Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. There will be blood    |     Suiv. La poule pondeuse gazouille » »

Mère indigne ?

Par  • Le 10 mars 2010 à 10:34 • Catégorie : J'avoue, Réfléchir

bad-parenting Au gré de mes pérégrinations sur le net, je suis tombée sur cette petite annonce :

Bonjour,

Je prépare un reportage pour M6 et l’émission 100% Mag, « je suis peut-être une mère indigne mais je l’assume. »
Je cherche a suivre dans le cadre de ce reportage des femmes de 30 ans environ qui se sentent avant tout femme avant d’être mère.
Ces femmes ne culpabilisent pas de ne pas jouer tous les soirs avec leurs enfants, elles partagnent toutes les taches avec le père, elles sortent, elles ne sont pas coller à leurs enfants en permanence…

Je voulais savoir si vous pouviez m’aider à trouver des femmes qui ont ce profil.
Je suis à votre disposition.
Cordialement

(NB : les fautes d’orthographe ne sont pas de moi)

Ah ? Une femme qui ne joue pas tous les soirs avec ses enfants, qui partage les tâches avec le père, sort et ne reste pas collée à ses enfants en permanence est une mère indigne ? C’est drôle, ce profil me ressemble étrangement ainsi qu’à la grande majorité des mères que je connais. Moi je dirais plutôt que c’est une mère équilibrée qu’une mère indigne mais bon. Nous sommes toutes la mère indigne de quelqu’un (notons cependant que ce sont surtout les mères qui sont indignes, quid des pères ?). Sans compter que ces derniers temps c’est devenu furieusement tendance d’avouer ses petits travers parentaux et de se présenter ainsi comme « indigne ». Evidemment je suis la première à rire comme une baleine en lisant certains récits, mais ne va-t-on pas un peu trop loin dans cette mode du mauvais parent, où le moindre écart à une norme supposée devient une marque d’indignité ? Soyons francs, ces parents qui revendiquent haut et fort leur supposée incompétence ne font rien qui leur vaudrait une visite de la PMI. Et les vrais parents indignes, eux, ne font heureusement rire personne.

Il me semble que le principal problème auquel le parent est confronté est de faire un compromis permanent entre les besoins de toute la famille. Selon le côté vers lequel on fait peser la balance, on sera un parent indigne ou un parent sacrificiel. La vraie question pour moi ce n’est pas ce que l’on fait ou pas, mais pourquoi on le fait. Un petit exemple : en ce moment j’allaite Pouss2 et il dort avec nous. Les uns diront que je suis une mère anti-féministe, qui se laisse mener en bateau par un petit tyran (qui n’a pas 2 mois), les autres penseront que je suis une mère trop fusionnelle et castratrice qui étouffe ce pauvre enfant et l’utilise comme prétexte pour m’éloigner de son père (je caricature à peine). Or quelle est la principale motivation pour cet arrangement nocturne ? La qualité (et la quantité) de mon sommeil. Même si je partageais les levers nocturnes avec le Coq, ça ferait déjà trop pour ma flemme. D’ailleurs comme je gère Pouss2 pour la nuit, c’est lui qui se lève quand Pouss1 fait un cauchemar, hé hé. Voilà comment une même situation peut me faire passer pour une mère indigne ou bouffée par ses gosses. Moi j’ai simplement l’impression d’avoir trouvé un bon compromis qui permet de satisfaire les besoins de tout le monde. Compromis que je n’hésiterai pas à remettre en cause dès que l’un de nous n’en sera plus satisfait (et qu’il fera moins froid la nuit). Alors qui est égoïste : la mère qui allaite parce que c’est pour elle un vrai plaisir ou celle qui donne des biberons pour que son mari se lève la nuit ? la mère qui a arrêté un travail peu valorisant dont le faible salaire suffisait juste à payer les frais de garde ou celle qui s’épanouit dans le poste de ses rêves pendant que ses enfants sont à la crèche ?

Personne ne peut décider à votre place de ce qui vous conviendra ou pas. Et je rejoins tout à fait Elisabeth Badinter quand elle dit que nous ne sommes pas un troupeau. J’ajouterai même que nos enfants et nos hommes non plus. Mais si je peux donner un conseil aux autres parents, c’est justement de surveiller la balance et de ne pas oublier leurs propres besoins (et si vous avez lu Gordon vous savez que ce n’est pas incompatible avec le respect des besoins des autres). Les enfants ont tendance à être ingrats (en particulier à l’âge éponyme) et il ne faut pas s’attendre à ce que devenus adultes ils soient éperdus de reconnaissance pour ce que vous leur avez sacrifié (cela s’applique aussi à votre employeur d’ailleurs). D’ailleurs ils trouveront toujours quelque chose à vous reprocher (y compris d’être si parfait qu’ils ne trouvent rien à vous reprocher, ce qui est extrêmement frustrant). Et pour eux, je pense que ce n’est pas d’avoir tel ou tel lait, telle ou telle couche, ou tel ou tel temps de présence parentale qui est important, mais bien d’avoir du lait, d’être propre et d’avoir des parents qui les aiment. Bien sûr, on a maintenant des données et des arguments qui nous permettent de savoir quelles sont les options les meilleures de façon générale (c’est-à-dire que statistiquement c’est mieux mais au cas par cas pour certains ça ne change pas grand chose alors que pour d’autres c’est une énorme différence), et nous ne pouvons pas les ignorer ou les réfuter juste parce qu’elles ne nous arrangent pas. J’essaie d’ailleurs sur ce blog de partager des informations et des réflexions pour avancer en ce sens, en limitant autant que possible la culpabilisation. Mais faut-il pour autant faire le grand chelem du parent parfait, si c’est au détriment de son équilibre personnel ? Je ne le pense pas. A chacun ses priorités, ses envies, ses besoins, et à chaque famille ses compromis.

Si c’est ça être un parent indigne, alors vive l’indignité !

Photo : mère indigne ou mère stupide ? (on fait de la philosophie par ici, mais oui)

Tagged as: , , ,


« « Préc. There will be blood    |     Suiv. La poule pondeuse gazouille » »

314 Commentaires »

  1. Peut-être que cette revendication à être « mère (ou père) indigne » vient justement de ce que dénonce EB, à savoir une certaine pression pour le nouveau maternage (allaitement, cododo, portage, etc) ? Les gens qui ne choisissent pas d’élever leurs enfants se sentent peut-être mal jugés et donc préfèrent utiliser l’ironie à ce sujet ? Je ne sais pas, mais je trouve effectivement qu’il y a un certain phénomène de mode en ce moment, entre ceux qui seraient maternants et ceux qui seraient indignes. Moi, je pense qu’on est tous un peu des deux et que surtout chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il a à sa disposition. La mère que j’ai vue la semaine dernière à la montagne, avec son bébé en écharpe, dévalant les pistes est-elle une mère maternante (elle porte son bébé en écharpe) ou une mère indigne (descendre les pistes avec un bébé, n’est-il pas un peu risqué), that the question ?

    Répondre

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @suzie, ce que tu nommes du « nouveau maternage », me semble plutôt ancien. Ca revient juste au goût du jour. ;-)

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @la belle bleue, Oui, c’est façon de parler hein. C’était juste parce que l’autre jour en discutant des propos d’EB avec une amie, elle m’a dit que ne voulant pas allaiter, elle s’était sentie jugée à la maternité comme « mère indigne ».

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @suzie, bah ça dépend, on peut aussi se revendiquer indigne par opposition aux trucs style Laurence Pernoud (genre tu as commencé les légumes par la carotte au lieu de commencer par le poireau). Hum le môme à ski, en écharpe ou pas, euh… :shock:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Le bébé à ski, c’était juste pour le clin d’oeil parce que, effectivement, le problème ici n’est pas l’écharpe, mais le risque pris… Mais je me suis dit qu’EB trouverait que malgré son « maternage », cette mère était libre de faire ce qu’elle voulait ;-) Sinon, effectivement, « indigne » change de sens selon la référence qu’on lui oppose.

    Répondre

  2. Alors je suis une mère indigne aussi. Mais comme toi, je pensais simplement être une mère « moderne et équilibrée ».
    Je vais même en rajouter une couche, je suis persuadée que mon fils (de pas tout à fait 2 ans) s’amuse mieux à la crèche avec ses petits copains que s’il restait toute la journée avec moi !
    Et puis d’abord et encore une fois, qu’est-ce que c’est que cette définition d’indigne ?!
    Et quelle serait la définition de la « mère digne » ou de la « digne mère » ?

    Une dernière question pour la route histoire d’élargir le débat :
    « Partager toutes les tâches avec le père est-ce que ça a vraiment un rapport avec le fait d’être une mère digne ou indigne ? »

    PS @ La poule pondeuse : sais-tu s’il s’agit d’un ou d’une journaliste ?

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Galli, Effectivement, je ne vois pas non plus le rapport entre le fait d’être ou non une bonne mère et partager les tâches ménagères avec son homme :roll: :roll:

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @suzie, pas d’extrapolation ! elle parle juste de « tâche »… Il est question ici de mère indigne, pas d’épouse indigne ;-) :lol:

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, A mon avis les tâches que l’on effectue quand on s’occupe de ses enfants sont également, pour partie, ménagères (lessive, cuisine, rangement…)
    Mais je pense que nous sommes (ici) TOUTES d’accord sur le fait qu’un papa qui change des couches, fait des lessives, prépare des purées et compotes maison, donne le bain, range les jouets qui trainent, repasse les vêtements des enfants (en même temps que ses chemises :grin: ), lit les histoires du soir (et j’en oublie), ne fait pas de nous de « mauvaises mères » ou des « mères indignes » pour autant.
    Nous avons simplement une structure familiale que j’appelle « moderne et équilibrée ». Et pour moi c’est valable que « maman » ait une activité professionnelle ou qu’elle soit « mère à temps plein ».
    Tout est question d’organisation et de répartition des tâches au sein du foyer (on peu inclure les grands enfants quand on en a je crois et sans être indigne).
    Ça va vous faire rire mais je préfère faire la vidange de la voiture que changer les couches de « poussées dentaires » de mon fils de 2 ans. Est-ce que demander à son papa de changer ladite couche fait de moi une mère indigne ?
    Les exemples de la Poule sur l’indignité sont beaucoup plus inquiétants !

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, D’ailleurs c’est écrit « tache » et pas « tâche », ce qui n’a pas vraiment le même sens :lol: :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Galli, a priori si on prépare un reportage c’est qu’on est journaliste non ? Ficelle ?

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je pense que la question de Galli c’est « est-ce que le journaliste est un homme ou une femme? »… Mais je me trompe peut-être? Galli?

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, & @La poule pondeuse,
    Je me suis mal exprimée désolée. J’étais curieuse de savoir si le journaliste derrière l’annonce était un homme ou une femme.

    Répondre

  3. Nan, mais la journaliste d’M6 a juste vu le reportage sur Marlène Schiappa sur Canal+ la semaine dernière… Allaitement=1 mois, télé à la sortie de crèche pendant que maman surfe sur Internet, petits pots tout faits, maman jeune, jolie et active… Autant le reportage était très mignon et j’adhère à presque tout ce qu’à dit Marlène, autant brandir cette carte de la « mère indigne » me rend tout à fait perplexe, surtout que ces mères sont souvent de très bonnes mamans (cf. les « Mauvaises mères » et le bouquin éponyme, qui sont sur le même modèle). On est en train de créer un clivage ridicule entre les mères bobos: celles qui allaitent et celles qui biberonnent, celles qui bossent à 10 sem et celles qui prennent un congé parental. A noter que ce clivage laisse de côté 80% des mères françaises qui ne se reconnaissent ni dans les working girls ni dans les écolos-bio maternantes à souhait. Bref, ce débat, pâle ersatz des propos d’EB (mon billet ici http://www.lefeuilletondeficelle.com/2010/03/08/elisabeth-badinter-victime-de-son-plan-media/#content), n’est vraiment digne que de 100% mag…

    Répondre

    caroNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, coucou moi je suis de cette catégorie !!! ni l’une ni l’autre qui essai de jongler entre les deux je suis une mère jongleuse ??? :razz:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, les anglais appellent ça les « mommy wars »… on a peut-être mieux à faire non ?

    Répondre

  4. Dire que je suis une mère indigne (pour une raison ou son contraire), ça m’évite souvent d’entrer dans une discussion stérile et parfois culpabilisante :mrgreen: A chacun ses priorités comme tu le dis en fin de billet !
    Pauvre maman cane ….. ;-)

    Répondre

  5. J’imagine que le « partage des tâches ménagères » veut dire que le papa change les couches ou se leve la nuit, sinon je ne vois pas le fait de passer ou non l’aspi fait de quelqu’un une bonne mère …ou alors ils ont 50 ans de retard sur M6. Etre sur le dos de ses enfants toute la journée, je ne vois pas ce qu’il y a de digne là-dedans, ils ont besoin de notre présence rassurante mais pas étouffante. De toute façon, en ce moment, malgré le fait que je sois à la maison, ma fille me considère comme la mère la plus indigne qui soit, puisque je lui ai fait un bébé dans le dos :roll: ….
    Ce débat digne-indigne commence à me lasser, sortir, travailler, faire garder ses enfants n’a rien d’indigne. La définition d’indigne est « méprisable, révoltant », on en est loin … Ne pas nourrir ses enfants, ne jamais les emmener à la PMI, les oublier au supermarché et s’en rendre compte 3 jours après … ça c’est plus la définition d’indigne !

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @sophie, heu ben moi j’emmène jamais mon petit à la PMI et je crois bien qu’il n’ira jamais! ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, moi non plus, jamais vu la PMI. Mais ils vont chez le pédiatre hein !

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, euh c’est quoi le problème avec la PMI ?… Parce que moi je vais emmener mon loulou à la PMI à la prochaine visite obligatoire vu que je ne suis fan ni de mon médecin traitant ni des pédiatres du coin….
    La puer de la PMI que j’avais vu à mon retour de mat était très sympa aussi.

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, aucun mais tous les intervenants PMI que j’ai personnellement rencontrés dans le cadre de mon boulot ne m’ont jamais donné envie et comme j’ai une sage femme + une pédiatre géniales, ben je ne vais pas à la PMI… attention y’a certainement des professionnels supers qui bossent en PMI hein ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, ben ici c’est la croix la galère pour obtenir un rencart, ils ont des horaires pas toujours compatibles quand on bosse (bon là je suis en congé mais je vois à long terme), ils font que les visites de suivi, pas les urgences quand ton gosse est malade, et moi je préfère avoir un interlocuteur unique. Et je me dis aussi que comme j’ai les moyens d’aller voir un pédiatre en ville, je laisse les places de PMI aux autres…

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, quand je disais PMI, je voulais dire un centre de santé quelconque bien sûr (pédiatre, PMI ou autre …) ;-)

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @sophie, oui oui bien sur :mrgreen:

    Répondre

    margottonNo Gravatar a répondu :

    @sophie, ouf!
    je ne suis pas allée à la PMI non plus.
    J’ai un médecin généraliste en lequel j’ai confiance et je ne vais voir que lui!
    Pour bébé mais aussi pour mon suivi gynéco, ma maman a eu un souci avec un gyneco qui a pas été plus compétent que mon généraliste ne serait :(

    J’utilise le terme mère indigne pour me déculpabiliser quand je fais des choses que j’estime pas top. Vous me faites réflèchir là : j’ai un peu honte mais je ne me remet pas en cause et je ne crois pas être vraiment indigne :)

    Ca veut dire quoi BHL (dans BHL des pampers)?

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @margotton, tu ne connais pas Bernard Henri Lévy ?

    Répondre

    margottonNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ah mais oui! :!: J’ai du mal avec les accronymes…

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @margotton, je te rassure, j’ai moi même mis qques longues minutes à comprendre :mrgreen:

    Répondre

  6. Ca me fatigue, cette pancarte « mère indigne » qu’on retrouve dans plein de blog en ce moment. En fait, ce qui me fatigue vraiment, c’est qu’on ressente constamment le besoin de justifier nos choix parentaux ou nos petites performances ou défaillances quotidiennes.Certaines le font sur le mode humoristique, et parfois c’est drôle, mais c’est juste une justification de plus…
    Franchement, on devrait pouvoir énoncer les choses, sans tout de suite rentrer dans un argumentaire sur les bienfaits de ceci ou la praticité de cela…

    Bref, on ne devrait pas être fière d’être cataloguée « mère indigne » ! Dans la basse-cour, les poules font souvent des choix différents les unes des autres, mais je n’ai jamais lu un commentaire qui me fasse penser que l’une de nous ne cherchait pas à apporter le meilleur à ses poussins.

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, totally d’accord avec toi. Les parents font leurs choix parce qu’ils ont pensé et trouvent que c’est mieux comme ça (que ce soient des « bonnes » ou autres raisons).

    Répondre

  7. Moi, je dit osons l’affirmer sans complexe: nous sommes toutes des mères parfaites!! :cool:

    En fait, je suis d’accord avec Ficelle: on a l’impression de devoir absolument choisir son camp entre « bonnes mères », avec tout ce que ca implique d’allaitement, petits pots maisons ect… et « mères indignes », avec tout ce que ça implique de crèches, petits pots tout faits…

    On se classe probablement plus spontanément du coté des mères indignes, mais tant qu’à choisir un coté qui ne nous correspond pas tout à fait; levons la tête et affirmons que nous sommes des mamans d’élite! :mrgreen:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Marieko, j’adoore :mrgreen:

    Répondre

    caroNo Gravatar a répondu :

    @Marieko, « bonne mère » j’ai lu un bouqin d’Aldo NAOURI qui a dit à une mère un truc du genre bonne ou pas de toute façon il n’en a qu’une !!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Marieko, j’aime bien ce concept de maman d’élite :mrgreen:

    Répondre

  8. J’adore la maman cane… ça me rappelle le jour où j’ai ouvert l’arcade sourcilière de ma fille… sans le faire exprès, bien sûr, je ne suis pas une mère indigne moi ! :???:
    J’attends de voir l’emission, ça promet !…
    Bref, je pense que ce genre de réflexion doit s’atténuer avec le temps, l’âge et le nombre d’enfants… forcément on ne peut pas tout faire, on ne peut pas être partout, mais on se posera toujours plus ou moins la question de savoir si on fait bien ou pas. Ce genre de propos fait débat aussi parce qu’on y attache de l’importance (non, La Poule, tu as bien fait de passer ce billet, le texte de l’annonce à lui seul vaut le détour !) mais tant que certain(e)s se sentiront obligé(e)s de se justifier quant à leur choix de vie, il y aura toujours du monde pour aller les titiller…
    Allez, c’est mercredi justement, je vais aller jouer avec mes enfants et arrêter de papoter ! :cool:

    Isabelle

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, ici un tragique accident de chauffe serviette et Pouss2 a une brûlure avant d’avoir 2 mois (rien de grave hein).
    Bon moi je me fiche un peu d’être cataloguée indigne ou autre, mais c’est plus la représentation générale de la mère qui m’interpelle.

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, et comment t’as fait ton compte? ça m’inquiète moi aussi j’ai une chauffe serviette :|

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, ben la table à langer est juste à côté (comme ça il a bien chaud), et en fait le truc est assez chaud pour brûler une peau fragile de bébé (pas un adulte), d’autant plus qu’il a pas des mouvements bien coordonnés. Donc en nageant le crawl (ou le papillon ? va savoir…) sur la table il s’est brûlé le petit doigt.

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, aie oupsss ok, je vois la situation! et super ton pouss2 est déjà un champion de natation, ça c’est la méga classe :cool: :mrgreen:

    Répondre

  9. Mais c’est horrible cette image ! J’en ai eu le coeur serré… ça m’a fait penser au bébé canard qui s’était coincé derrière une barrière de retenue des déchets dans le cours d’eau en bas de chez moi et que la maman canard avait fini par se décider à abandonner pour s’occuper de ceux de sa couvée qui continuaient sans attendre: j’en étais presque à traverser la fange pour aider ce poussin quand ouf! il a réussi à passer et rejoindre sa mère.

    Maintenant, parenthèse à part, je pense que brandir (avec humour) la pancarte « mère indigne », c’est avant tout pour libérer la pression:
    - celle qu’on se met à soi-même en voulant être parfaite
    - celle que la société/les autres nous met en étant en permanence en train de commenter/juger les choix qu’on fait, quels qu’ils soient (ça permet de s’esquiver avec une pirouette : « mais moi, tu sais, je suis une mère indigne »)
    - celle que la néo vague maternante prosélytique (je parle uniquement de la version « évangéliste », assez hystérique sur les forums, pas très mesurée dans ses propos sur internet & co, pas de toutes les mères maternantes ou assimilées), met sur les mères qui ne font pas comme elles.

    Ils cherchent à rebondir sur la polémique EB, chez M6 ? Même si je pense être dans le profil recherché, ça ne me fait pas envie du tout…

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Lola, ouf ton histoire de bébé canard me fait mal au coeur aussi… :cry: ouff happy end!

    Répondre

  10. Je te rejoins aussi sur le côté « indigne » qui me gave un peu.
    On peut dénoncer ses travers et en rigoler sans pour autant sombrer dans une case ou défendre le droit d’être une mère parfaitement normale au final.
    Il m’est arrivé une fois de parler de « mère indigne » dans un article parce que j’avais oublié un vaccin et que j’étais trop contente de savoir ensuite mon Grognard cassé par celui-ci.
    Mais contrairement aux apparences (ce sont les lectrices qui vont me coller cette étiquette de « mère indigne rigolote »), je ne joue pas sur ce créneau (j’ai toujours dit que ma vie de maman était un prétexte à l’écriture et non l’inverse. Et le côté mère farfelue fait bien entendu plus marrer que la mère béate devant ses gosses. Pis, y a une question de pudeur dans le fond). C’est important pour moi de le souligner.
    D’ailleurs je ne me suis jamais posé la question de savoir si je suis une bonne maman ou pas.

