La nuit d’avant

lmaternite_litsidecar Encore un billet pour vous parler de lait, mais à ma décharge je baigne un peu dedans ces temps-ci. Promis pour les prochains je vais essayer de varier les plaisirs. Il s’agit d’un aspect très concret de l’allaitement mais sur lequel je n’ai pas trouvé grand chose : la nuit précédant la montée de lait. Pour Pouss1, j’étais encore à la maternité, jeune et naïve ; c’était sa deuxième nuit à l’air libre. Moi pleine de bonne volonté je l’allaitais donc à la demande, découvrant avec stupeur que mon bébé, s’il avait bien cinq doigts à chaque main et à chaque pied, devait probablement être pourvu de trois ou quatre estomacs. Mais cette nuit-là sa demande était quasiment continue. Heureusement l’auxiliaire de puériculture, appelée à la rescousse par la jeune poule en panique, m’a immédiatement rassurée : c’était un phénomène normal et passager qui voulait dire que la montée de lait arriverait le lendemain. Effectivement, le lendemain le colostrum avait été remplacé par du lait, et Pouss1 s’était un peu calmé. Pour Pouss2 ça n’a pas raté : il a tété facilement toutes les heures à sa deuxième nuit aérienne. Cette fois pas de panique, j’ai pris mon mal en patience, donné à la demande et telle la chèvre de M. Seguin attendu que le soleil le Coq se lève (nous étions déjà à la maison) pour lui refiler le bébé et dormir jusqu’à midi. Et l’après-midi le lait était là, et le poussin moins acharné au sein. Je dois dire que jusqu’ici, ayant eu deux gros bébés bons téteurs, j’ai accueilli la montée de lait avec soulagement car les quantités répondent plus facilement à la demande et comme ça coule facilement ils tètent moins fort.

Pourquoi est-ce que  je vous raconte tout ça ? Il me semble que c’est typiquement le genre de situation qui entraîne une jeune mère dans une spirale de doute sur son allaitement, et ce d’autant plus si elle est mal entourée et conseillée : « mon lait n’est pas assez bon/pas suffisant pour le bébé » « si c’est ça l’allaitement autant arrêter tout de suite ». Or cette demande acharnée (qui peut avoir lieu dès la deuxième nuit ou plus tard) est à la fois normale et transitoire (un peu comme pour les pics de croissance). Et dans mes nombreuses lectures sur l’allaitement, je n’ai jamais rien vu sur le sujet.

Que faire ? Dans l’idéal, il faut donner au bébé quand il réclame, afin de bien lancer la crèmerie. Cependant, nous ne vivons pas dans un monde idéal, et ça n’est pas toujours possible. On a le droit d’être fatiguée et de vouloir dormir plus d’une demi-heure à la fois ou encore d’avoir mal aux seins. Je dois dire que pour Pouss1,  j’ai accepté sans discuter la proposition de l’auxiliaire de puériculture de l’embarquer 2-3 heures avant de terminer la nuit tant bien que mal (elle lui a même proposé des compléments dont il n’a pas trop voulu… tout ce qu’il ne faut pas faire mais heureusement pour nous sans incidence sur la suite de l’allaitement). Il y a toujours la carte du petit doigt (peut être proposé par le père s’il est dans les parages -il y a maintenant des maternités où il peut rester dormir), voire de la tétine, mais pour cette dernière avec un risque d’interférence avec la succion (surtout si le bébé ne tète pas très bien). Il n’est pas recommandé de donner des compléments de lait artificiel, mais j’imagine qu’il y a des cas où cela peut rendre service sans compromettre l’allaitement (d’autant plus s’ils sont donnés à la pipette plutôt qu’au biberon). Prendre l’enfant dans son lit est aussi une bonne façon de répondre à sa demande sans trop se fatiguer ; on peut se rendormir pendant la tétée et cela évite de se lever sans cesse (surtout juste après l’accouchement). Si on s’assure que le lit ne comporte aucun risque de chute ou d’étouffement (et s’il n’y a pas d’adulte sous l’influence de psychotropes dedans), il n’y a pas de risque accru (voir ici par exemple). Ceci dit, il n’est pas obligatoire de répondre à la demande pour que la montée de lait survienne (d’ailleurs on donne un médicament pour l’empêcher aux femmes qui ne veulent pas allaiter) mais cela facilite le processus.

