La nuit d’avant

lmaternite_litsidecar Encore un billet pour vous parler de lait, mais à ma décharge je baigne un peu dedans ces temps-ci. Promis pour les prochains je vais essayer de varier les plaisirs. Il s’agit d’un aspect très concret de l’allaitement mais sur lequel je n’ai pas trouvé grand chose : la nuit précédant la montée de lait. Pour Pouss1, j’étais encore à la maternité, jeune et naïve ; c’était sa deuxième nuit à l’air libre. Moi pleine de bonne volonté je l’allaitais donc à la demande, découvrant avec stupeur que mon bébé, s’il avait bien cinq doigts à chaque main et à chaque pied, devait probablement être pourvu de trois ou quatre estomacs. Mais cette nuit-là sa demande était quasiment continue. Heureusement l’auxiliaire de puériculture, appelée à la rescousse par la jeune poule en panique, m’a immédiatement rassurée : c’était un phénomène normal et passager qui voulait dire que la montée de lait arriverait le lendemain. Effectivement, le lendemain le colostrum avait été remplacé par du lait, et Pouss1 s’était un peu calmé. Pour Pouss2 ça n’a pas raté : il a tété facilement toutes les heures à sa deuxième nuit aérienne. Cette fois pas de panique, j’ai pris mon mal en patience, donné à la demande et telle la chèvre de M. Seguin attendu que le soleil le Coq se lève (nous étions déjà à la maison) pour lui refiler le bébé et dormir jusqu’à midi. Et l’après-midi le lait était là, et le poussin moins acharné au sein. Je dois dire que jusqu’ici, ayant eu deux gros bébés bons téteurs, j’ai accueilli la montée de lait avec soulagement car les quantités répondent plus facilement à la demande et comme ça coule facilement ils tètent moins fort.

Pourquoi est-ce que  je vous raconte tout ça ? Il me semble que c’est typiquement le genre de situation qui entraîne une jeune mère dans une spirale de doute sur son allaitement, et ce d’autant plus si elle est mal entourée et conseillée : « mon lait n’est pas assez bon/pas suffisant pour le bébé » « si c’est ça l’allaitement autant arrêter tout de suite ». Or cette demande acharnée (qui peut avoir lieu dès la deuxième nuit ou plus tard) est à la fois normale et transitoire (un peu comme pour les pics de croissance). Et dans mes nombreuses lectures sur l’allaitement, je n’ai jamais rien vu sur le sujet.

Que faire ? Dans l’idéal, il faut donner au bébé quand il réclame, afin de bien lancer la crèmerie. Cependant, nous ne vivons pas dans un monde idéal, et ça n’est pas toujours possible. On a le droit d’être fatiguée et de vouloir dormir plus d’une demi-heure à la fois ou encore d’avoir mal aux seins. Je dois dire que pour Pouss1,  j’ai accepté sans discuter la proposition de l’auxiliaire de puériculture de l’embarquer 2-3 heures avant de terminer la nuit tant bien que mal (elle lui a même proposé des compléments dont il n’a pas trop voulu… tout ce qu’il ne faut pas faire mais heureusement pour nous sans incidence sur la suite de l’allaitement). Il y a toujours la carte du petit doigt (peut être proposé par le père s’il est dans les parages -il y a maintenant des maternités où il peut rester dormir), voire de la tétine, mais pour cette dernière avec un risque d’interférence avec la succion (surtout si le bébé ne tète pas très bien). Il n’est pas recommandé de donner des compléments de lait artificiel, mais j’imagine qu’il y a des cas où cela peut rendre service sans compromettre l’allaitement (d’autant plus s’ils sont donnés à la pipette plutôt qu’au biberon). Prendre l’enfant dans son lit est aussi une bonne façon de répondre à sa demande sans trop se fatiguer ; on peut se rendormir pendant la tétée et cela évite de se lever sans cesse (surtout juste après l’accouchement). Si on s’assure que le lit ne comporte aucun risque de chute ou d’étouffement (et s’il n’y a pas d’adulte sous l’influence de psychotropes dedans), il n’y a pas de risque accru (voir ici par exemple). Ceci dit, il n’est pas obligatoire de répondre à la demande pour que la montée de lait survienne (d’ailleurs on donne un médicament pour l’empêcher aux femmes qui ne veulent pas allaiter) mais cela facilite le processus.