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La Mère Joie, ben moi oui, mais parait que c’est « les hormoooooones »… Ma phrase du moment: « Chéri, est-ce que chuis une bonne mèreeeee??? » (pour y mettre le ton, mettre des larmes dans la voix, prendre 13 kilos et se trainer lamentablement dans l’appart tout le week-end pendant que votre homme s’occupe du môme… Je caricature à peine :mrgreen: :lol: )

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, :mrgreen: :lol:

    Répondre

    MariekoNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, C’est criant de réalisme…

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, :lol: :lol: :lol: on se rejoint dans les crises existentielles !!!

    Répondre

    La Mère JoieNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle,
    A bien y réfléchir, ça m’est arrivé aussi, enceinte du Grognard (conditions similaires aux tiennes). Mais c’est très vite passé. ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @La Mère Joie, je crois qu’on a toutes nos moments où on se dit « mère indigne ». Et encore une fois plus que des cas individuels c’est un peu l’engouement général qui me fait tiquer.

    Répondre

    La Mère JoieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Oui, j’avais bien compris mais j’avais envie de parler de moi. :mrgreen: :lol:

    Répondre

  11. Je revendique, je suis une mère indigne pour tout le monde ! J’allaite encore mon bébé de 2 ans mais j’ai aussi donné des biberons de lait industriel. J’ai porté ma fille en écharpe, mais elle a aussi beaucoup fait de poussette. Elle a dormi dans mon lit, puis dans son lit dans ma chambre : alors là c’est le plus honteux. Que le papa soit très satisfait de cet arrangement ne viendrait pas à l’idée des détracteurs. En plus mon BB3 mange des petits pots (bio ou non) alors que j’ai arrêté de travailler. Comment, arrêté de travailler ! et l’épanouissement ?! Tu parles. Je gagne plus en restant chez moi qu’en allant bosser pour un salaire de misère avec des frais de garde pour bébé, de transport pour moi. J’oubliais, malgré son eczéma, BB3 porte des couches jetables.
    Je dois être honnie par les écolos, les maternant(e)s, et les tenants de l’éducation traditionnelle. :mrgreen:
    J’assume. ;-)

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @la belle bleue, Hen, là, là, t’es trop indigne toi :mrgreen:

    Répondre

  12. Merci merci merci la Poule pour ce que tu dis sur cette « mode » des mères indignes, et à toutes celles de la Basse-Cour, notamment Ficelle et Clemys qui vont dans ce sens: ça me rassure!!! Moi aussi je suis fatiguée de ce clivage artificiel entre 2 camps de mamans dont chacun se bat pour être victime de l’autre. On a l’impression que plus on peut se dire « honnie » par telle ou telle tendance et mieux c’est.
    Comme si c’était la honte de chercher à être le meilleur parent possible pour ses enfants et à les rendre heureux, comme si c’était une erreur qu’on paiera toute sa vie de chercher aussi son équilibre personnel et de couple. Si tout était si simple, ça se saurait…
    Plus profondément, même si je comprends le fait de reprendre le terme de « mère indigne » à son compte pour lutter contre la culpabilisation, je trouve qu’à l’usage, il y a un côté assez pervers dans l’utilisation de ce vocabulaire: ce qui est « bien », c’est d’être une « mauvaise mère ». J’ai beau comprendre l’artifice rhétorique, je ne peux pas m’empêcher de voir, dans son utilisation abusive, une sorte de renversement des valeurs.
    Bref, personnellement ça ne m’intéresse pas d’être une mauvaise mère, ou une mère indigne, encore moins une mère parfaite, je veux être la meilleure mère possible, et je sais que ça passe par un équilibre de vie, par le fait de m’occuper de moi, de prendre du temps en couple, etc.
    Franchement, si cherchait juste à être nous-mêmes, sans se préoccuper du regard des autres, vous croyez pas que tout serait plus simple?

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, Etre une mère « suffisamment bonne » (Winnicott ??)suffira à mon bonheur ;-) :mrgreen: OK :arrow:

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Oui, enfin on fait tout ce qu’on peut quoi! ;-)

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, oui oui c’est bien de Winnicott cette expression ;-)

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, ahahahah « être nous-mêmes sans se préoccuper du regard des autres » mais ma bonne dame, c’est quasi mission impossible! Rien que l’envie d’avoir un enfant peut être sujet à réflexions de l’entourage! Alors ensuite l’élever? Pfff tout est soumis à pression, jugements, critiques etc. (de la part de nous-mêmes, de l’image que l’on veut donner ou des soins que l’on veut prodiguer et qui sont parfois hors de notre portée) En s’engageant sur la voie de la maternité, on s’engage (sans toujours le savoir) sur celle des jugements (intérieurs) et extérieurs. Bon on y est plus ou moins perméable, mais faut un sacré cuir pour ne pas sentir toute cette pression mise sur les mères (merci EB pour reposer ce principe toujours bien vivant) :roll:

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Ca je suis bien d’accord ce n’est pas évident… Mais ce n’est quand même pas impossible, si??? Non, tu as dit « quasi », tout n’est pas perdu ;-) !
    Je pense que nous ressentons d’autant plus fortement cette pression que, me semble-t-il, les lectrices de ce genre de blogs (que nous sommes donc) vivent leur parentalité de manière particulièrement consciente. Sinon on ne passerait pas tant de temps sur des blogs de mamans, si? A moins que lire des blogs de mamans ne soit un symptôme de la pression que nous nous mettons?… Bon ok je suis pas très claire. :roll:
    Honnêtement, je ne sais pas si c’est parce que je suis une mère trop débutante (un bébé de 6 mois, c’est pas lourd comme expérience), mais j’avoue que je ne me sens pas si torturée que cela de pression et de culpabilité. Bien sûr les commentaires et les jugements, j’en entends parfois, et ça m’horripile. Mais en fait je me dis que c’est comme pour l’allaitement, il faut que je choisisse qui j’écoute… Je prends les avis que j’ai demandés, les autres ma foi… aux oubliettes.

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, je fais pareil que toi sur les avis des uns et des autres… je tri! ;-)

    Répondre

  13. ouais, moi je me sers du « je suis une mère indigne, tu savais pas? » quand on me gonfle à juger mes choix… genre quand je refuse que mon bébé (de 2 mois 1/2 pour l’exemple en question) aille dans les bras de copains pour nous, inconnus pour lui, dans le contexte d’un anniversaire avec 20 adultes et 8 gamins qui courent partout… j’assume, je le dis avec le sourire! et les autres en face restent cons… que répondre à quelqu’un qui s’auto-critique (sans le penser 1 seconde hein!) en vous devançant????

    Répondre

  14. Oui mais bon si Mère Indigne et Mauvaises Mères avaient appelé leur livre « maman normale » ça n’aurait pas été vendeur.

    Je suis d’accord avec toi que la petite annonce est ridicule.

    Et sinon, vous croyez pas que si la mode des « mères indignes » engendre l’agacement de certaines ici c’est parce que vous n’en faite pas du tout partie ?
    Je ne crois pas que « l’esprit Caroline Allard » c’est participer à des blogs qui s’interrogent sur l’allaitement et les couches lavables.

    En fait, je trouve qu’on a plutôt l’air d’intellos qui se prennent la tête à lire tous les articles du net avant de se lancer dans une quelconque action maternelle.
    Et à faire un choix qui se veut réfléchit en fonction de tout ça.

    Rien à voir à mon avis ni avec le courant maternant écolo qui sait ce qu’il a à faire. Ni avec le courant indigne qui va au plus rapide.

    Ce qui me manque surtout c’est un nom à mon courant qui me permettrait de m’identifier. Une idée ?

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Citrouille, la basse-cour ? ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Citrouille, oh la mais je n’ai rien contre Caroline Allard qui est à mon avis la mère indigne la plus drôle du web. D’ailleurs je crois qu’elle a pas mal allaité ses filles, mais finalement on s’en fout, ce n’est pas ça son créneau.
    Et pour le nom, mais les BHL des pampers bien sûr :mrgreen: :lol: (Clemys comment n’y as-tu pas pensé ??)

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, mais wiiiii !!! Je signe ! BHL des pampers ! (comment j’ai pu ne pas y penser ???)

    Répondre

    Citrouille a répondu :

    @La poule pondeuse, non j’ai pas dit que tu es contre Allard (ce qui serait fort vu que je l’ai découverte dans ta page de liens). Je dis juste que tu es à coté.

    BHL des pampers… Oui pas mal bien que dans ton cas c’est plutot la BHL des langes !

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Citrouille, pour éviter les private jokes et rendre à César ce qui lui appartient, cette expression est lié à un billet de Ficelle :
    http://www.lefeuilletondeficelle.com/2009/11/11/mamans-blogueuses-3-paroles-de-lectrices/#content

    qui a débouché sur un autre article : http://www.lespapadoums.com/article-ou-je-vous-mitonnais-un-truc-rigolo-et-ou-finalement-il-ne-reste-que-la-digression-on-rigolera-une-autre-fois–39209137.html

    l’expression apparait dans les commentaires…

    La polémique n’est pas très intéressante, et je ne souhaite pas du tout relancer le débat. Mais l’expression « BHL des Pampers » est si drôle !!!

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, ouais sauf que nous on est plutôt des BHL des couches lavables :mrgreen: :lol: :lol:
    (Merci pour mes stats, qui sont assez mauvaises…)

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, oui mais là, on exclurait celles qui mettent des couches bio ou même pas bio… on peut pas dire non plus « BHL des brocolis bio », parce que là je m’exclus moi-même… pff ça se complique…
    BHL des bébés ?

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Citrouille, attention j’ai des langes ET des pampers. Et l’expression n’est pas de moi, je ne me permettrais pas de la dénaturer. BHL des pampers, et puis c’est tout.

    Répondre

  15. interessante ta remarque je prépare un article contre Badinter et tu viens de me donner une clé

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @olympe, j’ai hâte de lire !

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @olympe, Moi aussi j’ai hâte de lire. Tu donneras le lien?

    Répondre

  16. je propose un nouveau slogan:
    « mon fils ma bataille mes choix, on se revoit dans 20 ans pour les résultats ».
    Aujourd’hui je pense que la plupart des parents que je côtoie sont non pas indignes mais peu capables… limite j’ai l’impression qu’ils conseillent volontairement de faire les mêmes conneries qu’eux juste pour pas être les seuls à avoir le problème, des fois.

    Autour de moi j’ai eu ça:
    le môme « prend des baffes » tous les jours et dit merde à maman à 6 ans (avec option « vas y tape moi je m’en fous », ce que maman exécute en plus, youpi), celle là te conseille la baffe bien sûr.
    un autre qui « n’a jamais été bercé la nuit on n’est pas ses chiens » dort avec un plafonnier allumé à 12 ans (aucun problème, nonnon), sa mère te conseille bien entendu d’arrêter le cododo.
    un troisième qui « avait besoin de coups de pieds au cul pour se développer à l’école » a certes sauté une classe mais fait pipi au lit à 12 ans, pour sa mère tu es indigne parce que tu as refusé un saut de classe.
    une minette qui devait « être responsabilisée » a été laissée chez elle seule pendant que maman bossait toutes les vacances et tous les mercredis depuis ses 9 ans, à 30 balais elle a une phobie sociale très difficile à contenir (c’est pas lié d’après sa mère), sa mère t’encourage à laisser ton gamin de 10 ans seul pendant que tu vas te promener avec le bébé.
    une autre qui « était difficile » s’est nourrie de bonbons et seulement ça pendant des années et est restée anorexique, sa mère te conseille de ne pas trop allaiter.

    la liste serait trop longue j’arrête là. La première qui me demande si je vis dans un hôpital psy je la mords. :lol:

    Tout ça pour dire que si jamais vous êtes perméables aux idées d’autrui et taxée d’indignité plus souvent qu’à votre tour, il existe un moyen sûr de les valider avant de les mettre en pratique, les idées:
    rapprochez vous de l’autrui en question… les gens sont peu écoutés de nos jours ils se font un plaisir de causer. Vous verrez vite ce que leurs super méthodes ont donné comme résultats, et ça m’étonnerait que les avis d’indignité continuent à vous toucher. Perso je suis devenue imperméable! :mrgreen: :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, bien sûr qu’on ferait mieux de balayer devant notre porte avant de donner des leçons aux autres. Mais je pense que tu surestimes grandement l’influence des parents sur les enfants (et surtout d’un choix en particulier). Personnellement j’essaie de leur donner toutes leurs chances mais franchement je pense que le résultat final dépend de bien d’autres choses.

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, je comprends bien ton point de vue mais pour autant je ne me voile pas la face, vu que ce sont de petits êtres dépendants de moi, de mes capacités, de mes choix et de mes volontés, mes enfants ne peuvent pas être tenus pour responsables de ce qu’ils sont. Ce sont les parents, les 2 parents je dis bien, ayez une pensée pour les femmes divorcées comme moi qui luttent contre certaines influences de l’autre côté, ;-) , qui font les enfants.
    Je vois beaucoup de parents accuser le monde entier, la télé, le voisin, la société…
    Le plus souvent ce que j’entends en dernier argument c’est « on n’a pas le choix ». Et bien si, en fait. Le problème c’est qu’on a le choix, et qu’on est supposé l’assumer, le problème c’est que les adultes c’est nous et pas nos enfants.
    Qu’on le veuille ou pas, nous sommes responsables. Après parents dignes ou pas au sens des diktats sociaux on s’en fiche, si on sait assumer la responsabilité le plus gros est fait.
    (attation responsable ne veut pas forcément dire coupable :mrgreen: )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, oui il faut prendre ses responsabilités mais je crois qu’on n’a pas d’obligation de résultat !

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, oui cette idée que nous avons toujours le choix mais qu’il faut le prendre et l’assumer… je suis complètement d’accord!

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je suis d’accord avec toi, si ce genre de causes à effets était aussi évident, ça se saurait. Mes enfants dorment avec une veilleuse, bien qu’ils aient été cododotés et bercés la nuit s’il le fallait… Ce genre de raccourci est quand même dangereux et je ne me permettrai pas de juger les actions des autres : on ne sait pas ce que vont devenir nos enfants dans quelques années…

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @suzie,
    on ne sait pas tout mais je pense qu’il y a des trucs qu’on peut savoir quand même en fonction de ce qu’on a appris (et montré par l’exemple) à nos enfants, de ce qu’on a partagé avec eux, des sujets qu’on a abordés ou non, etc.

    Je ne crois pas à l’idée populaire du « tu te réveilles un matin et ton môme est en prison sans que tu saches pourquoi ». Je suis plutôt le genre à penser que si tu sais pas pourquoi c’est que tu n’as pas bien suivi le film. ça ne veut pas dire que je me crois à l’abri mais juste que si jamais ça m’arrive je ne pourrai pas accuser autre chose que moi même.

    Dormir avec une veilleuse c’est plutôt normal je trouve, rien d’alarmant, chanter à tue tête sous un plafonnier de 60 watts, c’est moins un endormissement classique d’après moi (mais je crois que d’après les spécialistes aussi, lol)…c’est sûrement un raccourci mais meubler le silence/refuser la moindre obscurité c’est pour moi un signe évident de crainte de la nuit, et quand les parents de ce genre d’enfants me disent que laisser pleurer est la solution au problème des nuits je me dis qu’ils sont surtout en train de créer un problème bien plus difficile à leur enfant que celui que l’enfant leur posait au départ. Je ne sais pas si je suis claire, là ;-)
    bref, n’empêche il y a des liens de cause à effets, hein, l’enfant qui ne se nourrit que de chocolat ne pousse pas dans toutes les familles, seulement dans celles où on peut le faire (ce qui suppose qu’il y a du chocolat, qu’on peut l’avoir, aux repas, à la place du repas, à tous les repas, etc, etc…c’est quand même pas anodin), de même l’enfant qui passe sa vie devant un écran ne fleurit que dans les familles où on peut le faire, etc
    (on accuse les gènes mais les gènes ont bon dos quand même, c’est rigolo qu’il y ait tellement moins d’enfants à problèmes alimentaires ou à soucis d’addiction dans les pays pauvres…la répartition génétique suivrait celle de l’économie?).

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, tes exemples me parlent bien!

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, j’essaie depuis tout à l’heure de répondre à ce que tu dis ici, mais je n’y arrive pas tellement je ne suis pas d’accord avec la façon dont tu vois les choses. Tu te poses vraiment en juge des méthodes éducatives de chacun et cela me gêne énormément.

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, « limite j’ai l’impression qu’ils conseillent volontairement de faire les mêmes conneries qu’eux juste pour pas être les seuls à avoir le problème, des fois. », j’adoore, je m’y retrouve quelque fois! et tes exemples, waouhhh ça me fait peur quand même…

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, bah écoute mes exemples sont bien réels et je te jure que si je n’avais pas pris le temps de discuter avec les gens et de les mettre en confiance je n’aurais jamais su le tiers du quart de ce qui se passait chez eux. Je t’assure on ne se doute jamais de la réalité à moins de bien creuser!
    Tiens rien que ce mois ci j’ai encore trouvé, dans les honorables mère de familles de l’école membres de l’association de parents et tout, la bagatelle…d’une alcoolique (là c’est en discutant avec le gamin: « trop cool ma mère elle m’a même pas engueulé pour mon zéro tu vois, elle était bourrée ».). Tu vas me dire c’est pas forcément dramatique, oué mais bon y’a beaucoup de mamans qui lui font confiance et lui filent leurs gosses pour la nuit. Gloups! :shock:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, moi globalement je suis d’accord avec ton point de vue… nos enfants, ce qu’ils deviennent, nous en sommes parties prenantes… ils ont leur part (caractère, gènes certainement…) mais le contexte dans lequel ils évoluent compte énormément (éducation non violente, respect de soi et des autres ou cris, coups…); Après c’est évident que on peut (penser) agir avec chacun de nos enfants, ils n’auront pas forcément la même histoire pour autant. Et pis être responsable ne veut effectivement pas dire être coupable.
    Les gens jugeront toujours (nous compris même quand on est vigilant avec le jugement) les autres, les autres façons de faire… ce qui compte pour moi c’est de faire des choix pour mon enfant, ne pas juste appliquer ce que j’ai vécu/vois faire chez les autres/ ce qu’on me dit de faire/….
    Mon enfant aura toujours des choses à me reprocher une fois grand… j’espère juste que ce ne sera pas d’avoir manquer de présence/attention/respect/confiance envers lui.
    bouhhh que je suis sérieuse là! :mrgreen:

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, personne ne sera jamais le parent parfait (enfin j’espère parce que ça serait les boules que ce soit pas moi. :lol: ). Je connais cependant des adultes qui n’ont rien ou alors de très menues broutilles (avoir refusé une saleté de poupée barb…à noyel par exemple, tu parles d’un traume, lol) à reprocher à leurs parents. C’est donc possible.
    Après les filles pour ce qui est de juger les autres je suis navrée que ça vous choque mais j’assume totalement mes jugements, ils sont la base de mes choix en fait. Sinon si j’étais incapable de juger les méthodes éducatives je me contenterais d’appliquer sans réfléchir au choix celles de mes parents, celles lues dans un livre ou celles de ma voisine bonne conseilleuse, et je trouverais ça très grave. J’aime cent fois mieux juger moi même de ce qui me et leur convient (à mes enfants) ou pas et pour ce faire il n’y a rien de mieux que l’observation. J’observe, et en effet je constate que beaucoup de choses viennent du milieu de développement de l’enfant (lapalissade de base) et comme le milieu c’est d’abord la famille et que la famille c’est d’abord deux parents, j’observe ce que font les parents, ce que ça fait aux enfants, et si je constate que quelque chose a produit un effet délétère je me garde bien de faire la même boulette avec mes enfants à moi.

    Après pour certains comportements je ne pose même pas la question de prendre exemple ou pas. la grosse baffe en pleine tête sur enfant de 5 ans je vois déjà les conséquences à long terme sans même tester c’est curieux. et oui, je juge. Et mal, même. :mrgreen:

    La maman qui picole le soir en semaine suffisamment pour ne pas savoir ce qu’elle signe et pour que son môme constate son état, je la juge malade d’alcoolisme, oui. Après je m’en fiche c’est sa vie, mais bon je ne lui confie pas mes enfants (même pas en rêve c’est clair), et si jamais je l’entends un jour me dire qu’elle ne comprend pas d’où vient la décision de redoublement pour son gamin je ne pourrai pas m’empêcher de penser que si cet enfant avait eu une mère lucide le soir à la maison qui l’aide aux devoirs et le motive au lieu d’une épave dans le canapé, peut être que ça aurait été autrement.
    C’est une réalité qui n’empêche pas une autre réalité qui est certainement que pour qu’elle soit dans cet état il y a bien eu une raison, on ne devient pas alcoolo par hasard non plus.
    Juger ne veut pas dire condamner, on peut juger et comprendre, mais comprendre ne dispense pas de savoir reconnaître le bien du mal.

    Pour ce qui est des enfants élevés pareil par les mêmes parents là je suis navrée mais j’ai deux enfants et je serais choquée qu’on me dise qu’ils sont été élevés pareil et par la même mère…je ne les ai pas eu au même moment de ma vie, je n’étais pas la même pour chacun d’eux, de même que je ne suis pas la même aujourd’hui qu’hier, l’un d’entre eux a été le premier, l’autre a été le second, ils ont été « investis » différemment, ils sont nés différemment, bref ils sont différents et vu leur différence d’âge on ne pourra jamais dire d’eux qu’ils ont eu la même éducation parce que je n’attends pas la même chose des deux par exemple…alors l’histoire des enfants différents dans une fratrie personnellement je ne l’explique pas par l’intervention magique du hasard qui a livré un enfant calme ou turbulent mais plutôt par le fait que ce sont deux histoires familiales différentes même si elles se déroulent pendant un temps donné sous le même toit avec les mêmes acteurs.
    (J’ai fait des erreurs avec numéro un que je ne reproduis pas avec numéro deux et je suis bien contente qu’ils ne soient pas égaux là dessus par exemple.)

