L’annonce faite à l’aîné

Sandro_Botticelli_080 Voilà un billet qui ne concerne qu’une petite partie de la basse-cour (mais probablement amenée à s’agrandir) : comment annoncer sa grossesse au futur aîné ?

Heureusement, le temps où on ne disait rien aux enfants jusqu’au moment où leur mère disparaissait une semaine pour revenir avec un nouveau-né est révolu. Ce qui nous amène à la première question : quand faut-il l’annoncer ? Vous trouverez probablement pléthore d’experts pour vous donner une série de dates (toutes différentes selon l’expert) avant lesquelles il ne faut rien dire ou au contraire après lesquelles il faut à tout prix avoir craché le morceau. En fait c’est très simple : vous additionnez les chiffres de la date de vos dernières règles, vous multipliez par le logarithme (népérien of course) de votre tour de poitrine (exprimé en pouces), à quoi vous ajoutez le cosinus de l’angle formé avec votre cher et tendre au moment crucial, lui-même divisé par l’âge du capitaine. Le chiffre obtenu vous donnera la date adéquate en jour julien (spéciale dédicace pour Blandine) ; sinon je fais des consultations spéciales sur rendez-vous et en cash uniquement. Bref. Voilà plutôt quelques questions à vous poser pour vous aider à vous décider si oui ou non c’est le moment de passer aux aveux.

Comment êtes-vous affectée par la grossesse ? Si vous êtes une grosse loque qui se traîne avec difficulté du canapé aux toilettes (toute ressemblance… blabla… purement fortuite… tout ça tout ça…), il peut être utile de fournir un minimum d’explications au poussin avant qu’il ne se fasse sa propre idée sur la question. Lorsqu’en prime on travaille, on doit déjà en général faire comme si de rien n’était toute la journée, c’est encore plus dur de faire ça le soir en rentrant. Si vous restez relativement fidèle à vous-même, il sera plus facile de différer.

Quelle est votre politique de dissémination de la nouvelle ? On ne peut pas exclure de gaffe dans un sens comme dans l’autre : un parent qui s’empresse d’en parler au poussin ou le poussin qui est ravi de partager la nouvelle avec la terre entière. Pour la discrétion du poussin, cela dépendra grandement de son âge : évidemment s’il ne parle pas ça limite les risques, ceci dit dans un commentaire sur un autre article, Amé nous signale que sa fille de 2 ans l’imitait en train de vomir… A vous de voir si vous pensez qu’il peut tenir sa langue.

Et si ça finit mal ? J’ai la chance de ne pas avoir (encore) été confrontée à ce cas de figure, mais il me semble impossible qu’un enfant, quel que soit son âge, puisse ne pas percevoir d’une façon ou d’une autre la douleur de ses parents dans cette situation. Il me semble que des explications simples mais honnêtes sont préférables à un mensonge ou à une absence totale de communication, mais je veux pas préjuger de situations complexes et terriblement éprouvantes.

Il faut enfin savoir que certains tout petits ont des facultés quasi extra-lucides pour repérer la grossesse et peuvent vous annoncer que vous êtes enceinte avant que vous ne le sachiez vous-même. Dans ce cas la question ne se pose plus trop… Et si vous allaitez encore l’aîné, la grossesse entraîne souvent un changement dans la composition et la quantité du lait, qui peut lui mettre la puce à l’oreille.

En bref il me semble que le choix de l’annoncer doit être fait en fonction de votre ressenti et de votre relation avec l’aîné, sans oublier ce que lui-même peut ressentir ou les doutes qu’il peut avoir (il est quand même préférable d’éviter de le laisser spéculer trop longtemps, les enfants sont prompts à prendre le blâme des problèmes de leurs parents).

