Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Informer sans culpabiliser : est-ce seulement possible ?    |     Suiv. La poule pondeuse s’habille » »

Toutes les femmes peuvent allaiter ?

Par  • Le 9 février 2010 à 17:01 • Catégorie : J'avoue, Réfléchir

cat-breastfeeds-baby Après des décennies de suspicion envers le lait maternel, il était temps de rétablir la vérité. Oui, l’immense majorité des femmes peut produire du lait d’excellente qualité (on voit qu’en Norvège par exemple 98% des femmes allaitent à la naissance). Cependant, dans la lignée de ma réflexion sur information et culpabilité, je me demande si cette affirmation n’a pas entraîné une certaine culpabilisation, infondée de surcroît. Ce n’est un secret pour personne que chaque femme, chaque grossesse, chaque naissance sont différentes. Un couple aura besoin d’assistance médicale pour concevoir un enfant tandis qu’un autre en aura un malgré l’usage d’une contraception supposée efficace. Une femme mènera une grossesse paisible et sans encombre tandis que l’autre développera une complication ou une pathologie. Tel accouchement pourra se faire physiologiquement, sans assistance, tandis qu’un autre nécessitera une césarienne. Bref, sur la route qui nous mène au bébé, nous sommes loin d’être toutes égales. Il paraît logique qu’il en soit de même pour allaiter. Au-delà des situations particulières (prématurité, jumeaux…) qui peuvent handicaper l’allaitement et sans même parler psychologie, il suffit de comparer les histoires de son entourage pour voir toute une diversité de situations : de l’allaitement qui a roulé tout seul aux mères très motivées qui ont fini par jeter l’éponge devant les difficultés rencontrées. Si on reprend l’exemple de la Norvège, on voit d’ailleurs qu’à trois mois le taux d’allaitement passe à 80%. Il y a donc un nombre non négligeable de mères qui ont commencé à allaiter et jeté l’éponge.

Evacuons tout de suite le problème des mauvais conseils et de l’entourage (y compris médical) plombant qui accuse l’allaitement au moindre écart, prônant le sevrage dès que quelque chose ne va pas. Il est complètement schizophrène et contre-productif de mettre des avertissements qui ne sont pas sans rappeler ceux des paquets de cigarette sur les boîtes de lait pour bébé tout en considérant ce même lait comme la norme et le lait maternel comme une gentille excentricité (voire une déviance perverse de mère égoïste) à laquelle il faut renoncer rapidement. Passons aussi sur le libre choix des mères :  il doit être absolument respecté. Ceci dit ce choix doit être informé et éclairé, et non basé sur des contre-vérités et autres culpabilisations infondées (« de toute façon tu n’as pas de lait/il n’est pas assez bon » ou encore « si tu n’allaites pas ton enfant sera débile, malade et dépressif »). Mais in fine, même s’il est important d’être bien informée,  je pense que c’est surtout une décision intuitive, qu’on « sent » plus qu’on ne la raisonne. Il me semble qu’allaiter si on n’en a pas vraiment envie c’est un peu comme faire du sport juste pour maigrir/parce que c’est bon pour la santé : voué à l’échec. Mieux vaut faire comme Johnny et avoir l’envie d’avoir envie… Mais j’ai déjà parlé de toute cela ici, et je vais donc arrêter le réchauffé.

Revenons à nos moutons : qui ne connaît pas une mère, motivée pour allaiter, bien renseignée sur la question (y compris ayant déjà allaité), qui a fini par arrêter ? Ou qui a persévéré, mais à quel prix ? Je connais des femmes qui ont allaité uniquement en tirant leur lait et en le donnant au biberon, d’autres qui ont passé des semaines à rééduquer la succion du bébé par des artifices complexes, d’autres encore qui ont souffert le martyr pendant des jours, certaines qui ont du lutter pied à pied contre un entourage hostile et culpabilisateur. Si vous ne me croyez pas ou n’en connaissez pas, allez simplement sur la section « allaitement » de n’importe quel forum de mères, et vous verrez un condensé de tout ce que ces mères ont enduré (et si vous hésitez à allaiter, il vaut peut-être mieux éviter, c’est assez décourageant). Moi qui ai eu (jusqu’ici) la chance d’avoir des bébés téteurs de compét’ et de baigner dans le lait (donc en gros allaiter = mettre la bouche du bébé devant le téton et attendre que ça se passe tout seul, éventuellement en serrant les dents quand ça fait mal), je suis baba d’admiration devant tant d’énergie et de volonté.

Pour en revenir à mon interrogation initiale, je ne suis pas convaincue par la communication très lisse autour de l’allaitement parfait au pays des bisounours, avec le message sous-jacent que d’une part c’est que du bonheur et que d’autre part ce bonheur est à la portée immédiate de toutes. Parce que que va faire une mère quand ça ne va pas être que du bonheur (et il me semble qu’une bonne majorité des mères allaitantes rencontre un jour ou l’autre un problème) ou quand elle ne va pas y arriver ? Culpabiliser pardi, c’est une seconde nature. Alors OK, tout le monde peut y arriver, mais probablement pas au même prix. Et oui, globalement c’est du bonheur, mais pas que.

Concrètement, je conseille à toutes les femmes qui ont le désir d’allaiter de se préparer, non pas en se massant les tétons mais en s’informant sur les difficultés et les pièges de base (par des lectures, des réunions d’associations type LLL ou des cours de préparation à la naissance), et en étant prête à recourir aux conseils d’une « professionnelle » à la moindre difficulté (sage-femme libérale, bénévole d’association de soutien à l’allaitement, consultante en lactation), idéalement identifiée avant la naissance du bébé. Et à toutes celles qui attendent un bébé de se laisser la possibilité de changer d’avis, quelle que soit leur position initiale. On a le droit de trouver ça trop dur, ou tout simplement que ce ne soit pas son truc, et inversement on peut se laisser surprendre par un nouveau-né tout juste arrivé qui rampe vers le sein, ou juste émouvoir par une amie qui donne le sein avec plaisir.

Pour finir, si vous doutez de la puissance et du pouvoir du sein, je vous suggère de jeter un œil à cette vidéo (le son n’est pas indispensable, par contre évitez la trop grande proximité d’un repas si vous avez l’estomac fragile…) :

Tagged as: , , , , , ,


« « Préc. Informer sans culpabiliser : est-ce seulement possible ?    |     Suiv. La poule pondeuse s’habille » »

435 Commentaires »

  1. Le seul truc que je n’ai pas aimé dans l’allaitement: le regard des autres et les idées reçues. Comment est-il possible qu’en France, deux discours aussi antinomiques (« l’allaitement c’est ce qu’il y a de mieux pour le bébé »/ »quoi? votre enfant est encore au sein? ») cohabitent avec tant de conséquences négatives, voire nocives? Comment peut-on continuer à soutenir l’allaitement dans les mots et aussi peu dans les faits? C’est toute la formation des personnels médicaux qu’il faudrait revoir et les croyances populaires encrées depuis… 60 ans (c’est finalement très peu) qu’il faudrait pouvoir balayer. Si les options des mères étaient claires et les vérités sur l’allaitement rétablies, chaque femme pourrait faire son choix en toute connaissance de cause et sans culpabilité, dans le respect.

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, ahhhhhhhhhhh Ficelle, moi qui pensait être la prem’s sur les commentaires, tu m’as grillé ! :lol:

    Répondre

    Anne CéNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, on en discutait justement avec mon mari ce midi, et nous étions entièrement d’accord avec toi !

    Répondre

  2. @ la Poule

    J’ai bu ton article comme du petit lait :mrgreen: !
    Je suis enceinte de mon 1er bébé prévu pour le 9 avril et j’ai très envie d’allaiter et j’espère que cela marchera.
    Oui, il faut vraiment le vouloir car ce n’est pas toujours si simple que cela dixit mes copines mamans et les articles que j’ai pu lire sur le sujet !
    Oui, c’est comme la grossesse, l’accouchement, nous ne sommes pas toutes égales et il semblerait que ce soit la même chose pour l’allaitement !
    J’espère être comme toi : du lait comme dans la pub où tu vois 1 vache qui a du lait qui sort façon fontaine, un bébé qui sait téter dès la 1ère mise au sein mais je sais que le bébé peut avoir du mal a bien téter, qu’on peut avoir des crevasses qui font 1 mal de chien, une montée de lait hyper douloureuse ….pour le moment je suis motivée mais j’espère que cette motivation restera si j’ai des difficultés pour allaiter !
    Mais, oui, il faut se faire aider en cas de besoin et persévérer car le début n’est pas toujours facile, je dirai même que l’allaitement n’est pas toujours « inné ».
    Concernant la vidéo, j’ai mal pour elle ! :???:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @opale, mais est-ce qu’on peut encore dire que ce sont SES seins? Et si on considère que ce ne sont pas ses seins, est-ce qu’elle ressent seulement une douleur??
    Pour les infos à lire avant la mise bas, je conseille « L’allaitement » de Marie Thirion (clair et documenté) ou, plus partisan, « L’Art de l’allaitement maternel » de LLL. Je sais que Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau (de LLL), dont j’apprécie particulièrement la prose, a aussi écrit des petits précis sur l’allaitement sans doute plus condensés.
    Clairement, mieux vaut s’être préparée en amont parce que c’est pas à la maternité qu’on a des infos fiables. Perso, j’ai eu (de la part d’un jeune pédiatre) « quoi? vous lui donnez le sein toutes les 20 minutes??? mais vous êtes folle! » (le bébé avait un jour). La nuit de la montée de lait, alors que ma fille n’arrivait pas à téter tellement mes seins étaient tendus, j’ai appelé pour qu’on m’aide à vider mes lolos ou mettre ma fille au sein dans une autre position… Je n’ai eu en réponse qu’un « vous voulez un biberon de complément? » ensommeillé. Véridique. Comme ça pendant trois jours à l’avenant. Seule une SF s’est un soir assise dans ma chambre 5 minutes pour me dire: « vous faites très bien, n’écoutez pas les pédiatres et encore moins les amis et la famille… » ça m’a fait beaucoup de bien d’entendre juste cette petite phrase.

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Merci pour les livres conseillés, je vais regarder cela de près car je recherche un bouquin sur l’allaitement.
    Oui, il faut se renseigner en amont même si je suis assez rassurée par le fait que j’accouche dans une maternité  » amis des bébés » donc pro allaitement et aide à l’allaitement mais en effet certaines personnes de notre entourage voire du milieu médical n’aident pas toujours les mamans dans le bon sens pour l’allaitement lorsqu’elles ont des difficultés !

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @opale,
    Je rejoins les conseils de lecture de Ficelle, en particulier le bouquin de M. Thirion, qui est un peu « la » référence en la matière, et qui m’a donné un peu confiance en moi: je trouve qu’elle a un discours tout sauf culpabilisateur, elle explique bien comment ça marche « techniquement », et en même temps de manière très pédagogique. Ce qui permet de se connaître mieux en sachant ce qui se passe dans son corps quand on a un bébé et qu’on allaite, et je trouve que la connaissance de soi, en la matière, participe grandement à la motivation.
    Et je rejoins aussi les conseils de la SF de Ficelle…
    En fait, je ne sais pas si je suis très bien placée pour donner des conseils, parce que mon allaitement était un peu comme celui de la Poule (un bébé qui tète sans problème, zéro engorgement, zéro crevasse… C’est seulement maintenant que je tire mon lait au boulot que la production a du mal à suivre), mais je crois qu’il y a une clé importante pour que ça marche: choisis bien tes « conseiller(e)s », n’écoute que les conseils de ceux dont tu sais qu’ils te soutiennent dans ton choix, et de préférence aussi des gens qui attendent que tu leur en demande pour en donner (des conseils). Et aussi: fais-toi confiance! Plus facile à dire qu’à faire, mais ça joue beaucoup. Le jour où bébé arrive, on se découvre des ressources intérieures insoupçonnées, que ce soit pour l’accouchement ou pour la suite…

    Répondre

  3. « Se laisser la possibilité de changer d’avis »… ça me semble difficile. On fait souvent un choix (quel qu’il soit) pendant la grossesse, et on a déjà un argumentaire pour tous ceux qui pensent que c’est une mauvaise idée… on s’aproprie de plus en plus l’idée, et c’est pour ça que ça me semble compliqué de revenir en arrière même si on en ch***. C’est la théorie de l’engagement : j’attends le bus depuis 15 min, je l’attends encore et encore, et je ne change pas d’avis, parce que j’ai tellement attendu, que mon investissement est trop important pour que je lache l’affaire, même si au final j’aurais eu plus vite fait de rentrer à pied ;-)
    vous me suivez ?
    bon ok je :arrow:

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, oui, je partage ton avis. J’ai très envie d’allaiter et je pense que je le vivrais très mal si ça ne se passait pas bien. Et encore, je suis en début de grossesse et je n’ai pas encore lu beaucoup sur le sujet, j’ai juste très envie.

    Punaise, sur la vidéo, on se demande comment elle peut faire ça. Ca doit faire un mal de chien :shock: Mais j’ai quand même l’impression qu’elle casse ses planches avec sa main sur son sein, non?

    Répondre

    NashiiNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, je te rejoins dans ta réflexion sur l’engagement dans le cas de l’accouchement : tu dit à tout le monde que tu vas faire un accouchement physio, tu réussis à convaincre à force d’arguments tous les gens autour de toi que ca va bien se passer et que « non » tu ne prendras pas la péridurale. Alors finalement, le jour venu, tu fais ton maximum pour répondre à ton engagement….

    et culpabilité de ne pas être à la hauteur…

    et bla bla bla…

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Nashii, c’est comme quand tu dis que tu arrêtes de fumer… T’as intérêt à t’y tenir, à moins de passer pour un branquignole. Moi je trouve ça plus motivant que culpabilisant! Je préfère voir le verre à moitié plein ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, oui je vois bien ce que tu veux dire avec ta théorie. Ceci dit parfois aussi de savoir qu’on a une alternative, voire une échappatoire, cela aide à tenir dans une situation difficile, ça devient plus un choix que quelque chose de subi.

    @Nashii, moi j’ai surtout parlé de l’accompagnement global plus que de l’aspect péri/pas péri, pas folle :mrgreen:

    Répondre

  4. Se préparer, oui, c’est important. Ceci dit, pour P’tit Mec N°1 je suis partie à la mat en ayant lu les 2 pages sur l’allaitement d’un bouquin d’Edwige Antier + survolé un autre offert par ma soeur à Noël (soit 4 jours avant)qui trouvait que c’était un peu léger comme info :roll: Heureusement que le P’tit Mec N°1 a su téter tout de suite correctement ;-) Après, j’ai lu des tonnes de choses sur le sujet, et l’Art de l’allaitement de la LLL sur la table de nuit m’a évité bien des conseils inutiles, contradictoires etc (je sais, je l’ai déjà dit plusieurs fois :mrgreen: ).
    Sinon, pour N°1, la gynéco qui m’a reçue au début de ma grossesse et à qui j’ai dit que je voulais allaiter exclusivement m’a répondu qu’il faudrait bien lui donner un bib les premiers jours si je voulais que le bébé reste en vie, vu qu’il n’y a pas encore de lait dans les seins ….. :evil: Et elle a fait comment, l’humanité ???? Heureusement, elle a quitté la mat avant le 2ème rdv.
    @ Ficelle : j’ai appris hier que 2 SF de Framboisy faisaient des accouchements en plateau technique au C..O depuis quelques mois …

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, oui, j’ai les noms ;-) ce sera pour la prochaine fois sans doute :mrgreen: :lol: (J’en connais un qui considère que c’est très largement prématuré de parler de ça, mais bon :roll: )

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Tu peux bien te renseigner « au cas où », non ? :mrgreen: En tout cas, je trouve que c’est bien … (elles auraient pu commencer il y a 2 ans !! ;-) )

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, C’est hallucinaaaaaaaaaaaaaant ce que t’as dit cette gynéco !
    où puis-je trouver le bouquin de la Leche Ligue ( c’est bien ça LLL ? ) :?:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @opale, Je l’avais commandé à la Leche League. Tu devrais le trouver sur leur site http://www.lllfrance.org/ dans la boutique.

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Merci !

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @opale, en plus depuis novembre c’est une nouvelle édition, donc vraiment super à la pointe du high-tecg ;-)

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Merci aussi !

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Clemys et Béatrice : Je viens de le commander sur le site de LLL et en plus avec la CB de mon mec ( avec son accord bien sûr !); et oui, les papas doivent aussi participer à l’allaitement :lol:
    Merci les filles et j’ai hâte de le recevoir.

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @opale, Ce blog est un véritable piège à CB, chéquier et autre moyen de paiement :lol: :mrgreen: ok :arrow:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, bien sûr on peut y arriver sans être préparée, encore heureux ! C’est juste qu’on ne sait pas à l’avance dans quelle catégorie on va tomber…
    (et pour la CB c’est pas ma faute ! :mrgreen: )

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Juste que sans avoir lu un peu, et donc avoir entrevu les difficultés qui peuvent apparaitre, si ça merdouille, la femme risque de se décourager plus vite. Si j’avais eu pour N°1 les crevasses dues à N°3 :???: … pas sûr que j’aurais tenu le coup ;-) ….

    Répondre

  5. Génial !
    Je suis très contente de cet article.
    En tant que consultante en lactation, c’est à peu de choses près ce que je dis aux femmes enceintes que je rencontre. Ca m’agace que l’on présente l’allaitement uniquement comme quelque-chose de merveilleux. Ce n’est pas toujours merveilleux et l’on peut rencontrer un certain nombre de difficultés. Je suis bien placée pour le savoir puisque l’on m’appelle quasiment toujours lorsque l’on a des problèmes :-) .Il vaut mieux être prévenue avant, cela permet de faire son possible pour les éviter et de savoir quoi faire quand on les rencontre…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Véronique, je suis heureuse de voir que quelqu’un avec ton expérience aille dans le même sens, je me sens moins neurone unique :lol:

    Répondre

  6. Bon, alors, voilà un sujet extrêmement douloureux pour moi :cry: J’aurais tellement voulu les allaiter très longtemps, mais tous les 3 ça s’est arrêté vers 4 mois et demi. Le Grand, je voulais continuer à l’allaiter matin et soir après la reprise du travail, mais ça nécéssitait de me lever vers 5h30 et en plus de le réveiller alors qu’il ne réclamait pas. Au bout de quelques jours, j’ai arrêté. Pour le Moyen, je ne sais pas vraiment ce qui s’est passé, mais entre 2 et 3 mois, il n’a pas du tout pris de poids, et il s’est rapidement retrouvé déshydraté et dénutri. Donc arrêt d’urgence de l’allaitement, pour le ré-alimenter avec des bouillies de diastase et de lait infantile puisqu’il refusait le bib’ :sad: J’ai quand même continué l’allaitement matin et soir, jusque vers 9 mois (et c’est lui qui a choisi d’arrêter). Pour la Petite, et bien, elle a commencé à diminuer en poids vers 2 mois et demi… J’ai eu tellement peur que je lui ai donné des bib’ et finalement, elle a préféré… Bref, ce n’est pas l’allaitement dont je rêvais. Mais, j’ai adoré le faire et je suis contente de les avoir allaiter tous les trois au moins un temps. Je précise que mon expérience est personnelle et que j’ai des problèmes d’hormones et notamment de thyroïde et cette baisse de poids des bébés correspond au moment de changement de dosage d’hormones thyroïdiennes après la grossesse. :roll: (Bon, l’endocrinologue dit qu’il n’y a pas de rapport). Je ne veux faire peur à personne hein. Cependant, je n’ai pas osé me tourner vers la LLL, les médecins considérant que c’était peine perdue… :roll:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, :???: :cry:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, :sad:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, j’ai rencontré récemment une maman qui, pour cause de problème de thyroïde est en surpoids habituellement. Son problème disparait pendant ses grossesses mais en se régulant, son corps ne prend quasi pas de poids (6 kg pour son BB1 et 900g à 6,5 mois de grossesse actuellement). J’ai trouvé ça fou!! Et dès après la naissance, elle reprend tout ce qu’elle a perdu à la sortie du bébé… Elle n’a pas allaité pour cause de réduction mammaire…

    Répondre

  7. ah… vaste sujet…
    après une grossesse et une naissance « râtées » pour mon ainée (c’est un ressenti perso, MON ressenti, qui laisse des traces 7 ans plus tard), l’allaitement a été totalement investi : il me fallait me réconcilier avec mon corps dans la maternité!
    Il y en a eu des difficultés dans ce premier allaitement (bébé né sans réflexe de succion, bebé qui perd énormément de poids avec un poids de naissance faible, bébé endormi pendant des semaines, etc…), mais tenir bon, c’était ma victoire, le domaine où j’étais maître… Peu m’importait alors ce qu’on pouvait m’opposer, les remarques glissaient (et glissent d’ailleurs toujours au point que je ne les entends même pas)… Je suis convaincue que cet allaitement a été essentiel dans mon post-partum, dans ma relation à ma fille, à mon corps aussi.
    Les deux allaitements suivants n’ont pas été exempts de difficultés (engorgements, confusion sein-tétine avec UN biberon de mucomyst pour une bronchiolite, …), mais je n’ai plus jamais douté.
    Il me semble que l’allaitement est en effet possible pour toutes (ou presque), mais qu’il nécessite une volonté de fer (y compris celle de recevoir les bonnes informations), qu’il faut en avoir envie… et qu’on a parfaitement le droit de ne pas avoir envie!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, pour ma part je crois que justement j’aurais baissé les bras devant tant de difficultés ! Heureusement que je n’ai pas eu besoin justement de cette volonté de fer. Je suis admirative d’une telle ténacité en tout cas !

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, il n’y a pas à être admirative… c’était vital… j’ai fait ce qui me permettait de surpasser le reste (le reste = un syndrome de stress post traumatique cause préma + césa), de sublimer ma maternité.
    et pour les suivantes, je savais aussi quelle était la récompense!

    au final, puce1, très sensible à l’injustice et parfois un peu parano, me demande pourquoi je ne l’ai allaitée « que » onze mois elle tandis que j’ai laissé (je laisse) ses soeurs choisir du moment de leur sevrage (22 mois pour puce2, on en est très loin pour puce3 qui a 15 mois) :lol:

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Fleur, pour des raisons différentes, je me retrouve totalement dans ton vécu : moi aussi, l’allaitement de mon aînée était un défi que je voulais relever, afin de retrouver la maîtrise des évènements, le contrôle d’une partie de ma vie, une raison d’être fière de moi et de nouer un lien réparateur (pour moi !) avec ma Puce. Et ça a marché.