    D’ailleurs il y a nombre de fratries où on constate une grande différence de traitement entre les uns et les autres et c’est rigolo parce que si on en parle ça fait aussitôt bondir les gens « oh mon dieu tu ne peux pas dire ça mes enfants ont tous été élevés pareil! » (je cite ma propre mère, là, par exemple), comme si c’était obligatoire d’atteindre l’équité parfaite entre frères et soeurs, comme si par défaut toutes les mères et tous les pères y veillaient absolument…alors qu’en réalité c’est juste impossible.

    karapichu ta copine tu vois elle ne l’admettra sans doute jamais parce que ce serait avouer avoir fait une différence entre ses gosses et oh lalala mon dieu c’est horrible je ne suis pas la même mère pour les deux ils vont s’entretuer chez ne notaire plus tard tout ça tout ça… ;-) mais il n’est pas impossible qu’elle ait mis de l’eau dans son vin et dans sa méthode éducative pour son deuxième enfant, voire même que peut être du coup elle regrette un peu d’avoir été un peu stricte avec la première (ce qui est également inavouable, quand on a fait de son mieux avec ses moyens de l’époque on a du mal à comprendre que malgré toute la bonne volonté on a pu merdouiller quand même, se juger soi même c’est pas facile non plus… et justement ne pas vouloir juger les autres c’est aussi un moyen de s’éviter ce travail sur soi même…).

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, Il y a beaucoup de choses très juste dans ce que tu dis – enfin je trouve! -, et il est tout à fait possible que chacune de nous ait une manière différente d’employer le mot « jugement ».
    Il est évident que la personnalité d’un enfant dépend en grande partie du milieu dans lequel il grandit, et que le premier milieu étant la famille et les premiers éducateurs les parents, beaucoup de choses peuvent s’expliquer par là.
    Je te rejoins aussi sur le fait qu’on ne peut pas tout à fait dire que tous les enfants d’une même fratrie ont été éduqués de la même manière, parce qu’en effet, les parents évoluent avec le temps (« avant j’avais des principes… »), plutôt en mieux en général, tout comme le contexte, les relations avec la famille, etc. Cela dit, je pense que sur ce point ton jugement demande à être nuancé.
    A te lire, on a l’impression que la seule influence qui compte vraiment c’est celle de la famille. Or les enfants passent au moins 15 ans de leur vie à l’école, et aussi, bien souvent, dans d’autres activités, où ils reçoivent bien d’autres influences, qu’elles aillent ou non dans le sens de ce que les parents ont souhaité.
    Je te donne l’exemple de ma propre famille, mais j’en ai plein d’autres sous la main… Nous sommes 6 enfants (des 2 mêmes parents je précise), tous aussi différents qu’on peut l’être: certains ont fait de longues études, ont toujours été très scolaires et sur ce plan-là ont « bien réussi », d’autres ont galéré à l’école pendant des années, mis 5 ans avant de trouver leur voie; certains étaient plutôt des élèves disciplinés (enfin, une sur 6 ;-)), les autres ont fait tourner certains profs en bourrique; certains ont eu une adolescence tranquille, juste ce qu’il faut de prise de distance avec les parents, d’autres ont fait une crise « carabinée » qui a eu tendance à s’éterniser, avec passage au poste obligé; certains sont sobres et pas spécialement fêtards, d’autres se battent avec plus ou moins de succès selon les moments contre la dépendance à la cigarette et aux drogues dites « douces »… Je pourrais multiplier les exemples.
    Bien sûr, nos parents n’étaient pas tout à fait les mêmes entre l’aînée (moi) et la dernière. Bien sûr ils ont mis de l’eau dans leur vin, et, comme le vin justement, se sont bonifiés avec l’âge. Mais malgré toute la souplesse et les ajustements que les parents acquièrent avec l’expérience, il y a toujours, je pense, une part de « non négociable », qui n’évolue pas ou peu, et pour cela, on a tous été à la même enseigne. Et quand bien même, la seule évolution des parents ne peut pas expliquer de telles différences: il y a la place dans la famille (qui influe beaucoup sur la façon dont on construit sa personnalité), le lieu où l’on vit, l’école que l’on fréquente, les amis que l’on a… Et là-dessus, en particulier sur les amis, plus ça va, moins les parents ont de contrôle; et donc plus leur influence est forte.
    Quoi qu’on en dise, en tant que parents, on peut bien faire tout ce qu’on peut, faire des choix réfléchis et juste, ne pas reproduire les erreurs des autres ou les nôtres, on n’a pas la maîtrise de tout. Il y a forcément quelque chose qui nous échappe, et même si parfois ça nous fait mal parce qu’on voit bien que ce n’est pas bon pour l’enfant, je dirais HEUREUSEMENT qu’on ne maîtrise pas tout, parce qu’on élève nos enfants pour qu’ils soient libres, au risque qu’ils fassent n’importe quoi de cette liberté.
    Et puis, quand on croit qu’on est responsable de tout, c’est le meilleur moyen de faire rentrer par la fenêtre la fameuse culpabilité, chère à E. Badinter, qu’on avait sortie par la porte (la culpabilité, pas EB!).

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, et puis pour sauver les meubles, il y a toujours le concept de la résilience…
    personne n’est condamnée par son éducation !

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Oui, Dieu merci, il n’y a pas de déterminisme… On est LIBRE (même si parfois la liberté est un peu (beaucoup?) abimée ou entravée…)!

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Jouls, je suis entièrement d’accord avec toi : je pense effectivement qu’on ne maîtrise pas tout, et que nous naissons quand même avec une certaine part de caractères personnels, qui se développent (ou pas) ensuite selon l’éducation et les différentes influences extérieures que l’on a reçu (ou pas) ; ceci explique en partie les différences entre enfants d’une même fratrie (ma fille de 4 mois ne ressemble que très peu en caractère à son aînée de 3 ans : vu son âge, il est un peu tôt pour parler d’influence, non ?). Mais cela ne doit pas nous dérésponsabiliser, ce n’est pas parce qu’un enfant est plus turbulent qu’un autre par exemple qu’il faut baisser les bras devant son éducation en se disant que de toute façon il tournera mal quoi que l’on fasse (il s’empressera effectivement de nous donner alors raison !). Comme le dit la Poule, on a une obligation de moyens, mais pas de résultat. Après il est évident qu’on n’est jamais pareil envers tous ses enfants, je me rend bien compte qu’il y a des choses que j’ai exigé de l’aînée que je ne demanderais pas à la cadette, et inversement (l’apprentissage du « s’il-te-plaît » se fera beaucoup plus tôt par exemple !!). L’essentiel est de faire de son mieux, et que l’enfant comprenne que quoi qu’il arrive il pourra toujours compter sur nous, ses parents, pour se confier ou trouver de l’aide.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, oui je suis assez d’accord avec toi. Et bien sûr que les enfants ne sont pas élevés « pareil » (encore heureux d’ailleurs), ce que je voulais dire dans mes exemples c’est qu’il n’y a pas eu de gros bouleversement dans la philosophie parentale entre les enfants.

    @pupuce, je crois que là où nous ne sommes pas d’accord c’est le côté tel acte/choix entraîne telle conséquence, surtout sur un exemple précis. Personnellement je ne vois pas ce qui permet de dire que tel problème d’un enfant (énurésie, difficultés sociales…) est directement lié à tel ou tel choix éducatif de ses parents (cododo ou pas par ex).

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, D’accord avec la Poule, c’est ce que je voulais aussi écrire. Je trouve qu’il ne faut pas faire de raccourci entre telle cause/telle effet, c’est néfaste et c’est souvent voir les problèmes par le petit bout de la lorgnette. On se demande à quoi serviraient les psys, si c’était si simple;

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @Jouls,
    je me répète je trouve que l’amalgame entre responsabilité et culpabilité est trop vite fait en matière d’enfants, et si je ne trouve pas utile de se culpabiliser (d’autant que ça n’apporte rien à personne, un coupable, le mal est en général fait) se responsabiliser en revanche me paraît vraiment indispensable et permet de faire un travail en amont pour éviter justement les plus grosses boulettes.
    Sinon on peut faire n’importe quoi avec nos enfants, se dire que de toute manière comme disait freud quoi qu’on fasse ce sera mal (ce qui je trouve est une des pires conneries freudiennes possibles surtout sortie de son contexte), et hop ils n’ont qu’à y aller fort sur leur liberté (qui est tout de même très conditionnelle dans le monde actuel) et leur résilience (qui ne fait pas tout non plus hélas, il doit y avoir plein de résilients au sud de la planète et je ne suis pas certaine que pour autant ils puissent espérer beaucoup de mieux)…au départ tout de même ils n’ont pas demandé à venir, ce jour là, à cet endroit là, dans ces conditions là, ça c’est nous, parents, qui en sommes responsables kamême.
    Après sur l’utilité des psys si la plupart des problèmes s’expliquent facilement…c’est fort dommage mais en effet le plus souvent quand il y a un souci familial c’est assez simple à décrypter et le psy est juste le regard extérieur qui sert de miroir à des gens qui n’avaient pas pris le temps de prendre du recul sur leur situation. Quand ils consultent, parce que malheureusement bien des gens ne prennent ni le temps d’analyser leur propre histoire ni celui de consulter.

    Après il y a des choses qui auront une influence et d’autres moins. Cododo ou écoute et prise en charge la nuit, la différence sera sans doute minime au final, mais comparé à un bébé qu’on laisse pleurer des heures ou qu’on engueule carrément la nuit (sisi, ça se fait), le rapport au sommeil chez ces enfants ne sera pas le même. (un adulte qu’on engueulerait quand il fait un cauchemar n’irait pas non plus se coucher zen d’ailleurs, mais on applique rarement aux enfants les raisonnements qu’on applique aux adultes hélas).

    mais bon globalement ça ne change rien, le problème n’est pas d’être digne ou pas digne (d’ailleurs ça n’entre pas en ligne de compte dans l’attribution des enfants, c’est que même la nature se fiche de ça. combien de mères très dignes de l’être attendent encore le bébé qui ne vient pas, hein), le problème pour moi est d’entendre « oui bon je suis une mère indigne et alors! » comme une espèce de phrase magique …dans tous les cas avoir une mère qui se dit elle même indigne ou pas n’apportera rien à l’enfant concerné.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, ben moi j’avoue que la phrase « je suis une mère indigne » est un joker qui permet d’éviter une longue discussion pas toujours utile dans certains contextes sociaux. Par ex l’autre jour un voisin me dit que j’ai certainement du déjà voir la PMI, l’air bien convaincu, donc j’ai simplement répondu que non et que j’étais une mère indigne. Un peu la flemme de développer les raisons (déjà données plus haut), sans compter que je ne juge pas utile de faire peser toutes les 5 min Pouss2 qui a le gabarit d’un jeune baleineau… (attention je ne dis pas que ce n’est pas utile de faire peser les bébés hein, juste qu’il faut voir au cas par cas)

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,

    oh mon dieu mais comment ça tu fais pas peser ton bébé?
    et t’as jamais vu la pmi? oh my god! quelle horrible marâtre tu fais!

    :lol:

    ok je :arrow:

    (ah oué nan mais si c’est ça ton genre de boulettes de mère indigne tes mômes devraient survivre, hein… sauf si une fois adultes ils deviennent de l’espèce de ceux qui ressortent leurs vieux carnets de santé pour comparer leurs courbes de croissance à celles de leurs bébés, là tu risques d’entendre parler des pesées manquantes! ;-) bon hé ho pas taper je :arrow: j’ai dit. )

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, ça doit être une question de philosophie de vie: tu vois pupuce, moi, nous (avec mon homme), si je me « sers » de l’exemple des autres dans l’éducation de mon enfant, c’est dans leurs réussites, ce qu’ils ont accompli, dans ce qu’ils peuvent m’apprendre. Pas dans leurs échecs que je ne me permettrais ni de juger car je ne peux connaître tout le contexte, ni d’interpréter, ni d’analyser, ni d »utiliser ».

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, ce que tu dis me semble très juste et correspond à ma façon de voir les choses. Idem avec les propos de JOuls qui tempère la façon de parler mais bon pour moi on parle qd même des mêmes choses. Heureusement oui que nos enfants trouvent d’autres inspirations/influences à l’extérieur de la famille… cela n’enlèvera pas les influences de la dite famille sur son développement!

    Répondre

    Citrouille a répondu :

    @pupuce, euh tu veux dire que tu traites d’alcolique quelqu’un parce que son gosse t’a dit qu’une fois elle était beurrée ?
    Ben je suis une alcolo alors !
    Tu t’enflammes pas un peu là ?

    Plus sérieusement, je constate que mes 2 filles n’ont pas le même caractère et la même attitude. Pourtant je crois les avoir traitées à peu près pareil depuis leur naissance. Puisque tu prends l’exemple de l’endormissement : la grande nous faisais beaucoup de cinéma pour pas dormir et la petite s’endors instantanément.

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @Citrouille,
    Tout à fait d’accord (même si je n’ai qu’un enfant donc pas de comparaison possible :p)

    Je ne pense pas y être grand chose si mon fils est hyper sociable et s’adapte très facilement. De même je ne me dis pas que j’ai du raté quelque chose chaque fois que c’est le cirque pour le coucher pendant des semaines à la veille de chaque grand acquisition (ensuite tout revient à la normale)

    On fait ce qui nous semble le plus adapté mais je pense qu’une large partie de ce qu’ils sont reste lié à leur caractère (bref à l’inné).

    Récemment une amie faisait le même constat que le tien au sujet de la différence entre enfants pourtant élevés de la même manière. Une de ses amies a eu une fille super cool qui ne touchait jamais à rien et se permettait donc de donner des conseils à tire larigot sur la manière dont il fallait procéder. Puis elle a eu un fils du modèle « je vous retourne une pièce en moins de 2″ et maintenant, bizarrement, elle garde ses conseils pour elle :twisted:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, Eh, oui, ça c’est le 2e effet kisscool, illustré par le sous-titre de ce blog « avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants ». Et c’est vrai que plus on en a et plus ils grandissent moins on a de principes et grandes théories sur l’éducation. Chaque enfant est différent et avec l’âge beaucoup de choses finissent par nous échapper, nous ne sommes plus les seuls à avoir une influence sur eux et ces influences se multiplient très vite.

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @suzie,

    ô que oui ! Incroyable ce que nos « convictions » peuvent évoluer avec le temps

    Ce qui serait drôle, ce serait, lorsqu’on est enceinte, d’écrire la manière dont on envisage de faire les choses et de relire cela quelques années plus tard. Je ne suis pas sûre que grand chose se soit passé comme on l’avait imaginé….

    Une seule chose à l’heure actuelle dont je sois sure (cela fait 2 ans qu’on se le répète avec Mr Karapichu) : quand il sera ado et qu’il voudra faire la grasse mat’ le we, il aura droit à l’aspirateur devant sa chambre à 7h du mat’. Vengeance !!!!!!!!!!!!! :twisted:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, ;-) :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, j’adore ton exemple parce que Pouss1 est comme la fille de ton amie, surtout quand il y a du monde qu’il ne connaît pas. Quand les gens me demandent comment est-il possible qu’il soit aussi sage, je réponds que j’ai pilé un lexomil dans son bib :mrgreen: Le plus drôle c’est quand on est avec une autre famille où l’enfant est plus expansif (doux euphémisme :lol: ), plus l’autre enfant crie, s’agite et touche à tout, et plus Pouss1 se terre dans son coin sans rien dire. Du coup les autres parents sont de plus en plus gênés du comportement de leur enfant… (j’avoue que je trouve la situation assez comique… amie indigne :mrgreen: )
    Mais autant je trouve ça pratique parce que du coup ça fait une bonne pub pour notre éducation, autant je suis loin de prétendre que c’est justement grâce à nos méthodes qu’il a ce comportement. Et surtout que les enfants de 2 ans (en gros) sont turbulents parce que leurs parents ne savent pas s’y prendre : les enfants de 2 ans sont je crois turbulents par nature. Je dois régulièrement défendre ma belle-sœur (dont le fils a un petit côté Attila) auprès de ma BM qui la rend responsable de tout :evil:

    Répondre

  17. Hello :grin:
    Visiblement cette journaliste recherche soit des mamans *normales*, soit carrément des clichés du genre de ceux qu’on dépeint dans les télé-réalité, car ça vend bien dans les bandes-annonce.

    Perso, la sempiternelle opposition femme-mère me choque profondément car je ne me suis jamais sentie aussi femme que depuis que je suis mère. A mon point de vue, on ne choisit pas un camp, mais le dosage qui nous convient.

    Avec cette annonce, j’imagine déjà un pseudo-reportage baclé uniquement basé sur de l’anecdotique (maman se peint les ongles pendant que les petits mangent des corn flakes matin midi et soir, musique ridicule en bruit de fond).
    Ce qui me gêne dans le pointage et l’identification au crénau « mère indigne », c’est que le télespectateur/copain/voisin/ fasse JUSTEMENT ce qui me mine: juger, dire « qu’est-ce qu’elle est grave de faire ça » :shock: :roll: .

    Je rejoins un peu tout le monde en disant qu’être mère, c’est faire des choix à chaque instant (selon les besoins de chacun), puis se réajuster constamment, et que finalement, en tant que responsable de ses choix on va être exposée à la critique, soumise à la question, même *innocente »… On va devoir être blindée tout le temps pour que les commentaires glissent sur nous comme de l’huile, et juste prendre ce qu’il nous faut de critiques pour évoluer.
    Je n’avais pas pensé à la réplique « je suis une mère indigne », mais je pense que je vais désormais m’en servir de temps en temps (sans y croire :mrgreen: :mrgreen: )

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @zazila, tout en lisant l’article et les commentaires, je m’apprêtais à peser tous mes mots pour répondre à mon tour mais finalement je ne vais pas ajouter grand chose car tu as écrit ce que je souhaitais exprimer !

    je souligne ce qui me « parle » le plus :
    « la sempiternelle opposition femme-mère me choque profondément car je ne me suis jamais sentie aussi femme que depuis que je suis mère. »
    « être mère, c’est faire des choix à chaque instant (selon les besoins de chacun), puis se réajuster constamment, et que finalement, en tant que responsable de ses choix on va être exposée à la critique »

    et comme toi aussi, j’ai adoré la parade de Charlinette ! :mrgreen:

    et voilà comment on devient commentatrice indigne, en ce contentant de plagier les idées des autres ! :mrgreen: :arrow: je sors !

    Répondre

    zazilaNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, :mrgreen: :mrgreen:

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @zazila, Très bien dit ! Moi aussi je me sens encore plus femme depuis que je suis mère.
    D’ailleurs techniquement c’est bien parce que nous sommes des femmes que nous pouvons être des mères :lol:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @zazila, je te rejoins bien sur l’idée de « dosage ». Mais perso je ne me sens pas plus femme depuis que je suis mère. Je me sentais femme, je me sens maintenant aussi mère. Après techniquement, oui l’un ne va pas sans l’autre :mrgreen:

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @zazila, et les autres, en fait je pense que le problème de fond, et ce qui me gène le plus chez EB, c’est la vision des choses en termes de « conflit ». Quand on y réfléchit, c’est terrible de penser qu’on peut être divisée à l’intérieur même de notre personnalité!
    Je veux dire, qu’il y ait combat en nous entre 2 facettes radicalement opposées (par exemple la radine/la généreuse, la colérique/la patiente…), je peux le comprendre. Mais entre 2 facettes si complémentaires que sont féminité et maternité, je pense que c’est ultra fatigant!
    Alors évidemment, parfois les choses ne sont pas si simples, c’est sans doute plus facile à dire qu’à faire, mais je pense que nous serions beaucoup plus zen, et surtout que nous nous sentirions beaucoup moins culpabilisées et sous pression, si nous vivions cela de manière unifiée et non comme un conflit permanent. Non?

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, oui! et en ce qui me concerne, pr le moment en tout cas, je me sens unifiée entre mon rôle de mère et mon statut de femme, oui!

    Répondre

  18. Pour continuer avec EB: elle est ce matin invitée sur une radio belge… et le moins qu’on puisse dire, c’est que son discours fait réagir par mal de monde (un lien pour écouter son intervention: http://www.rtbf.be/info/accueil, rubrique L’actualité en vidéos et en sons, et pour voir les réactions: http://www.rtbf.be/info/matin-premiere/elisabeth-badinter-est-linvitee-de-matin-premiere-195784).

    A part ça, un immense merci à la Poule: j’attends mon premier (ça fait tout drôle à dire…), et ton blog me fait un bien fou (impression d’être moins ignare-culpabilisée-naïve…).

    Répondre

  19. [quote]D’ailleurs ils trouveront toujours quelque chose à vous reprocher[/quote]

    Boah, je ne suis pas sûre-sûre, moi…

    Bien sûr que s’ils cherchent, ils trouveront. On trouve toujours quelque chose à reprocher à quelqu’un. La perfection n’est pas de ce monde et comme tu le dis, il n’est même pas souhaitable.

    Mais moi, j’ai tendance à penser que si on les aime, qu’on leur montre et qu’ils n’aient aucun doute, que l’on fait de son mieux, ben ils ne nous en voudront pas plus tard. Je pense qu’au final, le plus gros reproche qu’un enfant peut faire à un parent, c’est de ne pas avoir su l’aimer…

    Mais je suis peut-être naïve ;-D

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Sylvie, non mais après il y a reproche et reproche hein, et ce qui fait qu’adulte on garde plus ou moins une bonne relation avec ses parents. Personnellement j’ai une super relation avec mes parents, qui sont plutôt des gens bien, et je suis reconnaissante pour tout ce qu’ils ont fait (et font encore), mais bon je sais qu’ils ont un peu pourri mon rapport à la bouffe et à mon corps, et ce avec les meilleures intentions du monde :roll:

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, rhooooooooooooo tu ne serais pas ma soeur cachée par hasard ???
    Exactement le même ressenti que toi vis à vis de mes parents ! Et le karapichu peut dire merci au bouquin de Zermati qui a croisé ma route juste au bon moment et m’a peut être (on en reparle dans quelques années) permis d’éviter de répéter les mêmes erreurs au sujet de la relation à la bouffe

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, je suis curieuse… dans les grandes lignes, c’est quoi l’erreur à ne pas reproduire pour la relation avec la bouffe?