Une fois la décision prise, comment amener le problème ? « Chéri, il faut qu’on parle… » Évidemment l’âge de l’enfant est un facteur clé du choix de la façon de procéder. A mon avis, mieux vaut rester simple et factuel, et répondre aux éventuelles questions plutôt que risquer de donner à l’enfant des informations qu’il n’est pas prêt à recevoir. Éviter de faire des promesses qu’on ne peut pas tenir (« Tout restera comme avant », « Tu vas avoir un super copain de jeu », « Le bébé t’aime déjà » etc) et rester honnête (le mensonge par omission est autorisé, voire recommandé dans certains cas : faut-il vraiment expliquer immédiatement à un enfant de 18 mois comment le bébé est arrivé là et comment il va en sortir ?). Le bébé est issu d’un désir et d’une décision du couple, les autres enfants n’ont pas à en porter les conséquences ou à en assumer le choix, même s’il est clair que cela va entraîner des changements importants dans leur vie.

Le concept du bébé dans le ventre de maman peut paraître assez abstrait à un tout petit, surtout tant que le ventre de maman ne paraît pas si différent de celui qu’elle a après un repas gastronomique. Il y a plein de livres pour enfants sur le sujet, personnellement j’en ai testé trois (dont deux recommandés par Fleur) :

  • Et dedans, il y a de Jeanne Ashbé : tout à fait charmant, pas gnangnan, plutôt drôle, et abordable par les plus jeunes (avec des petits rabats à soulever) ; permet de montrer ce qu’il y a dans le ventre de maman.
  • Et après, il y aura, toujours de Jeanne Ashbé : dans la même veine que le précédent, mais pour expliquer ce que va impliquer la venue du bébé (une fois sorti).
  • Il y a une maison dans ma maman, de Giles Andreae : celui-là je l’ai acheté parce qu’Amazon me le proposait avec les deux autres (comme quoi il y a des techniques marketing plus efficaces que d’autres sur moi… et ne parlons pas du club des créateurs de beauté ou je vais de voir fonder « CCB-oliques anonymes »…) ; je n’ai pas regretté du tout il est tout aussi charmant et un peu second degré (il y a une page où la maman s’endort toute habillée sur le canapé, une autre où elle dévalise le frigo, toute ressemblance… blabla… purement fortuite…). Il accorde aussi une place importante au père qui apparaît quasiment partout. Le Poussin l’adore, je ne sais pas pourquoi exactement mais pour le moment c’est son préféré des trois.

Pour celles qui y sont sensibles, je précise qu’aucun de ces livres ne fait de référence au mode d’alimentation du nouveau-né (en clair sein ou biberon) ou à son lieu de naissance (maternité ou maison).

Pour un aîné plus grand, certains livres peuvent aussi être très utile pour aborder les détails pratiques de comment le bébé est arrivé là et par où il va en sortir. Ici nous n’avons pas eu l’occasion de tester mais vous trouverez des idées sur le site de Fleur (et elle en aura sûrement à donner en commentaires).

Je ne connais pas de support vidéo intéressant mais n’hésitez pas à nous faire part de vos idées dans les commentaires.

Et pour finir voici une pub (comme quoi je ne suis définitivement pas insensible au marketing… pourtant c’est pour des couches jetables et j’utilise des lavables…) qui vous aidera à comprendre comment l’aîné perçoit l’arrivée du petit nouveau.

(Image : L’annonce à Marie de Sandro Boticelli, attention c’est culturé la basse-cour)

Tags: , , , , , , ,

90 Responses to “L’annonce faite à l’aîné”

  1. Ioshi dit :

    Pas encore d’actualité ici, mais article très intéressant… Et le lien vers les livres de Fleur est super aussi, je retournerai voir (même si malheureusement, je devrai encore attendre avant de pouvoir lire avec le poussin 😛 )

  2. Béatrice dit :

    Pour P’tits Mecs 2 et 3, je n’ai aucun souvenir des annonces, par contre pour P’tit Mec N°4 ….. 🙄 (précisions pour comprendre, son papa n’est pas le même que celui des trois premiers, et il y avait eu des indiscrétions donc il a fallu leur dire assez tôt) : sachant que N°1 (16ans) n’allait pas apprécier, je lui ai balancé la nouvelle un peu cash … il est parti en criant que je n’étais plus sa mère, a claqué la porte de sa chambre et ne m’a pas parlé pendant trois jours 😈 N°2 (13ans) m’a regardée genre « elle peut encore faire ça » et N°3 (9ans) était mort de rire 🙄
    Ils sont depuis 7 mois tous les trois gagas de leur petit frère, et je me fait régulièrement enguirlander par N°1 qui trouve que parfois je suis limite une mère indigne :mrgreen:
    Sinon, côté bouquins pour enfant (4/5ans), une fois l’annonce faite, j’aime bien « Graine d’amour » qui explique la mise en route d’un bébé avec le vocabulaire « technique » (spermatozoïdes, pénis, ovule …); c’est « vu de l’intérieur », il y a de jolies couleurs et un graphisme que je trouve sympa.

