Le lactarium

lactarium Les fidèles de ce blog le savent : j’ai un petit faible pour les séries télé, en particulier médicales, et notamment pour leurs beaux médecins. A force d’en regarder je m’imagine être moi aussi la super héroïne qui fait une trachéotomie d’urgence au restaurant avec un bic… Mais d’une part personne ne semble jamais avoir besoin d’un massage cardiaque (alors que je me suis coltiné un certain nombre de formations aux premiers secours) et puis d’autre part je ne vais pas souvent au restaurant. Sans compter qu’avec le fouillis qu’il y a dans mon sac à main, le temps que je mette la main sur ce foutu bic… Bref. Heureusement il y a d’autres moyens de jouer les super héros du quotidien. D’habitude j’essaie de donner mon sang (surtout s’ils viennent le chercher au boulot), mais ces derniers temps c’est impossible  (jusqu’au 6 mois du bébé je crois, sans compter que me pointer avec les deux poussins dans un centre de don de sang pourrait être comique). Alors en attendant je donne du lait.

En effet, les prématurés et les bébés atteints de certaines maladies ne supportent rien d’autre que le lait humain ; et comme leurs mères ne sont pas toujours en mesure de donner leur propre lait ils dépendent alors exclusivement des dons. En France, ces dons, anonymes et gratuits, sont collectés et gérés par les lactariums, qui dépendent d’institutions publiques ou d’ONG (comme la Croix rouge). Ils ont une compétence régionale, même s’ils sont assez inégalement répartis sur le territoire. Le lait est ensuite donné uniquement sur ordonnance médicale ; il est d’ailleurs intégralement pris en charge par la sécurité sociale. En effet, même si les donneuses ne sont pas rémunérées, la collecte et le traitement (analyses, pasteurisation…) du lait ont un coût ; au final le prix du lait humain est de 80 € le litre.

Qui peut donner ? Ne hurlez pas à la discrimination sexiste et à la pression culpabilisatrice sur les mères, mais aussi étonnant que ça puisse paraître il faut être une femme, avoir un enfant et l’allaiter. En outre il faut remplir certaines conditions médicales (un peu comme pour le don du sang) et posséder un congélateur où stocker le lait entre deux passages du collecteur. Et il est possible que certains endroits ne soient desservis par aucun lactarium. En pratique il faut en prime avoir un surplus de lait à donner, et selon les situations ce n’est pas le cas de tout le monde. Certaines femmes peinent déjà à satisfaire la demande de leur bébé, d’autres font des stocks en vue d’une prochaine reprise du travail… charité bien ordonnée commence par soi-même et il ne s’agit pas de priver son bébé pour nourrir ceux des autres ! Enfin il faut donner un minimum (afin de « rentabiliser » les frais de dossier etc) mais je n’ai pas réussi à savoir combien, cela dépend aussi peut-être du lactarium.

Concrètement si vous remplissez ces conditions vous pouvez alors vous adresser au lactarium le plus proche de chez vous. Dans mon cas c’est le lactarium d’Ile de France (et c’est donc leur façon de procéder que je vais décrire mais j’imagine qu’elle varie peu de l’un à l’autre). Un entretien téléphonique permet de vérifier que vous êtes éligible et un collecteur passe vous voir dans les plus brefs délais afin de vous remettre :

  • des flacons stériles pour recueillir le lait et des étiquettes
  • le matériel dont vous avez besoin pour recueillir le lait (tire-lait, coquilles…) selon votre demande
  • des pastilles de stérilisation
  • un dossier médical à remplir (à faire signer par un médecin ou une sage-femme, je l’ai apporté à ma visite des six semaines)
  • une ordonnance pour une prise de sang