    Pour ma culture générale et parce que je fais attention à la bouffe. Mais, fais je bien?…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Sapristi, je ne sais pas pour Karapitchu, mais moi quasiment depuis aussi loin que je peux me souvenir je suis celle qui doit « faire attention ». Celle qui « prendra des haricots verts, parce que les frites c’est pas bon pour ce qu’elle a ». Celle à qui on a fait faire tous les régimes possibles (sachets protéinés, ne manger que des fruits, etc :roll: ), avec pour effet d’avoir toujours repris ce qu’elle avait perdu avec les pénalités de retard en prime. Celle à qui il a fallu beaucoup de temps, un homme merveilleux (je l’ai toujorus :cool: ) et la lecture de Zermatti (moi aussi total respect pour le monsieur) pour accepter tant bien que mal son corps, qui certes ne ressemble pas à un magazine, mais a quand même un IMC normal. Et surtout ne jamais, jamais, jamais refaire de régime. Pour ça je suis contente d’avoir des garçons, j’ai trop peur de pourrir la vie d’une fille avec ces histoires (oui c’est con mais dans ma tête c’est des problèmes de fille, mes frères sont filiformes et le Coq a pas vraiment de problèmes de gras non plus, ça explique aussi).

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Sur ce point là, tu es ma soeur La Poule !! (parce que la mienne, 4 gamins, 1,75, mince pour ne pas dire maigre, et pourtant, elle BOUFFE …. :twisted: ) C’est quel bouquin de Zermati que vous avez lu ?? (la CB refroidit :mrgreen: )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, http://www.amazon.fr/Maigrir-sans-r%C3%A9gime-Jean-Philippe-Zermati/dp/2738110789
    Et puis il y a Caroline sur http://www.penseesderonde.fr/ qui consulte le Dr Z himself et en a fait pas mal de comptes rendus. Bon pour racheter mes parents je dois dire que c’est mon père qui me l’a offert et qu’il m’a aussi présenté des excuses pour tout ça.

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je lis Caroline avec attention ;-)
    Sympa ton père …. je crois que pour la réflexion pas sympa du mien il y a …. 30 ans, je vais probablement encore attendre :cry:
    Merci pour le lien !

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, l’erreur de tes parents serait de t’avoir dit de faire attention parce que tu risquais de grossir?

    je m’inquiète de ce que l’on peut inculquer à nos enfants car, chez moi c’est mon homme qui n’a pas la silhouette des magazines. Ce qui n’est pas grave, sauf quand on doit prendre un traitement à vie à cause de cela (insuline).

    peut être que mes enfants ont hérités de cette fragilité (du pancreas) et je voudrais leur inculquer de bonne habitudes pour leur éviter des problèmes de santé. En même temps, le risque c’est d’en faire trop.

    alors comme je vois que vous êtes sensiblisées à l’approche de la nourriture…

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @Sapristi,
    Là encore, vécu très proche de la Poule

    Je préviens par avance, cela va être long car cela a tellement bouleversé ma vie (si ! si ! j’exagère pas !) que je suis intarissable sur le sujet :mrgreen:

    Dans la famille, on a toujours eu des problèmes de poids. Quand j’avais 10 ans et que j’ai eu pris un peu de poids pendant les vacances, ma mère (qui ne voulait pas que je subisse les mêmes problèmes qu’elle) a commencé à me dire qu’il fallait que je « fasse attention ». Bref exit les bonbons, les gâteaux, les frites, la deuxième tartine de confiture le matin etc…. mais tout en devant finir mon assiette parce que le gaspillage c’est mal….
    Résultat, je me planquais pour baffrer tous les aliments qui m’étaient interdits dès que j’en avais l’occasion. J’ai attaqué dès l’adolescence la spirale des régimes les plus abracadabrants en reprenant sans cesse plus de poids (j’arrivais à prendre du poids en mangeant uniquement des légumes et du poulet cuits à l’eau….) Mais en gardant en tête que UN JOUR, je ferai du 36 (au lieu d’un 46) et que là, c’est sûr, tout irait mieux (mieux que quoi, je ne sais pas….)

    Là encore, comme la poule, cela a été un vrai soulagement d’apprendre que j’attendais un garçon parce que je ne me sentais pas capable de gérer cela. Et dans ma tête, les problèmes de surpoids sont moins difficiles à vivre pour les garçons que pour les filles.

    L’allaitement a été un véritable soulagement de ce côté là : c’est bébé qui décidait ce qu’il mangeait, je n’avais pas à me poser de questions existentielles sur le fond de bib à finir ou pas. Je sais que c’est original, d’habitude cela rassure les mamans de savoir ce que le bébé « prend », moi c’était tout le contraire.

    Lé début de la diversification a été un calvaire : s’il finissait son assiette en 2 minutes après avoir tété, j’étais paniquée qu’il mange trop. Il ne mangeait qu’une seule cuillère et ça y est il allait avoir des soucis pour s’alimenter. Je pense que ça situe bien le niveau de complexité de ma relation à la nourriture.

    C’est à ce moment que j’ai lu le bouquin de Zermati (celui cité par la poule) et ça a été une véritable prise de conscience.

    La vision de l’alimentation de Zermati va totalement à l’encontre du « MangerBouger/PNNS ». Aucun aliment ne doit être diabolisé. On peut très bien ne pas prendre de poids en mangeant des hamburgers (ou du chocolat) matin, midi et soir si on mange à sa faim et uniquement à sa faim (même si ce n’est pas forcément bon pour la santé)
    La clé de tout, c’est de respecter sa faim, ce qui va donc souvent à l’encontre des diktats nutritionnels habituels (genre prendre un petit déj même si on n’a pas faim, ne pas grignoter entre les repas…)
    Les régimes sont donc à proscrire car on perd complètement nos repères de satiété et on commence à rentrer dans le système de restriction cognitive : ce n’est plus le corps qui décide ce qu’il doit manger mais l’esprit. Et quand l’esprit lâche (perte de volonté), le corps fait n’importe quoi pour compenser. Un exemple pratique : tu te mets au régime donc tu décides d’arrêter ton petit carré de chocolat que tu mangeais habituellement tous les jours. Tu tiens 15 jours et puis tu décides d’en remanger un, finalement tu ne peux pas t’empêcher de manger toute la plaquette… Bon, si tu as une relation très saine avec la nourriture, cela ne te parlera pas forcément…

    En pratique, pour mon fils (parce que ça qui nous intéresse finalement ;)) :
    - la nourriture ne doit jamais être source de conflit : tu manges ou pas, c’est toi qui vois
    - il mange quand il en exprime le désir : il est le seul à savoir s’il a faim ou pas. Donc s’il veut une pomme ou un gateau à 10h du mat c’est ok. Si il réclame quelque chose 10 minutes avant de manger, je la joue un peu CNV : « je comprends que tu veuilles ce gateau au chocolat d’autant que moi aussi j’adore les gâteau au chocolat mais maman s’est cassé la nénette à faire à manger et j’ai peur que tu n’aies plus assez faim si tu manges ce gâteau donc je serai triste que tu ne puisse pas gouter ce que j’ai fait et patati et patata » et souvent il n’insiste pas. Ou alors je lui donne un tout petit bout symbolique pour le plaisir et ça passe bien
    - je ne l’oblige jamais ni à gouter ni à finir son assiette (même une demi cuillère)
    - il n’y a absolument aucun aliment interdit (bonbons, nutella, gateaux etc….)
    - si j’ai l’impression qu’il réclame à manger par ennui ou fatigue, je l’interroge sur ses sensations alimentaires sur le mode cnv et s’il n’a pas faim, il n’insiste généralement pas

    Je ne dis pas que c’est comme cela qu’il fait faire mais en tout cas cela nous réussit pas mal : il ne dévalise pas les paquets de gâteaux ou de bonbons s’il les a sous la main. Il me redonne des demi morceaux de gâteau quand il n’a plus faim. Et pourtant il adore manger et sait ou sont rangés les gâteaux dans toutes les maisons où on va régulièrement :twisted:

    Et moi grâce à Mr Zermati (et à mon cher et tendre également, comme la Poule)), depuis 1 an et demi
    - j’ai définitivement renoncé à ce mythique 36
    - mon poids n’a pas bougé d’un iota alors que je n’ai jamais autant mangé d’aliments considérés comme « grossissants »
    - ma balance prend la poussière alors que j’arrivais à me peser 3 fois par jour (oui, oui 3 fois, tout en sachant que c’était totalement ridicule)
    - et bien sûr plus de régime (même si j’adore les haricots verts :p)

    Bon je vous avais prévenu que ce serait long hein ;)

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, long peut être ;-) mais intéressant :lol: (CB, prépare toi :mrgreen: )

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice,
    tant mieux si ça peut être utile :mrgreen:
    La CB ne chauffera pas trop, j’avais du le payer 6.50 euros en poche. Et c’est vraiment un excellent investissement, même pour ceux qui n’ont pas de problème de poids (enfin à mon avis :mrgreen: )
    En attendant, je m’étais complètement retrouvée dans les analyses détaillées de Caroline sur le sujet.

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @Béatrice, Je te l’aurais bien envoyé :mrgreen: mais en poche c’est quasi le prix du timbre. La CB sera tout juste tiède :mrgreen: Suzie

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @ Suzie, Je vais investir (pour relire quand ma main trainera du côté du pot de pâte de spéculoos ;-) , je veux en commander un autre de toute façon !!

    Rien à voir, mais je suis trop fière :oops: : P’tit Mec N°4 MARCHE (à 14 mois :mrgreen: )

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Félicitations P’tit mec n°4… :cool: Euh, tu te vanterais pas un peu là quand même :?: :mrgreen: ok :arrow:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, Pffffffffffffffffffffffff :lol:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, bravo P’tit mec n°4 ! maintenant ta maman a une bonne excuse pour ressortir ta CB et t’acheter des chaussures :mrgreen:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Aloooors, en mère indigne qui s’assume :mrgreen: , pour le moment, il met des chaussures qui étaient à P’tit Mec N°3, on va attendre un peu pour lui en acheter « à lui » qu’il fasse un peu meilleur, pour éviter d’avoir à racheter une paire en juillet !!! ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, oups je viens de (re)voir que tu parlais de Zermati et de Pensées de ronde sur ton blog… :oops: :oops: Tout en écrivant je me disais « tiens c’est marrant y a qqn qui en parlait sur son blog il y a peu… » Ahem, neurones, reviendez !

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, J’avais pas le lien pour le bouquin, plus d’excuse pour essayer de régler deux/trois trucs avec moi même :mrgreen:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, chez nous aussi, la bouffe c’est problématique… Mon homme mange trop, moi trop gras (fromages etc.). Je suis un pur produit du « finis ton assiette, y a les petits noirs en Afrique qui meurent de faim etc… » Donc j’ai aussi à cœur de respecter la sensation de satiété chez ma fille même si je me rend compte que je lui force parfois franchement la main… « aller, une dernière cuillère pour maman »… Bref, tu me diras si c’est bien, je l’achèterai le bouquin! Au fait, tu as reçu E. Badinter?

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Badinter n’est pas encore arrivé (les messagères se voient demain …) ;-)

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, j’aurais pu te transmettre aussi le bouquin de F. Aubenas, Chéri est finalement (enfin) en train de lire « j’accouche bientôt et j’ai peur de la douleur »! J’ai bien l’impression qu’il réalise enfin que la mise bas ne va plus trop tarder ;-)

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Ben si tu vois ta voisine du haut avant demain soir (par contre, j’ai plein de trucs à lire en retard, donc si ton Homme veut se le garder pour après, pas de problème)

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, vous le dites si on vous gêne les filles ;-) :lol:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Y’avait personne :mrgreen: :lol: !!!

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu,
    Il y a un programme à l’école maternelle depuis 2 ans, que suit ma fille : Pikabouge, genre « les bonbons, c’est pas bien ! », « manger 5 fruits et légumes par jour !… » Bien dans la lignée du PNSS. Les enfants de 4 ou 5 ans ne font pas la part des choses et commences à bannir d’eux-mêmes certains aliments…
    Alors que je n’ai jamais abordé de notions d’équilibre alimentaire à la maison (les enfants mangent de tout, avec plaisir, pas de problème de santé ni de surpoids dans la famille), ça me fait CH..R que l’école se permette de leur mettre des idées comme ça dans la tête ! :twisted:

    Bien sûr, c’est un programme obligatoire, sur les heures de classe, on n’a rien à dire.
    J’espère que l’exemple de ce qu’elles mangent à la maison et notre absence de discours moralisateur sur la bouffe aura plus de poids que ces pseudo-conseils à la mords-moi le … :x

    Isa

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, Oh, là, là, ils sont lourds parfois avec leurs discours. Le grand credo c’est que les enfants ne doivent pas devenir obèse.Ca part d’un bon sentiment et d’une volonté d’éducation, mais franchement, c’est exagéré. A la crèche, les enfants doivent manger des pâtes sans sel ni beurre. Alors, les petits de 3 ans, ils n’en veulent pas : forcément qui veut manger des pâtes pas accomodées ? Surtout qu’à la maison, chez nous, c’est sel, beurre et même fromage râpé, madame :mrgreen:

    Et puis, les goûters le matin sont interdits à l’école. Mon Moyen qui mange très peu se trouvait en hypoglycémie vers 10h30-11h00. Il a fallu une ordonnance du médecin pour qu’il ait le droit d’amener 2 biscuits secs pour son goûter. Et encore, il fallait qu’il mange tout seul dans un coin avant de pouvoir rejoindre les autres en récré (en plus, il s’est fait réprimandé par une maîtresse pas au courant, il s’est mis à pleurer, pauvre Loulou :sad: ). Bref, c’était tellement compliqué qu’il a fini par ne plus vouloir emmener ses gâteaux !

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Suzie, Je suis un peu sidérée par ce que tu m’apprend Suzie : en France, les enfants n’ont pas le droit de manger un en-cas à la récrée du matin ?? Cela m’inquiète, car dans 18 mois nous allons rentrer en France, et ma grande (qui a 3ans) a pris l’habitude de manger au petit dej’ qui est servi (oui oui, « servi » : une table est mise avec des fruits, des céréales, du pain et de la confiture, lait et chocolat) systématiquement dans les kindergarten allemands ; et c’est d’autant mieux que le matin à 7h30 elle n’a pas faim du tout (un bol de lait au chocolat au mieux), même le week-end nous fonctionnons comme ça. Elle mange à sa faim, puis s’arrête. Elle mange absolument de tout (et je m’en félicite tous les jours, parce que petite je ne lui ressemblait pas !), mais ne se baffre pas, et pareil, aucun aliment n’est diabolisé. Est-ce parce que je l’ai allaité à la demande ?…
    Elle a encore un petit bidon de bébé, est plutôt grande et bien charpentée et non un gabarit de crevette (comme je l’étais); certains dans la famille (belle-soeur en particulier, très attentive à sa ligne et dont la fille de 6 ans est obsédée à l’idée d’avoir « un gros ventre comme Mamie » !!!)) ont commencé à dire qu’il fallait peut-être surveiller ce qu’elle mangeait, ce à quoi le Coq et moi avons immédiatement répondu que tant qu’elle avait un IMC normal pour son âge il n’était pas question de changer ses habitudes alimentaires. Je trouve très important de respecter les besoins physiologiques de l’enfant, et je trouve inquiétant que l’on mette « au régime » des enfants qui n’en n’ont pas besoin.

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, ecoute, je ne sais pas si c’est valable partout. Mais quand mon aîné est entré à la maternelle, les enfants avaient un goûté dans la matinée. L’année suivante, les goûters ont été interdits à l’école. Alors, est-ce seulement dans la nôtre ou dans toutes les écoles, je ne sais pas ? C’est une école publique, donc il y a des chances pour que cette directive vienne de plus haut et concerne donc d’autres écoles… Béatrice ??

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, Pas d’interdiction venue d’en haut. Juste une mise en garde sur un goûter pris trop tard, trop gras, trop sucré, et pas forcément utile si l’enfant a pris un vrai petit dej.
    Dans ma classe, collation (pas goûter ;-) )ramenée de la maison de 9h15 à 9h30 pour ceux qui ont faim (nous servons de l’eau pour les petites soifs) ; les autres peuvent jouer. Selon les jours (et les jeux autorisés) il y a plus ou moins d’enfants qui mangent ;-) d’où parfois un doute sur la pertinence de cette collation :mrgreen: (que je garde, ça me laisse le temps de boire mon café …. :oops: )

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, collation est différent de gouter?!

    mouais… bien un truc d’instit ça…

    c’est comme les gouter d’anniv dans notre RPI.
    soda+gateaux du commerce+sachet de bonbon
    30 fois dans l’année
    hallucinant.
    mon cheval de bataille pour le prochain conseil c’est de faire comprendre aux instits que c’est du grand n’importe quoi. et que diriger les parents vers des briques de lait UHT, des fruits secs, ou frais (si saison) c’est soulager le pancréas de nos bambins de beaucoup beaucoup de sucre.
    souhaitez moi du courage.

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, dans la classe de la Puce, l’enfant qui amène la collation du jour (fromage ou fruit) fait le service : les enfants sont tous en rond et remercie leur gentil camarade. C’est le moment « intéraction avec le monde » ;-)

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @suzie et les autres, moi je trouve qu’en voulant régler un vrai problème on est en train d’en créer un autre (orthorexie ?) chez des gens qui n’en avaient pas. Il y a un monde entre manger tous les jours sodas, bonbons, chips etc et manger des pâtes au gruyère et au beurre !

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Tout à fait d’accord !

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, avant d’être atteint d’orthorexie, on a quand même un gros chemin à faire… non?!
    Moi je ne connais personne qui pèse ses aliments… vous en connaissez vous :?:
    – — ah mes smiley sont revenus! – - – :grin:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Sapristi, Un truc d’instit pour mettre en place la notion de « matin » (collation ») et « après midi » (goûter à la maison). Ici le gâteau d’anniversaire des anniversaires du mois se fait ensemble, en classe. Un plus de courage, je te souhaite juste un peu de diplomatie :oops: désolée, mais bon, parfois j’en manque !

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    Ah oui, et en faisant le gâteau en classe, je suis dans l’illégalité puisque je devrais pouvoir prouver l’hyper fraicheur de tous les ingrédients utilisés (ils le sont, mais bon …), pour la même raison, je ne devrais pas accepter de gâteaux faits à la maison par les parents. Seuls les gâteaux du commerce (avec liste d’ingrédients et date de consommation) sont tolérés.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, j’avais entendu ça, ça me tue d’avance. Devoir acheter un vieux savane ou autre alors que je fais mille fois meilleur pour bien moins cher, ça me tue ! Et l’empoisonnement collectif au gâteau au yaourt, c’est fréquent ???

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, l’empoisonnement collectif, pas vraiment :mrgreen: …. Mais « on sait jamais » :evil: Après ça dépend des écoles (chez moi, s’il y a un soucis, c’est pour ma pomme ;-) )

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, vrai: on devrait pouvoir prouver la fraicheur de nos ingrédients.
    la première diplomatie de l’éducation nationale qui remet en question (en général) la qualité de l’alimentation « maison ». Mais que tu as l’intelligence et le courage de ne pas suivre, si j’ai bien compris…

    je suis passionnée par ce sujet parce que:
    - j’ai emmené une gamine toute mince de 8 ans aux urgences qui va devoir se piquer à vie(diabète),
    - que j’ai reçu (au bureau) la maman d’un gosse de 15 ans qui est décédé dans son sommeil car il a décidé pendant 48h qu’il n’avait pas besoin de ce traitement (piqure d’insuline à heures fixes),
    - j’ai déjà un coq qui se pique à vie
    - et je vois mes bambins revenir de l’école avec des sachets de bonbons!

    C’est vrai béa, j’ai bien du mal à être diplomate devant des gens qui balaye mes principes d’éducation en donnant à profusion à mes enfants ce que je leur apprends à prendre avec beaucoup de parcimonie.

    Vous connaissez le « la Maitresse à dit »? Ben « la maitresse a dit » que je pouvais manger tout le sachet!
    réponse: pas tout le même jour mon chéri…
    re réponse: ça, elle a pas dit! puis j’ai déjà tout mangé dans le bus…

    et là mon potentiel diplomatique en prend un coup. :twisted:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Sapristi, Tiens, c’est marrant, j’avais pas ce comm là dans ma boîte mail :mrgreen: :lol:
    Pour le diabète, on avait une gamine à l’école qui se faisait ses dextro 4 fois par jour en classe ….; + un autre hyper allergique au gluten (avec seringue d’adrénaline dans le réfrigérateur de l’école ….). Ici, on est sensibilisés ….
    Et des fois j’ai pas dit ce que le gamin a dit que j’ai dit ;-)
    Sinon, les parents ici sont hyper frustrés pour les anniversaires, donc ils rivalisent par petits sachets de bonbon interposés (que je fais mettre dans les sacs, avant de rentrer à midi ; interdiction avant le repas, les bonbons …)

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, ouais, je me suis relue. et j’ai reformulé. c’est mieux, non?!
    clin d’oeil mais je n’ai plus les smileys..

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Sapristi, Yes :mrgreen: :lol:

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, merci de tes précisions. je fais pas si mal que cela…
    un petit « Mais »:
    quand tu dis qu’on peut ne pas grossir en mangeant des hamburger c’est vrai.
    mais sans être gros, à trop manger de saloperies, même un enfant peut avoir trop de cholesterol ou du diabète…
    m’enfin ça n’empeche pas de manger des hamburgers de temps en temps :roll: :smile:

    ton petit 36 m’amuse assez… un petit 40 me ferais déjà très plaisir à moi… lol

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @Sapristi,
    Pour les hamburgers, c’est bien pour cela que j’ai précisé entre parenthèses « même si cela n’est pas forcément bon pour la santé ».
    Mais paradoxalement, c’est parfois quand on veut « équilibrer » son régime alimentaire (et donc qu’on veut « trop bien faire ») qu’on prend du poids.
    Un exemple de Zermati pour illustrer cela : un midi tu manges un sandwich au saucisson. Tu n’as plus vraiment faim mais tu t’en veux d’avoir « mal » mangé donc tu prends une pommes pour te rapprocher du « 5 fruits et légumes par jour ». Dans ce cas là, c’est la pomme et pas le sandwich qui te fait grossir….