    Répondre

  8. Merci pour cet article. Je ne fait malheureusement pas encore partie du cercle des Mamans, mais ma belle soeur est un bon exemple : très mal accompagnée pour sa première (d’un autre papa), elle a voulu tenter pour la 2 ème, soutenue par mon frère. Mais comme Suzie, la petite a vite eu des problèmes et il s’est avéré qu’elle est allergiques aux protéines de lait … (et bien d’autres choses malheureusement) :cry:
    Je connais aussi une autre personne qui n’a quasiment pas eu de montée de lait suite à un accouchement préma déclenché en urgence pour les sauver tous les 2 …

    Merci Suzie pour ton témoignage … j’en prend bonnes notes ayant moi aussi des problèmes hormonaux. Je te rejoins complètement sur ton avis puisque la thyroïde influence l’hypophyse qui régule la prolactine … c’est l’une des raisons pour lesquelles je suis à la limite de l’explosion mammaire a chaque période prémenstruelle …

    Merci La poule pour tous tes articles … je n’écris pas souvent car n’ayant pas d’expérience en la matière je ne peux pas vraiment témoigner, mais je lis très attentivement chaque article

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @csil58, parce que justement l’information est importante…
    quelques infos en vrac sur allaitement et allergies:
    les allergènes (certains au moins) passent dans le lait maternel. Certains bébés allergiques peuvent ainsi réagir via l’allaitement maternel. Ceci dit, cela n’empêche absolument pas la poursuite de l’allaitement… moyennant quelques ajustements.

    mes petites expériences ( ;-) ) à ce sujet :
    Puce1 est allergique aux protéines de tous laits animaux et aux oeufs sous toutes leurs formes. Elle a aussi été allergique à la pomme de terre et sans doute à l’arachide. Petite, elle avait de l’eczéma, aussi, lorsque ses allergies ont été diagnostiquées (suite à l’ingestion de son premier yaourt), on a tenté un régime d’éviction (pour moi) sans lait, sans oeuf. Il n’y a pas eu d’amélioration. Mais nous avons poursuivi l’allaitement (pas de réactions sévères via allaitement).
    Puce2 a été allergique aux protéines de lait (c’est passé à ses 3ans environ, après deux ans d’accoutumance). Son allergie a été dépistée suite à un RGO sévère (+ les antécédents de sa soeur). Le régime d’éviction sans lait a été nécessaire. Elle a été allaitée 22 mois (à ses 12 mois, après 10 mois de régime sans lait, j’ai pu en reconsommer sans qu’elle y réagisse via l’allaitement).
    Puce3 a eu un énorme RGO. Allergies au blé, au soja et au lait. L’éviction de tout cela a été nécessaire car elle y réagissait via l’allaitement (là, j’avoue, j’ai souffert…). Aujourd’hui, elle a 15 mois, est toujours allaitée, n’est plus allergique qu’au lait et je peux, moi, en reconsommer!

    et de manière « intéressante », c’est finalement celle de mes 3 filles qui réagissait le moins au lait via l’allaitement (ie puce1) qui y réagit le plus sévèrement aujourd’hui (risque vital à des doses très faibles) et pour laquelle l’allergie a persisté. « mais monsieur, la médedine n’est pas une science exacte » répondrait notre allergo à mon mari toujours étonné des faibles fiabilités des valeurs prédictives…

    Répondre

    csil58No Gravatar a répondu :

    @Fleur,
    Merci Fleur, je suis sure que si elle avait été mieux épaulée et qu’elle avait vu d’autres médecins ca se serait mieux passé … et je suis persuadée que beaucoup de choses de l’alimentation de la mère passent dans le lait, … mais je ne connais pas les détails. Je sais juste que la petite était vraiment très mal. Elle a aujourd’hui 1 an et demi. Elle a un nombre d’allergies assez impressionnant, alimentaires et au toucher + eczéma … :sad:

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @csil58, pour ce qui concerne les allergies, je pourrais t’en dire encore beaucoup… 7 ans que c’est notre quotidien, nos contraintes, nos grands huit émotionnels, nos peurs, notre régime, nos frustrations… notre vie.
    Si ta belle soeur le souhaite, propose lui de nous rejoindre sur http://allergiealimentaire.forumzen.com/forum.htm
    C’est un forum privé, il faut s’inscrire, mais ça vaut vraiment le coup!
    (l’autre truc indispensable à mon sens en matière d’allergies, dès lors que l’on sort de l’allergie simple et unique qui passe toute seule avant deux ans, c’est d’avoir un très très bon allergo… nous faisons personnellement 700km pour voir celui qui suit mes filles.)

    Répondre

    csil58No Gravatar a répondu :

    @Fleur,
    Merci je vais lui transmettre rapidement !

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @csil58, petit temoignage sur ce sujet. Mon fils faisait de l’eczema. Il a eu pas mal de corticoides. Quand son allergie au blé et à l’oeuf a été diagnostiquée, la plupart des medecins m’ont dit que les allergenes ne passait pas dans le lait maternel, et un m’a dit que je l’empoisonnait avec mon lait!!. Bref tout et son contraire, bref j’etais completement perdu et j’ai arreter l’allaitement à 17 mois. Aujourd’hui nous avons reintroduit ces aliments et ça se passe niquel. C’est nous qui avons du mal à se deprogrammer. On est mort de trouille. Bref pour dire que j’ai été completement traumatisée et qu’avec ma fille , j’ai fait un regime d’eviction des sa naissance jusqu’a ce qu’on lui fasse les test (qui sont negatifs). Comme je regrette de ne pas m’etre tournée vers la LLL plus tot. C’est un sujet tellement complexe: allaitement et allergie!! Juste un allergo m’a reconcilié en me disant que je lui avait donné tellement d’autres choses grace à l’allaitement que ça m’a un peu soulagé. malgré ses bonnes paroles il faut que je change d’allergo car celuici s’est revelé tendance raciste (mes enfants sont metis)

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @cyann, je ne sais pas quel age a ta fille mais je croyais que les tests n’étaient pas fiable avant 2/3 ans… franchement, je ne connais rien au sujet, j’ai juste une amie très proche qui est concernée et si des tests fiables existent pour les petits poussins, je suis sûre que ça l’intéressera.
    Pff ton allergo… même si tes enfants n’étaient pas métis, ça craint :roll:

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, ERREUR (je le mets en majuscules parce que ces idées reçues, véhiculées par des médecins incompétents en matière d’allergologie pédiatrique, nuisent vraiment à ces enfants et ça me hérisse!).
    les tests en allergo sont fiables dès la naissance. Il y a, comme dans toute pratique médicale, des faux négatifs et des « faux positifs »; il est nécessaire de croiser les tests avec les données cliniques, mais ça peut être fait dès le plus jeune âge. Le choix de l’allergologue est crucial.
    Mes trois filles sont suivies pour leurs allergies, elles ont été testées la première fois à 7 mois, 5 mois (même un patch test à 4 mois) et 6 mois (patch test à 3 mois) respectivement… ce qui nous a permis de prendre en charge rapidement leurs allergies!
    j’ai mis un lien plus haut : il sera sans doute utile à ton amie!

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, merci ;-)

    Répondre

  9. Encore merci la poule pour cet article plein de vérité
    J’ai voulu allaiter par choix et malheureusement ce ne fut pas l’idylle.
    J’ai quand même allaité 3 mois et ça j’en suis fière, vu l’état de fatigue auquel je suis arrivée à la fin des 3 mois.
    Entre la fatigue dû au bébé qui ne dort pas plus de 2h de suite (si si même au bout de 3 mois), papa qui comprends pas qu’on ne peut pas allaiter et gérer TOUTE la maison, l’entourage et ses bons conseils, j’ai abandonné l’idée de reprendre le boulot et de tirer mon lait.
    En plus du stress qu’on se mets toute seule, il est clair que l’entourage n’arrange rien.
    Du coup, j’ai été très présente auprès des amies qui ont voulu allaiter pour leur donner mes conseils avec comme bémol, ça a marché pour le mien, pour le tien, ça sera peut être différent.
    Je crois ou du moins j’espère avoir sauvé l’allaitement de certaines d’entre elles.
    Pour mon futur second, je ferai les choses à MA façon et le 1er qui fait une commentaire, je l’envoie balader.

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Angele, « bébé qui ne dort pas plus de 2h de suite  » si si on te croit, c’est assez ordinaire, c’est presque le contraire qui me semble louche ;-)
    Bon je vais encore faire du prosélytisme, mais si pour ton futur second tu veux « tire-allaiter », va rendre visite à LLL : tu rencontreras d’autres mamans « normales » qui pratiquent ça au quotidien, et qui pourront te filer des bons conseils pratiques sur les bonnes marques de tire-lait par exemple.

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, adhésion totale!
    …et trois expériences d’allaitement (y compris exclusif) en travaillant si elles peuvent être utiles…

    Répondre

    AngeleNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, @Fleur
    merci les filles
    Ca ma rassure de lire que c’est ordinaire qu’un bébé ne dorme pas plus de 2h. Quand l’entourage me voyait me démener avec l’allaitement et mon fiston, c’était : « mais c’est pas normal qu’il dorme si peu ! il doit avoir faim, il ne prends pas assez ! comment tu sais qu’il a pris assez ? » Enfin, je pense que beaucoup d’entre nous ont dû l’entendre !

    je me suis documentée depuis et je pense avoir trouvé le tire lait qui devrait me convenir. Ce qui est sûr, c’est que j’irai faire un tour à la LLL, chose que j’avais pas fait pour le 1er !

    Répondre

    naevusNo Gravatar a répondu :

    @Angele,@Fleur,la première question que je me pose est comment un enfant choisit le moment de son sevrage?.
    La deuxième est comment l’allaitement s’est déroulé après 12 mois. En effet je rencontre un petit problème (qui devient finalement un gros problème vu la fatigue accumulée) : Zoe (11 mois) ne fait pas ses nuits et me réveille (1, 2, 3 voir 4 fois) pour téter. Le repas du soir est variable (selon les envies de la demoiselle). Que ce soit un laitage, une soupe avec vermicelle ou tapioca, légumes en morceau puis dessert ne garantie pas une nuit sans réveil!!! En résumé le fait qu’elle mange de façon consistante ne lui suffit pas systématiquement. Maintenant j’ai fait un allaitement à la demande peut être faudrait il la laisser patienter??? Pour limiter le réveil de la maisonnée, je fais du cododo. la question est de savoir si le fait de se reveiller peut etre evite je viens de découvrir le site (en discutant avec une maman ce matin!!! et me voila rassurée de savoir qu’il n’est pas inhabituel qu’un bébé dorme peu (Zoé a des cycles de 3/4 d’heure) Mon problème est qu’elle a 11 mois et que c’est encore le cas la journée (1H30 de sieste par jour alors qu’elle a démarre la marche et donc se fatigue) et la nuit elle se réveille pour téter 1, 2, 3 voir 4 fois quelque soit la consistance du repas du soir :sad:
    les questions que je me pose sont :
    – sachant qu’elle n’aime pas le lait au biberon faut il malgré tout que j’arrête de l’allaiter?
    – dans un autre commentaire, fleur indique que la seconde pimprenelle a choisi le sevrage à 22 mois mais dormait elle la nuit????? Comment a t-elle fait le choix

    Merci pour les conseils que je pourrai receuillir

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @naevus, alors…
    puce2 a donc été allaitée 22 mois. A partir de 15 ou 18 mois environ, je ne proposais plus les tétées du matin, du gouter et du soir. Elle les demandait, puis progressivement, les demandait moins… jusqu’à ce qu’elle ne les demande plus. Le 2 juillet (c’est précis) 2007, de retour d’un gros WE mariage, elle a pris une longue tétée, puis s’est écartée du sein en disant : « a plus lait, Maman ». C’était fini. Elle a re-tété ensuite 10 jours plus tard, et aurait peut-être redemandé dans les semaines suivantes si je n’avais du la confier 15 jours à ce moment là (trouvé du boulot, pas de mode de garde, et nous vivions à 700km de toute terre habitée par des proches…). Elle n’avait plus alors besoin de téter, que ce soit pour manger ou pour autre chose. Elle faisait ses nuits depuis ses 20 mois seulement.

    Puce3 a 17 mois. Elle tète le matin, au retour de la crèche, le soir et la nuit. Si nous passons la journée ensemble, elle demande parfois une ou deux tétées de plus. Je lui propose aussi parfois dans l’après-midi. Pour l’instant, pas de signe de sevrage, mais elle est encore bien petite, a encore bien besoin des tétées… et ça peut venir vite!

    Répondre

    naevusNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, bonjour…..j’ai encore quelques details à regler!!!!!Ne plus proposer la tete matin, gouter et soir reviendrait chez moi au sevrage car la tete se limite au couchage (avant de s’endormir et pendant la nuit) comment dois je compenser??? la sucette est tout juste un jouet pour elle etle biberon d’eau ou d’orange est refuse à ces moments là.
    merci et bon we

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @naevus, ça dépend de ce que tu veux compenser : le lait, la succion ou le rituel/câlin (ou les 3 à la fois :mrgreen: ) ?
    Si elle ne veut ni sucette ni biberon c’est probablement l’aspect câlin/rituel le plus important, tu peux mettre en place une chanson, une histoire ou qqch du genre par exemple.

    Répondre

    AnneNo Gravatar a répondu :

    @naevus, ton commentaire me parle beaucoup car j’ai allaité mon bebe jusqu’à ces 10 mois il en a bientôt 15, et finalement le sevrage la journée c’est fait très naturellement par contre la nuit il continuait à me reveiller 3-4 fois pour tétér ou tétouiller, malgré un diner consistant. Vu que j’étais légèrement épuisée et vidée surtout la nuit, je lui parlais beaucoup avant le coucher le rassurant lui disant que je dormais dans la chambre d’à côté (j’ai fais du cododo les 4 premiers mois ensuite il est passé direct dans sa chambre ;-) et qu’il n’avait pas besoin de me réveiller :x Résultat il y a eu qqs nuits compliquées ou le papa lui proposait 1 biberon de lait maternisé ou végétal mais rien ne passait et petit à petit l’envie de se réveiller lui ait passé ouff !!
    En bref si tu es à bout il vaut mieux que ce soit le papa qui vienne voir l’enfant et lui parler que toi ou il sentira facilement « ton lait  » :|
    Propose peut être tout type de lait (brebis/amande/riz/avoine) et tente le biberon pendant la journée avec ton lait pour qu’elle s’habitue au biberon.
    Bon courage et patience tout arrive :razz:

    Répondre

    naevusNo Gravatar a répondu :

    @Anne, merci pour ce conseil!!!!!! en fait il faut que j’arrete le cododo!!!!! :mrgreen: sinon je n’en finirai pas de ces nuits hachurées :evil:
    Concernant le biberon, le seul probleme est le lait comme sa soeur ainee qui n’en a plus voulu à 1 an (sevrage oblige à 3 mois). Je vais quand même essayer les autres types de lait par acquis de conscience. Je te tiens au courant
    merci encore

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @naevus, attention les laits végétaux ne sont pas équivalents aux laits animaux en termes d’apport. Mais s’il n’aime pas le lait sous forme liquide, tu peux proposer des yaourts, du fromage etc.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Ben peut-être que ça te semble louche, mais chez moi c’était comme ça. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai toujours eu une montée de lait tardive (au-delà de 4 jours). Comme moi aussi, j’avais décidé d’allaiter à la demande, ben fallait attendre longtemps certains jours :roll: avec seulement trois tétées dans la journée !! Bon, alors parfois, je les réveillais, mais ce n’est pas très efficace et ça perturbe beaucoup leur rythme.

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @suzie, je sais que ça existe, tout existe… et tant mieux pour les chanceuses !!! :lol:

    Répondre

  10. bon sans vouloir reparler de mes allaitements ratés… après la 1ere, je m’etais promis que le prochain serait allaité. que maintenant que je sais comment ça se passe, bein je saurais faire face. J’ai lu, j’ai piqué des infos ici et ailleur sur le net…. Et puis on me dit c’est des jumeaux… le lève la tête encore plus haut et je dis : ok. je relis, je me re-renseigne…

    et j’allaite 4 jours

    tout ça pour dire que c’est un peu comme l’accouchement pour le 1er : on peut lire tout ce qu’on veut il est bien rare que tout se passe comme on l’avait lu (on est d’accord non?)…

    Et que c’est aussi un peu comme pour l’accouchement pour un 2eme, on se dit qu’on fera ci et ça, et qu’on fera surtout pas ça… bref… et en fin de compte il y a tjrs ou presque qqch qui nous échappe et qui fait qu’à un moment on a du faire autrement. Ou qqch qui fait que meme si on a fait comme on a dit, bein ça marche pas et c’est tout…

    Bref. futures mamans, vous pouvez lire autant de bouquins que vous voulez… mais bon, après avoir compris les positions, les mecanismes, ça ne sert plus à rien… à part se booster/ se rassurer

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @juju, d’accord avec toi ! je pense que lire des bouquins ne sert pas à réussir un allaitement mais il sert à ne pas le rater ! en gros, on peut arrêter un allaitement pour plein de bonnes raisons, mais au moins, on ne l’arrête pas pour de mauvaises raisons, conseils débiles et autres mythes dingos…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @juju, d’accord aussi, c’est pour ça que je conseille d’avoir sous le coude une personne qui peut venir aider à résoudre ses problèmes à soi dans son contexte particulier.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @juju, Ah, les promesses que l’on se fait. Pour la 3e grossesse, je voulais la grossesse la plus harmonieuse possible (sciatique et arrêt à 4 mois de grossesse), le plus bel accouchement du monde (césarienne en urgence)et un allaitement archi-réussi (4mois et demi, avec un bébé qui préfère le bib :evil: ). Du coup, j’ai envie d’un 4e pour avoir la grossesse la plus harmonieuse possible, le plus bel accouchement du monde et un allaitement archi-réussi… Que des fantasmes de mère parfaite :mrgreen:

    Répondre

  11. Hum, article très très intéressant, en effet.

    Cependant, je suis perplexe quant à ce passage : « à trois mois le taux d’allaitement passe à 80%. Il y a donc un nombre non négligeable de mères qui ont commencé à allaiter et jeté l’éponge. »
    Quand tu dis cela, n’est ce pas que ces femmes doivent renoncer à l’allaitement pour cause de reprise du travail entre autre? Peut être aussi le font elles par choix personnel et ne le font elles pas sous la contrainte? Toutes les femmes n’ont pas nécessairement envie d’allaiter leur enfant 6 mois, un an, que sais-je? En cela, elles ne jettent pas forcément l’éponge, si?
    Là encore, il me semble que cela dépend du vécu et de l’expérience de chacun et du contexte économique et social…

    Le congé pathologique post accouchement est de plus en plus difficile à obtenir comme vous le savez toutes et il est donc très difficile de concilier un allaitement au bout de 2 mois 1/2 et un travail prenant… C’est aussi pour cela que beaucoup de femmes « jettent l’éponge »… Personnellement, je me suis faite une raison : si je parviens à allaiter jusqu’à la fin de mon congé mat (en encore, il faudra que je sevre petit à petit mon petit :lol: donc la part dévolue à l’allaitement pur et dur post accouchement est d’autant plus limitée…), ce sera un pari gagné… Et oui, je ne peux pas me permettre de reprendre le travail à mi temps ou de prendre un congé parental économiquement parlant.
    Voilà, enfin, j’ai l’impression que pour affirmer que l’on a réellement allaiter, il faut l’avoir fait un certain nombre de mois… Trois mois, cela me paraît tout à fait décent dans cette optique de reprise du travail…

    Bref, devant cette problématique de reprise du travail, je me suis trituré l’esprit pendant un certain temps : j’allaite? Je n’allaite pas? Je me suis documentée, j’ai sondé mes copines/proches ayant des enfants et les expériences sont si différentes que je n’ai pu parvenir à une conclusion. C’est à mes cours de préparation à l’accouchement que j’ai enfin pu trouver une réponse me convenant :  » Il faut arrêter d’intellectualiser la grossesse et tout ce qui s’y rapporte : Oui, l’allaitement est ce qu’il y a de plus naturel pour la mère/l’enfant, oui c’est contraignant et aussi difficile dans certains cas, mais vous seule verrez le jour j comment cela se passe et surtout si vous le sentez bien. Trop de mamans se mettent martèle en tête et sont déçues après coup quand elles ne parviennent pas à allaiter leur bébé comme elles l’avaient imaginé… Il faut aborder l’allaitement avec sagesse et se sentir bien dans ses baskets ». Des propos tous bêtes mais qui m’ont fait un bien fou!
    Le fait aussi que ma clinique ne soit pas étiquetée « amis des bébés » me rassure aussi. Comme il est difficile pour moi de savoir si l’allaitement est fait pour moi avant d’être enfin maman, je n’ai pas une envie démesurée et folle d’allaiter: je me laisse simplement cette chance/porte ouverte. Bref, de fait, je ne voudrais pas que l’on me pousse/mette la pression le jour j pour allaiter. Je veux pouvoir choisir sereinement :smile: .

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Tif, bon ma formulation « jeter l’éponge » était malheureuse, je voulais dire par là arrêter, tout simplement, quelle qu’en soit la raison (bon faut savoir qu’en Norvège y a un grand congé maternité ceci dit).