Cet article se basant beaucoup sur ma propre expérience (puisque je n’ai hélas pas trouvé grand chose sur le sujet), il serait très intéressant de savoir comment ça s’est passé pour d’autres : avez-vous constaté aussi une nuit de folie avant la montée de lait ? Si oui comment l’avez-vous gérée ? Et les bébés au bib ? Ont-il aussi été tout fous une nuit 2 ou 3 jours après leur naissance ?

Photo : l’allaitement des paresseuses ou comment préserver son sommeil

Tags: , , , , , , ,

140 Responses to “La nuit d’avant”

  1. @Eve, oui c’est le fameux baby blues. Ceci dit je pense que les hormones ont bon dos et qu’il y a aussi pas mal le manque de sommeil, les conseils et les remarques à la noix etc etc

  2. @Saminette, faut aussi penser à lui nettoyer les fesses de temps en temps 😆

  3. @sophie, ça fait plaisir à lire ! (enfin la partie où rien n’est perdu et où tout est bien qui finit bien hein, le reste, no comment 👿 😥 )

  4. Charlinette dit :

    @Ficelle, moi j’ai enlevé la nervure centrale (blanche), ai passé le rouleau à patisserie sur la feuille pr l’assouplir et hop j’ai entouré le mamelon… dc pas besoin de faire un trou! et oui c’est furieusement sexy la feuille de chou… surtout que tu sens le … chou justement! 🙄 :mrgreen:

  5. Charlinette dit :

    @Ficelle, non pas de photos lol!

  6. Suzie dit :

    Perso, j’avais de gros bébés trèèès gros dormeurs… 🙄 D’où des montées de lait assez tardive à j+4… et des bébés qui hurlaient littéralement de faim le 3e jour… Ils ont eu des compléments de lait à la seringue pendant quelques heures jusqu’à la montée de lait qui à chaque fois s’est faite assez en douceur : seins un peu tendus, gonflés et légèrement douloureux… mais aucune manifestation spectaculaire 😉 Et puis, l’allaitement a embrayé et tout s’est très bien passé… jusqu’à 3-4 mois où les choses se sont corsées comme j’en ai déjà parlé dans un autre article… voilà, voilà…

  7. Suzie dit :

    @La poule pondeuse, Ben, pas forcément, parce que le matin du 3e jour, je me suis réveillée et j’ai fondu en larmes juste parce que je trouvais mon bébé super beau !! Et franchement tout roulait pour moi, un bébé qui dormait bien, qui tétait bien et pas de conseils à la noix… juste un trèès beau bébé 😆

  8. Charlotte dit :

    @Jouls, N’empèche on a beau être dans une maternité amis des bébés et tout le toutim, personne ne m’avait parlé de ma montée de lait, c’est fou ça…

    Heureusement que tout s’est bien passé…

  9. Jouls dit :

    @Charlotte, là par contre je suis scotchée qu’on ne te l’ai pas dit dans une maternité « amie des bébés ».
    Moi j’étais dans une maternité tout ce qu’il y a de plus conventionnelle, pas labellisée du tout, on nous en avait parlé avant, de la montée de lait, mais on ne nous avait rien dit sur « la nuit d’avant ».
    Et ce qui me tue, c’est que ni pendant la nuit, alors que je galérais avec mon bébé hurlant, ni le lendemain matin, on n’ait été capable de me dire ce que c’était. Finalement tout s’est bien passé aussi, mais ça se passe tellement mieux quand on arrive à mettre des mots sur ce qui arrive!
    Enfin, au moins pour le suivant, je saurai!