  3. Fleur dit :

    ah… épineuse et délicieuse question que celle de l’annonce aux aînées…

    Pour la grossesse de puce2, je ne me suis pas trop posé de question : c’est le comportement de puce1 (21 mois à ce moment là) qui m’a incité à faire un test de grossesse… elle le savait donc déjà et nous le lui avons confirmé immédiatement. Nous n’avons pas non plus attendu beaucoup (2 jours!) pour l’annoncer à mes parents et aux amis les plus proches, alors…

    Pour la grossesse de puce3, je me suis posé davantage de questions… Après le papa et moi, les aînés me semblent les premiers concernés par l’arrivée d’un premier bébé, il nous était donc impensable qu’elles ne soient pas aussi les premières informées… (d’autant qu’une fois encore, on souhaitait l’annoncer tôt à nos proches)… sauf que puce1 avait alors quasi 5 ans, était scolarisée et avait pour amie la fille d’une collègue… je craignais donc davantage les fuites… Nous le leur avons tout de même annoncé quelques jours après l’avoir su nous même, elles ont littéralement sauté de joie… bon, évidemment, l’instit de puce1 et leur toute nouvelle baby-sitter l’ont su rapidement, mais… peu importe!

    Nous en gardons de beaux souvenirs d’annonce!!

    Elles se soucient à présent de savoir si nous voulons un quatrième et si je prends (ou pas) « le médicament qui empêche d’avoir des bébés »… l’aînée dit que puce3 est bien petite et qu’il faut que je m’occupe encore beaucoup d’elle avant d’avoir un nouveau bébé… trop mignon!

  4. pâte a crêpe dit :

    j’adore la vidéo! 😀 je suis bidonnée et attends avec impatience le retour de mon coq pour lui montrer! merci de ce fou rire matinal!
    Je crois que ce principe pourrait être appliqué à beaucoup de nos discussions avec les enfants et on y apprendrait beaucoup!

    Un peu comme Béatrice mais dans l’autre sens, je connais l’annonce à mes « beaux-enfants » (apparté: y a t il un autre mot???)
    Je me souviens avec émotion le jour de mon test de grossesse positif: super émue, je n’ai pas réussi à le « cacher » à ma belle fille (10 ans): elle a sauté de joie et inventé sur le champ une chanson sur, je cite, « l’enfant tant attendu »! c’était génial.
    Pour les autres (bah oui y en a 3!), nous leur avons dit très tôt, nous voulions partager notre émotion, encouragés par la réaction de la grande. Nous les avons incités tout de suite à exprimer ce qu’ils ressentaient: la petite (6 ans) a fondu en larmes expliquant qu’elle ne serait plus la petite… 9 mois plus tard, après beaucoup de câlins et de discussions, elle pleurait de joie à la présentation de son demi frère.

  5. Ficelle dit :

    J’ai a-do-ré la pub! Mais, si on le dit trop tôt à ses enfants, pourront-ils comprendre, en cas de problème, pourquoi finalement aucun bébé ne vient? Existe-t-il aussi des livres pour ça? Et, rien à voir, mais, à votre avis, à moins d’un an, un enfant peut-il comprendre qu’il ne va plus être enfant unique?

  6. @Béatrice, waouh sport les p’tits mecs ! Heureusement que tout est bien qui finit bien…

  7. @Fleur, 😯 voilà des petites puces bien au fait de la vie 😆
    Tant mieux en tout cas si tout s’est bien passé à chaque fois.

