La garde d’enfant à domicile

Même si elle évoque immanquablement les classes sociales les plus huppées, c’est souvent le dernier recours des familles n’ayant trouvé de place ni en crèche ni chez une assistante maternelle. Elle peut être assurée à titre gracieux par un proche (souvent la grand-mère) mais aussi par un-e employé-e de maison, généralement appelé-e nounou (c’est ce dernier cas que nous détaillerons ici). Alors que les assistant-e-s maternel-le-s doivent être agréé-e-s, il n’y a aucun cadre réglementaire spécifique à la garde d’enfant à domicile, hors bien sûr le droit du travail et la convention collective des salariés du particulier employeur. Pour limiter le coût, il est fréquent de procéder à une garde partagée, où une même personne garde les enfants de deux familles, en alternant entre le domicile de l’un et le domicile de l’autre.

Quels sont les avantages ?

  • Respect du rythme de l’enfant : pas besoin de se bousculer pour partir le matin, continuité du cadre et de la personne
  • Pas de trajet : qui a déjà goûté la course pour récupérer les enfants dispersés dans toute la ville en respectant des horaires parfois militaires (« sinon vous irez le chercher au poste ») voit bien l’intérêt.
  • Souplesse d’organisation : vous pouvez négocier de rentrer plus tard, et même de sortir, en gardant la nounou comme baby sitter ; pas de problème pour garder un enfant malade. Si vous avez un (ou plusieurs) aîné(s), vous pouvez négocier leur garde en cas de grève de l’école, voire les mercredis (à négocier aussi avec l’autre famille si c’est une garde partagée). C’est généralement le mode de garde le plus flexible pour les horaires atypiques. S’occuper des enfants est une activité à plein temps, mais vous pouvez toujours essayer de négocier quelques menus travaux d’entretien avec la personne (repassage pendant la sieste ?). En tout cas la personne doit maintenir en l’état la zone où elle s’occupe des enfants.
  • Meilleure maîtrise du cadre : comme c’est chez vous, vous savez ce qu’il y a dans le frigo (pratique notamment si vous voulez que les enfants mangent bio, ou en cas d’allergie), quels sont les produits d’entretien utilisés (l’assmat qui accueillait Pouss1 avait un diffuseur électrique de parfum chimique, beuuuurk), quels jeux (garantis non toxiques), qui vient (ou pas), à quelle fréquence le ménage est fait, etc

Et les inconvénients ?

  • Lourdeur administrative : même si le site Pajemploi encore une fois vous aidera bien (vous pouvez payer les cotisations sociales par prélèvement automatique et le laisser éditer les bulletins de salaire), priez pour ne jamais avoir d’arrêt maladie (un simple coup d’oeil au formulaire d’attestation de salaire suffira à vous donner des sueurs froides ; je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi un tel document ne peut pas être édité automatiquement avec Pajemploi). Pensez aussi à vérifier votre assurance.
  • Coût important : limité par le partage de l’employé-e avec une autre famille ; vous bénéficiez également du complément du libre choix du mode de garde de la CAF, d’un crédit d’impôt et parfois d’une aide supplémentaire, généralement par le conseil général (Bébédom dans le 92, Papado à Paris, par exemple)
  • Stabilité à long terme : il n’est pas toujours facile de retenir la personne, et si vous faites une garde partagée cela implique d’avoir à tout moment une famille avec qui partager et une nounou ; les personnes employées en périscolaire sont particulièrement volatiles
  • La confiance : vous confiez à cette personne votre enfant et votre maison, ça n’est pas rien ! Et plus prosaïquement cela vous demande d’être à peu près ordonné (pas terrible si elle tombe sur votre petite culotte qui traîne ou sur votre dernier avis d’imposition). Enfin quand vous rentrez chez vous vous ne maîtrisez pas toujours le moment où elle s’en va (du vécu, ahem).
  • L’ennui : à partir de 18 mois environ, il faut que la personne ait suffisamment de ressources pour éviter que l’enfant ne s’ennuie trop. On peut aussi panacher avec une halte-garderie pour limiter le problème.
  • Le matériel : la crèche comme l’assmat fournissent les jeux et le matériel ; si vous êtes en garde partagée cela implique pas mal d’investissement, par exemple pour doubler le matériel de base chez l’un et l’autre (lit, transat, chaise haute…), voire l’achat (et le stockage, particulièrement critique à Paris) d’une poussette double. Il faudra peut-être aussi procéder à quelques réaménagements pour le confort et la sécurité des enfants (et vous aurez ainsi la joie de vivre dans une déco « crèche », en espérant que ça devienne LA tendance 2012 après tous ces trucs épurés design).