    Pour la reprise du travail, je sais que ça craint mais voilà plusieurs éléments pour t’aider :
    – tu n’es pas obligée de préparer un sevrage à l’avance, tu peux essayer d’allaiter en mixte à ta reprise (biberon de lait en poudre en garde, sein avec toi), quitte à vraiment sevrer si ça ne marche pas.
    – si tu veux une expérience de mère qui a allaité et travaillé en faisant le même boulot que toi il y a une poule dans la basse-cour qui se reconnaîtra (J’habite près de Framboisy, j’ai 4 P’tits mecs et je sors avec Ashton Kutcher, je suis… je suis…) ; si vous êtes d’accord je peux vous donner vos mails respectifs
    – jette aussi un oeil au blog de Véronique qui est consacré au sujet http://www.lactissima.com/blog/

    Bien sûr ce sont des informations dont tu fais ce que tu veux, et ce qu’a dit ta sage-femme est à peu près le message que je voulais faire passer : au final ça se décide avec les tripes (pour commencer -ou pas- comme pour arrêter).
    Et enfin non il n’y a pas de durée minimum pour être admise au club (enfin pas à ma connaissance), encore une fois chacune fait ce qu’elle peut/veut en fonction de sa situation particulière.

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je suis …. là !!!!! (J’HABITE avec Ashton :mrgreen: ) Travail et allaitement, j’en ai même causé chez Véronique, là http://www.lactissima.com/blog/?p=771 (j’espère que ça fonctionne). Je suis OK pour le mail.

    Répondre

  12. Moi aussi, j’ai allaité moins longtemps que je ne l’aurais voulu (environ 4 mois). Mais maintenant, je me dis, j’ai donné le sein 4 mois, c’est pas si mal, non?
    Et même si ce n’est qu’un mois, ce n’est qu’un mois.
    Si ça dure plus et que ça se passe bien, certes, c’est encore mieux. Mais si on arrêtais de se faire du mal en ce disant, je n’ai allaité que X temps.
    Après, c’est vrai que l’on n’est pas toujours aidés. Hélas. Les fameux biberons de compléments à la maternité… :roll:
    En tout cas, très bon article, qui résume bien. J’aurais aimé lire des choses comme ça à l’époque.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @laciboulette, oui, il vaudrait mieux dire « j’ai déjà allaité x jours/semaines/mois, waouh » ;-)

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, merci à toutes les deux, c’est exactement ce que j’ai besoin d’entendre en ce moment: j’allaite en travaillant depuis un mois (bb a 5 mois), mais ma production a du mal à suivre l’appétit de ma petite « gloutonne ». J’ai commencé à ajouter du « solide », mais malgré ça je vois s’approcher le jour où je devrai passer à l’allaitement mixte, et j’ai beau essayer de prendre ça avec philosophie, souvent je me désole de pas être arrivée jusqu’à 6 mois (surtout que j’ai de super conditions).
    Alors merci de m’aider à voir le verre à moitié plein!
    PS: Et je confirme, le blog lactissima est top, très encourageant, ne serait-ce que pour voir qu’on n’est pas seule!

    Répondre

  13. Je suis assez d’accord avec toi, si mes bébés n’avaient pas été des téteurs de compèt’, je ne sais pas si j’aurais persévérer autant que certaines…
    Bon par contre, avec mon 1er, j’ai accepté de le nourrir à la demande, c’est à dire toutes les 2 heures le concernant et il a fait ses nuits super tard!

    Et j’ai tiré mon lait au boulot aussi…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @missbrownie, ah moi c’est le 2ème pour qui j’ai à peu près totalement renoncé à suivre la pendule. Parfois il tète toutes les heures voire moins, parfois il tient 3-4 h, va comprendre :roll: Si ça reste le bronx trop longtemps, j’essaierai de faire qqch quand j’en aurai marre !

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, toujours à la demande ici… Parfois, même quand elle avait 6/8 mois, elle pouvait téter 3x par heure, juste pour être bien ou se poser… Quand j’étais chez une copine à papoter, c’était plus facile que de l’entendre brailler ;-) Allaiter+papoter/allaiter+mater un film/allaiter+se faire masser les pieds… Moi j’ai trouvé ça très commode! :mrgreen: :lol: (Bien sûr, j’ai eu beaucoup de commentaires du style: « mais elle vient de téter là, elle a encore faim, t’es sûre? »… :evil: Ma réponse: « Non, elle vient juste me faire un câlin/se calmer/prendre du bon temps, c’est interdit? » le poids du « tétée-toutes-les-trois-heures » est encore TRES présent :evil: )

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, effectivement, la technique allaiter+papoter/mater un film etc., c’est super pratique. Je l’utilise beaucoup quand je suis à l’extérieur de chez moi, surtout que je sais bien que si elle n’a pas faim, elle ne boira pas, ce sera juste une tétée câlin.
    En revanche chez moi j’ai plus de scrupules à le faire, pas à cause de la sacro-sainte tétée toutes les 3 heures, mais parce que j’ai parfois un peu l’impression de faire en sorte qu’elle ait la bouche pleine pour ne plus l’entendre. Et du coup, je me dis que je l’empêche de s’exprimer: si elle pleure, c’est peut-être qu’elle a quelque chose à me dire non?… Là-dessus j’ai toujours été un peu démunie…

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, héhé… je comprends ce que tu dis. Mais perso, j’ai toujours proposé le sein sans culpabiliser en réponse aux pleurs. Quand ça marche pas, c’est qu’il y a autre chose qui cloche, alors tu cherches une autre solution. Et puis la tétée clouage de bec n’a qu’un temps (quoique: http://blog.allaitement.mamanana.com/2010/01/un-inconv%C3%A9nient-de-lallaitement-si-si-.html), alors :mrgreen: :lol: profitons-en!
    (Je précise que la nuit, j’ai laissé hurler à partir de 6 mois pour qu’elle apprenne à « faire ses nuits » et que ça a à peu près marché. Je sais, c’est mal vu par certaines, mais moi, j’étais crevée et j’en avait ras-le-bol, donc je ne regrette pas cette petite entorse à la règle de l’allaitement à la demande… Idem, jamais de cododo, sinon, tétées permanentes qui m’empêchaient de dormir)

    Répondre

    naevusNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, peut etre vais je essayer la technique du pleur la nuit?????? mais est ce que toute la maisonnée sera ok

    Répondre

    naevusNo Gravatar a répondu :

    @missbrownie, Si j’ai bien compris il serait peut être bon que je pense à arrêter le cododo afin que ma fille de 11 mois arrête de réclamer le sein 1, 2, 3 voir 4 fois par nuit???? :smile: peut etre c’est une piste bien entendu!!!!

    Répondre

  14. Re,

    Mouais, reprendre en continuant à allaiter, je ne le sens pas trop. Mon travail de base est harassant (sans la grossesse et sans le bébé!), je me lève aux aurores, j’ai deux heures de route par jour (je suis instit dans une école de cambrousse et gère une direction sans décharge après l’aide personnalisée qui dure déjà jusquà 17h30). Bref, je suis chez moi au mieux à 19h30/20H (après le matou), puis je dois préparer à bouffer, mes cours, corriger les cahiers de mon double niveau de cm)… Cette fatigue est déjà tellement grande que je me vois mal la cumuler avec la contrainte de l’allaitement… Cela signera mon arrêt de mort définitif!
    Merci pour le contact, je suis preneuse malgré tout pour parler de l’organisation… Même si elle me paraît dans l’immédiat plus que difficile…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Tif, tu verras quand tu y seras, chaque chose en son temps. Et d’ici là tu auras toutes les infos (j’espère !) pour faire un choix informé ;-)

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @Tif, Personnellement j’ai trouvé l’allaitement plus reposant que de donner un bib :
    – gain de temps car pas de matériel à laver (voire stériliser), pas de poudre à mesurer ni d’eau à chauffer (ou tiédir)
    – une fois que tu as pris tes marques, tu peux donner le sein « sans les mains » et faire autre chose en même temps (bon ok, avec l’aide d’une écharpe de portage ou autre type de porte bébé)
    – et SURTOUT : le grand kif des hormones lors de la production / montée de lait… Je sais pas si nous ressentons toutes la même chose mais en ce qui me concerne j’ai toujours adoré la tétée de retrouvaille (vers 18h30 / 19h) après le boulot qui me faisait le même effet qu’un massage ou qu’un bain. Et la nuit je me rendormais tout de suite après la tétée de 3h du mat, voire pendant :lol: (dans le fauteuil dans sa chambre).

    Précisions pour le contexte : j’ai repris le travail quand mon fils a eu 4 mois, j’ai tiré mon lait au bureau (et même en déplacement pro) pendant 4 mois : 2 mois parce que j’avais décidé de l’allaiter exclusivement jusqu’à ses 6 mois puis 2 mois de plus parce que je ne voulais pas passer au lait maternisé. Au final je l’ai allaité 13 mois et c’est lui qui a décidé d’arrêter.
    Et je fais partie de celles qui ne voulaient allaiter que pendant le congé maternité ;-)

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Galli, pareil! Même parcours, même plaisir! (J’ai trop hâte de recommencer d’ailleurs!) Je ne pensais allaiter qu’un ou deux mois et finalement, c’était trop bien, pas moyen de s’en passer s’y vite.

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, A le kif des hormones… en fait les mères qui allaitent sont des junkies. Et celles qui allaitent longtemps le font parce qu’elles sont trop accros pour arrêter :mrgreen:
    bon ok je :arrow:

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Galli, c’est exactement ça!
    j’sais pas comment je ferais pour gérer en ce moment s’il n’y avait pas l’allaitement pour me poser!! (à moins que pauser ne convienne mieux?)

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Galli, moi aussi, pareil!
    J’ajouterais le pied d’avoir le garde-manger partout où on va! C’est quand même un sacré gain de temps.
    Et puis la nuit, moi j’aime pas être réveillée (ah bon?! :lol: ). Alors moins je dois passer de temps debout, mieux c’est. Et donc je me dis que si en plus d’allaiter et, au tout début, de rendormir ma puce, il avait fallu que je prépare un biberon, pfff… Là au moins, je pouvais somnoler dans le canapé.
    Bon, en même temps, il faut bien dire que tout ça, c’est vrai quand, comme tu dis, on a pris ses marques, et que ça roule.

    Répondre

  15. Amen ! :razz:
    J’apprécie toujours tes articles, mais celui-ci est particulièrement intéressant.
    Je suis bénévole pour une association de soutien. J’ai le discours allaiter c’est meilleur pour la santé et patati et patata que certaines trouvent culpabilisateur. J’ai eu un allaitement sans souci (à peine une petite lymphangite en 22 mois, et 1 semaine de tétons douloureux au début). Mais je conseille aussi toujours de lire la 2ème partie du célèbre bouquin de Marie Thirion qui liste par le menu tous les petits et gros soucis d’allaitement que l’on peut rencontrer. Pour s’y préparer. Pour se rendre compte qu’il suffit souvent de quelques bricoles pour s’en sortir pour peu qu’on soit préparées, qu’on sache repérer les signes avant-coureurs et qu’on agisse à temps.
    Donner une image idyllique de l’allaitement sans parler de ses inconvénients rend notre discours peu crédible, tu as raison à 100 % sur ce point-là.

    Répondre

  16. Elle est folle, la Busty ! :shock:
    Je reviendrai commenter quand j’aurai « digéré » ce film d’horreur !

    Répondre

  17. J’ajoute mon petit cailloux aux commentaires précédents… NON, l’allaitement n’est pas toujours qu’une partie de plaisir, et OUI il faut être à la fois sacrément motivée ET aidée (matériellement et moralement) pour arriver à allaiter aussi longtemps qu’on le souhaite. Personnellement, pour mes 2 Puces j’ai eu des crevasses, engorgement, mastite, fièvre lors de la montée de lait… Au total, il m’a fallu à chaque fois 3 semaines pour arriver à ne plus – au mieux – serrer les dents ou – au pire – pleurer à chaudes larmes lors de la tétée, sous l’effet de la douleur. Effectivement le livre de Thirion est pas mal, mais je trouve qu’il enjolive un peu les choses dans ce sens qu’il est très technique, et ne parle pas du tout de ce qu’il y a autour de l’allaitement et qui est aussi important dans la poursuite ou non : dès que l’on rencontre un problème (perte de poids/appétit, manque de sommeil, coliques, pleurs incompréhensibles), tout le monde accuse l’allaitement d’en être la cause, et à la fin, lorsqu’on a l’impression que même les professionnels ne répondent pas au problème, on fini par douter de sa légitimité. Alors, n’écoutons que notre impression de maman, elle est souvent la meilleure :lol:
    Et je suis aussi sidérée par la gynéco de Béatrice :shock: !!

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, Je vous rassure, elle a quitté l’hôpital avant le deuxième rdv, et celui qui l’a remplacée était vraiment génial (il travaille maintenant à l’hôpital Necker je crois) et l’actuel est très bien aussi. Par contre, je pense qu’elle a dû faire « des dégats » ailleurs, ce qui est vraiment dommage :???:

    Répondre

  18. Je me rends compte à la lecture que beaucoup, comme moi, ont arrêté l’allaitement vers les 4 mois. J’en ai bavé les premières semaines, crevassée, mastitée, crevée, crisée, mais j’étais soutenue (mater super, groupes d’allaitement, SF) et préparée. Après tout le monde m’a dit « tu verras t’en baves et après ça roule ».
    Ça a roulé effectivement 2 mois et puis cata à 4 mois et demi. Avec le recul je sais que c’est un pic de croissance mais sur le coup tous ceux qui m’ont soutenue m’ont dit, « 4 mois et demi c’est déjà bien » et puis je n’étais pas du tout prête car pas avertie de repasser par la case 24h au lit avec bébé. Donc passage au biberon, que je ne regrette pas maintenant mais sur le coup je n’ai pas compris du tout.

    Et puis parlons aussi de mon grand ami le tire lait qui aurait pu m’aider à passer ce cap difficile: je les ai tous testés, pendant des heures, à des horaires improbables, avec plein de stratégies différentes, j’ai jamais tiré plus de 50 ml… Je suis du genre obstinée alors ça a été très dur car personne n’a pu m’aider sur le sujet, et je me suis sentie assez « incapable » dans ma faculté à produire du lait. Et ça me reste un peu en travers de la gorge…
    Je pense (mais ce n’est que de la croyance pas vérifiée dont le but est juste de me rassurer :mrgreen: ) que certaines produisent plus que d’autres ou plus facilement, ou dont la production se met plus en phase avec leur enfant.
    Le suivi de l’allaitement sur la durée ou au moins prévenir que ça n’est pas un fleuve tranquille même après quelques temps chouette et même sans maladie, mastite ou autre, est vraiment hyper important, je suis tombée des nues quand ça a merdé.

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, oui c’est très vrai, ma SF qui m’a suivie post-partum m’avait prévenu que je ne devais surtout pas croire qu’une fois le 1er mois passé, le plus dur était fait : elle m’avait averti du pic de croissance des 3 mois, au cours duquel beaucoup de femmes arrêtent d’allaiter, croyant à tort que leur lait se tarissait. Si on me l’avait dit pour mon aînée, j’aurais évité bien des crises de doutes !

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, bah celui des 3 mois je savais on l’a passé c’est 1 mois et demi après que c’est parti en vrille…. Aucune prise de poids en 1 mois, pleurs sans cesse, pas de lait,…. :sad: A y repenser, je frissonne encore de ma crêpe tirant sur le sein en pleurant sans rien y trouver…

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, Pauvre petite Crêpe :sad: ! Peut-être des conseils venant de spécialistes (LLL ou autres ?) auraient été utiles ? mais parfois rien ne marche, et on ne sait pas pourquoi.

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, en y réfléchissant, je réalise que j’ai probablement une grande part de responsabilité car si j’avais vraiment voulu j’aurais sûrement persévéré.
    En fait en y réfléchissant cette nuit, je pense que les spécialistes que j’ai consultés ont dû sentir que j’étais pas ultra motivée au fond et m’ont « confortée », même si je ne voulais pas l’avouer, dans l’arrêt.

    La motivation, la détermination est essentielle quand ça se passe super bien, tout au long de l’allaitement.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, moi aussi j’ai arrêté vers les 4 mois pour Pouss1, mais pour cause de reprise du boulot… :roll:
    Je crois qu’il faut suivre les bons conseils de Clemys ;-) et aller à des réunions d’assoc’ type LLL.

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, alors à 4 mois 1/2 il y aurait un pic de croissance? Moi non plus je ne le savais pas, et pourtant c’est pile le moment où j’ai failli me décourager! J’ai repris le boulot aux 4 mois de ma fille, en tirant mon lait au travail, et au bout d’un moment la nounou n’a pas arrêté de me dire qu’elle avait faim, qu’il fallait que je donne plus de lait… et moi je n’arrivais pas à suivre (je n’arrive toujours pas d’ailleurs, j’ai épuisé toutes les réserves que j’avais mises au congèl, et je suis ric-rac à chaque fin de semaine). Mais je ne pensais pas que c’était un pic de croissance, juste que la lactation était moins stimulée par le tire-lait que par bébé…
    Donc si c’est un pic de croissance, ça ne fait pas revenir le lait, mais ça me rassure! :smile:
    En même temps, j’ai ajouté quelques solides (elle aura 5 mois demain), en espérant qu’elle prendrait moins de lait… Tu parles! Un ventre sur pattes ma fille…

    Répondre

  19. Quand on parle allaitement, on parle beaucoup de tire lait, et quasiment jamais du fait qu’on peut tirer son lait « à la main » (technique Marmet d’expression manuelle du lait maternel, il existe un feuillet LLL sur le sujet voir là
    http://www.allaitement.ca/docs/depl/Expression manuelle du lait (Marmet).pdf (Zut, le lien ne veut pas se mettre en vert en entier … faut faire copier coller)
    C’est la solution que j’ai adoptée en alternance avec le tire lait manuel Avent, et même seule quand je tirais du lait à l’école pour P’tit Mec N°3. Il y a un « coup de main » à prendre, mais après, c’était beaucoup plus efficace pour moi qu’un tire lait ;-)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, a pas marché non plus…. :cry:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, :???: :sad:

    Répondre

  20. En tant qu’adhérente à LLL pour encore quelques mois même si j’ai sevré mon poussin il y a plus de deux mois, je ne peux qu’encourager toutes celles que le sujet concerne à assister à une réunion. On se rend vite compte de la diversité des situations, et de l’entendue des problèmes rencontrés… Il n’y aucune règle, mais parfois des solutions. Et puis, ça permet de pas être seule et déjà c’est rassurant ! bref assister à une réunion LLL, c’est constaté qu’on est pas au pays des bisounours, et que oui, des fois, allaiter c’est difficile, même après le premier mois… :roll:
    Rejoindez nous ! Ahum ! Ahum ! LLL est ton amie ! signe le chèque à la sortie ! :mrgreen:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Le chèque c’est pour la LLL ou pour Clemys :mrgreen:

    Répondre

  21. Euh j’ai pas compris le rapport avec la photo bébé-chat…
    Sinon moi je donnerais comme autre conseil pour réussir son allaitement (en plus de lire Marie Thirion, avoir des copines sur qui compter, être zen, connaître les réunions LLL et se boucher les oreilles quand son entourage veut donner mille et un conseils), c’est se méfier des médecins comme de la peste. Très nombreux sont ceux qui donnent des mauvais conseils notamment sur la fréquence et durée des tétées, ce qui prouve qu’ils n’ont même pas connaissance des recommandations de l’anaes à propos de l’allaitement. Hop encore un lien pour les passionnées de l’allaitement :
    http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/Allaitement_recos.pdf
    Un médecin, même un pseudo « pro-allaitement », ça fait culpabiliser vitesse grand V quand ça dit « 10 tétées par jour à 2 mois ? Vous devriez essayer d’espacer plus les tétées ».
    Donc voila moi je racontais des bobards à mon médecin (et je raconte toujours faut dire !), j’aime pas ça, mais j’aime pas non plus qu’on me dise comment faire.
    Et bien entendu je ne parle pas des mauvais conseils quand une lymphangite pointe son nez ou autre.
    Bon courage/bonne chance à Opale et Ioshi ! J’espère que vous prendrez beaucoup de plaisir et saurez vous faire confiance dans cette belle expérience semée d’embûches !

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, :lol: :lol: pareil avec le pédiatre… Chaque mois, il me disait: « Vous allaitez encore? » J’ai fini par répondre « non » (alors que oui) juste pour qu’il arrête de me faire les gros yeux :evil: surtout les mois où Miss A. ne prenait pas de poids (ça arrive et c’est normal!!!) Ma fille ne prenait aucun biberon (avant 9 mois), même pas de mon lait (j’ai tiré pendant des mois pour rien, avec souvent les mêmes misères que Pâte à Crêpe), je devais aller plusieurs fois par jour à la crèche et c’était usant. Pour le pédiatre (les rares fois où j’ai osé me plaindre), c’était clairement de ma faute, parce que je « cédais » à ma fille. « Elle sait que vous aller venir »… Au début, j’ai essayé de ne pas y aller pendant 2/3 jours, elle hurlait alors pendant 6 heures non-stop (elle n’avait à l’époque que 3 mois), les dames de la crèche étaient obligées de faire des pauses en la mettant dans la salle de bain parce qu’elles ne pouvaient pas l’avoir tout le temps dans les bras et qu’elle empêchait les autres enfants de jouer dans un climat serein/dormir/manger tranquillement etc. C’était juste un CAUCHEMAR… Mon conseil donc: ne pas écouter les pédiatres! Pour celles qui peuvent: faire des pauses dans la journée pour aller allaiter (si c’est possible) ou tirer (si le BB prend le biberon). Ces premières semaines d’incertitudes passées, j’ai diversifié (vers 4 mois) et « tenu » comme ça jusqu’à 9 mois avec énormément de plaisir (tétées à volonté en ma présence)… (ce coup-ci, BB2 n’ira à la crèche qu’à 5 mois, ça réglera le problème ;-) )

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, à la crèche avaient ils pensé à donner ton lait à ta fille par une cuillère/tasse/pipette/…. histoire qu’elle boive sans passer par le bib (surtout si elle le refusait)? bon c’est loin d’être simple ou rapide comme technique mais bon…

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, je pense qu’en neuf mois, ils ont eu le temps de tout essayer :mrgreen:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, tu penses bien en effet :roll:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, ok je :arrow: mais bon je rencontre plutot des professionnels (de crèche j’entends) qui ne savent pas qu’on peut tenter le lait maternel par tasse/pipette/… ou qui n’ont pas envie de s’embeter que ma question ne me semblait pas si incongru… ;-)

    Répondre

    G.No Gravatar a répondu :

    @Ficelle, et toutes celles qui ont des ennuis avec les pédiatres :
    CHANGEZ DE PEDIATRES!!! On ne va pas chez un professionnel de santé pour se faire engueuler, surtout s’il/elle est mal informé/formé!!! :evil:
    Y’a aussi des généralistes très bien, qui sont parfaitement compétents en enfants (la pédiatrie est une spécialité, quand tout va bien – peser mesurer compter les repas, le pédiatre n’est pas nécessaire). Les généralistes disent souvent qu’ils ne voient les enfants que pour les urgences quand le pédiatre est indisponible et que du coup, ils ne connaissent pas l’enfant. Bon, y’en a des nuls aussi, on en change alors.
    Imaginez dans votre boulot d’engueuler celui qui vous demande avis/conseil/compétence que vous avez et lui pas… (si je demande au boucher quel morceau de viande prendre pour un couscous, est-ce qu’il m’engueule parce que le couscous, c’est pas un plat de saison, ou que je ne dois surtout pas y mettre de merguez ou que sais-je encore?)
    S’adresser au professionnels compétents, oui, se faire engueuler, non!!!
    Voilà, c’était ma râlerie, j’ai fini!

