Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Comme une poule devant un siège auto    |     Suiv. Mon bébé comprend tout » »

Encore un don : le cordon

Par  • Le 15 juillet 2011 à 5:00 • Catégorie : Faire un bébé, Naissance

Un des (nombreux) sujets d’arrachage de cheveux pour les futurs parents : faut-il donner ou pas le sang du cordon ombilical ? Déjà le dilemme est tout relatif : la procédure n’est pour le moment proposée que par une quarantaine de maternités, inégalement répartie dans l’Hexagone. Pour ma part, n’ayant pas été confrontée au problème pour les naissances des poussins puisque les maternités où j’ai accouché ne le proposaient pas, je n’avais pas trop creusé le sujet. L’idée me semblait plutôt belle : sauver des vies par un don altruiste et désintéressé et de coût négligeable, qui dirait non ? Mais en fouillant dans les archives du blog Midwife thinking (un incontournable découvert récemment grâce à la lettre périnatalité et dont certains articles sont traduits ici), je suis tombée sur ce billet (malheureusement pas traduit).

Que nous dit cette sage-femme ? Elle récuse le terme de « sang du cordon » qui lui semble trompeur : le bébé, le cordon et le placenta forment un tout cohérent en ce qui concerne la circulation sanguine, c’est donc du sang du bébé qu’il faudrait parler. Le prélèvement est en outre difficilement compatible avec l’attente de l’arrêt total de cette circulation bébé-placenta pour couper le cordon (même si on peut envisager certaines pratiques intermédiaires). Or dans un autre billet (celui-là disponible sur le blog français), elle nous explique tout l’intérêt pour l’enfant de maintenir aussi longtemps que possible cette connexion (et elle n’est pas la seule à défendre cela, on peut aussi citer le Dr David Huchton par exemple, un obstétricien qui en parle dans le très réputé British Medical Journal). En outre, le volume à prélever est loin d’être négligeable : Rachel Reed -la « sage-femme qui réfléchit »- nous dit qu’il est au minimum de 45 mL, tandis que le site français sur le don de sang de cordon en demande 70. Un rapide calcul nous indique qu’un nouveau-né de 3,5 kg a un volume sanguin d’environ 268 mL, le prélèvement représente donc au minimum 15 à 25% (1/4 !) du volume total (les chiffres utilisés pour le calcul sont compatibles avec une coupure « tardive » du cordon, donc représentent plutôt une estimation haute du volume sanguin total). Pour comparaison, le don du sang minimum (400 mL) représente environ 7% du volume total d’un homme de 80 kg. Et Rachel Reed nous informe que le prélèvement de sang maximum recommandé chez un nouveau-né est de 5% du volume total, soit environ 15 mL. L‘information donnée aux parents qui envisagent ce don quant à ses conséquences semble donc légèrement elliptique. Il est en tout cas abusif de prétendre que le sang qui n’est pas donné sera jeté : il pourrait également profiter au bébé à qui il appartient.

Quels sont les bénéfices d’un tel don ? Ce qu’on recherche ici ce sont les cellules-souches, qui permettent de soigner environ 75 maladies (et notamment des cancers comme certaines leucémies). On peut distinguer trois grands types de destinataires de ces greffes de cellules souches :

  • l’enfant lui-même : cela se fait via un stockage (onéreux) dans des banques privées qui sont interdites en France. En outre les cas où il est possible d’utiliser ses propres cellules souches sont extrêmement rares : on estime dans une fourchette de 1/400 à 1/200 000 la probabilité que cela arrive au cours de la vie d’une personne. Selon les avis, on va d’une assurance-vie pour l’enfant à une exploitation fort lucrative des parents prêts à tout pour bien faire. A noter que Rachel Reed pratique en Australie, où ces banques privées fleurissent et engendrent d’importants enjeux financiers : beaucoup des prélèvements pratiqués là-bas le sont dans cette optique (et les sages-femmes y sont souvent rémunérées au prélèvement par les entreprises).
  • un proche malade : c’est notamment ce qu’on appelle le bébé-médicament ; autorisé en France sous certaines conditions. Je n’en parlerai pas, je suis intimement convaincue que dans ce type de situation si difficile chacun fait du mieux qu’il peut et n’a absolument pas besoin qu’une pétasse de blogueuse vienne lui faire la morale en prime.
  • un anonyme : c’est ce qui est privilégié en France, comme pour les autres dons du même type (sang « normal », organes…). L’idée de pouvoir fournir à ces personnes (500 transplantations en 2009) de façon anonyme et gratuite le traitement dont elles ont besoin est bien sûr à défendre, et sur ce point je suis plutôt heureuse de l’organisation française qui limite les dérives mercantiles.