    Pour le 36, moi aussi maintenant ça me fait rire, désormais je me satisfais bien de mon 46 (et des formes appréciables qui vont avec :mrgreen: )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Sapristi, bien sûr mais c’est un autre problème (même s’il est lié). L’approche de Zermati revient à dire que si on écoute son corps et ses sensations, on fait moins d’excès, et on les compense derrière en mangeant moins et mieux. Et of course il y a aussi des terrains plus sensibles que d’autres à surveiller plus ou moins.

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, Moi aussi j’ai investi il y a quelques temps déjà dans le Zermati. mais comme je n’y arrivais pas pour autant toute seule, je vais le voir dans son cabinet, comme Caroline.

    J’ai aussi depuis toujours des problèmes de poids et une grosse souffrance liée à ça. Et je dis merci maman (qui elle ne le reconnait pas, pour elle c’est moi qui l’emmerdait avec mes éternels problèmes de poids, ça s’est fini en crise de larme au dernier repas de famille où elle a tenté un « ne reprend pas de frites »). Petite j’avais vraiment de petits besoins alimentaires, résultat, la plupart du temps je ne voulais pas manger alors je finissais systématiquement par vomir après qu’on m’ai gavée comme une oie… Alors retour à la situation initiale et c’état reparti pour le gavage.

    Evidemment, à ce rythme là je me suis mis rapidement à bien grossir, du coup premier régime par le pédiatre à 6 ans… Puis WW à 16, nutri, régime hyper-protéiné… Résultat, 15 ans plus tard, +30kg par rapport à mon poids initial :evil:
    Bref, comme dirait mon homme, une fois le constat posé, on n’arrête de s’apitoyer, ça sert à rien, mais je me suis dit que Zermati serait vraiment le meilleur investissement possible dans ma vie…

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @Sapristi, pas cool d’utiliser le même nom que moi ;-((
    je ne suis pas très bavarde mais j’ai déjà posté des commentaires sur ce site avec ce nom-là. maintenant y’a 2 sapristi, on ne va plus s’y retrouver…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @, oups j’avais pas fait gaffe à cette histoire de doublon. J’espère que vous pourrez résoudre ça ! Bon il y a déjà des commentateurs avec le même nom (à un moment il y avait 3 Anne je crois), ça peut aussi être différencié en prenant chacun un gravatar : http://fr.gravatar.com/

    Répondre

    Sapristi bisNo Gravatar a répondu :

    @, oups!
    Comme tu dis la poule!
    bis, pour le moment c’est tout ce que j’ai trouvé.
    Ou alors je mets un « y »
    Sapristy, ça fait style, non?!
    Mais comment c’est possible que quelqu’un d’autre choisisse ce pseudo… d’hab, je suis la seule raleuse…

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    Pour celles que cela intéressent, le Dr Zermati (ainsi que Rufo d’ailleurs :twisted: ) participera ce soir à une émission sur france 5 « Régime et produits minceur, la grosse arnaque ? »
    http://www.programme-tv.net/programme/culture-infos/r10928-enquete-de-sante/2037584-regimes-et-produits-minceur-la-grosse-arnaque/casting/#sousRubrique

    Pour ma part, je vais probablement regarder un autre docteur dont je suis aussi fan que Zermati mais pas pour les mêmes raisons :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, moi ce soir j’abandonne les poussins au Coq et je vais voir Wagner :grin:

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Ceci ne mérite qu’une réponse évidente (et très facile j’en conviens :lol: ) : mère indigne va ! :mrgreen: A peine né et déjà abandonné :mrgreen:
    Bon courage au coq ;-)

    Répondre

  20. ça c’est bien du 100% mag d’allécher avec des titres racoleurs. 9a m’arrive de regarder certains soirs pour me vider la tête (super efficace pour vider la tête M6, on dirait que ça a été conçu pour! :mrgreen: ).
    Mais quelque part, ça traduit bien l’état d’esprit du moment.
    A part ça, je suis en train de lire Aldo Naouri (si, si, à force d’en entendre parler, je voulais savoir vraiment ce qu’il en retournait). Euh, franchement, c’est pas censé être drôle, mais par moment, je me marre.
    Sinon, tu résume bien les choses, la Poule, c’est comme ça que je les ressens également.
    Sur Badinter, je suis à la fois d’accord et pas d’accord avec elle. Elle rejète une forme de culpabilisation, pour en créer une autre. Juge un peu vite, en oubliant de où elle parle et de qui elle parle.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @laciboulette, oh la chance, moi j’aimerais bien mais soit il y a les poussins et j’ai mauvaise conscience de leur infliger ça, soit il y a le Coq et il supporte pas, donc au final je peux mater ce genre de débilité une fois par an :roll: (et puis maintenant y a plus MTV gratos, la loose)

    Répondre

  21. J’entends et suis assez d’accord avec tout ce qui est dit en particulier avec Jouls et je rebondis sur « Comme si c’était la honte de chercher à être le meilleur parent possible pour ses enfants »:

    Je pose le problème ainsi:
    Quand je parle de choix parentaux à une autre maman sur lequels elle n’a pas fait pareil ou elle ne s’est pas posée la question, souvent la réponse exprimée ou bien juste lisible sur son visage déconfit, c’est « bah pas moi, je dois être une mère indigne! »
    Pour moi, la réponse appropriée serait plutôt « le problème ou bien cette question ne s’est pas posée chez nous ».

    Deux réflexions me viennent alors: moi je me sens comme une psychorigide qui fait un problème de petits détails, et en même temps, j’ai l’impression d’avoir accusé l’autre parent de n’y avoir pas pensé.

    Je n’aime en effet pas ce courant genre « je suis cool et laxiste, Bridget Jones en maman » (bon j’ai peu d’humour sur le sujet et je suis vraiment psychorigide :mrgreen: rappelez vous ma réaction à peine exagérée lors du billet des z’impartfaites sur les différences d’éducation entre 3 enfants d’une même famille http://www.poule-pondeuse.fr/2009/10/16/evolution-du-style-parental/). Il me fait le même effet que la pub pour Elsève à la télé (enfin du temps où j’avais la télé) avec la super Working girl et son brushing parfait: on me dit comment être cool et ça j’aime pas….

    Et en même temps, je veux aussi informer sans culpabiliser (cf un autre article of course…).

    Je ne sais pas si je suis claire, je crois que mon point de vue est paradoxal et pas encore construit sereinement, mais cette question soulève deux sentiments chez moi que j’essaie ici d’exposer…

    En gros, chacun fait comme il le sent avec confiance, amour et conviction, ne nous créons pas d’échelle de « bonne conduite de maman », ne nous jugeons pas les unes les autres en s’autoqualifiant ainsi, nos mères s’en chargent déjà assez non?!

    Répondre

  22. je me suis toujours sentie « mère indigne » pour différentes raisons, la première est que j’étais contente de reprendre le boulot ! moi, la maison pendant le congé mat, ça m’a bien suffit !!!!!
    la deuxième, je ne cours pas chez le pédiatre ou autre personnel médical dès que mon fils dépasse le 38° de fièvre (mon voisin à 37,5° il appelait sos medecin)
    la troizième, les petits pots maisons, ça me saoule, tant que la nounou en fait la semaine, je me permets de lui donner du tout prêt le week-end !!!! sachant qu’elle en fait souvent en rab pour le week-end

    mais à côté de ça, j’ai allaité, j’ai porté mon fils en écharppe, j’ai appris à signer avec mes mains (j’adore, j’y retournerai pour le 2ème) et je dois oublier d’autres choses.

    En fait, je crois surtout qu’on se mets la pression, à moins que ça ne soit l’entourage / la société qui nous mets la pression;
    Je suis une maman cool, qui ne se stresse pas. J’ai toujours essayé de faire au mieux et surtout de faire ce qui me convenait. A partir du moment où on se sent bien dans son corps mais surtout dans sa tête, bébé ne peut que se sentir bien non ? C’est ça pour moi être une bonne maman.

    Et quand j’en vois mes amies qui se mettent une pression d’enfer pour être une maman parfaite ! je les plains et je plains leurs petits bouts.

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Angele, bah justement en jugeant ton voisin qui emmène son petit à 37.5° et en la comparant à ta « cool attitude mère indigne », moi ça me met la pression!! Je veux pas me sentir pas cool si j’emmène ma crêpe à 37.5!!
    Pardon de rebondir sur toi spécifiquement mais tu me permets d’illuster mon propos pas forcément clair!

    Répondre

    AngeleNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, pas de souci
    je crois que malheureusement on aura toujours une opinion sur tout
    la différence est que ça n’est que mon opinion et que je la garde pour moi. Jamais, ô grand jamais, je n’irai leur dire. Je sais qu’ils aiment profondément leur fille et qu’ils font tout pour elle. De quel droit je me permettrais de leur dire.
    J’ai juste mal au coeur de les voir s’angoisser souvent pour pas grand chose et du coup, de voir les petits le ressentir. Enfin, pour moi, ils paraissent angoissé, peut être que pour eux, ils se sentent « cool ».
    De mon côté, je les écoute quand ils ont besoin de parler, mais loin de moi l’idée de les faire culpabiliser de quoique se soit et de leur donner mon opinion.
    Chacun fait en fonction de son caractère, de son vécu, de ce qu’il croit bon, ou tout simplement de ses choix.
    Je ne pense pas qu’un qualificatif derrière le mot maman soit nécessaire.
    On est toutes des mamans qui aimont nos enfants et qui faisont au mieux. C’est le principal non ?

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Angele, on est bien d’accord! ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Angele, oui moi aussi j’ai des côtés très « perfect mum » et des côtés très indignes ; par ex j’allaite, je porte, je fais des bons petits plats, je lave les couches… mais je déteste aller au parc, je joue très peu avec les gosses parce que ça me gonfle (et j’organise à peu près 0 activité d’éveil), je compte une expédition au supermarché comme une sortie, je les emmène chez Ronald, Pouss1 prend du coca light dans mon verre, et là je suis en train de répondre aux commentaires pendant que Pouss1 joue tout seul dans son coin et que Pouss2 se bouffe le poing…

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, le papa adore aller au parc alors j’en profite ! J’aime quand elle joue seule avec ses poupées, sa dinette … je refuse de faire la maitresse,l’élève, bon à la rigueur le client de son restaurant ou le malade (des rôles passifs…). Je ne fais pas des activités d’éveils genre puzzles ou autres, ils en font assez à la crèche et à l’école. Je ne fais pas de forcing sur l’alphabet mais dans sa classe (1ere section de maternelle), beaucoup d’enfants écrivent leur nom, et c’est un objectif du maitre de leur faire connaitre l’alphabet…J’ai déjà eu des discussions avec des mamans sur les collèges du coin :shock: ! Je dois être à la ramasse !

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @sophie, Pour les sorties, chez nous aussi, c’est le Papa qui s’y colle : la médiathèque, le parc, les bonshommes de neige, la pisicne, patinoire, pistes de ski, etc. Nous avons très peu « jouer » avec eux. Résultat : ils jouent seuls très bien, enfin entre eux surtout, et nous foutent ainsi des heures de paix royale (ce qu’apprécient aussi beaucoup les papi-mamie : au moins, eux ils savent jouer !). Bon, peut-être aussi que c’est dans leur tempérament d’être indépendants et que l’on n’y est pour rien ;-)
    Pas de forcing non plus dans les apprentissages. Les enfants font leurs expériences et apprennent par eux-mêmes : résultat : mon fils aîné a appris à lire tout seul avant le CP… Oui, bon d’accord peut-être aussi que ça n’a rien à voir, il est officiellemnt surdoué, celui-là ;-)
    Tout ça pour dire, que quoiqu’on fasse (ou pas), ben nos enfants ils sont comme ils sont. Evidemment, on a une influence et aussi des devoirs envers eux, mais le principal à mon avis, c’est de les aimer juste comme ils sont et de faire ce qui nous semble le mieux pour eux et aussi pour nous.

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @sophie, j’hallucine aussi un peu des objectifs des instits en maternelle ; effectivement, connaître l’alphabet en est un en petite section, ça me semble tôt. Je n’ai pas le souvenir d’avoir appris ça à 3-4 ans. Ma grande est en 3ème année (GS), ils commencent à apprendre à lire des mots (méthode globale, bof bof, je fais la syllabique en parallèle à la maison – mais c’est un autre débat ! ;-) )
    Le pire je trouve, c’est que les parents poussent,… pour eux, c’est un gage de réussite. Avant le CP, je pense qu’il faut y aller mollo, ils sont encore petits !

    Isabelle

    Répondre

    zazilaNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ouais, la « sortie » au supermarché, pareil !

    Par contre, les activités d’éveil, je crois que qu’il y en a des « organisées » (comme à la garderie, par exemple) et des « improvisées »… c’est-à-dire qu’à mon sens, n’importe quelle situation de la vie courante peut devenir stimulante pour le bébé ou l’enfant et susciter l’éveil (bon, j’ai pas encore beaucoup de recul sur la question, en même temps). En effet dans beaucoup d’autres contrées, les jeux et gadgets d’éveil n’existent pas forcément « en tant que tels », mais pourtant les petits sont bien éveillés !

    Tout ça pour justifier le fait que d’emmener bébé faire des courses, je crois que je compte ça dans sa journée comme sortie+activité d’éveil :oops: :mrgreen: :mrgreen:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @zazila, c’est ça : y’a des activités dites « dirigées » et du « jeu libre » et oui le jeu libre est au moins aussi important que les activités dirigées, voire plus pour le développement de l’enfant. Donc oui la sortie au supermarché peut avoir son utilité : ouverture sur l’extérieur, rencontre d’autres personnes, participation à la vie quotidienne…

    Répondre

  23. Il est vrai que l’on sent très nettement un phénomène de la « super maman » qui travaille avec horaires aménagées (ou pas!) tout en allaitant des mois bébé, puis lui concocte des petits plats bio-home made, milite pour la couche lavable bio, continue à s’entretenir physiquement et à rester l’amante de son conjoint, etc…
    Mais il est clair que cela touche spécifiquement le haut du panier, la maman aux revenus confortables ou/et au niveau d’étude supérieur qui a le temps, l’argent et le contexte culturel/familial aidant… Dans l’optique d’être aussi bonne maman que working girl et de prouver aussi peut être aux yeux du monde (peut être inconsciemment) que l’on est une super maman et qu’on l’a réussi sa vie en conciliant tous ces paramètres.
    Et oui, nous sommes dans la culture de la compétition/individualisme outrancier et du paraître… Car la mère indigne, c’est la mère qui fait jaser, qui ne « paraît pas » faire tout ce qu’elle peut pour son enfant… La mère indigne, c’est celle qui ne mérite pas ce que confère son rôle…
    Est ce qu’être mère est une question de mérite??? Ça se saurait…
    Personnellement, ma mère m’a nourrie aux petits pots, ne m’a allaité « qu’un mois », a repris le travail deux mois après ma naissance ( à mi temps, je vous le concède) et a utilisé des pampers à gogo. Et cela ne m’empêche pas d’éprouver pour elle un attachement très fort! Ma parole vaut tout l’or du monde contre tous ceux/celles qui auraient pu pensé à l’époque qu’elle était une mère indigne! Tout ce débat n’est donc encore qu’une question de regard, d’apparences et de préjugés stériles…

    Bref, chacun fait comme il le sent, au mieux, en fonction de ses revenus, son environnement familial (aidant ou pas) et sa volonté aussi! Et c’est déjà pas mal! Nous sommes toutes différentes! Aucun choix ne peut être la voie à suivre pour toutes!
    Personnellement, je pense qu’aucune d’entre vous n’est une mère indigne pour la simple et bonne raison que vous vous préoccupez du bien être de votre enfant, en attestent vos réponses, questions qui fusent sur ce forum et que je ne me suis moi-même jamais posées tellement, parfois, elles entrent dans des points de détail… On pèse le pour et le contre, peut être que l’on prend des décisions malheureuses mais nous sommes humaines avant tout et qui a dit que l’erreur ne l’était pas?

    Répondre

  24. Ah au fait, pour celles que ça intéresse, il y a une émission sur france 5, intitulée  » Tout pour mon bébé » qui pourra peut être, par certains côtés, nous éclairer un peu sur ce débat : dimanche à 17h05… (quoi que je reste sceptique ;-))
    http://www.france5.fr/programmes/index-fr.php?affnum=010354&prgnum=0&numcase=245&date=14-03-2010&plage=1200-1900

    Répondre

  25. Tu me rassures Sophie. Loulou est en GS. Et un certains nombre de parents sont en train d’essayer d’apprendre à lire à leurs enfants avant l’entrée au CP.

    Moi, ça ne m’enchante pas trop de lui faire cela, car :
    1 – j’ai pas envie, ça me gave :mrgreen:
    2 – J’ai pas envie de créer des interactions avec l’apprentissage qui se fait à l’école, à un rythme et dans un ordre adapté somme toutes aux enfants de son âge.
    3 – Je le trouve assez crevé comme ça les soirs en semaine.

    Ceci dit, il commence à être frustré de ne pas savoir lire tout seul. J’ai commandé une méthode, mais je ne m’en servirais que à sa demande, et le plus tard possible. D’ailleurs, je le regrette déjà (sans doute ai-je cédé aux sirènes et à l’influence de l’entourage, et oui, je suis parfois mouton de Panurge :roll: ) car je présents que ce bouquin va moisir sur une étagère.

    Et je me pose une question: l’enfant qui sait lire en grande section, ne s’ennuit-il pas en CP?

    Et je me pose encore une autre question : certains parents n’en rajouteraient-ils pas un peu sur les performances de leurs enfants, genre :
    Il sait lire depuis la moyenne section
    Il marchait à dix mois
    A un an, il savait faire des frites tout seul!
    A six mois, il parlait couramment 3 langues…

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @laciboulettz, Merci. Yes! et j’ajoute:

    Je ne supporte plus la présence des instits depuis que mes enfants vont à l’école!
    « Vous leur avez pas appris ça? :shock:  »
    . . . prout . . .
    « Comment ça, vous refusez l’ortophoniste à 3 ans?! Votre Pôvre enfant!!! »
    . . . on en revient au débat, s’il faut se soigner tout de suite. . . prout aussi
    les toubibs de PMI . . . prout aussi
    « vôtre enfant à un grave problème de vue » mais non, il s’éclate à voir ta tête à chaque fois qu’il dit une bétise! et vue que tu m’a fait comprendre que je ne devais pas intervenir avec un magnifique « Madame, je ne vous ai pas interrogé! C’est à lui que je parle! »
    . . . blasée . . .
    Je suis donc une mère indigne depuis que mes bambins vont à l’école.
    Et le petit dernier à perdu son livre de bibliothèque… pfff
    va falloir le dire à l’instit! merci mon fils…

    On est une mere indigne que si les autres nous voient ainsi.

    et moi, les autres, c’est le personnel enseignant. – - – prout – - – :grin: :evil: ;-)

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @laciboulettz,
    je suis juste morte de rire!
    le « il marchait à 9 mois », « il lisait à 3 ans », « il a toujours été en avance »… c’est tellement habituel!
    la plupart du temps en effet c’est faux, les quelques fois où c’est vrai…je vais encore passer pour la vilaine qui tire des conclusions hâtives mais tout de même…
    Une de mes copines (que j’aime bien mais on n’a pas du tout les mêmes ambitions pour nos enfants -enfin moi j’ai pas d’ambition déjà si ils restent en vie, hein, bref)a un gamin qui en effet a su lire à 3 ou 4 ans (mais bon on ne me dira pas qu’elle n’y est pour rien, elle lui lisait des livres tout le temps depuis tout petit, aussi, hein, donc bon y’a l’inné mais y’a le climat, le contexte et tout et l’acquis s’en ressent). Le petit s’est royalement ennuyé en CP, il a donc sauté une classe. Jusque là tout va bien. Certes, mais fort de son « avance », et toujours « soutenu » (si ce n’est drivé) par sa mère vers les activités intellectuelles, il n’a pas trouvé des masses de potes dans l’entourage proche, même avec un an d’avance. Au final on se retrouve aujourd’hui il a 11 ans, il est en 5ème, toujours l’année d’avance, et il passe sa vie sur msn à causer avec des gens qu’il ne connaît ni d’Eve ni d’Adam parce que d’après sa mère il « se cherche une copine ». Je crois que je préfère mon modèle de gnôme, bien dans son âge, pas en avance, pas d’ordi dans la chambre, profite du beau temps, pas pressé de se mettre en couple. :lol: (à 11 ans en même temps, hein)
    l’autre demi surdoué que je connais a déjà été évoqué plus haut, un an d’avance, énurésie avancée, certes sa vessie est peut être en retard là où son cerveau est soi disant en avance….ou alors peut être qu’à force de projeter des désirs d’adultes de réussite sociale, d’excellence, etc, on perturbe les enfants. Peut être j’ai dit, tapez pas.
    :mrgreen:
    (utile ou pas, je rappelle qu’Einstein était un cancre à la limite de l’éviction scolaire et que Pierre et Marie Curie ont été instruits à domicile par leurs parents…;-) )

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, peut être il faudrait arrêter de faire des généralités sur des exemples, car des contre exemples à ceux que tu proposes, je suis sûre que tu sais qu’il y en a plein.
    Peut être il faudrait aussi ne pas faire ce qu’on n’aime pas qu’on nous fasse, c’est à dire juger et faire des raccourcis pour conforter tes propres choix.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, Euh, il y a des problèmatiques qui visiblement t’échappes. Tu n’y connais rien en enfants dits « intellectuellement précoces » et tu te permets de juger. On n’est pas là pour ça. Vu de l’extérieur, c’est peut-être amusant, mais à vivre au quotidien, tant pour l’enfant que pour ses parents, c’est parfois loin d’être drôle. Je suis d’accord avec Pâte à crêpe, pour dire que tu vas un peu trop loin, là.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, en ce qui me concerne je suis bien placée pour voir que dans la même famille (= la mienne, ou encore celle du Coq), les mêmes parents ont donné des enfants TRES différents sur beaucoup de points de vue, sans avoir révolutionné leur façon de faire entre chaque. D’où le fait que je relativise l’équation trop simpliste à mon goût de enfant ayant un problème = parent qui a merdé quelque part. Oui nous sommes responsables de nos enfants mais à trop pousser ce raisonnement on tombe dans la sur-doltoïsation (je n’ose pas dire la filliozat-isation… :mrgreen: ) et la psychologie de comptoir.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Merci la Poule ;-) Tu me soulages :oops:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, et pour reprendre l’exemple particulier du « demi-surdoué »… Pour ma part je savais parfaitement lire en grande section de maternelle, non pas parce que mes parents hystériques m’avaient fait répété l’alphabet depuis le berceau mais parce que mes cousines (2 et 4 ans de plus que moi…) m’avaient appris. Si si. Du coup j’ai sauté le CP ; je crois que maintenant tout le monde hurlerait au scandale mais pour ma part je ne regrette pas du tout. Je me suis déjà emmerdée pendant une bonne partie de ma scolarité (mais clairement 2 ans d’avance ç’aurait été trop). J’ai l’impression de m’être bien intégrée et d’avoir eu une vie sociale plutôt normale ; en tout cas je n’ai jamais ressenti de décalage dû à mon âge (sauf en sport j’étais nulle et je me réconfortais en me disant que c’était parce que j’étais la plus petite, mais il faut se rendre à l’évidence, je suis juste nulle :lol: ).

