Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. La poule pondeuse sous les tropiques    |     Suiv. Semaine de la couche lavable » »

Etre parent aujourd’hui

Par  • Le 22 avril 2009 à 7:57 • Catégorie : J'avoue, Réfléchir

brainy (en France ou dans un pays occidental)

Être parent aujourd’hui, c’est n’avoir jamais été aussi près du « Un enfant si je veux, quand je veux. » C’est avoir le taux de mortalité infantile et maternelle le plus bas connu par l’humanité : perdre un enfant est devenu exceptionnel. C’est disposer d’un niveau de connaissance encyclopédique sur l’enfant, son développement, sa psychologie… C’est (en théorie) pouvoir le confier à du personnel qualifié à un coût acceptable.

Mais…

Être parent aujourd’hui, c’est souvent l’occasion d’une première rencontre de près avec un bébé. Qui avait déjà changé une couche, donné un bain ? Qui avait déjà vécu (en tant qu’adulte ou adolescent) sous le même toit qu’un nouveau-né ? Nous n’avons plus de neveux, cousins, frères, voisins, etc sur lesquels nous faire la main. Notre principale source de connaissance du bébé provient des médias, où des femmes au physique parfait accouchent en 5 minutes d’un bébé de 6 mois tout propre sans cordon ombilical pendant que des médecins leur hurlent « Pousseeeeeeeeeez ! ». Pour beaucoup d’entre nous, le bébé est un parfait inconnu dont la moindre déviation du Laurence Pernoud nous plonge dans une perplexité qui vire rapidement à la panique.

C’est manquer de repères, de soutien : notre société étant centrée sur la famille nucléaire, notre famille plus large n’est pas toujours proche géographiquement et nous ne connaissons pas nos voisins. Les parents au foyer sont plus facilement isolés, restant 24 h sur 24 seuls ou presque avec des tout petits, alors que c’est très difficile. Nous sommes en plein changement de paradigme par rapport à la vision de l’enfant inculquée à nos parents et grands-parents, ce qui rend leur aide parfois impossible et souvent difficile. Comment concilier les informations contradictoires et démêler les conseils utiles des interférences nuisibles ?

Nous sommes ensevelis sous les informations alarmistes, échaudés par les derniers scandales sanitaires (amiante et sang contaminé pour ne pas les citer). Comment trouver un matelas bio ? Des biberons sans BPA ? Le gras trans ? L’huile de palme ? Les cosmétiques ? Les produits laitiers ? Quels vaccins ?

Et surtout nous avons la pression. Les dernières avancées de la psychologie, même s’il n’est pas ici question de réfuter leur pertinence et leur intérêt, sous-entendent que les parents (et surtout la mère) sont responsables (mais pas coupables ?) de tous les maux de leurs enfants. Aussi odieux que puissent être les comportements des enfants, ils trouvent tous leur origine dans un problème de l’adulte. Et tant que vous n’aurez pas affronté et réglé votre traumatisme originel, vous subirez la double peine : supporter un enfant au comportement problématique et votre problème à vous, avec en bonus la culpabilité de ne pas en avoir trouvé la clé.

Votre enfant se réveille la nuit ? Votre faute. Votre enfant fait des cauchemars ? Votre faute. Votre enfant a tapé sa copine de crèche ? Votre faute. Votre enfant se roule par terre dans le magasin ? Votre faute. Votre enfant n’a pas dit bonjour à Mamie ? Votre faute. Et ça vaut aussi pour sa santé physique : c’est vous qui lui avez donné de la courgette avant la carotte, pourquoi croyez-vous qu’il soit allergique aux acariens maintenant ? Vous l’avez laissé manger des Haribos ? Ne venez pas vous plaindre qu’il soit hyperactif, avec tous ces colorants et ce sucre. Il est trop gros ? Votre faute. Trop maigre ? Votre faute.

