Etre parent aujourd’hui

brainy (en France ou dans un pays occidental)

Être parent aujourd’hui, c’est n’avoir jamais été aussi près du « Un enfant si je veux, quand je veux. » C’est avoir le taux de mortalité infantile et maternelle le plus bas connu par l’humanité : perdre un enfant est devenu exceptionnel. C’est disposer d’un niveau de connaissance encyclopédique sur l’enfant, son développement, sa psychologie… C’est (en théorie) pouvoir le confier à du personnel qualifié à un coût acceptable.

Mais…

Être parent aujourd’hui, c’est souvent l’occasion d’une première rencontre de près avec un bébé. Qui avait déjà changé une couche, donné un bain ? Qui avait déjà vécu (en tant qu’adulte ou adolescent) sous le même toit qu’un nouveau-né ? Nous n’avons plus de neveux, cousins, frères, voisins, etc sur lesquels nous faire la main. Notre principale source de connaissance du bébé provient des médias, où des femmes au physique parfait accouchent en 5 minutes d’un bébé de 6 mois tout propre sans cordon ombilical pendant que des médecins leur hurlent « Pousseeeeeeeeeez ! ». Pour beaucoup d’entre nous, le bébé est un parfait inconnu dont la moindre déviation du Laurence Pernoud nous plonge dans une perplexité qui vire rapidement à la panique.

C’est manquer de repères, de soutien : notre société étant centrée sur la famille nucléaire, notre famille plus large n’est pas toujours proche géographiquement et nous ne connaissons pas nos voisins. Les parents au foyer sont plus facilement isolés, restant 24 h sur 24 seuls ou presque avec des tout petits, alors que c’est très difficile. Nous sommes en plein changement de paradigme par rapport à la vision de l’enfant inculquée à nos parents et grands-parents, ce qui rend leur aide parfois impossible et souvent difficile. Comment concilier les informations contradictoires et démêler les conseils utiles des interférences nuisibles ?

Nous sommes ensevelis sous les informations alarmistes, échaudés par les derniers scandales sanitaires (amiante et sang contaminé pour ne pas les citer). Comment trouver un matelas bio ? Des biberons sans BPA ? Le gras trans ? L’huile de palme ? Les cosmétiques ? Les produits laitiers ? Quels vaccins ?

Et surtout nous avons la pression. Les dernières avancées de la psychologie, même s’il n’est pas ici question de réfuter leur pertinence et leur intérêt, sous-entendent que les parents (et surtout la mère) sont responsables (mais pas coupables ?) de tous les maux de leurs enfants. Aussi odieux que puissent être les comportements des enfants, ils trouvent tous leur origine dans un problème de l’adulte. Et tant que vous n’aurez pas affronté et réglé votre traumatisme originel, vous subirez la double peine : supporter un enfant au comportement problématique et votre problème à vous, avec en bonus la culpabilité de ne pas en avoir trouvé la clé.

Votre enfant se réveille la nuit ? Votre faute. Votre enfant fait des cauchemars ? Votre faute. Votre enfant a tapé sa copine de crèche ? Votre faute. Votre enfant se roule par terre dans le magasin ? Votre faute. Votre enfant n’a pas dit bonjour à Mamie ? Votre faute. Et ça vaut aussi pour sa santé physique : c’est vous qui lui avez donné de la courgette avant la carotte, pourquoi croyez-vous qu’il soit allergique aux acariens maintenant ? Vous l’avez laissé manger des Haribos ? Ne venez pas vous plaindre qu’il soit hyperactif, avec tous ces colorants et ce sucre. Il est trop gros ? Votre faute. Trop maigre ? Votre faute.

Même les experts auto-proclamés qui passent habituellement leur temps à se chamailler à l’antenne ou dans les magazines pour vendre leur prose sont unanimes : que ce soit parce que vous avez été trop ferme ou pas assez, c’est vous qui avez rendu cet enfant infernal (notez que ce sont également eux qui ont fixé des normes de comportement pour votre enfant qui semblent prévues plutôt pour la reine d’Angleterre que pour un enfant de 3 ans). Vous n’avez pas allaité ? C’est mal. Vous allaitez encore ? C’est mal aussi. Vous reprenez le travail ? Mère indigne. Vous restez à la maison ? Mère castratrice. Et maintenant vous culpabilisez ? Mais arrêtez il va en avoir de l’eczéma le pauvre petit.