Comment obtenir alors ces précieuses cellules souches ? Outre le don de cordon, on peut procéder grâce à un don de moëlle osseuse. Mais ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi on ne s’intéresse pas plus à une source quasi-infinie de cellules souches facilement récupérables (surtout si comme moi vous utilisez une coupe menstruelle), sans aucun effet indésirable sur la donneuse : le sang menstruel. Certaines firmes américaines ne s’y sont d’ailleurs pas trompées en créant d’ores et déjà des banques privées de sang menstruel (alors même qu’aucune technique thérapeutique n’a encore été mise au point). Mais il existe plusieurs types de cellules-souches, et il n’est pas dit que celles du sang menstruel soient interchangeables avec celles du sang de cordon. Cryo-Cell, une firme de biotechnologies (à l’origine de la banque de sang menstruel C’elle), a d’ailleurs testé avec succès l’utilisation conjointe de cellules-souches menstruelles et ombilicales.

Tel qu’il est pratiqué en France actuellement, le don du sang de cordon est donc un acte altruiste et généreux, mais dont on peut craindre qu’il ne soit fait au détriment du bébé (même si l’immense majorité des nouveaux-nés français -y compris d’ex nouveaux-nés comme vous et moi- a subi et subit toujours un clampage précoce du cordon et ne semble pas s’en porter si mal, comme quoi c’est résistant ces petites bêtes…). Il est en tout cas inacceptable que cela continue à être présenté de façon si biaisée, en n’évoquant jamais le bénéfice potentiel pour l’enfant de garder le sang placentaire et d’attendre que le cordon ait fini de battre pour le couper. Il me semble donc crucial d’améliorer l’information qui l’entoure, et de développer (ou renforcer) les recherches autour d’autres sources de cellules-souches, comme la moëlle osseuse et le sang menstruel, ou encore le lait maternel (vous noterez ici que les femmes ont des super pouvoirs ; à quand des cellules-souches dans le sperme -en fait ce serait plutôt l’inverse ?). Il faut aussi travailler sur la pratique, pour prélever moins de sang, et de façon à laisser battre le cordon aussi longtemps que possible.

Pour ma part, n’étant pas enceinte le choix est théorique, mais je crois que je refuserais le don du sang de cordon tant qu’il n’est pas possible de le faire sans priver le bébé d’une quantité non négligeable de sang. Par contre je veux bien donner mon sang menstruel à qui le demandera, ma graisse (dont je fais des réserves importantes à cette seule fin bien sûr), du lait (enfin quand j’allaite), du sang « normal » (quand l’occasion se présente, et ça fait un bail) et mes organes (sous certaines limites). Il faudrait que je m’inscrive au registre des donneurs de moëlle ; quant au don d’ovocytes j’y ai réfléchi mais j’avoue qu’entre les contraintes que ça impose et le concept même (j’aurai un peu l’impression -très irrationnelle et personnelle- de donner un de mes enfants) je ne suis pas très chaude. Et vous ? Ce n’est bien sûr pas un concours, d’autant plus que n’importe qui ne peut pas donner n’importe quoi, mais je trouve toujours intéressant d’échanger sur quoi donner, ou pas, et pourquoi.

Photo : Comment parler de sang sans vous offrir une photo de ces charmants vampires ? (et pour ceux qui ne connaissent pas encore Vampire Diaries, c’est comme une boîte de Pringles : tu sais que ça n’a pas grand intérêt mais tu ne peux pas t’empêcher de la finir)

(Et avec mes excuses pour le titre de billet foireux)

Point technique : le blog a maintenant une page Facebook que vous pouvez « aimer ». Pour le moment je ne m’en occupe pas beaucoup (point positif : vous ne serez pas trop spammés), mais vous pouvez aussi en faire un espace pour discuter, partager des infos ou poser des questions aux autres poulettes quand vous ne trouvez pas de billet sur le sujet, par exemple. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter (où je suis plus active) et même me retrouver sur Google + (et au passage m’expliquer à quoi ça va me servir et comment, merci). Si vous voulez me parler à moi et rien qu’à moi, le plus sûr reste de m’envoyer un mail à lapoulepondeuse @ gmail.com

Tagged as: , , , , , , , , ,


« « Préc. Comme une poule devant un siège auto    |     Suiv. Mon bébé comprend tout » »

204 Commentaires »

  1. Je suis un peu perdue sur la question…
    J’avoue que si le sang du cordon est utile au bébé il lui revient de droit et en priorité.
    Mais je crois que c’est polémique un peu non ?
    Est-ce que j’ai le droit de demander, dans une maternité lambda, à ce que le cordon ne soit pas coupé tant que l’échange de sang n’est pas terminé ? Est-ce qu’on va accepter ma requête facilement ?
    Je ne sais pas trop où on en est à ce niveau-là.

    En ce qui concerne les dons, pour l’instant je ne donne que mon sang. J’ai prévenu mes proches qu’en cas de décès je souhaitais donner mes organes mais j’espère que ça sera dans le plus longtemps possible.
    Le don de lait pourquoi pas au prochain bébé.

    Le don d’ovocyte je suis dans le même état d’esprit que toi et mon homme encore plus !