Même les experts auto-proclamés qui passent habituellement leur temps à se chamailler à l’antenne ou dans les magazines pour vendre leur prose sont unanimes : que ce soit parce que vous avez été trop ferme ou pas assez, c’est vous qui avez rendu cet enfant infernal (notez que ce sont également eux qui ont fixé des normes de comportement pour votre enfant qui semblent prévues plutôt pour la reine d’Angleterre que pour un enfant de 3 ans). Vous n’avez pas allaité ? C’est mal. Vous allaitez encore ? C’est mal aussi. Vous reprenez le travail ? Mère indigne. Vous restez à la maison ? Mère castratrice. Et maintenant vous culpabilisez ? Mais arrêtez il va en avoir de l’eczéma le pauvre petit.

Comme le rappelle si bien Hillary Clinton : Il faut tout un village pour élever un enfant. Alors chers experts, chers donneurs de leçon, chers moralisateurs et autres culpabilisateurs : au boulot ! Pas la peine de venir changer des couches ou jouer les Super Nanny, merci bien (quoi que si vous voulez faire un peu de ménage faut pas se gêner), mais bougez-vous pour que la société nous donne les moyens de vos belles ambitions. C’est bien beau de prôner l’importance du lien parent-enfant et de l’autre côté rendre les enfants indésirables dans de nombreux endroits. C’est bien beau de clamer partout qu’il faut allaiter si en même temps on saborde consciencieusement les efforts des mères pour le faire (sur ce sujet un article intéressant ici). C’est bien beau de dire aux parents de rétablir leur autorité sans utiliser les méthodes d’antan et sans leur donner de nouvelles pistes. Et je suis sûre que vous trouverez plein d’autres exemples. Alors oui, un enfant a généralement deux parents, qui sont prêts à prendre leurs responsabilités, mais il a aussi une famille, des amis, des voisins, des profs, des élus, une communauté religieuse, un médecin, bref il fait partie d’une société. Cette société n’a pas à remplacer les parents (sauf en cas de problème), ni à les culpabiliser à tort et à travers, mais tout simplement à les soutenir. Et on peut déjà s’y mettre nous-mêmes…

(Image : http://www.smurf.com/smurf.php/www/who/fr/brainy)

Tagged as: , , , , , ,


« « Préc. La poule pondeuse sous les tropiques    |     Suiv. Semaine de la couche lavable » »

184 Commentaires »

  1. @la belle bleue & co, très intéressantes ces histoires de zèbres, si vous continuez comme ça j’en désigne une au hasard pour écrire un article sur le sujet, non mais ! 😆
    Pour Béatrice je crois qu’elle cherche à repérer ce type de situation en tant qu’instit, ce qui est encore un autre problème !

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, et Béatrice,
    repérer un enfant « différent » en classe, ce ne doit pas être facile en effet. Dès que j’ai eu suffisamment de connaissances sur la douance, j’ai essayé d’informer aux mieux les enseignantes de mes enfants, en leur prêtant mes livres et en répondant à leurs questions, aussi bien à l’école (privée Montessori) qu’au collège (privé catholique). A la maternelle publique où mes enfants ont fait leur première (mauvaise) expérience d’école, les interlocutrices savaient tout mieux que les parents, et surtout n’aimaient pas les têtes qui dépassent…

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    Tu as raison La Poule, et je me demande combien j’en ai « loupé » des gamins 😕 …. Je vais ressortir toute ma doc, histoire de la mettre à jour ….

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, je t’ai répondu et une autre lectrice aussi, mais mes messages se trouvent en fin de liste. Je n’avais plus le bouton répondre pour te donner directement ma réponse. 😳 😕

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, à lire pour commencer :
    * Jean-Charles Terrassier : « Les enfants surdoués ou la précocité embarrassante »
    http://www.amazon.fr/enfants-surdou%C3%A9s-Ou-pr%C3%A9cocit%C3%A9-embarrassante/dp/2710118149

    Puis continuer par :
    * « Guide pratique de l’enfant surdoué : Repérer et aider les enfants précoces » de Jean-Charles Terrassier et Philippe Gouillou
    http://www.amazon.fr/Guide-pratique-lenfant-surdou%C3%A9-pr%C3%A9coces/dp/2710119129/ref=pd_sim_b_1

    Pour une approche plus affective, lire
    * Arielle ADDA : « Le livre de l’enfant doué »
    http://www.amazon.fr/livre-lenfant-dou%C3%A9-laccompagner-%C3%A9panouissement/dp/2263045848/ref=pd_sim_b_2

    Des textes très importants d’Arielle ADDA sont régulièrement repris sur les sites consacrés aux zèbres. A lire absolument.