Comme le rappelle si bien Hillary Clinton : Il faut tout un village pour élever un enfant. Alors chers experts, chers donneurs de leçon, chers moralisateurs et autres culpabilisateurs : au boulot ! Pas la peine de venir changer des couches ou jouer les Super Nanny, merci bien (quoi que si vous voulez faire un peu de ménage faut pas se gêner), mais bougez-vous pour que la société nous donne les moyens de vos belles ambitions. C’est bien beau de prôner l’importance du lien parent-enfant et de l’autre côté rendre les enfants indésirables dans de nombreux endroits. C’est bien beau de clamer partout qu’il faut allaiter si en même temps on saborde consciencieusement les efforts des mères pour le faire (sur ce sujet un article intéressant ici). C’est bien beau de dire aux parents de rétablir leur autorité sans utiliser les méthodes d’antan et sans leur donner de nouvelles pistes. Et je suis sûre que vous trouverez plein d’autres exemples. Alors oui, un enfant a généralement deux parents, qui sont prêts à prendre leurs responsabilités, mais il a aussi une famille, des amis, des voisins, des profs, des élus, une communauté religieuse, un médecin, bref il fait partie d’une société. Cette société n’a pas à remplacer les parents (sauf en cas de problème), ni à les culpabiliser à tort et à travers, mais tout simplement à les soutenir. Et on peut déjà s’y mettre nous-mêmes…

(Image : http://www.smurf.com/smurf.php/www/who/fr/brainy)

Tags: , , , , , ,

184 Responses to “Etre parent aujourd’hui”

  1. @Mariette, ouh la j’ai pas dit qu’il fallait le bannir, juste que c’était un des trucs avec lesquels on nous faisait peur (à tort ou à raison ? j’imagine que ça doit dépendre de la dose qu’on en consomme…).

  2. @Blandine, ah oui mais se taper ma mère ou celle du Coq à la maison, NO WAY ! 😆

  3. Béatrice dit :

    @suzie, lors de ma formation (il y a longtemps), j’ai à peine entendu parler des « dys » …(-lexie, -graphie, -praxie etc …).alors une fois en classe, devant de vrais enfants, au début, c’était un peu la panique en cas de difficultés… Il faut souvent se former soi même, on est pas spécialistes ; pour dire aux parents que quelque chose ne va pas, ce n’est vraiment pas simple. Je me suis heurtée deux ou trois fois à des parents qui refusaient obstinément de voir les problèmes de leurs gamins, c’est moi qui ne faisait pas mon boulot d’après eux 😥 Dur aussi…

  4. @suzie et Fleur, pas facile de trouver le juste milieu entre le tout psy et le no psy (j’invente des expressions très jolies dis donc 🙄 ). D’un côté il y a des enfants qui ont vraiment besoin d’une prise en charge (personne ne dirait à un diabétique : « ressaisissez-vous mon brave et arrêtez ce cirque »), et de l’autre il y a aussi une vision de la psy comme une baguette magique qui fait que tu n’as plus besoin d’assumer tes responsabilités : un souci ? pas de problème, le psy s’en charge ! Comme le disait Béatrice, ça peut être d’abord à l’enseignant et/ou au parent de se remettre en cause. Bon je crois que ça rejoint l’idée du village où tout le monde (psy compris) participe, plus ou moins selon les cas 😉

  5. AnSo dit :

    @Béatrice, as tu entendu parler de groupes de travail ou de parole pour les enseignants, ou existe-t-il des réseaux qui permette de discuter de ses problèmes avec d’autres (et pas forcément que des enseignants) ? moi ça me paraît juste pas possible qu’un enseignant sache d’instinct s’adapter à tous ses élèves, surtout avec la formation actuelle. donc comment êtes-vous sensés vous débrouillez ?
    ma mère

  6. AnSo dit :

    @AnSo, suite…
    ma mère donc ayant été instit en maternelle pendant 15 ans, j’ai une vague idée de la réponse, sauf si les choses ont bcp changé ces 20 dernières

  7. AnSo dit :

    @AnSo, resuite… main droite squattée par bébé, je me débrouille trop mal 😳
    le mot qui manque est « années » ! ouf j’ai fini !

  8. AnSo dit :

    @Charlotte, eh les filles vous oubliez qu’à SF il y a 2 semaines de congés mat’ 😆
    ceci dit j’adorerais y passer quelques temps 😀

  9. AnSo dit :

    @La poule pondeuse, tu nous organises les vacances de la basse cour ? trop bien :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  10. AnSo dit :

    @Blandine, c’est marrant les Réunionnais que je connais sont TRES contents d’être sortis de leur village… mais fatalement ce sont aussi ceux qui sont partis vu que je ne suis pas sur place, donc mon panel est biaisé :mrgreen:

    @la poule, l’éternel problème des expat’, loin de la famille ça a ses avantages, mais quand on la voit, c’est à la maison et à grosse dose 😆