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, Pareil. Je raconte des bobards à la pédiatre depuis des années, et je fais ce que je veux. Mes gamins sont en bonne santé, elle est contente …. et moi aussi :mrgreen:
    :mrgreen: :mrgreen: je talone Ficelle pour essayer de lui piquer sa place dans le top 3 :lol: :oops: :arrow:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, ah ouais? tu veux jouer à ce jeu :mrgreen: :lol: C’est mal, très mal…

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, je sais :mrgreen: (c’est sans espoir de toute façon :lol: )

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Ah, mais, ça ne va pas se passer comme ça, les filles !! :mrgreen: (Et voilà, un message pour ne rien dire et garder ma place :mrgreen: )

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, merci ;-)

    Après vous avoir lues, je me dis que je vais essayer de prendre contact et d’aller à une réunion allaitement type LLL avant la fin de la grossesse pour que le contact soit pris (je pars du principe que quand il y a un souci, on a moins de ressource pour prendre des contacts et chercher de l’aide, donc je vais essayer de faire ça avant).

    Et pis je vais continuer à lire, lire, lire…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Renarde et les autres, moi je dirais plutôt de changer de médecin que de mentir, mais c’est pas toujours possible. Bon je dis ça, mais je me revois encore pour Pouss1 en train de réciter les recommandations nutritionnelles officielles pour répondre à la question « que mange-t-il ? » :lol:

    Répondre

  22. Sujet très sensible pour moi suite à un allaitement catastrophique. Comme plusieurs personnes ici, j’ai depuis beaucoup beaucoup lu et écouté sur le sujet et pris du recul sur ce qui m’est arrivé. D’ailleurs c’est moi maintenant que les copines appellent quand elles ont un ptit pépin pendant l’allaitement :mrgreen:
    J’ai pas mal de regrets car si j’avais eu le niveau d’information que j’ai aujourd’hui, je sais que ça se serait passé différemment, donc je ne peux qu’adhérer à ton discours et c’est ce que je dis aux copines: un allaitement, ça se prépare, et avec les bonnes personnes.
    En revanche pour le prochain (déjà faudrait-il qu’on le mette en route :mrgreen: ), une part de moi meurt d’envie de vivre cette fois un bel allaitement. Et l’autre part me dit que je suis folle de prendre le risque de revivre une telle souffrance (physique et psychologique).

    Répondre

  23. A toute: J’hallucine: vous avez toutes allaitées (si j’ai bien suivi) au moins 3 mois: Donc vous avez allaité!!!!!! et que donc pour reprendre l’article de la poule « vous pouvez »!!! 3 mois c’est deja énorme, mm si pbles en tout genre! Je trouve que pour notre société et le contexte et tout (travail, femme active, manque d’infos etc) 3 mois c’est deja ENORME! et que ce sont des témoignages très positifs, mm en insistant sur le fait qu’on est pas au pays de bisounours, que oui c’est possible d’allaiter, mm que 15 jours, c’est deja super pour soi et le BB!
    Franchement positivez les filles mm si votre idéal n’a pas été atteint, moi je vois plus le verre à moitié plein!

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Anne, Ah c’est vrai merci Anne :lol: (Mais, qu’est-ce qu’on a à toujours se trouver des mauvaises mères :roll: :mrgreen: )

    Répondre

  24. Je plussoie les filles: il y a 10 ans quand j’étais jeune belle et niaise je croyais que les médecins vu leurs études savaient tout sur tout ou presque. Donc quand le pédiatre a dit que si j’arrêtais d’allaiter primo le bébé ferait ses nuits secondo je pèterais la forme, bin je l’ai cru.
    Bilan: le bébé a bien fait ses nuits mais 4 ans plus tard…entre temps j’ai du me battre littéralement pour qu’il accepte le bib, j’ai culpabilisé, piqué des colères, pleuré d’épuisement, la nuit je n’avais plus rien pour calmer les réveils affolés de mon bébé toutes les 1h30, et comme j’étais mère isolée je vous laisse imaginer ce qu’est devenu ma vie déjà pas rose.
    C’était génial, merci docteur, plus jamais ça.
    :sad:

    Mon numéro 2 a 19 mois, il est toujours allaité, et je dois être bénie des dieux du nichon parce que tout va comme sur des roulettes depuis le début.
    En revanche j’ai trouvé des mines d’informations sur le net et particulièrement sur le site de lll… que je conseille surtout à celles qui n’ont pas peur de devoir oublier ce qu’elles croyaient savoir sur les bébés. ;-)

    Répondre

  25. A toutes : aujourd’hui Elisabeth Badinter est toute la journée sur France Inter, pour la promotion de son dernier livre (« Le conflit, la femme et la mère »). J’ai déjà écrit plusieurs messages à chaque émission depuis ce matin, tellement ces propos me font bondir… A l’écouter, l’allaitement est aliénant pour la femme, les couches lavables et la coupe menstruelle itou, on a l’impression finalement que l’enfant tout entier est une aliénation pour la femme, ainsi que l’écologie… :shock:
    Je ne sais pas si vous êtes d’accord avec ce genre de discours, mais je pense qu’elle se trompe de combat : malgré toute l’admiration que j’ai pour Mme Badinter (ou plutôt « à cause de »), je pense que ce n’est pas le biberon ou la serviette hygiénique qui rendront l’égalité aux femmes vis-à-vis des hommes, mais de véritables politiques d’aide aux familles (je dis bien « famille » et non « femme ») comme l’accès à des modes de gardes nombreux et gratuits, des horaires de travail aménagés réellement appliqués (sous peine d’amende), et surtout : pourquoi ne pas proposer une loi offrant un supplément retraite aux femmes qui ont eu des enfants, afin de compenser les années non travaillées (ou travaillées à temps partiel), et pourquoi pas (rêvons un peu !) une prime lors du retour à l’emploi, pour compenser le ralentissement (voire l’arrêt) de la carrière professionnelle ?
    Bon, je m’énerve juste un peu, mais je n’ai jamais réussie à penser que la vraie égalité dans ce monde serait d’effacer les différences physiologiques entre hommes et femmes ! :lol:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, j’ai écouté et j’ai pesté toute la matinée aussi. j’ai beaucoup de respect pour cette femme mais effectivement elle se trompe sur bon nombre de points. La discussion d’ici montre pourtant que l’allaitement n’est pas perçu comme elle le prétend comme « obligatoire ».
    Je retrouve les mêmes désaccords qu’avec ma mère 68arde pour qui allaitement long, cododo, couches lavables etc sont une insulte à la militante féministe qu’elle a été. Les combats menés à une autre époque ne doivent pas nous empêcher d’avancer.
    Par exemple quand Mme Badinter dit qu’elle est outrée que la couche lavable revienne à la mode, que c’est une régression terrible alors que les jetables ont été été un affranchissement pour les femmes et un allègement considérable de leurs tâches, elle oublie qu’il y a des machines à laver aujourd’hui quand même….

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, C’est vrai, je ne me suis pas sentie spécialement en régression lorsque je vidais ma poubelle de couches lavables dans la machine au lieu de vider ma poubelle de couches jetables dans le bac à ordures ?? :roll: En plus, même plus besoin de se trimballer des paquets couches quand on fait les courses (moi, je trouvais ça plutôt reposant…)

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, E. Badinter oublie aussi beaucoup les hommes, capables de laver des couches (à la machine, on est d’accord :mrgreen: ) et de cuisiner (pour certains !)des purées. Son argument est de dire que la dernière étude en novembre dernier montrait que les tâches ménagères étaient encore effectuées à 80% par les femmes, mais il y a un biais : les ménages aux préoccupations les plus écolos et dont la mère allaite et pratique le cododo font partie des catégories sociales aisées (je dirais même « bobo », sans aucun sens péjoratif), où l’éducation des hommes a justement permis qu’ils soient sensibilisés aux travaux domestiques…

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, Et en plus, les « bobos », elles ont des femmes de ménage :mrgreen:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @suzie, nous ici, bobos surement, mais pas aisée, et et même si pas de femme de ménage!

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, non, mais moi c’est pareil, c’était pour le clin d’oeil ;-)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @suzie, vivement les vacances…je suis fatiguée…. :roll:

    Répondre

    naevusNo Gravatar a répondu :

    @suzie, malheureusement elles n’ont pas toutes une femme de menage!!!!!dommage!!!!

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, surtout a toujours rabacher que les hommes sont nuls, ne font et n’ont rien compris :mrgreen: , ça leur laisse pas beaucoup de place non?

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, Exactement !

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, je n’avais pas pensé à ça mais je suis tout à fait d’accord avec ton argument qui fausse carrément son analyse. Bon, même si moi aussi son discours m’a agacé (voir révolté pour ce qui d’opposer écologie et féminisme), je trouve qu’elle a raison sur un point: nous sommes un maillon supplémentaire de cette chaîne de générations de femmes a qui ont dit tout et son contraire et qu’on culpabilise parce qu’elles allaitent, puis parce qu’elles n’allaitent pas (pour reprendre le sujet du billet), sauf que nous, on doit en plus d’être des mères parfaites, écolos et « nature », être des supers women au boulot, s’épanouir intellectuellement et avoir une vie amoureuse et sexuelle d’enfer. Bref, étant donné que toute cette perfection est quand même bien compliquée à atteindre, notre culpabilité à nous est (censée être) décuplée par rapport à celle des générations antérieures… Par contre la théorie selon laquelle l’écologie et la crise économique sont responsables d’une régression du statut de la femme et d’un retour de 40 ans en arrière (retour à la maison, aliénation de la mère vis à vis de son enfant allaité à la demande etc), me semble carrément un raccourci grossier :evil:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Super Women, c’est pas nouveau …. J’ai un bouquin dans ma bibliothèque qui s’appelle Le ras le bol des Super Women et qui date de 1987 (écrit pas Michèle Fitoussi)… A part peut être allaitement, couches lavables et bio … ça doit ressembler à maintenant (faudrait que je le relise pour voir).

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Ficelle, oui, c’est vrai qu’en 40 ans on a entendu tout et son contraire venant de sources tant scientifiques que médicales, avec toujours l’aplomb soulignant la certitude (« maintenant on sait ce qui est bon pour vous ! »). Mais n’oublions quand même pas qu’à l’origine nous avons été pourvue de mamelles dans un but assez précis, et que si l’humanité a survécu jusqu’à Mme Badinter, c’est bien grâce à l’allaitement… il me semble donc juste un peu logique de préférer la méthode « originelle » à la méthode chimique, la première ayant fait ses preuves, et je ne fais qu’agir, ce faisant, suivant une méthode scientifique bien répandue.
    D’autre part, nous sommes bien le produit des combats des féministes dse années 70′, puisque nos angoisses existentielles (qui a dit MDR ? :mrgreen: ) sont directement le fruit de leurs acquis. Nos arrières grand-mères ne se posaient pas tant de questions, simplement parce qu’elles avaient beaucoup moins de choix que nous, ce qui ne signifie pas bien sûr qu’elles étaient heureuses (ou malheureuses)de leur vie. En ce sens, je pense que la crise économique favorise malheureusement un comportement de voyou de la part des acteurs économiques, et c’est trop souvent la femme qui en fais les frais (travail plus précaire, augmentation des contrats à durée très courte, licenciements en priorité dse contrats court – en majorité tenus par des femmes – etc).

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, Merci Meduse69, je suis 100% d’accord avec toi. Moi, je finis par ne plus trop l’admirer cette Madame Badinter. J’ai vraiment le sentiment qu’elle se trompe de combat… et qu’elle devrait plus mettre son nez dans le quotidien « ordinaire » des familles, des femmes dans l’entreprise et même de la parentalité en entreprise… (Franchement, qu’est-ce qu’une coupe menstruelle peut bien avoir d’aliénant ??? :roll: )

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, J’ai pas écouté (mais j’imagine …). Et à propos de couches lavables, l’autre jour je me demandais pourquoi je m’étais emm …. toutes ces années avec des couches JETABLES :roll:, vu la simplicité des lavables (pour moi … :mrgreen: ).
    Les combats menés à une autre époque nous permettent nos choix d’aujourd’hui (j’allaite/j’allaite pas ; je travaille/je prends un congé)… ça doit être compliqué à admettre pour Mme Badinter et d’autres.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Ah, oui, c’est vrai. C’est exactement, ce que je me dis aussi. Mais pourquoi je ne l’ai pas fait plutôt ?? Perso, ça m’a énormément simplifié la vie (pour des tas de raisons) les couches lavables…

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @suzie, Tu dis que les couches lavables t’ont facilité la vie… Bon, OK pour dire qu’elle ne te l’a pas compliquée… Mais simplifié ??? En quoi ?

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, Bah moi, pas penser à l’achat du paquet de couches ça me repose… Je sais ça peut paraître bizarre, mais c’est comme ça. En plus, ma fille supportait très mal les couches jetables et c’était une valse permanente de crèmes de change, qu’il fallait aussi penser à acheter et à fournir à la crèche. Avec les lavables, plus jamais de crèmes… Pour les modèles de couches, ben, ça n’a pas été compliqué, la première a été la bonne et je n’ai jamais changé…. La poubelle de couches jetables dans mon appart, c’est tous les jours qu’il faut la descendre et ça sentait vraiment très mauvais. La poubelle de lavables, je la vidais une fois tous les deux jours et elle sentait rien… Quant au nombre de lessives, à cinq, t’en fais déjà tellement que ce n’est pas une de plus tous les deux jours qui change grand-chose :mrgreen: Et psychologiquement, ça m’a soulagée et déculpabilisée d’un point de vue économique, écologique, hygiénique et pour la santé de ma fille… Vraiment je persiste, je me sentais 10 fois mieux comme ça ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, j’avoue que je comprenais pas trop l’argument de pas avoir à penser à acheter des couches jusqu’à mon déménagement au delà du périphérique, là où les commerces se font plus rares… (à Paris j’avais Monop + Simply Market à 2 minutes de chez moi ouverts jusqu’à 22h)

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Bienvenue en banlieue La Poule :mrgreen: C’est vrai qu’au début, on se pointait à n’importe quelle heure à la pharmacie ou à la boulangerie et là : Mais ça ferme entre midi et deux ?? :roll: Non !! Avec le temps, on s’y fait, mais il faut être organisé. ;-)

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @suzie, bah je reprends la question de Stéphanie: à part descendre moins souvent la poubelle de la salle de bain, ça t’a simplifié quoi? (Bon parce qu’entre le choix cornélien entre les 10 000 modèles de couches existants, les produits nettoyants qui vont bien, les engueulades avec le papa, le nettoyage de la merde à la douchette et les lessives supplémentaires à étendre, j’ai quand même plutôt l’impression que c’est un peu plus de boulot, non? Même si je ne regrette PAS DU TOUT hein :mrgreen: )

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle et Stéphanie,Comme Suzie me répondait …. Alors avec mes 4 gamins, c’est lessive tous les jours, donc les couches lavables « suivent le mouvement », ça ne me fait pas de lessive en plus (ce qui doit arriver avec 1 seul gamin), je ne me pose plus la question de l’achat, puisque j’en ai toujours sous la main des propres, mon gamin ne gigote plus dans tous les sens quand je le change et ne tire plus sur sa couche pour l’enlever. Pas d’odeurs désagréables dans la sdb, poubelles beaucoup moins lourdes … (j’ai aussi trouvé tout de suite le bon modèle, la bonne manière de laver … en fait je n’ai pas changé ;-) et j’ai un Sèche Linge, ça aide)

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Et bien je n’avais pas lu ta réponse avant de faire la mienne, mais c’est exactement tout pareil :lol:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, Oui, ça vient de bien m’amuser :mrgreen:

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Oui, faudrait faire lire ça à Mme Badinter ;-) :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, oui j’ai vu, j’ai déjà donné mon avis à ce propos. Je vous laisse aussi méditer sur cet article http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=7135 que m’a envoyé Ficelle.

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je viens de lire l’article de Schneidermann, et il me revient une toute petite chose : ce matin, durant l’émission de Giordano (ou Demorand ? je ne sais plus, elle est dans toutes les émissions, une vraie « pro » de la com’ publicitaire…), une auditrice est intervenue pour dire qu’à son avis il faudrait déjà changer l’image de la femme dans la publicité (par exemple pour les travaux ménager, où c’est toujours une femme qui s’y colle pour récurer son évier) ; et là, E. B. m’a surprise en répondant qu’à son avis, et grosso modo, la publicité n’avait qu’un impact très limité ou périphérique sur l’image de la femme dans les poncifs et qu’il valait mieux l’inciter à passer au bib’ pour sa libération… Je comprend mieux sa réponse maintenant que je sais qu’elle est la deuxième actionnaire du Groupe Publicis…

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, à lire aussi: http://monmulhousebio.canalblog.com/archives/2010/02/11/16875939.html
    et http://blog.plafonddeverre.fr/post/Pour-qui-roule-Elisabeth-Badinter
    et http://www.rue89.com/2010/02/11/elisabeth-badinter-actionnaire-feministe-dun-publicis-sexiste-137891

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Merci Ficelle pour toutes ses info très intéressantes… Je tombe un peu des nues, je l’avoue ! Mais ça fait plaisir de constater que nous ne sommes pas les seules à pointer les contradictions de Mme Badinter.

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, A propos d’Elisabeth Badinter, j’ai lu L’amour en plus quand j’étais au lycée, un des mecs de ma classe a cru bon de se foutre de moi en lisant le titre, il pensait que c’était un roman à l’eau de rose, il s’est fait rembarer vite fait :mrgreen:

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Haha, très drôle !! :lol: Encore heureux qu’il n’ait pas cru que c’était un bouquin de c.. !

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Meduse69, je n’ai pas écouté Badinter (j’étais au boulot, car je suis une femme libérée selon Madâme Badinter ;-) … Ah non pas tant que ça j’allaite et je tire mon lait au bureau :roll: ), mais je suis assez d’accord avec toi sur le fond, je pense qu’effectivement elle se trompe de combat. En gros pour Badinter les femmes sont libres… de penser comme elle, c’est à dire de travailler à l’extérieur et de donner le biberon. Bon je caricature un peu, mais je ne comprends même pas comment on peut ne pas accepter que la maternité, la famille, le fait de rester à la maison s’occuper de ses enfants, d’allaiter, de choisir les couches lavables, puisse être un CHOIX, libre et réfléchi, et source d’épanouissement. On a l’impression à lire/entendre EB que les femmes qui font ces choix sont aliénées malgré elles…
    Et je te rejoins particulièrement quand tu dis « je n’ai jamais réussi à penser que la vraie égalité dans ce monde serait d’effacer les différences physiologiques entre hommes et femmes ! ». Au fond, je pense qu’EB confond différence et inégalité. Il y a encore beaucoup beaucoup de choses à faire pour l’égalité entre les hommes et les femmes, mais certainement pas en gommant nos différences! Au contraire!
    Personnellement, en tant que femme, je ne me sens pas du tout défendue par ce féminisme de combat, qui nie ce qui me fait femme, qui voudrait qu’on gomme toute différence, et surtout qui instaure un esprit assez négatif… de combat justement, très stérile, « contre » les hommes, « contre » l’aliénation que représenterait l’enfant, « contre » la maternité. Alors que, hommes et femmes, on a tellement à s’apporter et à apporter à la société si on accepte et cultive notre différence, et qu’on avancerait tellement mieux si on arrêtait de considérer d’abord l’enfant comme un problème!
    Pareil pour l’écologie (et je le dis d’autant plus facilement que je ne suis pas un modèle en la matière, j’utilise des couches jetables, honte à moi :oops: ): pourquoi est-ce que ce serait tout ou rien, pourquoi est-ce que tout doit toujours être binaire? C’est tellement plus stimulant d’essayer de tenir les deux, promotion de la femme ET écologie!

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    Moi aussi j’ai pesté une bonne partie de la journée en l’écoutant ! (en même temps je dois être un peu maso car j’ai pratiquement écouté toutes les émissions !)

    Lorsque l’article de marianne était sorti, je lui avais laissé le bénéfice du doute. J’ai énormément de respect pour ses actions passées et je pensais qu’elle avait tout simplement du mal à comprendre le désir que certaines femmes puissent, par exemple, choisir en toute connaissance de cause de rester à la maison alors qu’elle s’était battue toute sa vie pour qu’elles puissent travailler à égalité avec les hommes.

    Mais finalement, plus je l’écoute et plus je pense que finalement, toute philosophe soit elle, elle donne un avis péremptoire sur des choses qu’elle ne connaît absolument pas. C’est du niveau, tout aussi autorisé, des commentaires de la concierge (c’est une image, je n’ai rien contre les concierges ;)) : « je ne sais pas mais j’affirme quand même ! »
    Quand je l’entends parler des couches lavables, ou pire de la coupe menstruelle (« tampon lavable », « pratiques archaïques et peu ragoutantes ») il est évident qu’elle n’en n’a jamais vues de sa vie et n’a absolument pas pris la peine de se renseigner avant de critiquer.