    (page FB likée, la mienne est là :mrgreen: : http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Le-blog-de-Maman-sur-Terre/107331839358096 )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Maman sur Terre, alors déjà tu as le droit de demander ce que tu veux, même si c’est pas pour autant que ce sera accepté 😉 Je pense que la situation doit être encore assez inégale (dans l’article du BMJ le médecin relate qu’il y a encore des bouquins de médecine qui expliquent que le cordon ne s’arrête de battre que si on le clampe… 😯 d’ailleurs c’est pour ça qu’en même temps que le bébé y a un petit clamp qui sort du ventre de la mère 🙄 ), mais dans la plupart des maternités tu dois pouvoir l’obtenir au moins si l’accouchement se passe bien (même si l’article de Midwife thinking montre que le clampage tardif est encore plus important quand ça ne se passe pas bien mais là on va à contre-courant d’habitudes bien ancrées 🙄 ). En accompagnement global c’est fait sans problème.
    Pour le don d’ovocyte il faut l’accord de ton conjoint…

    Répondre

    S'LineNo Gravatar a répondu :

    @Maman sur Terre, Oui tu as « le droit de demander dans une maternité lambda à ce que le cordon ne soit pas coupé tant que l’échange de sang n’est pas terminé ». Sauf cause médicale, où soit le bébé soit la maman doit être transféré (bloc ou néonat), il n’y a pas de raison à ce que le cordon soit clampé et coupé à la hâte… 💡 Pour être sûrs que ce choix soit respecté, il peut être inclus dans un projet de naissance, déposé au moins 7 jours avant la naissance à la maternité.
    (Tout ce qu’il y a savoir sur le Projet de Naissance sur: http://projetdenaissance.over-blog.com/)

    Répondre

  2. Plus vraiment concernée non plus … 😉
    Sinon, pas de don de « sang du cordon » dans la maternité où sont nés les mecs ; un clampage très (trop) rapide de ce même cordon (le « clampe » pour P’tit Mec N°4 résonne encore à mes oreilles … même pas de proposition au papa de le faire …).
    Pour les dons, sang (faudrait que j’y retourne), lait pour les 3 premiers Mecs, organes au cas où … La moëlle osseuse j’y pense …
    Quant à mes ovocytes, à mon avis, là, je suis « périmée » :mrgreen: :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, attention le clamp et la coupure sont deux étapes distinctes et c’est la deuxième qu’on propose au père (ici il n’avait pas super envie). Si on laisse le cordon s’arrêter de battre il n’y a pas besoin de clamper, on coupe directement (sauf si on veut un bébé lotus…). Ovocytes c’est pour les moins de 37 ans, je te laisse donc tirer les conclusions qui s’imposent (note la ruse pour ne pas dire ton âge :mrgreen: ).

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Oui, tu as raison pour clampage et coupure … là ça c’est fait dans la foulée.
    Trop top la ruse 😆

    Répondre

  3. Don de sang menstruel : astucieux. 💡
    Mais question naïve : ça ne coagule pas rapidement, même dans une coupe magique, ou tu rajoutes des conservateurs pour que ça supporte le transport vers le centre idoine ?

    Don de sang du placenta : si ça ne prive pas le bébé, (et seulement dans ces conditions), il y a effectivement une piste à explorer, puisque ça se produit directement dans un centre hospitalier !
    Car le sang et les plaquettes manquent cruellement aux hôpitaux, même pour les malades qui en ont le plus besoin, dans les meilleurs centres d’hématologie…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @CDLPSF, je n’ai pas observé de coagulation du sang menstruel. Après j’imagine que pour récupérer des cellules souches il doit y avoir des conditions un peu particulières à mettre en place (et notamment ne pas récupérer le sang 15 jours plus tard….).
    Pour le sang du placenta/cordon/bébé : il n’est pas utilisé pour des transfusions comme le sang adulte mais pour la culture de cellules souches, ce sont vraiment des utilisations bien distinctes.

    Répondre

  4. Tout simplement : merci 🙂

    Encore une fois un billet très intéressant. Je vais de ce pas lire les liens!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @valentine, bonne lecture !

    Répondre

  5. Même ceux en anglais…. ❗ 😆

    Répondre

  6. Mais non tu n’es pas une petasse de blogueuse 😉 !
    Je ne peux plus rien donner depuis que j’ai été transfusé même pas mon lait, j’ai quand même une carte de donneur d’organes, mais je ne serais pas trop embêtée qu’elle ne serve jamais… Pour le don d’ovocyte, je suis périmée, de toute façon, pas du tout envisagé pour les mêmes raisons que toi.
    Je suis allée voir le lien sur les banques de collecte du sang menstruel, j’ai particulièrement adoré le packaging des tubes de collecte : paquet en carton blanc avec typo classique comme un emballage de parfum chic et cher, idée renforcée par le nom « Célle » avec l’accent pour faire français … :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @sophie, vu le prix que tu les paies, ils peuvent te faire un joli packaging…

