Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. There will be blood    |     Suiv. La poule pondeuse gazouille » »

Mère indigne ?

Par  • Le 10 mars 2010 à 10:34 • Catégorie : J'avoue, Réfléchir

bad-parenting Au gré de mes pérégrinations sur le net, je suis tombée sur cette petite annonce :

Bonjour,

Je prépare un reportage pour M6 et l’émission 100% Mag, « je suis peut-être une mère indigne mais je l’assume. »
Je cherche a suivre dans le cadre de ce reportage des femmes de 30 ans environ qui se sentent avant tout femme avant d’être mère.
Ces femmes ne culpabilisent pas de ne pas jouer tous les soirs avec leurs enfants, elles partagnent toutes les taches avec le père, elles sortent, elles ne sont pas coller à leurs enfants en permanence…

Je voulais savoir si vous pouviez m’aider à trouver des femmes qui ont ce profil.
Je suis à votre disposition.
Cordialement

(NB : les fautes d’orthographe ne sont pas de moi)

Ah ? Une femme qui ne joue pas tous les soirs avec ses enfants, qui partage les tâches avec le père, sort et ne reste pas collée à ses enfants en permanence est une mère indigne ? C’est drôle, ce profil me ressemble étrangement ainsi qu’à la grande majorité des mères que je connais. Moi je dirais plutôt que c’est une mère équilibrée qu’une mère indigne mais bon. Nous sommes toutes la mère indigne de quelqu’un (notons cependant que ce sont surtout les mères qui sont indignes, quid des pères ?). Sans compter que ces derniers temps c’est devenu furieusement tendance d’avouer ses petits travers parentaux et de se présenter ainsi comme « indigne ». Evidemment je suis la première à rire comme une baleine en lisant certains récits, mais ne va-t-on pas un peu trop loin dans cette mode du mauvais parent, où le moindre écart à une norme supposée devient une marque d’indignité ? Soyons francs, ces parents qui revendiquent haut et fort leur supposée incompétence ne font rien qui leur vaudrait une visite de la PMI. Et les vrais parents indignes, eux, ne font heureusement rire personne.

Il me semble que le principal problème auquel le parent est confronté est de faire un compromis permanent entre les besoins de toute la famille. Selon le côté vers lequel on fait peser la balance, on sera un parent indigne ou un parent sacrificiel. La vraie question pour moi ce n’est pas ce que l’on fait ou pas, mais pourquoi on le fait. Un petit exemple : en ce moment j’allaite Pouss2 et il dort avec nous. Les uns diront que je suis une mère anti-féministe, qui se laisse mener en bateau par un petit tyran (qui n’a pas 2 mois), les autres penseront que je suis une mère trop fusionnelle et castratrice qui étouffe ce pauvre enfant et l’utilise comme prétexte pour m’éloigner de son père (je caricature à peine). Or quelle est la principale motivation pour cet arrangement nocturne ? La qualité (et la quantité) de mon sommeil. Même si je partageais les levers nocturnes avec le Coq, ça ferait déjà trop pour ma flemme. D’ailleurs comme je gère Pouss2 pour la nuit, c’est lui qui se lève quand Pouss1 fait un cauchemar, hé hé. Voilà comment une même situation peut me faire passer pour une mère indigne ou bouffée par ses gosses. Moi j’ai simplement l’impression d’avoir trouvé un bon compromis qui permet de satisfaire les besoins de tout le monde. Compromis que je n’hésiterai pas à remettre en cause dès que l’un de nous n’en sera plus satisfait (et qu’il fera moins froid la nuit). Alors qui est égoïste : la mère qui allaite parce que c’est pour elle un vrai plaisir ou celle qui donne des biberons pour que son mari se lève la nuit ? la mère qui a arrêté un travail peu valorisant dont le faible salaire suffisait juste à payer les frais de garde ou celle qui s’épanouit dans le poste de ses rêves pendant que ses enfants sont à la crèche ?

