Let’s talk about sex (1)

Salt-N-Pepa Je ne sais pas bien pourquoi exactement je me lance sur ce sujet, qui est bardé de difficultés (ah si, c’est à cause de Ficelle qui m’a tannée avec ça). Chaque femme a une expérience bien particulière, qui pourra varier à chaque grossesse, et pourtant on nous sert les mêmes poncifs éculés à chaque fois. En même temps je n’ai pas très envie de m’étaler sur mon expérience personnelle, d’autant plus que je n’en vois pas forcément l’utilité. Et la moindre recherche google me sort des listes de pages que je n’ai aucune envie de visiter. Au fait le sujet en question c’est « sexe et bébé ». Procédons chronologiquement.

Première étape : Faire le bébé. En général c’est le meilleur moment pour le sexe. D’abord on arrête la contraception, qui si elle est hormonale peut jouer sur la libido. Et puis surtout le désir d’enfant est souvent un puissant moteur de désir sexuel. A ceux (bon c’est surtout « celles ») qui me demandent conseil sur le meilleur timing, je suggère généralement de ne pas se lancer dans des calculs d’apothicaire ou pire des courbes de température, ou en tout cas pas dans un premier temps. D’abord ce n’est ni très romantique ni très excitant, ensuite ça n’est pas toujours très fiable et enfin on ne compte plus les femmes qui sont tombées enceintes seulement après avoir arrêté les calculs. Donc sachant que les spermatozoïdes une fois largués ont une durée de vie d’environ trois jours (selon les sources on trouve deux à cinq, on dira qu’il y a une forte variabilité naturelle), si on fait des travaux pratiques deux à trois fois par semaine (ou plus si affinités et/ou premier enfant…), on est à peu près sûr que l’ovule ne se trouve jamais seul au moment où il se décide à se pointer (voir aussi l’article de Martin Winckler). En général les coqs sont assez partants pour ce type de stratégie.

Deuxième étape : la grossesse. Faisons d’abord le tour des généralités sur le sujet. D’abord le premier trimestre : il n’est traditionnellement pas très favorable à la bagatelle, par son climat hormonal et par les conséquences de celui-ci. Les nausées ne sont pas particulièrement érotisantes et le fort besoin de sommeil souvent ressenti à cette occasion peut conduire la future maman à imiter la poupée Corolle qui ferme les yeux quand on la couche. Et ne parlons pas d’autre symptômes moins courants comme le ptyalisme… Le deuxième trimestre voit théoriquement la femme enceinte se transformer en nymphomane : elle pète le feu et n’est pas encore trop gênée par son ventre, les hormones (ainsi que Vénus dans la troisième maison du Bélier ?) sont favorables à une certaine activité sexuelle. Enfin au troisième trimestre la femme est fatiguée, elle a mal partout, ne sait pas quoi faire de son ventre et ne veut donc plus entendre parler de sexe, sauf lorsque l’accouchement se fait attendre et qu’elle espère un déclenchement à l’italienne.

Evidemment les choses ne sont pas aussi claires et tranchées dans la vraie vie (voir aussi ce document qui est moins neuneu que ce qu’on nous sert d’habitude). D’abord les hormones changent souvent la sensibilité des zones érogènes, cela peut être en bien mais aussi en moins bien, et dépendre des périodes de la grossesse (et pas forcément de la façon écrite dans les livres). Ensuite certains effets secondaires de la grossesse (pensons aux nausées mais aussi aux hémorroïdes et autres mycoses par exemple)  peuvent persister tout au long de celle-ci, et là encore on comprend facilement que ça ne donne pas envie de zigounipiloupiler. N’oublions pas non plus les menaces d’accouchement prématuré qui sont souvent incompatibles avec le sport en chambre. A l’inverse les sensations peuvent être largement améliorées par la grossesse, certaines femmes connaissant même leur premier orgasme à cette occasion (une sur cinq paraît-il), ou simplement des orgasmes plus intenses (pas de panique les contractions orgasmiques n’induisent pas d’accouchement prématuré, à moins d’être déjà dans une situation de menace importante).