    Répondre

  7. ah ben merde, là du coup tu vas me faire me poser plein de questions.
    Car la question ne s’est pas posée pour BB1, mais là pour BB2 l’hôpital où je suis suivie a des affiches partout pour le don de sang de cordon… et donc je me disais que ça serait vachement bien de faire ça.. Parce que pour moi c’était du sang « perdu »… Alors qu’en te lisant je découvre que c’est loin d’être le cas…

    Bon ben je vais potasser tout ça et me poser toutes les questions, je vais les noter et même en parler à mon gynéco on verra ce qu’il en dira…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Céline, comme le dit Knackie plus bas, il y a aussi un énorme bénéfice pour le donneur. Bref à vous de peser le pour et le contre pour prendre VOTRE décision, avec l’appui de l’équipe de la maternité.

    Répondre

  8. et les collectes de sang menstruel ça serait à explorer un peu plus !

    Répondre

  9. Nous avons souhaité donner le sang de cordon mais le petit est sorti avec le cordon autour du cou… alors clampé puis coupé très rapidement le cordon a tout simplement profité à personne. Personnellement je suis pour tout les dons, mais la moelle osseuse ça fait mal (je ne l’ai pas fait mais vu faire dans le cadre du travail) et c’est assez contraignant, ce qui pourrait expliquer le faible taux de dons de moelle en France.

    Répondre

  10. ça fait très peu de temps que j’ai appris que le clampage précoce n’était pas obligatoire… du coup je connais peu les bénéfices engendrés pour le bébé et la mère.

    ptite question comme ça, si le bébé naît par voie basse avec le cordon autour du cou (et tant qu’à faire avec un double tour sinon c’est pas drôle), est-ce qu’on peut quand même laisser le cordon intact?

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @m@nue, ça a été le cas pour notre fille et le cordon a dû être clampé très vite (coupé par le papa malgré tout) alors qu’elle n’avait que la tête de sorti. (dans une maternité où on a l’habitude d’attendre avant de couper le cordon !)

    donc je pense que non.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Anne Cé, ici on a pu attendre pour Pouss2 qui avait fait des scoubidous pas possibles. Mais il a arrêté de battre très vite (ceci dit cette période est assez floue dans ma tête, mon principal souvenir est « aaaaaaaaaaaaaah enfin j’ai plus maaaaaaaaaaaaal » 😆 )

    Répondre

  11. Je pense que le bénéfice d’un clampage tardif pour le nouveau-né, comparé au bénéfice pour le receveur n’est sans comparaison possible.
    Et si on prend de l’autre côté, le « manque » pour le nouveau-né à qui on a clampé le cordon tôt, comparé au manque pour celui qui a un besoin vital de cellules souches est également sans comparaison possible.

    Après c’est une philosophie toussa toussa, soit un bébé à soi rien qu’à soi avec tout plein de sang parce qu’après tout c’est le sien, soit on en donne un peu.

    Ensuite le clampage précoce ou tardif, c’est toujours plus ou moins controversé, il y a du bon et du moins bon. Disons que l’intérêt vrai d’un clampage tardif serait surement pour les bébés « fragiles » du genre préma, petit poids, ceux qui naissent tout patrac… Pour un bébé lambda qui va bien et de poids normal, le risque d’ictère plus cogné (et donc de séjour plus long à la maternité sous les jolies lampes) est peut-être plus important que les bénéfices supposés.

    Répondre

    CélineNo Gravatar a répondu :

    @Knackie,

    ma réalité ma montrée que bb préma en souffrance et clampage tardif ne vont pas ensemble…
    Ici BB1 né par césa et je peux te dire qu’ils ont tellement fait vite pour le sortir que je ne l’ai même pas vu passer… Et vu le temps passé et l’énervement de la chir pour extraire le placenta, je peux dire à coup sûr que le clampage et le coupage a été très très très rapide… Et pourtant bb un peu préma mais surtout en RCIU (1kg860 à 36SA+2). Du coup la théorie c’est bien mais dans la pratique ils ne suivent pas du tout ;((

    Répondre

    Knackie a répondu :

    @Céline, en France on dispose de moyen de réanimation pédiatrique pouvant être mis en place dès la naissance qui dépassent surement le bénéfice du clampage tardif, or, l’hôpital a une obligation de moyen (et non résultat d’ailleurs). Laisser un préma avec un retard de croissance sans « rien » faire peut être pris pour une non sujétion à se devoir de moyen et là l’équipe médicale prend très très cher, bien pire que dans le cas d’une « erreur » médicale.