Cet article se basant beaucoup sur ma propre expérience (puisque je n’ai hélas pas trouvé grand chose sur le sujet), il serait très intéressant de savoir comment ça s’est passé pour d’autres : avez-vous constaté aussi une nuit de folie avant la montée de lait ? Si oui comment l’avez-vous gérée ? Et les bébés au bib ? Ont-il aussi été tout fous une nuit 2 ou 3 jours après leur naissance ?

Photo : l’allaitement des paresseuses ou comment préserver son sommeil

Tags: , , , , , , ,

140 Responses to “La nuit d’avant”

  1. Béatrice dit :

    J’ai ce souvenir pour P’tit Mec N°3 et pas pour les autres …. 😉
    Je ne savais plus quoi faire (mal aux seins, et aux petits doigts aussi), et je me suis fait « jeter » par la puer de nuit parce que je ne voulais pas de bib de complément. Heureusement, celle du matin m’a envoyée pleurer sous la douche et m’acheter une barre de chocolat au distributeur :mrgreen: 😆 Efficace !!

  2. laciboulette dit :

    Honte à moi, je ne me souviens plus comment ça c’est passé. En fait, il a rapidement têté tout le temps et cette période a duré pas mal. Et j’étais une vrai citerne sur patte avec les seins qui coulaient tout le temps.

  3. Ficelle dit :

    Furieusement d’actualité ici puisque je viens d’avoir ma montée de lait à… J+4/5. Soit deux jours de tranquillité (BB2 ou Mr S. 😉 a beaucoup pioncé les premières 48h, ce qui aurait pu m’ébranler à la maternité où les tétées/pipi et autres sont une obsession des AP 🙄 mais heureusement je n’y étais pas…) et deux jours de tétage fou… La transition a donc eu lieu en relative douceur (me suis fait vider les seins à mesure que le lait montait) contrairement à ma première montée de lait où Miss A. tétait encore avec difficulté (merci aux AP again pour lui avoir forcer la tête sur le sein si bien qu’elle le refusait systématiquement et a appris à téter dans la douleur…) et ne parvenait donc pas à suivre niveau consommation… Résultat: des seins en béton armé et des heures de hurlements nocturnes avec comme seule solution donnée par… l’AP de garde: un biberon de complément 👿 Je me souviens aussi de la réflexion d’un jeune pédiatre lorsque je lui avais dit que la petite tétait toutes les 20 minutes (cette fameuse deuxième nuit+journée): « Mais madame, il faut laisser au moins une heure et demi entre les tétées sinon dans une semaine vous aurez arrêter d’allaiter! » Mais quel imbécile! Quelle méconnaissance de la mise en route de l’allaitement! J’en suis encore affligée… Bref, j’ai relu le livre de Marie Thirion ces derniers jours (chap. concernant la mise en marche de la lactation) et en effet, cette phase de transition entre colostrum et lait et l’activité intense des bébés au sein pendant ce temps n’est que très brièvement évoquée…

  4. Charlotte dit :

    Super l’article!
    Ici la montee de lait comme Ficelle est arrivee a J+4, mais je venais de rentrer a la maison et personne ne m’avait explique avant de partir que :
    1) l’allaitement n’avait pas a proprement parler « commence »..
    2) que j’allais avoir cette paire de seins LA!!! dure comme du pave belge, des veines bleues comme du curacao….(auquel je n’avais malheureusement pas droit)
    3) que ca allait faire si mal…(la montee, pas les tetees que j’attendais avec impatience…)

    Par contre, honte a moi, me rappelle pas qu’E. ait plus demande que les autres jours.. de toute facon, elle etait au sein limite 20h sur 24h (malgre les cris de ma mere et de ma belle mere…), mais je n’en faisais qu’a ma tete, mon intuition et sorti ENFIN le livre sur l’allaitement…

    Je regrette juste de ne pas avoir pris de photo de cette paire au moment M… (pour compenser les queues de castor 9 mois apres..)