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, je précise que pâte à crêpe et la poule pondeuse ne sont pas la même personne, mais là quand même!! :mrgreen: ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, oui j’ai vu ton com après avoir posté le mien ! Damned mon opération « je fais croire que j’ai des lectrices en postant sous plusieurs identités » est encore découverte :mrgreen:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, bon, ben re-merci ;-)

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, pourquoi 2 ans d’avance auraient été de trop??
    (je ne commente pas le reste, j’ai trop mal à mon ulcère…)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, je pense que dans notre société où on attend de chacun qu’il suive une voie bien déterminée à la vitesse prévue, je n’aurais pas assumé une telle différence, surtout à l’adolescence. Maintenant si le rythme propre de chaque enfant était mieux pris en compte et que ce type de situation n’était pas très exceptionnel, ç’aurait pu être intéressant parce que franchement je me suis pas mal ennuyée en primaire et au collège (d’ailleurs quand je me suis cassé la jambe pendant les vacances de février en CM2, l’instit a dit à ma mère que c’était pas très grave que je revienne ou pas pour finir l’année… :oops: ). D’où mon intérêt pour Montessori/Freinet qui font par niveau plus que par année…

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, Ah te voilà, mais t’étais où :?: ;-) En même temps, t’as raison vaut peut-être mieux se taire :mrgreen: ;-)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @laciboulettz et pour suzie mais il y aussi des enfants qui marchent à 9 mois ou qui savent lire à 4 ans, et les doutes que tu te poses quand des parents en parlent sont emblématiques de la souffrance qu’endurent ces parents (et forcément donc ces enfants) qui doivent essuyer tous les jours de la méfiance et des jugements du type « ils en rajoutent des tonnes et enjolivent carrément les « performances » de leurs enfants ».

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, Pour nous c’est le cas. Quand on dit qu’il a parlé à 7 mois et appris à lire tout seul à 5 ans et bien forcèment c’est pas vrai, on invente pour faire bien :roll:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @suzie, bah oui forcément, pour faire bien et pour se sentir que mieux que tout le monde je suis sûre…! et pis si ça peut enfoncer le petit du voisin c’est encore mieux! :mrgreen: ;-) :???:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @suzie, ah oui, quand même… A 18 mois, ma fille dit environ 10 mots que je suis quasiment la seule à comprendre :mrgreen: :lol: :lol:

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Bon quand je dis parler à 7 mois, disons qu’il a commencé à 7 mois et qu’il n’a fait que progresser par la suite, mais c’est sûr qu’à 18 mois il parlait couramment… Ce qui n’a pas du tout était le cas de ses frère et soeur. Comme quoi, hein ;-)

    Répondre

  26. Très bon article, la Poule, on est effectivement toujours la mère indigne de quelqu’un… Comme toi j’ai pratiqué le cododo, pour les mêmes (mauvaises ?) raisons que toi : immense flemme de me lever et de traverser le couloir froid pour aller donner le sein, et bien contente de pouvoir du coup éviter la « corvée » du cauchemar ou du pipi-au-lit de l’aînée :mrgreen: ! Quant à l’allaitement, n’ayant jamais préparé un biberon de lait, je me sentirais très démunie si je devais le faire, et je n’ai pas une immense passion pour la vaisselle, la stérilisation et tout le barda à transporter dès qu’on se déplace !
    Mais je ne pratique pas le portage ; ce n’est pas de la mauvaise volonté, j’ai d’abord acheté un babybj…, puis un ergobab. (sur tes conseils d’ailleurs), mais rien à faire, j’ai trop mal au dos au bout de 30′ : mes puces sont donc trimballées en poussette et ne s’en trouvent pas plus mal (et moi non plus : j’ai plus souvent l’impression de trimballer un caddie de course accessoirisé en poussette que le contraire !). Sans oublier la petite cigarette que je fume de temps en temps, et qui me vaut son pesant de regards lourds (en Allemagne où je vis c’est on ne peut plus mal vu…).
    Alors pour les unes (je dis bien « unes », parce que finalement dans ce débat sur les mère indignes il n’y a toujours que les femmes pour réagir le plus souvent, et les pères ne le sont jamais, eux, indignes !) j’étouffe ma fille (belle-maman se reconnaîtra) et l’allaitement prolongé entretient la fusion, pour les autres je suis incapable de créer un vrai lien avec ma fille, qui tout le restant de sa vie cherchera à le recréer avec d’autres :roll: Mais peu m’importe : mes filles sont pleines de vie, souriantes et câlines, et elles n’ont pas l’air de trop m’en vouloir, bien au contraire ; moi je me trouve « suffisamment » bonne mère « en moyenne » (il y a des jours avec et des jours sans, comme pour mes filles et le Coq !) et surtout je suis satisfaite des compromis trouvés. Je fais de mon mieux, tous les jours, et je pense que c’est ce qui compte, n’est-ce pas ? Se remettre en question, douter, avancer…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, pour info ça fait une paie qu’on ne stérilise plus les bibs (sauf cas particuliers), ce n’est pas non plus si compliqué. Pour l’ergo tu portes comment : devant ? derrière ? est-ce que tu règles bien le clip qui tient les bretelles ensemble (je ne sais pas si ma question est claire) ? Tant mieux si tu t’en sors bien avec la poussette, c’est juste que je voudrais pas que tu regrettes ton achat (surtout vu que c’est ma faute :oops: )

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, je n’ai essayé l’ergo que sur le devant (ma puce avait 2 semaines). Je ne sais pas si je le règle mal, mais comme j’ai un gabarit plutôt menu je le portais pardessus mon manteau, car sur moi ce n’était jamais assez serré. Mais rien à faire, quel que soit le réglage je finit toujours le dos plié en S (cambré en bas, voûté en haut) et il me faut 3 jours pour m’en remettre ! Je suis très déçue car je pensais faire mieux qu’avec mon aînée (là j’avais essayé le babybj..), que j’ai dû porter 3 fois… Et c’est vrai que ça coûte cher un ergo, même sur eba. !

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, tu comptes le revendre… pas cher???? :mrgreen: moi je collectionne les portes bébés :lol:

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Charlinette, heu, je l’ai acheté 67 €… j’aimerais bien, vu le peu de fois où je l’ai utilisé, le revendre le même prix ;-) mais comme j’habite en Allemagne, le prix d’envoi risque d’être trop cher. Sinon il y a toujours la possibilité de se rencontrer sur Paris (enfin, avec quelqu’un de ma famille !).

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, bon j’en parle avec mon homme et je te dis… ceci dit on habite vers Toulouse donc venir à Paris le récupérer… pas possible! En termes de frais d’envois y’en aurait pr cher?
    Comment on fait pr se parler sur nos mails respectifs??? la poule?? tu peux faire le lien ou pas?
    J’aimerais bien voir des photos… histoire de tenter de convaincre mon homme ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, argl ! pour ma part j’ai fait une sortie avec l’ergo mal réglé et c’était l’horreur. Depuis j’ai compris la manœuvre : il faut le mettre avec les bretelles réglées bien larges, ensuite tu clipses la lanière qui attache les bretelles ensemble et tu la règles en serrant comme une brute, et enfin tu serres les bretelles au max. Et là no problemo. Parce que si on serre d’abord les bretelles c’est juste impossible d’attraper le truc entre les bretelles, à moins d’être un chimpanzé :?:
    Autre astuce : croiser les bretelles pour que ce soit plus serré. Juste au cas où ça ne marche pas pour le vendre à Charlinette (et oui je peux faire le lien si Meduse69 le souhaite aussi) ;-)

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, oui, pas de problème pour l’échange de mail. Quant à mettre l’ergo avec les bretelles au plus large, comment fais-tu pour les serrer ensuite tout en maintenant le Poussin contre toi et tout en étant génée aux entournures par le manteau fermé – parce que ici pas question pour moi de sortir avec le manteau ouvert sur le poussin ? Je ne suis ni Shiva ni un chimpanzé… :cry:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, bon ben mon homme ne veut pas d’un ergobaby… il m’a craché le morceau : finalement il veut tenter l’écharpe !!!! youpiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii yeahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh chuis trop contente :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    donc pour un ergobaby, mon instinct de consommation attendra ;-)
    (merci qd même ;-) )

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Charlinette, pas de problème, tant mieux pour toi ! :smile:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, justement les bretelles c’est le plus facile à serrer car tu n’as qu’à attraper les bouts (ou les prendre au niveau des boucles de réglage, juste sous tes bras) et tirer. Une démo en vidéo ici http://www.youtube.com/watch?v=xh5tQLMw4RI&feature=related

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @La poule pondeuse, merci pour l’idée!
    J’ai un manduca mais je galère pour mettre l’attache bretelles dans le dos.

    signé margotton

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Merci pour la vidéo, très instructive : dès demain je vais réessayer l’ergobaby.

    Répondre

  27. @ Sapristi et la ciboulette,

    Tous les professeurs ne sont pas des donneurs de leçons! Bien au contraire… Aujourd’hui, les parents se croient mieux placés que nous autres professionnels pour juger de la pédagogie/méthodes à employer sur leurs enfants. Or, nous n’inventons rien, nous suivons les programmes officiels.

    Le plus dur, dans notre métier, n’est plus toujours de gérer les enfants, mais surtout de faire face aux assauts permanents des parents qui ne respectent plus le statut du professeur comme c’était encore le cas il y a quelques années. Jamais mes parents ne se seraient opposés à la parole de mes maîtres/maîtresses. Il y avait une distance, du respect.

    La plupart des parents n’ont plus le recul nécessaire pour accepter la moindre remarque… La chair de leur chair est, je l’entends bien, ce qu’il y a de plus précieux, mais il faut aussi distancier ce lien affectif pour faire la part des choses. Heureusement, tous les parents ne sont pas ainsi mais ce phénomène demeure inquiétant.

    Étant professeur des écoles et ayant enseigné en cp notamment, la plupart des élèves sortis de GS savent identifier les lettres/sons correspondants (lien graphie/phonie) et les écrire en « bâtons », mais pas tous!!!Loin s’en faut.
    Souvent, ils savent déchiffrer les lettres une par une, mais surement pas lire! La lecture est un apprentissage qui se fait tout au long de l’école maternelle et primaire. Alors, clouez le bec une bonne fois pour toute à ces parents convaincus de la supériorité de leurs rejetons, surtout s’ils prétendent que leur enfant sait lire dès la GS… :???:

    En CP, généralement, le gros des élèves avance à tâtons jusqu’en janvier/février. Ils apprennent progressivement à lire, écrire et à comprendre les enjeux de la lecture en s’appuyant sur :

    - Un capital de mots outils et de mots glanés lors de lectures (d’où l’importance d’être présents pour les devoirs car c’est à la maison que l’on reprend les mots vus en classe et qu’on les photographie mentalement):l’enfant doit les reconnaître globalement rapidement pour fluidifier sa lecture,

    - Le déchiffrage/décodage quand l’élève ne peut s’aider du contexte littéraire ou de mots appris appartenant à son capital de mots,

    - Le contexte/sens du texte/images/illustrations,

    ==> Une fois que l’élève parvient à combiner tous ces paramètres avec aisance et qu’il comprend ce qu’il lit (élément non moins important!!!) , alors, il sait lire… Le rôle des parents est d’accompagner leur enfant dans cette démarche/apprentissage en veillant à ce que les devoirs aient bien été faits/compris, en mettant à leur disposition des livres, en leur faisant la lecture/plaisir et en répondant positivement aux demandes de l’enfant s’il a envie de lire!!!! Il ne faut pas en rajouter! La charge de travail au cp est déjà très importante. Donc : ne vous culpabilisez pas!

    Un élève archi poussé par ses parents dans l’apprentissage de l’écrit (=lecture + écriture), la numération, etc… et ultra performant en primaire ne fera pas nécessairement HEC ou polytechnique! Loin de là! Car il y a aussi une part d’inné! Nous ne sommes pas tous égaux et n’avons pas tous la même envie d’apprendre! C’est comme un bébé qui ne sait pas parler à 18 mois ou qui ne marche pas à 12 mois… Pas de panique! Un enfant précoce à ces niveaux n’est pas pour autant un surdoué et la réciproque est tout aussi vraie.

    Nous autres prof des écoles apprécions, certes, que les parents aident et accompagnent leurs enfants au cours de cet apprentissage empli d’enjeux sociaux, culturels etc… mais nous apprécions surtout qu’ils respectent les modes d’apprentissages préconisés par les programmes et délivrés par les enseignants. Souvent, des parents ressortent des méthodes du « bon vieux temps », qui, selon eux, ont fait leurs preuves à une époque révolue, et qui doivent donc fonctionner sur leurs chérubins. Or, il n’y a rien de plus perturbant pour un enfant que de devoir jongler avec différentes méthodes de lectures!!! Faites confiance dans la méthode utilisée par le professeur de votre enfant, par pitié! On ne s’invente pas prof, quoiqu’en pense Luc Châtel avec ses propositions révolutionnaires de remplacements (retraités/étudiants : vive les économies de bouts de chandelles :evil: … je ferme la parenthèse).

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Tif, J’ai pas lu ton comm jusqu’au bout Tif (là j’ai pas le temps, une couche lavable putride à changer ….) mais juste, ne te fatigue pas trop à défendre la Grande Maison …. ça ne marche pas !! :mrgreen: :lol: Bises.

    Répondre

    TifNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice,

    :lol: de toute façon, le navire a déjà fait naufrage depuis longue date sans que cela n’inquiète personne!
    Il faut bien que j’occupe mon temps en attendant d’avoir des couches lavables sous le bras… Et oui, le chaton se fait attendre…

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Tif, trampoline, corde à sauter :mrgreen: ok :arrow:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, aujourd’hui j’ai fait carrément plus fort: j’ai emmené Miss A. (18 mois) à la piscine!!! Entre mon énoooorme ventre de début de neuvième mois strié de vergetures et mon bébé accroché à sa moi comme une moule à son rocher, c’était carrément EPIQUE! Le pire: remettre la couche lavable sur un petit banc de 10 cm de large dans une mini cabine avec toujours le gros ventre et une petite fille récalcitrante et mouillée… Si j’accouche pas cette nuit c’est carrément un miracle!! :mrgreen: :lol:
    NB: par contre, c’était notre première virée piscine et la petite a adorée!! (Et moi aussi, vive l’eau dans laquelle on est léger… Bon quand j’en suis sortie toujours avec ma moule accrochée, mes jambes pesaient une tonne :roll: )

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Première virée piscine à 18 mois …. Oufffff …. Belle Maman n’arrête pas de dire que le papa de P’tit Mec allait aux bébés nageurs (lui ……. ;-) )
    C’est peut être un peu tôt, cette nuit, pour accoucher, non ? ;-)

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, bébé nageur, j’ai pas testé, c’est quoi exactement? (âge, activité??)

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, L’Homme ne se souvient pas … et moi j’ai jamais fait :mrgreen:
    Je pense que ça doit commencer vers 3/4 mois (après les vaccinations obligatoires) et qu’il doit s’agir d’apprivoiser l’eau …. ;-)

    Répondre

    margottonNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, je fais et j’aime bien.
    Chez moi c’est à partir de 6 mois et il s’agit d’apprivoiser l’eau la verticalité, … Il y a des jeux, des frites, des maison, des panieres dans l’eau et des animateurs pour rassurer, vérifier qu’il n’y a pas de pb au toboggan…
    En théorie il faut laisser bébé faire ce qu’il a envie, il le montre. Par ex: il veut rester ds les bras de maman, il veut être tout seul entre 2 frites et se déplacer, il veut monter le mur à trous et descendre le toboggan de l’autre coté. Il veut marcher sur les tapis qui bougent parce qu’ils sont sur l’eau…

    Je ne sais pas si je donne une bonne idée de la chose. En tout cas ma fille adore.

    note: ma piscine est sans chlore, il parait que c’est mieux. (Comprendre que l’on n’a pas encore sorti d’étude catastrophique sur ce qui le remplace)

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @margotton, la mienne de fille a eu peur au début et puis a fini par bien s’amuser… mais elle est restée cramponnée à moi pendant 35 min et après elle s’est mise à grelotter, on est sorties… A 6 mois, ils marchent sur l’eau et font du toboggan??? :shock: ok j’ai une attardée ou quoi?

    Répondre

    margottonNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, non :)
    A 6 mois elle restait dans mes bras.
    A 13 mois elle reste dans mes bras, va dans les frites, s’assoie sur les tapis, dans les panières, fait du toboggan.
    Les grands marchent et montent tous seuls sur les toboggans.
    Chez moi il y a plusieurs niveau : ceux qui avaient 6mois – 1an en Septembre (scéance de 20 min), 1an – 2an, fratries, grands – scéance de 30 min à partir du second groupe).

    Répondre

    margottonNo Gravatar a répondu :

    @margotton, je complète: ma fille a mis plusieurs scéance à être bien à l’aise. Au début elle observait, maintenant elle montre ce qu’elle veut faire : panières, toboggan, bras+++

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @Tif, tous les instits (ou profs des écoles) ne sont pas des donneurs de leçon, c’est vrai.

    Big up (c’est comme ça que dit diam’s je crois) à tous les enseignants qui font vraiment de leur mieux dans un but constructif sans chercher à discréditer les parents!

    N’empêche que l’équipe à laquelle j’ai affaire, faut se la faire… Pourtant c’est pas moi qui les cherche… j’aurais même tendance à les éviter…

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Tif, je suis bien d’accord, chacun son boulot ! De toute façon, les enfants ont leur rythme propre et ça ne sert à rien de les brusquer, ils finiront, pour l’immense majorité, à savoir écrire, lire, faire une addition….
    Perso, en GS, j’étais bien incapable de lire un mot ou encore pire d’en écrire, ma mère avait été convoqué par la maîtresse « votre fille aura de gros problèmes d’apprentissage de la lecture ». Bilan, en CP, j’ai su lire avant la Toussaint, et maintenant je suis bibliothécaire :mrgreen:

    Courage pour ces derniers jours !

    Répondre

    TifNo Gravatar a répondu :

    @sophie,

    exactement! :mrgreen: – Surtout qu’à ces âges, le mois de naissance compte et les écarts de maturité sont énormes!
    Respectons leur rythme, n’en faisons pas des robots lobotomisés, futurs ados/adultes névrosés en puissance! :cry:
    Ta maîtresse n’était pas une Nostradamus en puissance dis donc :shock:

    Répondre

    margottonNo Gravatar a répondu :

    @sophie, arg, j’ai pas fait de GS! :shock:
    J’étais de la fin de l’année et il n’y avait pas de place, je suis donc passée de la MS au CP directement.

    Ma maman a décidé que j’avais eu un gros risque de lacunes : selon elles des 5 qui ont fait cela dans ma classe, je serai la seule à avoir eu le bac sans année de retard…
    En vrai, j’ai pas d’avis sur la question.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @sophie, pour le rythme j’aime bien les approches Montessori ou Freinet où on met des enfants de plusieurs âges ensemble et ils sont regroupés par niveau et par matière : par ex un enfant de 6 ans peut avoir le même niveau qu’un de 8 en maths mais qu’un de 5 en lecture, enfin je schématise mais vous voyez l’idée ?? Hélas ça n’a pas l’air d’être au programme de la « grande maison »…

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, J’ai bien connu une fille qui avait été élevée à la méthode Montessori, une vraie pub vivante : elle a d’abord été concertiste de très haut niveau, puis chercheur très spécialisée dans un domaine archi-pointu (complet virage…), elle ne se laisse arrêté par rien et se lance à fond dans tout ce qu’elle entreprend ; ceci dit elle est un brin chi… :lol: Même son intelligence (parce que oui, même à 40 ans on reconnaît les gens qui ont une intelligence hors du commun, et je ne me considère pas comme trop stupide…) ne la protège pas de certains défauts :mrgreen: (et puis c’est toujours difficile de savoir si c’est vraiment grâce à Montessori qu’elle a développé son intelligence, ou si elle l’aurait fait quoi qu’il arrive !)