    Ensuite il y a le cas de la césarienne, techniquement c’est compliqué de laisser un nouveau-né sur le ventre ouvert de sa mère dans une salle d’opération (pb d’aseptie, et de température des blocs également…)

    Alors oui le clampage tardif en France aurait vraiment un intérêt pour les bébés « fragiles » mais ceux là, on sait déjà les prendre en charge médicalement parlant donc c’est compliqué. Disons que s’ils vont bien on peut se permettre d’attendre un peu. Mais tout ça c’est sans compter la mesure du PH foetal à la naissance (qui sert à savoir s’il n’y a pas eu d’acidose pendant le travail) systématique dans les gros centres (surement les mêmes qui proposent le don de sang de cordon) et qui pour être fiable ne peut se faire qu’avant les premières respiration du nouveau et demande donc un clampage précoce.

    Répondre

    CélineNo Gravatar a répondu :

    @Knackie,

    Ah mais je ne mets aucunement en cause ce qui a été fait pour mon bb, et je reste persuadée que c’est la meilleure prise en charge qu’il a pu avoir (par contre la mienne de prise en charge y aurait largement à redire mais c’est une autre histoire).
    Je voulais juste souligner que c’est beau de dire que la théorie sur le clampage tardif c’est le top pour des bb prémas et/ou fragiles n’est pas en adéquation avec la réalité des naissances et des moyens mis en oeuvre pour sauver les enfants 😉
    Donc on dit bien la même chose 😉

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Céline, ce qui est dit dans différents articles cités dans mon billet, c’est que les pédiatres qui font la réanimation devraient reconsidérer leurs pratiques pour retarder autant que possible la coupure du cordon, et mettre au point des protocoles qui permettent d’intervenir sur le bébé qui est sur sa mère. Comme tu le dis, pour le moment cela reste très théorique, mais à terme qui sait ? Ce n’est pas parce qu’on fait bien maintenant qu’on ne pourrait pas faire mieux plus tard. Mais comme discuté avec Knackie, il est évident que le personnel de l’hôpital a fait au mieux de ses moyens pour s’occuper de ton bébé.

    Répondre

    CélineNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,

    clair que ce qui est fait actuellement est déjà bien mais si on peut continuer à améliorer c’est encore mieux 😉

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Knackie, je trouve que c’est un choix pas évident justement, entre le bénéfice pour les malades, et le fait de prendre à un bébé qui n’a rien demandé, sans qu’on sache bien en évaluer les conséquences. Mais ce que je trouve pas terrible, c’est la façon dont on s’assied sur le consentement éclairé. Même si on manque de sang, d’organes, d’ovocytes etc, la base c’est qu’on respecte le choix des gens. Je pense que les gens méritent d’être mieux informés, pour prendre leur décision en connaissance de cause. Mais le problème vient aussi sans doute que comme pour encore beaucoup de situations en périnatalité, on considère l’intervention comme la norme au lieu de s’interroger sur sa pertinence par rapport à la situation physiologique (je ne dis pas que c’est ton cas en particulier, juste un élément de contexte général).

    Répondre

    Knackie a répondu :

    @La poule pondeuse, des conséquences pour le bébé, il n’y en a aucune mise à part faire des Knackie et des Poule Pondeuse. Le clampage précoce est surement la norme dans la très grande majorité des accouchements en France depuis je pense très longtemps…. et les enfants ne meurent clairement pas de ça.

    Après qu’il y ait quelques bénéfices au clampage tardif pourquoi pas (et attention il y a aussi des inconvénients hein…), mais pas de là à parler de « perte de chance » dans un pays du niveau de santé comme là France. D’ailleurs, si on pensait à une perte de chance pour le donneur on ne proposerait pas le don.

    Ensuite bien évidemment, le couple doit être informé.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Knackie, comme je l’ai dit dans le billet, la grande majorité des bébés passe par un clampage précoce et ne semble pas s’en porter plus mal. Mais « on a toujours fait comme ça et on n’en est pas mort » n’est pas vraiment un argument qui tient la route, même s’il est très tentant à utiliser (pour moi la première 😉 ). Par exemple tout le monde est d’accord (et encore une fois moi la première) que nourrir un bébé au lait artificiel n’est pas un danger majeur pour sa santé, dans un pays comme le nôtre, n’empêche qu’une étude a calculé qu’aux USA 900 bébés mourraient par an de ne pas avoir allaité (cf http://www.cbsnews.com/stories/2010/04/05/health/main6364292.shtml).
    Mais je pense que l’information n’est pas volontairement biaisée, le clampage précoce est encore tellement la norme que probablement un nombre non négligeable de praticiens pense sincèrement que le sang non prélevé ne peut que finir à la poubelle.

    Répondre

  12. manue>> ça dépend si le cordon est serré ou pas. Si c’est serré c’est que par définition on ne peut pas le dégager du cou du bébé, alors on coupe.