  5. Anne Cé dit :

    je n’ai pas de souvenir très précis de cette nuit là, mais comme je l’ai écrit dans un précédent commentaire, ma montée de lait s’est faite en douceur mais de toute façon, ma fille a vécu ses premiers jours sur moi quasiment 24h/24, elle tétait très souvent, donc, un peu plus ou un peu moins, la différence ne m’a pas marquée ! :mrgreen:

    mais je me souviens qu’à la maternité une des auxiliaires puéricultrices m’avait quand même fait remarquer « encore ? mais elle est tout le temps au sein cette petite ! »

  6. pupuce dit :

    pour mes deux poussins cette première nuit a été…juste la première d’une longue série. 😉
    je dirais que vu que c’est la tétée qui fait venir le lait, le plus simple pour écourter l’attente est de laisser le bébé faire son boulot, donc de le coller au sein le temps qu’il faut, jour, nuit, en cododo, en portage en peau à peau, tous les moyens sont bons.
    personnellement c’est comme ça que j’ai fonctionné et ça c’est bien passé ma foi. cela dit le personnel n’a jamais évoqué le sujet de ma montée de lait que ce soit pour l’un ou pour l’autre (entre 1999 et 2008 ça aurait du évoluer pourtant!), on ne m’a proposé aucune solution, au contraire pour les deux:
    1 je me suis faite engueuler parce que le bébé était dans mon lit (« c’est interdit ça madame », oui mais bon moi, les interdits, hein…lol)
    2 on m’a proposé de le mettre en pouponnière pour me reposer (« faut vous reposer madame », merci c’est sympa mais je me repose pas bien sans mon nouveau né, moi)

    je pense que ce genre de conseils peut suffire à bien te foirer une montée de lait, avec option bébé affamé, mère engorgée le lendemain…ou bébé gavé au lait artificiel et mère contrainte à se bousiller les seins au tire lait pour dégorger, ou bébé affamé et mère en mastite douloureuse….
    et je suis prête à parier que quand ces choses se produisent personne n’accuse autre chose que la malchance.
    Il me paraît évident que si la nature donne d’un côté assez de réserves d’énergie au bébé pour tenir quelques jours après sa sortie (la fameuse perte de poids que personne n’explique simplement et qui fait si peur au delà de 10%, pourquoi 10 et pas 15, ça on sait pas) tout en l’équipant en série d’un réflexe de succion fort, et de l’autre des seins qui mettent justement, quel hasard, quelques jours à se régler, et qui sont stimulés par une succion active, c’est probablement pour que les deux restent en contact et que l’un déclenche l’autre et vice versa.
    :mrgreen:

  7. sophie dit :

    Totalement d’actualité ici aussi. A J+3, une nuit de tétouillage de folie : la miss a tété pendant plus de 2 heures d’affilée … pour dormir 4 heures de suite dans mes bras ! Le matin, je me suis retrouvée avec 2 pastèques dures comme du bois… ça me change de mon 85 A habituel 🙄 Quelques séances de douches chaudes pour ramollir tout ça et zou, c’ était reparti ! Pour l’allaitement de la Puce, j’ai eu les mêmes séances de tortures que Ficelle : les AP qui appuyaient sur sa tête pour la forcer à téter 👿 , alors qu’il suffisait de masser un peu les seins et mettre un gant d’eau chaude. Rétrospectivement, ça me choque beaucoup cette méconnaissance de l’allaitement par des professionnelles de la petite enfance.