Comment trouver quelqu’un ? Il y a bien sûr le bouche à oreille et les petites annonces chez les commerçants du quartier ; des sites web, comme nounou nature ou nounou top ; des agences de placement (où vous paierez une commission ; voir ici la liste des organismes agréés). N’hésitez pas non plus à vous renseigner auprès des structures de la petite enfance de votre coin (services municipaux, relai d’assistantes maternelles, PMI…). Si vous cherchez une personne à temps partiel (notamment pour prendre les enfants à la sortie de l’école), vous pouvez également contacter le CROUS proche de chez vous. En région parisienne vous pouvez déposer votre annonce ici. Paradoxalement, c’est par ce biais que nous avons trouvé notre nounou actuelle, qui n’est pas étudiante mais retraitée… Pour info, les tarifs habituellement pratiqués sont (en net horaire) : 8€ pour un enfant, 9 € pour deux, 10 € pour trois et 11€ pour quatre (pour plus ils n’ont rien dit…). Pour trouver une famille avec qui partager la nounou, outre l’habituel bouche à oreille, vous pouvez spammer les boîtes aux lettres du quartier (quitte à prendre un mail exprès pour l’occasion, voire une carte SIM sans abonnement dédiée).

Pour vous aider dans le recrutement : il y a certaines questions et certains critères que vous pouvez reprendre dans le billet sur les assmat. Pour notre part nous étions moins exigeants pour quelqu’un qui ne garde les enfants « que » 2h30 par jour : étant suffisamment stimulés l’un à l’école et l’autre à la crèche, nous ne cherchions pas forcément la réincarnation de Maria Montessori. Et puis autant vous dire que pour un temps partiel on ne se bouscule pas au portillon. L’amie Nashii a écrit quelques billets bien documentés sur le sujet il y a quelque temps déjà, que vous trouverez ici, ici, et .

Enfin il y a aussi la possibilité de prendre quelqu’un au pair, si vous avez une chambre de rab et habitez dans ou près d’une ville relativement attractive (ces conditions vous paraissent-elles contradictoires ?). Plus de détails sur ce type d’arrangement auprès de l‘Union française des agences au pair.

Ce billet clôt le dossier sur les modes de garde (voir aussi l‘assistant-e maternel-le et la crèche). Merci à tous pour vos commentaires qui illustrent bien la diversité des besoins et des réponses possibles !

Image : Certes il n’y a pas besoin d’agrément pour être nounou à domicile mais il semblerait qu’il faille a minima être humain.

Tags: , , , , , , , , , ,

87 Responses to “La garde d’enfant à domicile”

  1. Nashii dit :

    Merci merci de me rendre un si bel hommage !! 😳
    Je me sens flattée… trop la classe ! 😎

  2. Koala dit :

    Je connais personnellement la garde partagée (et aujourd’hui la garde simple). La garde simple est pour moi la solution la plus rentable de tous les modes de garde (crèche et ass. mat compris) car j’ai 2 enfants à garder à temps plein et un enfant en première année de maternelle qui n’y va que le matin.
    Pour ce qui est de la garde partagée, bon nombre des avantages que vous citez n’en sont plus puisqu’une semaine sur deux l’enfant n’est pas chez lui, donc vous devez vous faire les trajets, vous ne maîtrisez rien sur son environnement d’accueil dans l’autre famille, etc.
    De plus, en garde partagée, non seulement il faut trouver une nounou qui correspond à vos critères, mais il faut aussi trouver une famille qui nous ressemble suffisamment (en terme d’éducation, de rythme de vie, etc.)

  3. @Nashii, bah non, c’est normal !