En effet, une sérologie est effectuée tous les trois mois pour vérifier le statut infectieux des donneuses (VIH, hépatite B etc). Les analyses sont faites par le lactarium pour vous en éviter les frais, il faut donc confier au collecteur les tubes de sang (prélevé au maximum 48 heures à l’avance). Quant au matériel, pour ma part j’avais demandé un tire-lait électrique mais quand j’ai vu arriver le Kitet vintage simple pompage je l’ai vite rendu et je suis restée fidèle à mon petit Avent manuel qui est parfaitement adapté à la situation. Comme le lait est à destination de bébés déjà fragiles (prématurés et/ou malades), des conditions d’hygiène plus strictes s’appliquent et il est demandé de stériliser le matériel de recueil du lait (d’où les pastilles) et de se laver le sein au savon avant de tirer. Autant la première condition est à peu près facile à respecter (j’ai un grand saladier en plastique avec le bain de stérilisation dans la cuisine -pour info pas de contenant métallique car la solution est corrosive), autant je trouve la seconde plus compliquée. Du coup je tire mon lait peu après ma douche du matin sans relaver le sein (à un moment je le passais au brumisateur -celui qui me reste de l’accouchement…- mais je ne suis pas sûre que ça serve à grand chose). Si quelqu’un a un truc génial ne pas hésiter à le partager en commentaire !

Par ailleurs je trouve que je passe déjà beaucoup de temps topless dans la journée donc je tire un sein pendant que Pouss2 tète l’autre. Comme il ne tète plus beaucoup la nuit (béni soit-il), j’ai les seins bien pleins le matin. Je lui donne le sein déjà donné à la dernière tétée et comme ça l’autre, qui est plein comme une outre, coule plus ou moins tout seul (je suis une feignasse et mon tire-lait est manuel…). Ma production varie selon les jours mais cela me permet de récupérer 80 à 240 ml, ce que j’estime suffisant pour la journée. Et en m’installant bien avec le coussin d’allaitement j’arrive à garder une main libre pour téléphoner ou bouquiner. Bien sûr ce type d’arrangement ne convient pas à tout le monde ; il y a des bébés par exemple qui ne supportent pas que leur mère fasse autre chose pendant la tétée (y compris jouer du tire-lait donc). Il est aussi possible de tirer plusieurs fois dans la journée pour remplir le biberon de stockage (qui devra être congelé dans les 24 heures), mais personnellement je ne le fais que rarement, ne serait-ce qu’à cause de ces histoires de stérilisation. Le collecteur passe environ une fois par mois pour récupérer le tout et renouveler le matériel (biberons stériles, pastilles etc).

Enfin ne vous méprenez pas : ce n’est pas de l’altruisme. D’après mes propres calculs pifométriques j’ai estimé que le lait tiré pour le lactarium demande une dépense calorique pouvant être compensée par l’ingestion de trois carrés de Côte d’or aux amandes caramélisées avec une pointe de sel. Par contre je n’ai pas réussi à convaincre le lactarium de fournir le chocolat. Bref, pour reprendre une proposition de slogan pour une campagne d’appel aux dons (bizarrement non retenue) : « Mères, ne soyez pas vaches, donnez votre lait ! »

Tags: , , , ,

116 Responses to “Le lactarium”

  1. Béatrice dit :

    @La poule pondeuse, :mrgreen: 😆

  2. @Isabelle, intéressant cette histoire de tube digestif ! C’est clair que l’allaitement n’est pas amincissant pour tout le monde mais ça reste quoi qu’il arrive une dépense calorique non négligeable.

  3. @Ficelle, non il y a toujours du lait. J’en suis certaine parce qu’après 3/4 h de tétée j’ai le mamelon en compote alors j’exprime un peu de lait pour l’apaiser. D’ailleurs c’est pour ça que je change de sein dans ces cas-là (et aussi pour changer de position 😆 )

  4. @Anne, ben moi je vais peut-être faire des jalouses mais après Pouss1 j’ai pris une taille de soutif et là j’explose toujours dans le 95 H après 3 mois d’allaitement et j’en ai marre ! Croyez moi c’est pas un cadeau 🙄

  5. @Anne Cé, autant je suis d’accord pour soutenir à fond les mères qui veulent allaiter, et pour les prémas ce n’est vraiment pas facile (allaiter au tire-lait etc) autant je ne pense pas qu’arrêter de donner soit la solution. Ce sont les bébés qui seront pénalisés et au pire ils fermeront les lactariums/lactaria/lactarii (bref on voit le truc :mrgreen: ) comme en Suisse et leur donneront du LA. Par ailleurs je pense que l’allaitement ne coule pas de source (ha ha ha) pour tout le monde, cf un billet précédent, et que dans ce cas même dans les meilleures conditions y en a chez qui ça ne marchera pas (bien) : faut-il leur rajouter ce stress et cette pression supplémentaires ? Moi je ne le crois pas.