  11. Béatrice dit :

    @AnSo, bon, alors il ne s’agit que de mon expérience à moi 😉
    Nous avons un certain nombre d’heures de formation continue à faire par an (12h jusqu’à présent, augmenté à 18h cette année) hors temps de présence en classe (donc genre de 17h à 19h ou le mercredi matin). Il y a, dans ma circonscription, une partie obligatoire, et un choix possible parmi des thèmes proposés … Concernant les difficultés des élèves (dys et compagnie), la difficulté de faire classe … peu de choses.
    Sinon, il y a des stages de plusieurs semaines(sur temps scolaire, il y a un remplaçant dans la classe, souvent un PE2 – comprendre un futur maître en deuxième année d’IUFM)organisés par l’Inspection Académique et qui ne sont pas obligatoires; parfois il y en a qui traitent de ces sujets.
    Perso, depuis que j’ai des gamins, les stages sur plusieurs semaines, c’est impossible pour des questions d’organisation (il faut aller « à la grande ville ») et de coût (baby sitting et cantine pour les gamins,transports et repas pour moi) même s’il y a des indemnités.
    Il existe aussi au niveau de l’Inspection Académique un service d’écoute pour les enseignants en difficulté.
    Perso, je me suis formée « sur le tas » pour aider mes propres gamins, j’ai bien sympathisé avec la psychomotricienne qui suivait « P’tit Mec N°1 », j’ai des copines orthophonistes, j’essaye de lire …
    Et quand je ne sais vraiment pas, je tel au médecin ou au psychologue scolaire qui peuvent parfois m’éclairer un peu.
    Je le répète, c’est mon expérience, c’est sûrement différent ailleurs.

  12. Béatrice dit :

    @Béatrice, j’oubliais… dans ma ciconscription, nous avons aussi la possibilité de faire des groupes de travail sur un sujet choisi par nous (sur les 18h de formation), mais il s’agit le plus souvent de monter un projet commun, ou de créer des outils de travail (suite aux nouveaux programmes de 2008 par exemple)

  13. pupuce dit :

    bé la poule, tu viens juste d’expliquer à mes potes, mon mec, ma mère, mes gosses, et mon futur psy (mdr) le pourquoi du comment que je suis aussi asociale.
    avant d’être maman ça allait encore pour supporter les autres humains…mais j’ai eu mon premier à 21 ans, j’avais des chats, un chien, un petit appart, et pas le sou. d’un coup je me suis pris dans la tronche toutes les réflexions agréables du monde. « fille mère » (j’étais en instance de divorce, shit happens), « faut piquer les chats » (bin tiens), « t’as pas les moyens » (bé fallait dire ça aux pauvres au moyen âge, on serait moins nombreux aujourd’hui)…toutes ponctuées de « tu viendras pas te plaindre ». tout le monde y est allé de sa réflexion personnelle…parents, soi disant amis, toubib, nounou, directrice de crèche (qui m’a même collé une enquête sociale parce que le gamin avait fait 3 bronchiolites de suite ce qui pour elle venait forcément d’un manque d’hygiène ou d’une alimentation malsaine, je serais curieuse de savoir à combien de femmes de 3O piges dotée d’un mec elle aurait fait le coup)…
    pour le 2eme j’ai 10 ans de plus, un mec, une situation tout à fait enviable, et je suis devenue… un ours. cqfd.
    cela dit je m’en porte très bien, c’est une grande force que de savoir vivre seule en bonne intelligence avec soi même (dans ce monde de fous préoccupés par l’avis des autres fous, ahem).
    et z’allez rigoler, mes gosses, ils sont très bien. lol.

    En revanche, soit dit en passant pour Angele, j’ai connu l’enfant d’un pédopsy justement…c’était pas jolijoli… les cordonniers mal chaussés je présume? en tout cas moi j’en ai retenu une conclusion toute personnelle: personne n’est bon à conseiller les autres sur leurs mômes, puisque personne n’est bon à me conseiller moi, et puisque le monsieur qui avait prétendûment la science bin son gamin est totalement barré, hein. donc je marche à l’instinct, au feeling, au jugement personnel, et ma foi c’est assez efficient.

  14. Suzie dit :

    @Béatrice, je te comprends très bien Béatrice et je ne jette pas la pierre aux enseignants (je suis fille et petite-fille d’enseignants !). Seulement, voilà, je trouve aberrant que des personnes qui s’occupent d’enfants toute la journée n’en connaissent pas plus que ça en psychologie et enseigner sans avoir approfondi des sujets aussi importants scolairement que des dyslexies, praxies ou graphies, me semble n’importe quoi !! 😡 Mais, ce n’est pas la faute des enseignants. C’est celle de la formation qui n’est pas à la hauteur. Quand je vois comment les EJE s’occupent des enfants à la crèche et aux jardins d’enfants et comment elles sont attentives à leur bien-être psychologique et bien, ça me fait mal au coeur de les emmener à la maternelle. Je ne jette pas la pierre aux maîtresses, (enfin pas à toutes !), mais elles ne sont pas assez nombreuses et les enfants le sont, eux 🙄 … Moi, je dis souvent que je trouve que l’école a « éteint » mes enfants 🙁 J’ai cherché des écoles avec des pédagogies différentes, mais elles sont ou trop loin ou trop chères, et en plus, notre école est soi-disant la meilleure de la ville, alors de quoi se plaint-on… Bon, j’exagère parce que l’école a depuis peu mis en place toute une structure pédagogique adaptée pour mon fils et je suis reconnaissante envers la maîtresse de l’avoir fait. Allez biz à toutes