    Et pour finir, un ouvrage qui manquait jusque là, qui donne un peu d’étoffe et de substance à ce phénomène :
    * « L’Enfant surdoué : L’aider à grandir, l’aider à réussir » de Jeanne Siaud-Facchin
    http://www.amazon.fr/LEnfant-surdou%C3%A9-Laider-grandir-r%C3%A9ussir/dp/2738121454/ref=pd_sim_b_1

    Avec ces 4 livres là, on a une vision claire des choses. Les autres ouvrages sur le sujet sont intéressants mais reprennent les mêmes idées en moins bien.

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, un post spécial zèbre, ce serait une idée… Mais quand un sujet est vraiment important pour moi je ne sais plus quoi dire sur mon blog…

    AnSoNo Gravatar a répondu :

    @la belle bleue, Fleur, suzie : au cas où ça vous intéresse et si vous voulez dire quelque chose sur le sujet : http://kidipsy.over-blog.com/article-31665103.html

    @La Poule : je me permets, c’est une copine, elle est demandeuse de témoignages sur le sujet, alors je fais le lien…

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Ah oui, un post sur les zèbres ce serait bien parce que les gens souvent nous regardent comme des fous ou des prétentieux quand on parle de nos enfants. Alors on ne dit rien ou on parle à mots couverts. 🙁 Et puis il y a tous les clichés, du style : c’est les parents qui le poussent ou s’il est si intelligent pourquoi il a des problèmes à l’école ou quoi, tu ne sais pas ça, toi qui es si malin ou quand on a un haut QI, on s’en sort toujours pas besoin de faire des pieds et des mains pour l’aider… Et j’en passe. 😥

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @suzie, ce matin encore j’ai entendu un non-sens en discutant avec des mamans : « Tel gamin est vraiment très éveillé pour ses 2 ans 1/2, mais ses parents ne veulent pas lui faire passer de test de QI, car ils n’ont pas envie qu’il soit précoce… » Comme si le test faisait la précocité ! 🙄

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, tu as raison, on en a mis partout des petites réponses, ça devient illisible ! :mrgreen:

  2. @Fleur, juste pour donner un témoignage un peu décalé : je suis apraxique, aphasique (incapable de construire un discours oral), absolument pas latéralisée … J’ai donc été diagnostiqué par ma pédiatre de mère comme « géniale », « surdouée »… j’ai juste une excellente mémoire auditive qui me permettais d’apprendre en cours sans réviser (très pratique !)et je ne suis pas totalement idiote. J’en ai entendu des bêtises : « passera pas le cap du CP », « graves problèmes moteurs » (bon juste incapable d’écrire sans tâches et sans ratures,de dessiner, de colorier, de faire des traits droits même avec une règle…), « Si tu ne sais pas découper, tu ne pourras pas te marier : impossible de coudre pour mes enfants… » … Entre les profs qui me trouvaient débiles et ma mère qui me soutenait que j’étais un génie, dur de naviguer 👿 . J’ai juste développée seule des tonnes de trucs pour pallier (mais incapable de conduire). C’est sûre qu’une tierce personne compétente et neutre, entre l’école et les parents, est plus que bénéfique pour les petits zèbres, ça permet de mettre des mots sur des impressions et de stopper (certains) doutes et interrogations ou envies…
    Juste un exemple en guise de conclusion de mon long blabla : à 2ans 1/2 je savais toutes les fins de rimes de quelques fables de La Fontaine, preuve de mon « génie », selon le diagnostic maternel, ma fille au même age sait toutes les fins de phrases de Popi, moins glorieux n’est ce pas mais exactement le même processus, le choix du livre est juste différent !! Sauf que ma fille n’est pas un singe savant donc je lui lis Popi et pas des Fables!!
    (ne vous en fait pas, j’engraisse un psy très sympathique !)
    bizz