    Mais je crois que le pire de tout, c’est au sujet de l’allaitement : en dessous de 6 mois en exclusif cela ne sert à rien d’allaiter (sans trouver personne pour la corriger, y compris la pédiatre « spécialiste en allaitement »), que cela exige la présence 24h/24 de la mère, que c’est un asservissement total de la mère…. La feignante que je suis qui a du mal à faire la vaisselle (ça aurait été la fête les bib qui trainent sur l’évier !) et qui a été bien enquiquinée quand on attaqué la diversification (fini le repas prêt à tout moment en cas de voyage !) a failli en tomber de sa chaise !
    Le plus drôle, c’est surement le coup des recommandations (« obligations » selon elle) de l’OMS qui seraient édictées ‘(endoctrinées ???) par le puissant lobby de la Leache League (bien plus puissant que Nestlé et compagnie cela va sans dire !) Enfin pas si drôle que cela, car les recommandations de l’OMS (et de l’HAS, mais l’HAS c’est surement aussi infiltré par la LLL !), c’est l’un des rares arguments massu que l’on pouvait opposer aux « empêcheurs d’allaiter longtemps en rond »

    Son discours est très ambivalent… Le lait maternel est le plus adapté mais en fait les laits artificiels ne posent aucun souci : on dénigre les laits artificiels mais les trentenaires actuels dont l’espérance de vie augmente ont été nourris au lait artificiel… Euh oui mais non ! Les personnes dont on est sûr que l’espérance de vie augmente actuellement ont 70-80 ans et donc allaitées à cette époque là …. Pour les trentenaires, on en reparle dans 50 ans hein ! Là encore c’est du niveau du raisonnement de la « concierge » (« on dit que les bébés allaités font moins d’infections mais le mien il n’est jamais malade alors que celui allaité de la voisine il a sans arrêt la goutte au nez ». Euh statistiques vous connaissez ????)

    Autre ambivalence au sujet de l’allaitement : elle prône la liberté de choix en permanence mais a clairement dénigré l’allaitement long.

    Autres propos qui m’ont fait bondir « l’élevage des enfants », « l’enfant doit payer son tribut à l’évolution sociale » Euh… Donc en gros on a le choix mais si les choix qu’on estime les meilleurs pour nos enfants vont à l’encontre de ce qui est supposé être bon pour la société il faut en changer ??

    Brefffffffff, je crois que les seules choses sur lesquelles on est d’accord elle et moi c’est que la « journée de la femme » est une aberration et qu’à partir du moment où on devient mère, on devient forcément coupable (ou fautive, je ne sais plus)

    Désolée pour le message très long et très « fouillis » mais tout cela m’a tellement énervé que j’ai du mal à structurer mes idées !

    NB : au sujet des couches lavables qui facilitent la vie je n’irai pas jusque là même si j’estime que cela ne me la complique guère. Par contre, la mooncup c’est clairement une libération ! J’avais mes règles lorsque mon fils a été hospitalisé pendant 1 semaine et ça été un soulagement énorme que de ne pas avoir à me préoccuper de savoir si j’avais bien tout ce qui fallait dans mon sac au cours de mes innombrables allers retours maison-hosto !!!!!!!

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, Bravo, bravo :lol: Et pour la mooncup c’est sûre que c’est 10.000 fois moins « aliénant » et contraignant que n’importe quelle autre protection féminine… La dame elle ne sait vraiment pas de quoi elle parle (de toutes façons, elle est sûrement ménopausée, ça doit être pour ça :mrgreen: )

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @suzie, C’est pour ça que j’ai renoncé à lui en envoyer une (pas la mienne quand même quoi que :twisted: ) pour qu’elle voit à quoi ça ressemble mais elle n’en n’aurait même pas l’usage ! :lol:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @suzie, c’est ce que j’ai répété toute la journée hier: « faut t’y faire ma cocotte, c’est plus toi la maman, t’as passé l’âge! »

    Répondre

    G.No Gravatar a répondu :

    @Meduse69,
    En plus, si Badinter pense que les couches lavables ramènent les femmes à la maison, c’est qu’elle pense que c’est aux femmes de s’en occuper!
    Chez moi, c’est plus souvent mon mari (qui va chercher les enfants chez la nounou le soir) qui les rince et les prépare!!

    Répondre

  26. Eh bien, tous ces témoignages me montrent que je ne suis de loin pas la seule qui a eu un allaitement problématique, mais là où je vous envie toutes c’est d’avoir résisté et réussi plusieurs semaine voire mois d’allaitement.
    Je résume ma situation : mon ptit bout a maintenant 2 mois.
    J’étais persuadée que j’allaiterai car c’est ce qu’il y a de mieux pour mon bébé, et de plus j’en avait envie.
    Quand, lors de la 1ere tétée en salle d’accouchement j’ai dit « AILLE » on m’a répondu que c’était normal alors je me suis dit que ça allait s’atténuer. Or ça n’a fait qu’empirer, j’avais les tétons ultra sensible, que dis-je douloureux à en hurler/pleurer, et j’ai abandonner au bout de 4 ou 5 jours (dont 24h avec un tire-lait électrique tout doux mais qui me faisait tout autant mal : je pense que je n’en pouvait tout simplement plus…). La position était bonne (en tous cas d’après les sf de la mater) et c’est vrai que je n’avais pas de crevasse, en tout cas pas apparente (j’ai eu un léger écoulement de sang dilué au lait mais bien sûr, on ne peut pas faire de compresse de lait pour ça vu que c’est interne…).Donc : on me disait en gros « ferme la et attend que ça passe », ce qui n’est pas normal vu tout ce qu’on dit sur la prise en charge de la douleur à l’hôpital (y compris pour l’accouchement avec péridurale- homéopathe-acupuncture…)->un peu de compréhension m’aurait fait du bien, je crois au lieu de me traiter « d’extraterrestre » parce que je me plaignait de douleur…
    Du coup, j’ai eut un gros ras-le-bol/découragement un samedi, plus la force de continuer j’ai arrêté net (ouille, en pleine montée de lait…) et je me suis débrouillée comme j’ai pu en tirant un tout petit peu pour me soulager en attendant d’aller voir mon médecin le lundi pour avoir des médocs pour stopper le lait.
    Ce n’est que plusieurs semaine plus tard, en en discutant avec une sf du centre périnatal dont je dépend, que j’ai appris que je souffrais peut-être d’une mycose mammaire (sans autre signe qu’une douleur atroce pendant toute la têtée, pas de muguet dans la bouche de mon fils).
    Bref, pour le prochain (s’il y en a un), je pense que je prendrait contact avec qq1 de la LLL bien avant mon accouchement, mais là, ben c’est con mais j’osais pas…(vu que c’était le weekend).
    Voilà pour mon expérience que je considère comme ratée, même si je me dit que mon fils a déjà eut les anticorps du colostrum et que c’est déjà pas si mal que ça.
    Et chapeau à toutes celle qui ont persévéré !
    Claire

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @, Evaluer la douleur des autres est quasi impossible. Je ne peux pas juger de ce que tu ressentais, mais c’est vrai que ça fait mal et ce pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, le temps que le téton se fasse à la succion. Maintenant, si pour toi, cette douleur était insupportable, il est normal que tu aies arrêté. Il faut te dire que tu as essayé et que ça ne s’est pas passé comme tu le pensais et ne pas trop t’en vouloir (ouais, je sais, facile à dire). Le principal, c’est l’amoûûûr… ;-)

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @, personnellement, quand c’est devenu vraiment trop douloureux, je n’ai pas hésité à utiliser des téterelles en silicone durant 10 jours pour la 1ère Puce, et 5 jours pour la 2nde : bien que déconseillées par Thirion (…), cela n’a jamais empêché mes filles de téter parfaitement au sein ensuite, et cela a sauvé mes allaitements (aussi eu du sang dans le lait pour la 2ème)…

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @, il s’agissait peut-être aussi d’un vasospasme… peu connu, très douloureux… et qui peut-être contourné moyennant quelques adaptations…

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, intéressant. je n’avais pas entendu parler du vasospasme. c’est bon à savoir !
    j’ai lu ce qu’ils en disaient sur le site de LLL.
    c’était effectivement peut-être le cas d’Anonyme….

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, j’ai souffert d’un vasospasme pour puce3, née fin octobre… dès lors que j’ai fait attention aux changements de température, notamment, ça a été beaucoup mieux!! (rien que de sortir mettre du linge dans la machine qui est sur une terrasse était hyper douloureux…)

    Répondre

  27. Ma Puce a été allaité environ 3 mois avec un biberon en complément de lait en poudre de temps en temps. Je me souviens d’avoir passé mes journées rivée au tire-lait, me sentant toujours humide et poisseuse … Mais en contrepartie, les tétées qui se passaient bien étaient très agréables et les montées de lait me rendaient totalement euphorique ! c’est pourquoi j’ai tenu jusqu’à la reprise du boulot. Pour Missbébé2, je ne me lance pas de défi, j’aimerai allaiter mais j’en fais pas une question d’honneur ! C’est comme pour mon accouchement rêvé, par voie basse, (j’ai des rêves modestes ;-) ), j’ai un peu l’impression qu’il s’éloigne car bébé2 est soit en transverse soit en siège, mais surtout jamais la tête en bas :twisted: . Bon, je sais qu’elle a encore un peu de temps pour se retourner mais quand même …
    Sinon, sur France Culture, l’émission La Fabrique de l’histoire était consacrée à l’histoire des mères. Passionnant ! C’est écoutable et podcastable sur le site de France Culture (avec bibliographie)

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @sophie, je vais me mettre à France culture, parce qu’aujourd’hui c’est France Inter Pravda avec Mme Badinter du matin au soir, et là, je craque ! Parce que condamner le diktat de la mère parfaite « naturaliste » allaitement/couches lavable et tout le toutim, je trouve ça bien : parce que j’aime pas les diktats, mais remplacer ce diktat là par le sien (qui est donc de rejeter toutes pratiques écolo-bio-ramollo), je comprends pas la démarche intellectuelle. Et puis, ce matin, elle était soutenu par la redac chef de Elle, un journal « féministe » (si si c’est ce que dit la dame), ça fait trop mal à mon neurone !
    Pascale Clark lui a quand même fait remarquer que le dossier de la semaine c’est sur l’épilation de la foufoune… mais la dame dit que ça intéresse les femmmes… hum… on me prend pour une cruche, non ?

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, j’avais pas vu toute discussion sur le sujet plus haut…
    désolée du redit…

    Je rajoute juste qu’heureusement des journalistes sont un peu critique (contrairement à ceux de Inter Pravda ;-) :
    « L’indépendance financière, instrument premier de la liberté, ne fait plus rêver.

    On comprend que la philosophe féministe soit déçue. Cette désillusion, perceptible entre les lignes, l’amène hélas à forcer le trait, fustigeant pêle-mêle l’écologie, la croyance dans l’instinct maternel ou le rejet des accouchements trop « techniques ». La nature n’a pourtant, en soi, rien d’idéologique. Pourquoi vouloir l’évacuer à toute force au motif qu’elle serait aujourd’hui mise en avant à des fins sociopolitiques? La culture, champ du libre arbitre et de l’émancipation, a toujours trouvé à dialoguer avec la logique naturelle. Plutôt que des childness -ces femmes sans enfants par choix, ultraminoritaires- en qui Elisabeth Badinter semble voir les pionnières d’une nouvelle féminité éclairée, c’est de cette génération de mères écartelées, sensibles à l’appel de la nature sans forcément y succomber, que doit venir la relève. »
    Claire Chartier – L’Express http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-defaite-des-meres_847821.html?XTOR=EPR-181

    Répondre

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @Clemys,
    moi pour ce que ça vaut ça fait dix ans que je dis que l’erreur est très simple: on considère que l’enfant est le problème alors que c’est tout le contraire, l’enfant est justement LA solution.
    (Badinter me fait marrer avec son souci de la maternité, elle voit les gosses comme le mal absolu, la galère des femmes par excellence, elle dit souvent « imaginez une île où il n’y aurait aucun ventre rond ». Je n’arrive pas à la joindre (;-P) mais j’ai envie de lui répondre à chaque fois: « imagine, nunuche, mais au bout de 50 ans sur ton bazar d’île y’aura plus que des cadavres! ». Mékélékon.)
    Les enfants sont la solution. En les respectant, en les aimant, en leur enseignant à aimer et respecter à leur tour, on peut faire régner l’égalité. Mais forcément, à les prendre comme des ennemis, des problèmes, des charges et à commencer direct par leur manquer de respect, d’amour, à les punir voire les battre sans chercher à les comprendre ni à les soutenir, on fait exactement ce qu’il faut pour leur enseigner la loi du plus fort. On en fait des sexistes qui perpétuent le « problème de la maternité », et on laisse le monde en l’état.
    :sad:
    (relisez le 2eme sexe de Beauvoir, c’est affreusement actuel et pourtant ça a un gros demi siècle, la preuve qu’on n’avance pas!)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, je suis d’accord avec toi dans le sens où il ne faut pas systématiquement opposer les intérêts de la mère et ceux de l’enfant, ce n’est pas la guerre ! Et j’ajouterai aussi qu’on ne peut pas choisir entre écologie et féminisme, pour moi les deux sont incontournables et inévitables… Il faut de la même façon réfléchir à comment concilier les deux.

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, on ne brûle plus nos soutifs, on en achète d’allaitement ! Le féminisme a changé de visage et les pionnières ne se retrouvent plus dans nos « combats » où maternage et féminisme vont de pair.

    Répondre

  28. @ La Poule, moi non plus je n’ai pas compris l’illustration… :oops:
    Est-ce que le bébé essaie de téter le chat ? :shock:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Galli, oui on peut traduire la légende par « l’allaitement : tu te plantes » :lol:

    Répondre

  29. Bon j’ai pas tout lu, mais je viens de commander le livre de la LLL.
    Merci !!!
    ;-)

    Sam

    Répondre

  30. @suzie, tu me fais penser à ma mère, qui rêvait d’une petite fille de 3,2 kg pour sa dernière grossesse. Total un garçon de 4,9 kg :lol:

    Répondre

  31. Bon, ben Mme Badinter dans le Elle de la semaine, grrrrrr ….. ça fait un moment que j’y pense, mais là, j’arrête mon abonnement :evil: Tiens, je devrais acheter Grandir Autrement à la place :mrgreen:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, 2 choses: E. Badinter a vraiment un très bon plan média (elle a même fait parler d’elle dans le JT de France 2 :roll: ) / Entre Elle et Grandir autrement, tu passes vraiment d’un extrême à l’autre :mrgreen:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Pour le plan média, j’ai vu …. on cause d’elle partout !!
    Pour Grandir Autrement, c’était de l’humour, pas sûr que je supporte (j’ai lu quelques articles ….) :mrgreen:
    Sinon, ben je cherche toujours une revue de nana qui « m’aille » ;-)

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Bah, t’as la Basse-cour, ça remplace non :mrgreen: (Et en plus c’est gratuit ;-) )

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @suzie, Oui, c’est vrai … :lol:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @suzie, jusqu’à quand ? :mrgreen: :mrgreen: €€€€

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, on te paie en massages méga sophistiqués c’est pas mal non?! :mrgreen:

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice et Ficelle, en même temps, si elle est 2e actionnaire de Publicis, et dans la mesure où c’est une des plus grosses fortunes de France, ça ne m’étonne pas qu’elle ait un si bon plan média… Elle doit avoir une sacrée influence je pense!

    Dans son entretien sur France Inter avec Demorand (je crois), elle parle du « lobby » pro-allaitement-chrétien-traditionnaliste (complotisme quand tu nous tiens…), ça ne l’effleure même pas qu’il y a des tas de pays où on allaite pendant des mois sans injonction de qui que ce soit; ni qu’un quelconque lobby agro-alimentaire puisse avoir l’action contraire pour faire vendre des boites de lait en poudre…

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, Franchement, laquelle d’entre vous a été « démarchée » par LLL ou par qui que ce soit pour allaiter ?? :roll:

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @suzie, Ah ben moi! Dès que j’ai envoyé la déclaration de grossesse à la Sécu, y a un agent du Ministère de la santé, un de l’OMS et une de la LLL qui sont venus, avec une brochure sur l’allaitement et un pistolet sur ma tempe! Pas vous???

    Non sérieux, ça m’énerve ces gens qui veulent défendre notre cause malgré nous, avec des arguments dans lesquels on ne se reconnaît pas du tout, et qui triturent la vérité pour essayer de nous persuader qu’on n’est ni heureuses ni libres.
    Nanméoh!
    C’était le coup de gueule du jour.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, Elle devrait s’attaquer aux VRAIS problèmes. Moi, par exemple, jongler entre famille, boulot et transports en commun, j’en ai ma claque. Comme, maglré mes responsabilités, je suis super mal payée, mal considérée (en tant que mère de famille, surtout),et bien, j’arrête de travailler. Et ce n’est ni l’allaitement, ni les couches lavables qui me font rester chez moi, parce que c’est fini depuis longtemps tout ça pour moi. C’est juste que je n’ai pas assez de moyens pour me faire aider (femme de ménage, nounous ou jeune fille au pair…). Je ne fais pas partie de des plus grosses fortunes de France, moi ! :evil:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @suzie, je suis d’accord avec toi :roll: Et clairement, pour celles qui le souhaitent et aiment ça, l’allaitement long, c’est pas ça qui empêche d’être actif (même s’il faut trouver son chemin, ses solutions etc.). Seulement, ça ne dure qu’un temps, alors que la crèche (puis l’école, j’en suis sûre) qui appelle la mère plutôt que le père dès que le gosse a 38,5 ça c’est un marqueur anti-féministe à donf :evil: J’adhère aussi sur les tâches ménagères, même si personnellement, je me considère privilégiée avec un chéri qui prend largement sa part à la maison.
    A lire encore dans les réactions (indirectes) au battage médiatique autour d’E. Badinter: http://www.cdumonteilkremer.com/article-pourquoi-j-aime-etre-une-femme-44780131.html

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, exactement!!
    aux bans des récalcitrants à l’évolution : les sociétés / entreprises/ employeurs qui tolèrent les absences pour enfants malades quand ce sont les mères qui s’absentent, mais les reprochent +++ quand les pères s’absentent…
    vécu.
    (et pourtant, à cette époque là en tout cas, mon mari pouvait plus facilement se passer d’une journée de boulot que moi… et il avait des jours enfants malades, lui!)

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Ben quand tu t’es fait jeter plusieurs fois parce que tu as osé déranger un père :evil: ….. après t’appelle la mère, féministe ou pas :roll:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Ma pauvre Béatrice, t’as pas une position facile dans cette basse-cour :mrgreen:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @suzie, Rien n’est simple. J’ai des gamins en classe, c’est leur père qui les amène, les récupère, vient les chercher en cas de pb (les lève et les habille le matin, la mère est déjà partie)….. mais c’est à la mère (que je ne vois qu’1 ou 2 fois dans l’année) qu’il faut téléphoner pour prévenir, c’est elle qui signe le cahier de liaison ….

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, est-ce que les parents remplissent une fiche avec « qui contacter en cas de pbl »? Si oui, et qu’ils mettent le portable maternel, t’y es pour rien! Ensuite, comme dit Fleur, c’est aussi dans les entreprises qu’il faut faire la révolution. Cette condescendance envers les mères qui partent plus tôt et ce mépris pour les pères qui souhaitent prendre plus que les 11 jours contractuels pour rester avec leur bébé à la naissance, c’est quand même courant :roll:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Il y a tous les numéros qu’ils jugent nécessaires, souvent tu as le numéro du père en premier, mais il faut appeler le deuxième (la mère).
    C’est clair que dans le privé, il y a du boulot :evil:

    Et dans l’esprit de Belle Maman aussi ….. Pfffff, elle m’énerve ( :oops: :mrgreen: désolée)

    pupuceNo Gravatar a répondu :

    @suzie, idem.
    le travail n’est pour moi qu’un asservissement de plus dans une vie somme toute bien morne question épanouissement (le premier qui me reparle du bonheur je le mords. :lol: ), alors à choisir une fois que j’ai fini avec la famille et le ménage je préfère avoir du temps pour lire que d’aller me coltiner un boulot stressant, peu payé somme toute (sauf si j’accepte de passer ma vie en avion et de laisser mes mômes s’autogérer en espérant que la société fasse mon job auprès d’eux, ce qu’elle ne manquera pas de me reprocher, la société, une fois que les soucis seront là) et où en plus on m’interdira toute évolution sous prétexte que je « risque » de refaire un môme (alors que Jean Yves, lui, c’est sa femme qui « risque » de, pas lui, et si jamais il se casse une patte au ski à la dernière minute on lui en tiendra bien moins rigueur que d’un arrêt maternité pour sa collègue pupuce la lâcheuse-pondeuse qui aura prévenu de son absence 6 mois à l’avance, elle. grrrrr)
    Bref, idem, quoi.
    ;-)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @suzie, mais si regarde, Clemys, agent double de la LLL, a infiltré la basse cour! ils sont partout j’vous dis! ;-) :roll:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, d’ailleurs je viens de prendre mes dispositions (= faire garder Pouss1 par ma mère) pour aller à ma 1ère réunion mardi après-midi ! Attendez mes frères, euh non mes soeurs, mon carnet de chèques et moi arrivons :mrgreen:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Tu nous raconteras ? Du temps de P’tit Mec N°1, je les ai appelés plusieurs fois, mais je ne suis jamais allé à une réunion. ;-)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, tu nous ramènes des badges ou des posters dis? :mrgreen:

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, en plus en général en plus de la cotisation, on achète des bouquins… attention à la CB :mrgreen:

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, emmene pouss1, y a plein d’autres enfants. Il va s’eclater

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @cyann, euh ça dépend des endroits parce que sur Paris, vu le peu d’espace dispo, déjà avec des « rampants » c’est galère à canaliser alors avec des petits enfants, c’est inenvisageable. du moins là où j’allais…
    j’aurais tendance à encourager la Poule à faire un essai avant ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, en fait la question ne se pose pas parce que 14h-16h ça veut dire que Pouss1 ne ferait pas de sieste. Pas une bonne idée… :roll:

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, tu rajoutes à ça un allaitement d’un an, six mois de cododo, et un congé parental de 18 mois, et des couches lavables quasi à la naissance… pfff ça fait un lourd dossier à charge…
    Heureusement, je n’ai pas de coupe menstruelle parce que sinon, je pense que je me ferai arrêter par la brigade Badinter !