  4. @Koala, oui c’est vrai, la garde partagée fait qu’on perd ces avantages une semaine sur deux… C’est clair que c’est probablement le système le plus équilibriste, puisqu’il faut trouver à la fois une nounou et une famille qui risquent toujours de trouver un autre arrangement (=> retour à la case départ).
    (et waouh : 3 enfants dont l’aîné n’a pas 4 ans ! je tire mon chapeau…)

  5. csil58 dit :

    A la campagne, c’est un mode de garde très utilisé avec les ass-mat, compte tenu du manque de structures. La garde partagée est courante. Je trouve également que c’est un mode de garde très intéressant à partir du moment où l’on commence à avoir plusieurs enfants et/ou que l’on travaille en décalé avec les horaires d’ouverture des structures collectives.

  6. Monica dit :

    Je lis souvent le site mais ne publie jamais de commentaire (mais il faut bien un début à tout 😉 ) Bref je vois le coût important dans les inconvénients, mais je voudrais nuancer. Au contraire le salarié à domicile (garde partagée surtout, voire garde simple si plusieurs enfants) est le mode de garde le moins cher pour les hauts salaires et les grosses amplitudes horaires (qui vont souvent de pair…). En effet s’il faut débourser plus par mois au départ (entre 1000 et 2000€), à la fin de l’année grâce aux déductions d’impôts, c’est le mode de garde qui coûte le moins cher au final (entre 500 et 1000€ / mois). En effet quand la crèche vous facture 900€ par mois par enfant, et qu’elle ne garde pas les enfants quand ils sont malades ni en soirée (donc prendre une nounou en + pour ça), le calcul est rapidement fait. 😉

  7. celine dit :

    Ici aussi nous avons une nounou à domicile, notamment parce que nos horaires de travail ne sont pas fixes et que nous avons besoin de quelqu’un qui puisse « déborder » si besoin.
    Je tiens aussi à préciser que si il y a deux enfants ou plus à garder, la garde à domicile revient moins cher qu’une ass mat’ ..

  8. J’ai une amie qui fait ce job pour une famille qui l’emploie pour 3 enfants dont 1 bébé, à temps complet voire plus : étonnamment elle cumule beaucoup d’états d’âmes de mères au foyer, à se sentir pas assez socialisée, seule en tête-à-tête avec les enfants et le ménage…

  9. Anne Cé dit :

    @csil58, je me permets de rectifier : à partir du moment on l’on parle d’ass-mat, il s’agit de personnes ayant un agrément et qui gardent les enfants chez elles.

    or, là, précisément, il est question de faire venir une personne au domicile de l’enfant. il ne s’agit justement pas d’assistantes maternelles, ce qui est très bien expliqué dans le billet ! 😉

  10. Anne Cé dit :

    @Eve petite souris, moi je ne trouve pas ça étonnant quand on y réfléchit… c’est aussi un peu le même « risque » pour les assistantes maternelles.

    après, il y a peut-être des solutions, à voir en fonction de son environnement : sorties au parc, à la bibliothèque, à la ludothèque, au RAM… et rencontrer d’autres personnes avec des enfants, que ce soit des parents ou des ass-mat ou d’autres « nounou »

  11. Femin'elles dit :

    Je suis garde d’enfants a domicile et je rebondis sur le fait de se sentir parfois un peu seule. Je pense qu’il faut aussi mettre les choses au clair avec les parents dés le début du contrat: à savoir si ils acceptent que l’on emmene l’enfant en balade, au parc, à la bibliothèque,au marché visiter une expo etc
    sinon c’est évident que c’est morose d’etre entête à tête avec l’enfant toute la journée.

  12. TimTad dit :

    @Anne Cé, elles ne peuvent pas aller à la RAM, ce n’est que pour les AssMat, mais certains LAEP les acceptent (Lieu Accueil Enfant Parent)

  13. TimTad dit :

    les modes de gardes je connais bien, puisque j’ai travaillé en crèche, puis j’étais « garde d’enfant à domicile » simple, puis « partagée » entre deux familles… et aujourd’hui, maman, je suis AssMat.