  6. @sophie, je ne suis pas sûre qu’on puisse donner son sang après avoir été transfusé ❓

  7. @chaponne, entre le commentaire de zazila et le tien : le lactarium est-il une spécialité française ?? va falloir que je cherche…

  8. @petit-scarabée, intéressant de voir les petites différences. A priori on doit pouvoir stériliser à chaud aussi mais c’est vrai que ça fait moins de bazar d’avoir le bain de milton dans la cuisine ; surtout on sait que le tire-lait reste « propre » jusqu’à l’utilisation, sinon il faut avoir un endroit pour le garder après stérilisation.

  9. Anonyme dit :

    @La poule pondeuse, effectivement en Suisse j’ai regretté que ça n’existe pas… Mais bon la logique suisse, j’ai arrêté de chercher (on peut donner du sperme mais pas des ovocytes, on rembourse les inséminations mais pas les FIV, et on donne du LA aux prémas alors que des mamans seraient ravies de donner leur lait…) 🙄
    Maintenant c’est vrai que ça serait intéressant de savoir si les lactariums existent aussi dans les pays où l’allaitement est une généralité… Ça me semblerait logique, parce que dans une culture où l’on est persuadé des bienfaits du LM, on devrait faire le maximum pour les prémas que les mamans ne PEUVENT pas allaiter… Non ?
    En tout cas si c’est une spécificité française, un bon point pour la France sur ce coup-là !

  10. soleil- dit :

    @, et zut, anonyme c’était moi…

  11. Isabelle dit :

    @La poule pondeuse,
    H 😯 😯 😯
    ça existe ??? Moi qui me plaignait avec du D ?
    Chapeau !

    Isa

  12. anne dit :

    Et on peut même donner son lait si on est pas mère? Eh oui, personnellement j’ai tellement envie d’avoir un bébé que j’ai du lait sans même être enceinte!!!Mais je ne vais peut-être pas m’aventurer à le donner…
    En tous cas, cette présence de lait augure bien de mon futur allaitement, et j’espère avoir suffisamment pour donner. Ma mère l’a fait quand elle m’allaitait, et mes grands frères se souviennent encore « du monsieur qui passait récupérer le lait »!
    Merci pour tes billets toujours sympathiques et bien documentés!

  13. sabinounette dit :

    @La poule pondeuse, non normalement, on ne peut pas…

  14. perle dit :

    Très bel article.

    Le lactarium de montpelliers a pu avoir 56 L de ma part ainsi que 1,L5 de colostrum tiré pendant le dernier trimestre de ma grossesse.

    Pas de pastille de congélation, mais une stérilisation à la vapeur chez nous 😉

    voilà ma contribution 😉

  15. margotton dit :

    C’est seulement après la reprise du travail que je me suis renseignée pour donner mon lait. Je tirais 200ml de plus que nécessaire par jour et mon congélateur était plein.
    Malheureusement les lactariums (à 1h de chez moi) ne se déplacent pas jusque chez moi. J’ai proposé mon lait à des copines qui allaitent mais personne n’en a voulu 🙁

    Sinon je n’ai pas encore eu la volonté de faire les démarches pour le don du sang. J’ai un peu honte car je suis O-.

    Pour l’age du bébé lors du don du lait je ne suis pas d’accord. Je crois que le lait d’un bébé de + de 6 mois est toujours meilleur que du LA. Je crois l’avoir lu sur la LLL. Et puis je crois que certains lactariums acceptent des laits de plus de 6 mois de post partum.

    merci pour l’article!