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @sophie, Même topo pour moi ! Je suis de fin d’année. Ma mère a été convoquée avant les vacances de noël du CP : grosses inquiétudes au sujet de mon apprentissage de la lecture, très en retard par rapport au reste de la classe patati patata…. 15 jours après le retour de vacances, nouvelle convocation : « votre fille sait parfaitement lire, qu’est ce que vous avez fait ?????? euh… Rien…. »
    Depuis, toujours la tête plongée dans les bouquins… Ma mère était presque obligée de me houspiller pour que je fasse autre chose que bouquiner (genre ranger ma chambre…. dont les 10000 bouquins planqués sous mon lit :twisted: )

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Tif, Je voulais dire écrire quelque chose sur les enfants en avance, mais je crois que je vais me taire, je vais encore passer pour la mère « convaincue de la supériorité de son enfant ». Moi, je n’ai rien contre les enseignants (je suis fille et petite-fille d’enseignants), mais tant que les dits-enseignants ne voudront pas voir le ou les enfants qui, eux, ont vraiment appris à lire en maternelle et leur imposeront le même programme qu’aux autres, et bien, on ne fera pas beaucoup avancer le problème et ces enfants resteront à s’ennuyer dans leur coin…

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @suzie, je viens t’aider car je ne suis pas la maman mais l’enfant ici qui a sauté le CP parce que je savais lire et qui aurait du en sauter une autre classe d’ailleurs (c’est moi qui le dis).
    Le dialogue avec l’enseignant est primordial et autant la confiance du parent en l’enseignant est fondamentale autant celle de l’enseignant dans le parent l’est aussi.
    Ma mère qui m’a appris à lire à 4 ans( ne criez pas, je n’étais pas enchainée, elle n’a pas refusé ma demande et m’a écoutée c’est tout!)s’est fait bien sûr traitée de tous les noms et par certains enseignants qui m’ont prédit les pires avenirs possibles, persuadés qu’elle a voulu se substituer à leur travail (je précise que ma mère est prof de Français-langue étrangère) par manque de confiance en le leur.
    Ceux avec qui il n’y eu aucun problème sont ceux qui ont entendu le pourquoi de cet apprentissage précoce, qui nous ont écoutées moi et ma mère et ne sont pas sentis défiés par ce non conventionnalisme.
    On reste dans cette question de confiance première qu’il faut avoir, essentielle, nous en parlons souvent, entre la parentalité et la société.

    Je rassure pupuce, pas de problème de pipi ou de toc à ma connaissance en tous cas…. :mrgreen:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, Merci, merci de ce témoignage Pâte à crêpe et merci de ton aide, je me sentais étrangement seule ce matin (je ne sais pas où est Fleur, mais j’aimerais bien qu’elle vienne aussi :oops: ). Peut-être que je suis susceptible sur le sujet et que je réagis au quart de tour, mais depuis tout à l’heure, je suis dans tous mes états et je tremble comme une feuille… Je ne supporte pas ces jugements à l’emporte-pièce sur les autres, sans même chercher à comprendre, comme tu le dis, le pourquoi du comment. Merci encore.

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @suzie, ce manque de confiance en les autres, ce jugement permanent pour se rassurer soi même me hérisse et me blesse aussi. Cela rejoint ce que j’expliquais plus haut: un comportement standard « mère indigne cool » est également très culpabilisant pour les parents d’enfant qui demandent autre chose aussi. Avec plaisir!

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @suzie, suis là!
    mais là ce que je lis est trop…pfff…
    alors c’est vrai que je commets l’affront terrible d’avoir plusieurs centaines de livres pour enfants à la maison, d’en lire plusieurs par jour à chacune de mes puces, de tenir d’ailleurs un blog de livres pour enfants (enfin, quand j’ai le temps), d’être citée dans un livre sur l’apprentissage de la lecture en famille (et j’en suis fière en plus)… et ben malgré tout ça, puce1 n’a appris à lire qu’au CP (avec un an d’avance certes)…
    bon, les premiers rampages (à 6 mois) de puce3 l’amenaient avec détermination vers l’une des bibliothèques où elle pouvait s’emparer de l’un de ses livres favoris… ET ALORS?

    tu sais quoi, Suzie? Je rentre de quelques jours dans une ville où nous nous installerons cet été, où nous avons rencontré la directrice de l’école de puce1 et puce2 (future instit de puce1 d’ailleurs)… et quel bonheur!! elle a tout compris (en verité, elle savait déjà, c’est bien comem ça qu’on a choisi l’école, hein…)!! Puce1 sera en classe double pour glisser facilement si nécessaire… oh sacrilège!! 2 ans d’avance???!

    et à ceux qui se/me demandent si quand même on ne la pousse pas un peu/beaucoup, je répondrais que je me régale à découvrir avec elle les modalités de naissance des supernovas et à répondre à ses questions sur les modes de vie des renards selon les continents, mais aussi à faire de la fimo, du ski ou de l’escalade avec elle!… et je leur laisse volontiers le soin (en fait, non, j’aurais trop peur) de prendre en charge la dépression de ma fille et son trouble du comportement alimentaire tendance anorexie…

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, Désolée, j’ai répondu plus haut, sans voir ce message. Ah, ça fait du bien tout ça et ça ressemble plus à notre vie à nous où nous avons tous découverts en famille les animaux du trias, du crétacé et du jurassique sans surtout ni mélanger, ni confondre :mrgreen: C’est vrai quoi, on fait quoi nous avec nos enfants qui regardent pendant des heures des livres où il n’y a pas d’images alors qu’ils ont 18 mois : on ne va quand même pas leur interdire hein !! Et c’est vrai que pour les séances avec les psy, graphothérapeute et autres, on s’en passerait bien hein !
    Quelle chance d’avoir trouver cette école !! Et on peut savoir où ça se trouve ?

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @suzie, en isère.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, Ah, flûte, on a adoré y passer une semaine à skier, mais pour le quotidien, ce sera un plus compliqué, dommage ;-)

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @suzie, l’idée, c’est de skier au quotidien! ;-)

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, C’est pas juste, trop de chance !! (comme disent mes enfants ;-) )

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @suzie, c’est trop injuste…
    maintenant, on leur met ça http://www.youtube.com/watch?v=UfSJFQ2MZnk quand on en a marre des états d’âme sur la justice…

    TifNo Gravatar a répondu :

    @suzie,

    Oulah, la machine s’emballe!!!
    Il y a des enfants précoces, c’est indéniable, et cela pose de vrais problèmes pour les enfants, les parents et les enseignants (comment différencier les apprentissages pour que l’élève ne s’ennuie pas? Est il judicieux de lui faire sauter une classe? Va t-il se trouver de nouveaux copains? etc…). Ces questions, nous les abordons avec les parents car elles représentent de réels enjeux éducatifs et sont prises au sérieux!

    Certains enfants savent évidemment mieux lire que d’autres à la sortie de maternelle et peuvent être considérés comme très avancés (le vrai « savoir lire », dans tout ce que cela englobe, relève d’une autre paire de manche : saisir des doubles sens, avoir un répertoire culturel assez étendu pour établir de l’intertextualité… Impossible, comprends le bien, en fin de GS! Cela s’apprend, quitte à me répéter tout au long de l’école, aussi doué un enfant soit-il : la lecture, c’est aussi le vécu, une expérience de lecteur engrangée tout au long d’une scolarité et d’une vie!). Souvent aussi, l’élève surdoué, n’est pas celui qui sait bien lire fin de GS…

    Revenons à nos moutons. Normalement, à l’école, nous faisons des évaluations diagnostiques/formatives régulièrement pour identifier les difficultés/chemin parcouru de chaque élève à un moment T et notre enseignement se base dessus : Et oui, nous sommes bien censés différencier les apprentissages dans une même classe!
    Dans ma classe de cp, selon l’inspecteur qui est venu me rendre visite, j’avais devant moi un public tellement hétérogène, qu’il m’a conseillé d’enseigner comme si j’avais un triple niveau (GS/CP/CE1) et de proposer des contenus d’apprentissage différents. Pour une classe de 30 élèves, cela fait beaucoup de travail de préparation et demande une organisation maîtrisée, mais je m’y suis tenue (je n’avais pas d’enfants à charge à l’époque et avais le temps d’y passer tous mes mercredis et week ends)! La différenciation, ce n’est pas que de la fiction… Même si nos moyens se réduisent comme peau de chagrin et que nos effectifs, eux, augmentent régulièrement… Je peux comprendre que tous les profs ne disposent du temps et des moyens pour le faire! Nous faisons ce que nous pouvons.

    Encore une fois ne pas faire d’amalgames, effectivement!
    Je parlais de certains parents qui poussent leurs enfants à outrance et non d’enfants réellement en avance et en souffrance.Basta :cool:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Tif, Ouais, mais nous tout ça on le vit au quotidien et le jugement de l’enseignant qui te regarde comme si t’étais complèment halluciné avec ton môme surdoué, ça existe…

    Répondre

    TifNo Gravatar a répondu :

    @suzie,

    Oui, j’en suis sûre… Je ne peux pas parler au nom de tous les enseignants hélas :-(
    Je comprends très bien ton malaise, c’est un sujet encore tabou et peu abordé/voire pas du tout lors de notre formation à l’iufm et tout au long de notre formation continue. What a pity :x

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @suzie, quand je disais « à chacun son rythme », ça inclue aussi les enfants qui sont surdoués comme ton fiston qui dans un monde bien fait devrait s’épanouir à l’école et non s’ennuyer. Il a l’incroyable chance de piger vite et bien, c’est merveilleux ! C’est lui qui disait des choses si poétiques sur les arbres ? (un souvenir d’un de tes commentaires qui doit dater de cet automne…). Mais c’est si coooool de dire que nos enfants sont des cancres :evil: et dire que son enfant est intelligent, c’est le signe d’une mère hystérique voyons :evil: Alors qu’on devrait s’en réjouir

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @sophie, Oui, c’est lui :lol: (c’est gentil de t’en souvenir ;-) ) Suzie

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Tif et les autres, pour l’école je crains que ni enseignants ni parents n’aient le monopole de la connerie. Et ne parlons pas des parents enseignants : les pires ! :mrgreen: Pour ma part j’ai RDV la semaine prochaine à la future école de Pouss1, on va bien voir. Notez que je risque d’avoir du mal à la convaincre que le fait que mon fils ait développé son propre langage au lieu de bêtement apprendre le nôtre est une preuve de son avance fulgurante et de sa supériorité intellectuelle :lol:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Et ne parlons pas des directeurs… inscription de notre 2ème début janvier dans l’école maternelle où est scolarisée sa soeur depuis 3 ans :

    - Est-ce qu’elle est propre ? on ne veut pas de couche, ici ! Euhh..pas tout à fait :???: C’est en cours (elle a encore 8 mois devant, elle, ça devrait suffire ?)
    Tirade de 5 minutes sur les pipis/cacas :evil:

    - Est-ce qu’elle va aller à la cantine ? Vous savez, on n’a plus de place !
    A priori non, on garde la nounou…
    Tirade de 5 minutes sur l’organisation de la cantine… :evil:

    - Est-ce qu’elle va rester l’après-midi ? Vous savez, ils ne font rien l’après-midi les petits…
    Toujours non, si elle rentre déjeuner à la maison, elle y restera pour la sieste !

    - Est-ce qu’elle va aller au goûter ?
    - Est-ce qu’elle va aller à la garderie ?
    Je vous passe mes réponses ! :evil:
    Tirade de 5 minutes sur les parents INDIGNES qui laissent les petiots de 3 ans de 8h30 à 18h30 à l’école… Et il y a 20 ans, c’était pas comme ça !!! L’école n’est pas une garderie !!!

    J’ai laissé tomber !
    Tout le monde n’a pas la possibilité ni les moyens de faire garder des petits de 3 ans tous les après-midi/mercredis/vacances scolaires !

    Dialogue impossible, aucune question sur l’enfant. Heureusement, que la super instit de ma 1ère est sympa et enseigne toujours, j’irai discuter avec elle.
    Oui, il y a des instits super et dévoués, et il y en a qui sont beaucoup plus obtus ! C’est comme partout.

    Isabelle

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, on a les mêmes !!!!

    J’ajoute:

    « Votre bambin (4ans) a perdu son livre?! M’enfin il faut leur apprendre à respecter les livres?! » …

    Ou encore, Il neige:
    « Inutile de laisser votre enfant, nous ne feront pas classe… » comment leur dire qu’ils peuvent en profiter pour du soutien…?
    « Comment ça, il faut que vous alliez travailler?! L’école n’est pas une garderie?! »
    « Puis nous sommes en RPI, il faut le mettre à la classe d’ou il dépend » 5 km de petites routes non dégagées ou deux voitures se croisent pas – et au final « Bon bah j’ai pas le choix, je le prends. Pas contre il faudra absolument être là à 16 H 30! J’ai prévu quelque chose ce soir et il n’y a pas de garderie! »
    C’est vrai qu’à rouler sur la neige, on est sûr de l’heure à laquelle on arrive…

    Oh j’en ai pleins comme ça…

    Une dernière pour la route:
    « C’est à vous d’éduquer votre enfant » – là je suis d’accord
    « il faudrait peut être commencer la lecture à la maison » :shock:
    Ouais mais là, Madame l’instit, c’est de l’enseignement, pas de l’éducation!
    Mais ils vont leur apprendre à bien manger! – - c’est pas de l’éducation, ça?! pffff

    – - – pardon pour ce discours anti instit – - -
    – - – je vide mon sac, avant le prochain conseil d’école… – - -

    Répondre

    TifNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle,

    Je suis aussi directrice d’école…
    Et malheureusement, nous sommes obligées de poser certaines questions… Notamment l’incontournable : « Est-ce qu’il/elle est propre? »
    –> C’est une obligation institutionnelle (cf guide pratique des parents : votre enfant à l’école maternelle année 2009-2010) : « Les enfants doivent en particulier avoir acquis une propreté corporelle suffisante et régulière ». C’est une contrainte évidente pour les parents. Si bien que certains passent outre cette condition et nous avons de belles surprises en début d’année de PS!Or, quoiqu’en dise un ancien ministre, nous ne sommes pas formés pour changer des couches… Je peux comprendre que la directrice, surement blasée, aie enfoncé le clou lourdement (même si peu adroitement…).

    Pour le reste, no comment! Les questions qu’elle t’a posées sont normales mais les commentaires s’y rapportant… Nous devons rester impartiales, c’est le devoir de neutralité!

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Tif,
    Oui, mais la rentrée c’est dans 6 mois ! (8 mois au moment du RdV) ; « est-ce qu’elle est propre » n’est pas d’actualité. Elle n’a pas à être propre 8 mois avant la rentrée !… :shock:
    On aurait dit que c’était sa seule préoccupation !…

    Enfin, ça fait 3 ans que je le côtoie, il est imbuvable ; jamais un mot gentil ni un sourire aux enfants (tout juste aux parents) ; il est à fond dans sa paperasse et il s’en plaint à qui veut l’entendre (personne ne l’a obligé à faire ce boulot !).
    Un souci avec la fête de l’école ? Plus de fête d’école !
    Il y a 0,1 mm de neige dans la cour ? Plus de récré (je ne vous dit pas les piles électriques qu’on récupère en fin de journée !…)
    Vous êtes en congé parental à la maison ? Je ne veux plus de votre enfant à la cantine ! (discutable, mais il y a la façon !…)

    Et j’en passe (je ne vous raconte pas les conseils d’école !)
    mais bon, les maîtresses sont adorables !…ça rattrape !

    Isabelle

    Répondre

    TifNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle,

    Oups, oui, c’est vrai que 8 mois avant… Ça fait tôt!!!
    Sacré phénomène ce dirlo! ;-)

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, C’est sûr que la propreté d’un petit, ce n’est d’actualité qu’à la rentrée… :roll: c’est quand même bizarre comme obsession si longtemps à l’avance. Surtout quand on sait que cette propreté peut venir du jour au lendemain, il n’y a pas besoin de s’inquiéter aussi tôt…

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @suzie,
    Et bien justement, c’est aujourd’hui !
    La nounou (qui n’appelle jamais quand pour prévenir qu’elle est en retard le matin ! :evil: ) vient de m’appeler pour me dire que ma fille venait de foncer aux toilettes pour faire pipi !
    Grande nouvelle !… Génial

    Pour la Poule, je ne sais pas si c’est là l’effet des culottes d’apprentissage ImseVimse ?
    Mais bon, c’est arrivé :smile: mais ça peut repartir ! :cry:

    Isabelle

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, Et bien formidable, t’as plus qu’à appeler le directeur d’école pour le rassurer :mrgreen: C’est sûr que ça vient parfois du jour au lendemain, mais il faut aussi s’attendre parfois à de petites régressions qu’il faut savoir accepter… ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, arrête de me pousser à l’achat, moi qui suis si faible devant les sirènes du marketing :lol:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Je crois surtout que c’est parce que je ne lui en parle plus depuis quelques jours ; elle a donc décidé seule du bon moment.
    ça va être le grand jeu maintenant, je sens… elle va filer toutes les 20 minutes aux toilettes pour faire 3 gouttes !… :???:

    Isabelle

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @La poule pondeuse, T’en veux des culottes d’apprentissage lavables, je peux t’en prêter (ou t’en vendre d’occas.), je dois en avoir 3 (ou peut-être 4). C’est des Imse Vinse aussi :?: Suzie

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @suzie, merci pour l’offre, pour le moment on va en rester là ; les couches deviennent un peu petites et du coup moins confortables, en bonne mère sadique j’espère que ça va motiver Pouss1 à les laisser tomber (et ça marche troooooop bien pour le moment :roll: :lol: )

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Ah, ah, ah, mère indigne :mrgreen:

    LolaNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, si ton offre (vente d’occaz) tient toujours, moi je serais bien intéressée ? J’ai passé 2h hier sur le site des P’tits dessous, et ça m’a pris la tête de faire les calculs « combien de couches / quel budget etc… ». J’avais bien accroché sur le concept des ImseVinse…
    (si La Poule veut bien nous mettre en relation par mail… merci à elle)

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Lola, Ah, je suis ok pour que la Poule te donne mon mail. Moi, les ImseVinse, c’est juste des culottes d’apprentissage. Sinon, j’ai des couches, mais d’une autre marque…

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle,
    Punaise, et bien ça ne me motive pas à décrocher mon téléphone pour prendre rdv pour l’inscription du mien (qui n’est d’ailleurs pas encore propre :lol: )

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Eh, bien justement peut-être que si :mrgreen: T’imagines s’il a inventé tout seul à deux ans, une langue qui pourrait devenir universelle, un nouvel esperanto, :mrgreen:

    Répondre

  28. Machines à laver, escaliers, côte d’or, escaliers, vitres, côte d’or, fer à repasser, ok :arrow: :?:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Tif, Au moins toi tu peux le côte d’or :lol: Bon, P’tit Mec avait 2 semaines d’avance …..C’est pas sympa de te dire ça, je sais …. Allez, côte d’or !!! :lol:
    :arrow: pas en fait :mrgreen:

    Répondre

    TifNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice,

    J’ai honte, c’est mon mari qui se l’achète pour lui, et à chaque fois, il ne retrouve que le papier allu dans le paquet… :oops:
    Bon, j’ai oublié de glisser dans la liste: pâtes carbo, pizza…
    C’est très vilain de ta part d’avoir glissé « d’avance » dans ton post… Côte d’or powa! A force, je vais finir comme le dindon de la basse cour!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Tif, pour le côte d’or je recommande le lait amandes caramélisées avec une pointe de sel (je l’achète par 3 ou 4 tablettes). Et n’oublions pas la méthode italienne :mrgreen:
    Bon pour moi la seule chose qui a marché c’est le décollement des membranes :roll: Mais si tu peux éviter…

    Répondre

    TifNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,

    Humm… Très ragoutant le décollement de membranes… En as tu la recette? :shock:
    Pour le moment, j’ai encore mon côte d’or chocolat au lait/noisettes sous le coude, mais je prends note. :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Tif, ben à moins d’être une contorsionniste mongole c’est à la sage-femme ou gynéco de le faire ! Mais c’est pas super agréable (ça peut même être franchement douloureux), et c’est à pratiquer uniquement sur un col déjà « mûr ». Ceci dit il y en a qui le font sans te demander ton avis à la consultation du 9ème mois :evil:
    Bref pour ma part je dirais que c’est à garder en dernier recours avant un déclenchement en bonne et due forme.

    Répondre

    SaminetteNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,

    Mouais… ça me rappelle quelque chose… :evil:
    Il a fallut que je tire les vers du nez de ma gygy pour savoir qu’elle m’avait bien fait le décollement, sans me demander mon avis, alors qu’il me restait 5 jours avant terme.
    Et je confirme, ça fait pas forcément du bien (mais vachement plus gérable que les touchés du col lors de la mise-bas où là, j’ai bien douillé, plus qu’avec les contractions !)

    Sam

    Répondre

  29. Je ne critique ni l’école, ni les enseignants!
    au contraire, ça ne se passe pas trop mal avec eux.
    Je disais juste que je ne souhaitais pas interférer comme le font certains parents sur les enseignements, justement car ce n’est pas mon job.
    Par contre, je dois avouer que parfois on colle un peu vite des diagnostics aux enfants, et c’est dur de se défaire de l’étiquette.
    Notre loulou se mets en retrait en gym. ça a donné rapidement lieu a des interprétations (problème pour se sociabiliser, dans son monde…), en fait il n’a pas de vision binoculaire, et doit se faire opérer les yeux bientôt. Avec l’instit du lundi mardi, ça ne pose pas de soucis, avec celle de la fin de semaine, ça a donné tout de suite lieu à l’intervention du psy et tout le tralala.
    Je ne l’accable pas, je comprends que ce n’est pas simple, en plus elle débute. J’aurais juste aimé qu’on en discute avant.
    Mais en dehors de cela, j’ai plutôt confiance aux enseignants.