  8. @pâte a crêpe, j’ai pensé aussi aux spécificités des familles recomposées mais comme je n’en ai pas l’expérience je préfère me taire que d’aligner trois banalités et deux clichés :mrgreen:
    C’est encourageant de voir que le dialogue a permis de résoudre la situation !

  9. @Ficelle, je ne sais pas s’il existe des livres pour parler fausse couche aux petits… A moins d’un an un enfant peut sûrement comprendre qu’il se passe quelque chose, donc à mon avis il vaut mieux mettre des mots dessus. Je pense aussi que la compréhension du schmilblick vient progressivement, au fur et à mesure d’explications, d’exemples, d’arrondissement du ventre (avec vision du bébé qui bouge dedans), etc.

  10. juju dit :

    perso, ça n’a pas été très sport, et y’a pas eu d’annonce « officielle ». c’est venu petit à petit, « tu sais, maman elle a un bébé dans le ventre », sachant qu’elle est en plein dans uen période qui dure où les bébés c’est top cool (heuresuement). le plus dur ensuite c’est du lui dire « tu sais, maman elle a 2 bébés dans le ventre ». la clairement, elle nous a regardé l’air de demander si chaque mois y’allait en avoir un de plus. Ensuite, quand mon ventre a poussé (assez rapidement, j’ai fini baleine), c’etait si sérré qu’à la main on pouvait discerner la tete, les epaules, les fesses et meme les pieds, deja à 7 mois. donc je lui faisait sentir avec sa main sa petite soeur et son petit frere. A la maternité, c’etait presque normal qu’il y ait des bébés. Elle voulait que je mette « ca » par terre pour jouer mdr. Y’a sa soeur et « l’autre » mdr, ou son frere et « l’autre », selon par lequel elle commencait. maintenant, elle les appelle par leur prénom, ou « petite soeur » et « petit frere », je la freine dans sa facon de s’en occuper, elle est toujours alerte, s’ils pleurent, dans leur lit, ou voir s’ils ont faim, ou leur remettre la sucette…. maintenant je dois lui expliquer que maman et papa, c’est leur travail… pas le sien, meme si maman est contente qu’elle m’aide…

  11. pâte a crêpe dit :

    @Ficelle, nous avions pris le parti de le dire très tôt aux enfants de mon mari même si le risque de fausse couche était présent. Si cela était arrivé, nous aurions été très affectés, les enfants l’auraient « senti » sans comprendre; Nous préférions alors partager cette tristesse possible, en parler, mettre des mots, plutôt que de les exclure de ce que nous aurions vécu.

  12. Fleur dit :

    @La poule pondeuse, ben il a bien fallu… puisque puce1, vers 3 ans, demandait comment on fait quand on ne veut pas avoir de bébé! (ce n’est donc pas elle qui pensera que les gros câlins sont aussi nombreux que les bébés…)… alors on a expliqué!

    c’est la même puce1 qui a décrété qu’elle ne voudrait pas de péridurale quand j’attendais puce2… maintenant la question est réglée : elle dit qu’elle ne veut pas de bébé (effet secondaire de ma grossesse hyper émétique pour puce3…)…

    ah… les enfants… tout un poème…

  13. Anne Cé dit :

    ce n’est pas d’actualité chez nous pour le moment, mais j’ai trouvé l’article et les commentaires vraiment très très intéressants !

    quant à la vidéo, j’adore !! c’est vraiment excellent ! 😆

    j’aime aussi beaucoup celle-ci, moins drôle, mais très parlante. vous connaissez ? elle a bien circulé sur internet…
    http://www.youtube.com/watch?v=KHi2dxSf9hw

  14. pâte a crêpe dit :

    @La poule pondeuse, merci de ta délicatesse, tu as raison pour les banalités et les clichés, la famille recomposée, c’est très très particulier, et même si je vis cela au quotidien, je ne comprends moi même pas tout et serais bien incapable pour l’instant de synthétiser quoique ce soit de constructif!
    Les poncifs sont d’autant plus difficiles à avaler!
    Très dur d’entendre, d’anticiper, de gérer les sentiments de tous! D’où beaucoup beaucoup beaucoup de dialogues, de mises au point, de franchise, d’écoute active/empathique(gordon fan aussi!!)