    Pour la garde partagée, tu peux ajouter l’inconvénient pour se mettre d’accord sur les dates des vacances à 5. Perso, je n’ai pas eu souci, mais après mon départ, une des mamans m’a dit la galère que ça peut être de se mettre d’accord ! Et aussi sur les horaires, ou qui prend le relais en cas de retard d’un parent, ou encore l’augmentation de salaire (pour l’exemple, j’avais au début 2bb famille1 et 1périscolaire famille2 ; deux ans après, 1bb + 1péris famille1 et 1bb + 1 péris famille2, soit 4 enfants au total… j’ai su après la fin de la garde que les familles s’étaient rencontrées plusieurs fois sur le sujet, pour décider de m’augmenter chacune comme elles le voulaient… et pourtant, tout le monde s’entendait bien…)

    Petit bémol dans les avantages quand tu écris « négocier quelques menus travaux d’entretien avec la personne (repassage pendant la sieste ?) ». Perso, j’ai toujours refusé. Pendant la sieste, je me repose, je me détends, de façon à garder toute mon énergie et ma bonne humeur jusqu’au retour des parents en général pas avant 19h (après, j’avais encore mon transport 2h par jour, et aussi le ménage chez moi…) Comme tu le dis, les nounous sont humaines, et elles s’occupent des p’tit d’hommes… Mieux vaut qu’elles soient reposée et de bonne humeur non ?
    Et aussi, j’ajoute qu’une nounou, ce n’est pas une femme(homme) de ménage. Un jour, en entretien, un père m’a dit « Avant on avait une AssMat et une femme de ménage, maintenant, on a une garde d’enfant à domicile. »

    Quelque soit le mode de garde, plus la relation parent/nounou est bonne, et plus la nounou prendra soin de l’enfant (sauf exception).

  14. Jouls dit :

    @Monica, Je confirme, nous n’avions pas fait le calcul pour la crèche, mais en revanche (bien que je n’aie pas l’impression de faire partie des gros salaires, mais on est toujours plus riche et plus pauvre que quelqu’un (Dieu que c’est profond ça !)), cela nous revient au même prix qu’une assistante maternelle. Et en effet la souplesse est bien appréciable.

  15. Jouls dit :

    Pour notre part c’est le mode de garde que nous avons depuis que notre aînée a 4 mois, en garde partagée, car pas de place en crèche et difficulté de trouver un assistante maternelle a moins de 20 mn à pied de chez nous (là où nous habitions avant). Nous y trouvons un certain nombre d’avantages, notamment le fait de s’épargner les trajets et donc, par exemple, de pouvoir laisser notre demoiselle dormir le matin (même une semaine sur 2, c’est appréciable), et ceux cités dans le billet.
    Parmi les inconvénients liés au fait de partager la garde, il y a la « volatilité » des familles, en tout cas dans notre expérience. Au bout de 7 mois de garde nous avons déménagé, il a fallu trouver une nounou plus une famille. L’autre famille s’est agrandie, la nôtre aussi, la nounou ne pouvait pas garder autant d’enfants, un an plus tard il a fallu trouver une nounou plus une autre famille. Et aujourd’hui, il se trouve que la famille en question déménage (mais de toute façon avec l’école dans quelques mois et pas de petits frères et soeurs de leur côté il aurait fallu à nouveau trouver quelqu’un)… Bref, cela fera 3 changements (de nounou et de famille) en 2 ans, ce qui pour des enfants très jeunes qui ont besoin de repères et de stabilité n’est pas super je trouve. Il me semble que quand c’est possible, il faut essayer de partir avec une famille qui ait à peu près la même composition et dont les enfants aient à peu près les mêmes âges que les nôtres, mais ce n’est pas toujours facile à trouver. Cela dit, ce que je dis ne reflète peut-être que ma propre expérience de jeune famille parisienne !
    En tout cas, je constate qu’il est à peu près aussi difficile de trouver une famille en janvier que d’avoir une place en crèche à cette période. Je vous laisse, je vais brûler un cierge à Ste Rita…

  16. Monica dit :

    @Jouls, je ne me considère pas non plus comme riche :mrgreen: surtout en région parisienne compte tenu du coût du logement avec plusieurs enfants (mais c’est une autre histoire) mais aux yeux de la CAF et de la municipalité… En tout cas, il est clair que l’ass mat c’est le grand luxe compte tenu du coût !

  17. m@nue dit :

    @Anne Cé, je crois bien que c’est ce qu’elle a dit (elle parle de la garde à domicile comme mode de garde très utilisé, en plus des assistantes maternelles 😉 )

  18. m@nue dit :

    @Monica, mais le crédit d’impôt de 50%, on y a droit aussi pour les frais de garde de la crèche et des assistantes maternelle, non? Ou alors tu dis ça parce qu’il n’y a pas de plafond pour les gardes à domicile?