Personne ne peut décider à votre place de ce qui vous conviendra ou pas. Et je rejoins tout à fait Elisabeth Badinter quand elle dit que nous ne sommes pas un troupeau. J’ajouterai même que nos enfants et nos hommes non plus. Mais si je peux donner un conseil aux autres parents, c’est justement de surveiller la balance et de ne pas oublier leurs propres besoins (et si vous avez lu Gordon vous savez que ce n’est pas incompatible avec le respect des besoins des autres). Les enfants ont tendance à être ingrats (en particulier à l’âge éponyme) et il ne faut pas s’attendre à ce que devenus adultes ils soient éperdus de reconnaissance pour ce que vous leur avez sacrifié (cela s’applique aussi à votre employeur d’ailleurs). D’ailleurs ils trouveront toujours quelque chose à vous reprocher (y compris d’être si parfait qu’ils ne trouvent rien à vous reprocher, ce qui est extrêmement frustrant). Et pour eux, je pense que ce n’est pas d’avoir tel ou tel lait, telle ou telle couche, ou tel ou tel temps de présence parentale qui est important, mais bien d’avoir du lait, d’être propre et d’avoir des parents qui les aiment. Bien sûr, on a maintenant des données et des arguments qui nous permettent de savoir quelles sont les options les meilleures de façon générale (c’est-à-dire que statistiquement c’est mieux mais au cas par cas pour certains ça ne change pas grand chose alors que pour d’autres c’est une énorme différence), et nous ne pouvons pas les ignorer ou les réfuter juste parce qu’elles ne nous arrangent pas. J’essaie d’ailleurs sur ce blog de partager des informations et des réflexions pour avancer en ce sens, en limitant autant que possible la culpabilisation. Mais faut-il pour autant faire le grand chelem du parent parfait, si c’est au détriment de son équilibre personnel ? Je ne le pense pas. A chacun ses priorités, ses envies, ses besoins, et à chaque famille ses compromis.

Si c’est ça être un parent indigne, alors vive l’indignité !

Photo : mère indigne ou mère stupide ? (on fait de la philosophie par ici, mais oui)

Tagged as: , , ,


« « Préc. There will be blood    |     Suiv. La poule pondeuse gazouille » »

321 Commentaires »

  1. Peut-être que cette revendication à être « mère (ou père) indigne » vient justement de ce que dénonce EB, à savoir une certaine pression pour le nouveau maternage (allaitement, cododo, portage, etc) ? Les gens qui ne choisissent pas d’élever leurs enfants se sentent peut-être mal jugés et donc préfèrent utiliser l’ironie à ce sujet ? Je ne sais pas, mais je trouve effectivement qu’il y a un certain phénomène de mode en ce moment, entre ceux qui seraient maternants et ceux qui seraient indignes. Moi, je pense qu’on est tous un peu des deux et que surtout chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il a à sa disposition. La mère que j’ai vue la semaine dernière à la montagne, avec son bébé en écharpe, dévalant les pistes est-elle une mère maternante (elle porte son bébé en écharpe) ou une mère indigne (descendre les pistes avec un bébé, n’est-il pas un peu risqué), that the question ?

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @suzie, ce que tu nommes du « nouveau maternage », me semble plutôt ancien. Ca revient juste au goût du jour. 😉

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @suzie, bah ça dépend, on peut aussi se revendiquer indigne par opposition aux trucs style Laurence Pernoud (genre tu as commencé les légumes par la carotte au lieu de commencer par le poireau). Hum le môme à ski, en écharpe ou pas, euh… 😯

  2. Alors je suis une mère indigne aussi. Mais comme toi, je pensais simplement être une mère « moderne et équilibrée ».
    Je vais même en rajouter une couche, je suis persuadée que mon fils (de pas tout à fait 2 ans) s’amuse mieux à la crèche avec ses petits copains que s’il restait toute la journée avec moi !
    Et puis d’abord et encore une fois, qu’est-ce que c’est que cette définition d’indigne ?!
    Et quelle serait la définition de la « mère digne » ou de la « digne mère » ?

    Une dernière question pour la route histoire d’élargir le débat :
    « Partager toutes les tâches avec le père est-ce que ça a vraiment un rapport avec le fait d’être une mère digne ou indigne ? »

    PS @ La poule pondeuse : sais-tu s’il s’agit d’un ou d’une journaliste ?

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Galli, Effectivement, je ne vois pas non plus le rapport entre le fait d’être ou non une bonne mère et partager les tâches ménagères avec son homme 🙄 🙄

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @suzie, pas d’extrapolation ! elle parle juste de « tâche »… Il est question ici de mère indigne, pas d’épouse indigne 😉 😆

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Galli, a priori si on prépare un reportage c’est qu’on est journaliste non ? Ficelle ?