  3. @la belle bleue, en mieux comme tu dis, parce que ça permet aussi aux autres de faire connaissance avec la zébritude 😉
    et je pense que c’est une bonne chose de savoir concrètement qu’il n’y

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @AnSo, je te réponds ici car on a atteint la limite de l’emboîtement sur ton com :mrgreen:
    Tu fais bien de faire connaître ce blog kidipsy qui a l’air très intéressant ! Faut que je le rajoute dans ma blogroll.

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Anso, rajouté aussi dans mes blogs favoris,merci 😉

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, hmmm… je n’ai lu que l’article sur la précocité… manifestement écrit par quelqu’un qui ne connaît pas (ou mal) la précocité… de quoi faire du tort à ces enfants… les travers qui y sont décrits me semblent un problème mineur par rapport au quotidien de ces enfants, trop souvent cantonnés à « ce n’est pas de ton âge! »… (et accessoirement, les premières lignes me semblent une bien piètre définition de ce qu’est la précocité).
    navrée de cet avis plus que mitigé…

  4. @la belle bleue, en mieux comme tu dis, parce que ça permet aussi aux autres de faire connaissance avec la zébritude 😉

  5. @Blandine, je suis d’accord avec toi pour l’intégration des enfants extraordinaires dans le milieu scolaire dit ordinaire … 😆 Va falloir qu’il se bouge, le mammouth 😉 (J’espère qu’aucune de mes collègues lit ce blog, sinon, je vais avoir des ennuis……….. 😳 )

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, hum… sans commentaire sur l’entrain de certains instits à récupérer LA gamine de l’école qui se trimballe PAI, trousse d’urgence ET PPRE (ou équivalent en terme d’adaptation scolaire…)…

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, je vois que tu maitrises les sigles 😉
    Blague mise à part, pas évident d’être parent dans ces cas là…

    PAI : projet d’accueil individualisé (le protocole médical à appliquer avec un enfant qui a un soucis. Autorise les enseignants à faire certains gestes d’urgence, injections ou autre) Nous en avons 4 dans l’école ……
    PPRE : projet particulier de réussite éducative (doit être mis en place pour des enfants en difficultés scolaires, dans l’idéal, 20minutes par jour de travail plus spécifique)

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Ah, merci Béatrice, je savais qu’on avait mis en place un PPRE pour Timothée, mais j’étais incapable de dire ce que le sigle signifiait. Merci 😳

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, ben de rien, c’est juste mon boulot :mrgreen:

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    Correction : Programme Personnalisé de réussite éducative … Il y a tellement de sigles qu’on finit par se mélanger les pinceaux 😉 Désolée 😳

  6. @suzie, Pas de soucis 😆

    Ici, pas de zèbre, mais un « P’tit Mec N°1 » légèrement dyspraxique, dysgraphique … beaucoup fréquenté l’orthophoniste et la psychomotricienne. Il a 16ans, et tout va bien pour lui (il faut juste penser à raconter toute son histoire depuis le CP à chaque nouveau prof pour éviter les réflexions sur les copies 😉 )

  7. Trop de com’ tue les com’… héhé. Je jette l’éponge et m’expose à une redite: trop bien ce billet! C’est dur d’être à 100% responsable, mais je pense que c’était déjà le cas « avant », même quand il y avait autour de toi tout un village, non?
    Ce qui est compliqué aujourd’hui c’est qu’on veut TROP bien faire. Ex: j’ai acheté il y a un an des biberons (avec BPA) alors que j’étais enceinte. Au final, ils ne servent que depuis trois semaines (bébé a 10 mois, allaité jusqu’à neuf mois) et je culpabilise parce que j’hésite à balancer ces biberons neufs pour en acheter sans BPA… C’est grave, franchement.

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, oui il y a eu un peu craquage sur ce post au niveau des commentaires 😳
    Tu peux peut-être revendre tes bibs à défaut de les jeter ? ou les donner à Emmaüs… enfin bof moralement… 🙄

  8. ça me parle, cet article.