    Répondre

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @Knackie, merci, c’était bien le sens de ma question 😉

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Knackie, http://midwifethinking.com/2010/07/29/nuchal-cords/ (elle a réponse à tout 😉 )

    Répondre

  13. Encore un article très intéressant, avec des liens à lire pour plus d’info. Vraiment je t’adore la poule !

    Ce don de sang de cordon, tout en me paraissant parfaitement utile, me laisse perplexe. Depuis un moment que je connais l’existence de ce prélèvement de sang ET du clampage précoce du cordon, je me disais bien qu’il y avait là quelque chose qui ne collait pas.
    Je changerais peut-être d’avis, mais pour le moment (dans l’état actuel de mes connaissances ^^) je refuse le don de sang de cordon pour permettre à mon enfant de profiter de ce sang. Je suis pour le clampage du cordon en temps voulu (= quand il a cessé de battre), voire même pas de clampage du tout… Je suis en effet à la recherche de plus d’informations sur le bébé lotus. Mme La Poule aurait peut-être quelques liens pour moi ? 🙂

    Pour ce qui est de mon corps et des dons :
    Ce qu’il faut savoir c’est que je suis phobique des aiguilles. Pour une prise de sang je tombe dans les pommes. Mais depuis quelques temps, j’essaie de me sortir de cette phobie. Je ne tombe plus dans les pommes, mais je suis quand même bien atteinte de vertiges et compagnie. Je me dis que peut-être en attendant encore un peu et en faisant des efforts sur moi, je parviendrais à donner mon sang.

    Pour le lait, je veux un allaitement LONG pour le premier, et je ferai tout pour. Du coup, un don au lactarium le plus proche serait largement envisageable.

    Pour le sang menstruel, je ne suis qu’à la première étape : je pense à la coupe, mais je ne sais pas si je suis encore prête physiquement parlant…

    Pour la moelle osseuse, j’y pense et je me renseigne depuis quelques temps. Je pense que dans l’année qui arrive (2012) je vais commencer les démarches.

    Pour le don d’ovocytes, je ne pense pas que je le ferais. La seule chose qui pourrait me faire changer d’avis serait que l’une de mes 4 sœurs soit dans l’incapacité d’avoir des enfants. Dans ce cas, j’y réfléchirais avec elle.

    Pour le don d’organes, je suis OK et toute ma famille est au courant. Par contre, je ne veux pas donner mon corps à la science. Je veux « seulement » offrir mes organes à d’autres personnes.

    Moi aussi, je trouve ça important de réfléchir et de se positionner face à tous ces dons de soi pour l’autre. Et de penser que peut-être un jour, ce sera le choix d’un autre qui sera pour moi…

    Répondre

    m@nueNo Gravatar a répondu :

    @Maneki, le don d’ovocyte est un don anonyme 😉 par contre, si une personne a besoin d’un don et qu’elle amène un donneur, elle gagne des places dans la liste d’attente.

    ah oui et j’ai du coup oublié de préciser ce qu’il en était pour moi.

    don de lait: j’aurais bien aimé mais je m’y suis prise trop tard, la puce va avoir 6 mois. Et j’ai 6L de lait dans mon congélo pour parer aux pénuries, pas possible de le donner mais bon elle les prendra à un moment ou un autre 😉

    don d’ovocytes: le sujet me touche particulièrement, je ne pense pas pouvoir participer vu que j’ai du mal à ovuler pour nous-mêmes, mais c’est sans doute celui que j’aurais fait dans le cas contraire.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Maneki, pour le don d’ovocyte, il est anonyme, c’est-à-dire que tu ne peux pas donner tes ovocytes à un proche, par contre le fait pour une receveuse potentielle d’amener une donneuse la fait remonter dans la liste d’attente. Donc dans ton cas hypothétique, tu pourrais en donnant aider ta soeur même si elle ne bénéficierait pas de tes ovocytes.
    Bébé lotus je ne suis pas super convaincue (je m’imagine mal me trimballer un bébé ET un placenta), j’en avais parlé il y a un bail http://www.poule-pondeuse.fr/2008/04/14/bebe-lotus/

    Répondre

    tête d'orangeNo Gravatar a répondu :

    @Maneki, tu parles d’allaitement long mais on peut donner dès les débuts de l’allaitement. J’ai eu un début d’allaitement très foireux avec une poulette qui refusait de téter. Heureusement ce qui m’a sauvé c’est la quantité astronomique que je produisais grâce à la seule stimulation du tire-lait. Dès les premiers jours (je ne sais plus exactement mais j’étais encore à la mater) mais j’ai demandé à ce que tout ce lait ne soit pas jeté. Ils m’ont alors proposé de donner au lactarium, ce que j’ai fait pendant environ 3 mois, j’ai du donner au moins 40L 😯 Faut dire que j’ai tire-allaitée ma fille 1 mois avant de pouvoir repasser en direct donc c’était pas plus contraignant. Et même en donnant j’avais fait des réserves au congèl (réserves que j’ai « perdu » suite à une coupure de courant arghhh mais en fait ma fille n’appréciait pas trop le lait congelé). Je crois que d’avoir mis ça en place à la mater m’a aidé à franchir le pas. J’espère pouvoir remettre ça pour bébé 2 prévu en novembre.
    Je pense même qu’il préfère la lait des débuts de l’allaitement car plus « compatible » pour un préma.