  19. Jouls dit :

    @m@nue, A ma connaissance il n’y a pas de plafond, mais je peux me tromper. Mais disons qu’avec un certain niveau de revenus, la crèche (qui a la réputation d’être moins chère) revient aussi cher que la garde à domicile.

  20. Anonyme dit :

    @m@nue,

    bonjour,
    j’ai un peu la flemme d’aller vérifier les intitulés exactes sur notre déclaration d’impôts mais on ne déclare pas la garde à domicile (service à la personne) et la crèche sur la même ligne.
    Il y a un plafond mais il est différent (bien moindre pour la crèche que pour la garde à domicile).
    Et je confirme que sur Paris la PMI m’avait indiqué que la garde partagée à domicile revenait moins cher que l’assmat à terme (car en attendant il faut avancer l’argent …).

  21. Anne Cé dit :

    @m@nue, effectivement, à la relecture, je pense que je me suis trompée !

    Mais pour le coup je suis surprise parce que je suis aussi à la campagne et par ici ce n’est pas le cas, la garde à domicile c’est pas du tout répandu. à part la crèche et les rares assistantes maternelles, il y a beaucoup d’enfants gardés par les grands-parents ou de mamans en congé parental. mais ça doit dépendre aussi des « campagnes » : les moyens financiers des familles ne sont pas les mêmes partout !

  22. Anonyme dit :

    @, Je suis en plein dedans : une assmat (pour la crèche je ne sais pas) est déductible à hauteur de 2300€ par enfant. Une garde à domicile 12000€ (plus 1500 par enfant). Ça change la donne ! Et on pris tous pour que cet avantage fiscal ne soit pas supprimé sinon aie aie aie !
    (c’est Stéphanie).

  23. Stéphanie dit :

    @TimTad, je confirme, je n’ai pas voulu discuter de ce point avec la nounou : pour moi c’est un peu mélange des genres. Et l’occasion de prises de tête supplémentaires si le ménage n’est pas à la hauteur.
    Maintenant qu’on se connait bien, elle me fait parfois une machine ou passe un coup à la baignoire… mais c’est clairement parce qu’on fait tout pour qu’elle soit bien, tout pour l’arranger, elle nous le rend comme ça. Elle ne le fait pas dans la co-famille où c’est plus tendu…

  24. @csil58, effectivement je pense qu’il y a une certaine inégalité territoriale sur la question !

  25. Val dit :

    Merci pour ce bel article!
    Effectivement, on ne peut avoir Maria Montessori comme nounou mais Zazzen, société spécialisée dans la garde d enfants à domicile respectueuse et épanouissante, recrute et forme en pédagogie Montessori les « éducatrices » à domicile! Elles sont ensuite accompagnées par des visites au domicile par des conseillères en pédagogie active qui observe l enfant, conseille l éducatrice sur sa relation, l aménagement de l espace et les activités favorisant l autonomie.
    Ainsi elles ont une collègue, un soutien, des visites et les parents sont ravis d avoir ce tiers impulsant des idées et conseillant des activités. Plus besoin de crèche à 18 mois. J ai tracaillé en crèche et croyez moi pour les enfants, ils sont bien mieux respectés dans le calme et la serenité de la maison, vivant à leur rythme et pas celui de la crèche avec ses contraintes horaires de repas chaud ( et absolument mauvais même si ça s appelle traiteur!) de pauses du personnel, de tournées d enfant à langer, nourrir, coucher…si les bébés parlaient il dirait comme les personnes âgés qui ne veulent pas aller à la maison de retraite. »je préfère rester chez moi. J ai mes habitudes, mes objets, mon lit, mes odeurs, mon environnement connu. Je suis plus rassuré! »

  26. @Monica, tout à fait, mais encore une fois le calcul ne donne pas les mêmes résultats selon les familles et les revenus (même si il est fort probable que le lectorat du blog soit biaisé vers une certaine catégorie socio-professionnelle 😉 ). Et comme vous toutes nous prions pour que cette niche fiscale ne soit pas rabotée ! (en même temps le risque de faire repasser au black beaucoup de monde est j’espère dissuasif)

  27. @celine, merci pour la précision !