    Répondre

    TifNo Gravatar a répondu :

    @laciboulette,

    Je ne disais pas que tu critiquais l’école :lol: et le feeling ne passe pas toujours aussi bien d’un prof à l’autre, je le conçois très bien, après tout, nous sommes tous humains!
    Le fait qu’elle débute ne doit pas aider non plus.
    J’ai simplement rebondi sur ton post pour évoquer des problèmes plus généraux et que je rencontre quotidiennement dans mon travail… :roll:

    Répondre

  30. Pas de soucis!
    Sinon, si je comprends bien, tu confirmes qu’il ne faut mieux pas interférer sur les apprentissages, et plutôt éviter d’anticiper?

    Pour son instit, je pense qu’elle a juste fait une bourde. En fait, c’est un enfant qui a eu pas mal de problèmes de santé, il faisait des malaises avec perte de connaissances (6 hospitalisations, rien de grave, mais à l’époque, mais on ne le savait pas d’où l’angoisse pendant 6 mois). Il s’est avéré que c’était de l’hypertonie vagale.

    Pour la faire courte, à l’arrivée à l’école, il était un peu (beaucoup :roll:) dans sa bulle. On a justement bien travaillé avec l’instit, moins avec l’école qui parlait de lui coller une AVS (en désaccord avec l’instit, qui était sur la même longueur d’onde que nous).

    Je trouvais l’environnement scolaire, en dehors de la maitresse, justement assez culpabilisateur, animatrice du périscolaire et centre de loisirs qui faisait des réflexions devant les autres parents et les autres enfants., privé de sortie…

    Il a fait des tests en CMPP, qui contre toute attente se sont révélés (selon eux) être très bons au regards de ses capacités cognitives (c’est leur jargon).
    Il le suive depuis, et depuis, il s’est ouvert et s’est fait des copains.
    A la rentrée, on a prévenu les institutrices d’une part qu’il était suivi, d’autres part de ses problèmes de santé et de vue.
    On leur a fait savoir qu’il ne fallait pas hésiter à nous contacter en cas de problèmes…
    Au lieu de ça, on s’est fait convoquer par la psy scolaire suite à la demande de la maitresse. (heureusement, on a un bon contact avec la psy).

    Sinon, depuis qu’on a mis les pieds dans le plat avec le centre de loisir, ça se passe bien mieux, et du coup, lui s’y plait bien et de fait se tient bien.

    Comme quoi, se laisser assommer par la culpabilisation visant à te faire croire indigne, c’est nocif pour l’enfant, pour les parents et pour tout le monde.

    Depuis, la jeune maitresse a un instit référent, et ça se passe mieux.

    Mais bon s’il y avait plus de personnels et des classes moins surchargées, ça se passerait mieux. Pourtant ce n’est pas à défaut de se battre (nuit des écoles, pétitions, visites au rectorat…).

    Ils sont en train de nous dégrader l’école, et pour justifier tout cela, Ils culpabilisent parents, enfants (ma pov dame, c’est dangereux un môme), enseignants.

    Ce serait dommage de ne pas rester unis.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @laciboulette, Tout à fait d’accord avec toi pour défendre une école où il y aurait plus d’adultes, mieux formés (en particulier, en psychologie de l’enfant) et plus à l’écoute des parents. J’entends bien qu’un enseignant seul face à 30 élèves et 60 parents fait ce qu’il peut. Alors justement, qu’il fasse aussi confiance aux parents qui connaissent leur enfant et qui veulent juste l’aider. Je sais aussi qu’il y a beaucoup de parents très chiants… et que c’est dur de faire la part des choses entre le parent sincère et l’emmerdeur. :roll:

    Répondre

  31. Oh si, tu peux anticiper, mais parles en à ton instit pour que vous ne vous court-circuitiez pas :???:

    @ La poule pondeuse
    Au sujet des approches Montessori ou Freinet : il existe bien des écoles de la grande maison dites Freinet ou Montessori. J’ai une connaissance qui y a enseigné (école Freinet à Gradignan) : souvent s’y retrouvaient les élèves en grandes difficultés n’ayant pas réussi à intégrer le « moule » classique de l’école.
    Ce type d’enseignement se base beaucoup sur des fiches que chaque élève remplit à son rythme…

    Répondre

  32. Moi je suis convaincue que l’instit de ma fille fait de son mieux, et donc je suis super contente. Mais bon, y’a des cons das l’éducation nationale comme partout !

    Pour en revenir au sujet original, j’aimerais quand même remercier les ‘Mère indigne’ et ‘Mauvaise mère’ d’exister parce qu’elle m’ont bien remonté le moral quand j’en avais besoin. Parmis mes amis j’ai été la 1ère à avoir un bébé, à l’époque j’habitais loin de ma famille, et j’allais moins sur les blogs. Mes sources d’info était donc les cours de prépa à l’accouchement (supers mais que 8 heures), et les sites qu’on trouve quand on tape « bébé » ou « allaitement ». L’allaitement ne s’est pas bien passé, et mon épisio m’a fait souffrir des mois (=> non, je ne me suis pas sentie plus femme en devenant mère, je me suis plutôt sentie bousillée dans mon intimité).

    Et ben alors quand j’ai découvert la description de l’allaitement dans Mauvaise Mère, ça m’a vraiment oté un poid. Soulagée de voir écrit exactement ce que j’avais ressentit, je me suis sentie bien moins seule.

    Après j’aime en règle générale l’humour noir et je suis un peu cynique, mais je peux comprendre que ça puisse choquer.

    M6 fait des raccourcis pour reprendre à son compte la mode des mamans indignes, sans comprendre que ce qui fait tripper les mamans comme moi ce sont juste les pensées indignes de maman.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Citrouille, ah moi aussi j’adore l’humour noir, et comme je l’ai dit il y en a qui me font bien rire, je m’interroge juste sur cette mode de l’indigne.

    Répondre

  33. Je viens de terminer le livre de Daniel Pennac « Chagrin d’école » où il revient sur ses années de cancre et donne une vision que j’ai trouvé intéressante sur l’enseignement et sur la difficulté de faire l’école « pour tous » et pas seulement pour les meilleurs ou pour les moins doués.

    Quand au reportage de M6, j’ai hâte de voir les gros clichés qu’ils vont nous pondre! (les « mères indignes » en ont parlé aussi sur leur blog).

    Répondre

    margottonNo Gravatar a répondu :

    @Bobine, j’ai bien aimé ce livre aussi!

    Répondre

  34. Décidément la poule je t’adore ! Tu arrives toujours à parfaitement exprimer certaines choses que je ressens mais que j’ai parfois du mal à expliquer.

    « La vraie question pour moi ce n’est pas ce que l’on fait ou pas, mais pourquoi on le fait » C’est tout à fait bien résumé !

    Nous cododotons occasionnellement lorsque le karapichu en ressent le besoin (j’escalade papa au milieu de la nuit pour m’installer au milieu du lit avec armes et bagages « moi dormir là ») mais uniquement si les 2 autres parties sont d’accord et en lui expliquant expressément que s’il bouge trop (traduction : pieds dans le nez ou pire, couche puante sur la figure) nous n’arrivons pas à dormir et donc qu’il réintègrera son lit avec un gros calin.
    Au retour de la maternité, quand il a fait d’emblée ses nuits dans son couffin (ne me lapidez pas, je vous rassure ça n’a pas duré ;)), il ne m’est pas venu à l’idée de le mettre systématiquement dans notre lit sous prétexte que « c’est meilleur pour le bébé ». Par contre, à 9 mois avec des réveils toutes les demi heures (angoisse de séparation + poussées dentaires), c’était bien plus reposant pour tous de l’avoir à portée de main (ou de néné en l’occurence) que de faire des allers retours permanents en se disant qu’en dormant dans le lit des parents il allait forcément prendre de mauvaises habitudes !

    Idem pour le portage. On l’a adopté avec bonheur mais uniquement pour le côté pratique :
    - génial pour soulager les poussées dentaires
    - pratique pour vaquer à ses occupations lors des périodes crampons ou maman ne peut pas s’éloigner d’un demi centimètre sans déclencher des hurlements
    - plus pratique et plus rapide pour les déplacements (poussette qui passe pas les portes ou impossible à remettre dans le coffre car un imbécile s’est garé trop prêt, plus facile de naviguer la foule)

    Tout cela, on l’a choisi parce que cela nous a simplifié la vie pas parce que c’est supposé être mieux pour le bébé.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, hé hé je vois qu’effectivement on a la même approche pragmatique ;-)

    Répondre

  35. Mère indigne, je ne sais pas… :mrgreen:
    Mais je ne résiste pas au plaisir de vous annoncer la venue au monde de Lucas, le 8 mars dernier à 7h30 – pour le petit déjeuner – après un travail de 25h et une péridurale (béni soit celui qui a inventé ça) !
    Et voilà, j’arrive dans ce nouveau club et j’espère partager encore plein de choses avec vous !

    Sam

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, Bienvenue à Lucas, et plein de bises à la maman et au papa :lol:

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, Je pensais justement à toi cet après-midi. Et bien félicitations aux heureux parents, bravo à la maman et bienvenue au joli bébé. Avec tous pleins de gros bisous :lol:

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, félicitations et bienvenue au petit Lucas !! :lol: :lol:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, Ouaiiiis! Bienvenue! Plein de bonheur à vous!

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, félicitations!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, j’arrive après la bataille mais félicitations ! Et bienvenue à Lucas, le nouveau poussin de la basse-cour.

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Saminette, Félicitations à Lucas et bravo à toi Saminette !

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, félicitations ! et bienvenue à Lucas !

    Répondre

    SaminetteNo Gravatar a répondu :

    Merci à vous !!! :mrgreen:
    Bon, promis, je reviens lire le post parce que ça à l’air super intéressant (comme toujours du reste).
    Sam

    Répondre

  36. y’a eu gros débat sur untel juge trop ou pas assez… je provoque volontairement mais nous serons toujours le juge de quelqu’un qui pense/fait très différemment de nous… et je crois que reconnaître qu’un comportement nous choque/dérange/interroge permet de prendre du recul et de ne pas agresser l’autre avec notre point de vue! exemple vécu : Si je ne reconnais pas que cette maman me fait violence en me disant qu’elle laisser pleurer son gamin de 2 mois pour qu’il fasse ses nuits « parce qu’il va pas faire la loi », ben ma 1ère réaction va être de lui dire qu’elle ne capte rien à son gamin (oui c’est mon avis) mais si je reconnais que je ne suis pas du tout en accord avec sa façon de voir les choses mais que bon chacun voit midi à sa porte, je peux me taire ou lui exprimer calmement mon point de vue si elle le sollicite.
    Personne n’est épargné par le jugement, que ce soit en tant que « jugeur » ou « jugé »… mais tout commentaire/réflexion/avis ne blesse que celui qui accepte d’être blessé… ok c’est loin d’être simple de prendre du recul mais n’empeche, quand je suis blessée c’est que je ne sais pas me protéger… et oui c’est le travail de toute une vie de prendre du recul et de laisser glisser ce qui fait mal… et de toutes façons je ne pourrais JAMAIS changer l’autre! par contre, je peux changer ma façon d’accueillir qui il est…

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, Le problème n’est pas tant d’avoir une opinion sur ce que fait l’autre, que de se permettre d’analyser la situation en disant, c’est parce qu’il fait comme ça, qu’il va se passer telle ou telle chose.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, oui je suis d’accord avec cette histoire de jugement, c’est clair qu’on peut difficilement s’en empêcher (moi je suis une vraie langue de p… quand je m’y mets :mrgreen: :oops: ). Je pense qu’aussi on a tous en fonction de notre histoire etc des choses qui nous font plus ou moins réagir, et qu’il faut repérer pour éviter de plaquer nos propres problèmes sur ceux des autres qui n’ont rien demandé. En particulier sur les choix autour de la parentalité où on peut vite devenir ayatollah parce que ce sont des choses qui nous touchent très profondément. Pour ma part j’avoue que comme toi j’assume à peu près mes choix et je ne me laisse donc généralement pas trop déstabiliser par les remarques (d’ailleurs on m’en fait assez peu, peut-être que je vis au pays des bisounours ??).

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, peut-être que personne n’a trouvé la faille ;-)

    Répondre

    SapristiNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, vi.
    si on part du principe que cela reste au stade du jugement stérile.
    mon début d’idée serait que l’on peut construire sur le jugement…
    si on nous en laisse le temps…et l’envie…

    Répondre

  37. @La poule pondeuse, oui, on est d’1
    accord sur le fait que la philosophie parentale ne change pas fondamentalement, c’est ce que j’ai appelé le non négociable.

    Meduse69, je suis bien d’accord qu’il n’y a pas que les influences extérieures qui font que les enfants d’une même fratrie sont si différents, et que dans les caractères et les tempéraments il y a une part d’inné propre à chaque enfant. Si chacun était une « page blanche » sur laquelle l’éducation écrit tout, ce serait bien triste!

    Répondre

  38. Pour moi une mère ou un père indigne est quelqu’un qui n’ENTEND PAS, qui ne VOIT PAS, son enfant. Alors on peut être une mère au foyer et être sourde, aveugle et muette à son enfant même si l’on passe du temps avec, pareil en travaillant. C’est une question d’attention, d’être capable de se quitter un peu « soi » pour se brancher sur l’autre, de respecter un enfant comme une personne qui n’est pas « soi ». Et, à mon avis, grâce à la vulgarisation de la psychologie, grâce à des Dolto et tout un courant qui a fait de l’enfant, une personne, il y a de moins en moins de parents « indignes », parce que les gens se posent quand même la question du plaisir aussi, à vivre, du libre choix de sa vie, il y a plus de tolérance globale dans la société donc cela rejaillit aussi à l’intérieur des familles. Je parle bien entendu de familles aimantes et normalement équilibrées (hors stéréotypes sexistes rigides et violences familiales qui là bien entendu passent dans l’indignité réelle comme tu l’as d’ailleurs bien souligné dans ta note).

    Répondre

  39. Oh que ça fait du bien de lire tes pratiques de dodo avec POuss2! Exactement la même situation ici, le compromis nous va à tous car nous passons de bien meilleures nuits! D’autant de mon premier se réveille toujours 1 à 2 fois par nuit…on pousse même le compromis à le prendre lui aussi dnas notre lit quand il est trop inquiet pour réussir à se rendormir dans le sien.
    sur ce choix là (et bien d’autres) nous sommes souvent jugés rarement écoutés, mais c’est pas grave on assume pleinement et à vrai dire ce que peuvent penser ceux qui ne font pas l’effort d’écouter un minimum, on s’en fiche un peu!

    Répondre

  40. quel billet! je me suis fait cette réflexion il y a peu « c’est à la mode ou quoi d’être une mère indigne? ». Je crois que les mamans sont tellement jugées que même la plus décomplexée se sent obligée de se justifier! c’est ça qui m’énerve…. :sad:

    Répondre

  41. Bonjour à toutes, étant nouvelle, je n’ai pas suivi en direct vos posts mais j’ai pris la peine de le faire ce matin et je suis contente de voir enfin un site consacré aux parents et aux enfants qui ne ressemble pas à de la Barbe à Papa! Chacun y donne son avis sans « trop » juger et je n’ai pas trouvé dans vos propos les fameux conseils très à la mode habituellement râbachés aux parents sur la « bonne » façon d’éduquer son enfant. Pour ma part, j’ai suivi mon instinct. Bien entendu pour ma 1ère grossesse j’ai lu tout E. Antier, Dolto & Co. mais avec l’expérience, j’ai fait au feeling et mes filles ne s’en portent pas plus mal. Pédiatre pour l’aînée, j’ai renoncée pour la seconde, nous avions déménagé et la seule près de chez moi reprochait à ma fille de 2 mois de faire pipi sur sa table d’auscultation et interdisait à sa soeur de 2 ans de jouer à nos côtés. Le généraliste était parfait et nous ne l’avons plus quitté. Pas de mauvaise conscience à laisser ma fille de 2 mois à mes beaux parents pendant une semaine pour aller me ressourcer avec mon homme au Portugal (il faut dire que BB2 était un robot qui ne dormait jamais, mis à part quelques sièstes flash, uniquement dans mes bras). Eh bien, cependant, je donne des tonnes d’amour à mes enfants, j’essaie de les encourager dans tout ce qu’elles entreprennent et de les tirer vers le haut à chaque occasion, pour le reste, je ne mens sens pas « mauvaise » mère parce que je n’ai pas pu les allaiter, leur faire tous les jours de purées maison etc… Tout est une question de bon sens à mon avis et j’en ai trouvé beaucoup sur ce forum.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Chiffon, heureuse que mon blog ne ressemble pas à de la Barbe à Papa :lol: :lol:
    Effectivement, pédiatre ou généraliste, la question c’est surtout de trouver un médecin qui nous convienne !

    Répondre

  42. Il y a une partie de moi qui aimerai bien être un « mère parfaite. » Mais je ne pourrais pas le définir s’il le fallait. Le vrai souhait est d’être une mère appréciée…même par mes enfants.

    Ce n’est pas un automatisme pour les enfants de remercier les parents! Mais, lors d’une sortie particulierement difficile pour moi (VTT et mes fils–je suis une vielle poule–étaient plus habile que moi) et ou j’ai eu besoin de l’encouragement mes enfants pour finir notre chemin, l’un d’eux a exclamé « Maman, tu essais toujours d’être une mère parfaite. Aujourd’hui, t’as été une mère supèrbe! »

    Et j’ai conclu que quand je me concentre sur moi–mes decisions, mes comportements, mes désirs, mes besoins…–c’est véritablement les moments que je suis le plus indigne.

    P.S. Les photes d’aurtograf c moi.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Denise, quel courage pour le VTT ! Faudra pas trop compter sur moi pour ça…
    Et sinon par rapport à ta remarque finale :
    - être une bonne mère est un de mes buts, pas le seul ! je veux aussi m’épanouir en tant qu’individu « seul » (sans même parler de mon couple !)
    - c’est aussi cet épanouissement strictement personnel qui me donne de la ressource pour être meilleure avec mes enfants

    Répondre

    DeniseNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,

    Oui. Ma(et ta et a toutes) raison d’etre dans ce monde est plus que d’etre mere…c’est aussi plus large que MOI. Evidemment c’est le cas pour toi aussi, sinon tu n’auras pas ce site. ;-) Felicitations.

    Répondre

  43. Excellent billet :mrgreen:

    Faire le point sur ses envies, comprendre ses choix, faire au mieux, selon ce qui nous paraît le plus approprié (l’équilibre personnel est une composante essentielle de l’équilibre familial) et surtout, se dire que ce qui nous convient aujourd’hui est susceptible d’évoluer (ça évite de se laisser emporter par des jugements catégoriques vis à vis de celles qui font « autrement »).

    S’avouer « mère indigne » est une manière de déculpabiliser dans une société qui a toujours exhibé un modèle de mère parfaite. Et aujourd’hui, la barre est haute : assurer comme une bête au boulot, sans jamais rechigner vis à vis des heures supplémentaires, se consacrer avec dévotion à ses petits (mais pas trop), s’impliquer dans le parcours scolaire et extra scolaire de ses chérubins (bref, être toujours disponible pour son boss, ses enfants et son mari qu’on prendra soin d’éduquer au besoin pour ce qui est des tâches ménagères, pour ne pas passer pour une femme soumise à la dictature du machisme), entretenir sa forme en faisant du sport, sa culture en lisant, sa ligne en surveillant son alimentation, être une amante hors pairs, toujours pleine de désir et multiorgasmique de préférence ; tout ça (liste non exhaustive) avec le sourire en plus. Pour soi-disant offrir à nos enfants l’image d’une femme épanouie et libérée, mais néanmoins aimante et dévouée, qui fera d’eux des adultes équilibrés…

    Le problème majeur du « modèle », c’est qu’il ne saurait jamais (quelle que soit l’époque et les normes en vigueur) convenir à toutes. S’assumer dans sa différence, c’est donc toujours être « indigne » du label bonne-maman selon les critères du moment. Vouloir à tout prix coller au modèle sans s’écouter, c’est souvent l’assurance de finir sur les rotules, à picoler ou à prendre des antidépresseurs et anxiolytiques ;-)

    Dire « On est toutes des mères indignes », c’est une façon de dire qu’on rejette une définition figée de ce qui ferait la dignité d’une mère ou alors, et c’est bien triste, un aveu de culpabilité qui ne veut pas dire son nom.

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Selina Kyle, à mon avis « mère indigne » est LE nouveau label pour décrire les femmes qui collent à ta définition de mère parfaite, celles qui sont mère mais pas que, qui allaite mais pas trop longtemps, qui aime passer du temps avec leurs petits, mais pas le week-end à l’heure de l’apéro… « Mère indigne », c’est l’anti-maternante, c’est la maman bobo parisienne qui en fait, a un peu honte d’être une mère parfaite.

    Répondre

    percidinaeNo Gravatar a répondu :

    @Selina Kyle, c’est quoi l’adresse de ton blog ?

    Répondre

  44. moi je viens de me faire treter pour mere indigne par la maitresse de maternelle de mon fils vexant et humiliant.

    Répondre

  45. La bêtise de cette annonce n’est que le miroir de la bêtise de l’émission pour laquelle le casting a lieu…!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @portabilité mutuelle, oui c’est assez représentatif ;-)

    Répondre

  46. C’est assez marrant de voir la bétise humaine comme dit @portabilité.

    La bétise des émissions qui met au grand jour la débilité des intervenant… bref. sans commentaires :)

    Répondre

  47. [...] Bon, revenons à nos moutons, tout ca pour dire qu’E-Zabel nous répète encore et toujours que son blog est là pour « déculpabiliser » les jeunes mamans. Non, ca n’est pas grave de detester ces rejetons de temps en temps. Pas grave non plus de tout larger pour aller se faire du bien rien qu’à soi. Et pas grave non plus de ne pas être une mère parfaite… voir même d’être une mère indigne – D’ailleurs qu’est ce qu’une mère indigne? nous demandait La Poule – [...]

Leave a Reply


« « Préc. There will be blood    |     Suiv. La poule pondeuse gazouille » »