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je pense que la question de Galli c’est « est-ce que le journaliste est un homme ou une femme? »… Mais je me trompe peut-être? Galli?

  3. Nan, mais la journaliste d’M6 a juste vu le reportage sur Marlène Schiappa sur Canal+ la semaine dernière… Allaitement=1 mois, télé à la sortie de crèche pendant que maman surfe sur Internet, petits pots tout faits, maman jeune, jolie et active… Autant le reportage était très mignon et j’adhère à presque tout ce qu’à dit Marlène, autant brandir cette carte de la « mère indigne » me rend tout à fait perplexe, surtout que ces mères sont souvent de très bonnes mamans (cf. les « Mauvaises mères » et le bouquin éponyme, qui sont sur le même modèle). On est en train de créer un clivage ridicule entre les mères bobos: celles qui allaitent et celles qui biberonnent, celles qui bossent à 10 sem et celles qui prennent un congé parental. A noter que ce clivage laisse de côté 80% des mères françaises qui ne se reconnaissent ni dans les working girls ni dans les écolos-bio maternantes à souhait. Bref, ce débat, pâle ersatz des propos d’EB (mon billet ici http://www.lefeuilletondeficelle.com/2010/03/08/elisabeth-badinter-victime-de-son-plan-media/#content), n’est vraiment digne que de 100% mag…

    caroNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, coucou moi je suis de cette catégorie !!! ni l’une ni l’autre qui essai de jongler entre les deux je suis une mère jongleuse ??? 😛

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, les anglais appellent ça les « mommy wars »… on a peut-être mieux à faire non ?

  4. Dire que je suis une mère indigne (pour une raison ou son contraire), ça m’évite souvent d’entrer dans une discussion stérile et parfois culpabilisante :mrgreen: A chacun ses priorités comme tu le dis en fin de billet !
    Pauvre maman cane ….. 😉

  5. J’imagine que le « partage des tâches ménagères » veut dire que le papa change les couches ou se leve la nuit, sinon je ne vois pas le fait de passer ou non l’aspi fait de quelqu’un une bonne mère …ou alors ils ont 50 ans de retard sur M6. Etre sur le dos de ses enfants toute la journée, je ne vois pas ce qu’il y a de digne là-dedans, ils ont besoin de notre présence rassurante mais pas étouffante. De toute façon, en ce moment, malgré le fait que je sois à la maison, ma fille me considère comme la mère la plus indigne qui soit, puisque je lui ai fait un bébé dans le dos 🙄 ….
    Ce débat digne-indigne commence à me lasser, sortir, travailler, faire garder ses enfants n’a rien d’indigne. La définition d’indigne est « méprisable, révoltant », on en est loin … Ne pas nourrir ses enfants, ne jamais les emmener à la PMI, les oublier au supermarché et s’en rendre compte 3 jours après … ça c’est plus la définition d’indigne !

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @sophie, heu ben moi j’emmène jamais mon petit à la PMI et je crois bien qu’il n’ira jamais! 😉

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, moi non plus, jamais vu la PMI. Mais ils vont chez le pédiatre hein !

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, euh c’est quoi le problème avec la PMI ?… Parce que moi je vais emmener mon loulou à la PMI à la prochaine visite obligatoire vu que je ne suis fan ni de mon médecin traitant ni des pédiatres du coin….
    La puer de la PMI que j’avais vu à mon retour de mat était très sympa aussi.

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, quand je disais PMI, je voulais dire un centre de santé quelconque bien sûr (pédiatre, PMI ou autre …) 😉

  6. Ca me fatigue, cette pancarte « mère indigne » qu’on retrouve dans plein de blog en ce moment. En fait, ce qui me fatigue vraiment, c’est qu’on ressente constamment le besoin de justifier nos choix parentaux ou nos petites performances ou défaillances quotidiennes.Certaines le font sur le mode humoristique, et parfois c’est drôle, mais c’est juste une justification de plus…
    Franchement, on devrait pouvoir énoncer les choses, sans tout de suite rentrer dans un argumentaire sur les bienfaits de ceci ou la praticité de cela…

    Bref, on ne devrait pas être fière d’être cataloguée « mère indigne » ! Dans la basse-cour, les poules font souvent des choix différents les unes des autres, mais je n’ai jamais lu un commentaire qui me fasse penser que l’une de nous ne cherchait pas à apporter le meilleur à ses poussins.

