec lui en week end, vacances etc …
    Bon, conseil classique pour l anniversaire de ton mari : prévenir tes bébés qu’il va falloir qu’ils s’endorment avec la gentille nounou parce que ce soir tu ne peux pas etre avec eux mais que tu rentres tres vite… Mais t y avais sans doute pensé. Faut pas leur refiler ton stress ! Tu nous raconteras !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, ici ça dépend vraiment de la sortie et du rythme du poussin. En ce moment les deux sont assez fatigués le soir et s’endorment bien dans leurs lits respectifs donc c’est plus simple de sortir sans. J’ai largué Pouss2 pour la première fois à son père un soir à 6 semaines, je suis rentrée il dormait dans l’ergo 😀 Je crois qu’à un moment il faut sauter le pas, avec quelqu’un en qui tu as confiance pour se décarcasser pour trouver un truc avec ton bébé. Il arrive à faire des siestes à la crèche ? Ou avec son père ? Ici je dois dire que malgré les inconvénients la tétine aide bien pour s’endormir tout seul.

    Répondre

  11. MERCI pour ce billet!!! Dès que mon bibou aura pointé son nez (DPA 14/10 mais col plus fermé qu’une cellule de Fleury-Mérogis, donc possible déclenchement pour le WE prochain… by the way, la Poule, merci pour ton billet sur le dépassement du terme), j’ai décidé d’allaiter…
    Et toutes les pistes pour me conforter dans ma décision sont les bienvenues!

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @didi1504, procure toi un petit livre genre « l’allaitement, la voie lactée » de CS DJ (Jouvence) ou le bouquin de Thiron, va lire ça http://www.lllfrance.org/Allaitement-Les-debuts/ et si tu as des questions le jour J, reviens nous les poser 😉

    Répondre

    didi1504No Gravatar a répondu :

    @Ficelle, j’ai acheté le livre de la LLL sur l’allaitement, suis en pleine lecture…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @didi1504, « plus fermé qu’une cellule de Fleury Mérogis » 😆 😆 😆 Je croise les doigts pour que bibou se décide vite 😉

    Répondre

    didi1504No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, encore heureux que je ne souffre ni de rétention d’eau, ni de remontées acides, et j’ai réussi à limiter la casse question prise de poids 😀 J’arrive encore à bouger, mais je crois qu’à part l’homéo, j’aurai testé tout ce qu’on peut imaginer pour que mon ptit squatteur quitte les lieux de lui-même…

    Répondre

  12. Moi j’aime beaucoup la photo !!! (et l’article aussi ben sûr 😉 )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, à quand la vitrine d’h&m ?

    Répondre

  13. Très bon article !!
    Pour avoir une maman pédiatre, j’entends ces arguments toute la journée ! ^^

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Miss Choco, merci !

    Répondre

  14. Tres bon article.
    Mon 1er ,11 ans a ete allaite 10 mois, j’ai eu des remarques mais bon,sa a ete, la plus marrante est la fois ou j’ai allaite en promenade en porte bebe avec ma tante a cote. Tout d’un coup elle me propose de rentrer pour donner a manger a mon p’tit mec.Je vous dit pas sa tete qu’en je lui montre le loulous entrain de tété.
    La 2eme , 9 ans idem 10 mois
    et la 3ème 4 ans, allaitement plus long jusque ses 18 mois, alors là j’ai eu le droit a tout.
    En plus des questions et remarque habituelle, j’ai eu le droit aussi au remarque sur comment tu fait pour bosser(assistante maternelle) et allaiter ta fille. Ta pas peur de montrer tes lolos au p’tit que tu accueil….
    J’ai aussi un souvenir assez marrant, j’ai une amie qui a adopté une petite de trois qui a du être sevré brutalement, des que j’allaitai ma 4ème elle voulait tété et réclamé, encore maintenant elle s’en souvient

    Beaucoup de mes collègues on encore du mal avec l’allaitement et mette tout sur son dos.

    Répondre

  15. Merci merci merci pour ce billet !!

    Dans de nombreux cas, l’allaitement se passe bien malgré des conseils complètements pourris ou inexistants. Dans certains cas, la mauvaise qualité des conseils peut mettre en échec l’allaitement, c’est ce qui a failli m’arriver !