  15. pâte a crêpe dit :

    @Fleur, quels âges tes puces?

  16. Fleur dit :

    @pâte a crêpe, elles ont a présent 6 ans et 4 mois, presque 4 ans et 9 mois…
    pourquoi?

  17. pâte a crêpe dit :

    @Fleur, ma grossesse a aussi déclenché une non envie de bébé chez ma belle fille qui est plus âgée (10 ans). Mais je pense que c’est plus une question de gros bidon et de pré puberté…
    Ça tourne vite chez ta puce 1! 😆

  18. Fleur dit :

    @pâte a crêpe, ça tourne vite, ça oui… trop…

  19. @juju, oh c’est trop chou ! ça me fait penser à une copine qui a eu des jumelles il y a peu, et elle me disait la difficulté de trouver un livre où la maman a deux bébés dans le ventre, pour expliquer à son aînée. Je lui ai suggéré de prendre un livre normal et de le lire deux fois de suite :mrgreen: mais finalement je ne sais pas si elle a trouvé !

  20. @Anne Cé, super la vidéo ! moins drôle mais très vraie.

  21. Fleur dit :

    @La poule pondeuse, une grande diversité de situatiuons (dont la gémellité) dans ce livre : http://www.amazon.fr/Attendre-un-b%C3%A9b%C3%A9-Nathalie-B%C3%A9lineau/dp/2215082488/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1248863111&sr=8-1 (si j’ai le courage, ce soir dans mon blog…)

  22. Anonyme dit :

    Merci de tous ces conseils, je vais en avoir besoin ! 😆 J’avais remarqué les livres de Jeanne Ashbé, auteur pour enfants que j’aime beaucoup et la Puce aussi, grande fan de la série « Lou et Mouf ». A ma grande honte, je ne me souviens pas bien comment on a annoncé la venue de la Puce à sa demi-soeur … Je crois que c’est son papa qui lui a dit et elle est venue me faire un gros câlin (elle avait 7 ans et sa maman attendait aussi un bébé). On a beaucoup lu ensemble l’Odyssée de la vie, livre tiré du documentaire de Nils Tavernier, et chaque mois on regardait les progrès du bébé : « tiens maintenant elle a des cheveux »,  » elle pèse bientôt 2 kgs »…Elle était totalement enthousiaste et ravie d’avoir un petit frère d’un côté et une petite soeur de l’autre, ce qui simplifie les relations… Le truc rigolo c’est qu’elle me posait les questions qu’elle n’osait pas demander à sa mère ou qu’elle n’avait pas bien saisi, je me souviens d’un « mais au fait, par où ils sortent les bébés ? » à un mois de la naissance de son frère 😆

  23. Sophie dit :

    est ce le début du syndrôme du neurone unique et fatigué ? j’ai posté trop vite, Anonyme c’est Sophie ….

  24. Suzie dit :

    En fait, pour poussin n°2, on a attendu un peu que « cela commence à se voir » pour en parler au poussin n°1, c’est-à-dire sans doute vers 4 mois. Comme il avait tout juste 2 ans, on s’était que plus tôt cela allait faire long pour lui d’attendre l’arrivée de ce bébé et que tant qu’il n’y avait rien de concret comme un petit ventre rond, il lui serait difficile de conceptualiser la chose. Pour poussin n°3, on a du faire pareil, mais comme cela s’est vu beaucoup plus tôt, on leur a dit plus tôt. Ce qui a laissé du temps au poussin n°2, 2 ans et demi, pour exprimer sa jalousie : « Pas ti’frère, pas ti’soeur, ça embête! » Au moins ça le mérite d’être clair ! Et à chaque fois qu’on le présentait à quelqu’un, il disait : « C’est moi le ti’frère ». Il ne voulait surtout pas qu’on lui prenne sa place. Par chance, c’était une petite soeur, donc il est resté le petit frère. 😆

  25. Ficelle dit :

    @pâte a crêpe, oui, c’est vrai, je pense que dans la pratique, la question ne se pose sans doute même pas… C’est un bonheur que tu veux partager avec ceux que tu aimes… Mais si après, ça peut faire un peu mal.