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, totally d’accord avec toi. Les parents font leurs choix parce qu’ils ont pensé et trouvent que c’est mieux comme ça (que ce soient des « bonnes » ou autres raisons).

  7. Moi, je dit osons l’affirmer sans complexe: nous sommes toutes des mères parfaites!! 😎

    En fait, je suis d’accord avec Ficelle: on a l’impression de devoir absolument choisir son camp entre « bonnes mères », avec tout ce que ca implique d’allaitement, petits pots maisons ect… et « mères indignes », avec tout ce que ça implique de crèches, petits pots tout faits…

    On se classe probablement plus spontanément du coté des mères indignes, mais tant qu’à choisir un coté qui ne nous correspond pas tout à fait; levons la tête et affirmons que nous sommes des mamans d’élite! :mrgreen:

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Marieko, j’adoore :mrgreen:

    caroNo Gravatar a répondu :

    @Marieko, « bonne mère » j’ai lu un bouqin d’Aldo NAOURI qui a dit à une mère un truc du genre bonne ou pas de toute façon il n’en a qu’une !!

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Marieko, j’aime bien ce concept de maman d’élite :mrgreen:

  8. J’adore la maman cane… ça me rappelle le jour où j’ai ouvert l’arcade sourcilière de ma fille… sans le faire exprès, bien sûr, je ne suis pas une mère indigne moi ! 😕
    J’attends de voir l’emission, ça promet !…
    Bref, je pense que ce genre de réflexion doit s’atténuer avec le temps, l’âge et le nombre d’enfants… forcément on ne peut pas tout faire, on ne peut pas être partout, mais on se posera toujours plus ou moins la question de savoir si on fait bien ou pas. Ce genre de propos fait débat aussi parce qu’on y attache de l’importance (non, La Poule, tu as bien fait de passer ce billet, le texte de l’annonce à lui seul vaut le détour !) mais tant que certain(e)s se sentiront obligé(e)s de se justifier quant à leur choix de vie, il y aura toujours du monde pour aller les titiller…
    Allez, c’est mercredi justement, je vais aller jouer avec mes enfants et arrêter de papoter ! 😎

    Isabelle

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, ici un tragique accident de chauffe serviette et Pouss2 a une brûlure avant d’avoir 2 mois (rien de grave hein).
    Bon moi je me fiche un peu d’être cataloguée indigne ou autre, mais c’est plus la représentation générale de la mère qui m’interpelle.

  9. Mais c’est horrible cette image ! J’en ai eu le coeur serré… ça m’a fait penser au bébé canard qui s’était coincé derrière une barrière de retenue des déchets dans le cours d’eau en bas de chez moi et que la maman canard avait fini par se décider à abandonner pour s’occuper de ceux de sa couvée qui continuaient sans attendre: j’en étais presque à traverser la fange pour aider ce poussin quand ouf! il a réussi à passer et rejoindre sa mère.

    Maintenant, parenthèse à part, je pense que brandir (avec humour) la pancarte « mère indigne », c’est avant tout pour libérer la pression:
    – celle qu’on se met à soi-même en voulant être parfaite
    – celle que la société/les autres nous met en étant en permanence en train de commenter/juger les choix qu’on fait, quels qu’ils soient (ça permet de s’esquiver avec une pirouette : « mais moi, tu sais, je suis une mère indigne »)
    – celle que la néo vague maternante prosélytique (je parle uniquement de la version « évangéliste », assez hystérique sur les forums, pas très mesurée dans ses propos sur internet & co, pas de toutes les mères maternantes ou assimilées), met sur les mères qui ne font pas comme elles.