  8. Béatrice dit :

    Ah oui, et pour les P’tits Mecs N°1 et N°2, je ne pouvais pas les garder dans ma chambre, c’était pouponnière obligatoire de 22h à 6h. Les puer me les ramenaient s’ils avaient « faim » … mais impossible de savoir ce qui se passait vraiment en pouponnière 😕 …

  9. Charlinette dit :

    moi pas de souvenir de tétées en continue avant la montée de lait… de toutes façons bébé était sur moi (ou sur son père) en continue 24h/24, et ce pendant 3 semaines! je me souviens juste de mes seins chauds, tendus, durs, douloureux et moi j’attendais avec impatience les tétées… enfin sur 1 sein car sur le 2ème, mini début de crevasse enrayée de suite.
    Ce qui est sûr c’est que ma sage femme m’avait prévenue de ces tétées continuelles le 2ème jour (en gros)… toujours je dis « vive l’accompagnement global » 😉
    ahhh et personne n’en parle alors peut être vous ne connaissez pas (ou alors vous avez oublié?) : après l’accouchement, dès qu’on sent que les sens « se remplissent », ne pas attendre de les avoir super durs et gros, de suite les envelopper d’une feuille de chou vert et changer les feuilles toutes les 3 heures en gros : c’est pour éviter l’engorgement! Et ça marche 😀

  10. Charlinette dit :

    ahhh et vous avez vu, pour la 1ère fois je suis parmi « les plus bavardes du mois » :mrgreen: merci Ficelle d’avoir accouché dernièrement lol! 😆

  11. zazila dit :

    Ici montée de lait à J+2, après une nuit « normale »…
    Je ne me souviens pas de tétées très fréquentes (pas plus fréquemment que toutes les 3 heures les 2 premiers jours) par contre c’était des tétées très longues (1/2 heure, une heure, alors qu’à la mat’ on me disait 10 minutes par sein… hein ? pas possible de la faire lâcher si vite !).
    Je me souviens par contre des seins qui durcissent cette nuit-là et deviennent ici aussi des pastèques au fil des heures.
    Puis le changement de lait a été visible, car a J+2 de retour à la maison, ma puce tète goulûment, elle avale-avale-avale sans trêve, se détache et puis…. Vomit tout plein de lait ! Une belle flaque de lait à peine caillé !

  12. Kaede dit :

    Pour moi, j’ai remarqué exactement la même chose que toi et j’ai fait exactement la même chose que toi ! 😀
    Résultat : une montée de lait importante mais gérable pour les 2 loupiaux et une reprise de poids en un temps record.
    Ma fille avec dépassé son poids de naissance à J+4
    et mon fils, je ne sais plus mais il a pris 1kg200 le premier mois, donc il ne s’est pas privé…

    Ce serait une question à poser lors d’une réunion d’association d’aide à l’allaitement… 😉

  13. zazila dit :

    Ah, oui, et c’est vrai qu’on parle peu de la transition, en préparation à la naissance par exemple, zéro info sur la mise en route de l’allaitement. Je me souviens d’avoir lu et entendu « la montée de lait SE FAIT 3 à 5 jours après la naissance… » (comme si elle tombait du ciel 🙄 🙄 ), c’est vrai qu’il manque le COMMENT elle se fait.
    Et c’est un passage assez délicat: si on m’avait prévenue de l’effet stimulus-réponse, je n’aurais pas dormi SUR les coupelles recueille-lait… 👿 Globalement autant à la mat’ on m’a bien coachée pour la mise au sein, autant on ne m’a pas du tout briefée sur les jours à venir…

  14. Ficelle dit :

    @Charlinette, héhé je vais me rattraper fissa… 😉

  15. Ficelle dit :

    @zazila, en plus des pastèques, viennent les vergetures! ô joie bonheur, les vergetures sur les seins… Après ça fait comme un soleil aux rayons rouges… Après 18 mois, les dites vergetures ont disparues (que là hein, je précise… ailleurs elles ont laissé de belles trainées blanchâtres auxquelles s’ajoutent aujourd’hui une seconde génération de copines) et ma seconde montée de lait bien mieux maitrisée est en train de sauver mon décolleté. Comme dirait Thirion (encore!) la méconnaissance de ces mécanisme (forte demande, montée, tétage en continu pour soulager) hypothèque l’avenir esthétique de nos poitrines… Grrr