  16. sophie dit :

    @La poule pondeuse, c’est dingue que je ne puisse plus donner mon sang … 🙁 En tout cas ça me motive pour le don de lait si je continue à avoir une bonne production, je contacte le lactarium !

  17. @Isabelle, ça va jusqu’au L… (à ma connaissance)

  18. @Isabelle, après rapide recherche (j’ai plus les liens sous la main) il y en a en Norvège, Suède, Allemagne… Bref des pays a priori très pro-allaitement !

  19. @soleil-, comme dit plus haut ça existe dans d’autres pays, même si l’organisation varie un peu. En gros c’est la version « moderne » de la nourrice 😉

  20. @anne, a priori je ne crois pas mais tu peux toujours les appeler…

  21. @perle, 56 L !! 1,5 L de colostrum !! 😯 😯 chapeau…

  22. @margotton, il semblerait qu’il faille commencer avant les 6 mois du bébé mais qu’on puisse ensuite donner sans limite d’âge. Cela dépend aussi peut-être des institutions.

  23. chaponne dit :

    EN fait Québec est pro-allaitement, d’où ma surprise que les lactarium (a??) n’existent pas… Pas très logique à mon sens!
    Cool que la France ait une bonne structure (pour une fois :mrgreen: )

  24. OPALE dit :

    @ la Poule
    Il me semble que tu es en congé parental, je souhaite moi aussi prendre 1 congé parental entre 4 et 6 mois.
    J’ai eu la CAF mais il n’ont pas été très clairs sur tous les points ( j’adoooooooooooooore les services administratifs français : ils ont toujours l’air un peu paumé quand tu les appelles ou ils sont moins au courant que toi !!! ).
    Ma question est la suivante : sais-tu si je peux prendre ce congé en 2 fois : genre je pose 4 mois et puis 2 mois ensuite car j’hésite encore sur la durée et si oui, quelles sont les démarches à suivre.
    Merci la Poule ou les Poulettes qui peuvent m’éclairer sur le sujet « congé parental » 😛

  25. Charlinette dit :

    @OPALE, autant que je sache, tu peux prendre le congé parental « au mois » mais y’aura que 6 mois maxi de rémunérer par la caf pour un 1er enfant. DOnc oui normalement tu peux poser que 4 mois de confé parental, ou 6 mois. A vérifier cependant hein 😉

  26. margotton dit :

    @OPALE, je crois que tu peux renouveler 3 fois ton congé parental et qu’il est maximum de 1an renouvelable 3 fois. Ce qui fait que si tu prend 4 mois, puis 2 mois tu ne pourras prendre que 1.5 an au total si jamais tu voulais poursuivre le congé parental plus de 6 mois.
    Je ne sais pas comment c’est cumulable, et calculé, avec la possibilité de faire un 80% parental.

  27. tinitek dit :

    @margotton, C’est exactement cela. Je suis resp. juridique et RH donc je confirme l’info. On confond souvent droit du travail et prestations CAF.
    Le droit du travail permet un congé parental qui se termine au plus tard au 3è anniversaire de l’enfant. En revanche on peut décider par deux fois seulement de le renouveler, donc si on veut prendre un congé le plus long possible, il faut poser le maximum à chaque fois (une année, donc, comme indiqué par Margotton).
    Le congé parental (à temps complet) n’est pas rémunéré par l’employeur. La CAF verse une indemnité en fonction du nombre d’enfants, des revenus etc, mais ça n’a rien à voir avec le droit social. Certains collègues pensent qu’ils n’ont droit qu’à 6 mois de parental parce que la CAF ne verse des indemnités que 6 mois pour le 1er enfant, mais ça n’a aucun rapport.
    Bon à savoir aussi, on peut poser un congé parental à temps partiel avec un nombre d’heures que le salarié choisi (de mémoire, entre 12 et 39h, à vérifier). C’est parfois très pratique pour se garder un revenu minimum ou un pied dans l’entreprise.