Au niveau psychologique, là aussi de nombreux facteurs peuvent interférer avec la libido. L’incompatibilité mère/amante, le dégoût d’un corps qui change, la peur (pourtant infondée) de faire mal au bébé, les consultations médicales répétées qui peuvent conduire à un sentiment de désexualisation, et bien d’autres choses sont susceptibles de bloquer les envies sexuelles des femmes enceintes. D’autres au contraire ressentent leur féminité magnifiée, voire enfin complète, ce qui exacerbe et renforce leur désir. Là encore ça peut être par phases, et pas toujours selon les préconisations des ouvrages de référence.

N’oublions pas que ce genre d’activité se pratique généralement à deux, ce qui complique l’équation (et encore je me cantonnerai au classique papa + maman = bébé). Le futur père peut lui aussi être bloqué ou au contraire être encore plus attiré par sa femme et ses nouvelles formes (ah la poitrine de la femme enceinte…), et ce également par phases. Si celles-ci ne sont pas synchronisées avec celles de Madame, forcément ça n’aide pas.

Quelques considérations pratiques. D’abord, le ventre. Il devient rapidement une troisième présence dont il est difficile de faire totalement abstraction mais vous pouvez quand même adopter des positions où on le sent moins (non je ne vous ferai pas de dessin, je vous laisse expérimenter, sinon faites un tour ici pour quelques idées, sans oublier que le sexe ce n’est pas que le coït…) ; on peut aussi éviter de le caresser pendant les grandes manœuvres. Les bébés comprennent souvent qu’il faut se faire discret dans ces moments-là et évitent de danser la samba (et on pense qu’ils apprécient l’exercice qui les plonge dans un bain d’hormones euphorisantes, certains parlent même d’effet jacuzzi…). Ensuite si on connaît une baisse de désir, on peut aussi tenter de relancer la machine en prenant soin de soi et de son corps (jolis vêtements/lingerie -voir cette vidéo-, épilation, coiffeur, soin esthétique…). C’est toujours ça de pris que de se sentir plus belle, et ça marche aussi pour ranimer la flamme chez Monsieur. Pourquoi pas un petit week-end à l’hôtel (même dans sa propre ville, ça dépayse), avec les éventuels aînés casés pour l’occasion ? Ou même chez soi mais sans les grands ? La fatigue est fatale à la libido, et si un coq veut remotiver sa poule il peut commencer par la décharger des taches ménagères pour qu’elle se recharge ses batteries (et quoi de plus sexy qu’un homme qui fait la vaisselle ? un homme qui passe l’aspirateur peut-être ?). Si le bébé occupe toutes vos pensées, n’oubliez pas que des parents amoureux et soudés sont un atout précieux pour lui. Notez que ces dernières idées sont aussi valables après l’accouchement.

Après l’accouchement justement, on en parlera demain (suspense de la mort qui tue). D’ici-là n’hésitez pas à partager vos expériences (quitte à commenter anonymement, avec perruque et lunettes de soleil…).

Tags: , , , , , , ,

119 Responses to “Let’s talk about sex (1)”

  1. Clemys dit :

    Alors là pfffff bah non pfff franchement, ce sera sans moi. Même incognito 😎 La bonne nouvelle, c’est que tes stats vont exploser ! 😀
    Et sinon, il suffit de demander pour que tu traites un sujet ??? c’est bon à savoir 💡

  2. pâte a crêpe dit :

    Pas de perruque ni de lunettes de soleil alors je me contenterai d’un « je suis d’accord avec tout ce que tu dis! » (juste sur le smiley les lunettes 😎 )
    Je me rappelle avoir pesté durant ma grossesse contre tous les clins d’œil bien lourdingues à mon mari quand je mettais un décolleté ou toutes les remarques « innocentes » du genre « il paraît que c’est mieux……non???? » :mrgreen:

  3. pâte a crêpe dit :

    J’ai la chanson dans la tête pour toute la journée!!!

