Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Le dico des petits et gros bobos    |     Suiv. L’assistant-e maternel-le » »

Les modes de garde

Par  • Le 20 novembre 2011 à 21:48 • Catégorie : Education, Eduquer

Ou pour citer Laurent Fabius : “Qui va garder les enfants ?”

D’abord que les choses soient claires, je ne pense pas qu’il y ait un mode de garde idéal dans l’absolu, même s’il y a sans doute un mode de garde idéal pour une situation donnée. Et il y a bien sûr le principe de réalité : rares sont les familles ayant accès à tous les modes de garde, que ce soit par une offre déficiente ou par difficulté financière. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte pour définir le bon mode de garde, tant du côté de l’enfant (âge, personnalité, antécédents médicaux…) que de celui des parents (horaires et lieu de travail, préférences…). Une illustration de ces facteurs avec un témoignage anonyme de la Poule P., blogueuse :

Notre premier enfant, P1, a été gardé dès ses 3 mois 1/2, c’est un enfant qui a toujours mis du temps à accorder sa confiance, et nous habitions dans un quartier où il était quasiment impossible d’avoir une place en crèche et où il y avait bien une dizaine d’assistantes maternelles à moins de 10 minutes à pied de chez nous. C’est donc cette dernière option que nous avons retenue. Pour notre deuxième enfant, P2, j’ai pris six mois de congé parental, il avait donc 8 mois lorsque j’ai repris le travail. Il a toujours été très extraverti ; en outre nous habitons maintenant à 50 mètres d’une crèche (où nous avons obtenu une place) et à 10 minutes de l’assistante maternelle la plus proche. Il va donc à la crèche. A noter que nous avons également une nounou qui prend les enfants à 16h30 et s’en occupe chez nous jusqu’à 19 h (sinon la crèche fermant à 18h15 est incompatible avec nos horaires de travail habituels).

Comme vous pouvez le voir, j’ai donc testé les principaux modes de garde existants (damned, grillée, vous m’avez reconnue !). J’ai même testé le congé parental et la halte-garderie. Je vous propose donc un petit dossier en plusieurs épisodes pour évoquer ces différentes possibilités.

Par ailleurs, la question des modes de garde pose inévitablement celle du travail parental et en particulier maternel. Vaste question, donnant lieu à des débats à côté desquels les négociations israélo-palestiniennes font figure de petits poneys jouant aux bisounours. Ici il ne sera pas question de se prononcer en faveur de l’un ou de l’autre, mais plutôt de souhaiter (on peut toujours rêver) que de plus en plus ce soit une vraie affaire de choix et pas seulement une situation subie (que ce soit un parent en congé parental faute de mode de garde ou un parent qui ne peut rester auprès de son enfant par sa situation financière). Je pense en plus qu’au-delà de l’opposition caricaturale entre la mère workaholic qui voit ses enfants une fois par semaine et la mère au foyer qui n’a jamais eu d’emploi rémunéré et n’a pas l’intention d’en avoir, extrêmes bien peu fréquents actuellement, il y a tout un panel de possibilités pour les couples (mais oui, ça n’est pas que le problème des mères !), entre les temps partiels, les congés parentaux (de quelques mois à quelques années), le télé-travail, la création d’entreprise, la réorientation, et ce tant pour l’homme que pour la femme.

Pour pacifier un peu le débat, je voudrais vous citer l’étude NICHD conduite aux Etats-Unis sur plus de 1000 enfants depuis 1991 (encore en cours !), elle-même reprise dans le rapport Tabarot sur le développement de l’offre d’accueil de la petite enfance (que je vous invite à lire). Il faut tout de même savoir que les Etats-Unis sont à peu près le seul pays occidental à ne pas offrir de congé maternité obligatoire, c’est-à-dire qu’à moins d’un arrangement spécifique dans l’entreprise les mères sont supposées reprendre le travail immédiatement, ce qui pose un cadre pour partie différent du nôtre. Que nous dit le petit prospectus récapitulatif à destination des parents (traduction par moi-même, à feuilleter si vous lisez l’anglais) ?

Children who were cared for exclusively by their mothers did not develop differently than those who were also cared for by others.

Les enfants qui ont été exclusivement gardés par leurs mères ne se sont pas développés de façon différente de ceux qui ont également été gardés par d’autres.

Et encore :

Parent and family characteristics were more strongly linked to child development than were child care features.

Les caractéristiques parentales et familiales étaient plus fortement liées au développement de l’enfant que l’étaient les caractéristiques du mode de garde.

L’étude nous donne également des critères de définition d’un mode de garde de bonne qualité :

  • Adult-to-child ratio—How many children is each adult taking care of? in general, the lower the number of children an adult is caring for, the better the observed quality of that care and the better the children’s developmental outcomes.
  • Nombres d’enfants par adulte- De combien d’enfants s’occupe chaque adulte ? En général, plus le nombre d’enfants dont un adulte doit s’occuper est faible, meilleure est la qualité du mode de garde et meilleur est le développement de l’enfant.
  • Group size—How many children are in the child’s classroom or group? Smaller groups are associated with better observed quality of care.
  • Taille du groupe- Combien d’enfants y a-t-il dans le groupe ou la classe de l’enfant ? De plus petits groupes sont associés à une meilleure qualité effective du mode de garde.
  • Caregiver’s education level—Did the caregiver complete high school? college?  Graduate school? Higher caregiver education predicts higher quality of observed care and better developmental outcomes for children.
  • Niveau d’éducation de l’adulte- L’adulte a-t-il le bac ? Des études supérieures ? Un bac +5 ou plus ? Plus l’adulte a fait d’études et meilleurs sont la qualité du mode de garde et le développement des enfants.

Mais l’impact de cette qualité reste limité :

Children who receive higher quality care show slightly more positive outcomes than do those in lower quality care.

Les enfants qui bénéficient d’un mode de garde de haute qualité montrent des résultats légèrement plus positifs que ceux dont le mode de garde est de moins bonne qualité.

Quel temps passé en garde ?

The amount of time that children spend in child care from infancy through age 4½ is not related to their cognitive outcomes prior to school entry.  Children who spend many hours in child care, however, show somewhat more behavior problems and more episodes of minor illness than those in fewer hours of child care.

Le temps passé en garde par les enfants depuis leur premiers mois jusqu’à 4 ans 1/2 (aux Etats-Unis l’école maternelle n’est pas organisée comme en France : pas systématique et commence plus tard) n’est pas liée à leurs résultats cognitifs à l’entrée à l’école. Les enfants qui passent de nombreuses heures en garde, cependant, montrent un peu plus de problèmes comportementaux et plus d’épisodes de maladies bénignes que ceux y passant moins d’heures.

Garde collective ou individuelle ?

Center-based child care is associated with both positive and negative effects.  This type of care is linked to better cognitive development through age 4½ and to more positive social behaviors through age 3. But, center-based and large-group settings are also associated with more problem behavior just before and just after school entry. These types of care are also linked to more ear infections and upper respiratory and stomach illnesses during the first 3 years of life.

Un mode de garde collectif a à la fois des effets positifs et négatifs. Il est lié à un meilleur développement cognitif jusqu’à l’âge de 4 ans 1/2 et à des comportements sociaux plus positifs jusqu’à 3 ans. Mais une garde collective, en particulier en grand groupe, est également associée à une augmentation des problèmes de comportement avant et après l’entrée à l’école. C’est enfin lié à plus d’infections de l’oreille (otites) et de maladies respiratoires (bronchiolites, rhinos etc) et digestives (gastros) pendant les trois premières années de vie.

En bref, c’est finalement le contexte familial et parental qui reste prépondérant :

The following characteristics predicted children’s cognitive/language and social development:  parents’ education, family income, and two-parent family compared to single-parent family; mothers’ psychological adjustment and sensitivity; and the social and cognitive quality of home environment.

Les caractéristiques suivantes prédisent le développement cognitif, verbal et social des enfants : le niveau d’étude des parents, le revenu familial, le “nombre de parents” (deux valent mieux qu’un) ; la sensibilité et l’ajustement psychologiques des mères ; et la qualité sociale et cognitive de l’environnement familial.

Pour conclure, et avant de détailler plus avant (dans de prochains billets, à venir au cours de la semaine) les grands types de modes de garde (collectif, à la maison et chez un-e assistant-e maternel-le, pas forcément dans cet ordre d’ailleurs), je dirai donc que l’important est de trouver un mode de garde en lequel vous ayez vraiment confiance, car je crois qu’il y a toujours un moment où on doute, où l’enfant pleure à la mort quand on le laisse, et à ce moment-là si de façon générale on n’est pas très satisfait de la situation c’est vraiment très douloureux. En outre, il est probablement difficile pour l’enfant de s’attacher à la personne qui s’en occupe s’il sent que ses parents ne l’approuvent pas vraiment (cf les travaux de Gordon Neufeld et Gabor Maté).

En bref écoutez-vous, écoutez vos enfants, et laissez pisser les fâcheux qui tentent de conforter leurs propres choix en critiquant les vôtres.

D’autres lectures en attendant la suite :

Photo : c’est quasiment la première réponse de Google quand on cherche “Daycare” (crèche)…

Tagged as: , , , , , ,


« « Préc. Le dico des petits et gros bobos    |     Suiv. L’assistant-e maternel-le » »

119 Commentaires »

  1. voilà un dossier bien prometteur…

    en guise de commentaire, je vais ajouter mon témoignage à celui de la Poule P.