  10. Fynn dit :

    @Ficelle : merci pour la vidéo, oui les lolos sont gros (enfin ici aussi tête plus petite les … premiers mois :mrgreen: ) mais surtout ça me rappelle tellement de souvenirs (difficiles) des débuts. Quand mon minouchou n’arrivait pas à téter… comment on essaie de lui fourrer la mamelle dans sa petite bouche… « et vous voyez làààà il déglutit » « Ah oui 😕  »
    Je n’ai pas senti la montée de lait car obligée de donner à la cuillère puis à la seringue puisque Minouchou avait la lèvre inférieure rentrée et du mal à ouvrir sa gueule d’amour (une AP quelques minutes après sa sortie « Oh ça sera pas facile l’allaitement » en voyant la position de sa bouche – merci, c’est très encourageant 🙄 ) et du coup tire-lait à répétition les 4 premiers jours ! et heureusement que j’étais dans une mater’ amie des bébés, je suis pratiquement sûre qu’ailleurs on aurait filer un complément à Minouchou-pas-fort-en-tétouille !

    Comme Gaëlle des AP qui se contredisent : le coup du 6h sans le réveillet et aussi le coup du « encore au sein » 😯

    Merci la Poule : c’est tellement important de savoir ce qui va se passer… pour moi, l’accouchement était MA préoccupation, le reste me semblait… couler de source ! et bien NON !!! enfin Minouchou a 15 mois et est devenu le roi de la tétouille 😉

  11. cyann dit :

    @Fynn, chez moi on a chouminou et chouminette 😛

  12. cyann dit :

    ça me rappelle des souvenirs. pour mon premier j’ai été completementdesemparée devant ce bb qui n’arraitait pas de pleurer. on lui a donné 1bib de complement et devant ma desaprobation timide on m’a repondu:  » et comment vous ferez quand vous serez malade!! ». jamais on mù’avait expliqué que c’etait commeça la nuit precedant la montée de lait. Je m’en rend compte maintenant en lisant ton billet.
    En plus on m’avait dit de le faire tt toutes les 3h 😥
    pour ma puce je me souviens pas mais comme on était à la maison et que c’etait à la demande.
    Par contre je trouve qu’on ne parle pas assez des pics de croissance où le bb se remet à tt comme 1 fou. J’entend encore bcp dire que l’allaitement s’est arrété car manque de lait alors que ça correspndait à ces periodes de pics de croissance. et en plus sur le conseil de pediatre. 👿
    ma fille est je crois en perpetuel pic de croissance depuis sa naissance: elle a 6 mois

  13. Fynn dit :

    @ Cyann, peut être un jour ici une Minouchette 🙂

  14. Charlotte dit :

    @Jouls, et oui maintenant, grace à la poule et la basse cour, je saurai!!!

  15. tête d'orange dit :

    Je me souviens d’une nuit infernale avec une poulette qui a pleuré non stop mais incapable de me rappeler si c’était avant ou après la montée de lait…De toute façon on arrivait pas à lui donner au sein, c’était la cata. Par contre sur ce coup c’est l’infirmière de nuit qui nous a sauvé la mise quand on l’a appelé au secours avec des têtes de deterrés, après la césar j’étais déjà pas fraiche… Et là elle nous dit « mais dormez avec elle! » .Vu l’état de fatigue on n’y avait pas pensé nous même (chéri partageait ma chambre super chance mais du coup il était pas plus frais que moi).
    Par contre j’ai eu aussi le bébé forcé au sein, qui du coup se crispe dès qu’on l’approche (la jette?) sur le sein, résultat un mois de tire lait et de bib avant de pouvoir lui faire accepter le sein. L’avantage c’est que ma montée de lait est passée comme une lettre à la poste, j’ai vidé très régulièrement au TL, donc pas trop douloureux et voir ce flot de lait était très rassurant. Au début j’avais une lactation du feu de dieu, j’ai d’ailleurs fourni le lactarium pendant 4 mois.
    Pour la montée de lait, la succion est un stimulus mais les hormones joeunt aussi un rôle.