  4. Béatrice dit :

    Ben voilà, il est très bien ton sujet, elle a eu raison d’insister Ficelle :mrgreen: C’est vrai qu’on lit tout et n’importe quoi sur le sujet et qu’en fait, sauf problème médical majeur ben vaut mieux se faire confiance et beaucoup en parler avec son homme (ça évite les « trucs » qui ne branchent plus, et puis le cerveau, c’est un puissant aphrodisiaque 😉 ) En attendant, je me rappelle la tête du papa des P’tits Mecs 1 et 2 quand le gynéco à dit que « plus rien » jusqu’à la fin (menace d’accouchement prématuré), pas heureux le papa 🙄 Sinon, je confirme, déclenchement à l’italienne, ça fonctionne 😆

  5. Clemys dit :

    @pâte a crêpe, idem ça me rappelle quelques boums ! :mrgreen:

  6. Nashii dit :

    Y’a du vrai dans tout ce que tu dis. J’ajouterai également que ca dépend aussi des grossesses car de mon coté, les effets et les ressentis ont été différents de l’une à l’autre alors que physiquement, je ne me sentais pas plus de fatigue ou de nausées…
    j’attends demain avec impatience !

  7. @Clemys, il suffit pas de demander (faut aussi que ça me botte/que j’ai l’impression d’avoir vaguement qqch à dire) mais y a moyen de moyenner…

  8. @pâte a crêpe, ma cousine avait le 45 tours quand on était au collège :mrgreen:

  9. Ficelle dit :

    (anonyme 😎 ) Bon, je me dévoue puisque, visiblement, j’ai une dette envers notre poulette nationale (et que personne n’a pour l’instant l’intention de tomber le masque)… Donc moi, je trouve que ce n’est pas un non sujet et qu’il est utile d’en parler. Perso, outre les petits soucis de positions (j’ai acheté « Osez l’amour pendant la grossesse » qui en indique quelques unes, c’est pas inutile pour varier un peu…), ce que je trouve compliqué, c’est de conserver une harmonie dans le couple pendant les périodes, parfois un peu longuettes, où la libido est proche du niveau de la mer. Comment faire comprendre au mâle en rut qui vous sert de conjoint que là, ben, c’est franchement pas le moment/que ce serait vraiment que pour lui faire plaisir à lui etc.? Et sans vouloir forcer personne, celles qui ont une sexualité hyper épanouie pendant la grossesse serait gentilles de partager leurs « trucs » avec les copines, hein, merci!
    @Béatrice: on a essayé, ben ça a pas marché du tout!

  10. @Béatrice, oui j’imagine la tête du papa 😆

  11. @Nashii, tout à fait, y a même des femmes qui disent aussi que ça dépend du sexe du bébé (pour moi c’est un peu différent entre les 2 et pourtant 2 mecs, y en a un qui doit être + testostéroné 😆 )

  12. Fleur dit :

    hmmm… si je dis grossesses hyperémétiques (avec vomissements jusqu’après la naissance au pire, jusqu’à 5 mois de grossesse au mieux) et menaces d’accouchement prématuré (à partir de 7 mois de grossesse au mieux, 4 au pire), j’ai tout dit, non?
    bon, la bonne nouvelle, c’est que l’allaitement prolongé permet, chez moi, de garder cette agréable poitrine opulente pendant… longtemps!

  13. @Ficelle, aller à l’hôtel, mettre des bas, s’épiler, lire de la littérature érotique (de préférence écrite par une femme)…

  14. Béatrice dit :

    @Ficelle, Ah oui, moi j’aimerai bien en connaitre pour qui c’est épanoui tout le temps, incognito bien sûr :mrgreen:
    Pour le mâle en rut, ben discuter, en parler … Ou aller se coucher vite fait avant la fin du film …. Ou attendre qu’il dorme avant d’aller se coucher (là, c’est plus dur :mrgreen: ) OK, je sors … 😆

  15. Béatrice dit :

    @La poule pondeuse, mettre des bas et s’épiler, au bout de quelques mois, c’est du sport :mrgreen:

  16. @Béatrice, pour l’épilation y a des pros ! et pour les bas on peut se faire aider de l’homme…

  17. pâte a crêpe dit :

    @La poule pondeuse, moi je l’avais enregistré à la radio….. 😳

    je viens de me prendre un coup sur la tête en regardant la date de cette chanson:c’était il y a 18 ans les filles….. 😥

  18. pâte a crêpe dit :

    @Ficelle, ne pas en vouloir au mâle d’être en rut aide à ce qu’il n’en veuille pas à la baleine d’avoir la libido dans les chaussettes (je visualise très bien une baleine avec des chaussettes rouges…. :mrgreen:)

  19. charlottine dit :

    Interressant cet article… je pense que ça diffère d’une femme à l’autre. Perso, la grossesse m’a plutôt inhibé la libido aussi bien pour ma fille que pour mon garçon … une vraie bonne soeur !!!!!!!!!!