  16. @Béatrice, pouponnière obligatoire ?? 😯 👿 (j’aime pas les trucs obligatoires…)

  17. @Ficelle, le forçage de tétée, rien de tel pour entraîner une bonne grève de tétée… 🙄 👿

  18. @Charlotte, ah moi c’est le contraire : pas senti la montée de lait, mais alors les tétées, aïe aïe ! comme quoi… (et moi le curaçao pas trop mon truc, sauf dans un cocktail pour faire joli :mrgreen: )

  19. Gaelle dit :

    Pouponnière obligatoire???!!!!??? Avec un allaitement qui démarre, en plus…Eh bé.
    A la maternité quelques sage-femmes m’engueulaient parce que je donnais trop souvent ou pas assez (« quoi? vous ne l’avez pas réveillé alors qu’il n’a pas mangé depuis 6 heures??!!! » Bah non, il dort. Et j’ai comme dans l’idée que ça ne va pas durer si vous continuez à hurler à 2 cm de lui…:evil: »quoiiiii? Il est ENCORE au sein? » Bah oui, il a faim…)

    Heureusement, HEUREUSEMENT que j’avais été informée avant…

    Sinon j’ai passé une nuit entière le petit doigt dans la bouche du loulou, et puis je l’ai pris avec moi dans le lit, effectivement.

    Quant à la montée de lait, je n’ai rien senti du tout du tout

  20. @Anne Cé, je crois que Pouss1 ne s’arrêtait de téter que lorsqu’il dormait sur son père… mais bon à part cette nuit-là il pouvait avoir l’air vaguement satisfait pendant bien 20 minutes après une tétée 😆

  21. Gaelle dit :

    @La poule pondeuse, ici non plus rien senti du tout. Et paire d’obus dès la fin de la grossesse puis obus +++++ dès le jour de l’accouchement (oh les photos de la naissance du loustic avec le sein plus gros que sa tête…)

  22. @sophie, rraaaaah la tétée de 2h, on est contente quand ça s’arrête !

  23. Caramelyne dit :

    @Charlinette, Je viens d’acheter un livre très sympa (The day by day pregnancy book par Maggie Blott, mon préféré parmi ceux que j’ai pu lire jusqu’à présent, je ne sais pas ce que vaut sa traduction française « Votre grossesse jour après jour » mais j’adore les photos et croquis qu’on y trouve). On y parle de cette astuce des feuilles de chou vert, y’a même une photo, les feuilles de chou qui dépasse du soutien-gorge d’allaitement, c’est treèèèèès sexy :mrgreen:

  24. Ficelle dit :

    @La poule pondeuse, BB2 est beaucoup plus serein (mains ouvertes, éveillé et calme… bébé parfait :mrgreen: 😆 ) que Miss A. qui était très crispée pendant plusieurs semaines après sa naissance (notamment longues semaines de « pleurs du soir »/coliques watever…). Je me dis que ce forçage de tétée et mon stress à la maternité environnée de gens qui se contredisaient et faisaient monter les angoisses là où il n’y avait pas lieu (car je ne dis pas que dans certains cas, sans doute rares, il faut intervenir ex: sur des bébés hypotoniques ou autre…) a du beaucoup jouer sur l’état général des deux loulous…

  25. Ficelle dit :

    @Gaelle, en parlant de gros lolos, vous avez vu cette vidéo? http://www.nbci.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=127:baby-28-hours-old-assisted-latching&catid=6:video-clips&Itemid=13 sans vouloir vexer personne, moi qui aies plutôt des petits nénés, elle m’a plutôt effrayée 😉

  26. Ficelle dit :

    @Charlinette, parait qu’il faut y faire un trou pour le mamelon? (feuille de chou trouée sur sein tendu: des photos! des photos! 😆 😉 )

  27. sophie dit :

    @Ficelle, 😯 😆 😆 pour moi c’est du domaine de l’extra terrestre !