    J’ai beaucoup souffert de cette « schizophrénie », comme tu le dis si bien… A la maternité, on m’a dit « vous voulez allaiter ? C’est merveilleux ! Surtout n’hésitez pas à appeler quelqu’un si vous avez besoin d’aide ! »

    Et qu’est-ce qu’il font ?
    – ils lui donnent un complément de lait hypoallergénique la première nuit SANS M’EN AVERTIR et alors que j’avais expressément demandé à ce qu’ils me l’amènent pour la tétée…
    – mon bébé a perdu 100g par jour les 3 premiers jours, tout le monde m’a dit « c’est normal, aucun souci ! » le 4è jour, elle perd 40g, et là c’est la cata… ça faisait 11% de son poids de naissance, la pédiatre de l’hosto m’a fait rester un jour de plus (malgré mes protestations toutes pleines de larmes et d’hormones) et me dit « il faut complémenter » !!!
    – on a passé la dernière journée à la mat à faire ce que j’appelle des sessions de gavage !
    – Personne n’a pensé à vérifier comment elle tétait, (malgré mes appels répétés : « et là, elle tète bien ? » « Mais bien sûr, madame !!! ») et la pauvre petite puce souffrait en réalité d’une confusion sein/tétine qui l’empêchait de se nourrir correctement. De simples exercices de compression du sein ont suffi ensuite à corriger en grande partie cela…

    – pareil pour le pédiatre de ville, qui trouvait que son poids stagnait au bout de 15 jours et qui m’a dit de remplacer une tétée sur 2 par un complément, solution idéale si j’avais voulu la sevrer… Bien sûr, j’ai fait tout le contraire, et j’ai multiplié les tétées, sur les conseils d’une association de soutien à l’allaitement.

    – cerise sur le gâteau, quand je raconte à ma mère au téléphone que les débuts de l’allaitement ne se passent pas super, elle me demande « ah, tu n’as pas assez de lait ? » 😥 On se sent un peu incomprise dans ces moments-là, mais je sais que ma mère est victime du bourrage de crâne scientiste ambiant… je dis scientiste, car un des problèmes de fond est que ce qui n’est pas mesurable n’est pas crédible. Combien de fois ai-je entendu « quand même, il faudrait savoir quelle quantité elle tète… »

    – le papa est de bonne volonté, mais angoissé pour sa petite, et si elle chouine, il a tendance à me dire « peut-être qu’elle n’a pas eu assez ? On lui fait un complément ? »

    Bref, elle a un mois maintenant, on essaye de rattraper le coup et on diminue progressivement les compléments en faisant tout ce que je peux pour stimuler la lactation (qui, pendant que je donnais des compléments, n’était pas trop stimulée !). Elle se porte très bien, malgré un RGO qui, heureusement, semble s’être calmé après traitement, et après l’amélioration de l’allaitement (plus de lait de fin de tétée).

    Pour ce qui est du rapport au père, c’est vrai qu’il a moins l’occasion de la nourrir. Mais tous les débuts au sein ont été assez frustrants pour nous deux (ma fille et moi), pleins d’interrogations et de doute, voire d’un peu d’angoisse, alors que son papa a tout de suite partagé avec elle des moments très détendus : le jeux, les berceuses, le bain… C’est aussi lui qui l’a consolé deux nuits de suite alors qu’elle souffrait le martyre (à cause de son reflux, mais on ne le savait pas encore…)

    Bref, j’arrête de m’épancher et vive l’allaitement ! Et vive les associations de soutien à l’allaitement !

    Répondre

  16. Super article! J’imagine bien que toutes les femmes peuvent en donner le lien à tous ceux qui les gavent avec ces poncifs!
    Le tout est je trouve , de ne pas faire de généralités. Pour ma part, c’était la faute à l’allaitement, ou plutôt à MON allaitement, (et c’est cette nuance qui est très importante) si j’ai pas maigri du tout, ou que j’avais le moral dans les chaussettes à cette période. J’imagine que cela peut se décliner pour toutes les situations ce que tu as citées. Par exemple, je ne suis pas sortie ou je n’ai pas laissé à garder ma crêpe pendant cette période, mais par choix, non par « faute à l’allaitement ».
    L’allaitement est une situation avec laquelle il faut faire, il faut réfléchir, qui a des conséquences qu’on peut bien ou mal gérer, comme n’importe quelle situation. Et pourquoi pas « c’est la faute à mon bébé si je dors pas la nuit » pendant qu’on y est? :mrgreen:

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Mais qui est Mère Nature ?    |     Suiv. Je travaille et j’allaite » »