  20. Ficelle dit :

    @Fleur, moi même pas! mes seins sont tout vite et raplapla pendant l’allaitement! Ils ne se gonflent que quand le bébé tète et fait monter le lait. Bon là, par contre, à 4 mois de grossesse, ça redevient plus chouette niveau décolleté 🙂

  21. Béatrice dit :

    @La poule pondeuse, l’épilation chez l’esthéticienne ça reste un de mes pires souvenirs de la dernière grossesse 😉 Je voulais être nickel pour le jour J (mais qui s’en soucie ??), et je me suis retrouvée telle une baleine échouée sur sa minuscule table, avec la trouille de me casser la figure au moindre mouvement. Au moins, elle ne me racontait pas son accouchement, elle n’a pas d’enfants 🙄

  22. Fleur dit :

    @Ficelle, ouais ben je peux pas avoir tous les inconvénients hein… parce qu’en post natal, il y a aussi les bébés RGO allergiques avec 4 à 6h de hurlements quotidiens pendant des mois… comment dire… ça n’aide pas!

  23. Ficelle dit :

    @Fleur, attends! Les suites de couche, c’est le sujet de demain! Pour ce qui est de l’effet « ceinture » des grossesses à risques, je pense que mon homme serait assez délicat pour me répéter, si ça nous arrivait: « finis les grossesses, ou bien c’est mère porteuse, hein! » à chaque fois qu’il aurait des envies de bagatelle… Ma pauvre 🙁

  24. Ficelle dit :

    @pâte a crêpe, ben je suis d’accord avec toi, mais une fois qu’on a fait ce constat, « tu as envie, moi pas, je le respecte blablabla… », on fait quoi? On lui dit de prendre une maîtresse? On se force? Il passe trois mois frustré?

  25. Ficelle dit :

    @Béatrice, héhéhé les vieilles techniques :mrgreen: pas sûr que ce genre de mooves suspects marchent chez moi…

  26. Béatrice dit :

    @Ficelle, ça ne marche pas chez moi non plus 😉

  27. Béatrice dit :

    @Ficelle, Moi perso (non, rien de croustillant 😆 ), parfois je me forçais un petit peu … et, ben, au final, c’était plutôt pas mal … (je parle pour N°4 là …)

  28. Clemys dit :

    @Ficelle, on change de mec ?
    ok je sors ➡

  29. pâte a crêpe dit :

    @Ficelle, donc les compromis, les concessions et l’empathie ça peut marcher, non? (la barge de la parentalité qui met du « Gordon 3° méthode » dans la résolution de problèmes sexuels! :mrgreen:)

    Chacun sa solution, les recettes et les trucs des autres, perso ça n’a jamais aidé ma vie sexuelle!

    @Clemys :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  30. suzie dit :

    Moi, je dis : « vaut mieux en profiter pendant la grossesse, parce que après, pfff… » (Oui, je sais c’est pour demain :mrgreen: ). C’est vrai que la libido est exacerbée mais en même temps, il y a plein de freins à la pratique : nausées, fatigue, gros ventre, etc. Perso, les contractions utérines liées à l’orgasme me gênaient beaucoup en fin de grossesse. Psychologiquement, ça fait quand même un peu bizarre quand le bébé est vraiment gros, on a un peu l’impression de l’avoir comme « spectateur ». Pour finir, la remarque de l’obstétricienne à ma dernière visite : « Allez maintenant rapports sexuels tous les jours pour déclencher !! ». C’est le Coq qui a été content de cette prescription médicale :mrgreen:

  31. Poulpinette dit :

    Bonjour la basse-cour !

