Posts Tagged ‘bobos’

La famille Pondeuse en vacances

lundi, juin 30th, 2008

Nous voilà de retour après une semaine bien agréable (et bien sûr trop courte). Un grand merci à Blandine la Poule exotique qui a assuré l’intérim avec brio, et a permis à chacun de s’ouvrir à la différence. Dit comme ça on se croirait au téléthon mais vous avez pu constater qu’en fait c’était vachement mieux. Sinon je vous invite d’urgence à aller voir ici. J’espère qu’elle acceptera de contribuer encore à ce blog. D’ailleurs je la soupçonne de vouloir rester, vu qu’elle m’a traîtreusement offert le premier tome de Millenium pour les vacances, histoire de m’empêcher d’écrire. C’est malin, maintenant je dois me procurer d’urgence la suite.

Nous sommes partis avec un tas d’affaires pour le poussin alors qu’il a passé toute la semaine avec un t-shirt (pas le même) et une couche (lavable bien sûr). En même temps on ne pouvait pas exclure que la météo soit pourrie, qu’il fasse -10°C (dans le Gard fin juin), qu’il y ait un holocauste nucléaire ou encore une invasion par une puissance hostile. En tout cas après mes déboires passés avec les lavables, on peut dire que maintenant ça roule gentiment. A tel point que je réfléchis à refaire des essais la nuit : si vous avez trouvé des trucs/des matières qui font que vos poussins ne sentent pas la vespasienne le matin, ça m’intéresse. Ayant improvisé une poubelle à couches avec une cuvette, j’ai constaté avec surprise qu’en fait si on les laisse à l’air libre ça sent beaucoup moins que dans une poubelle fermée.

J’ai aussi testé les noix de lavage (avec huile essentielle d’arbre à thé) et personnellement j’ai trouvé que ça n’était peut-être pas tout à fait assez puissant pour les couches, qui ont tendance à garder une légère odeur d’urine. Et pour les tâches, relativement inefficace (il faut les traiter avant, ce que je n’ai pas fait). En plus, d’après le site de Ptits dessous, ça encrasse les couches. Alors dans le doute j’ai fait un deuxième rinçage après le premier (tout de suite c’est moins écolo). D’ailleurs, il y a une controverse qui me laisse sceptique sur leur intérêt écologique (voir ici ou encore par exemple). Donc à moins qu’il n’y ait une analyse claire et objective sur la comparaison du cycle de vie et de l’impact écologique des différentes solutions, je reste avec la bonne vieille lessive des familles en attendant le lave-linge sans lessive.

Par contre dans un élan de lucidité nous avons laissé notre poussette-char d’assaut à Paris. J’ai finalement réussi à convaincre le Coq de retenter l’écharpe, avec le nœud le plus facile possible : le croisé simple, en mettant le poussin face au monde. Alors oui, c’est totalement pas du tout physiologique ni pour l’un ni pour l’autre, par contre pour mon dos à moi qui ne portait rien c’était super confortable. Et puis pour deux-trois petites balades, je ne pense pas que leur santé soit en péril. Autre avantage : dans ce cas le poussin est très peu couvert par l’écharpe, ce qui est plutôt agréable quand il fait chaud. Quant à l’argument du stress psychologique provoqué par le surplus d’information, il n’y avait qu’à voir le large sourire affiché par le poussin pour comprendre qu’il survivrait tant bien que mal à cette douloureuse épreuve. Par contre le Coq s’est fait draguer par les mamies du coin, et je ne sais pas s’il va s’en remettre de sitôt.

Bref nous nous sommes pavanés telle une parfaite petite famille de bobos : poussin porté en écharpe avec couches lavables (lavées aux noix de lavage). Si ça continue je vais me faire une bannière (en passant discrètement sur les 1500 km aller-retour en voiture…).