    1er enfant, grande ville. j’ai pris 6 mois de congé parental. A ma reprise, on envisageait d’employer une personne à domicile (qui serait venue chez nous avec sa propre fille) 2 jours / semaine et mon mari aurait assuré les autres jours. cette personne s’est désistée 3 mois avant ma reprise et nous avons donc recherché une autre solution. près de chez nous, il n’y avait pas de place dans les crèches associatives et la crèche municipale était une crèche familiale (ce qui ne me convenait pas puisque tu ne pouvais pas choisir l’ass. mat. chez qui ton enfant serait). au final nous avons trouvé une ass. mat. super, au départ on pensait qu’elle nous dépannerait jusqu’en septembre (parce qu’en plus, j’avais la bonne idée de reprendre le travail en avril, très pratique ça aussi !) et au final elle était tellement bien qu’elle a gardé notre fille pendant 2 ans !

    nous avons aussi testé différentes babysitter de façon plus ou moins régulière et même la crèche, cet été, pendant quelques semaines en attendant la rentrée à l’école. pour ma part, j’ai eu un peu de mal à me plier aux règles strictes de la collectivité. ma fille s’y est trouvée très à l’aise, mais je pense que ça n’aurait pas du tout été le cas 2 ans plus tôt.

    pour numéro2 la question ne se pose pas dans l’immédiat puisque là encore on a choisi l’option congé parental. mais il faudra y penser très très rapidement car en milieu rural le choix est encore plus restreint ! dans mon village il y a 2 assistantes maternelles agréées, dont une en congé parental, et la crèche avec ses règles strictes (non, non, la directrice ne m’a pas du tout traumatisée) et ses places très demandées !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, ah oui forcément le contexte petit village ça pose le problème de façon bien différente.

    Répondre

  2. “et laissez pisser les fâcheux qui tentent de conforter leurs propres choix en critiquant les vôtres.”

    Encore un excellent billet où je ne commenterai que cette phrase très vraie. Au final les gens qui viennent critiquer VOS choix sont ceux qui ont un problèmes avec LEURS propres décisions. Une fois qu’on prend conscience de ça on est tout de suite plus en paix avec soi-même et moins taraudée par le doute je trouve…

    Répondre

    Mère GeekNo Gravatar a répondu :

    @Chofie, Ah c’est bien vu le truc du “le problème c’est toi qui l’as et pas moi”

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Chofie, exactement

    Répondre

  3. Je vais lire avec attention les commentaires (et les billets bien sûr !!) …
    Malgré les 4 Mecs, je n’ai testé qu’un seul mode de garde, l’assistante maternelle : la même pour les 3 premiers, pendant 10 ans (une perle), et celle de P’tit Mec N°4 (une autre perle).
    Seule différence entre les 4, le moment où ils ont commencé à être gardés par l’ass mat (dès la fin du congé mat + mi temps pour la maman ; après 1 ans de congé parental ; dès la fin du congé mat + travail à temps complet ; gardé par le papa à la fin du congé mat, puis 3 demies journées par semaine, puis … jusqu’au “temps complet”) !!
    Vivement la suite !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, de pouvoir faire une transition comme ça c’est vraiment super ! Moi je suis à chaque fois passée de arrêt total à 100% (garde 10h/jour) et ça fait bizarre…

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, 10h par jour (tarif actuel), j’ai eu du mal à m’y faire …. heureusement qu’il y a eu la transition.
    Et puis en fait, ça se passe super depuis le début ;-)
    Vais me rattraper l’an prochain, ça sera 50% maman, 50% nounou :mrgreen:

    Répondre

  4. Chez nous, nous avons absolument tenu à un mode de garde collectif (la seule alternative était au moins partiellement une nounou, partagée ou non, car nous travaillons tous les deux — avec des arrangements pour faire les transitions).
    Le seul critère retenu, pas envisagé des études que tu cites, mais pour nous primordial : le risque de maltraitence et la confiance dans les adultes qui gardent notre petite. Le nombre d’histoires horribles arrivées autour de nous nous a convaincus tous les deux. Et il s’avère impossible de faire confiance à un adulte seul, souvent en plus choisi sur un simple CV et entretien, alors que la collectivité assure qu’au moins, aucun adulte ne peut se retrouver seul avec ton enfant et péter un câble inpunément. C’est la base.

    Pour le reste et le développement de l’enfant… la halte-garderie où nous avons une place (par miracle) est nickel, avec suffisamment d’adultes, et ça semble plutôt positif sur notre petite : elle est boostée par le contact avec les grands et ça doit sûrement bien marcher avec son caractère. Aucune idée si c’est généralisable à tous les gamins : il y en a probablement qui ont besoin plus de soins individuels.

    Il n’en demeure pas moins que la garde collective reste un privilége, et que la plupart des parents n’ont même pas cette possibilité et choisissent une nounou par défaut. Or ils devraient pouvoir choisir cette option, ou d’autres, librement. À mon humble avis, une meilleure politique de la petite enfance, dans un pays où les familles ne prennent pas le relai, consisterait donc, non pas à augmenter le nombre de crèches publiques, ce qui n’est pas faisable (problème immobilier, financier, et RH des mairies), mais à faciliter par tous les moyens l’éclosion de structures de garde collectives de tout type, avec des personnels qualifiés.

    Tout un programme : ça intéresse des candidats en campagne ?

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @CDLPSF, oui je comprends bien vos réticences à tous deux, qui pour moi figure dans la catégorie plus vaste des préférences parentales. Je pensais aussi en parler dans les billets plus détaillés. Après je ne sais pas si la collectivité protège si bien de ce genre d’abus, il n’y a qu’à voir toutes les histoires autour des colonies de vacances, des scouts, des écoles etc. Il y a forcément un moment où l’adulte se retrouve seul avec un ou plusieurs enfants. Mais je comprends bien le cadre plus rassurant (et maintenant je suis ravie d’avoir Pouss1 qui parle bien pour dénoncer d’éventuels problèmes avec la nounou). Pour l’étude, j’imagine que ce type de problème n’est pas si fréquent pour avoir un impact significatif par ce type d’approche. Et encore une fois, ça arrive aussi en structure collective, cf le scandale italien il y a quelque temps http://www.lepost.fr/article/2009/12/07/1827742_enfants-maltraites-par-la-directrice-d-une-creche-en-italie-agata-hurlait-tous-les-matins-faisait-des-cauchemars-toutes-les-nuits.html

    Quant aux candidats, ces histoires de bonne femme leur paraissent probablement d’intérêt secondaire, hélas.

    Répondre

    CDLPSFNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, de bonne femme ? :x Tu sais ce qu’il te dit, le cadre bloqué au foyer ce matin pour garder sa môme en attendant que la halte-garderie la prenne à 13h30 ? :evil:
    (Du coup, j’ai mis un tablier de cuisine au-dessus de la cravate, pour rigoler)

    Pour la campagne, chaque voix comptera, surtout quand les électeurs auront compris que de toute façon, dans tous les cas, on paiera plus d’impôt, et que la différence se fera sur des politiques de société.
    Alors, la Poule, il est temps de prendre ton bâton de pèlerin de blogueuse influente et de parcourir les organigrammes de campagne. :-)
    Pour FH2012 (http://francoishollande.fr/fb/splash1611/OrganigrammeCAMPAGNE.pdf), c’est peut-être Marie-Arlette CARLOTTI, pour l’égalité homme-femme (un peu indirect en apparence, sauf qu’en fait, à mon avis, c’est le nerf de la guerre) ou directement Vincent Peillon pour la jeunesse (blog http://www.vincent-peillon.fr/, avec compte twitter et Facebook).

    Sinon, l’avantage de la halte-garderie dans laquelle la puce sème la terreur est qu’elle est tenue par des puêr. qui ne sont gavées ni de de principes archaïques, voire religieux, comme chez les scouts ou en Italie (pays que je connais bien et préfère pour bien d’autres choses que son éducation), mais de pratique pédagogique ultra attentive à l’enfant. Ok, ça frise la prise de tête pédagogique gaucho, un peu pénible au quotidien (quand tu fais la transmission, c’est limite l’interrogatoire en règle et tu manques d’être dénoncé à la DASS quand tu oublies les chaussons de ta gosse le matin, et la laisse en chaussure), mais au moins, elle a l’air top heureuse, et je l’y laisse serein ! :-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @CDLPSF, non mais tu sais bien que moi je suis intimement persuadée que c’est un problème du couple, par contre nos candidats à la présidentielle… :roll:
    Et pendant qu’on est dans les mesures politiques, j’ajouterai qu’il faut non seulement développer l’accueil collectif mais aussi améliorer les ass mat et nounous à domicile (et les nombreux exemples en commentaire montrent bien comme la diversité des situations demande une diversité de modes de garde, le point commun étant d’en améliorer la qualité au moins autant que la quantité).
    Et je ne doute pas que votre halte garderie soit top et vous convienne au poil, ce qui est bien le principal, j’argumente pour le plaisir de la discussion :grin:

    Répondre

    CDLPSFNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, toi, je vais t’offrir pour Noël une formation de lobbying politique… ;-) Si tu n’influences pas un homme politique quand il est justement à la recherche de voix, tu le fais quand ? :idea:

    Sinon, tout à fait d’accord avec toi sur le fait que ce qui compte au final, c’est :
    - d’avoir vraiment le choix individuellement ; j’avais effectivement zappé les assistantes maternelles, parce que dans notre quartier, celles qui sont agrémentées sont encore plus rares que les crèches ;
    - d’avoir des gens formés et contrôlés (à mon avis, ça fait déjà une grande part de la qualité), dans tous les cas de figure (collectif / individuel).