    Nouvelle à suivre le blog (enfin, pas si nouvelle que ça, car ça fait au moins 3 mois que je lit les anciens posts), je me décide enfin à commenter.
    Tout d’abord, merci à la Poule Pondeuse de nous offrir de si intéressants articles, que même que dans mes magazines favoris yen a pas tant qui m’intéressent, c’est dire…
    Bref, pour rebondir sur l’article de ce jour et parler de ma propre expérience : je suis actuellement enceinte de 7 mois et 1/2. Premier trimestre : nausées sans vomissement, calmées après ingestion de sucré, donc galipettes après le goûter 🙂 au rythme habituel.
    2e trimestre : pour moi la libido s’est vraiment emballée, mais pas facile quand on a pas les même horaires que monsieur.
    3e trimestre: là par contre ça devient chaud, c’est vrai que mon ventre me gêne et en plus il « tire » dès que je suis un peu debout, et surtout j’ai des contractions pendant des heures après un rapport avec pénétration et orgasme (juste une heure si j’ai pas d’orgasme…). Bref, on a beau me dire que ça risque rien, moi, ça me fait flipper et en plus c’est très inconfortable (je vais pas dire douloureux, quoique, une fois j’ai pris un bain chaud et du spasfon pour calmer ça…). Bref, pas évident de jongler avec tous ces paramètres, et la fatigue qui revient de plus belle en ce milieu de dernier trimestre.
    Heureusement que mon zhomme est compréhensif (attention, ça l’empêche pas d’être souvent en demande, mais c’est vrai que du coup, ça nous force à privilégier d’autres « approches » de la sexualité).
    Voilà, je ne sais pas si ce commentaire était bien utile, mais ça fait du bien de lâcher le morceau 🙂
    Ah oui pis j’ai une demande pour la poule pondeuse : je me demandais si tu (pardon pour le tutoiement, mais je trouve ça plus simple) avais utilisé un coussin d’allaitement et si tu pouvais éventuellement faire un article pour nous aider à choisir, et j’ai aussi beaucoup de mal à trouver des habits d’allaitement à un prix décent, les poulettes avez-vous des bons plans ?

    Merci et bonne journée à toutes.

  32. @Béatrice, tu as eu de la chance, il y en a qui racontent les accouchements des autres… :mrgreen:

  33. @Béatrice, c’est vrai que parfois on ne regrette pas de se laisser convaincre 😉

  34. @charlottine, oui c’est ça le problème, c’est impossible de généraliser.

  35. @suzie, c’est pas le Coq qui a soudoyé la gynéco ?

  36. Clemys dit :

    @Poulpinette, H&M mama pour les tops d’allaitement pas chers.

  37. @Poulpinette, mais si mais si, c’est utile !
    Oui j’ai utilisé un coussin d’allaitement, au début en tout cas je ne pouvais pas m’en passer. Un truc ENORME que j’ai acheté en magasin de puériculture, avec des microbilles en polystyrène. J’ai pas testé les autres matières alors je peux pas dire si c’est mieux ou moins bien, même si ça m’avait l’air mieux (il y a aussi les balles d’épeautre pour le côté bio). C’est utile aussi pour se caler en fin de grossesse, voire pendant l’accouchement. J’aurais du mal à faire un article en n’en ayant testé qu’un…
    Pour les vêtements d’allaitement, y a aussi remonter son t-shirt, ça marche bien (et le bébé cache le ventre). Sinon pour les grandes occasions (robes notamment) voir http://www.bellamaman.com/ et http://mamanana.com/
    Voir aussi ici pour plein d’idées, y compris pour adapter des vêtements qu’on a déjà http://blog.allaitement.mamanana.com/2007/11/comment-shabill.html

  38. Ficelle dit :

    @Béatrice, pareil! 😉

  39. Anne Cé dit :

    ici, la grossesse n’avait pas éteint ma libido. je dirais même au contraire, mais c’est mon homme qui n’était plus du tout partant. pour je ne sais quel obscure raison (peur de gêner au bébé ?). en tout cas, il a bien fallu que je patiente !

    alors les maris en rut en mal de câlins ont toute ma compassion ! 😆

  40. Clemys dit :

    @La poule pondeuse, ok :mrgreen: alors en vrac des sujets en veux-tu en voilà 😉 : les folates avant et après conception ; sport et grossesse ; la diversification alimentaire c’est aussi culturel (par exemple les italiens, ils commencent avec la pasta, pas à la courgette vapeur alors pourquoi mon pédiatre joue les orthodoxe alimentaire ?) ; pourquoi le statut d’auto-entrepreneur n’est pas ouvert au congé parental ? ; la reprise du boulot après congé mater.
    Je suis sûre que j’en ai d’autres en stock s’il faut…