  15. Suzie dit :

    @La poule pondeuse, le problème, la Poule, c’est que l’avis du parent ou même d’une psy ne suffit pas toujours à faire accepter à l’école que quelque chose cloche et que l’on doit adapter la scolarité de l’enfant. Il nous a fallu beaucoup d’étapes et une enseignante très ouverte pour que quelque chose soit fait. Même la psy scolaire s’est révélée une cata. Elle a juste trouvé à nous dire que si notre fils avait des angoisses et ne parvenait pas à trouver le sommeil, c’était à cause d’un dinosaure télécommandé qu’il avait dans sa chambre et que pour le prochain Noël, il fallait faire plus attention à ce qu’on pouvait lui offrir. Autrement dit, c’est de votre faute. Merci Madame 👿 Et que par ailleurs cet enfant n’avait aucun problème scolaire !! 😈

  16. Suzie dit :

    Dans le genre culpabilisation, j’en ai une bonne. (Enfin, maintenant je dis ça comme ça mais sur le coup, c’est pas très drôle 😥 ) Vers 2 mois, Poussin n°2 a commencé à montrer quelques signes cliniques bizarres (dont faire des pipis oranges 🙄 ). Ma pédiatre étant en vacances, j’ai vu la pédiatre de la crèche (j’avais rdv pour la visite d’admission), la généraliste. Et là, commentaires du genre : « C’est la couche qui se colore, changez de marque de couches (et arrêtez de nous faire ch…) » En vacances, chez mes parents en province, je décide d’emmener le poussin voir un pédiatre dans le service pédiatrique d’une clinique. J’y suis restée à peine 5 min, il n’a pas examiné le poussin et je me suis entendue dire : « Ma petite dame, c’est vous qui êtes trop stressée, partez tranquillement en vacances et ça ira mieux après » (sic !) Oui, MAIS, un mois après le poussin a failli mourir déshydraté, dénutri, des défenses immunitaires au plus bas, de l’hypercalcémie, hypercalciurie, et une double otite purulente. Ca nous a valu des mois d’hôpital de jour à Necker, cette histoire. Heureusement, que j’ai insisté encore auprès de 2 autres médecins. Alors, moi je dis, les Mamans ne culpabilisez pas tout le temps, votre enfant est le vôtre et c’est VOUS qui savez ce qu’il y a de mieux pour lui et c’est VOUS qui savez si ça va ou pas. Et en cas de doute, n’hésitez jamais à consulter un médecin, un psy ou autre… Tiens, dernière « anecdote », j’ai aussi par ma détermination sauver Poussin n°1 de la méningite : tous les symptômes et une médecin généraliste qui vous à 13h : ben, je ne sais pas ce qu’il a. Ne vous inquiétez pas trop (sous-entendu : arrêtez de vous en faire, c’est vous qui rendez votre enfant malade !)Si ça va pas mieux à 20h ce soir emmenez-le à l’hôpital… Ben, nous on a bien vu que ça n’allait pas et on n’a pas attendu 20h, à 14h, on était aux urgences et on a bien fait, il avait une méningite 👿

    Et pour revenir au thème du village, je trouve que des blogs comme celui remplace bien le village traditionnel, même si c’est pas des copines virtuelles qui vont venir chercher votre boubou à la crèche !! Ici, le côté village fonctionne pas trop mal non plus. On essaie de se rendre des services. C’est vrai que j’ai proposé à ma voisine du dessus de faire son petit garçon avec les miens le mercredi matin chez moi. Elle était toute étonnée que je lui propose ça et que je n’attende rien de spécial en retour. 😉 Mais, je l’ai fait parce que je sais qu’élever des enfants seuls (seuls, je veux dire sans famille proche, comme c’est souvent le cas à Paris ou en IDF), et bien, ce n’est pas facile tous les jours.

  17. Béatrice dit :

    @Suzie, P’tit Mec N°1 a hurlé tous les matins pendant 1 mois à sa première rentrée (j’étais un peu dans les choux, P’tit Mec N°2 avait 15j … et assez seule dans mon patelin de 215 habitants 😕 ). A la rentrée suivante, j’ai demandé ce poste en maternelle qui était vacant. Du coup, c’était moi la maitresse de maternelle de mes gamins (2 années pour chacun), et ça s’est super bien passé pour moi comme pour eux.J’y ai chopé le virus « petite enfance », 13 ans après, j’y suis encore !