  28. @Eve petite souris, oui forcément ça se comprend bien et effectivement c’est sans doute mieux pour tout le monde si elles peuvent faire des activités extérieures avec les enfants. Ceci dit elles ont au moins la coupure le soir et la nuit (sauf si elles ont elles-mêmes des enfants 😆 )

  29. @Femin’elles, super idées !

  30. @TimTad, oui je pense aussi que la nounou n’est pas là pour faire le ménage et que s’occuper des enfants est un job à plein temps. Mais après il y a toujours des cas où… par ex si la personne fait de petites journées et veut arrondir ses fins de mois ? Ici il arrive que quand la femme de ménage n’est pas là c’est la nounou qui vient avant la sortie des classes pour la remplacer et se faire un extra. Il y a aussi des enfants qui dorment énormément en journée… Mais par exemple dans ton cas je comprends bien ton refus.

  31. @Jouls, aïe bon courage (il y a aussi St Expedit pour les Réunionnais :mrgreen: ) !

  32. @Val, bonjour ! Je ne comprends pas bien votre lien avec la société Zazzen : merci de préciser si vous y êtes employée ou si vous utilisez ces services. ça ne me dérange pas qu’on cite des marques qu’on apprécie ou même qu’on parle de sa boutique lorsque c’est pertinent mais par contre je n’aime pas la pub mal déguisée. Désolée si ce n’est pas votre cas mais le message prête un peu à confusion en ce qui me concerne.

  33. TimTad dit :

    @La poule pondeuse, @Stéphanie,
    En fait, cela me pose deux soucis
    – en premier, le mélange des deux métiers, qui dégradent la profession, car pour pour « s’occuper des enfants », il faut un minimum de connaissance de l’enfant, et j’espère que tout comme pour les AssMat (oui, je sais le terme est nul) que ce métier sera réglementé, avec une formation obligatoire. (d’autre part, faire efficacement le ménage aussi ça s’apprend… c’est un autre sujet, mais du coup, c’est comme demander une double compétence… de mon point de vue)
    – ensuite, ce sont les abus. D’un coté, j’ai connu beaucoup de « collègues » sur la région parisienne qui devaient s’occuper de toute la maison (la vaisselle du week-end, laver/repasser/ranger les chemises du Mr… et j’en passe) D’un autre coté, il y a moi. J’étais vigilante sur le sujet, je laissais la maison telle quelle, mais souvent, je faisais plus sans que l’on me demande… un bol par ci au lave vaisselle, une machine à étendre quand je la voyais, un coup de main pour les départs/retour de vacances, quand ça se passe bien, comme le dit Stéphanie, tout le monde s’entre-aide. Une fois, j’ai travaillé pour une famille (avec qui je m’entendais très bien, et avec qui je suis toujours en contact) qui avait un homme de ménage les 2 premières années, mais pas la troisième… un jour j’ai trouvé la cuisine dans un état tellement épouvantable que je n’ai rien fait du tout. Le lendemain, la mère m’a pris à part pour en discuter et m’a dit « J’ai toujours fais attention à notre relation, blabla, je croyais qu’on avait dépassé le stade du bol à mettre dans le lave vaisselle… » Ca a été très tendu quelques jours, puis tout est redevenu comme avant (elle a repris son homme de ménage!). Un « plus » doit rester un « plus » et pas un « acquis » petit à petit… :mrgreen:

    @La poule pondeuse, les extra pour les petites journées, dans ce cas, tu parles d’une nounou pour des enfants tous scolarisé ? Comme tu as écris sur la crèche, l’assmat, le congé parentale, je pensais à des « nounous » pour les moins de 3 ans du coup 😉