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, attends je t’en offres une! le pack complet!
    Je te trouves grave régressée quand même! :mrgreen:

    Répondre

    cecileNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, un nouveau féminin qui se lance : « Shi-zen, le féminin éthique et pas toc »
    http://www.shizen-lemag.fr/
    on peut télécharger le numéro 0 gratuitement sur le site.

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @cecile, Merci, je vais aller voir :lol:

    Répondre

  32. ah, quand je dis que c’est par l’éducation de nos enfants qu’on y arrivera, hein!
    si tous ces braves gens avaient vu leurs pères soigner leurs frères, changer des couches, prendre des rtt pour aller chez le toubib (et oui, y’a pas que les loisirs qui prennent du temps, hein mamour? ;-) ), ils verseraient davantage dans l’égalité.
    @ Béatrice, je suis sûre que ta belle mère n’atteindra jamais un dixième de la bêtise de la mienne (qui n’est pas seulement sexiste, hélas, il y a dix millions de cordes à son arc je les ai même pas encore toutes découvertes…c’est beau je te jure). Si la poule fait un jour un post là dessus j’en aurai long à vous raconter et en plus vous me croirez pas. :mrgreen:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, C’est pas de la bêtise … c’est juste que son fils risque d’être pénalisé – le pauvre chéri – d’être resté à la maison s’occuper de son fiston au lieu de chercher un boulot :evil:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, ah non le post sur les BM je peux pas, je vais finir avec un procès (ou plusieurs), et je suis pas sûre que la solidarité bloguesque suffira à m’obtenir la défense de Me Eolas… :mrgreen:

    Répondre

  33. Bon j’ai la flemme de remonter dans les réponses emboîtées… Juste pour dire qu’à mon boulot il y a des jeunes pères (= la trentaine) qui emmènent les enfants à l’école/vont les chercher sans que personne ne hausse les sourcils (bon en même temps à mon boulot comme tout le monde est toujours à droite à gauche, on ne suit pas trop les allées et venues des uns et des autres…). Et avant Pouss2/le déménagement ben c’est le Coq qui emmenait Pouss1 chez la nounou et arrivait à 10h au boulot (sur la fin Pouss1 ne voulait plus y aller et donc le Coq se tapait 15-20 minutes d’adieux déchirants, sans compter le retard déjà pour le traîner là-bas :roll: ). Bon personne peut rien lui dire parce que c’est lui le chef :lol:

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ben oui, mon coq (ah, non, moi c’est un homme, le mien) le fait aussi… mais il faut passer au dessus des petites remarques…
    et accessoirement, quand on est un peu chef (ou beaucoup, même) comme ton coq ou mon homme… ça aide!

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ici pas le chef et plein (beaucoup, trop, … :twisted: )de remarques, mais il le fait aussi.
    Il envisage un 80% plus tard mais, il ne le dit pas trop haut, car il perdrait de sa crédibilité….. :roll:

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ici bonhomme a beaucoup de vacances (vivent les 35 heures !!) et pleins de jours enfants malades. Je n’ai que des vacances imposées et pas de jours enfants malades, alors le calcul est vite fait ! Le problème, c’est que je travaille toujours au même endroit mais lui se balade beaucoup (sa base est à La Courneuve). Ce qui est marrant, c’est quand il travaille avec une équipe de jeunes trentenaires, il n’ose pas trop partir si la Puce est malade, mais quand il est avec d’autres pères de familles, il n’a pas de scrupules ! Sauf quand il est le chef, dans ce cas-là il est totalement indéboulonnable du taff :twisted:

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, j’avais un client, pdg de sa start-up qui ne fixait pas les premiers RV avant neuf heures car il emmenait sa fille à l’école (et il le disait ouvertement). Le père d’un ami de lycée, pdg d’une grosse PME, partait du boulot à 19h et ne supportait pas que ses employés mêmes les cadres partent après lui. Il estimait qu’ils étaient inéfficaces s’ils n’arrivaient pas à faire leur boulot dans la journée ;-) Bref, y a toujours des exemples… mais ça a l’air plus simple quand on est chef :lol:

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Oui, évidemment quand on est le chef ! Mais, le hic, c’est que moi aussi je suis le chef et alors ça passe très, très mal avec mon patron le fait que le chef soit UNE chef. (je lui ai déjà dit que s’ils voulaient des hommes, il aurait dû créer une entreprise de BTP, parce que dans l’édition ou la documentation, il n ‘y a quasi que des femmes :roll: ) Et la dite chef, en plus, elle a osé faire des enfants : lorsque j’ai suis revenue de mon 3e congé maternité, j’ai eu le droit à : « alors, vous allez vous arrêter à 12 ? (enfants) :evil:  » et comme elle plus, la chef, elle travaille à temps partiel, (et ça ne gêne rien la bonne marche de l’entreprise, puisque j’ai tout organisé pour que ça roule…), et bien, le patron, il la punit en permanence, la chef : remarques mysogines, salaire de misère, primes au prorata temporis (et tant pis, si les objectifs sont remplis), refus de quelques heures de télétravail, horaires rigides, etc, etc… Comme quoi il y chef et chef(e) :sad:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, :twisted: le patron :twisted:

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, :evil: :evil: :evil: tu es partie, non ?

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @sophie, Pas encore, mais ça ne saurait tarder, au 31 mars, je suis libre… Youpi ! Il m’aura eue à l’usure, mais j’y suis quand même restée 11 ans. :roll: Et puis, maintenant, la grande question c’est : je fais quoi :?: :roll:

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, une super e-boutique où on ira toutes dépenser notre salaire ;-) ;-) ;-) !

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @sophie, C’est promis, dès le 1er avril, j’y réfléchis :lol:

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, Ton récit montre bien que ce n’est pas facile pour les mamans de concilier vie privée et vie professionnelle sans connaître de discriminations .
    Presque toutes les femmes qui travaillent et qui font des bébés sont un jour ou l’autre confrontées à des discriminations ( qui sont diverses d’ailleurs )et cela me met en colère car sans une femme ton connard de patron et bien il ne serait pas de ce monde ! :evil:

    Répondre

  34. A lire encore ici (même si ça fleurit un peu partout…): http://www.rue89.com/2010/02/13/allaiter-est-une-liberte-nkm-repond-a-elisabeth-badinter-138218 et ici: http://www.lepoint.fr/culture/2010-02-11/elisabeth-badinter-en-guerre-contre-la-tyrannie-des-meres/249/0/423177 les réactions de NKM et Cécile Duflot, pointées du doigt par E. Badinter comme étant à la pointe de la régression (C’est sûr, les femmes politiques sont avant tout des mères enchaînées à leur foyer et sous le joug masculin :roll: )

    Répondre

  35. J’avoue, je n’ai pas été de tous ces combats (née en 1974), mais là, cette bonne femme, elle me gonfle sérieux : déjà, elle abuse de sa position pour se faire sa pub, ce que je trouve franchement très limite. Mais en plus, pour raconter ces conneries sans voir, une fois de plus – pour cette génération de « on fait la guerre et on a gagné » – que la société a sacrément changée et que s’il reste des combats à mener, ce n’est sûrement plus à leur sauce mais en respectant nos douces moitiés qui elles, ont vachement évoluées. Je sais de quoi je parle, j’en ai un exemplaire en la personne de ma mèreuh… (et c’est franchement pitoyable d’essayer de discuter avec elle, d’autant qu’elle est prof, imaginez le tableau !!! moi je sais et toi tu te tais…).
    Ces femmes ont prôné la liberté, qui nous est maintenant refusée sous couvert d’évolution ??? Pffff, n’importnawak !!!

    Sam

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, Effectivement, les mères de cette génération, dont Mme EB, passent leur temps à nous infantiliser avec leurs leçons de vie et ignorent totalement le fait que nous sommes des adultes responsables de leurs choix… :evil:

    Répondre

  36. j’ai plutôt eu la pression pro allaitement, via les médias, les journaux. Je pensais que c’était mieux pour le bb (c’est sûrement vrai d’ailleurs), donc j’étais résolue à allaiter. Sauf que j’ai une peau hyper fragile, réactive. Dès le début de l’allaitement de mon 1er enfant, j’ai eu un souci de peau, la mater m’a donné des crèmes spécifiques pour l’allaitement et j’ai fait une réaction allergique à ces produits. Et le bb ne tétait pas bien du tout, ce que je mettais sur le compte de ma *nullité* et de ma peau. La pression pro allaitement était si bien intégrée que j’ai tiré mon lait (et mon sang avec) ce qui bien sûr la maternité n’a pas voulu donner au bb. Donc on l’a passé au biberon : et là surprise … le bb ne voulait pas boire + le biberon que le sein ! C’était juste que pendant 15 jours ce bb était si calme qu’il dormait bcp, n’était pas « morfale » quoi !!! Ce bb a d’ailleurs fait ses nuits à 1 mois de vie. On m’a dit que cet ‘endormissement’ concernait souvent les enfants nés un peu avant terme, ce qui n’était pas mon cas … J’ai vraiment mal vécu tout ça, peut être aussi que je n’étais pas assez informée et pas assez consciente de ma propre santé. Pour le 2e enfant j’étais mieux informée, j’avais l’expérience, j’ai compris que ça pouvait être bien au biberon aussi, sans m’interdire d’allaiter si possible, mais ma peau n’ayant pas changé et j’étais extrêmement fatiguée, hémorragie, etc. donc j’ai donné le bib avec bcp de plaisir, sans culpabiliser.

    Répondre

  37. @emelire, je suis épouvantée par la façon dont la maternité (ne) t’as (pas) accompagnée ! C’est justement ce que je dénonce : dire aux femmes d’allaiter sans les y aider du tout. Culpabilisation assurée… En tout cas je suis contente que tu aies pu être sereine pour ton 2ème.

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, C’est curieux quand même les maternités. Celles qui veulent allaiter disent que personne ne l’a aidées et celles qui ne veulent pas se sont senties culpabilisées de ne pas le faire :roll:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, pour moi la raison est simple: il y a un monde entre le discours pro-allaitement d’un côté (qui culpabilise celles qui ne souhaitent ou ne sont pas en mesure d’allaiter) et l’accompagnement efficace et informé de l’autre (combien d’entre nous ont été atterrées par les conseils bidons des SF/pédiatres et autres puéricultrices à la mat’?? :roll: )

    Répondre

  38. en vérité je crois que peu de femmes font réellement le choix d’allaiter ou pas pour le premier bébé. Pour les enfants suivants c’est différent, pour peu qu’on ne se laisse pas aller à compter les points entre nos rejetons pour bien maintenir une égalité parfaite entre eux, on devient un peu plus libre de nos choix.
    Mais pour le premier bébé… c’est presque de la mauvaise foi de dire qu’on choisit. Qu’est ce qu’on choisit au juste?
    au 1er bb on est souvent jeune, donc en plein dans le culte du corps, cela suffit à certaines pour ne pas vouloir prendre le risque d’abîmer leurs nichons. partant de là est ce qu’elles choisissent vraiment?
    au 1er bb on est souvent en pleine ascension professionnelle, cela suffit à se dire que si c’est pour allaiter 2 mois et devoir souffrir le sevrage pour retourner au taf vaut mieux pas. dans ce cas là est ce qu’on choisit quelque chose?
    au 1er bb on suit l’avis des toubibs parce qu’on ne connaît pas encore bien les capacités de notre féminité, justement. alors selon la maternité qu’on a trouvée on entend de tout, de rien…est ce qu’on choisit?
    E Badinter ferait mieux de se pencher sur ce genre de choses, je trouve. Si les femmes étaient moins traitées comme des corps, peut être qu’elles hésiteraient moins à allaiter leurs bébés, et qu’au contraire elles réfléchiraient un peu plus avant d’aller se faire charcuter pour gagner 10 ans, en tout cas elles feraient de vrais choix. Si les femmes avaient les mêmes chances que les hommes au niveau professionnel, peut être qu’elles gèreraient leurs maternités différemment aussi, et si la société apprenait à gérer le fait que ce sont les femmes qui portent et allaitent les enfants au lieu de toujours chercher des palliatifs (nounous, crèches, biberons, bientôt utérus factice, youpi, on n’arrête pas le progrès) peut être qu’on y gagnerait aussi en confort de vie, parce que là tout ce qu’on comprend c’est que nous sommes en effet chargées de la reproduction mais que c’est une tare, un défaut, limite une honte. Si les femmes étaient mieux informées sur elles mêmes peut être qu’elles seraient moins maltraitées par le corps médical, là aussi y’a du boulot.
    bref il y a long à dire…et c’est très mal dit par celles d’entre nous qui prétendent porter l’étendard féministe…on est mal barrées les filles. :sad:

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, pour moi le problème du féminisme réside principalement dans notre manque de solidarité entre femme. Souvent convaincue de faire le meilleur choix, on oublie alors qu’on ne peut pas le généraliser, et on stigmatise celles qui empruntent des chemins différents. Et pourquoi pas un utérus artificiel ? Où serait le problème ? Oui je fais un peu de provoc ;-)
    En fait, ça fait 100 ans qu’on se tape dessus (suffragettes contre pas-suffragettes, et aujourd’hui FAF contre actives) et qu’on attend que les hommes comptent les points ! oui on a toutes des chéris merveilleux, mais les hommes détiennent encore et toujours tous les postes à responsabilités tant politiques, qu’économiques, et c’est ça le plafond de verre à casser. EB ne se trompe pas de combat, mais elle se trompe d’ennemis : oui les femmes doivent être aussi puissantes que les hommes, mais pas en se tirant les couettes pour savoir s’il vaut mieux allaiter ou pas ou mettre ou non des couches lavables… Bref toutes les femmes peuvent allaiter si elle le souhaite, et devrait aussi pouvoir tirer leur lait entre deux réunions du CA ou PAS !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, bien d’accord, et d’ailleurs c’est un des points où je suis d’accord avec ce que dit EB : « on n’est pas un troupeau homogène ». Chacune a des aspirations et des besoins différents, et la société idéale doit permettre de les prendre en compte. (bon je vais fonder le pays des bisounours ailleurs moi :lol: )

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    Répondre

  39. Poule pondeuse : pourtant j’ai accouché dans une bonne maternité pour la prépa à la naissance et l’accouchement. Mais une fois le bb dans les bras : piètre service de puériculture, personnel peu investi, peu chaleureux voire vexatoire avec certaines jeunes mères (style une auxiliaire de puériculture qui parle à un nourrisson ‘ah ben oui on choisit pas ses parents’ … la mère du bb n’était pas là mais moi je l’étais donc tu imagines comment ça fait plaisir d’entendre ça !!!. Comme mon accouchement a été très long, et les eaux perdues depuis très longtemps, mon bb a eu des analyses, des injections d’antibio … et ça a été fait vraiment de manière ‘dure’, sans même un mot gentil ou d’explication, de rassurement pour moi. Pour le 2e, l’ambiance était pareille, sauf que j’étais « blindée » et plus sûre de moi grâce à l’expérience de la 1re fois. En + mon bb n’avait aucun souci de santé et têtait le bib comme un morfale ;o)

    Répondre

  40. à Pupuce : ben je trouve que ce que tu écris est franchement plein de bon sens ! c’est très dur d’être tranchée entre la vie pro à la dure (ce que j’ai vécu) et la vie au foyer ‘pur foyer’. On sent que la société est faite par et pour les hommes / le masculin, et que les femmes doivent composer avec cela (alors il y en a qui n’auront pas d’enfant, d’autres qui font faire le * »choix »* de s’arrêter, et d’autres qui comme moi vont bosser et materner en étant tiraillées, usées aussi. Je suis féministe mais au moment des naissances et les 1res années de mes enfants, je me suis sentie encore + féministe. Je n’ai pas accepté ce moule dans lequel on doit absolument se fondre. Et ce qui me consterne, ce sont quand les femmes – qui ont fait des « *choix* » différents … se bagarrent entre elles alors que nous sommes toutes finalement des rescapées courageuses du système …

    Répondre

  41. Pour continuer le débat « sexisme », je viens d’en entendre une bien bonne: j’appelle pour des infos sur les crèches, savoir quand on peut les visiter, etc. On me répond pendant les heures de la crèche, avant 11h et après 15h (pour repas + sieste). Jusque là, tout va bien. Pis on ajoute que si le papa veut visiter aussi, on peut prendre rdv en soirée. J’ai halluciné: la maman, elle est d’office au foyer? La maman, elle a qu’à prendre congé pour visiter la future crèche? :shock: :shock: :shock:

    Allez, je crois que vous pouvez me dire « bienvenue dans le monde des mamans » :twisted:

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, pour calmer un peu ta parano, j’imagine que les futures mamans profitent de leur congé mat prénatal pour visiter les crèches… les papas n’ont pas (encore ;-) )de congé pat prenatal :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, oui à la PMI près de chez moi les réunions sur les modes de garde étaient organisées en pleine journée, spécialement pour les mères en congé prénatal… Moi je les trouve déjà très organisés de prévoir des visites le soir pour les pères !

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, Elles ont dû pensé que tu était en congé mater… parce que de toutes façons si tu étaits au foyer, tu n’aurais jamais de place en crèche ;-)

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @suzie, la poule et Clemys, je suis sensée accoucher en septembre et je cherche une place pour janvier 2011!! :shock: :shock: :shock: C’est là que ça me choque à mort! A une telle échéance, c’est quasi impossible que je sois déjà en congé, ou alors congé très patho et je n’irais pas visiter. Mais peut-être suis-je quand même parano.

    Dans la 2e crèche que j’ai appelée, y’a pas de place pour janvier 2011, les premières places qui seront peut-être dispo ce sera en… septembre 2011! Euh, même avec un congé parental, je vois pas comment faire??? Vais devoir jongler entre les modes de garde et je n’y comprends rien!

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, à Paris, tu ne peux pas t’inscrire sur la liste de pré-inscription avant 7 mois de grossesse révolus… c’est pour ça que je disais ça, c’est vrai que je ne sais pas comment ça fonctionne ailleurs.
    Faut voir que la majorité des places en crèche sont attribuées à la rentrée (quand les grands partent en maternelle en somme) et donc il y a très peu de places en cours d’année. Je sais, c’est débile parce qu’on accouche pas toutes en avril / mai…

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, ah, je ne connaissais pas cette règle pour Paris. Je suis à Bruxelles et en théorie, on peut s’inscire aux 3 mois de grossesse, mais je ne comprends pas comment toutes les places peuvent être prises aussi loin :?: Comment font les autres parents? On a droit à 3 mois de CP par parent et 3 mois de congé de maternité, même comme ça je ne vois pas comment arriver à septembre de l’année suivante.

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, y a Charlotte, une autre poule à Bruxelles dans la basse-cour. Elle pourra peut-être te donner des conseils. Parce que chaque ville a son propre fonctionnement invisible, comme le dit Pâte à crêpe…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, dans le 14ème, la règle « invisible » c’était « si tu peux te payer une ass mat, tu n’as pas de place en crèche » :roll: Au moins une fois que tu sais ça tu te fatigues pas à essayer…

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, à Nantes, j’ai été scandalisée de constater que c’est en allant « pleurer » à la crèche directement que tu as une place.
    Pourtant ça paraît hyper organisé par quartier, par besoin, et égalitaire (le premier qui appelle, même à 3 mois de grossesse est servi en principe…)
    En pratique, ils oublient ton inscription, puis tu rappelles 150 fois toutes les crèches car la directrice n’est pas là, ensuite c’est non, et une fois qu’ils ont constaté que vous êtes une « zolie famille propre sur elle », y a une place dans le planning… :twisted: C’est pas que pour nous, je compile les expérience des copains ici…

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, chez nous, un peu pareil. Il faut se pré-inscrire à deux/trois mois de grossesse et ensuite c’est aux parents qui harcèlent chaque mois la directrice qu’on trouve finalement une place. Contrairement à ce que dis la Poule (d’ailleurs la municipalité actuelle essaye de réglementer tout ça), chez nous ce sont finalement les CSP+ qui ont des places en crèche parce que ce sont eux qui demandent des plein temps (plus faciles à gérer) ou savent faire du forcing (passer des coups de fil à la crèche 3 fois par mois pour savoir où en est la liste d’attente, c’est ce que je fais 10 X par jour dans mon boulot, alors j’ai eu une place :roll: ensuite, les fratries sont prioritaires, donc là, c’est carrément bizance…).