    En fait, je suis en train de me dire que votre ressenti à toutes vis à vis de l’école m’intéresse beaucoup. Et si vous avez envie de m’en faire part un peu plus « en direct », je veux bien que la Poule vous laisse mon adresse mail pour éviter d’encombrer le blog. Je commence à réfléchir à mon retour en classe, et j’ai envie de revoir plein de choses dans mon organisation 😉

  18. Charlotte dit :

    @AnSo, Bon point pour toi…

    alors je rentre en Europe (ou en Norvege tiens) juste avant la naissance de bebe 2, ca fait quelques temps pour se saouler sur le balcon des voisins 😉

  19. @AnSo, Basse-cour Travel, les meilleurs prix ! 😆

  20. @pupuce, mazette ça devait pas être facile pour ton premier !! J’hallucine des remarques etc. C’est clair que ça doit pas donner envie de voir du monde 🙄
    Bon pour les enfants de psy, je rappelle que la Poule en fait partie 😎 Et quand on voit Laurent Naouri le fils d’Aldo, ben on se dit que finalement les parents doivent pas y être pour grand chose (bon peut-être que sa femme est super ? ou qu’il garde ses théories foireuses pour le grand public et qu’il est top en famille ??). Enfin je dirais qu’autant (comme le dit suzie en bas) parfois les parents sont les seuls à réaliser qu’il y a un truc qui cloche avec leurs enfants, autant parfois ça peut être complètement l’inverse (notamment pour les retards, handicaps etc qui sont du coup pris en charge bien plus tard). Parfois un œil extérieur bienveillant avec un peu de recul peut vraiment apporter quelque chose !

  21. @Suzie, 😯 😯 👿 👿 pour ce qui est arrivé à tes enfants. Y a vraiment des cons partout 🙄
    Effectivement je rappelle aux lectrices de ne pas compter sur moi pour aller chercher les Poussins à l’école/crèche :mrgreen: (mais bravo pour ton initiative avec ta voisine ! tu es un village à toi toute seule 😆 )

  22. @Charlotte, par contre je pense que ça doit pas être super bien vu de se saouler enceinte, que ce soit sur les balcons ou ailleurs :mrgreen:

  23. Pour la discussion sur l’école (très intéressante !), je peux soit ouvrir un billet pour ça, soit vendre le mail de Béatrice au plus offrant :mrgreen: Ou alors autre chose, comme vous voulez !

  24. Béatrice dit :

    @La poule pondeuse, ben si ça ne te gène pas, ouvrir un billet, ça pourrait être sympa 😉 et aussi explosif à mon avis 😉
    bon, j’assume, j’ai lancé l’idée 😆

  25. AnSo dit :

    @La poule pondeuse, ou un atelier de travail pendant les vacances de la basse cour à San Fransisco ? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  26. julie dit :

    whaouh! y a des articles comme ça qui font chaud au coeur!

    ma spécialité de mauvaise mère? des enfants qui ne dorment pas la nuit 🙄 la remarque la plus entendue (après moults conseils non sollicités)? « je ne sais pas comment vous tenez, moi je ne pourrais pas! »

    merci encore!

  27. Béatrice dit :

    @AnSo, trop classe l’idée 😛

  28. Fleur dit :

    @julie, tu n’es pas seule!!
    et puce 3 ne passe pas plus de 10 minutes consécutives sur son tapis d’éveil… t’imagines même pas le drame!!

  29. Nat dit :

    @Angele, je compte bien ramener tout ce que j’ai appris de bon -et qui ne se mange pas – ici le jour ou je rentre vivre en france … Je pense qu’il suffirait juste de 2/3 personnes dans un quartier pour lancer ce genre d’initiatives .
    Lecon n1 que j’ai appris ici, indispensable pour creer une communaute, ne pas avoir peur de paraitre ridicule, c’est tout. Il faut se lacher un peu.. et du coup bah ils prennent des initiatives, plein d’initiatives, quitte a se planter mechament dans la mur .. J’etais deja parti avec une sacre dose de j’en ai rien a foutre du regard exterieur en arrivant ici, mais maintenant ca depasse vraiment tout … A moi PAris !!

  30. Clemys dit :

    Pour moi la solidarité parentale, c’est comme la solidarité féminine, ça n’existe pas. En ce qui concerne le boulot ou les gamins, entre femmes, on ne se fait pas de cadeaux… Bon, j’exagère, au cours de mes nombreuses activités de femme enceinte, puis de jeune mère parisienne, je me suis fais des collègues de couches, avec qui je coopère. N’empêche, mon gamin, c’est le meilleur, et je suis la meilleure maman 😎 (parce que j’ai lu Gransenne, Gordon, Dolto, La Poule pondeuse, Faber & Mazlish… 😀 )
    Et quand je compare mon loulou, avec ses potes du même âge, je préfère ses défauts à lui(se réveillent plusieurs fois la nuits…) à ceux des autres. 😆 Suis-je sous l’effet de l’ocytocine ? (merci l’allaitement) :mrgreen:

  31. @AnSo, j’ai trouvé une autre idée entre temps, on verra comment ça se passe 😎

  32. @julie, note que même les enfants qui dorment en théorie en fait en pratique…
    @Fleur, bouououh les mauvais pareeeeents !! 😆

  33. @Clemys, ben quand même, regarde l’exemple de suzie, si c’est pas solidaire ça ! Bon pour les défauts c’est pas que l’ocytocine : n’as-tu pas remarqué comme les autres enfants sont moches à côté du tien ? (à part le Poussin bien sûr qui est beau comme un astre)
    Note que ça marche aussi pour les mamans au bib ET pour les papas…

  34. Angele dit :

    @Nat, j’avoue que je me suis étonnée moi même à proposer des choses à des amis auxquelles je n’avais jamais pensé.
    Mais vraiment, tout le monde n’y est pas préparé.

    En ce moment, je vis dans une petite rue privée et mes voisins ont mis leur fille en garde chez moi. Et là, c’est vraiment sympa. On s’arrange pour faire les courses pour le repas de nos enfants. Ma belle-mère, qui est la nounou, cuisine pour les bébés. Quand les uns ou les autres sont occupés, on se relaie pour garder les poussins. Et du coup, je trouve que tout le monde est plus serein, les enfants s’éclatent et tout va bien.
    Si je pouvais agrandir le cercle à une ou deux autres familles ça serait bien, mais certains prennent ça comme une intrusion anormale ou insoutenable dans leur vie.

  35. Suzie dit :

    @La poule pondeuse, merci 😳

  36. Angele dit :

    @La poule pondeuse, même après l’allaitement ça marche aussi. Mon poussin sera toujours le plus beau. J’essaie de faire comprendre au papa, que tous les enfants sont beaus (ou presque tous, faut pas exagérer) mais que c’est normal qu’il trouve le sien plus beau que les autres.
    Mais non rien à faire. Il songe même à l’inscrire au concours bébé cadum !!!!!

  37. Angele dit :

    @Suzie, Dans le même genre, ma soeur qui habite un bled de 400 habitants, vois sa fille hurler et se tortiller de douleurs pendant plusieurs jours (pas en continue mais par crises). Impossible de la calmer, ni de la faire dormir. Ma soeur complètement épuisée et en panique va aux urgences de campagne. Ils ne trouvent rien, l’envoie aux urgences de la grande ville la plus proche. Là, ils lui disent que sa fille a une mal formation du foie (je ne me rappelle pas le nom savant) et qu’il faut l’opérer. Ma soeur m’appelle en larmes en plein milieu de la nuit.
    Comme les urgences pédiatriques de cette ville n’ont pas bonne presse (des rumeurs qui courent dans la région), je lui conseille de rentrer chez nos parents et d’aller aux urgences là bas.
    Bingo ! c’étaient des coliques !!!!!!
    et dire qu’ils ont voulu nous l’opérer.
    Ils lui ont fait le même coup pour la roséole. Pendant les quelques jours de montée de fièvre, ma nièce n’avait soit disant rien du tout et c’était sa maman qui la stressait. 😈 Du coup, au prochain pépin, ma soeur me dit qu’elle fera 150 km pour aller aux urgences plutôt que 50km et d’avoir encore une mauvaise réponse !!!!!
    Trop dur d’être maman !

  38. Mariette dit :

    @Clemys, Arrête de dire rien que la vérité Clemys : elle est pas bonne à entendre !
    Ca me fait penser à l’assistante de direction qui me répète chaque matin : « Je sais que c’est pas facile avec deux enfants mais tu comprends, faut que t’arrive un peu plus tôt, c’est le chef qui le dit, tu te doute bien c’est pas moi. M’enfin voilà quoi, je peu rien faire pour toi, mais je te comprend. » Rien faire, rien faire, mon cul ! Quand y’a quelque chose qui lui tient à coeur elle remue terre et ciel et elle l’obtient. Oh je vois peut-être le mal partout mais je sens bien ça du genre « j’en ai chié quand j’avais mes gosses, j’ai du mettre ma carrière en pause. Je m’en suis sortie toute seule, pas question que je fasse de cadeaux aux autres »

    Et allez, tant qu’on est dans la mauvaise foi : rendre service, c’est jamais totalement désinterressé. Quand on garde le petit de la voisine, on espère bien pouvoir se faire une soirée glandouille un autre jour en contre-partie !

    Mais sous mon air sinique, je ne suis pas aussi associale que vous pourriez le croire. J’aime bien aussi le partage, les S.E.L, les associations et toutes ces petites choses gratuites et tellement humaines 😉

  39. Angele dit :

    Je tenais à remercier la poule d’avoir lancer ce sujet qui nous touche toutes en tant que maman mais aussi en tant que femme.
    En fait, grace à toi la poule, je me sens moins seule.
    J’avais l’impression de passer pour une illuminée auprès de ma famille et mes amies avec mes idées d’allaitement, de portage, de signes et mon « pseudo » village ou plutôt mon tout petit réseau d’entre-aide. Du coup, je vois qu’on est nombreuse à être concernées, à être révoltées par le jugement/le regard des autres.
    Comme d’autres, depuis la naissance de mon fils, je suis devenue quelque peu asociable en vers ceux qui ont un avis sur tout. Déjà qu’avant je n’en faisais qu’à ma tête, mais la je crois que je me surpasse. Je ne suis donc pas anormale !
    Merci madame la poule

  40. AnSo dit :

    @La poule pondeuse, je te fais confiance, mais quand même elle était bien mon idée à moi 😀

  41. AnSo dit :

    @julie, de toutes façons en pratique on sent les gens traumatisés par ces histoires de sommeil et c’est la 1ère (et souvent la seule) question qu’ils posent très souvent. je me suis demandée pour mon premier si ça n’était pas lié à la culture de « laissez le hurler, il finira par s’endormir » qui a prévalu pendant des années ? du coup ils seraient tous traumatisés d’avoir laissé et entendu hurler les mômes les premiers mois et de n’avoir pas dormi pendant ce temps là… ?
    moi maintenant ma réponse politiquement correcte c’est « il dort suffisamment pour moi, merci ». ça ne donne pas de détails, ça m’évite de mentir à tous le monde, et ça clôt le bec de la personne qui ou comprend ce qu’elle a envie de comprendre, ou ne sait pas trop ce que je veux dire mais préfère n’en rien montrer…

  42. sophie dit :

    @AnSo, j’adore ta réponse politiquement correcte 😆 si elle n’est pas sous copyright, je crois bien qu’elle va me servir hihihi ! ça va je ne suis pas seule avec une puce insomniaque …ça me rassure !

  43. pupuce dit :

    @ Clémys et Mariette: totalement d’accord! la solidarité c’est juste un mot. c’est tout le problème d’ailleurs…parce que si c’était autre chose qu’un mot, on pourrait voir changer pas mal de choses. mais dans une société où le but ultime est gagner plus consommer plus tout pour ma tronche rien pour les autres, bin faut pas s’étonner.
    @ angele, j’ai eu envie à un moment d’un « village d’entraide »…les femmes que j’ai trouvées voulaient bien MAIS….plein de mais… « mais je ne donnerai pas un sou, hein », « mais faut que j’y trouve mon compte », « mais on peut pas non plus accepter tout le monde, moi je suis pas écolo, je veux pas de religion non plus »…on n’avait encore rien fait qu’échanger des idées et déjà ça y allait de soi petit soi même, de son petit portefeuille, de sa petite chasse gardée…je suis donc retournée fissa dans ma caverne. lol
    Bon courage à toi en tout cas, et j’espère que tu trouveras des gens corrects. C’est pas que y’en a pas mais y’en a peu, et souvent ils sont terriblement éloignés les uns des autres, alors c’est pas simple à trouver ni à réunir.
    @ Julie et Fleur: number one a fait ses nuits à 4 ans, j’ai entendu de tout…number two a 10 mois et ne dort pas non plus, maintenant quand les gens nous disent qu’on a l’air crevés, on répond qu’on a une vie sexuelle débridée et que ça use. plus personne n’aborde le sujet de nos nuits après ça. foskifo
    le poussin est aussi « hyperactif » (nb: se dit de tout enfant qui ne reste pas dans un coin sans moufter pendant trois heures d’affilée)… ceci dit, moi, un tapis d’éveil, je trouve ça chiant en 3 minutes, alors je comprends que le poussin se lasse aussi. mais je suis bizarre, hein.
    ;-P

  44. AnSo dit :

    @Nat, d’accord avec toi, faut pas hésiter à mettre les pieds dans le plat pour les bonnes idées, les gens sont souvent surpris mais certains réagissent bien, et c’est comme ça qu’on avance.
    avec une des familles avec qui on a été en garde partagée, les 2 enfants avaient le même âge, les mêmes habitudes, nous considéraient tous comme la famille élargie (les parents de mon copain sont mes parents, ou presque), on ne se connaissaient pas encore très bien mais on avait envisagé de faire du baby sitting alternatif, d’autant qu’eux n’avaient pas de famille sur Paris qui puisse les dépanner facilement. on n’a pas vraiment eu le temps de mettre en pratique avant qu’ils déménagent, mais ça a été le début d’une relation sympa 🙂

    et – attention séquence je fais ma fille sympa qui raconte comment elle est trop cool :mrgreen: – un soir récent, je rentrais avec mon GrandBonhomme à pied, mon PetitBonhomme dans l’écharpe, ma maman aussi (pas dans l’écharpe !), et on se fait rattraper par une maman visiblement en panique qui poussait une énorme poussette, et essayait ( de manière admirablement maîtrisée d’ailleurs étant donné son stress ) de motiver son grand de 3,5 ans à se dépêcher de suivre en draisienne, lequel grand était manifestement crevé et galérait. le temps de traverser 2 rues, on comprend qu’elle a oublié son sac à la crèche où elle a récupéré le petit, donc pas de téléphone, pas de clefs, pas de rien, et le papa qui rentrera tard. bref, la galère comme on aime. la crèche ferme dans 2 minutes et est à 400 m à vue de nez. le temps de ne pas réfléchir (faut surtout pas réfléchir, j’aurais rien dit sinon, à part peut être bon courage), je lui propose de garder le grand les 5 – 10 minutes dont elle a besoin pour qu’elle puisse se speeder comme il faut et pas se retrouver à la rue. un peu interloquée, faut bien le dire, elle prend le temps de décider que j’ai une bonne tête (je crois que mes 2 gamins ont plaidé en ma faveur 😉 ), les 2 grands étaient déjà en train de négocier « ta draisienne contre mes petites voitures et après on change », présentations rapides et petit topo au gamin puis départ comme une fusée. elle est revenue 10 minutes après, soulagée, et j’ai une nouvelle copine :mrgreen:
    j’aurais très bien compris qu’elle me dise « non merci ça va aller », je ne sais pas comment j’aurais réagi à sa place 😕 , mais tout ça pour dire que effectivement faut se lancer, et tant pis si on passe pour la folle du quartier, si il y a suffisamment de monde on finit par trouver des gens avec qui ça fonctionne, et les liens se créent au fil des rencontres…
    mais si on est en terrain vraiment hostile, alors oui faire l’huitre peut être une solution aussi 😆

  45. sophie dit :

    @pupuce, c’est le problème de toutes les assocs, malheureusement, au bout de 5 mn, tout le monde fait scission…moi aussi, je fais l’ourse (bon jamais étais très social non plus 😉 ) mais entre « un bébé, tu es folle, tu es encore trop jeune  » (32 ans à la naissance de la Puce, super précoce…)et « de quoi tu te plains tu n’en as pas 5 » je préfère rien entendre du tout !
    la puce est « hyperactive » aussi pour les mêmes raisons…on m’a souvent dit « ça ne m’étonne pas qu’elle ne soit pas calme, elle bougeait beaucoup dans ton ventre… » Qu’aurais-je du faire ? demander une IMG ?? Et puis, y a- t-il beaucoup d’enfants qui jouent tranquillement sur les tapis d’éveil ??? La plupart, quand ils ont compris que la fleur fait pouet et la coccinelle dring dring, ils continuent leurs explorations ailleurs, c’est assez logique !

  46. AnSo dit :

    @sophie, pas de problème :mrgreen:

  47. AnSo dit :

    @sophie, souvins toi, il y a le livre qui dit qu’un bébé dort 20h/24h, puis 18h/24h, puis… se réveille à telle heure, mange tant, joue là et tant de temps, dort « comme un bébé », etc. il y a une description pour chaque âge, c’est tout, tu rentres pas dans le modèle 😯 ? j’en connais pas qui rentrent dans le modèle 😀 !

  48. pupuce dit :

    oué bin moi quand on me cite ce genre de bouquins je demande toujours pourquoi j’ai pas accouché du mode d’emploi avec le môme, si c’est vrai qu’y a un mode d’emploi, hein. personne n’a jamais trouvé quoi me répondre…
    bah oui je suis basique comme fille: la télé a un mode d’emploi dans la boîte, le micro ondes aussi, le môme y’en a pas dans l’emballage donc y’en a pas tout court. ou alors c’est tout marqué dans le placenta et l’espèce humaine est encore trop peu évoluée pour comprendre, et là y’en a qui vont se marrer d’ici deux trois générations. 😆
    jamais vu un môme qui marche comme dans les livres et c’est marrant tous ceux qui me disent que le leur il dort, il bouffe de tout, il joue calmement, il a jamais mal aux dents, tout ça, bin quand ils viennent chez moi leur môme il fait tout le contraire, bizarrement…alors là je me demande : microclimat de ma maison? phéromone? petit mensonge des parents qui ont limite honte d’avoir un gnôme qui colle pas au mode d’emploi? 😉
    (enfin on sourit mais en être rendus à avoir honte de l’évolution de ses mômes à cause de la pression sociale du grand concours de qui aura la meilleure vie dans la plus belle maison et tout…c’est pas drôle, je trouve)

  49. Charlotte dit :

    @La poule pondeuse, 😆

  50. Suzie dit :

    Un petit mot, juste pour arriver à la centaine 😉 Et annoncer pour celles qui ne l’auraient pas encore vue la naissance du Biboud’avril d’Alisabel. Je vous laisse découvrir par vous même sur son blog. Félicitations à elles deux pour cette naissance à la maison…