  34. Marie / Boukine dit :

    Ben voilà mon 1er métier… 😀

    j’ai été nounou à domicile pendant 8 ans…une même famille pendant 8 ans, les 3 premières années en garde simple un seul enfant, puis une garde partagée avec une famille de 2 enfants pendant 2 ans et ensuite une autre garde partagée avec une petite fille pendant 3 ans…je faisais tout, ménage (même les vitres), repassage (j’en ai gardé une sacré allergie :mrgreen: ), repas des enfants, conduites à l’école, ludothèque, médiathèque, piscine, cinéma, parc à gogo….et même emmené le petit garçon que j’ai eu pendant 8 ans en vacances avec moi dans ma famille, je savais à quelle heure je commençais…mais jamais à quelle heure je finirais…
    je travaillais 12h par jour …et pas payé super bien, mais j’en garde un super souvenir, d’abord les familles étaient sympas, me faisaient confiance, une grand liberté dans la gestion de mon temps et des activités diverses, je revois toujours l’une d’elles, même 9 ans aprés
    en point négatifs je dirais que travailler seul c’est compliqué, et que les employés à domicile ne sont pas trés bien reconnus comme profession, pendant 8 ans ma mère me demandait quand je trouverais un travail….lol..moi je trouvais que travailler 12h par jour 5jours par semaine c’était un sacré boulot… 😆
    Et effectivement il faut trouver une ou des familles avec qui le courant passe….et une grande confiance entre tout le monde

  35. Jouls dit :

    @La poule pondeuse, Merci, je vais y penser ! Par contre je connais pas de chapelle St Expedit à Paris, tu as une adresse ? :mrgreen:

  36. e-zabel dit :

    Je confirme, le plus cher et le plus « agréable » pour les parents. On laisse bébé en pyj ou même encore endormi, pas besoin de lui faire mener un rythme de dingue dès les premiers mois. Pour palier à l’ennui, le mieux : la garde partagée ! Je me permets http://www.e-zabel.fr/aides-garde-enfants-paris/ (vire le lien si cela te gêne hein, pas de soucis)

    BRAVO pour ton dossier !

  37. Fofo dit :

    J’ajouterais un inconvénient auquel on ne pense pas forcément : pour les parents qui travaillent à domicile, ne serait-ce qu’une partie du temps (profs…), c’est une solution impraticable. Il n’y a AUCUN moyen de faire comprendre à un enfant de moins de trois ans que « maman/papa est à la maison mais elle/il travaille et il ne faut pas la/le déranger », et ça peut même être difficile de faire comprendre à l’employé(e), sauf si elle/il est très bien formé(e), que « je suis là mais vous ne devez pas me déranger pour savoir si le gamin a le droit de reprendre un bonbon ou s’il faut lui mettre un gilet pour sortir ».

  38. Stéphanie dit :

    @Fofo, c’est notre cas et ça s’est simplement résolu par une répartition des jours entre les deux familles : les mercredi et vendredi, jours très partiels de mon mari (prof) se passent toujours chez l’autre famille !

  39. Vervaine dit :

    je suis peut-être (sûrement) naïve mais je me demande pourquoi les personnes à domiciles ne sont pas censées avoir de formation. On en pense ce qu’on en veut, mais pour les assmat, la formation minimum est tout de même une bonne chose. Après, je sais que l’agrément dépend plus du domicile que de la formation… Mais pourquoi ne pas proposer aussi aux personnes qui souhaitent être nounou à domicile de suivre cette formation?

    Serait-il possible de demander à une assmat agréé de venir à domicile?

  40. Suzie dit :

    @Vervaine, Je rappelle que l’agrément n’est pas seulement lié au domicile de l’assistante maternelle, mais aussi à ses capacités d’organisation, d’éducation et à sa personnalité en générale… Il ne suffit pas d’avoir une grande maison pour obtenir un agrément… Et inversement, on peut avoir un petit appart et un agrément pour 3, comme moi…

    Sinon, bien entendu, une assmat peut décider d’aller travailler au domicile des parents, mais elle ne sera plus considérée comme assmat. Elle deviendra une garde à domicile… Elle ne bénéficiera plus des contrôles de la PMI, ni du soutien et conseils de sa puéricultrice référente, ni de l’aide de l’éducatrice du RAM et des activités et formations qui y sont proposées (quand RAM, il y a et quand il fonctionne bien…)

  41. Suzie dit :

    @Vervaine, Et j’ajouterai que le renouvellement de l’agrément d’une assistante maternelle est soumis au passage de l’unité 1 du CAP petite enfance ainsi qu’au fait d’avoir suivi les 126h obligatoires de formation…

  42. Jouls dit :

    @Vervaine, elles ne sont pas obligées d’être formées puisqu’elles n’ont pas d’agrément, mais certaines le font d’elle même, et quand ce n’est pas le cas, rien ne nous empêche en tant qu’employeurs de la leur proposer, il me semble que cela rentre dans le cadre du DIF et je sais que le manque à gagner des jours de formation est remboursé aux employeurs (il doit y avoir des conditions que j’ai oubliées, voir sur le site de l’IFAP par exemple).