  41. Ficelle dit :

    @Poulpinette, merci pour ce commentaire qui dit les choses sans fausse pruderie! J’allais répondre à Suzie sur les contractions, mais là c’est pareil, hein? Donc, moi non plus, ça m’a moyen plu ce côté contractions après chaque galipette… Déjà que t’as l’impression de vaguement déranger ton locataire pendant les ébats, ensuite tu lui compresse le citron pendant trois plombes, c’est quand même vaguement culpabilisant. En plus, quel risque pour le col entre 6 et 8 mois? Perso, je suis dans le deuxième trimestre (deuxième grossesse) et vous commencer à m’agacer gentiment avec votre libido à donf… Moi, ça allait la dernière fois, mais là, c’est franchement mou du genou! Alors La Poule, un topo sur les hormones et leurs effets sur les envies coquines?

  42. @Ficelle, c’est normal et pas préoccupant d’avoir quelques contractions, tant qu’il n’y en a pas trop, qu’elles ne font pas bouger le col (à vérifier à la consult/à l’écho si on flippe trop) et qu’on n’en a pas au repos (seulement après/pendant effort/exercice/sexe…). Et le bébé n’a pas le citron compressé, d’abord y a toute cette foutue flotte qui le protège, ensuite ce ne sont normalement pas des contractions fortes de travail. Au contraire c’est ça qu’on appelle l’effet jacuzzi 😉
    Pour les hormones, ben on vient de voir que ça n’avait pas les mêmes effets chez tout le monde alors… :mrgreen:

  43. @Anne Cé, bon ben faut que t’échanges avec Ficelle alors (OK je sors ➡ ) :mrgreen:

  44. Béatrice dit :

    @Ficelle, non, mais là en plus c’est l’automne, le brouillard, le changement d’heure, tout ça … :mrgreen: et puis on fatigue plus vite quand on a déjà un (ou plusieurs enfants)… et puis ça t’agace, donc t’as envie que ça change, donc t’es sur la bonne voie :mrgreen: (psychologie à 50cts … 😆 )

  45. Béatrice dit :

    @La poule pondeuse, La Basse Cour une secte échangiste ❓ :mrgreen: :mrgreen:

  46. @Fleur, oui c’est assez tue-l’amour effectivement… En ce qui me concerne la grossesse ne change pas la taille de ma poitrine (encore heureux 🙄 ) par contre j’ai les tétons au garde à vous ce qui n’est pas pour déplaire à quelqu’un que dont je respecterai l’anonymat 😆

  47. Anne Cé dit :

    @Poulpinette,
    le coussin d’allaitement, très utile, y compris pendant la grossesse pour se caler confortablement (au lit, sur le canapé,…) et à la maternité.
    je voulais un truc bio (pas de billes de polystyrène) mais ceux en épeautre pèsent un âne mort, j’ai choisi un modèle garni en kapok.

    pour les vêtements d’allaitement, mêmes conseils que la Poule : remonter son tee-shirt (ou baisser son décolleté) + quelques vêtements (hauts et robes) achetés chez mamanana pour les jours où je n’avais pas envie de trop en montrer. (cher, mais bonne qualité et tout à fait portable hors allaitement)

  48. Anne Cé dit :

    @La poule pondeuse, mes copines m’avaient déjà fait des propositions du même genre ! :mrgreen: :mrgreen:

  49. @Clemys, je note, je note. Pour la diversification je peux déjà te dire que j’avais fait un article sur un rapport d’une société pédiatrique européenne, donc s’appliquant aussi à nos amis italiens : voir http://www.poule-pondeuse.fr/2008/04/02/la-diversification-alimentaire-1/. Apparemment on peut introduire le gluten (=> les pâtes) entre 4 et 7 mois.

  50. @Béatrice, on peut faire croire beaucoup de choses à un mec, mais lui faire croire qu’il n’a plus envie de sexe c’est physiologiquement IMPOSSIBLE 😆 Donc les feintes ça résout pas vraiment le problème… :mrgreen: