Le maternage

Je vous ai indirectement parlé de maternage dans ces colonnes, et il me semble maintenant intéressant de revenir sur ce sujet. Si on en croit ce site web dédié au maternage,

Le maternage désigne l’art de s’occuper d’un enfant à la manière d’une mère. Cela sous-entend d’une part, que la manière de faire d’une mère diffère de celle de toute autre personne amenée à s’occuper d’un enfant qui n’est pas le sien. On sait bien que personne n’est plus habilitée que la mère biologique à interpréter les signaux de son nouveau-né et à y répondre adéquatement. Cela sous-entend aussi que le maternage est inscrit biologiquement en chaque mère. C’est ce qu’on appelle communément l’instinct maternel.

En pratique, le maternage s’inscrit généralement dans une approche très « nature » et tournée vers l’écologie. Suivi médical minimum pendant la grossesse, accouchement avec aussi peu d’intervention que possible (idéalement à la maison), allaitement long (jusqu’au sevrage naturel), couches lavables (voire hygiène naturelle infantile ou HNI pour les intimes), portage (avec un porte-bébé physiologique bien sûr), cododo, nourriture bio, éducation non-violente, etc. Petite récap sympa ici. Les materneuses sont généralement en froid avec le corps médical : puisque le postulat de base est que la mère sait le mieux ce qui est bon pour son enfant, elle finit tôt ou tard par remettre en question ce que lui préconise le médecin (à tort ou à raison, ce n’est pas le débat), lequel ne le prend généralement pas très bien. En particulier, elles rejettent pour la plupart totalement ou partiellement la vaccination et se tournent en priorité vers homéopathie, naturopathie et autres médecines alternatives. Si vous vous reconnaissez dans tout ça et souhaitez échanger avec d’autres materneuses, j’ai repéré deux forums sur lesquels vous trouverez votre bonheur (mais il y en a sûrement d’autres) :

http://lesmaterneuses.superforum.fr/

http://bebe-nature.forumactif.com/

Le maternage est notamment inspiré par d’autres cultures (voir Jean Liedloff et les indiens Yeqwana, son livre Le concept du continuum étant une des bibles du maternage), à tel point que le Figaro Madame a lancé le terme d’ethnopuériculture. C’est un des aspects sur lesquels je bloque un peu. Je trouve bien sûr qu’il est arrogant et stupide de prétendre que le mode de vie à l’occidentale est la seule et l’unique vérité, et qu’on a tout à gagner à voir ce qui se fait ailleurs et à s’inspirer des pratiques des autres. Mais de là à les ériger comme modèle absolu et à qualifier nos sociétés de dégénérées, je trouve qu’il y a un grand pas que je ne franchirai pas. N’oublions pas que ce sont dans les mêmes sociétés africaines qu’on portent leurs bébés en permanence, qu’on les allaite à volonté et qu’on dort avec, mais aussi qu’on pratique la polygamie et l’excision. Les Balinais dont Jean Liedloff vante (à juste titre) les mérites éducationnels liment les dents des adolescents pour les débarrasser des mauvais esprits (personnellement je risquerais fort de devenir le mauvais esprit de la personne qui tient la lime…).

En ce qui me concerne, on peut me définir comme materneuse puisque j’élève mon poussin en fonction de ce que nous (son père et moi) pensons et sentons être le mieux pour lui. Pourtant (entre autres hérésies) il n’a pas été allaité longtemps, il lui arrive de pleurer tout seul deux minutes avant de s’endormir et je ne vois pas de différence entre homéopathie et effet placebo…  Plus sérieusement, j’aime bien lire et me documenter, découvrir des théories et mieux comprendre le développement de l’enfant, mais j’essaie de toujours garder un certain recul, et surtout de ne pas tout prendre comme parole d’évangile. Je fais le tri, entre ce qui me parle et ce qui me semble moins approprié. Un des risques d’être à fond dans le maternage, à mon avis, c’est de s’oublier complètement, et ça n’est jamais bon. Par exemple, on vous a dit qu’il fallait allaiter un enfant complètement à la demande, mais vous avez le droit d’en avoir marre, et d’instaurer des règles (surtout s’il s’agit d’un bambin qui a tout à fait la capacité de gérer un peu d’attente). On a aussi le droit de n’adhérer qu’à une partie de la kyrielle de pratiques généralement associée au maternage : sinon on va devenir une sainte martyre qui n’en peut plus de laver des couches, de mixer des purées bio et de donner 17 tétées par nuit (retour à la case précédente : ne pas s’oublier). Il faut garder à l’esprit ce point fondamental : un enfant n’est pas heureux si sa mère n’est pas heureuse. Et il n’apprendra pas le respect s’il sent que sa mère ne se respecte pas elle-même.

J’ai fait un onglet maternage dans la liste de liens, qui présente des sites que je trouve assez radicaux. Je les lis avec intérêt même si je suis loin d’adhérer à tout ce qui y est écrit. J’imagine (j’espère !) que les lecteurs de ce blog font pareil : je ne veux pas m’ériger en grand gourou de la parentalité, juste aider les parents à comprendre les tenants et les aboutissants des options qui s’offrent à eux pour qu’ils puissent faire un choix éclairé (même si c’est avec un soupçon de ma mauvaise foi naturelle…). Je mets aussi l’accent sur certaines pratiques liées au maternage car elles souffrent souvent d’un déficit de promotion, et on ne peut pas faire un vrai choix si on ne connaît pas toutes les alternatives.

C’est comme ça que je vois le maternage : c’est à vous de prendre les décisions (avec le papa, même si pour certaines décisions concernant le corps de la mère c’est à elle de trancher et au père de dire « amen »), pas au pédiatre, pas à la copine (même si elle est materneuse !), pas à la grand-mère, pas à votre aîné, et pas au bébé. Il est souvent intéressant d’entendre l’avis de tout le monde, et surtout de faire confiance à ses enfants, mais au final c’est vous qui tranchez.

Tags: , , , , , , , , ,

75 Responses to “Le maternage”

  1. Fleur dit :

    intéressant! (comme d’hab…)

    pour ma part, je me considère globalement maternante, mais ne pratique qu’une partie du « lot »… en tenant compte, précisément de mes propres limites (essentiellement, je fais un peu de tout ce que tu as cité, voire beaucoup, sauf en ce qui concerne les couches…).
    Il est d’ailleurs assez intéressant de noter que le respect des limites et besoin du parent (tant par lui-même que par l’enfant) est l’un des piliers de l’éducation non-violente, justement….!

    j’espère que la discussion sera riche!

  2. Merci ! Et moi aussi j’espère qu’on aura de chouettes témoignages.

  3. Anonyme dit :

    ah j’oubliais : mes filles portent des colliers d’ambre quand elles ne sont pas à l’école / la crèche, j’en porte un également, ainsi qu’un bola, la puce à venir sera emmaillotée, on est adepte de l’homéo pour les petites choses, on se met à l’aromathérapie, on est adeptes de l’ostéo depuis lontemps…

    … et pourtant, je n’ai absolument aucun problème avec la médecine allopathique, ni avec les médecins!!
    et nous en voyons plus qu’on ne le souhaiterait!

    le raccourci me semblait un peu raide dans ton article…

  4. Fleur dit :

    gloups… Anonyme, c’était moi…

  5. je t’avais quand même reconnue, hé hé hé (sans même vérifier l’IP) ! Désolée pour le raccourci un peu raide, j’ai tendance à forcer un peu le trait pour faire passer le message. Mais je me doute bien (et j’espère que les autres aussi) qu’en fait ce « courant » est plus varié que ça. (rien à voir mais top le bola, une nouvelle occase d’avoir un bijou !)

  6. Fleur dit :

    pour le bola : exactement!
    me suis fait un joli cadeau de grossesse en somme!

  7. Claire dit :

    Et bé moi, z’ai beaucoup de chance, car dans mon village un peu paumé (mais pas trop quand même!), j’ai une association de maternage qui s’appelle :

    http://www.maternerbio.com/

    J’y ai appris le portage en écharpe (grâcieusement offerte par ma belle-soeur préférée 😉 ), et y faire mon propre liniment bio…sympa d’avoir ça près de chez soi!
    Par contre, j’ai pas trop adhéré à la bibliothèque… pfiou tous les bouquins sur la mèdecine des plantes et trucs dans le genre, j’y crois pas des masses, mais bon, c’est perso hein!

    claire

  8. Super ! Je te comprends bien sur la médecine par les plantes et ce genre de trucs 😉
    Ce site a l’air d’être une mine en tout cas, même pour ceux qui ne sont pas dans la région.

  9. juju dit :

    « le maternage : c’est à vous de prendre les décisions » tu résumes tout avec cette seule phrase je crois. faire comme on le sens, au moment où on le sens…

  10. Je vois qu’on est pas mal à être sur la même longueur d’onde alors !

  11. Coucou! C’est grâce aux liens de ton blog que j’ai approfondi les informations dont je dispose sur le maternage. Je trouve ca très intéressant, et j’espère pouvoir en appliquer de nombreux principes le jour où…
    J’ai une légère réserve face au côté « militant », que je trouve parfois intolérant ou radical.
    Merci pour ton billet et pour les liens, Strudel

  12. Eh oui, il y a des gens un peu radicaux voire intolérants partout, mais ce n’est pas une raison pour rejeter en bloc leurs idées (ou comme on dit, on ne jette pas le bébé avec l’eau du bain). En tout cas, quelque chose me dit que « le jour où » tu seras déjà bien partie !

  13. Isabelle95 dit :

    Je trouve ton article un peu moqueur, quand même. J’ai allaité mes fils 2 ans mais ils ne tétaient pas 17 fois par nuit !
    Je pratique le cododo, pas par goût mais parce que je suis trop endormie pour me relever et remettre la Princesse dans le berceau.
    J’ai acheté des petits chaussons en cuir souple car ils étaient trop mignons !!!! (je ne comprends pas d’ailleurs que les filles végétariennes en achètent à leurs mômes…)
    J’ai testé le collier d’ambre, sans savoir si ça a fonctionné ou non.
    J’ai un enfant vacciné, l’autre pas, et le 3è : à voir…
    J’ai une écharpe, un sling, un Ergo ET une poussette.
    J’ai lu TOUS les livres sur l’éducation sans violence et je file des claques aux garçons quand je suis exaspérée.
    Quand j’ai des sous, je mange BIO, mais en ce moment c’est Leader Price (et encore pour 24,5 ans…).
    Etc, etc.
    Je m’informe, je lis, je discute, je teste, mais après, j’ai des LIMITES, je vis en France, on ne peut pas faire comme les Indiens de Continuum Concept : eux n’ont aucune obligation d’aller bosser, pas d’emprunt à rembourser, etc.
    ON FAIT CE QU’ON PEUT et ON A LE DROIT DE CHANGER d’AVIS.

  14. @Isabelle95 : mais le but de mon article était justement de dire qu’on fait ce qu’on peut/veut ! et on a plus que le droit de changer d’avis (y a que les imbéciles…). Je suis bien d’accord que de transposer le continuum concept tel quel chez nous n’a pas vraiment de sens. C’est juste que je constate à quel point il est facile de se laisser embarquer dans un truc, et ensuite de culpabiliser parce qu’on ne le fait pas comme il faut, ou parce que ça ne donne pas les résultats escomptés. En fait on est d’accord 😉

  15. johanna dit :

    Je me reconnais assez bien dans ce que dit Isabelle95, et au final, l’essentiel est de s’informer de ce qui se fait ou ne se fait pas, ans tomber dans un extrême ou l’autre. Ca m’énerve qu’on diabolise les poussettes, les lits à barreaux, ou qu’on nous retire le roit d’être excédés devant les bêtises ou hurlements de nos têtes blondes. Cela ne m’empêche pas d’avoir aussi une écharpe, d’avoir fait dormir mes enfants avec nous durant plusieurs mois, et de les avoir allaité/allaiter à la demande, en espérant qu’ils se lassent avant moi 😉

  16. alisabel dit :

    Comme Isabelle95 je me suis sentie assez moquée par le ton de ton article, même si il est par bien des aspects trés interessant. Mère maternante depuis bientôt 15 ans, si je devais m’être oubliée comme tu le décris, sacrifiée sur l’autel des exigences incessantes des 17 tétées par nuit etc… je pense que je serais déja en HP !!
    Le maternage proximal tel qu’on le pratique trop peu chez nous, permet justement d’éviter ce genre de dérives extremistes. En étant proche de ton enfant, autant physiquement de psychologiquement, tu SAIS toujours quel est le dégré d’intensité de son besoin. Autant jamais je n’aurais fait patienter 10 minutes un nouveau né avant de le nourrir , autant à 2 ans mon bibou attend que j’ai fini ce que je suis en train de faire pour avoir sa tétée . Ceci ce fait naturellement et sans que le parent n’ai à faire le moindre effort pour s’ajuster. La communication entre le parent et l’enfant s’établi à un niveau subtil, grâce à un intense attachement.
    Un accouchement naturel et l’allaitement maternel sont des éléments favorisants de cette harmonie et cet attachement. Sans pour autant être indispensables bien sûr.
    Quand au fait que nos societés sont dégénerées, oui je le crois : une civilisation où des enfants sont battus parfois à mort , oubliés dans des voitures au soleil, est une civilisation dont les membres sont en grave déconnexion avec leur nature profonde. Aucun autre mammifère dans le règne animal ne traite ses petits comme nous le faisons !!!

    A plus …

  17. @johanna : je crois que nous avons à peu près la même façon d’envisager les choses !

    @alisabel : je suis désolée si tu t’es sentie moquée, ce n’était pas le but. D’après ton témoignage (et ce que tu décris dans ton blog) tu as trouvé un équilibre qui vous convient bien mais j’ai eu et lu plusieurs témoignages de femmes qui réalisaient après coup s’être oubliées et coupées de leurs instincts pour mieux coller à telle ou telle théorie.
    Je crains par contre que tu idéalises un peu les autres mammifères chez qui par exemple les cas d’infanticide sont plus courants qu’on ne croit (voir ce lien entre autres : http://fr.wikipedia.org/wiki/Infanticide). Il est vrai que notre société est très coupée de ses instincts, il me semble que ça a de bons et de mauvais côtés : encore du chemin à parcourir mais sans pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain. A bientôt !

  18. sarah dit :

    coucou!! tout comme toi je fais avec mes enfants comme mon instinct me l’indique… j’ai envie d’allaiter longtemps et peu importe ce qu’on peut me dire. je porte ma fille en echarpe car la poussette me casse les pied et que j’aime sentir la sentir tout contre moi je ne m’oublie ds mon maternage car c ce qui fait mon bonheur!

  19. Bravo ! Profites-en bien.

  20. Bonjour
    merci pour cet article qui m’a fait réfléchir à ce point tout intéressant que le risque du maternage est de s’oublier! En y méditant, j’ai le sentiment que ce risque n’est pas dû au fait d’être trop maternante mais plutôt d’être déséquilibré dans son maternage! Je m’explique : Pour moi, être maternante signifie être à l’écoute des besoins de chacun y compris les siens! Ainsi en respectant ses besoins aussi bien que ceux de nos enfants, on peut avoir une relation saine. Il me semble que tout est dans l’équilibre de la relation!
    Je viens d’écrire un article sur le fait d’être parent… Si mon opinion et mes sentiments vous intéresses je vous invite à visiter mon blog :

    http://www.maternage-toulouse.blogspot.com

    A bientôt!
    Maman de Petit Bonhomme!

  21. @mamandepetitbonhomme, oui tout à fait, de toute façon la définition du maternage est un peu floue et chacun peut la revoir à sa sauce. J’aime beaucoup la philosophie de Gordon sur ce point d’ailleurs, avec l’importance des besoins de chacun.

  22. Je partage ton appréciation des principes que Gordon propose. C’est vrai que j’étais pendant les premiers mois un exemple très concrêt d’une mère maternante déséquilibrée! Je ne pensais qu’à mon bébé et à personne d’autres. Alors pour mes propres besoins, je ne peux m’en prendre qu’à moi même de ne pas les avoir respecter mais pour le papa, c’est plus délicat! Je n’écoutais pas ses besoins et je ne trouvais même pas légitimes qu’il en ait des biens à lui! 🙁
    C’est tellement plus agréable quand chacun, la mère, le père et l’enfant y trouve réellement son compte, on respire enfin! 🙂

  23. alys dit :

    @johanna, Oui j’ai été assez étonnée de découvrir la mauvaise réputation des lits à barreaux, par exemple chez Solter :  » des structures en forme de cage » (bin c’est sûr dit comme ça, ça fait un peu prison)… qui coûtent cher et nous poussent à la conso parce que l’on veut assortir tous les meubles de la chambre, décorer avec des lampes, coussins and co. L’écharpe je me suis dégonflée, j’ai préféré l’ergo mais pour le prochain poussin je prendrai des cours (type poussette café) pour alterner entre ergo, écharpe et poussette (je l’adore ma bee bugaboo 😉 )

  24. pupuce dit :

    en même temps quand un petit bout arrive à la maison c’est un peu normal qu’on s’occupe de lui et qu’il devienne la top priorité…vu l’état de développement d’un nourrisson (zéro capacité à communiquer, à gérer ses propres besoins, zéro capacité de résistance à la frustration, zéro sécurité hors des bras de maman) je suis désolée mais je trouve l' »aliénation maternelle » (lol) des premiers temps tout à fait proportionnée.
    Je peux comprendre qu’un aîné manifeste ses besoins envers sa mère à ce moment là (l’enfant étant par définition un être en construction qui n’a pas forcément acquis une assez grande autonomie, pas forcément capable d’encaisser une grande frustration, pas forcément capable d’évaluer le peu d’impact en durée que ça a sur sa vie au final, tout ça) mais qu’un grand machin de 35 balais nommé papa se pointe là dessus et couine qu’il a aussi des besoins, tel le gamin moyen, bouhouhou moi aussi ze veu môman, là je m’excuse encore mais ça m’éneeeeerve au plus haut point.
    👿
    Le papa en tant que parent doit pouvoir, comme la maman, mettre ses petites envies entre parenthèses pour quelques mois le temps d’accueillir comme il se doit son bébé. C’est un adulte bon sang, il n’est plus en construction lui, il est supposé être fini, hein. Nan mais ho bon ça va, aussi, un peu de féminisme ne nuit pas, cessons de considérer nos mâles comme des mômes attardés. Ce statut les arrange faut pas compter sur eux pour y mettre un terme, c’est à nous de le faire.

    Quand je vois mes copines à qui le mec a fichu une pression de malade pour reprendre la vie sexuelle super vite, sans tenir compte du fait que leur corps avait laissé passer un autre être humain tout entier, ni du fait que l’allaitement hormonalement nuit au sexe ni du fait que les premières -pour les veinardes- nuits sont crevantes et que ton seul rêve à ce moment là c’est pas de faire la pirouette islandaise mais de ronfler, didiou, sans tenir compte non plus du fait tout basique que quand tu es en mode jeune maman qui vient d’avoir un bébé tu n’es pas en mode jeune chasseresse qui veut séduire (oué le nichon qui coule dans la nuisette en satin bin ça gratte, faut le dire)…et quand je vois que ces mêmes nanas ont consulté un toubib à ce sujet, pour savoir si elles étaient normales (argh), se sont remises en cause à fond et ont finalement cédé aux « besoins » de leurs hommes (nan mais c’est des bestiaux ou quoi?)…… je suis scotchée!
    😡
    et je vous passe les mecs qui ont comme de par hasard envie, juste là minnan qu’on vient d’avoir un bébé, hein, le truc que t’as vu venir pendant 9 mois tout de même, c’est pas une surprise, de faire du sport (si, c’est maintenant qu’il veut son heure de sport quotidienne, si, pas à un autre moment, non), de prendre une option de carrière qui nécessite des déplacements (ah bin oué, il avait pas la moindre ambition avant mais paf, ça l’a déclenché, pas de bol), de suivre la coupe du monde de foot (ah nan mais c’est que c’est primordial dans une vie, hein), de sortir le soir au resto ou en boite (nan parce que c’est là, cette année, quand il a un bébé, qui n’était pas là l’an passé et qui sera bambin l’an prochain, qu’il a envie d’une vie sociale. juste là maintenant, pas l’année dernière, pas l’année prochaine, c’est comme ça, NA)…
    nan sérieux, y’en a qui y voient des « besoins », moi j’y vois des CAPRICES.

    C’est rigolo, autant on voit clair sur les caprices des mômes autant sur les caprices des mecs les femmes sont souvent aveugles. la poule y’a un truc à pondre là dessus je te le dis. 😉

    (sinon oui mon homme est très malheureux et maltraité. lol.)

  25. @pupuce, je ne sais pas si mamandepetitbonhomme faisait référence à ce genre de besoins masculins ! Pour moi tout dépend des familles, mais même si le couple est forcément un peu mis entre parenthèses dans les premiers temps de l’arrivée d’un bébé on peut aussi essayer de faire quelques trucs à deux de temps en temps (ça peut être restau ou sortie, mais aussi simplement se mater un bon film/série lovés dans le canapé pendant que bébé pionce à côté/dans le canapé). Et le père peut aussi avoir des besoins de « paternage », sans se sentir comme la 5ème roue du carrosse ! Les besoins du bébé passent en premier certes, mais il n’y a pas que la mère qui puisse y répondre. Après évidemment des hommes immatures et égoïstes hélas on en connaît tous 🙄

  26. @La poule pondeuse, En effet, les besoins du papa que j’évoquais était loin d’être forcément égoïstes et même si mon fils passait en premier combien de fois on aurait pu être tous satisfaits d’une situation un peu différente!
    « Notre enfant est au centre de notre vie mais pas le centre »! Je pense que c’est une image assez juste : ses besoins doivent être respectés et pris en compte et en même temps tout ne tourne pas autour de lui!

  27. Clemys dit :

    Je viens de regarder le reportage « la dictature des bébés » (comprendre « maternage proximal ») sur M6replay http://www.m6replay.fr/#/info/66-minutes/13450
    J’adore les réflexions de la journaliste (qui franchement n’a pas d’enfant c’est évident) : « vous n’avez pas l’impression de perdre les plus belles années de votre vie ? » « tout sacrifier pour son enfant » etc ect
    👿 non mais franchement, on pourrait pas avoir un reportage sans jugement de valeur ? on pourrait pas former des journalistes à l’objectivité ? parce que pfff c’est fatigant à force !

  28. Ficelle dit :

    @Clemys, pfff, c’est fatigant à force ces gens qui mettent toute une profession dans le même sac. Y a des moutons noirs partout…

  29. Renarde dit :

    Ah ouais alors effectivement la journaliste découvre qu’on peut – entre autres – ne pas donner le biberon, avoir un attachement certain pour ses enfants et remettre en question les pratiques éducatives de nos grands-parents…
    C’est caricatural à souhait (allaitement jusque 4 ans, bio à tous les étages, 2 étagères complètes de bouquins éducatifs) et, en dehors du fait que le ton du « anti » maternage proximal est donné très rapidement, le problème majeur de ce reportage est qu’il ne montre pas ce qu’est le maternage proximal puisque la journaliste résume en le considérant comme une aliénation de la mère à un enfant roi.
    L’animatrice de l’émission n’a rien compris non plus puisqu’elle donne un tuyau pour les balades en poussette (alors que toute bonne puriste du maternage proximal qui se respecte porte son enfant jusqu’à l’adolescence en se tuant le dos, en s’enroulant dans son écharpe de 4 mètres qu’elle a mis plusieurs mois et plusieurs cours à dompter) 😆

  30. Grozouille dit :

    @La poule pondeuse, sniff, la Poule n’aime pas la phytothérapie, je suis déçue (c’est presque mon métier quand même 😉 )

    Je mentionne juste au passage que l’immense majorité des molécules actives présentes dans les médicaments classiques est issue… des plantes.

  31. Renarde dit :

    @Renarde, Y’a-t-il quelqu’un dans la basse-cour !!? Presque plus de com’ depuis quasi 2-3 jours j’ai l’impression. Z’êtes toutes submergées de boulot pour qu’un reportage comme ça fasse caqueter personne ? Où êtes-vous ?
    Ouais c’est vrai j’ai envie de causer un peu et de vous lire !

  32. Bonjour à toutes!
    J’ai également regardé l’émission de M6 sur le maternage. D’après les commentaires je m’attendais à bien pire!! mais c’est vrai que c’est loin de mettre la pratique en valeur!
    C’est vrai que le maternage en lui-même demande de l’investissement personnel, généralement, on est toutes et tous convaincus des bienfaits de ces pratiques et forcément, c’est facile de tombée de l’excès. Moi même, je me rends compte que ne voulant pas laisser mon fils pleurer lorsqu’il s’endors, je l’ai hyper protégé au niveau du sommeil. C’était silence radio à la maison quand il dormait, alors je ne vous raconte pas la pression que je me mettais pour ne pas le réveiller si je devais le changer de place (en voiture notamment!)
    Allez, à vous de me donner des exemple de vos excès, que je me sente moins seule!! =)
    Mamandepetitbonhomme

  33. cyann dit :

    je viens de regarder le reportage. je trouve qu’il y a1 decalage entre le discours de la journaliste (sacrifice; alienation) et ces mamans qui ont l’air plutot heureuse; 👿
    la probleme c’est qu’aprés on passe pour des folles furieuses … mais bon c’est M6 😈

  34. Anonyme dit :

    @cyann, quel est le lien pour voir la vidéo je serais curieuse…merci

  35. Clemys dit :

    @, je l’ai mis au commentaire 23

  36. @Grozouille, ah non la phytothérapie je suis bien d’accord avec toi. C’est plutôt l’homéopathie et autres fleurs de Bach qui me 😯 😯

  37. Alors j’ai vu le reportage en question, et pff c’est juste de la propagande. Genre les parents qui sortent faire une balade avec leurs gosses le dimanche après-midi ils sont aliénés et esclaves de l’enfant roi ??? Notez aussi l’abus de conditionnels dans les commentaires « cette pratique permettrait de/favoriserait/etc » sur un ton hautement sceptique ; la façon subtile d’opposer la mère qui « croit/est adepte de pratiques » (vocabulaire évoquant les sectes) et les psys qui eux savent. Evidemment la maman dépeinte comme une pauvre folle n’a pas deux sous de crédibilité face à l’autorité « scientifique », parce qu’évidemment on va chercher un psy qui sera au mieux condescendant et au pire critique, jamais un qui parlera de l’importance de l’attachement par exemple 🙄 👿
    Personnellement je fais des choix à caractère « maternant » mais je ne me sens pas du tout aliénée ou esclave de mon enfant, au contraire ça me simplifie pas mal le quotidien (portage, allaitement…). Mais ça on ne l’entendra jamais dans ce type d’émission 🙄

  38. Mandy dit :

    Ce qui m’épate moi c’est que dans le reportage seule la journaliste est critique!
    Les mamans ne se plaignent pas, le papa fini après lourde insistance de la journaliste par dire que oui c’est plus comme avant la vie de couple. Et même la pédopsy ne critique pas et dit seulement que nous sommes une génération de l’épanouissement qui veut le bonheur de ses enfants (aurions nous tord? la vie est courte, fragile on devrait souffrir chaque courtes secondes?)
    … Ce reportage m’a faite bondir, mais malheureusement il permet à des andouilles de nous dire « à la télé ils ont dit que vous aviez tord.. » blabla la sacro sainte télé a parlé..
    🙄

  39. Ficelle dit :

    @Clemys, mon commentaire me semble franchement cavalier avec le recul (comme parfois dans la vraie vie… je suis pas toujours subtile 🙄 ) mais je pense que tu te trompes de cible, car « les journalistes » ça ne veut rien dire. Tu peux accuser M6/la bienpensance ambiante qui n’est pas à l’heure de maternage actuellement/la journaliste dont l’opinion personnelle transparait beaucoup trop dans le ton et les mots choisis etc. Quant à la formation et à la déontologie, elles sont à géométrie variable, comme dans de très nombreuses professions.
    A part ça, je suis d’accord avec toi et La Poule sur le fond. Ce reportage était caricatural et orienté, en un mot, merdique.

  40. Clemys dit :

    @Ficelle, s’il y a bien un métier qui revendique son étiquette, c’est bien celui de « journaliste ». Peu de métiers ont un tel soucis d’appartenance, avec ses règles, ses codes, ses « privilèges » (si si tu sais bien qu’il y en a, ne serait-ce que le coupe file dans les musées 😉 ). Faut savoir accepter ses moutons noirs, parce que, si, justement, je pense que « journaliste » ça veut dire quelque chose, que ce soit à M6 ou à Courrier international !
    M’enfin, si tu veux, tu peux en faire un sujet sur ton blog, je serais ravie de venir y polémiquer, mais là, suis pas sûre que ce soit l’endroit 😉
    Enfin, je précise (ok c’est un peu la justification du mec raciste qui dit qu’il est pas raciste) j’ai de très, très, très bon amis journalistes :mrgreen:

  41. alys dit :

    Voilà, j’ai enfin regardé le fameux reportage… et comme beaucoup je trouve cela assez navrant. Autant je ne partage pas toutes les idées et pratiques du maternage, autant ce regard partial et biaisé me dérange. Je me demande aussi comment ont réagi les personnes qui ont gentiment témoigné, comme l’équipe, vraiment charmante, du Poussette Café (un peu présenté comme LE repère de bobo illuminées, sympa quoi) 🙄

  42. sophie dit :

    j’ai regardé ce reportage avec missbébé au sein :mrgreen: c’est juste nul… Il faudrait dire à la journaliste quand on a des enfants, on est bien obligé de sortir au parc avec eux, on a forcement une vie de couple différente, ça n’a rien avoir avec le maternage ! Bon, je ne suis pas d’accord tout le temps avec les mamans du reportage, ex : le jeu avec les haricots pendant le repas, ici c’est niet, mais ça ne mérite pas le ton apocalyptique du commentaire. C’est vrai, quelles horribles mères, elles allaitent, font des câlins, chantent des comptines, emmènent leurs enfants au parc… 😯 ! Je comprend que M6 se mobilise

  43. Ficelle dit :

    @sophie, oui ce passage m’a stupéfait… « Ils consacrent tout leur temps à leurs enfants et font des sorties en famille » (images des parents qui nourrissent et changent leurs enfants au parc)… euh, sinon, on en fait quoi des enfants le week-end? On les met chez les grands-parents? Et au parc, on les laisse dans leur merde? Crever la dalle? 🙄 🙄 Et le coup des haricots, la gentille maman qui veut montrer un truc à la caméra au moment du repas et récolte les critiques a posteriori de la commentatrice… c’est franchement biaisé.