    Et les larmes parce que son bébé est trooop beau je connais, j’ai que des photos de moi à la mater avec les cernes, le ventre qui pendouille et les yeux rouges 😀 .

  16. aurphi dit :

    Une consultante en lactation qui est animatrice LLL, une femme génaile d’ailleurs appelle ça « la nuit de Java »
    tu fais bien d’en parler. Moi qui est accouché en maison de naissance, on ne m’en avait pas parlé… Ma fille tétait toutes les demi-heures la 2e ou 3e nuit. Moi qui m’étais dit que je trouvais honteux de mettre sa fille en nurserie, c’est ce que j’ai fini par faire. Je pensais que je n’avais pas assez de lait , ( ma fille faisait 4kg100 à la naissance et je pensais que c’était parce que c’était un gros bébé, ce que les puer n’ont pas contredit d’ailleurs). Je l’ai mise à la nurserie une première fois puis 20 min plus tard, je suis retournée la chercher, trop pas bien de la laisser puis j’y suis retourner une 2e fois après lui avoir donner le sein 3 fois en une heure et demie, sachant que je l’avais mise dans mon lit. J’aurai su que c’était normal , je ne l’aurai pas laissé mais la nuit d’avant , elle était en néonat et tout se passait bien donc, j’en étais presque à me dire que je ne savais vraiment pas y faire…on n’est vraiment des « inculturés » de l’allaitement dans ce pays.
    Et vous, est ce que vous avez eu aussi votre bébé de moins de 3 semaines, réveillé en pleine nuit tout souriant, calme mais qui ne veut pas dormir? Parait aussi que c’est physiologique, dixit ma consultante en lactation. De toute façon, plus j’avance et plus je me dit qu’il faut faire confiance au bébé et à la nature quand on doute.

  17. Lorsque j’ai lu ton article j’ai eu l’impression de revivre la montée de lait que j’ai eu pour ma fille. C’était à J+4, elle voulait sans arrêt être sur le sein. A la maternité, la sage-femme m’a bien expliqué qu’elle sentait le lait qui arrivait, qu’elle commençait à avoir faim et donc qu’elle voulait tout le temps téter. Heureusement que mon homme avait eu la bonne idée de rester cette nuit là, il m’a relayé en la prenant contre lui et en la promenant. Lorsqu’elle s’éloignait des nénés elle pleurait moins. Le lendemain tout était rentré dans l’ordre. Les sages-femmes sympas m’ont soutenu dans ma décision de ne pas lui donner de complément pourtant elle a été longue à reprendre son poids de naissance (à J+6. Elles m’avaient aussi conseillé de faire dodo avec elle et sur ce point c’est moi qui stressait un peu (peur de l’étouffer).
    Pour mon fils ça été très différent car il était en néonat, la montée de lait c’est faite en partie grâce à lui, en partie avec le tire-lait. Sachant que les puéricultrices lui ont donné d’office le bib, des tétines sucrées… (argh!! le service de néonat de ma commune est encore très encrée dans les années 60, très cadré, codifié, tout un tas de protocoles à la noix!) Heureusement l’allaitement s’est bien mis en place!

    Mais c’est vrai que cette fameuse montée de lait on est pas toujours bien préparé. Pour ma fille s’était vraiment « la grande découverte »! En gros allaiter je n’imaginais pas ça comme ça! 😆

  18. Saminette dit :

    @La poule pondeuse,
    Ben oui, une fois qu’il a atteint le poids, comme indiqué sur le paquet de couches : de 2 à 5 kgs… faut rentabiliser hein ! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  19. @Saminette, Pouss1 met 11-25 kg ! mais vu ce qu’il pisse, c’est pas dit qu’il ne les atteigne pas en une nuit 😆

  20. @Fynn, hélas oui il n’est pas rare que l’allaitement ne coule pas de source ! D’où l’importance d’être bien entourée et préparée 😉

  21. @cyann, ici aussi j’ai mr pic de croissance, il en rajoute régulièrement 🙄 😆

  22. @tête d’orange, mais pourquoi prendre des photos de soi à la maternité ?? je l’avais spécifiquement interdit au Coq pour ma part : le poussin tant qu’il veut, mais moi no way :mrgreen:

  23. @aurphi, oui c’est clair, des gros incultes ! Ici heureusement les poussins ont/avaient tendance à dormir la nuit, avec réveil express pour la tétée et basta.