  28. Isabelle dit :

    @OPALE,
    Pour compléter ce qui a été dit + haut, le temps partiel (dans mon souvenir) est compris entre 80% et 10% de la durée légale du travail dans ton entreprise. Et l’employeur peut t’imposer les horaires/jours travaillés ou non si vous ne parvenez pas à vous mettre d’accord.
    Petite chose à savoir aussi (mais ça a peut-être changé depuis 2004), les allocations si tu cesses/réduis ton activité sont versées au mois civil, donc arrange-toi pour faire commencer ton CP un 1er du mois (avec des congés ou des RTT) si ça suit directement le congé maternité.
    Pour info aussi, les modalités sont différentes dans la fonction publique.
    Isa

  29. Isabelle dit :

    @La poule pondeuse,
    A Paris en 2007 (donc ça a peut être changé), ils prenaient le lait jusqu’au 6 mois de bébé. A priori après, la composition n’est plus adaptée aux tout petits. Mais s’ils manquent de mamans, ils ont peut être assoupli les critères.

    Et je n’en reviens toujours pas que ça aille jusqu’au L les sous-tif ! 😯 C’est pas possible !…

    Isa

  30. louidélie dit :

    Je suis normande. Notre lactarium est celui de Marmande, le plus gros de France,à 700 km de chez moi ; bonjour le bilan carbone ❗
    Le lait de plusieurs donneuses y est lyophilisé, soit le moyen de conservation qui endommage LE PLUS le lait maternel 😡 , histoire de tuer au maximum les éventuelles bactéries et autres virus que celui ci pourrait contenir alors que le lait maternel n’est redistribué que si la donneuse en a donné plus de 800 ml, seuil en deçà duquel il n’est pas rentable de réaliser toutes les sérologies (qui ont pourtant déjà été faites pendant la grossesse…). Donc, si une maman donne 700ml, tout part à la poubelle, sauf le chocolat qu’elle a mangé, qui lui, risque de rester dans les cuisses…
    Quant aux heureux bénéficiaire de ce lait maternel en poudre reconstitué avec de l’eau d’Evian (car il paient le flaconnage en échange d’y apposer leur logo sur l’étiquette !), ils seraient le plus souvent bien mieux nourris avec le lait frais de leur maman qui a tout bonnement choisi de ne pas allaité, et qu’il ne faudrait surtout pas culpabiliser… Biensûr, elle n’aura pas conscience du coût du lait maternel de lactarium dont son bébé bénéficie ; et encore moins du bilan carbone. Elle ne saura probablement pas non plus que si son bébé de 800 grammes buvait son lait frais, très riche en collostrum, lymphocytes, macrophages et bien plus gras que celui reconstitué que son bébé boit ; il réduirait très significativement son risque de développer des complications de la prématurité et d’en mourir 😥
    Mais cette maman a choisi de ne pas allaiter, alors que l’on ne vienne pas l’embéter avec un tire-lait dans sa chambre à la maternité au risque de la culpabiliser.
    Personnellement, je préfèrerais que l’on sensibilise d’avantage les mères dont les bébés ont besoin de leur lait frais, il est tellement meilleur pour eux…
    J’espère que je ne vais pas te couper dans ton bel élan, moi, je préfère en mettre dans mon congélo les jours où je déborde… et bon appétit pour de côte d’Or aux amandes caramélisées avec une pointe de sel.

  31. Anonyme dit :

    @Isabelle, OK, pour le temps partiel à 80%, si tu souhaites une allocation de la CAF. En revanche, tu peux travailler à 90% dans le cadre du congé parental, sans allocation. C’est la différence soulignée par Tinitek, entre le congé parental en droit du travail et les conditions d’attributions d’une allocation ou non par la CAF.