  44. Suzie dit :

    @Ficelle, Oui, je suis ok. Le coup des haricots, ça sent juste la démonstration pour la caméra. Pas sûre qu’elle les aurait sortis sans la journaliste (surtout qu’elle est allée les chercher dans un endroit planqué)… Mais tout le reportage est comme ça, la journaliste prend pour argent comptant ce qu’elle voit.
    Elle ne se pose pas la question de savoir si la présence d’une équipe de la télé dans le quotidien de tout petits enfants ne changent pas leur comportement et celui de leurs parents… 🙄

  45. louidélie dit :

    @sophie, en bonne maman chimpanzé, je n’ai pas de TV dans ma jungle de chez moi. Du coup, j’ai un peu loupé les différents reportages et autres interviews qui ont suivi le bouquin de Bad-inter 😆 . J’imagine que ce que je viens de visionner n’est qu’un triste aperçu du subjectivisme malintentionné dont les familles maternantes ont été victimes ces derniers temps. En même temps, vu le peu de temps que les journalistes (qui sont classiquement hyper-carriéristes) consacrent à leur famille, il ne peuvent pas cautionner ce genre de pratique sans risquer de devenir profondément dépressifs 🙁 !
    Qui connaît un journaliste vivant dans une heureuse famille maternante qui pourrait redorer notre blason ? 😉

  46. Anne Cé dit :

    @louidélie, je ne suis pas moi-même journaliste, mais je vais prendre un peu leur défense parce que ça me parait un peu radical de taper sur toute une profession ! tous les journalistes ne sont pas à mettre dans le même sac (les généralisations du genre « les journalistes sont classiquement hyper-carriéristes » pour moi ça vaut pas mieux que « les fonctionnaires, tous des fainéants »).

    et puis d’abord, la présentatrice de cette émission, si ça se trouve elle n’est même pas journaliste, allez savoir ! :mrgreen:

    sinon, pour répondre à ta dernière question, ben… on en connaît au moins une ici, qui me semble tout à fait fréquentable !! 😉 hein, Ficelle !!

  47. louidélie dit :

    @Anne Cé, oui j’ai bien dit classiquement, je n’ai pas dit systématiquement. En tous cas, dans les articles/interwiews que j’ai lus ou entendus (presse, radio, internet), le journaliste était souvent une femme, et je les ai toutes trouvé subjectivement pro maternage bien distal, malheureusement 🙁 .
    Ficelle, si tu pouvais changer ça !

  48. Suzie dit :

    @louidélie, Moi ! Ficelle !! (Et puis d’autres encore, mon Coq ayant des accointances journalistiques…)

  49. pâte à crêpe dit :

    J’ai vu l’objet de la chose, c’est juste nul. j’ai essayé de ne pas m’énerver mais j’arrive pas… Je trouve que cela participe complètement à la stigmatisation ambiante qui catalogue, étiquette sans creuser, sans connaître, sans réfléchir: une maman qui allaite est esclave de son enfant et n’a pas de vie sexuelle, donc son mari est malheureux et frustré, son enfant est pourri gâté et elle en fera un tyran… J’hallucine des raccourcis employés et des sous entendus de ce reportage.
    Au delà de la question parentale (moi aussi je trouve hallucinant qu’on relève comme de la dictature le fait de consacrer ses week end aux enfants…quelle bande de petits c…à vouloir aller au parc plutôt que faire du shopping…. 😈 )
    Pour moi ces généralisations sont les prémisses du racisme ordinaire, des préjugés, de la méfiance, de la peur des autres. Ce n’est sûrement pas l’endroit pour en discuter et j’essaie de faire une version soft de mon propos, mais je suis très énervée!!!

  50. Ficelle dit :

    @louidélie, je suis tout bonnement estomaquée par tant de préjugés… No comment.