    Ils cherchent à rebondir sur la polémique EB, chez M6 ? Même si je pense être dans le profil recherché, ça ne me fait pas envie du tout…

  10. Je te rejoins aussi sur le côté « indigne » qui me gave un peu.
    On peut dénoncer ses travers et en rigoler sans pour autant sombrer dans une case ou défendre le droit d’être une mère parfaitement normale au final.
    Il m’est arrivé une fois de parler de « mère indigne » dans un article parce que j’avais oublié un vaccin et que j’étais trop contente de savoir ensuite mon Grognard cassé par celui-ci.
    Mais contrairement aux apparences (ce sont les lectrices qui vont me coller cette étiquette de « mère indigne rigolote »), je ne joue pas sur ce créneau (j’ai toujours dit que ma vie de maman était un prétexte à l’écriture et non l’inverse. Et le côté mère farfelue fait bien entendu plus marrer que la mère béate devant ses gosses. Pis, y a une question de pudeur dans le fond). C’est important pour moi de le souligner.
    D’ailleurs je ne me suis jamais posé la question de savoir si je suis une bonne maman ou pas.

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La Mère Joie, ben moi oui, mais parait que c’est « les hormoooooones »… Ma phrase du moment: « Chéri, est-ce que chuis une bonne mèreeeee??? » (pour y mettre le ton, mettre des larmes dans la voix, prendre 13 kilos et se trainer lamentablement dans l’appart tout le week-end pendant que votre homme s’occupe du môme… Je caricature à peine :mrgreen: 😆 )

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, :mrgreen: 😆

    MariekoNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, C’est criant de réalisme…

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @La Mère Joie, je crois qu’on a toutes nos moments où on se dit « mère indigne ». Et encore une fois plus que des cas individuels c’est un peu l’engouement général qui me fait tiquer.

  11. Je revendique, je suis une mère indigne pour tout le monde ! J’allaite encore mon bébé de 2 ans mais j’ai aussi donné des biberons de lait industriel. J’ai porté ma fille en écharpe, mais elle a aussi beaucoup fait de poussette. Elle a dormi dans mon lit, puis dans son lit dans ma chambre : alors là c’est le plus honteux. Que le papa soit très satisfait de cet arrangement ne viendrait pas à l’idée des détracteurs. En plus mon BB3 mange des petits pots (bio ou non) alors que j’ai arrêté de travailler. Comment, arrêté de travailler ! et l’épanouissement ?! Tu parles. Je gagne plus en restant chez moi qu’en allant bosser pour un salaire de misère avec des frais de garde pour bébé, de transport pour moi. J’oubliais, malgré son eczéma, BB3 porte des couches jetables.
    Je dois être honnie par les écolos, les maternant(e)s, et les tenants de l’éducation traditionnelle. :mrgreen:
    J’assume. 😉

  12. Merci merci merci la Poule pour ce que tu dis sur cette « mode » des mères indignes, et à toutes celles de la Basse-Cour, notamment Ficelle et Clemys qui vont dans ce sens: ça me rassure!!! Moi aussi je suis fatiguée de ce clivage artificiel entre 2 camps de mamans dont chacun se bat pour être victime de l’autre. On a l’impression que plus on peut se dire « honnie » par telle ou telle tendance et mieux c’est.
    Comme si c’était la honte de chercher à être le meilleur parent possible pour ses enfants et à les rendre heureux, comme si c’était une erreur qu’on paiera toute sa vie de chercher aussi son équilibre personnel et de couple. Si tout était si simple, ça se saurait…
    Plus profondément, même si je comprends le fait de reprendre le terme de « mère indigne » à son compte pour lutter contre la culpabilisation, je trouve qu’à l’usage, il y a un côté assez pervers dans l’utilisation de ce vocabulaire: ce qui est « bien », c’est d’être une « mauvaise mère ». J’ai beau comprendre l’artifice rhétorique, je ne peux pas m’empêcher de voir, dans son utilisation abusive, une sorte de renversement des valeurs.
    Bref, personnellement ça ne m’intéresse pas d’être une mauvaise mère, ou une mère indigne, encore moins une mère parfaite, je veux être la meilleure mère possible, et je sais que ça passe par un équilibre de vie, par le fait de m’occuper de moi, de prendre du temps en couple, etc.
    Franchement, si cherchait juste à être nous-mêmes, sans se préoccuper du regard des autres, vous croyez pas que tout serait plus simple?