  32. Isabelle dit :

    @,
    Je crois que c’est ça :
    « Lorsque le (ou la) salarié(e) choisi une activité à temps partiel (entre 16 et 28 heures C.Trav.art.L.122-28-1) c’est l’employeur qui détermine les horaires de travail ; il devra veiller à ne pas abuser de ce droit en fixant des horaires trop contraignants au salarié. »
    Il faut en fait réduire d’au moins 1/5ème la durée du travail, donc c’est parfois 28, pour ceux qui sont à 35h, sinon, c’est +.
    Isa

  33. @louidélie, je comprends tes réticences sur le bilan carbone et l’organisation générale. Cependant je ne crois pas que la majorité des bébés qui bénéficient d’un don de lait en aient besoin parce que leur mère n’a pas envie de s’embêter avec un tire-lait. Par exemple une amie qui travaille en maternité me parlait l’autre jour d’une femme qui avait commencé à tirer son lait pour son bébé prématuré mais qui devait rentrer chez elle. Sauf qu’elle n’a pas de voiture, doit se farcir une collection de bus de banlieue pour aller à l’hosto voir son bébé et qu’elle vient d’avoir une césarienne. Physiquement elle ne peut pas supporter le trajet pour aller voir son bébé, et donc pas lui apporter son lait (et n’a pas de congelo pour stocker). C’est un exemple. Des situations pourries du genre y en a à la pelle. Y a aussi celles qui n’y arrivent pas (ou plus) avec le tire-lait. Celles dont l’état de santé ne permet pas d’allaiter (cancer…). Etc etc. Bref je ne crois pas qu’il y en ait beaucoup, des mères avec un bébé crevette en néonat qui se disent que le tire-lait c’est pénible et qu’une bonne poire va s’y coller à leur place. Et quand bien même, au final le bénéficiaire c’est un petit bébé qui n’est pour rien à cette histoire.

  34. @OPALE, pas grand chose à rajouter, les autres sont bien plus expertes que moi !

  35. @Isabelle, je demanderai au prochain passage de Bernard (eh oui c’est Bernard maintenant !). Pour l’âge hein, pas pour les soutifs :mrgreen:

  36. OPALE dit :

    @ toutes les Poulettes : Merci les filles pour vos réponses, vous avez éclairé ma lanterne ! 😉
    Bonne journée à toutes.

  37. Isabelle dit :

    @La poule pondeuse,
    Ahhh, Bernard !… Toute une histoire !
    Remarque, je suis sûre qu’il est au courant pour les sous-tif aussi ! 😉

    Isa

  38. Suzie dit :

    @, anonyme c’était moi. (J’ai un nouvel ordi, j’avais oublié de mettre mon pseud. 😉 )

  39. louidélie dit :

    Bah disons qu’ayant été sage-femme dans une maternité de niveau III (avec service de réanimation néonatale) ; je sais malheureusement trop bien que oui, la majorité des bébés recevant du lait de lactarium pourraient bénéficier de celui de leur maman qui a choisi de ne pas allaiter 😥 .
    Evidemment, les cas de contre indication à l’allaitement existent et les problèmes liés à la logistique aussi, c’est pour cela que c’est très bien que tu donnes ton lait. Mais franchement, une fois lyophylisé et réhydraté, goûte-le et bon courage pour ne pas te dégoûter (prévoit au préalable ton carré de Côte d’Or juste à côté… 😉 ).

  40. @louidélie, je trouve pas ça très bon le lait maternel de toute façon, mais alors le gallia c’est carrément infâme ! Donc apparemment c’est pas le goût qui les dérange le plus… Et puis les prémas ils sont gavés à la sonde non ? Donc ça ne passe pas par leurs papilles 😉
    Pour les mères, je n’ai pas d’expérience comparable à la tienne, mais bon le collecteur me disait qu’il y en a pas mal aussi qui sont tellement persuadées qu’elles ne peuvent pas avoir de lait avant terme que c’est auto-réalisateur 🙄 Je pense qu’effectivement il y a un gros travail à faire de normalisation de l’allaitement et de correction des idées reçues du genre, et qu’il y aurait sûrement beaucoup plus de mères dans ce cas qui pourraient donner à leur bébé. En attendant les bébés ont besoin du lait maintenant, et à ma petite échelle j’essaie aussi de répandre la « bonne parole » autour de moi :mrgreen: (à côté les témoins de Jéhovah c’est de la gnognotte :mrgreen: ).