  28. Gaelle dit :

    @Ficelle,
    rhooooo, ah ouais quand même (mais je crois qu’ici c’était pas très loin de ça 🙄 … chaque fois que je revois des photos je me dis « Ooooh, elle était vraiment toute petite, la tête de Loulou à la naissance! » 😆 )

  29. Gaelle dit :

    ssssssssssssexy ! :mrgreen:

  30. Gaelle dit :

    @zazila, moi j’ai eu la chance d’avoir une très bonne information sur l’allaitement pendant ma grossesse, grâce à… la PMI!
    Franchement, j’ai été informée des séances d’info par la sage-femme du conseil général qui me suivait à domicile et la qualité d’info était top top top! Pas de clichés, pas de tendance à tomber dans le « bah c’est naturel vous verrez bien comment ça se passera » ni de « oh là là vous allez en chier », mais vraiment une super écoute, un souci de donner de l’info pratique, concrète, incluant mise en route, suites, allaitement long, sevrage… et qui répondait vraiment à nos interrogations.
    Mais bon, je me doute que ça n’est pas partout pareil et très lié à la personne qu’on a en face.

    Parce que à la mater par contre… quelle cata… 🙄

  31. Jouls dit :

    Oui moi j’ai constaté une nuit de folie… C’était horrible, j’étais à la maternité, crevée, et je me suis dit que si c’était comme ça toutes les nuits pendant 3 mois au moins j’allais jamais tenir le coup. L’infirmière de nuit qui est passée me voir en entendant mon bébé hurler n’a pas été capable de me dire ce que c’était.
    Le matin j’étais complètement perdue, envie de pleurer tout le temps tellement j’étais crevée, je ne comprenais rien du tout… Ce n’est que quand la psy de la mater, qui est une amie, est venue me faire un petit coucou, et que je lui ai raconté ma nuit, qu’elle m’a dit: « Oh ben ça ma vieille, c’est que tu as eu la montée de lait, ça les rend fous! C’est toujours comme ça la 3ème nuit! » Même la sage-femme du matin n’avait pas été fichue de me le dire. Et bien, le seul fait de le savoir, c’est comme si je venais de redormir une heure! J’étais soulagée, tout allait bien, en plus comme j’avais fait téter ma fillette toute la nuit je ne risquais pas trop l’engorgement, mais surtout je comprenais ce qui s’était passé, et ça ça change tout!
    Du coup je saurai, pour la prochaine fois: je dormirai avec le bébé, au moins la nuit de la montée de lait, comme ça au moins je n’aurai qu’à soulever le t-shirt…

  32. Béatrice dit :

    @La Poule et Gaelle, C’était il y a longtemps :mrgreen: (17 et 14 ans) … Depuis (même maternité) c’est BB 24h/24 avec maman (sauf si elle demande qu’il soit gardé en poup) et même BB dans le lit de maman (« ça sera plus facile pour vous  » 😆 )

  33. Béatrice dit :

    @Ficelle, Ah oui, les seins plus gros que la tête, c’était ça aussi ici 😉

  34. Béatrice dit :

    @Ficelle, Vazy Ficelle, Vazy ….. (et un comm pour rien, un :mrgreen: ) ➡

  35. @Charlinette, ici montée de lait tout en douceur les 2 fois, sans feuille de chou (côté engorgement hein, parce que niveau tétons, arrrrgggll !). Par contre par la suite quand j’ai un engorgement je mets une feuille de chou (faut la lacérer avec une fourchette d’après ma SF), c’est le top du glamour. Et puis après tu es bien emmerdée si tu n’aimes pas le chou parce qu’il t’en reste un au frigo :mrgreen:

  36. @Ficelle, ici les vergetures des seins datent de l’adolescence 🙄 Aucun lien avec grossesse ou allaitement. Enfin maintenant elles sont à peu près discrètes (et de toute façon je fais pas de topless).

  37. @Kaede, ici aussi on n’a pas eu d’inquiétude pour le poids (Pouss1 a perdu en tout 100 g -en partant de 3,9 kg- quant à Pouss2 on n’a pas trop suivi mais il est passé au 3 mois vers 1 semaine…).