    Répondre

    drenkaNo Gravatar a répondu :

    @Maneki: Je suis dans le même cas, j’avais envisagé de recourir au don d’ovocyte pour avoir un enfant donc si je pouvais le faire je pense que je le ferais.
    Comme je suis en Angleterre, le don entre sœur est permis (j’ai entendu dire que les dons entre sœur avaient un meilleur taux de réussite mais je n’ai pas vérifié cette info?). Comme j’ai fait une FIV, je sais que les contraintes ne sont pas si terribles que ça (moins importantes que pour le don de moelle qui est très douloureux!).
    Mais il est certain qu’un don d’ovocyte (et en particulier entre sœurs!) pose un gros problème éthique… Et si la donneuse ne peut pas avoir d’enfant par la suite?? Pour ma part, j’étais dans une telle situation de désespoir face à mon infertilité que les problèmes éthiques passaient au second plan…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @drenka, aaaah des témoignages comme le tien me font dire que je devrais vraiment me donner un coup de pied au Q et m’y mettre avant de passer la date de péremption 🙄 Pour la moelle osseuse la différence c’est que tu t’inscris sans être sûr d’avoir à donner et donc à passer par le prélèvement douloureux…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @tête d’orange, en théorie d’ailleurs on ne peut pas donner après les 6 mois du bébé, même si les lactariums s’arrangent souvent pour récupérer autant de lait qu’ils peuvent, vu le manque.

    Répondre

  14. En ce qui concerne les autres dons :

    ici j’ai donné mon sang lontemps puis grosse pause de plusieurs années avec les ttt subis, la grossesse, l’allaitement. J’ai recommencé et réarrêté pour cause de nouvelle grossesse. Et je recommencerai. D’autant plus que bb1 ayant été transfusé à 26 jours de vie je mesure encore plus l’importance de ce don de sang, si « facile » à faire
    je verrais plus tard pour d’autres dons (moelle…)

    ma carte de donneur d’organe je l’ai depuis 1996 (en fait en 3 exemplaires pour pas la rater 😉 )

    Le don d’ovo avec ce que j’ai subi comme ttt pour avoir BB1, je ne me sens pas la force. Et puis bon ma qualité ovocytaire était pas terrible… Et puis là grossesse miracle et j’aurais 37 ans donc trop tard… (mais ça c’est la fausse excuse)

    Le don de lait, si tout se passe bien pour bb2 je le ferais certainement.
    Je ne l’ai pas fait pour bb1 (qui pourtant a eu la chance de recevoir du lait de mère), parce que c’était déjà compliqué d’allaiter dans les conditions que nous avons eues, donc quand j’ai pu remiser le TL pour mon bb je ne me sentais pas la force de le ressortir…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Céline, je veux bien croire ton enthousiasme à remiser le tire-lait dès que possible ; je n’ai jamais adoré le biniou et j’ai arrêté de donner quand je suis passée en lactation auto (trop galère de tirer).

    Répondre

  15. Pour ce qui est du don, je sais que en France tous les dons sont obligatoires anonymes.
    Quand je parle du don d’ovocytes pour mes sœurs, c’est plutôt du côté phycologique, me dire que je fais ça pour elle. J’y réfléchirais je pense si une de mes soeurs en avaient besoin, sinon je ne me vois pas faire la démarche comme ça.
    Après le reste c’est le côté technique, je ne sais pas vraiment comment se passe réellement le don (même si je sais vaguement qu’il est question de stimulation ovarienne + prélèvement).

    Répondre

  16. Merci pour ces infos !
    Moi j’étais pour le don de sang de cordon jusqu’à ce que j’apprenne les bienfaits du clampage tardif. Mais finalement, ayant pourtant accouché dans une maternité très à la pointe en ce qui concerne le bien être du bébé, le clampage a été immédiat. J’ai finalement regretté de ne pas avoir demandé de procéder au don. Bref la réflexion est ouverte pour le prochain…
    Je viens d’aller voir tes infos sur la coupe, suis bluffée !

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @Florence, idem pour moi même si comme je viens de l’écrire, je ne sais combien de temps il s’est écoulé ❓ quand ils (enfin mon mec avec bcp de mal 😆 :mrgreen: :mrgreen: )a coupé le cordon .
    ❓ ❓ ❓