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, Etre une mère « suffisamment bonne » (Winnicott ??)suffira à mon bonheur 😉 :mrgreen: OK ➡

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Oui, enfin on fait tout ce qu’on peut quoi! 😉

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, oui oui c’est bien de Winnicott cette expression 😉

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, ahahahah « être nous-mêmes sans se préoccuper du regard des autres » mais ma bonne dame, c’est quasi mission impossible! Rien que l’envie d’avoir un enfant peut être sujet à réflexions de l’entourage! Alors ensuite l’élever? Pfff tout est soumis à pression, jugements, critiques etc. (de la part de nous-mêmes, de l’image que l’on veut donner ou des soins que l’on veut prodiguer et qui sont parfois hors de notre portée) En s’engageant sur la voie de la maternité, on s’engage (sans toujours le savoir) sur celle des jugements (intérieurs) et extérieurs. Bon on y est plus ou moins perméable, mais faut un sacré cuir pour ne pas sentir toute cette pression mise sur les mères (merci EB pour reposer ce principe toujours bien vivant) 🙄

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Ca je suis bien d’accord ce n’est pas évident… Mais ce n’est quand même pas impossible, si??? Non, tu as dit « quasi », tout n’est pas perdu 😉 !
    Je pense que nous ressentons d’autant plus fortement cette pression que, me semble-t-il, les lectrices de ce genre de blogs (que nous sommes donc) vivent leur parentalité de manière particulièrement consciente. Sinon on ne passerait pas tant de temps sur des blogs de mamans, si? A moins que lire des blogs de mamans ne soit un symptôme de la pression que nous nous mettons?… Bon ok je suis pas très claire. 🙄
    Honnêtement, je ne sais pas si c’est parce que je suis une mère trop débutante (un bébé de 6 mois, c’est pas lourd comme expérience), mais j’avoue que je ne me sens pas si torturée que cela de pression et de culpabilité. Bien sûr les commentaires et les jugements, j’en entends parfois, et ça m’horripile. Mais en fait je me dis que c’est comme pour l’allaitement, il faut que je choisisse qui j’écoute… Je prends les avis que j’ai demandés, les autres ma foi… aux oubliettes.

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, je fais pareil que toi sur les avis des uns et des autres… je tri! 😉

  13. ouais, moi je me sers du « je suis une mère indigne, tu savais pas? » quand on me gonfle à juger mes choix… genre quand je refuse que mon bébé (de 2 mois 1/2 pour l’exemple en question) aille dans les bras de copains pour nous, inconnus pour lui, dans le contexte d’un anniversaire avec 20 adultes et 8 gamins qui courent partout… j’assume, je le dis avec le sourire! et les autres en face restent cons… que répondre à quelqu’un qui s’auto-critique (sans le penser 1 seconde hein!) en vous devançant????

  14. Oui mais bon si Mère Indigne et Mauvaises Mères avaient appelé leur livre « maman normale » ça n’aurait pas été vendeur.

    Je suis d’accord avec toi que la petite annonce est ridicule.

    Et sinon, vous croyez pas que si la mode des « mères indignes » engendre l’agacement de certaines ici c’est parce que vous n’en faite pas du tout partie ?
    Je ne crois pas que « l’esprit Caroline Allard » c’est participer à des blogs qui s’interrogent sur l’allaitement et les couches lavables.

    En fait, je trouve qu’on a plutôt l’air d’intellos qui se prennent la tête à lire tous les articles du net avant de se lancer dans une quelconque action maternelle.
    Et à faire un choix qui se veut réfléchit en fonction de tout ça.

    Rien à voir à mon avis ni avec le courant maternant écolo qui sait ce qu’il a à faire. Ni avec le courant indigne qui va au plus rapide.

    Ce qui me manque surtout c’est un nom à mon courant qui me permettrait de m’identifier. Une idée ?

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Citrouille, la basse-cour ? 😉

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Citrouille, oh la mais je n’ai rien contre Caroline Allard qui est à mon avis la mère indigne la plus drôle du web. D’ailleurs je crois qu’elle a pas mal allaité ses filles, mais finalement on s’en fout, ce n’est pas ça son créneau.
    Et pour le nom, mais les BHL des pampers bien sûr :mrgreen: 😆 (Clemys comment n’y as-tu pas pensé ??)

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, mais wiiiii !!! Je signe ! BHL des pampers ! (comment j’ai pu ne pas y penser ???)

  15. interessante ta remarque je prépare un article contre Badinter et tu viens de me donner une clé

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @olympe, j’ai hâte de lire !

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @olympe, Moi aussi j’ai hâte de lire. Tu donneras le lien?