    Mais parenthèse économique : une nounou à temps partiel, au black, nous a expliqué un jour qu’elle n’avait aucun intérêt à se faire déclarer (et donc encore moins à se faire agréer), car c’était autant de perdu dans le système progressif du RSA (elle perdait au RSA ce qu’elle gagnait d’heure déclarée). Donc faire rentrer les nounous dans un système contrôlé et régulé est aussi économique et politique… :???:

    (PS : et tu sais que j’aime également argumenter pour le plaisir…) ;-)

    Répondre

  5. merci pour ce dossier, j’attends la suite avec impatience ! comme tu dis, il n’y a pas de mode de garde idéal, il y a tellement de paramètres à prendre en compte ! perso c’est surtout le ressenti de mes enfants qui compte, s’ils sont calmes, reposés, épanouis… ou pas

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @La loupiote, c’est un bon indicateur mais pas toujours évident je trouve, notamment pas toujours facile de distinguer quand l’enfant pleure le matin une angoisse de séparation d’un vrai problème avec le mode de garde.

    Répondre

  6. « et laissez pisser les fâcheux qui tentent de conforter leurs propres choix en critiquant les vôtres. » ça me rappelle un de mes derniers articles: http://www.blablastrucsetbidules.fr/?p=116 Autant dire que je suis tout à fait d’accord (même si c’est plus facile à dire qu’à faire).

    Pour la garde nous c’est crèche, notamment pour les mêmes raisons que CDLPSF (moins de risque de maltraitance, plus de confiance en une équipe). J’adhère complétement au projet d’éducation de notre crèche, je leur fais une confiance totale. En plus je n’ai pas à m’inquiéter de fermeture pour cause de maladie (pas comme un nounou qui peut tomber malade, c’est humain!). Et puis, ça convient parfaitement à notre Miss B qui y est très bien et interagit beaucoup avec les autres enfants pour son âge.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Mère Blabla, intéressant cet effet Franklin, je ne connaissais pas !
    Et si la crèche permet de ne pas gérer les problèmes d’arrêt maladie elle a par contre la fâcheuse tendance à faire grève (et perso j’ai l’impression d’avoir eu plus de grèves en 1 an de crèche que de jours de maladie en 2 ans d’ass mat :roll: )

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, en plus l’hiver dernier, il y a eu en effet beaucoup de grèves (pour l’âge de la retraite je crois), moi ma fille venait d’y entrer (en octobre)et oui, beaucoup de journées de grève (heureusement, je reprenais le taf en novembre mais je me souviens des parents au bord de la crise de nerfs :oops:

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @Mère Blabla, le problème de la maladie qui se pose le plus souvent, c’est pas tellement celui de la nounou malade en général, mais plutôt celui de l’enfant malade, qui justement n’est pas admis en crèche. (alors que chez une ass mat, il peut être accueilli malgré tout !)

    Répondre

  7. Ici, j’ai eu la chance d’avoir une place en crèche à Paris et je suis très heureuse car c’est ce que je voulais (pas trop envie d’une nounou pour différentes raisons même s’il y en a des supers…) et ma fille a l’air très heureuse quand je la retrouve le soir.
    Pour nous, c’est tout de même la course pour aller la chercher le soir car 1)nous n’avons pas de nounou après la crèche et 2)pas de grands-parents ou de famille à proximité qui peuvent nous donner un coup de main mais on y arrive entre mon homme et moi, il y a toujours l’un de nous deux qui arrive à aller la chercher.
    @La Poule : au moyen-âge , on accrochait les bébés aux murs des maisons la nuit dans les campagnes pour éviter qu’ils ne soient enlevés pas des bêtes sauvages (loups, chiens) ;-)

    Répondre

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @Opale, Ah? Bah moi j’avais lu que c’était pour éviter qu’ils se fassent boulotter par les cochons :shock: (tout ce petit monde vivait en général dans une seule pièce: salle à manger et étable réunies!). C’est à ça que m’a tout de suite fait penser la photo, qui m’a bien fait rigoler… :lol:

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, j’avais lu pour les loups et chiens mais un cochon est une bête sauvage aussi ;-) car ils bouffent de tout ces bêtes-là !
    Moi aussi , la photo m’a fait penser à cela de suite !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Opale, ah oui un bon réseau de baby-sitters/nounou/grands-parents/autres c’est bien précieux, car il y a toujours des imprévus à gérer…

    Répondre

  8. 1 – références de la photo? Home made?
    2 – Mais qui gardera les enfants? Ce doit aussi être le titre d’un livre de Yvonne Kniebihler (historienne)
    3 – Est-ce que tu vas distinguer congé parental pris par le père, dans ton panel des modes de garde?

    Mamazon

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Mamazon,
    1 – à ton avis ? :razz:
    2 – forcément plus classe que ma référence…
    3 – j’ai déjà fait un billet sur congé parental (en lien), pas sur la spécificité paternelle parce que j’ai pas vraiment d’éléments là-dessus mais les colonnes du blog te sont ouvertes si ça te dit !

    Répondre

  9. en lisant les commentaires je m’apercois (c’est aussi ce qui est dit au début du post) que chaque famille trouve le meilleur compromis pour elle!
    Chez nous c’est crêche familiale avec deux places (jumeaux…) obtenues de haute lutte (et un peu d’attente en congé parental bienvenue pour tout le monde!)
    J’aprécie le coté familial et coocooning de la nounou, mais j’aprécie qu’elle soit un minimum controlée et qu’elle soit obligée de se rendre en lieu d’accueil collectif une fois par semaine. J’ai l’impression d’avoir les avantages de la nounou et ceux de la crêche finalement! J’aprécie aussi de pouvoir prendre mes vacances quand bon me semble et d’avoir une solution de remplacement quand elle est malade par ex! Et aussi point non négligeable à mon avis ne pas avoir de rapport d’argent avec elle. Quel soulagement!
    Parfois je me dis que vu qu’ils sont deux, la crêche collective aurait pu être une solution plus “sociabilisante” en même temps je suis un peu arrêtée par les regles strictes de la crêche collective. Je me dis qu’ils auront tout le temps de se sociabiliser (et puis franchement là quand je les vois je ne me fais pas trop de soucis!)
    Au final nous sommes contents de notre compromis! C’est bien là le principal

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @clo, c’est vrai que la crèche familiale est assez séduisante ! Par contre la “sociabilisation” (je suis pas sûre que ce mot existe ;-) ) est à mon avis l’objet de beaucoup d’idées reçues pour des enfants de cet âge : son acquisition harmonieuse n’est pas vraiment proportionnelle au nombre d’enfants du même âge fréquentés. En clair ce sont les adultes qui apprennent aux enfants les règles et les comportements adéquats, pas les autres enfants qui ne les maîtrisent pas eux-mêmes !

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, @clo : en théorie la crèche familiale ça semble pas mal…
    en pratique j’ai été dubitative (et les déboires vécus actuellement par une amie m’ont très sérieusement refroidie) : au final ton enfant est quand même chez une ass mat que tu ne choisis pas du tout, contrairement à celle que tu emploies directement. quant au contrôle, malheureusement il ne garantit pas davantage que l’ass mat respecte tes principes éducatifs.

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, et oui en crèche fa, il y a pas plus de contrôle et bien souvent le fait de participer aux activités n’est pas obligatoire et maintenant avec les RAM les ass mat indépendantes on si elles le veulent la possibilités de faire plein de choses

    Répondre

  10. Ah!! et j’ajouterai que pour notre petit troiz la solution la meilleure pour nous sera certainement différente. Je pense que nous chercherons une nounou agrée qui pourrait nous prendre le tout petit à plein temps et les 2 plus grands en périscolaire… Comme quoi tout évolue!

    Répondre

  11. ça faisait un petit moment que je n’avais pas commenté!

    ici j’ai cumulé aussi. Puce née en janvier, mon congé mat finissait le 2 mai (je l’ai pris le plus tard possible), j’ai repris à 80% et j’ai posé des jours de congés épargnés pendant 3 ans (34 au total) ce qui m’a amenée à reprendre le boulot le 4 juillet, pendant les vacances du papa qui a pu la garder jusqu’à la rentrée scolaire (il est prof).

    Pucinette va donc à la crèche depuis septembre. Pour nous ce choix était vraiment une priorité, nous avions déposé des dossiers un peu partout (12 au total… on la voulait cette place!) et finalement nous avons eu plusieurs réponses positives, on l’a inscrite dans la première qui a répondu: une crèche de la ville de Paris, à côté de mon boulot.

    Pourquoi la crèche? Un peu comme le CDLPSF, trop entendu d’histoire sordides autour des nounous (et trop vu moi-même des nounous assise en terrasse de café la clope au bec à discuter entre copines, les mômes dans la poussette). Et pas envie de subir leurs exigences salariales aux frontières de la fraude à la CAF (nous avions été mis en garde par le RAM lui-même…) car dans le coin elles sont plutôt en sous-effectifs, donc peuvent se permettre de faire leur loi. Et enfin, last but not least, j’avais un gros problème psychologique avec le fait qu’une autre femme que moi s’occupe exclusivement de mon enfant (débile, je sais).

    Finalement, l’adaptation a été TRES difficile (en plein dans le 8ème mois, on a vu mieux je pense). Mais à force de patience, de persévérance, de jours de congés posés pour passer des journées entières avec la puce dans la structure (à faire des allers-retours dans le parc d’à côté pour la laisser sur des plages de plus en plus longues), elle s’y est parfaitement faite. Les auxiliaires de cette crèches sont des femmes très compétentes, qui connaissent bien leur métier, sont douces et aiment vraiment les enfants, nous nous sommes sentis en confiance très vite. Et cherry on the cake, elle n’ont posé aucun problème pour donner mon lait et gérer la logistique que cela imposait (la directrice s’est montrée plus frileuse, mais a vite compris que j’étais chiante :razz: ).

    Un peu long :oops:

    Opale, si ça se trouve nous allons dans la même crèche?

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @m@nue, dans notre crèche la directrice a tiré du lait pour sa fille jusqu’à ses 18 mois ?
    Mais par exemple elle n’acceptait le lait congelé que déjà dans le biberon (pas compatible avec le stockage en glaçons donc :roll: ).

    Répondre

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ici la seule condition a été que je fournisse des biberons prêts à être mis au frigo et à être chauffés au moment du repas, et que je les transporte dans une glacière munie de packs de froid. Pour le reste c’est moi qui gère. Généralement c’est du lait tiré la veille, mais il arrive que j’aie à décongeler pour compléter. Ma foi, c’est pas non plus écrit dessus ;)

    Répondre

  12. Pour des raisons financières, la nounou est pour nous est inenvisageable ou alors en garde (très) partagée et en mangeant des patates… Pour n°1, nous avons attendu la place en crèche pendant de longs mois où elle a été gardé par mon frère, mon père et ma belle-mère à tour de rôle. Pour n°2, on a eu une place en crèche tout de suite : elle est née à la bonne période de l’année (fin mars) :roll: pour être acceptée en collectivité en septembre.
    Ce qui me plait le plus à la crèche, c’est la sécurité, les enfants ne risquent rien et les directrices sont infirmières. En même temps, c’est aussi un point faible, car à la maison, forcement c’est beaucoup moins sécurisé. Ce qui est très bien aussi, c’est la profusion de matériel pédagogique, de jeux en tous genre, de livres, l’animatrice qui passe chanter, faire de la gym… Les auxiliaires de puériculture sont, pour la grande majorité, des crèmes, qui s’occupent vraiment de chaque enfant individuellement (n°2 a été bercé dans les bras pendant de longs mois, par ex.)
    Le côté négatif, c’est bien sûr le nombre d’enfants par section et le nombre réduit d’auxiliaires de puériculture. Les sections sont très bruyantes, les enfants en fin de journée sont rétamés. La sociabilisation avant 4-5 ans est un leurre, les enfants semblent plus se gêner les uns les autres que s’amuser ensemble. Quand je vois comment n°2 brutalise ses poupées, ça me fait un peu peur ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @sophie, moi je crois que Pouss2 a adoré la crèche parce que quand il a commencé on était en travaux et lui en pleine période d’exploration (8 mois) donc il était trop content de pouvoir enfin se balader partout ! :lol:

    Répondre

    michmaaNo Gravatar a répondu :

    @sophie,

    bonjour,

    Je n’ai pas de théorie sur l’âge de la “sociabilisation” mais l’Asticot est entré en crèche à 3 mois et nous avons pu constater qu’il s’est attaché très tôt à certains des autres bébés et un peu plus tard nous avons pu assister à de très jolis moments de complicité et d’empathie (genre le grand qui emmène son doudou au petit qui pleure). Je les ai vu se battre pour un jouet mais aussi partager, rendre à César, faire un bisou après avoir poussé, s’excuser pour passer, faire de la place, bref, vivre ensemble.
    Au final, c’est avec beaucoup de regret que nous l’avons retiré de la crèche à 2 ans pour cause de petit frère + congé parental + déménagement. Il commençait justement à parler suffisamment bien de certains copains.

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @michmaa, je vois les mêmes choses à la crèche, mais la socialisation n’est pas un impératif à cet âge-là. Aller chez une assmat avec 2 autres enfants prépare aussi bien à la vie en société que de passer ces journées avec une dizaine d’enfants, et c’est nettement moins fatiguant pour les petits.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @sophie, tout à fait ! la socialisation, c’est-à-dire en gros d’intégrer les normes sociales et la façon de se comporter avec les autres, ne peut être enseignée par les autres enfants qui ne la maîtrisent pas, mais bien par les adultes. Après ça n’empêche pas les enfants de s’apprécier mutuellement et de profiter de la compagnie des autres, même si il faut faire attention aux problèmes d’attachement aux pairs (cf http://www.poule-pondeuse.fr/2008/09/08/hold-on-to-your-kids-1/)

    Répondre

  13. Quant à nous, habitant dans un village de campagne en province, c’est la nounou la solution la plus avantageuse financièrement : il ne reste que 15% à notre charge contre environ 50% pour une crèche.
    Avant notre 1er, on était pro-crèche : on ne souhaitait pas qu’une personne seule s’occuper de notre enfant. malheureusement, il n’y en alors avait pas près de chez nous. On a donc opté pour la solution nounou, solution qu’on trouve géniale. Le petit effectif (3 enfants max) gardé par notre nounou nous a séduit. Et la relation qu’on a tissé avec elle nous satisfait et satisfait notre enfant.Elle va d’ailleurs garder aussi n°2 d’ici quelques semaines…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @MiaMia, excellent !

    Répondre

  14. Bonjour

    Je suis pas objectif car je suis assistante maternelle.
    Je voulais juste dire que je comprend les inquiétudes des parents, et que pour moi il faut vraiment avoir le choix et faire le tour aussi bien des crèches que des ass mat avant de faire son choix.
    Car il y a de bonnes et plus mauvaises crèches (ma maman a travaillé en crèche et c’est pas toujours rose pour les enfants, la maltraitance en institutions existe aussi)et egalement de bonnes et mauvaises ass mat

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @assmatcoco, tout à fait, et d’ailleurs les témoignages montrent bien la diversité des situations et des solutions !

    Répondre

  15. J’ai connu la garde chez une assistante maternelle et en crèche et j’ai un avis partagé. D’abord mon fils a été gardé par une assistante maternelle (un an de liste d’attente pour la crèche, bref on n’a même pas fait de dossier!). Il avait deux mois 1/2 quand il a commencé et visiblement ça se passait bien. Mais un jour elle m’envoie un texto me disant qu’elle a une réunion le soir à l’école et qu’elle va confier mon fils à une de ses amies que je ne connait pas alors que le matin elle avait dit à mon homme qu’elle prendrait le petit avec elle lors de la réunion. Si je rajoute qu’elle a pris une semaine pour être avec son fils malade et qu’elle demandait qu’on la rémunère (alors que nous on devait payer une autre ass mat pour la remplacer)… Bref je n’avais plus vraiment confiance… Et puis des soucis perso m’ont amenée à déménager dans l’urgence et à la licencier. L’horreur ! Un vrai casse-tête en tant que parent-employeur et les animatrices du ram qui n’étaient même pas bien informées (il doit y avoir des parents qui se font avoir). J’en garde un très mauvais souvenir.
    Le temps a passé et j’ai retrouvé un travail. Aucune possibilité en crèche là où j’habitais (ça c’est pas normal, selon où tu habites t’as déjà pas le choix) et c’est à reculons que j’ai donc pris une assistante maternelle… Et elle était géniale, un vrai bonheur ! Une personne douce mais en même temps stricte et je sentais mon enfant heureux là-bas.
    Enfin, j’ai redéménagé et là j’ai pu avoir une place en crèche. Mon fils y est entré à 18 mois, l’adaptation n’a pas été facile mais aujourd’hui il s’y plait vraiment. Et je pense que c’est bien à son âge de voir plus d’enfants et de s’habituer à être avec différentes personnes. Et des avantages non négligeables pour moi : plus besoin de gérer la paperasse en tant qu’employeur et surtout le prix (3000 de moins à l’année) !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Nolwenn, eh bé tu en as testé ! Pour les crèches elles sont gérées par les collectivités locales (ville, département), donc forcément ça génère des inégalités :roll:

    Répondre

    NolwennNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Merci de prendre le temps de répondre à tous les commentaires.
    Je sais bien d’où viennent ces inégalités. Le problème c’est peut-être qu’il manque un réel service public pour l’accueil de la petite enfance. Imaginons un instant qu’il y ait de telles inégalités pour l’école, il y aurait des enfants qui n’auraient pas accès à l’école publique et seraient obligés d’être scolarisés dans le privé ? Je vais peut-être un peu loin mais le constat est simple que la plupart des parents aujourd’hui n’ont pas réellement le choix sur le mode de garde. D’ailleurs ça me fait toujours rire l’intitulé de l’aide de la caf “complément de libre choix de mode de garde” ! lol

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Nolwenn, j’entends bien ton argument et il fait sens mais crois-moi c’est pas vraiment dans l’air du temps que l’Etat reprenne des compétences aux collectivités locales (l’idée étant de leur demander d’en faire + avec – d’argent :roll: )…

    Répondre

  16. J’ai lu le rapport tabarot en entier et ce qui n’est pas pris en compte dans l’etudes américaine c’est les méfait des gros temps de garde exterieur :/
    en fait il semblerait que la mère à mi-temps soit aussi “maternante” que la mère au foyer si on lit l’étude du gouvernement faite par tabarot et ton truc americain

    ps : nice pictures !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @la sorciere, ben le rapport américain ne trouve pas de gros effet du temps de garde, et c’est pour ça que je suis allée piocher dedans parce que le rapport Tabarot cite des % sans préciser si ce sont des différences significatives…

    Répondre

  17. Ici, idéalement, ça aurait été collecyivité pour exactemente les même traisons que CDLPSF et de mauvaises expériences avec les nounous des premiers enfants de mon mari.
    Mais, situation professionnelle à horaires compliqués = moins de choix: pas de place en crèche et je travaille pendant les heures extra scolaires donc à l’heure où la halte garderie ferme (17h!!!)! Je ne travaille pas la journée donc pas de nécessité d’avoir un temps plein avec une nounou donc = pas le choix du tout chez les nounous, il n’y en a qu’une qui a accepté notre emploi du temps.
    Et on en est pas contents du tout, je repars assez souvent avec la gorge serrée. La crêpe l’aime bien mais nous c’est dur, il n’y a aucun dialogue possible. On a retourné la situation dans tous les sens, pas d’autres choix, et c’est très dur à avaler.
    On mixe avec deux matinées de halte garderie, pour qu’il soit avec d’autres enfants de son âge (que des bébés chez la nounou, lui a presque 3 ans) et qu’il connaisse des activités chouettes autre que télé ( :twisted: )
    Je sais que j’ai des horaires bizarres, mais comment font ceux qui ont des horaires encore plus particuliers, professions médicales par exemple?

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, désolée pour les fautes mon ordi a cafouillé…. :twisted: :roll:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, oui c’est vraiment pas facile de laisser son enfant à quelqu’un qu’on n’apprécie pas. Enfin il rentre bientôt à l’école non ? ça va vous simplifier un peu les choses…

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, l’année prochaine pour l’école et du coup on va s’y prendre très tôt pour faire passer plein d’entretiens et vraiment choisir la personne qui s’en occupera après l’école.
    Qui a testé la garde à l’école après 16h30 en maternelle? Ça me semble un peu lourd, mais pourquoi pas en fait?

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, le goûter en 1ere année de maternelle c’est un peu hard, 10h d’école c’est long… mais si tu le prends pour déjeuner, ça fait une coupure et c’est à tenter.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, ici on a pris le luxe de la nounou en périscolaire et on regrette pas, tant pour eux que pour nous d’ailleurs. Après Pouss1 a mis vraiment beaucoup de temps à être à l’aise à l’école, il n’accorde pas facilement sa confiance et il n’aime pas les grands groupes d’enfants, donc pour lui c’était particulièrement précieux je pense.

    Répondre

    Lola SurLaToileNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, Ma n°1 a testé la garde à l’école, jusqu’à 18h30 sa première année de maternelle, et un peu moins la 2ème année (j’avais commencé à prendre quelqu’un en plus pour prendre à la crèche et à l’école). Ça lui faisait certes de longues journées, mais comme elle faisait la sieste l’après-midi (et que c’est une enfant qui s’adapte facilement partout) ça allait. J’ai changé de mode de fonctionnement pour n°2 qui lui, plus fatigable et plus sensible, ne me paraissait pas en mesure de supporter ce rythme (et donc les enfants ont été récupérés à 16h30 par une nounou).

    Répondre

  18. Oui le ressenti de chacun est très différent. N°1 a été en crèche pendant 3 ans et nous avons tous été entièrement ravis (et la rentrée dans l’école d’à côté a été une formalité). Mais il se trouvait toujours d’autres parents de cette crèche pour râler à longueur de temps. Là où moi j’aime justement que plusieurs personnes pendant ces 3 ans se soient occupés de ma fille, d’autres auraient voulu une référente présente jour et nuit pendant 3 ans :mrgreen: Dans ce cas, je pense qu’une ass mat est plus indiquée.
    Pour n°2… pas de place… et vraiment une grosse grosse déception pour nous. Cependant je salue la politique de la ville qui n’a accordé aucune place en crèche à des parents en ayant déjà bénéficié (mais bonjour l’organisation pour les fratries). Il va donc chez une nounou depuis septembre et vraiment j’essaye de ne pas trop y penser car ça me fend le coeur. Il faut dire je crois que je n’ai pas trouvé la perle rare. Mais cela demande du temps (que nous n’avons pas en ce moment) d’en trouver une autre, de relancer une adaptation, etc…
    Comme tu dis, difficile d’y trouver son compte quand la confiance n’est pas entière envers l’autre personne.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Bobine, bon courage alors !

    Répondre

  19. Pour ma part, après beaucoup de prise de tête étalées ici :-) on a finalement décidé de faire une garde partagée avec une voisine. J’étais en plein désespoir, pas de place en crèche, les nounous que j’avais vues étaient bizarres, j’ai arrêté une maman dans la rue, elle cherchait à faire une garde partagée et avait déjà une nounou… J’ai pris ça pour un signe :-) . J’ai rencontré la nounou, super sympa, avec les mêmes principes d’éducation que moi, c’était parti !

    D’autant que c’était la solution la plus avantageuse financièrement pour nous : mon mari est prof, on souhaitait garder ma fille pendant les vacances scolaires. Mais les nounous ici sont bien contentes d’avoir toutes leurs vacances, certaines ne prennent même que des parents profs, mais entendent bien être payées leurs 1000€ par mois vacances incluses ! Ma nounou actuelle ne travaille pas pendant les vacances mais n’est payée non plus. Idéal.

    Maintenant, au quotidien, c’est pas tous les jours faciles non plus. On doit gérer les susceptibilités de 3 parties… Et puis, tout à beau se passer TRES bien avec la nounou, il y a toujours les bouffées d’angoisse dès que ma fille a quelque chose d’inhabituel : et si elle était maltraitée ? Et si on achetait une caméra :-) .

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, il est normal que la nounou ait 5 semaines de congés payés par an. Après si pour une raison ou pour une autre (notamment profs) il y a plus de vacances, c’est une négociation, il y en a que ça arrange (ne prennent que des enfants de profs par ex) et d’autres qui ne peuvent pas assumer le manque à gagner surtout si elles ont d’autres enfants en garde présents à ce moment-là. Avec notre nounou actuelle (à domicile à temps partiel) on a négocié de payer un salaire majoré de 10% pour les congés payés quand elle est là et rien quand elle est absente.

    Répondre

  20. Notre fille est accueillie en crèche, tout d’abord parce que cette crèche est formidable (j’avais énuméré les raisons : http://lithiumma.wordpress.com/2011/05/24/notre-creche/ ) et de plus située à 200m du boulot…
    Autour de chez nous il y a peu de nounous, elle sont bien plus chères que la crèche…
    Ce mode de garde nous convient maintenant… mais ce n’est pas sûr que ça aurait été le cas avec des jumeaux par exemple ou d’autres situations!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Eve petite souris, pour le prix de la crèche par rapport aux nounous ça dépend vraiment des revenus du couple (le rapport Tabarot montre qu’au-delà d’un certain revenu la crèche est même plus chère !).

    Répondre

    Eve petite sourisNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, oui tout à fait! Dans notre cas la crèche est la solution la moins onéreuse mais j’ai des collègues qui ont des revenus bien plus élevés que les nôtres pour qui c’était le même coût crèche ou assistante maternelle…

    Répondre

  21. Mais que voila un sujet déprimant…

    Je ne suis peut-être pas représentative, mais effectivement dans mon entourage au sens large (amis, collègues, famille et connaissances), j’ai fait le calcul : à peine une famille sur dix a réellement CHOISI et pas SUBI dans l’histoire des modes de garde. Avec des revenus, des situations professionnelles et géographiques, et des configurations familiales (grand-parents habitant pas loin et volontaires pour dépanner, ou au contraire expatriés a 10 000 kilomètres de toute leur famille…) assez diverses.

    Je ne suis pas le 1 sur 10. Pas eu de place en crèche, ni même à temps partiel en halte-garderie, pas trouvé de place chez une assistante maternelle, pas de mamie disposée à garder ses petits-enfants, pas de réseau de voisines/amies, pas possible pour moi de prendre un poste à mi-temps (c’est “incompatible avec la nature de mes fonctions”). Donc : nounou à domicile. A plein temps. C’est cher. Très cher, même en garde partagée (quand ça marche). Surtout avec les heures supp, inévitables puisque 50 heures par semaine au minimum. C’est beaucoup de paperasse, beaucoup d’angoisse (on entend tellement d’histoires terribles), beaucoup de galères. Mais je m’estime heureuse : je n’en suis pas arrivée à devoir m’arrêter de travailler pour pouvoir m’occuper de mes petits. Et je dois avoir eu de la chance, sur les 5 nounous qui ont gardé mes enfants en 4 ans, il y en a eu une absolument merveilleuse, deux correctes, une très bien mais qui m’a “lâchée” littéralement du jour au lendemain, et une atroce qui a mis mes enfants en danger. Là aussi, représentatif ?

    “Ce n’est pas seulement le problème de la maman”, de se dém…er pour les modes de garde ? Je dirai que de facto, si. Dans la grande majorité des cas. :sad:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Leona, effectivement c’est assez déprimant ! Ceci dit les commentaires montrent quand même un certain nombre de familles qui ont trouvé un arrangement qui les satisfait, ouf :grin:

    Répondre

  22. Attention, il y a une assistante maternelle qui te lit… :mrgreen: Bon, ce que je lis dans les comm, sur les “nounous”, qui soit dit en passant se nomment assistantes maternelles…, me fait un peu peur et mal au coeur… En même temps, j’ai longtemps été de l’autre côté de la barrière et moi, j’avais choisi… la crèche, pas trop confiance dans les assmats ! :oops: C’est sûr que laisser son enfant chez une personne que, finalement, on ne connait pas, ce n’est pas évident… Mais une bonne assmat doit vous avoir proposé une adaptation assez longue pour vous mettre en confiance vous et votre enfant. Si vous ne la sentez, à mon avis, il ne faut pas continuer à travailler avec elle. Bon, je sais parfois, il n’y a pas le choix… Mais vraiment de mauvaises relations avec la personne qui s’occupe de votre bébé, c’est nuisible pour tout le monde.
    Quand aux réflexions lues sur “elles font leurs lois”, “elles veulent être payées pendant les vacances”, etc; grr :twisted: là, ça me hérisse un peu. Etre assistante maternelle, c’est un métier difficile avec de grosses responsabilités (oui, je sais il y en a d’autres des métiers difficiles) qui, comme toute profession, mérite un salaire décent. La mensualisation étant obligatoire, les assmats doivent être payées sur 12 mois (enfant présent ou pas). Quant aux lois, les assmats relèvent comme n’importe quel salarié d’une convention collective et du code du travail. Celles qui abusent sont hors la loi, mais je vous rassure, il y a aussi énormément de parents qui abusent ;-)

    Sinon, perso, j’ai beaucoup aimé la crèche pour mes enfants et je n’ai jamais ressenti de côté rigide et strict dans le fonctionnement. Peut-être que c’est variable d’une crèche à l’autre ?

    Et j’ajouterai pour terminer que face à ces difficultés de garde d’enfants, qui sont, à mon avis, encore pire lorsque les enfants sont scolarisés (je ne compte plus le nombre de gardes à domicile pour les sorties d’école, mercredis ou vacances scolaires qui m’ont lâchée du jour au lendemain… :roll: ), j’ai quitté un poste à responsabilités pour être chez moi et travailler chez moi. Je m’occupe donc de mes enfants en même temps que de ceux des autres (enfin, pas tout à fait, car je ne travaille pas le mercredi et les vacances scolaires) … et au moins, j’ai l’esprit tranquille…

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, J’ai lu sur des blogs ou forum (fora ??) des réactions de parents-employeurs contre leurs assmat complétement sidérantes, avec des énormités sur le droit du travail qui mènerait n’importe quel autre patron aux prud’hommes. Par ex. des parents très en colère contre leur nounou enceinte persuadés de devoir payer 2 salaires : la nounou en congés maternité et sa remplaçante… Ils ne se souvenaient pas que c’est la Sécu qui prend en charge le salaire lors des congés maternité ??? Sans parler des congés maladie ou les vacances non payés… :shock: Il faudrait vraiment donner un petit guide de droit du travail pour les employeurs d’assmat !!

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @sophie, je suis d’accord avec toi, le soucis c’est que ni les ass mat, ni les parents ne sont formé sur le droit du travail
    bien souvent

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @sophie, Justement, je songe à écrire un guide :mrgreen:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, vas y!!! :mrgreen:

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, et suzie et les autres

    je suis syndiqué depuis 2 ans pas pour raler mais pour avoir enfin les infos

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @assmatcoco, Voui, moi aussi :mrgreen: Sinon, pour ceux que ça intéresse de savoir et de comprendre, vous pouvez vous rendre sur le site Casamape qui est une mine d’infos sur le sujet. Il s’y trouve aussi un forum où des assmats super calées répondent à toutes vos questions contractuelles…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, trop bonne idée !!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, je pense que la lecture des commentaires montre bien que pour les assmats comme pour les crèches, les expériences sont variables. Il y a des très bonnes assmats et des crèches médiocres, et vice versa. Personnellement je pense qu’une amélioration des modes de garde passe aussi par une amélioration qualitative des assmats, peut-être une meilleure formation ou un meilleur suivi/encadrement.

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je suis bien d’accord avec toi… il y a du bon et du mauvais partout. Bon, pour être une assistante maternelle agréée a reçu son agrément d’un conseil général via la PMI de son secteur après évaluation par une puéricultrice. Elle doit suivre 60h de formation en puériculture et psychologie de l’enfant avant tout accueil, plus 6 h de formation aux premiers secours. Ensuite, dans les deux ans qui suivent son début d’activité, elle reçoit 60 nouvelles de formation obligatoire. Et elle doit obligatoirement se présenter à l’unité 1 du CAP petite enfance. Aujourd’hui, nous nous acheminons vers une formation diplomante pour les assistantes maternelles. Ce n’est peut-être pas encore pour aujourd’hui, mais sûrement pour demain.
    Quant au suivi, toutes les assistantes maternelles sont suivies par une puéricultrice référente de la PMI.

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, peut être pourras tu me répondre, qu’est ce que tu penses de cette appellation “assistante maternelle”. Perso, j’ai beaucoup de mal, je la trouve ambiguë, déplacée…. Mais peut être pourras tu m’éclairer!

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, Alors, nous avons déjà eu un débat à ce sujet sur un forum d’assmats… Beaucoup d’entre nous n’apprécient pas non plus cette appellation. Mais, ce n’est pas nous qui avons choisi :mrgreen: Sinon, nous proposions : jardinière d’enfants…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, moi je propose autre chose dans le billet sur les assmats, suspense :mrgreen:

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, et la poule
    pour les formations il y a aussi le DIF
    après si votre ass mat ne vous en parle pas, l’employeur peu lui aussi se renseigner et lui proposer de faire une formation
    il y en a meme des faisable par internet donc pas besoin de se déplacer et pas de soucis d’accueil des enfants

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, Je comprends tes arguments mais pour moi, sur certaines secteurs, la pénurie d’assistantes maternelles est telle que cela conduit à des abus tels que nous les avons décrits :

    le premier : “elles veulent être payées pendant les vacances scolaires”. Evidemment, je ne parlais pas de mensualisation ! Mais de personnes qui ne voulaient pas travailler pendant les vacances scolaires et s’arrangeaient pour cela à ne prendre que des enfants d’enseignants. Mais souhaitaient quand même être payées, le max autorisé par la CAF, sur ces heures non travaillées (en dehors de leurs 5 semaines de congés).

    le deuxième : leur tarif : je crois qu’on peut catégoriser les 4000€ nets que se font les ass mats par chez moi (1000€ par enfant et agrément pour 4 enfants) comme un salaire décent, non ?

    Alors comme on n’a pour autant pas vraiment le choix, cela conduit à conclure “elles font leur loi” :-) (et on ferait la même chose à leur place mais ça n’empêche pas de constater que c’est un peu abusé !) !

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, j’aimerais beaucoup gagner cette somme

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @assmatcoco, Moi aussi ! :roll:

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, Personnellement, je travaille avec des parents enseignants, pas par choix, mais parce que l’agrément que l’on m’a délivré stipule “hors mercredis et vacances scolaires” (à cause de mes trois enfants à moi). J’habite dans un département en pénurie d’assmat de la petite couronne et j’applique le tarif maximum (j’y ai droit et je ne vois pas pourquoi je me braderais) et je suis loin de gagner 1000 euros/enfant (même pas la moitié pour tout te dire, et je n’ai que 2 enfants). Alors, si les assmats dont tu parles existent, elles sont sûrement malhonnêtes et par conséquent minoritaires… et personne n’oblige les parents à travailler avec elles.
    Je ne veux pas faire ici de polémique à ce sujet, ce n’est pas le lieu et ce ne serait pas sympa pour la Poule. Alors, ceci est ma dernière intervention concernant ce sujet des salaires.

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, “si les assmat dont je parle existe”, effectivement, on ne va pas polémiquer ce serait pas cool pour La Poule. Le tarif ici (petite couronne aussi) pratiqué par TOUTES les ass mat que j’ai rencontrées (5-6) c’est : 34€ par jour pour 9H + 8€ entretien et repas sur 22 jours par mois. Je te laisse faire le calcul !

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, même tarifs pour moi (et même plus), ben pour 34h/semaine, 37 semaines/an (contrat enseignant), et bien, ça ne fait pas 1000 euros/mois… Fais aussi le calcul !

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, Oui, justement, je vais encore le dire (bouh, j’ai l’impression qu’on se comprend pas !), elles ne voulaient que des enseignants mais être payées sur toutes les semaines de l’année, pas sur 37 (avec l’argument “en pratique je ne travaille pas mais je pourrais alors je dois être payée”).

    J’arrête là, je n’ai rien contre les ass mat !

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, Je ne sais pas ce que tu veux dire par “être payée toutes les semaines de l’année”, mais moi aussi, je suis payée toute l’année, même l’été… (c’est le propre de la mensualisation). Si elles veulent être payées 52 semaines, alors qu’elles n’en font que 37, oui, c’est du vol… Mais j’ai du mal à croire qu’il y en ait beaucoup comme ça… Franchement, je n’en connais pas moi des assmats qui gagnent 4000 euros/mois… J’en connais surtout qui galèrent, surtout une fois la retraite arrivée… Enfin, bref… moi, je ne vais pas devenir la “vilaine assmat syndiquée”… ;-) :mrgreen:

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, oui, c’est ça, elles veulent être payées 52 semaines. Et je te rassure, je paie ma nounou actuelle (qui n’est pas assmat) l’été aussi :-) !

    Et moi aussi j’avais du mal à le croire jusqu’à ce que je me retrouve devant cet état de fait pour toutes les nounous que j’ai vues !

    Et puis ça m’attriste cette polémique, j’ai l’impression que ma bonne foi est remise en cause, ou alors que je n’ai rien compris… Je ne fais pas un procès d’intention aux assistantes maternelles, je relate juste la situation dans laquelle JE me suis retrouvée, tant mieux si ce n’est pas une situation normale (c’est rassurant) !!!

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie,
    je comprends apres la mauvaise reputation qu’on se traine
    mais rassure toi nous ne sommes pas tous comme cela

    Répondre

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, Alors, dans ce cas-là, c’est purement de la fraude aux allocs (sujet très tendance en ce moment…). Et ce qui est hyper grave, c’est qu’elles incitent les parents à se rendre complices de cette fraude puisqu’elles leur demandent de gonfler les heures qui ont été effectivement “travaillées” auprès de Pajemploi (car ce sont eux qui, en tant qu’employeurs, remplissent le bulletin de salaire…). Pour moi, non seulement il faut absolument refuser ce type de “contrat” mais, en plus, il faut les dénoncer parce que cela les incite à continuer à abuser de la situation…

    Répondre

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, c’est en gros la consigne qu’avait donnée le RAM pendant la réunion à laquelle j’avais assisté (lire ci-dessous).

    après, je ne me suis pas retrouvée dans la même situation que ces parents, mais j’imagine que face à la reprise du travail qui arrive, quand on a toujours pas trouvé son assmat et que le discours qu’on reçoit devient récurrent, c’est plus facile à dire qu’à faire. :???:

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @m@nue, exactement !

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, je développe donc le “elles font leur loi” (qui s’applique aux assistantes maternelles de mon coin hein, je ne me permettrais pas de généraliser ;) ). C’est une info que je tiens de la réunion municipale d’information sur les modes de garde, où étaient présents plusieurs parents qui avaient déjà fait leur recherche (sans succès) et une représentante du RAM.

    De ce que j’en ai compris, dans mon coin, l’offre de modes de gardes est bien inférieure à la demande. Les assmats peuvent donc se permettre de refuser les contrats à temps partiel. Or, nous souhaitions un mode de garde pour 4 jours par semaine, sur 36 semaines. Autant dire un temps plus que partiel (horaires de profs quoi). Sauf que, pourquoi accepter des parents-employeurs avec une telle demande quand on peut se permettre de n’accepter que des temps plein? Du coup, pour pouvoir embaucher une assmat, nous aurions été amener à “tricher”, c’est à dire à signer un contrat à temps plein alors que nous ne souhaitions qu’un temps partiel (ce qui est assimilable à de la fraude à la CAF, dixit le RAM, et nous pouvions avoir des problèmes en cas de contrôle). Tout simplement parce qu’à paie égale, un contrat à temps partiel aurait fait exploser le taux horaire au-delà du plafond autorisé.

    Comme je l’ai dit plus haut, nous voulions une place en crèche, nous l’avons eue, tout va donc pour le mieux. Mais si nous ne l’avions pas eue, le plan B c’était de me mettre à 60% pour pouvoir garder notre fille pendant les 4 demi-journées où mon mari avait condensé son emploi du temps. :???:

    Et pour finir, j’ai énormément de copines (qui vivent dans d’autres régions) qui sont très contentes de leur assmat. Je reconnais aussi que le travail qu’elles font est colossal et devrait mériter un bien meilleur salaire que celui qu’on leur accorde. Quelque part, je ne sais pas si c’est parce que ça me faisait peur, mais ça me dérangeait d’être “complice” de ce système :???:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @m@nue, n’ayant besoin “que” de 20h par semaines je me suis retrouvée dans la même problématique que vous sauf que d’une part, je comprends qu’une assmat préfère des temps pleins à des partiels si elle peut se permettre, elles ne s’apparentent pas à du service public qui devrait s’adapter aux besoins. D’autre part, moi on ne m’a pas proposé d’arrangement de ce genre, toutes les assmat que j’ai contactées, ne prenaient vraiment la crêpe qu’à partir de 35h mais sans arrangement frauduleux.
    Le temps partiel est vraiment un souci, je ne me voyais pas faire garder ma crêpe en étant à la maison, et nous souhaitions tous les deux parents, vraiment travailler!
    Une seule assmat a accepté, d’où le non choix d’une personne qui ne nous convient pas dans le principes mais dans l’emploi du temps.

    Répondre

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, j’avoue que je suis bien contente de ne pas avoir eu à entreprendre les recherches… Déjà que pour les temps plein, la “perle” est parfois difficile à trouver, alors trouver une qui en plus nous accepte avec notre temps partiel, je crains que comme toi nous aurions eu un choix “par défaut”.

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @m@nue, Je comprends mes collègues qui, quand elles peuvent choisir, préfèrent un temps plein. Elles sont comme tout le monde. Travailler à temps partiel, c’est gagner moins, c’est tout. Alors après les arrangements, c’est illégal, c’est tout et il ne faut pas les accepter. Sinon, moi, dans le 92, j’accepte les contrats enseignants (je ne fais même que ça…). On sait jamais si ça t’intéresse :mrgreen: Ah, et, je ne fraude pas, moi… :cool:

    Répondre

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, mais bien sûr que je les comprends! C’est pour ça que je suis bien contente de n’avoir pas eu à négocier un “arrangement”, parce que comme tu dis c’est illégal, et je plains les parents qui ne peuvent se permettre de le refuser (j’en ai rencontrés à cette fameuse réunion).

    Et heureusement qu’il y en a comme toi qui ne fraudent pas. Mais je suis passée du côté obscur, j’ai franchi la frontière avec le 94 :mrgreen:

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @m@nue,
    suivant le nombre d’heures ou j’ai l’enfant, je ne demande pas le meme tarifs et je module aussi si c’est par exemple 2 jours fixe par semaine ou un planning tres variable car avec 2 jours fixe on peu trouver un autre contrat pour compléter mais avec un planning non

    Répondre

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @assmatcoco, ah ben c’est normal aussi d’adapter son taux horaire. Mais après pour avoir la même paie qu’un temps plein à partir d’un temps partiel type “prof”, le taux horaire il crève le plafond :???:

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @m@nue,
    euh, non je crève pas le plafond, il faut un juste milieu on peu pas non plus ne pas travailler les vacances et le mercredi et gagner autant que quelqu’un qui travaille tout les jours
    apres faut voir moi pour un enfant a temps plein sans entretien et repas je prend pas 1000 euro, meme pas la moitié donc pour un prof je depasse pas le max

    Répondre

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @assmatcoco, je ne parlais pas de toi ;) je parlais de celles qui veulent absolument la même paie.

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @m@nue,
    j’espere bien :grin:

    Répondre

  23. Mon témoignage perso : j’habite à la campagne, dans un village de 900 habitants (pas trop la cambrousse non plus) : 10 assistantes maternelles dans le bled :grin: !! Il y a bien une crèche dans la commune d’à côté (10 000 habitants) mais mon compagnon et moi ne nous sommes pas vraiment posés la question : ce serait la nounou, d’autant plus qu’elle nous avait été recommandée par une de ses collègues, qu’elle pouvait faire preuve d’une certaine souplesse dans les horaires (pendant les périodes de conseil de classe – mon ami et moi sommes profs – c’est pratique), qu’elle accueille les enfants malades sans problème et qu’elle est à 2 minutes en voiture de la maison :cool: . Cerise sur le gâteau: ma fille l’adore et se jette dans ses bras quand on arrive le matin! Alors, c’est vrai, la maison est pas très grande (mais y a un jardin!) et elle a pas le matos pédagogique dernier cri mais tout le monde est content. Le premier entretien (à 5 mois de grossesse, faut quand même pas attendre le dernier moment…) fut le bon, en une demi-heure, c’était plié. En plus, ici, tout le monde se connaît, donc si il y avait eu des cas de maltraitance, ça se saurait (d’ailleurs, y a une assmat’ qui a une trèèès mauvais réputation, et je parle même pas de maltraitance avérée…). Même chose pour des couples d’amis qui ont des enfants et qui n’ont jamais rencontré de problèmes pour les faire garder dans le coin.

    Au vu des commentaires, plusieurs choses m’interrogent :
    - La question du prix : avec les aides versées par la CAF (complément au libre choix du mode de garde), ça nous coûte vraiment pas grand-chose (en plus, en tant que fonctionnaires, on peut la payer en partie avec des tickets CESU).
    - Les cas d’infraction au droit du travail qui sont mentionnés: avec Pajemploi, ça me semble quand même vachement encadré : tarifs, mensualisation, congés payés, indemnités d’entretien… etc. Comme le dit Suzie plus haut, celles qui abusent sont dans l’illégalité :evil: : On n’a pas à être l’otage de ces gens qui doivent être dénoncés !! Et je ne ferais certainement pas garder ma fille par une personne qui profite de la situation et en laquelle je ne peux donc pas avoir confiance…

    En tout cas, je découvre des trucs à travers ce billet : je suis notamment effarée de constater à quel point nous sommes inégaux face à cette question… :sad:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, ça va vite d’être dans l’illégalité, je me souviens avoir négocié pied à pied de ne pas payer les frais d’entretien quand Pouss1 n’y était pas et depuis j’ai appris que c’était illégal…

    Répondre

  24. Deux enfants et deux modes de garde testés.

    Mon premier a été gardé par une nounou( oui, je dis nounou même si cela fait moins pro, je lui ai posé la question, elle aime bien ce terme).
    Forcément, les premiers jours où je l’ai laissé en garde, j’avais le coeur retourné mais cela aurait été la même chose avec une crèche.

    Pas de période d’adaptation car je l’ai rencontrée la veille de ma reprise… j’ai vraiment galéré à trouver quelqu’un. Ma demande à la crèche n’avait pas abouti et je n’avais pas l’énergie de faire des pieds et des mains pour tenter d’en obtenir une.
    Lorsque je suis arrivée chez elle, j’ai regardé sa maison, son arbre à papillons dans le jardin, les jeux, les enfants.
    Nous avons discuté, j’ai aimé qu’elle me parle de promenades, de l’absence de télé, etc.
    Je ne suis pas douée en instinct mais quelque chose me disait que ce serait bien pour mon bonhomme.
    Comme je travaillais loin, c’est le père qui déposait et allait chercher l’enfant : avec son caractère différent et des attentes un peu différentes aussi, il a posé le même regard sur notre nounou.

    La confiance s’est construite au fil du temps avec un gros malentendu que nous avons su “affronter” en discutant pendant 2 heures dans son jardin (monsieur s’inquiétait de ne pas me voir revenir).

    Pour mon second enfant, comme elle n’était pas tout près de chez nous, comme l’aîné entrait à l’école, nous avons pensé “pragmatisme”. Re demande de crèche qui a abouti cette fois-ci.
    Je n’étais pas à l’aise de laisser mon bébé de 9 mois dans cette antre, tant de bruit, tant de pleurs, les parents qui entrent avec leur poussette là où les enfants jouent !
    Mais j’avais décidé de ne pas me laisser guider par mes premières impressions.

    Je n’ai jamais pu discuter avec la personne à qui je confiais mon enfant le matin. Le turn-over sur la journée est impressionnant. Mais si je posais des questions à celle qui était là le soir, elle n’était pas forcément capable de me répondre donc l’info était toujours partielle.
    L’ordonnance d’homépathie qui n’a pas été suffisante pour qu’elles acceptent de donner ses médicaments à mon fils … et d’autres choses auraient du me mettre la puce à l’oreille. (décaler sa sieste de 2 heures parce que c’est plus facile pour leur organisation).