  43. Vervaine dit :

    @Jouls et Suzie, merci de vos réponses !

    Justement, c’est ça qui me gène, pourquoi il n’y a plus de contrôles à partir du moment où la garde est à domicile! Le métier est le même, les difficultés et les risques aussi.

    L’idée du DIF est intéressante…

  44. @TimTad, pour les petites journées, tu peux avoir des parents qui travaillent à temps partiel ou sur horaires atypiques avec peu de chevauchement entre les deux. Et par exemple notre nounou garde les deux poussins (dont Pouss2 qui n’a pas encore 2 ans) de 16h30 à 19h. Bref plein de cas possibles 😉 Mais j’entends bien ton point de vue !

  45. @Marie / Boukine, oh ta mère 😯 😯 🙄

  46. @e-zabel, ah non au contraire bonne idée ! j’ai pas eu le temps de faire un recensement complet des témoignages et études de la blogo 😉

  47. @Fofo, ou alors il faut une graaaaaande maison ? :mrgreen:

  48. @Vervaine, et moi je trouve hallucinant que boulanger ou coiffeur soit plus réglementé que nounou ! Je sais l’importance d’un bon pain et le traumatisme de mauvais traitements capillaires 😆 mais je ne mets pas ça sur le même plan que s’occuper de mes gosses ! Ici notre nounou à domicile était auxiliaire de puériculture et a travaillé en crèche, donc elle a une formation + pas mal d’expérience (même si au final pour moi ce n’est pas ça qui est déterminant…).

  49. Marie / Boukine dit :

    @La poule pondeuse, oh ben c’est une autre génération… 😉
    mon travail ressemblait trop au travail d’une bonne…donc pas assez bien lol

  50. Lola SurLaToile dit :

    @La poule pondeuse: Bah, il n’y a pas de formation non plus pour être parent et c’est bien des missions similaires non ?
    😈
    Personnellement, j’ai reçu une personne envoyée par une compagnie spécialisée dans le placement de nounous à domicile, qui avait (la personne) suivie une formation adéquate. J’ai eu l’impression pendant l’entretien d’une personne fausse (trop « pro » dans ses réponses, pas assez « sincère ») sur toute la ligne, intéressée par l’argent indubitablement (on l’est tous, mais après, comment classe-t-on ses priorités ?) mais pas par les enfants plus que ça (et pourtant, ça me semble un minimum, vu les trésors de patience et autres inspirations qu’il va falloir trouver en soi).
    J’ai ensuite reçu en entretien une personne qui n’avait aucune formation, qui n’avait sans doute pas inventé le fil à couper le beurre, mais semblait (je rappelle que j’étais en entretien, première fois que je la voyais donc) sincèrement attirée par les petits.
    Dans les 2 cas, je jugeais sur la façon d’établir le contact avec les enfants.
    Entre la personne formée et recommandée par l’agence et la personne non qualifiée trouvée par petites annonces, j’ai pris la personne que mes tripes me recommandaient : la 2ème. Aucun regret ensuite.
    Bref, pour moi, donner mes enfants à garder est quelque chose de si particulier, si précieux, que je ne ferai confiance à aucune formation d’aucune sorte.
    A la crèche, le personnel diplômé n’est pas forcément celui que je trouve plus au fait des besoins des enfants : ce sont justement les personnes qui cherchent le plus à faire rentrer les enfants dans des cases (alors que les auxiliaires qui n’ont pas la formation recommandée ont un cœur grand comme ça, une sacrée expérience derrière elles, et savent écouter).
    Je trouve d’ailleurs en général ridicule l’illusion (française ?) que la formation répond à tous les besoins : ce n’est bien souvent qu’une partie théorique, courte, le métier s’apprend en pratiquant ! A ce titre, je trouve qu’on ne valorise pas assez encore les Aquis de l’Expérience justement 🙂