  26. Ficelle dit :

    @Fleur, j’ai vu cette collection d’imagiers en librairie. Tu penses que c’est bien à partir de quel âge?

  27. Fleur dit :

    @Ficelle, celui-ci me semble adapté dès 15 mois… et jusqu’à bien plus tard. Il est cartonné en outre! (la fragilité des livres est la seule chose qui me les fait ôter à puce3, qui se précipite déjà vers les bibliothèques de ses soeurs…)

  28. Amé dit :

    Super article!! et merci de me citer. J’avais vraiment peur que ma fille ne vende la mèche en faisant semblant de vomir « comme maman » partout! En fait, c’est presque elle qui m’avait annoncé la nouvelle. Comme elle tétait encore, j’ai senti que mes mamelons redevenaient douloureux comme aux débuts de l’allaitement et je crois qu’elle m’a fait une réflexion genre, « il est bizarre le lait Maman ». Et hop! j’ai fait le test, c’était ok! Par contre l’annonce a la belle famille a été anticipée, et ça pas été à cause de ma fille. Un week-end, ma belle-mère décrète que c’est campagne don du sang, hop tout le monde y va! Et là mon mari: non pas Amélie/Si, tout le monde…
    On s’est regardés et on a craché le morceau. C’était à 2 mois de grossesse.
    Sinon, un excellent livre pour enfants: Un bébé arrive dans la famille du Dr Sears. Ma fille l’a adoré! Livre en 2 parties: ce qui se passe pendant la grossesse, puis la naissance, la maternité. Et après, la vie avec bébé à la maison.

  29. Fleur dit :

    @Amé, dans le genre, puce1 et puce2 ont raconté à leur grand-mère maternelle au téléphone que j’avais vomi plusieurs fois le matin même… ladite grand-mère n’était pas au courant de la grossesse et nous ne voulions pas le lui annoncer à ce moment là (et pas au téléphone)… Le futur papa, son fils donc, a rattrapé le coup en invoquant la raclette de la veille…

  30. Ficelle dit :

    @Fleur, Et ta belle-mère y a cru???

  31. Amé dit :

    @Fleur, elle a bon dos la raclette! :mrgreen: moi j’ai eu beaucoup de gastros bizarrement au bureau à cette époque là! 😉 ou c’était le chinois…

  32. Fleur dit :

    @Ficelle, Voui… suis petite mangeuse, alors un plat un peu gras pouvait bien me faire ça…

  33. Fleur dit :

    @Amé, ah, moi j’ai eu une méga gastro aussi… une qui justifie un arrêt de 10 jours!! 😉

  34. @Fleur, tiens j’ai un autre volume de la même collection. Les dessins sont très 80’s mais à part ça il est assez complet.

  35. @Sophie, trop chou avec ta belle-fille ! ici on est loin d’en être à des considérations aussi élaborées…

  36. @Suzie, c’est vrai que j’ai des amies qui ont vachement retardé l’annonce pour éviter que l’aîné n’attende trop tôt la naissance du bébé. Mais bon je pense qu’il doit se douter de quelque chose quand même.

  37. @Amé, un peu lourd de traîner les gens au don du sang je trouve. Tu peux avoir d’autres raisons pas super glamour de ne pas pouvoir donner (fallait dire que tu te drogues :mrgreen:), sans compter que si on n’a pas envie on n’a pas envie, et pas d’obligation de se justifier. C’est un don, pas une extorsion 😆
    Nous on a du cracher le morceau à des amis qui avaient préparé des sushis pour le déjeuner… mais heureusement une grande partie à la crevette, ouf ! d’ailleurs rien que d’y repenser… bref…

  38. pâte a crêpe dit :

    @Suzie, chez nous,nous avions été « échaudés » par la grossesse de la mère des enfants de mon mari (on suit?!)l’année avant la mienne. Elle leur a annoncé à 5 mois de grossesse au retour des grandes vacances chez nous,et du coup, ils n’ont pas eu le temps de se préparer. Ils étaient surpris de la taille du ventre, et déçus de ne pas avoir suivi le début. Un peu pris de court. Mais ils étaient déjà plus grands.
    Nous avons tous suivi la grossesse depuis le début ensemble en regardant les images de mon guide marabout et d’une règle graduée!!!(« t’as un têtard dans le ventre! ouaaah trop drôle! »)