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @laciboulette, cool 😎

  9. article, super, émouvant, nécessaire, bulle d’air dans ce stress, merci merci… je découvre avec bonheur les articles au fur et à mesure des siestes de ma crêpe.
    Je trouve que toute cette pression sur les parents comme les enfants ( « il doit faire ses nuits, s’endormir tout seul, manger à heure fixe, etc… », « attention, il guette la mauvaise habitude à prendre et se jette dessus, vous n’arriverez jamais à l’en défaire » bah oui c’est très pervers un petit bébé…)
    cette pression disais-je, installe, non pas un climat de confiance mutuelle à construire, renforcer, mais un quasi état de bataille rangée, où le bébé est un potentiel ennemi bourré de « mauvaises » habitudes, qui se jettera sur l’occasion de devenir un insomniaque, mal poli, capricieux et drogué si dès le début vous ne vous pliez pas à lui inculquer le droit chemin.
    la guerre aux « mauvaises habitudes »… apprendre à vivre ensemble, c’est pas mieux?
    Moi, entre autres, je berce mon bébé de 5 mois pour l’endormir, c’est dur parfois mais c’est un moment que j’aime parce que c’est avant tout un gros câlin. je fonds en larmes quand la pédiatre soupire en ricanant « c’est vous qui voyez mais il va prendre l’habitude…vous n’êtes pas sortie de l’auberge… » parce que moi, ce sont des encouragements dont j’ai besoin, c’est épuisant physiquement et moralement un bébé, très déstabilisant aussi.
    Dans la construction des repères des nouveaux parents, ce sont des paroles douces et respectueuses qu’il faut, non des conseils, avertissements et alarmes qui culpabilisent, empêchent de dormir, et sèment le doute dans une relation privée, intime des parents et de son bébé.
    Merci encore pour ton blog qui apporte ces conseils doux et respectueux.
    Je suis isolée dans ma nouvelle ville, j’aime bien ton village la poule!

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    Merci à toi pour tes doux mots. Et que la force soit avec toi pour résister aux fâcheux et aux importuns !

  10. je découvre un peu tout les billets de la poule et je fais part de mon expérience un peu tardivement … j’ai également un ROT une mémére dorable dont je n’a jamais vu une dent…. faut voir les réfléxions!!!!!!!!!!!! je deviens méchante maintenant dès qu’on ose ouvrir la bouche pour me parler de mon chien

  11. Bonjour,

    votre article est très pertinent! C’est vrai
    lorsque l’on devient parent, il n’est pas toujours simple
    de pouvoir conjuguer toutes nos vies associées: parent, mari,
    famille, boulot, etc…

    Ces dernière années, je me suis intéressé à la méditation pour
    son côté « relaxation » et développement personnel.

    Cela m’aide beaucoup dans ma vie quotidienne, notamment à mieux gérer
    mon stress. Et de voir les choses avec plus de recul.

    Vous savez ce que c’est d’être pris continuellement dans le feu de l’action d’uen vie trépidente: un moment on se retrouve sur les genoux…

    Voilà, c’est juste un petit témoignage pour dire que l’on peut parfois trouver les outils à notre portée pour mieux gérer notre stress.

    Sinon, votre blog est extra! bonne continuation à vous

    Tom

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Tom, merci ! c’est vrai que la méditation est un outil simple et gratuit qui peut avoir beaucoup de bénéfices, profitez-en bien !

  12. J’suis presque jalouse tellement t’écris bien ce que j’ai dans la tête!
    Ca fait consensuel mais voilà, je partage.
    Je mets une réserve cependant, tous les discours ceci ou cela sont chiants, mais les parents ont le droit d’avoir leur libre arbitre (ce qu’ils font, je crois, à force, vu les discours contradictoires qu’on entend partout!)

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @LMO, oooh merci. Contente que tu t’y reconnaisses ! Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris ta réserve ❓


« « Préc. La poule pondeuse sous les tropiques    |     Suiv. Semaine de la couche lavable » »