  24. @Vert Citrouille, il y a des bébés qui mettent des semaines à reprendre leur poids de naissance ! 6 jours c’est pas beaucoup 😉

  25. @Suzie, ah moi aussi j’avais un trèèèèèèès beau bébé mais l’oeil sec :mrgreen: Il y a un truc hormonal mais je pense que le traitement des jeunes accouchées n’aide pas, loin s’en faut, et que c’est un peu facile ensuite de blâmer les hormones plutôt que se remettre en question 🙄

  26. @Charlotte et Jouls, le savoir c’est le pouvoir 😉

  27. De mon côté, je n’ai aucun souvenir d’avoir passé une « nuit de folie » comme tu le décris. La première semaine, ma puce tétait toutes les 2h, de jour comme nuit, et s’endormait le plus souvent dans la foulée.
    Le soucis pour moi, a été de recevoir trop de visite le jour pile de la montée de lait ; je n’ai pas senti le truc venir, je me suis retrouvée le soir avec une poitrine digne d’une centrale nucléaire et un bébé qui dormait comme un loir ! Il nous a fallu une bonne partie de la nuit pour nous remettre sur les rails.

  28. Suzie dit :

    @La poule pondeuse, Oui, certainement, mais franchement pour ce premier accouchement, je ne me suis jamais sentie ni irrespectée, ni maltraitée… Bon, mais il faut dire que j’ai la larme facile aussi 😉

  29. armelle dit :

    @La poule pondeuse, ma fille l’a repris au bout de 15 jours, (elle pesait 4 kg). Un bébé de mon entourage l’a repris au bout de 6 semaines ! (elle pesait 4.5 kg à la naissance)

  30. @Suzie, non bien sûr, et tant mieux ! Et « maltraitance » est un grand mot, c’est surtout le manque de sommeil à cause des innombrables allées et venues du personnel et les conseils mal avisés… Et les hormones jouent un rôle, c’est certain. Mais ce qui m’énerve c’est qu’avec cette « excuse », personne ne remet en cause cette organisation.

  31. @petit-scarabée, chez nous la règle c’est une visite par jour et voilà (bon après selon les circonstances on s’arrange, on n’est pas si ours non plus :mrgreen: ).

  32. chaponne dit :

    Montée de lait au 4ème jour dans les deux cas, en attendant allaitement quasi en continu! Sauf pour ma tite poule qui était une grosse mémère et qui a dormi quasi non-stop pour sa première nuit (c’est mal de faire croire ses parents au père Noël du bébé qui fait ses nuits tout de suite!)
    Montée de lait non douloureuse dans les deux cas et aucun problème d’engorgement.
    Par contre, mon titi coq qui était un petit poids a gardé sonhabitude de téter aux 45minutes-1h la nuit pendant plusieurs mois, ma grosse poule elle a espacé les tétées d’elle-même aux 2-3h 1 ou 2 jours après la montée de lait.
    Effectivement, je ne savais pas que l’allaitement en continu avant la montée de lkait était une constante!

  33. Fynn dit :

    @La poule pondeuse, bien vu !!! ici pour le prochain, je m’étais promis de préparer une tenue « décente » (pas la vieille chemise ouverte en permanence :mrgreen: ) et aussi pour le bébé… pas les vieux pyj’ récupérés en se disant qu’ils ne feront pas longtemps !!! pffff faut y penser à tout ça !