  39. Charlotte dit :

    Ici pas encore d’actualité mais ca ferait presque envie!!
    :mrgreen:

  40. Béatrice dit :

    @La poule pondeuse, je savais que ça irait bien après la naissance donc pas de prise de tête :mrgreen:

  41. Miss ravenne dit :

    bon cela me fait stresser cet article, me demande si je ne suis pas un peu à la bourre…mais c’est pas évident d’expliquer à un enfant de 2 ans qu’on va aller dans un autre pays chercher le petit frère ou la petite soeur…et pis, les livres en la matière, tous parlent de la grossesse, pfffff.
    Et pis, côté délais j’en sais tellement rien, j’ai pas envie qu’il s’impatiente non plus (déjà que pour nous cela va être dur!), bon pour le moment, il pige pas trop l’évènement faut bien dire! Alors, pas évident comme situation…
    claire

  42. Miss ravenne dit :

    @Fleur, j’ai compris le message, je vais éviter la raclette le 9 aout prochain :mrgreen: !!!

  43. Fleur dit :

    @Miss ravenne, dans votre cas et dans l’état actuel des choses, je considèrerais qu’il s’agit d’un projet, non encore concrétisé, d’agrandissement de la famille… et à ce moment là, on n’en parle pas forcément aux enfants, hein…
    mais c’est en fait tellement différent…

  44. Fleur dit :

    @Miss ravenne, le 9 tu peux… nous on vient le 16!

  45. Ficelle dit :

    @Fleur, mais tout le monde se connait ici, j’ai l’impression!

  46. Charlinette dit :

    Là moi je ne peux parler qu’en tant qu’enfant à qui on annonce l’arrivée de sa petite soeur (puis de la 2nde)… enfin « demi-soeur » car fruit du remariage de mon père et de sa femme. J’avais 9 ans et j’ai du le savoir assez tôt, par téléphone (on se voyait aux vacances scolaires) car la 1ère fois que j’ai vu ma belle mère enceinte, elle devait être en gros à 4 mois de grossesse! mais moi j’ai sauté au plafond de joie!!!!! pour ma grande soeur de 15 ans, a priori ça a été moins évident, notamment car « elle aime pas les bébés et les femmes enceintes » mais je me souviens pas trop. mais moi j’étais ravie enfin d’avoir une petite soeur et de pouvoir pouponner!!!! et j’ai de grands souvenirs tels que voir le ventre de ma belle mère, en fin de grossesse, se « déformer » sous les mouvements du bébé… maintenant je le vis !!!!
    Et sinon, en me projectant en tant que parent, je dirais que les enfants, si jeunes soient ils sentent très bien les choses donc le cacher me semble compliqué, même si évidemment y’a toujours le risque de fausse couche… donc je crois que j’aurais tendance à le lui dire vite mais pas à en parler tous les jours genre « tu vas aimer ce bébé hein »… d’abord car je me dis qu’on doit saouler les enfants dans ce cas là (il a le droit de ne pas l’aimer) et ensuite car la grossesse prend du temps donc tant que celle ci ne se voit pas physiquement, je me dis que l’enfant n’a pas besoin d’y etre mélé quotidiennement, sauf à sa demande.

  47. Charlotte dit :

    @Charlinette, j’avais 12 ans à la naissance de ma soeur. Mes parents nous l’avait annoncé à Noel en mettant dans une petite enveloppe une photo d’un bébé de magazine. Quand on a compris mon frere et moi (12 ans et 10 ans et demi) on a sauté de joie.

    Par contre l’attente jusqu’à fin juillet nous a paru etre une éternité.

  48. Fleur dit :

    @Ficelle, euh… ce n’est pas un secret : j’ai épousé cet intrus surgi dans la vie de MissRavenne lorsqu’elle a eu deux ans et demi!

  49. Charlinette dit :

    @Amé, un peu lourde la belle mère!!! Donner son sang par définition c’est un don pas une obligation!!!