    Le jour où on m’a téléphoné pour me dire de venir le chercher pour une gastro (qu’il n’avait pas finalement ..) et un bleu au doigt qui était une double fracture aura été le dernier jour où nous avons mis les pieds dans cette crèche.
    Personne n’avait rien vu ni rien entendu. Sur la déclaration d’accident, rien non plus.
    Quand je suis arrivée ce jour là, il était seul par terre au milieu des grands, la seule adulte à proximité était la femme de ménage qui changeait un grand. Personne pour m’accueillir …
    J’ai le coeur en vrac rien que d’y repenser.
    Echange final avec la directrice qui ne savait quoi me dire …

    C’est nettement plus compliqué pour moi mais plus sécurisé pour mon fils, il est gardé par notre nourrice initiale.
    Les rires de mon bonhomme le soir me confirment que ce choix est le bon.

    Voilà une expérience toute personnelle et les amis à qui nous l’avons raconté ont fait des pieds et des mains pour avoir une place dans la même crèche (et ils l’ont eue).
    Comme quoi, chaque histoire est vraiment singulière.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @landrellec, brrr c’est dur cette histoire de crèche ! Je dois dire que pour nous, autant la crèche est super, autant il y a certaines des puers qui ont vraiment l’air d’être juste là pour toucher le virement, pas de la maltraitance mais juste de l’apathie et déjà ça fait mal quand on tombe sur elles…

    Répondre

  25. Je suis atterrée par les mauvaises expériences de certains avec leur assmat.
    Pour nous, super assistante maternelle agrée. Elle est agrée par rapport à son logement, donc je suppose que les nounous à domicile ne sont pas agrées….si quelqu’un sait…

    On a un contrat de travail, tout est cadré au niveau tarifs et horaires. Chaque 1/4h supp est dû (retard des parents le soir). Le RAM répond à toutes mes questions sur le contrat, les CP, les calculs, le pajemploi, etc.

    Ma Super Ass mat est arrangeante, tant qu’on la prévient elle tolère les petits retards. Elle dit apprécier les enfants qu’elle garde.

    Elle a un agrément pour 2 petits (< 2 ans) et un grand mais elle ne trouve pas le grand. Alors avec les 2 fois 800€ que nous payons (les deux couples de parents) par mois…elle ne gagne pas tant. Surtout pour des journées énormes (8:15-18:30) avec des petits à s'occuper.
    Ah je sais pour quelles raisons je la paie, c'est clair dans ma tête. Surtout quand j'ai mon bébé quelques jours à temps plein seule à m'occuper.

    Voilà, je suis plutôt admirative et totalement satisfaite de mon employée. C'est plutôt elle qui doit être lassée de nos retards du soir (on y travaille).

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @Mère geek, je confirme qu’il n’y a aucun agrément pour travailler en tant que garde d’enfant à domicile. pour ma part, j’évite l’utilisation du mot “nounou” : même si c’est affectueux, je trouve que ça n’est pas valorisant pour celles qui ont justement suivi une formation (même si elle reste très légère) par rapport à celles qui n’en ont pas. et ça entretient la confusion entre les assistantes maternelles agréées et les gardes d’enfant à domicile.

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, Merci Anne Cé, j’apprécie cette remarque et c’est exactement pour cette raison que nous bataillons un peu (gentiment) pour se faire appeler assistante maternelle et non nounou.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Mère geek, n’importe qui peut garder des enfants à domicile a priori, même si en 2007 circulaient des rumeurs quant à une possible professionnalisation (mais depuis je n’ai pas vu grand chose)

    Répondre

  26. Petit village, première crèche à 30 km… J’ai accolé 6 mois de congé à chacun de mes congés de maternité, plus les congés payés stockés amoureusement, ce qui fait que les enfants avaient environ 10-11 mois à chaque reprise. Le temps pour eux comme pour moi d’être prêts. Donc c’est une ass. mat. qui les a pris en charge, tous les trois, de 7h30 à 19h, 5j/semaine, chez elle, à 2km de chez moi. Ca fait presque 10 ans donc que nous travaillons ensemble. Oui, parce que clairement, nous nous partageons l’épanouissement de mes enfants, faut être assez humble pour le reconnaître.
    L’avantage, c’est que le cadre de vie des enfants est tout à fait respecté: habitant le même village, partageant la même école… les grands retrouvent les petits le midi et après l’école. (Bon, maintenant la grande est au collège et n’y va plus)
    Et en 10 ans, des hauts et des bas, bien sûr: plus il y avait d’enfants gardés (dans les villages en pénurie d’AM, les PMI donnent d’énormes dérogations pour qugmenter le nombre d’enfants gardés), plus les enfants étaient fatigués, irritables le soir, plus l’AM était fatiguée et plus c’était difficile de lui parler d’un souci etc, plus les enfants étaient “punis” (moindre tolérance aux bêtises ou au bruit, au bazar).
    Pour le moment, grand luxe, il n’y a plus que les miens, et ses petits enfants. Oui, parce que j’ai choisi une dame qui a la cinquantaine, plus disponible dans sa tête selon moi qu’une mère de famille qui a ses propres enfants dans les pieds (notamment pour une question d’égalité de traitement, c’est humain). Mais ça, c’est un avis perso.
    Au final, c’est une très belle collaboration, qui correspond parfaitement à mes journées de dingue.

    Et si j’avais eu vraiment le choix? Je pense que j’aurais fait pareil, peut être à domicile, pour préserver le sommeil de mes enfants le mercredi, par exemple. Mais qui va venir bosser 60h/semaine chez moi?

    Répondre

    assmatcocoNo Gravatar a répondu :

    @La fille eaux yeux couleur menthe à l’eau, c’est agréable un vécu positif avec une ass mat

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @La fille eaux yeux couleur menthe à l’eau, c’est super, 10 ans avec la même, c’est presque la famille à ce niveau-là :grin:

    @assmatcoco, eh y en a quand même un certain nombre de positifs ;-)

    Répondre

  27. Je ne sais plus à qui répondre dans le débat sur les assmats véreuses ou pas ; je pense simplement qu’il faut être conscient qu’il y a des abus des deux côtés (assmats et parents), ce qui ne permet pas bien sûr de juger l’ensemble d’une profession à l’aune de certains individus. Comme certains témoignages de parents (et aussi d’assmatcoco et de suzie) l’ont montré, il y a aussi des super pros qui font énormément pour les familles.

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Bien évidemment, mais les gens ont plutôt tendance à retenir le côté “malhonnête” de certaines assmats et l’image de la profession en pâtit. Il y a des assmats qui abusent vraiment et d’autres qui le font par ignorance de la loi… je le vois tous les jours sur le forum auquel je participe pour aider mes collègues (et les parents) dans leurs soucis contractuels. Il est certain qu’il faudrait plus de professionnalisation. Mais il faudrait aussi former les parents qui en tant qu’employeur sont responsables du contrat de travail et qui bien souvent ignorent eux-mêmes tout du droit concernant leur assistante maternelle. Il faut dire que ce n’est pas évident.
    D’autre part, et pour conclure, même si dans certaines quartiers il est difficile de trouver une assmat, refusez de travailler avec celles qui fraudent. Si tous les parents le faisaient, elles seraient bien obligées de “rentrer dans le droit chemin”. Et je le rappelle en cas de problème, seul le parent employeur est responsable du contrat de travail : si vous faites travailler de manière illégale une assmat, même à sa demande, c’est vous qui serez redevable en cas de constatation de fraude.

    Répondre

  28. Merci La Poule pour les articles et à tous pour les commentaires.
    Ici, j’ai juste attendu 13 mois en congé parental une place en crèche en région parisienne. D’ailleurs, nous avons (enfin) eu deux places en septembre dernier. Nous avons opté pour la crèche d’entreprise qui
    1/ est ouverte de 8h à 20h,
    2/ n’exclut pas les enfants qui ont un vague soupçon de peut-être éventuellement une conjonctivite (= mon gamin avec une petite laryngite est accepté),
    3/ je n’ai pas eu de jour de grève.

    Sinon, travaillant entre autres sur la question de l’égalité pro F/H, j’ai eu connaissance d’un super guide qui décortique tous les modes de garde, ciblant les personnes en intérim et lesquelles les problématiques de garde d’enfants sont complexes (pas de CDI, horaires variables…). Pour en savoir plus, http://www.fastt.org/Quelles-solutions-pour-faire.html Si vous êtes concerné(e)s, n’hésitez pas à vous procurer ce guide.

    Il y a aussi une étude assez concise sur les modes de garde là :http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/er763.pdf

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @rysy, oh merci pour les liens ! La crèche d’entreprise ça a l’air chouette, mais moi avec 1 h de métro dans chaque sens et des déplacements relativement fréquents y a pas moyen (de toute façon y en a pas… :mrgreen: ).

    Répondre

  29. [...] billet clôt le dossier sur les modes de garde (voir aussi l‘assistant-e maternel-le et la crèche). Merci à tous pour vos commentaires qui [...]

  30. [...] La poule pondeuse, vous a concocté une série d’articles très complets sur les modes de garde. A lire [...]

  31. Bonjour,
    Il est vrai que c’est très compliqué de trouver “le” mode de garde idéale pour son enfant. Pour ma part je suis passé par une crèche inter entreprise. Qu’en pensez-vous? il y’en t’il quelques unes d’entres vous qui sont passé par ce mode de garde?

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Le dico des petits et gros bobos    |     Suiv. L’assistant-e maternel-le » »