  34. Fynn dit :

    @La poule pondeuse, Oh que oui : pour ça et tant d’autres choses… à ce propos : MERCI la Poule pour ce super blog 🙂

  35. Fynn dit :

    @La poule pondeuse, alors là nouvelle découverte ! moi je suis sortie à J+6 car Minouchou n’avait toujours pas repris son poids (heureusement que j’ai insisté pour sortir… ) en plus, ils nous font flipper avec cette histoire de reprise du poids de naissance…

  36. Ficelle dit :

    @Fynn, ici, J+10 et bébé (lèvre inférieur en retrait également, je ne savais pas que ça jouait 😕 ) n’est pas encore super à l’aise en début de tétée. Ce qui a le don de m’agacer car il me « lance », je pisse le lait et il met encore trois plombes à mettre en route une succion efficace. Conséquence, notamment la nuit, je change trois fois de t-shirt trempé… (entre ça et la transpiration! 🙄 Parait qu’on évacue le trop plein de fluides accumulés pendant la grossesse: eau+sang… A lire: « Bébé est là, vive maman » de Bernadette de Gasquet sur les suites de couche qui est vraiment passionnant!!) Bref, j’ai hâte que tout ça soit réglé pour être plus zen 😐

  37. Ficelle dit :

    @aurphi, moi mon bébé de 10 jours me joue un peu cette partition… Genre: « je suis réveillé mais je ne veux pas du sein, on pourrait faire une balade? » Résultat, je commence vraiment à être crevée et je sais que cette affaire dure minimum un mois… Bref, faudrait qu’il fasse vraiment beau, ça me remontrait un peu le moral 🙁 🙄

  38. @Ficelle, Pouss2 aussi a(vait ?) la lèvre inférieure en retrait, ça n’a pas l’air de lui avoir posé de problème, malgré mes obus et mon débit torrentiel 😆
    Intéressant cette histoire de transpi, je pue aussi beaucoup ces derniers temps 😳

  39. @Fynn, c’est sûr que c’est préoccupant mais il y a d’autres signes que le poids pour juger de la santé d’un bébé (et de sa bonne alimentation), même si bien sûr c’est très important aussi.

  40. Fleur dit :

    @La poule pondeuse, argl… puce1 a repris son poids de naissance… à 1 mois… et ce n’était pas parce qu’elle avait de la marge,hein : 2.500kg à la naissance!
    heureusement qu’ils ne m’ont pas gardée à la maternité jusque là!

  41. Ficelle dit :

    @La poule pondeuse, oui, l’eau « en trop » accumulée pendant la grossesse part aussi dans une sudation multipliée par??? (beaucoup chez moi!!) ça fait partie du « dreinage » du corps après l’accouchement (comme le sang et le lait). Bref, on élimine par tous les trous/pores 😉 🙄 (ça m’arrange parce que j’ai encore pas mal à perdre :mrgreen: 😆 )

  42. zazila dit :

    @Ficelle, voilà qui répond à une de mes interrogations ! Je suais et puais +++ en post partum, pendant environ 2 semaines, et je pensais que c’était un manifestation de stress, ou genre pour faciliter à bb la reconnaissance olfactive de la mère (lait caillé+sueur, mmm…) mais ou le drainage semble logique !

  43. @Ficelle, et c’est jusqu’à quand la blague ? Parce que moi je suis à + de 2 mois 1/2, donc c’est qu’il faut que je change de déo ou je suis encore en train de perdre des kg sans m’en rendre compte (j’adooooore ce concept) ?

  44. Béatrice dit :

    @La poule pondeuse, Moi j’ai fini par changer de déo …. 😉 Désolée pour le concept :mrgreen:

  45. @Ficelle, je découvre que ton BB2 est né ! Bienvenue à lui (elle ?). je vais essayer d’en lire plus avant de continuer sur ce sujet. 😉
    <3

  46. @La poule pondeuse, c’était le premier bébé j’écoutais pas mal ce qu’on me disait. C’était un gros bébé 4Kg400, ils commençaient un peu à m’inquiéter, heureusement la mémère s’est décidé a bien téter et on a pu quitter la maternité. Pour mon deuxième, j’étais mieux informer, plus rôder, du coup j’en ai fait qu’à ma tête (ce sont mes enfants pas les vôtres et je sais ce qui est bon pour eux, na 😛 !)