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, oui même constat pour les temps plein qui sont plus faciles à avoir tant à la crèche que pour les nounous d’ailleurs… Nous avons eu des bonnes sueurs froides l’année dernières avec nos horaires à la c….
    Le truc « rassurant » c’est le coup de fil de la mairie qui avait reçu mes appels au secours et qui avait l’air soucieux 15 jours avant la rentrée de trouver une solution. Mais j’avais déjà été pleuré en live donc… Enfin j’ai du combiner crèche+garde à domicile pour m’y retrouver quand même…

    Répondre

    oph14No Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, aaah l’allaitement, quel vaste sujet!!!!! La France s’y connaît mieux en biberon :x Personnelllemnt je ne me suis jamais posé la question d’arrêter quand j’ai eu mal. BB1 a tété 18 mois, même avec un bb de 3 mois dans le ventre. J’ai eu engorgements etc mais….. j’ai tenu car le 1er etait un passionné et moi aussi, et pourtant mon entourage ne connaisait que le bib. Je savais qu’il ne fallait rien écouter sauf la LLL!
    BB2 a tété 16 mois ( avc un BB3 de 3 mois dans le ventre) J’ai eu un moment de fièvre et ganglion mais j’ai donné la tetee accroupie, le sein pendant dans la bouche du bb, la pesnteur m’a aidé à déboucher le ou les canaux lactifères bouches, tout ça plusieurs fois,la douche chaude m’a soulagé et c’est reparti!!
    Donc BB3 qui a 14 mois a bien tété jusqu’à 13 mois, là il continu mais ça lui serre surtout de gros calin( 1 tete par jour) car BB4 qui arrive en août a bien puisé dans mes reserves. Je suis une fascinée de l’allaitement car j’ai vu que ça avait materné mes enfants( j’utilise l’echarpe aussi) et qu’il y avait une continuité avec la grossesse. Ils ont continué à se déveloper par ce billet là, car les petits d’hommes ne sont pas de mammifères finis comme les animaux qui marchent qq jours après leurs naissances! et l’echarpe est finalement comme un uterus exterieur :razz:

    Mon entourage, à part ma bell soeur, n’y CONNAISSE RIEN.( mon mari est très content de voir es petits epanouis et heureux comme des rois près téter leur maman) Donc je ferme mes oreilles aux reflexions. C’est vrai que la fatigue est là!!! mais le fait d’avoir des enfants nous bouffe de l’energie aussi, et je maigris comme neige au soleil avec l’allaitement, donc evidement les reflexionx fusent. MAIS je n’ecoute pas sauf les vrais specialistes ( LLL, Michel Odent, S. Didierjean, Renoal une asso de region equivalent à LLL)

    En bref, j’ai de la chance d’avoir des enfants qui n’ont jamais pleuré à l’ecole et la garderie les premiers jours, car je les voyez confiants en eux.( reservoir affectif bien rempli) Mais bon ça mon histoire et je sais bien qu’il y en a des biens differentes plus heureuses ou moins… :roll:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, Mais, il « faut » accoucher au printemps, sinon, c’est très galère pour les modes de garde. Nounous comme crèches ne sont quasi disponibles qu’en septembre. Pour le Grand, né fin septembre, nous avions besoin d’une place en janvier : réponse de la mairie : « mais, il n’est pas né à la bonne date :roll: « . Alors les deux autres et bien, ils sont nés en mai et en avril, pour rentrer à la crèche en septembre :mrgreen:

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @suzie, ouh punaise, j’aurais dû me poser la question du mode de garde avant de penser à faire un bébé :lol:

    Bah j’ai été enceinte d’un bébé pour fin mars (bien dans les temps), ils n’avaient pas de place non plus pour septembre, ce n’était pas avant janvier, et encore… Pis j’ai fait une fausse couche et j’ai oublié les histoires de crèche.

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, C’était juste un clin d’oeil, hein. Il est évidemment qu’on ne peut (ou ne veut) pas toujours choisir la date de la naissance de son bébé. Désolée pour la fausse couche :sad:

    Répondre

  42. Par rapport à la crèche/nounou…. mon expérience… de professionnelle qui oriente les parents vers structure ou nounou (je suis responsable de relais petite enfance)…
    Chaque ville (voire chaque structure?) a son propre fonctionnement d’inscription et de « choix » des dossiers. Dans notre cas, tous les parents qui ont des horaires compatibles avec la crèche sont acceptés (par exemple si les 2 parents ont des horaires « variables » tels 2 parents infirmiers par exemple, direction nounou car la crèche ne peut faire varier les contrats horaires des enfants toutes les 6 semaines…). Lors des « commissions d’attributions des places », nous débattons (directrices crèches, directrice générale des services, (élu) et moi même) des dossiers. En règle générale c’est par ordre d’arrivée des dossiers qu’ils sont acceptés. Mais…. oui les demandes de « temps plein » sont les 1ères acceptées car la crèche a besoin de « remplir » pour pouvoir fonctionner financièrement. Par contre parent avec ou sans travail, pas de souci pour nous. Et le parent qui m’appelle toutes les 10 sec, je passerai mon temps à le rassurer mais il n’aura pas de passe droit parce qu’il m’aura harcelée! Après je ne dis pas que les élus ne nous imposent pas quelque fois des parents sous prétexte que c’est le cousin de machin… mais en tant que profesionnelles nous nous battons contre cette pratique!
    Par contre idée reçue, non les ass’ mat ne coutent pas forcément plus cher que la crèche. Chaque situation est à comparer. Si accueil en crèche, le tarif est calculé en fonction des revenus des parents et du nombre d’enfants qu’ils ont à charge. Mais la caf ne leur versera pas d’aides supplémentaires pour cet accueil. En revanche, en employant une ass’mat, ils payent un salaire conséquent à leur ass’ mat mais ils bénéficient TOUS d’une aide pour l’emploi de cette ass’mat. Le montant de cet aide variant en fonction des revenus et nombre d’enfants à charge. Par contre oui, pour bénéficier de cette aide, l’ass’ mat ne doit pas dépasser un certain salaire horaire (4.21 euros net de l’heure actuellement) sinon la caf ne prendra plus en charge les cotisations sociales. (et je ne sais pas sur paris j’avoue, le tarn et garonne et la haute garonne, à ma connaissance, elles st ds les clous)
    Tout cela pour dire que personnellement je devrais payer en gros 460 euros pour un accueil en crèche pour mon petit Arthur et un salaire de 700 euros environ pour l’ass’mat. Mais pr l’ass’mat la caf me versera en gros 280 euros donc finalement de ma poche, en gros même budget!
    Après quand on a le « luxe » de pouvoir choisir le mode de garde, la crèche et les ass’mat n’apportent pas la même chose à l’enfant, et y’a des avantages et des contraintes dans chacun des modes de garde! Là aussi, aller dans les Relais Assistantes Maternelles (RAM), beaucoup informent sur l’ENSEMBLE des modes de garde de leur secteur et en tout cas vous accompagnent dans toutes vos démarches de parents employeurs d’ass’mat… important quand on ne connait rien à ce milieu!

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, mmmh, je crois que je ne fais que débuter dans la jungle des modes de garde. En Belgique, je sais qu’on retouche une partie de ce qu’on a payé via les impôts (càd 2 ans après, quand même, faut pouvoir débourser) et je ne sais pas du tout comment ça se passe pour les financements selon les modes de garde. Je crois que je vais devoir m’intéresser sérieusement à tout ça pour savoir ce qui est abordable, où il y a de la place, etc. :???:

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @ioshi, c’est sur mieux vaut se renseigner tôt… même si le faire quand on réalise à peine qu’on est enceinte, c’est pas évident!
    Et en France on a aussi droit à un crédit d’impots que l’on fasse garder son enfant en crèche ou chez une ass’mat. Et si les parents ont des CESU ils peuvent aussi s’en servir pr payer crèche ou nounou…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, dans le rapport Tabarot (cf http://www.poule-pondeuse.fr/2009/02/16/reforme-du-conge-parental/ ) il y a un graphique comparant coût de la crèche vs coût de l’assistante maternelle en fonction du revenu de la famille : à partir d’un certain seuil la crèche est même un peu plus chère !

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, oui tout à fait! (je connaissais le graphique… et le rapport!)

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, je suis à la recherche d’un document similaire pour la Belgique… Pff, ça ne facilite pas la tâche les différences entre pays, faut chaque fois un nouveau mode d’emploi!

    Merci à toutes pour les infos, je vais finir par comprendre quelque chose ;-)

    Répondre

  43. Vaste débat,…mais très intéressant !
    Juste un rajout, pour celles qui le peuvent, vous pouvez donner un peu de votre lait aux lactariums ; ils vous fournissent tout le matériel et viennent chez vous récupérér votre lait que vous aurez congelé.
    Je ne milite pas officiellement pour eux, mais je l’ai fait pour mon 2ème et je ne l’ai pas regretté, ça ne prend pas beaucoup de temps et ça peut aider des prématurés (qui ne digèrent que le lait maternel).
    J’y ai trouvé des avantages : ça « soulage » quand on a trop de lait, et les collecteurs sont en général d’excellents conseillers en allaitement (les meilleurs que j’ai rencontré en 2 grossesses et allaitements longs, et ce sont des hommes !)
    Pensez-y les filles,

    Isabelle

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, déjà l’ordonnance pour le tire-lait double-pompage + tel du lactarium + procédure à suivre! I’m ready pour la production industrielle et altruiste :mrgreen: :lol:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle,
    Liste ici :
    http://www.allaitement-maternel.eu/lactarium-adresses.html

    Quant à la procédure, je crois qu’elle varie en fonction des centres, il faut les appeler pour voir avec eux. Attention à ce que tu peux lire sur certains site, il n’y a pas de « production (industrielle !)minimale » (en tout cas à Paris, en 2007!), ils ont peu de donneuses, donc ils acceptent tout. Il faut juste un congélo et stériliser le tire-lait.
    Sinon, pour le matériel, ils le prêtent, mais moi j’ai tout fait avec mon Avent manuel (c’est + pratique à emporter au boulot…) :smile: . J’ai donné de 0 à 6 mois du bébé (après, ils ne veulent plus car la composition du lait ne convient plus aux nourrissons) mais bon, 6 mois ça va bien…

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle & Beatrice,
    Ma SF m’a conseillé d’attendre le 2ème mois du bébé avant de donner pour que la « production » soit un peu plus stabilisée.
    Par expérience vous en pensez quoi ?
    Je dois accoucher dans 2 semaines (c’est mon 2ème mais je ne savais pas que le lait maternel pouvait être donné avant que mon fils ait 4 mois un peu tard pour commencer à donner), pensez-vous que je devrais déjà prendre contact avec le lactarium ou au contraire, attendre 1 mois après la naissance parce que les choses vont assez vite une fois le contact pris ?
    Merci à vous de vos conseils.

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Galli,
    J’ai pris contact avec le lactarium, ma fille avait 1 semaine et j’ai commencé à donner tout de suite, ils ont accepté. Mais j’avais beaucoup de lait et ça me soulageait de tirer de temps en temps. Je crois que pour un 2ème, la production s’adapte + vite à la demande (si c’est le 2ème allaitement).
    A mon avis, tu peux déjà prendre contact avec eux pour connaître les modalités du don, et voir quand ton bébé sera né et en fonction de comment se passe l’allaitement à quel moment tu souhaites mettre ça en route.
    Wait and see…
    Tu es sur Paris ?

    Isabelle

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle,
    Merci de cette réponse rapide. Oui je suis en région parisienne, proche banlieue.

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Galli,
    Tu vas donc faire appel à celui de Paris (comme moi) et si ça n’a pas changé, tu peux donner très tôt (il faut attendre que ce soit du vrai lait, quand même, et plus du colostrum).

    Isa

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Galli, moi je suis en train de tester en direct live le lactarium de Paris ! Ils sont pas faciles à joindre par tel, mais je les ai eus ce matin et le « laitier » doit passer d’une minute à l’autre pour me donner le matos. Moi je te conseillerais d’attendre la naissance et de voir comment l’allaitement se lance avant de les contacter, mais ce n’est que mon avis. Par ex si ton bébé tète beaucoup (comme de nombreux bébés ;-)) tu auras peut-être envie de faire autre chose que tirer du lait entre les tétées. Ou si au contraire tu as un bébé qui prend peu de poids, peut-être voudras-tu garder tout le lait que tu tires pour lui donner en plus (au bib ou à la pipette ou autre). Bref je dirais wait and see !

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    C’est toujours Bernard ?

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, je sais pas il ne m’a pas dit son nom. C’est un black assez baraqué. Par contre le pauvre il a pas de GPS, donc il a bien galéré pour trouver ma banlieue :roll:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Non, alors ce n’est pas Bernard ! (le meilleur conseiller en lactation que j’ai jamais eu ! ;-) ) ; c’est vrai qu’ils manquent un peu de moyens dans les lactariums (lactarii au pluriel :?: )…

    Isabelle

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Galli, Moi j’ai du prendre contact au bout de 15j / 3 semaines,et j’ai eu le matos rapidement.

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, La poule pondeuse, Isabelle,
    Merci à toutes les trois de vos réponses et conseils. Je pense que je vais donc attendre un peu puisqu’ils ont l’air très réactifs. En même temps, si nous sommes peu nombreuses à donner, ils n’ont pas intérêt à laisser attendre les volontaires.
    @ La poule pondeuse,
    Quand tu auras le matériel, pourras-tu me dire si on a le choix du tire-lait. Parce que je n’y arrive bien qu’avec un électrique de Medela. Le premier que j’avais loué quand j’ai repris le travail pour mon fils c’était un Kittet qui me faisait horriblement mal. Et si je n’avais pas pris la peine de faire un benchmark plus poussé, j’aurais abandonné l’idée de continuer l’allaitement exclusif en travaillant. A la pharmacie là-dessus ils étaient vraiment pas au point…
    Merci encore pour les infos et conseils

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Galli, a y est j’ai le matos, et c’est un magnifique tire-lait kitet vintage qui doit bien avoir 10 ans :mrgreen: Je l’ai même pas essayé, j’ai plongé direct mon avent manuel dans le bain de milton fourni (pour le lactarium il faut tout stériliser + se laver le sein, c’est un peu relou mais bon).

    Répondre

    GalliNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Aie Aie Aie… C’est ce que je craignais.
    Alors soit je devrai me faire prescrire un TL par ma généraliste, soit je ne pourrai pas donner.
    Je ne suis jamais arrivé à tirer plus de 10 ml avec un TL manuel et je ne suis pas très douée pour l’expression manuelle non plus (j’ai rapidement des crampes…).
    Alors que je pouvais tirer 250/300 ml en 10 minutes avec le double pompage au boulot (dans d’assez bonnes conditions : mon bureau fermé à clef, stores descendus sur les fenêtres).
    Bon ben, je vais déjà commencer par accoucher et allaiter mon bébé, hein. Je vous tiens au courant de la suite. Et encore merci.

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Oui, c’est relou le savonnage, comme tu dis. Moi, je mettais un sopalin propre dans chaque bonnet du sous-tif après ma douche du matin, et je me donnais 1/2 heure pour faire leur bib de 120 ml (la matin, la production est meilleure ! :smile: ), du coup, je n’avais pas à me resavonner. Pour le Milton, un tupperwaere à demeure dans l’égouttoir de la cuisine et le TL qui trampouille dedans tout le temps… finalement, on s’y fait.

    Isa

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, maintenant les bibs ils font 250, c’est du boulot ;-)
    D’ailleurs demain je vais au salon de l’agriculture, je vais peut-être m’inscrire au concours de la meilleure laitière :lol:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    AHHRGGG, 250 !…avant ils donnaient le choix entre des 120 ou 240 ml ; pour les grands, on pouvait cumuler plusieurs « tirages » :???: sur 24 heures avant de congeler.
    Tu as du courage, en pleines vacances scolaires !… moi je délègue aux grands-parents ce genre de trip, ça leur rappelle leur jeunesse, les veaux, vaches, cochons…

    Isabelle

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, oui je le fais en 2 fois le 240, sinon ça va trop interférer avec ma lactation (et puis les 100-120 ml ils viennent sans trop d’effort, après il faut pomper et je suis pas un shadock moi :mrgreen: ).

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je n’ai jamais lavé les seins avant de tirer pour le lactarium (savonnage = porte ouverte aux gerçures et autres joyeusetés, au moins chez moi). Sous la douche, je passais la main sur les seins avec de l’eau. Par contre, j’ai toujours stérilisé le tire lait (comme dit Isa, le Tupp rempli de Milton, on s’y fait, ça finit par faire partie du paysage ;-) ) Jamais eu de soucis de lait « contaminé » (et pourtant, à Framboisy à l’époque, ils étaient hyper pointilleux)

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, A Framboisy, il y a 10 ans, quand tu arrêtais, le lactarium t’envoyait un gentil petit mot de remerciement, avec la quantité de lait donnée, c’est toujours impressionnant (surtout quand tu as l’impression de ne tirer que des petites quantités … ;-) )

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice,
    Oui, ils remercient par courrier effectivement, et ils sont tous extrêmement gentils et de bon conseil, c’est bien appréciable. J’en était arrivée à 25 litres, c’est vrai que c’est impressionnant ! :shock:

    Isa

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, J’ai fait que 8 litres en 2 ou 3 mois pour P’tit Mec N°3 (et hop, c’est repartis pour les comparaisons !!! :oops: :mrgreen: :lol: ). Je me rappelle avoir aligné 8 bouteilles de lait pour me rendre compte !!

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, c’est idiot de comparer, effectivement…
    Donner au lactarium m’a permis d’éviter de dégouliner toute la journée. Pour ma 1ère, c’est ce qui s’est passé nuit et jour pendant à peu près 3 mois… :sad: collante et mouillée du matin au soir !l’horreur !… :???:
    Et oui, parfois ça marche « trop » bien l’allaitement !…

    Mais je n’en garde quand même que des bons souvenirs.

    Isabelle

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, C’était juste un clin d’oeil à cause d’un précédent billet où on comparait les périmètres crâniens :mrgreen:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice,
    :lol: Pas lu !
    C’est dur de tout lire, surtout au boulot… :???:

    Isa

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, ah tiens ça me rappelle qu’il faut que je m’y mette (enfin avant ça il faudrait déjà que je ressorte mon tire-lait et que je fasse un petit stock pour Pouss2…).

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    Oui, surtout que ça peut servir, ma 2ème n’a JAMAIS voulu du lait en poudre, même 30 ml mélangé à du lait à moi, elle a toujours tout recraché la bourrique ! :evil: la nounou s’arrachait les cheveux !
    J’avais un petit stock au congélo, qui a fondu comme neige au soleil en 3 jours… Prévoyez large !

    Répondre

  44. Bon j’ai pas lu tous les commentaires et je vais à mon tour partager ma modeste expérience.
    Alors j’ai pas réussi à faire un bb toute seule (comprendre bb fiv), j’ai eu une grossesse allitée très médicalisée, un accouchement par césa en urgence pour cause de pré-éclampsie qui commençait à partir en vrille et bb est né à 36SA+1 à 1kg860. Donc le pb n’était pas la préamturité (légère à ce stade) mais le faible poids.
    Je savais déjà que ma grossesse serait pourrie, j’ai su tôt que j’aurais une césa (car le placenta était préavia-acreta) et je tenais coute que coute à mon allaitement. J’avais lu le Thirion (et mon chéri aussi, donc grande aide contre les « mais tu sais pas si t’en seras capable, tu n’aurais peut être pas assez de lait, regarde ta soeur son lait n’était pas assez riche etc etc)
    30 jours de néonat.

    Benoît a maintenant un peu plus de 7 mois et est toujours allaité. Mais punaise y a vraiment fallu que je m’accroche.
    En vrac :
    bb qui n’arrive pas à téter, on lui file une pipette de LA -> Réaction il se retrouve en diète 6 jours. Donc mon meilleur ami a été le TL (et grace à de très « bons » conseils j’ai réussi à avoir des crevasses avec le TL.
    On réintroduit l’alimentation à la pipette puis à la paille car il fallait bien contrôler les très petites quantités qui lui étaient autorisées. Mais on lui donnait soit du lait de lactarium le temps que mon lait soit analysé, pasteurisé tout ça. J’ai le droit de le mettre au sein, il a du mal donc on me demande d’utiliser des bouts de seins, ça marchotte un peu…Il est faible on lui fait une transfusion en me disant : demain vous allez voir il va téter comme un chef. A peine la première mise au sein faite, on m’annonce que le lait que j’avais apporté cru le matin avait un germe. Allez on arrête tout…
    UN joli staph doré, une crème antibio pour moi qui m’irrite les seins (déjà bien irrrités à cause des lavages au savon imposés pour tirer le lait…). ca guérit ouf je le remet au sein (avec bouts de sein sinon il n’y arrivait pas). Mon but était arriver à la nourrir pour enfin le ramener à la maison.
    Alors là déjà une belle culpabilité : si j’acceptais le LA il rentrerait déjà, il reste parce que je n’arrive pas à l’allaiter… Mais je tiens quand même.
    Au bout de 30 j on rentre !
    Là j’attaque (après une petite période d’adaptation à la découverte de son nouvel environnement j’attaque le sevrage des bouts de sein ! Bravo la galère.
    Ouf on y arrive. Mais sérieux j’ai mal, j’ai mal à chaque tétée, mal entre les tétées, je vis un enfer. Parfois je retire mon lait pour lui donner à la paille pour pas qu’il me touche.
    Bref je fini ENFIN par appeler une consultante de la LLL (pourquoi tant d’hésitation ? parce qu’une SF m’avait dit que bon fallait se méfier de ces femmes :roll: :roll: ) Et là je lui raconte tout. Et elle m’envoie vers un toubib compétent en allaitement. Diagnostique : une candidose mamaire (faut dire que bout de seins + crème antibio = mélange explosif). ON soigne et je découvre qu’allaiter peut ne pas être trop douloureux… Et oui j’ai toujours mal mais tellement moins…
    Je rappelle la consultante on se rencontre et là elle voit que mon petit père en fait a développé un réflexe de morsure, il sert très très fort d’où mes douleurs…

    Ah oui et à la néonat quand on m’a permis de prendre benoît pour le mettre au sein et bien ça a été demerden sie sich ! Zéro conseil, personne pour me dire si c’était comme ça qu’on faisait ou pas…

    Voilà je me suis accrochée et à quel prix… Parce que c’était vital pour mon équilibre psychique de réussir cet allaitement. Réussir pour annuler les autres échecs (se sentir pas capable de faire un bb toute seule, pas capable de mener une grossesse à terme, pas capable de mettre au monde son enfant toute seule… Je ne pouvais pas en plus ne pas être capable de le nourrir.

    A refaire : je ne douterais plus un seul instant à prendre mon tel et appeler qqn de compétent ! Cela m’aurait évité bien des douleurs !

    Donc ça vaut le coup de se documenter et de prendre les contacts qu’il faut au départ, quitte à ce que ce soit « pour rien » car oui tout peut très bien se passer aussi !!

    Après je pense qu’on doit avoir le choix d’allaiter ou pas, mais comme tu le dis, ce choix doit être éclairé. Donc ne pas allaiter pour de mauvaises raisons ou allaiter et vite abandonner parce qu’au final c’est pas le pays des bisounours… Et autant le savoir avant, ça permet de pouvoir faire face, et savoir qu’on peut surmonter les difficultés si on accepte de se laisser aider.

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @Céline, waouhh quelle expérience… :sad: douloureuse certes mais quelle revanche cet allaitement encore en cours! (bon le terme de « revanche » n’est peut être judicieux je sais pas, c’est celui qui me vient) quelle énergie, quelle force…, bravo!