    Répondre

  17. Je donne depuis pas mal d’années mon sang (1 à 2 fois/an), là cela fait un moment (2 ans) car j’ai été enceinte et j’ai allaité 1 an mais je vais essayer de le faire pendant l’été car le sang manque plus en été avec les gens qui partent en vacances, d’ailleurs, on peut croiser sur les plages de France, des camions pour donner son sang, cela va assez vite et moi, je trouve que c’est bien de le faire.
    Pour la naissance de ma fille, je voulais que l’on attende un peu avant de couper le cordon mais j’ai totalement oublié d’en parler à la SF ou au papa et je ne sais vraiment pas combien de temps il s’est écoulé, c’est le papa qui l’a coupé, j’avoue que la seule chose qui m’a préoccupé à ce moment là, c’était de savoir que ma fille allait bien (après 17h de travail) et aussi que l’on me retire ces satanées spatules …
    J’ai accouché dans 1 maternité « amis des bébés », je ne sais pas si cela fait partie du protocole ?
    J’étais un peu déçue sur le coup et puis, comme le dit la Poule, pour nous, ils coupaient le cordon très vite et on s’en porte pas plus mal, je ne sais pas si cela change vraiment les choses …
    Pour le don d’organes, j’aimerais pouvoir dire à mon mec, je donne mon corps pour des personnes qui en auraient besoin s’il m’arrivait malheur mais j’ai dû mal à lui en parler … la mort m’effraie, je n’arrive pas encore à demander ma carte de donneur d’organes même si j’en ai envie …

    Répondre

    tête d'orangeNo Gravatar a répondu :

    @Opale, un jour j’ai dit à mon mari « au fait, tu sais que je veux donner mes organes, hein? », persuadée que bien sur il le savait et surtout qu’il ne s’y opposerait pas, ben si, on s’est presque « engueulé », finalement c’était lui qui ne voulait pas parler de ce sujet. Mais si on est convaincue, il faut vraiment en parler avec ses proches, leur réaction peut surprendre….

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @tête d’orange, oui en effet, si on a vraiment envie, il faut en parler car lorsqu’une personne meurt, les proches ne savent pas toujours quoi faire, quels étaient les souhaits de la personne défunte …

    Répondre

  18. Attention, il existe des prélèvements frauduleux, soi disant pour l’institut pasteur par exemple.

    Répondre

  19. C’est très intéressant ce billet, je m’aperçois que j’avais une idée assez floue du don de « sang de cordon »
    Ceci dit je ne pense pas qu’on le fera ici un jour, dans notre ville il n’y a qu’une maternité qui le pratique, la mega grosse usine hyper médicalisée, et seul un gros pépin de santé pour moi ou un futur bb pourrait me pousser à aller un jour accoucher là-bas (suis pas sure que dans ce cas, le don serait ma priorité)

    Pour les autres dons… je suis assez « mauvaise élève », et pourtant en théorie je suis pour tout ou presque…

    J’ai donné mon sang, mais là ça fait longtemps (ils ne veulent pas ici de femmes qui allaitent, mais ça fait 4 ans non stop que soit j’allaite, soit je suis enceinte…et avant j’ai fait plusieurs voyages en zones impaludées, ce qui fait que mon dernier don remonte à des lustres)

    J’aimerais donner mon lait, mais les circonstances n’ont jamais été favorables… pour ma première, tout le lait que j’ai tiré dès les premières semaines a été stocké pour ma reprise du travail, et heureusement car j’en ai eu besoin.
    Pour ma 2ème, j’ai tiré assez tôt des litres de lait pour cause de REF traité avec la méthode du drainage complet, et que j’ai jeté en partie. J’avais contacté le lactarium, mais les conditions d’hygiène demandées étaient trop compliquées à mettre en oeuvre (enfin pas si compliquées hein… mais avec un bb de qq semaines, affligé d’un RGO en +, une « grande » d’à peine 2 ans, faire bouillir tout le matos le matin à 7h avant de tirer, c’était juste la goutte d’eau qui faisait déborder la casserole d’eau bouillante quoi !). Pour le troiz’ qui sait ???

    Le don d’ovocytes, j’y pense… je n’ai pas ce sentiment de « donner un enfant » du tout… Et puis une situation dans notre entourage proche m’a sensibilisée à la question, il y a vraiment TRES PEU de femmes qui donnent leurs ovocytes par rapport aux besoins. C’est possible vers chez moi depuis récemment, et j’attends la fin de mon 2ème allaitement pour y penser plus sérieusement (fin qui peut être dans assez longtemps, ce n’est donc pas vraiment un projet à court terme :mrgreen: )

    Le don de sang menstruel, je n’en avais jamais entendu parler 😆 Mais why not !

    Le don de moëlle je connais mal, et qq part je sais que je devrais plus me renseigner… mais ça me tente pas 😳

    Le don d’organes, dieu merci on n’y est pas confronté 🙄 mais perso moi je laisse mes organes à qui n’en veut, mon homme aussi, et les enfants je pense qu’on donnerait aussi. Mais monsieur est très réticent à en parler aussi, c’est marrant…

    Répondre

  20. Très intéressant de parler de ce sujet…
    À noter que notre projet de naissance comportait la demande d’attendre que le cordon de BB ait cessé de battre pour être coupé, toutefois les sages femmes nous on expliqué le faire dans une certaine limite car trop de sang (bon pour BB car très riche en fer entre autre) lui abîme le foie et augmente les jaunisses 😉
    Marie

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Comme une poule devant un siège auto    |     Suiv. Mon bébé comprend tout » »