  41. Anne Cé dit :

    @La poule pondeuse, ça va même jusqu’au bonnet M.
    http://www.youtube.com/watch?v=Nm1g8FFRArc
    :mrgreen:

    (j’adore faire cette blague, désolée ! ➡ )

  42. @Anne Cé, 😆 😆

  43. Mon fils après la naissance a atterri en néonat (il n’était pas préma mais malade). Dans le service j’étais la seul à tirer mon lait pour mon enfant. Tous les autres bébés (tous préma) étaient au biberon. Une maman juste après la naissance avait commencé à tirer son lait, elle avait ensuite arrêté, trop de fatigue, trop de stress. Ces naissances ne sont quand même pas des naissances ordinaires, psychologiquement le parcours de la grossesse n’est pas fini (je pense que ce n’est pas pour rien qu’il faut 9 mois). Je suis tout a fais convaincu que ces mères devraient être mieux prises en charge, peut-être réunion de soutien, explications… mais quand on voit déjà la difficultés pour certaines mère de bébés nés à terme et en bonne santé d’allaiter alors je ne m’étonne pas que ces mères soient désemparés et ne peuvent allaiter leur enfant.

  44. @Vert Citrouille, oui c’est tout à fait ce que je pense ! Pour moi c’est un peu du même ordre que de dire qu’être mince n’est qu’une affaire de volonté…

  45. Reçu hier une lettre du lactarium avec les résultats de mes analyses (incroyable je n’ai attrapé aucune MST depuis la fin de ma grossesse, c’est fou non ? 🙄 😆 ) :
    « Pouvons-nous vous demander encore une faveur ? Aidez-nous à poursuivre notre tâche en faisant connaître le Lactarium à toutes les mères de votre entourage susceptibles elles aussi de donner leur excédent de lait maternel. »
    Bon ça, c’est fait 😆

  46. @La poule pondeuse, J’aime beaucoup ce parallèle… 😛

  47. anne dit :

    J’ai fait un stage en réanimation néonatale et en néonatalogie et je confirme : les mères allaitantes ne sont pas du tout soutenues. D’ailleurs, suite au développement d’une bactérie multirésistante il y a un an dans les tire-lait du service (pourtant stérilisés à chaque fois) eh bien les mères doivent tirer leur lait chez elles, et le ramener ensuite dans le service, où il est analysé à chaque fois avant d’être donné au bébé. Pas mal de mamans, quand elles arrivent à tirer leur lait, ont un lait qui ne passe pas le cap des analyses (si on trouve un germe, le lait est jeté). Forcément, trimballer son lait dans le métro, on a vu mieux!
    Et puis sans compter que les mamans doivent faire un choix entre : venir voir leur bébé (souvent elles viennent de loin) et tirer leur lait suffisamment régulièrement pour en avoir assez pour un allaitement exclusif. Ce qu’elles ne peuvent faire que chez elles donc!
    Autrement dit, quasiment aucune maman ne parvient à un allaitement exclusif; de toutes façons, le personnel s’empresse de donner du lait (au biberon bien sûr) au bébé dès que la maman est partie. On ne demande même pas, la plupart du temps, si la maman veut qu’on donne le lait à la seringue à son enfant.
    Et à côté de ça, on prescrit du lait maternel du lactarium aux bébés!!!
    J’ai ressenti un profond sentiment d’amertume en quittant ce service, car après une naissance volée le plus souvent, on ne laisse même pas l’espoir à la maman de créer un lien très fort via l’allaitement…
    Il reste des progrès à faire.

  48. @anne, c’est sûr que ce n’est pas très encourageant tout ça, mais je crois quand même que les mentalités évoluent petit à petit (je connais deux bébés prématurés nés à 25 ans d’intervalle dans le même hôpital, eh bien l’expérience des parents est diamétralement opposée !).

  49. Repond dit :

    Petite question on dit que le lait évolue avec bébé alors comment on peut donner un lait d’une maman qui donne le sein à son enfant qui a 5 mois ou plus pour un préma ? le lait est trop riche pour le préma non ?