  47. Segolene dit :

    Super article et super sujet!!!

  48. La langouste dit :

    Décidemment la poule, tes articles tombent toujours pile poil dans mes préoccupations du moment… Normal aussi, étant donné que ton Pouss2 est né une semaine avant ma crevette1. Ce sujet me tient tout particulièrement à cœur, car je garde une vraie culpabilité concernant la fameuse « nuit d’avant », alors je saisis l’occasion pour me dépuceler du commentaire (tout en allaitant). En ce qui me concerne, après un accouchement très bien préparé et qui s’est déroulé à merveille (sans péridurale comme toi la poule, sur un tabouret et sans injures) les débuts de l’allaitement m’ont semblé bien plus problématiques… J’étais bien moins préparée et, je m’en suis rendu compte après coup, pleine d’idées préconçues totalement infondées au sujet de l’allaitement. Entre autre, je ne concevais pas qu’on puisse/doive mettre bébé au sein à moins de deux heures d’intervalle… Autant dire que depuis j’ai revu ma copie !
    La soirée d’avant, la crevette commence à devenir rouge de colère, elle crie sans arrêt, impossible de la calmer. Je tente de la mettre au sein mais elle s’énerve et le refuse systématiquement ce qui me frustre énormément. Les pleurs sont de plus en plus forts, nous appelons la puéricultrice du soir, verdict : coliques. Elle nous dit donc de prendre notre mal en patience et que cela passera en 24h maximum. Son papa et moi prenons donc notre courage à deux mains et nous nous relayons en lui proposant le sein (sans succès) puis le petit doigt, faute de mieux. Les heures passent, la crevette est impossible à calmer. Au matin, une nouvelle puéricultrice passe, s’enquiert de la situation et nous demande comment s’est passée la nuit. Elle observe la crevette et finit par nous demander depuis combien de temps elle n’a pas mangé. Regards circonspects de son père et moi… Bonne question ! Nous sommes exténués, nous avons perdu la notion du temps. « Peut être 9h », et je me rends compte en le disant que 9h, c’est énorme. La puéricultrice est horrifiée, du coup moi aussi, nous tentons pour la énième fois de mettre la crevette au sein : rien à faire, elle s’énerve, ne le prend pas. Finalement nous réussirons à la convaincre de s’accrocher au sein en l’appâtant à l’aide de lait artificiel par le biais d’une canule placée dans sa bouche avec mon mamelon. Le premier lait ingéré par ma crevette aura donc été artificiel ! En fait, elle attendait impatiemment la fameuse montée de lait, qui a finalement eu lieu tout en douceur durant cette fameuse nuit sans stimulation puisque qu’elle avait refusé le sein pendant des heures. Le jour suivant j’ai porté les fameuses coupelles afin de stimuler davantage la lactation et surtout de récupérer un peu de lait pour continuer d’appâter la crevette qui n’a décidemment pas été équipée de l’option patience lors de sa conception…
    Je regrette beaucoup de n’avoir pas pris conscience sur le coup de l’anormalité de la situation. J’en ai fait des cauchemars. La morale de l’histoire : rien n’est évident, et il est crucial d’être bien entourée dans ces moments-là…

  49. @chaponne, je ne sais pas si c’est une constante mais c’est relativement fréquent en tout cas.

  50. Nathalie dit :

    Et bien moi aussi je l’ai connu cette nuit interminable pour ma première ! Par contre, j’ai accepté le bib de complément (après 6h de tétée quasi non stop, mal aux seins, crise de larmes … bref … un soulagement !). Ce qui n’a pas du tout compromis mon allaitement. D’ailleurs, dès la montée de lait, plus de pb.
    Pour n°2, pas de pb, il a roupillé les 2 1er jours et s’est reveillé pour la montée de lait … cool !