  16. je propose un nouveau slogan:
    « mon fils ma bataille mes choix, on se revoit dans 20 ans pour les résultats ».
    Aujourd’hui je pense que la plupart des parents que je côtoie sont non pas indignes mais peu capables… limite j’ai l’impression qu’ils conseillent volontairement de faire les mêmes conneries qu’eux juste pour pas être les seuls à avoir le problème, des fois.

    Autour de moi j’ai eu ça:
    le môme « prend des baffes » tous les jours et dit merde à maman à 6 ans (avec option « vas y tape moi je m’en fous », ce que maman exécute en plus, youpi), celle là te conseille la baffe bien sûr.
    un autre qui « n’a jamais été bercé la nuit on n’est pas ses chiens » dort avec un plafonnier allumé à 12 ans (aucun problème, nonnon), sa mère te conseille bien entendu d’arrêter le cododo.
    un troisième qui « avait besoin de coups de pieds au cul pour se développer à l’école » a certes sauté une classe mais fait pipi au lit à 12 ans, pour sa mère tu es indigne parce que tu as refusé un saut de classe.
    une minette qui devait « être responsabilisée » a été laissée chez elle seule pendant que maman bossait toutes les vacances et tous les mercredis depuis ses 9 ans, à 30 balais elle a une phobie sociale très difficile à contenir (c’est pas lié d’après sa mère), sa mère t’encourage à laisser ton gamin de 10 ans seul pendant que tu vas te promener avec le bébé.
    une autre qui « était difficile » s’est nourrie de bonbons et seulement ça pendant des années et est restée anorexique, sa mère te conseille de ne pas trop allaiter.

    la liste serait trop longue j’arrête là. La première qui me demande si je vis dans un hôpital psy je la mords. 😆

    Tout ça pour dire que si jamais vous êtes perméables aux idées d’autrui et taxée d’indignité plus souvent qu’à votre tour, il existe un moyen sûr de les valider avant de les mettre en pratique, les idées:
    rapprochez vous de l’autrui en question… les gens sont peu écoutés de nos jours ils se font un plaisir de causer. Vous verrez vite ce que leurs super méthodes ont donné comme résultats, et ça m’étonnerait que les avis d’indignité continuent à vous toucher. Perso je suis devenue imperméable! :mrgreen: :mrgreen:

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, bien sûr qu’on ferait mieux de balayer devant notre porte avant de donner des leçons aux autres. Mais je pense que tu surestimes grandement l’influence des parents sur les enfants (et surtout d’un choix en particulier). Personnellement j’essaie de leur donner toutes leurs chances mais franchement je pense que le résultat final dépend de bien d’autres choses.

  17. Hello 😀
    Visiblement cette journaliste recherche soit des mamans *normales*, soit carrément des clichés du genre de ceux qu’on dépeint dans les télé-réalité, car ça vend bien dans les bandes-annonce.

    Perso, la sempiternelle opposition femme-mère me choque profondément car je ne me suis jamais sentie aussi femme que depuis que je suis mère. A mon point de vue, on ne choisit pas un camp, mais le dosage qui nous convient.

    Avec cette annonce, j’imagine déjà un pseudo-reportage baclé uniquement basé sur de l’anecdotique (maman se peint les ongles pendant que les petits mangent des corn flakes matin midi et soir, musique ridicule en bruit de fond).
    Ce qui me gêne dans le pointage et l’identification au crénau « mère indigne », c’est que le télespectateur/copain/voisin/ fasse JUSTEMENT ce qui me mine: juger, dire « qu’est-ce qu’elle est grave de faire ça » 😯 🙄 .

    Je rejoins un peu tout le monde en disant qu’être mère, c’est faire des choix à chaque instant (selon les besoins de chacun), puis se réajuster constamment, et que finalement, en tant que responsable de ses choix on va être exposée à la critique, soumise à la question, même *innocente »… On va devoir être blindée tout le temps pour que les commentaires glissent sur nous comme de l’huile, et juste prendre ce qu’il nous faut de critiques pour évoluer.
    Je n’avais pas pensé à la réplique « je suis une mère indigne », mais je pense que je vais désormais m’en servir de temps en temps (sans y croire :mrgreen: :mrgreen: )


« « Préc. There will be blood    |     Suiv. La poule pondeuse gazouille » »