  38. @zazila, coupelles de lait et sommeil, c’est juste pas compatible, j’ai essayé une fois la nuit (juste pendant la tétée), évidemment j’en ai foutu partout en la retirant 😆

  39. @Jouls, voilà c’est EXACTEMENT pour éviter ça que j’ai fait ce billet !

  40. @Ficelle, ben moi j’en suis pas très loin 🙄

  41. Eve dit :

    ah oui je me souviens de cette nuit de tétées très longues (2h c’est une moyenne hein! 😆 )… suivie le lendemain par une envie de pleurer quasi permanente…
    c’est une amie AP qui est venue me voir ce jour-là qui m’a demandé si je ne pleurais pas trop vu que c’était 3 jours après l’accouchement : si si pourquoi?
    il paraît que c’est normal, que le corps comprend que la grossesse est fini et du coup toutes les hormones se font la malle et c’est assez terrible! ben c’est bien d’être informée par quelqu’un d’extérieur à la maternité!!! 🙁

  42. Jouls dit :

    @La poule pondeuse, Alors j’ai envie de dire « dommage que tu l’aies pas écrit avant », mais en même temps tu pouvais pas savoir… 🙂
    Alors merci pour les suivantes en tout cas!

  43. Ficelle dit :

    @La poule pondeuse, 😉 ➡

  44. Saminette dit :

    @Ficelle,

    Ben quoi, j’ai les même !!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    Et je n’ai pas (encore) de réclamations.

    Sam

  45. Saminette dit :

    @La poule pondeuse,

    Ah, toi aussi ? 😳
    Je m’attendais au pire entre la grossesse et l’allaitement et rien, nada, que dalle (pour l’instant)… 😈
    Celles que j’ai datent aussi de la puberté.

    Sam

  46. Saminette dit :

    Merci pour ce post… ça aide, c’est sûr.
    Pour ma part, je n’ai aucun souvenir, mais c’est sûrement parce que j’ai perdu mon cerveau-placenta : mes trois neurones se battent en duel et j’ai une mémoire de poisson rouge, affreux ! M’enfin, tant que je me rappelle de nourrir mon p’tiot, c’est pas grave. 😆

    Cela dit, pleurer à la maternité ? autours des 3 jours ? ça me rappelle quelque chose, bizarrement…

    Sam

  47. Caramelyne dit :

    @La poule pondeuse, effectivement un grand merci, c’est quelque chose a quoi je n’avais pas pensé, maintenant je saurais que quand bébé deviendra fou, il faudra acheter du chou 😉

  48. sophie dit :

    Je rentre de la PMI et missbébé a pris environ 200 g en 3 jours … 😀 Je suis super contente d’être tombé sur une AP pro-allaitement et cododo à la maternité et d’avoir lu plein de trucs sur l’allaitement avant (merci la Poule et toute la Basse-cour) !! Pour la Puce, on m’avait fait comprendre que césarienne = allaitement improbable. 👿 Pour Missbébé, la mise au sein ne s’est pas fait non plus dans des conditions merveilleuses : après l’accouchement, on me la mis sur le ventre 3 mn puis la SF et le papa sont partis avec elle pendant près de 2 h (séance rafistolage, couture, colmatage…) puis mise au sein timide. Après je suis resté pendant 7 heures avec sur le bras droit une perf de glucose, une autre d’antibiotique et des poches de sang, et sur le bras gauche le tensiomètre… pas idéal pour prendre un bébé dans les bras ! Forcément, elle est partie à la nurserie…Et bien dès le lendemain, les mises au sein se sont passées de mieux en mieux. Comme quoi, rien est perdu.
    Qu’est ce que j’ai pu pleurer à la maternité !!! Autant de larmes que de lait 🙄

  49. @Ficelle, et même si on intervient, on n’est pas obligé d’en rajouter dans la montée d’angoisse… 🙄

  50. @Caramelyne, et se rappeler que ça ne va pas durer 😉