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Céline, là moi-aussi je dis bravo Céline. allaiter un petit prématuré c’est vraiment pas facile. tu as déjà reçu toute la satisfaction pour toi d’avoir réussi cela, mais vraiment, je trouve c’est dingue les ressources que tu as eues et le courage aussi !
    sinon bein l’équipe médicale a été assez « sympa » d’attendre que l’allaitement se mettre un peu en place (malgré des mauvais conseils) avant de vous laisser sortir. il semble qu’elle ne t’ait pas trop mis la pression (je me trompe peut-être….)

    Répondre

    Anonyme a répondu :

    @Céline, je suis sidérée de la détermination avec laquelle tu as réussie à allaiter ton poussin, félicitation ! Je comprend tout à fait que tu ais tenu à le faire, vu ton parcours pour avoir cet enfant. Te réapproprier ton corps et ton petit bout, « prouver » au monde médical que tu était aussi indispensable à ton fils qu’eux, et surtout tisser ce lien tellement précieux entre lui et toi, je trouve vraiment formidable que tu y soit arrivée. Badinter trouverai cela certainement stupide, moi je n’y vois qu’une envie incroyable de revenir à un peu de « naturel » ou de « biologique » après toutes ces épreuves ! Je te souhaite tout le bonheur possible avec ton minot.

    Répondre

    Meduse69No Gravatar a répondu :

    @, oups, ce n’est pas mon nouveau pseudo, j’ai juste posté trop vite en oubliant d’écrire mon pseudo ! :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Céline, chapeau ! je reste pantoise devant une telle volonté : bravo à toi !

    Répondre

  45. A propos de Badinter, une autre contribution intéressante: http://ecologie.blog.lemonde.fr/2010/02/16/peut-on-etre-feministe-et-ecolo/#more-123#xtor=RSS-3208.

    Répondre

  46. Je suis très heureuse de voir que le livre de Marie Thirion fait toujours partie des classiques. Je lui dois l’allaitement réussi de mon troisième et de mon quatrième enfant en 83 et 86 (9 mois et 20 mois). Il est en effet très bien documenté, et pas du tout culpabilisant.

    J’en avais acheté un second exemplaire pour mieux le faire circuler.

    La Leche League donne d’excellentes informations, mais… je les trouve un peu trop centrées sur le fameux « couple » (?) mère/enfant, ne laissant au père qu’un petit strapontin.

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @cultive ton jardin, parait que Marie Thirion est un peu « dépassée » finalement, dixit ma SF qui recommande les écrits/vidéos etc. du dr Jack Newmann. Son site: http://www.drjacknewman.com/

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, c’est vrai qu’une de ses vidéos m’avait bien aidée pour le placement de la crêpe qui pinçait trop. C’est grâce à lui qu’on a « retourné » sa lèvre inférieure et que les crevasses ont disparu.

    Répondre

  47. pour mon fils, l’allaitement à été trés simple à part des crevasses à la mater, mais sinon no problemo.
    Duu coup pour ma fille , j’ai rien compris enfin si plus tard grace à la LLL. J’ai souffert d’1 REF (reflexe d’ejection Fort°. En bref le lait etait distribué au carsher. Dons les premiers mois BB avait des coliques+++ avec des selles vertes mousseux rares et distribuées à la pression (ça aarrosé le mur situé à + d’1 m), Mais le pire a été qu’elle n’etait pas rassurée par le sein donc gros gros pleurs pour s’endormir. donc elle ne tétait qu’au reveil car sa succionetait moins tonique et ellle s’en prenait moins plein la poire. moi je culpabilisais car je me disais que je ne savais pas rassurer ma fille, bref une mauvaise maman… Culpabilité quand tu nous tiens! De plus les tétes sont trés courtes mais trés trés frequentes ( D’où les nuits trés trés courtes). A 4.5 mois le fenomene semble s’etre calmé et je retrouve le plaisir de voir mon BB téter avec plaisir.
    En tout cas chapeau à celine , ilfaut vraiment s’accrocher et se tourner vers des gens competents, ce qui ne court pas les rue.
    Pour le lactarium, j’aurais aimé mais j’ai deja du mal à faire des reserves en vue de la reprise du boulot. Et franchement je suis en admiration car avec 2 petits je suis completement debordée. (là je profite ils dorment tout les 2, ouf!!)

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @cyann,
    Tu peux de temps en temps tirer un peu ton lait, juste avant la tétée, cela a plusieurs avantages : il y a un réflex d’éjection beaucoup moins fort et le lait que boira le bébé sera moins riche en lactose et plus riche en graisses : il y a donc moins de risque de colique et ton bébé sera un peu plus rassasié avec le même volume. Tu peux faire ça quand il (ou elle, je ne sais pas) n’a pas bu depuis longtemps, donc là où tu as le plus de risque d’avoir un REF qui le gênera (avec risque d’avaler de l’air : colique…) et l’énervera, surtout qu’il (ou elle) aura faim !
    Bon courage !

    Isabelle

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, merci. pour tirer mon lait s’etait pas vraiment possible car la miss tétait toutes les 5 min (bon j’exagere un peu) et ne dormait que sur moi. Maintenant ça va beaucoup beaucoup mieux, elle s’etouffe de temps en temps mais à l’air de bien gerer la chose. elle s’endort meme au sein. C’etait juste pour dire que chaque allaitement est different! (avant je croyais que ça se passer toujours comme pour mon fils, j’ai été vraiment surprise), et je ma suis beaucoup remise en question avant de comprendre cela

    Répondre

    zazila a répondu :

    @cyann, hello, j’arrive un peu tard, mais un truc qu’on m’avait donné et qui a super bien marché avec un REF: dès que tu peux, allaiter couchée (comme ça le karcher a moins de pression et ne vise pas directement la glotte !) et le bébé cherche à prendre et à lâcher le mamelon tout seul, plus libre de ses mouvements aussi s’il est effrayé par le jet de lait…
    La sieste en prime parce que si tout le monde est couché+tétée tranquille=tout le monde s’endort.
    Bon peut-être que tu le fais déjà…c’est juste une idée.

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @zazila, merci, maintenant ma puce a 5.5 mois, a l’air de s’etre accomodée du REF et celui ci à l’air moins fort. Elle a gardé comme habitude les microtétées , les micrododos et surtout les tétées nocturnes ( c’est que du bonheur ;-) .
    mais c’est vrai que les tétées allongées ou demi assise nous ont bien aidé ainsi que de la mettre au sein des le reveil. A force de tattonement on y est arrivé. maintenant c’est comment gerer ces habitudes pour le pasage au bib de lait maternel chez la nounou. :roll:

    Répondre

  48. @Renarde : oui l’équipe e néonat a été super et a soutenu mon allaitement. Ils ont donné toutes les tétées où je n’étais pas là à la paille et sérieux c’est qd même plus long qu’un bib. Faut dire qu’avec l’IPLV le LM est ce qui lui convient le plus et on fera une tentative de réintroduction des PLVs sous contrôle.
    La pédiatre de la néonat met l’équipe au pas pour aider les mamans dans l’allaitement parce que c’est ce qu’il y a de mieux quoi qu’on en dise surtt pour rattraper un poids de naissance très bas

    @Anonyme : oui c’est ça je voulais qqchose d’enfin naturel. Et c’est clair que Badinter ne me féliciterait pas…

    Pour le don au lactarium : au début je voulais, histoire de rendre la pareil, car mon bb a eu de lait de lactarium. Mais j’avoue qu’après tant de temps avec le TL toutes les 2-3h pour stimuler etc ben quand j’ai pu ranger le TL je l’ai fait avec plaisir… Et puis j’ai du gérer un déménagement, donc j’ai mis ce projet aux oubliettes, je sais c’est mal….

    Répondre

  49. J’ai reçu le livre de la LLL. Et j’apprécie vraiment ce qui est écrit : pas de culpabilisation mais des idées, des pistes à essayer. Alors merci à vous toutes pour me l’avoir indiqué !
    Bon, ben, yapluka attendre petit bonhomme… d’ici 2 / 3 semaines maximum.
    :mrgreen:

    Sam

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Saminette, tant mieux si ce qu’on t’a conseillé te convient, car on n’assure pas le SAV :mrgreen:

    Répondre

    SaminetteNo Gravatar a répondu :

    @Clemys,
    Message reçu 5/5…
    :mrgreen:

    Répondre

  50. sur Rue 89, il y a un article assez hallucinant http://www.rue89.com/2010/02/18/elisabeth-badinter-cest-moi-139191
    En le lisant, j’ai eu l’impression d’avoir vécu le contraire de cette femme (si c’est bien son témoignage, pas un récit journalistique). Les commentaires sont assez intéressants.

    Répondre

    SaminetteNo Gravatar a répondu :

    @sophie,

    Tout à fait d’accord avec le 2ème commentaire.
    Je reconnais juste un point sur le 1er qui est intéressant : « Merci de dire que ce retour des femmes à la maison est plus le produit d’une crise de l’emploi qu’une réelle envie. »
    Parce que c’est très certainement vrai pour une partie des mamans, mais pas toutes.

    Sam

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @sophie,
    Effectivement, ces discours viennent du fait que l’on veut à tout prix revendiquer ses choix ! Pourquoi ?
    Pourquoi faut-il se justifier quand ou veut (ou non) la péridurale ? quand on veut (ou non) allaiter ? si on veut (ou non) donner des blédibeurk ;-) (oui, je trouve ça dégeu, je m’exprime !)
    C’est vrai que la société ne nous aide pas, mais c’est à nous aussi de faire bouger les choses ! Pour réagir au 2ème commentaire, quand j’ai tiré mon lait j’ai dit à ma responsable : « je squatte votre bureau 20 minutes tous les midis, c’est le seul qui ferme à clé ! » J’étais déterminée et je l’ai dit avec le sourire, c’est bien passé !
    J’ai tiré mon lait avec plaisir pendant plusieurs mois et j’ai tout envoyé valdinguer du jour au lendemain aux 9 mois de ma fille, j’en avait marre de l’allaitement, et elle aussi d’ailleurs ! :???:
    Je crois aussi que c’est parce qu’on monte un peu tout ça en mayonnaise qu’on ne sait plus ce qu’on veut !

    Non ? :?:

    Isabelle

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, Il faudrait savoir quelles genres de pressions cette femme subies pour accoucher sans péridurale, alors qu’elle la souhaitait, ou pour allaiter alors qu’elle n’en a pas envie ? Est-ce vraiment la société ou plutôt sa famille ou sa religion ? Parce que franchement accoucher sans péridurale (à moins d’une contre-indication médicale), il faut vraiment le chercher (ou alors à cause d’un accouchement trop rapide), ce serait plutôt l’inverse qui est vrai…
    Je trouve qu’elle fait bien de s’exprimer. Après maintes lectures sur le livre d’EB, je crois que ce qu’elle revendique vraiment c’est le choix. Or , visiblement, cette femme n’a rien choisi, on a choisi pour elle. EB parle de la société et de la pression de LLL, mais est-ce vraiment eux les coupables ?

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @suzie,
    Et bien tu vois, j’ai voulu accoucher sans péridurale pour ma 2ème, sans avoir subi de pression d’aucune sorte. La 1ère s’étant mal passée, je voulais faire sans pourla 2ème et je ne l’ai pas regretté. Je me suis laissée le choix jusqu’au bout bien sûr de changer d’avis, même si les SF n’adhèrent pas trop car beaucoup ne savent plus gérer un accouchement sans produits chimiques. Je ne rejette pas les hormones et autres anesthésiant, bien sûr, mais ils ont aussi des effets indésirables dont nous (les futures mamans) n’avons pas connaissance avant la naissance. Le fort taux de péridurale en France va de pair avec les sous-effectifs en maternité ; et on sait aussi que sur-médicalisation ne va pas de pair avec sécurité, ni pour la mère, ni pour l’enfant.
    Je ne conseillerai à personne de faire « avec » ou « sans », c’était mon choix perso à ce moment là, c’est tout.

    Je voulais juste souligner le fait qu’assumer ses choix ne signifie pas forcément qu’il faille les revendiquer haut et fort ; et qu’à se forcer à les justifier, finalement on finit par douter ! Je pense que c’est surtout par nos actes, plus que par nos paroles que nous feront changer les choses. L’allaitement est un sujet explosif, on ne peut pas en vanter les mérites en société sans passer pour une fanatique, c’est ça qui est dommage. Pourquoi faut-il dire qu’on est « pour » ou « contre » ? Pourquoi faut-il énumérer les avantages et les inconvénients (différents pour chacune d’entre nous, en plus !) ; comment peut-on en plus se prononcer sans jamais avoir essayé ? Je suis toujours scotchée devant l’avis formel de certaines personnes qui ne connaissent rien au sujet… :roll:
    Si on veut effectivement se conformer à ce que pensent les autres, on a effectivement jamais le choix, tout le monde a un avis différent ! Avoir le choix et l’assumer, c’est aussi se faire confiance et agir, ce n’est pas seulement vouloir le justifier, enfin je pense !… :cool:

    Isabelle

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, Non, mais je sais bien qu’on peut choisir d’accoucher sans péridurale… Là n’était pas la question ;-) C’est juste qu’elle donne le sentiment d’avoir accouché sans péridurale et que ce n’était pas son choix :roll: Alors, je me demande simplement qu’elle fut la pression sur cette femme pour qu’elle ne puisse pas choisir et assumer son choix. Elle fait référence à EB qui parle de pression sociale, mais bon à ce point là, ça me semble énorme…

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @suzie, je ne sais pas s’il y a du lobbying « anti-péridurale » en France actuellement, pour que cette personne se sente obligée d’accoucher comme ça ! :sad:
    C’est quand même plutôt l’inverse dans les maternités !

    Cela rejoint les avis des autres : ses propos ne reflètent pas la réalité, elle en fait un peu trop !…

    Isa

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle,
    Idem ! Quand j’ai lu ce témoignage hier, je pensais sincèrement que c’était un fake ironique et qu’il y aurait un démenti aujourd’hui….
    Je n’arrive pas à comprendre qu’on puisse se sentir obligée à ce point là de faire le contraire de ce que l’on désire….

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @sophie, c’est tellement caricaturale que je doute beaucoup de la véracité de ce témoignage… je penche pour 95 % de mytho :mrgreen:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, allez 97%!et pas que de mytho mais de la bonne et grosse mauvaise foi… :roll:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @sophie, je trouve ça assez délirant aussi ce « témoignage » !

    Répondre

  51. Le ELLE de la semaine fait son édito sur la coupe menstruelle sous la plume d’Alix Girod de l’Ain (dont j’apprécie certaines chroniques) … Je vous laisse le lire si vous passez chez votre marchand de journaux … Moi je vais écrire le courrier de résiliation de mon abonnement ….. :evil:

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, je crois que je ne le lirai pas, mais si ça vaut ce que dit Marion Ruggieri (http://www.youtube.com/watch?v=t1cIu-ugTEY), l’info est très loin de la réalité et sans aucune recherche journalistique… Même mon mari (qui ne porte pas de coupe menstruelle et qui s’en fiche) était scié par les énormités énoncées :shock:

    (la poule, ce sujet est décidément l’endroit où on vient polémiquer ;-) )

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @ioshi,

    Je rêve !!!!!!! Nettoyer toutes les 3h et stériliser toutes les 12h ???? Ce n’est même plus de la désinformation à ce niveau là…On ne leur demande pas de tester les objets dont parlent les journalistes mais au moins de lire la notice d’emploi !!!!

    Je ne comprends décidément pas cet acharnement contre la coupe menstruelle… Qu’elles se posent des questions sur la charge de travail représentées par les couches lavables, soit ! Mais franchement la coupe menstruelle, on peut dire que, oui, ça contribue à la libération de la femme tellement c’est pratique !

    Répondre

    ioshiNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, totalement d’accord avec toi. Pour moi, c’est 10x plus facile avec une coupe qu’avec un tampon ou une serviette. Niveau confort, c’est incomparable! Mais quand on entend ça, on se demande vraiment où les journalistes vont chercher leur info :shock:

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu,
    Bon, faut que je me jette à l’eau, depuis le temps que je lis des témoignages supers là dessus !… :razz:

    L’avez achetée où votre coupe ?

    Isa

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, tu as tout ici: la basse cour est pleine de ressources (ou de bobos écolo intégristes ça dépend des points de vue apparemment!)! Merci la poule!
    http://www.poule-pondeuse.fr/2008/02/27/la-poule-pondeuse-et-la-coupe-de-sang/

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, Merci !
    Je l’avais lu il y a longtemps ce billet, mais je n’ai pas fait l’effort de le retrouver ! :sad:
    J’ai mis 30 minutes l’autre jour à retrouver les coordonnées de la pièce de théâtre pour enfant qui parlait d’un petit pois et qui se joue près de chez moi …
    Ah, la feignasse ! :mrgreen:

    Bon, je vais me lire tout l’article ce soir !
    Merci !

    Isabelle

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Isabelle, avec plaisir! moi aussi commandée chez bébéaunaturel sans regrets!

    Répondre

    IsabelleNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe,
    Bon, ça y est, j’ai commandé, suite au lobby (c’est d’actualité ! ;-) )de toutes ces pondeuses ou futures pondeuses bavardes ici présentes !…
    J’en ai profité pour prendre 2 culottes d’apprentissage lavables pour la petite dernière qui fait de la résistance au pot et aux toilettes (tête de lard …. :evil: )

    Merci pour les tuyaux,

    Isabelle

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    +1 avec la pâte à crêpe.

    C’est d’ailleurs en lisant les témoignages sur la basse-cour que je me suis lancée !

    Ça vaut vraiment le coup d’essayer Isabelle, au pire tu as perdu max 30 euros :mrgreen:

    Moi je suis une « pas douée de ses 10 doigts » qui n’a jamais réussi à mettre correctement des tampons (soit je le sentais, soit je m’en mettais un peu partout, pardon pour les détails peu ragoûtants :oops: ) et avec la coupe, en 2 cycles je maitrisais complètement le truc !
    En fait c’est tellement confortable, que comme le décrit très bien la poule dans l’un de ses premiers articles sur le sujet, la première fois que je suis sortie de chez moi en portant la coupe, j’avais envie de dire à toutes les personnes à qui je croisais à quel point c’était formidable (heureusement qu’elle l’avait écrit d’ailleurs, comme ça je me suis sentie un peu moins cinglée :mrgreen: )
    Je l’ai acheté chez bébéaunaturel à l’occasion d’une autre commande mais tu en trouves de plus dans les magasins bio.

    Répondre

    LoskaNo Gravatar a répondu :

    ça donne envie de croire qu’il y a un Lobbying anti-coupe menstruelle de la part des vendeurs de tampons et serviettes…

    Répondre

    KarapichuNo Gravatar a répondu :

    @Loska, :lol: :lol: :lol:
    C’est en tout cas plus crédible que l’affreux lobby de la LLL qui oblige les mères à allaiter !
    Je pense qu’en l’occurrence c’est plus un jugement péremptoire sans la moindre volonté de chercher à s’informer au préalable…
    Ça en dit long en tout cas sur le travail de recherche de certains journalistes…

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Loska, c’est ce qui est déroutant dans le discours de EB: lait en poudre, petits pots, couches jetables, tampons et serviettes sont très peu économiques par rapport à allaitement, purées, couches lavables, et coupe… à relier aux autres infos sur sa place dans le monde de la pub ou pas??

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, en faisant abstraction de son lien avec Publicis, moi ce qui me déroute dans ses arguments, c’est que si elle considère que les femmes font 80% des tâches ménagères, elles font donc aussi les courses… donc pack d’eau, couches et boîtes de lait : c’est lourd et encombrant et tu passes ta vie au supermarché… c’est hachement liberateur ;-)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, « chériiiiiiiii, tu m’aides à porter les courses steuplé??????? » t’as raison, super la libération de la femme! ;-)

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, je préfère prendre le risque d’avoir quelques crevasses en début d’allaitement qu’une hernie discale :mrgreen:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, « chériiiiiiiii tu me mets de la lanoline? » c’est mieux quand même! :mrgreen:

    Répondre

    LoskaNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, ça parait gros mais c’est bien tentant de faire le lien..Ce serait pas étonnant que les changements progressifs (même si peut-être encore marginaux) des consommateurs préférant le lavable au jetable dans pas mal de domaines (protection menstruelles, couches, lingettes,…) commencent à faire flipper les marques.

    Bon désolée d’alimenter le hors-sujet :arrow:

    Répondre

    LoskaNo Gravatar a répondu :

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Moi ça me fait hurler d’entendre que la coupe est un asservissement à l’écologie. Au risque de me répéter, si j’en utilise une c’est parce que c’est infiniment plus confortable et pratique que tout le reste, le fait que ce soit écolo est un bonus !

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @toutes, je savais que ça allait vous plaire :mrgreen: :lol:

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Ah bein de voir que cette coupe mentruelle est super controversée, ça me donne envie d’en acheter une !!! (même si j’avoue qu’au début, rien que l’idée ça me dégoûtait, je trouve maintenant que ça ne doit pas être bien différent d’un tampon et puis qu’est-ce que c’est puéril de trouver ça dégoûtant !!)
    Sinon sur Youtube, dans la rediff de Marion Ruggieri, il n’est pas possible de laisser des commentaires ! (vous êtes-vous déchaînées ?!!)

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, yoho j’ai acheté ma première coupe !! Chez Fleurcup, c’est possible d’en avoir une en couleur (je trouvais ça un peu « déprimant » !! le blanc des autres marques)

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, Bienvenue au club :lol:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, Bravo !! :mrgreen: Bon, je fais la pub de la coupe, que même ma soeur en a une après lecture des billets de La Poule, mais pour être honnête, perso j’ai opté pour le méchant stérilet plein d’hormones :mrgreen: :oops: et donc plus besoin de rien, ni coupe, ni autre ;-) (mais si un jour …. ça sera coupette, c’est sûr :lol: )

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, ah le stérilet à hormones, j’ai une collègue qui a fait son 4ème comme ça :grin: !!!
    sinon j’ai rêvé de ma coupette toute la nuit, dingue l’effet que ça me fait !

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, 4ème c’est bon, j’ai déjà …. et un 5ème sous stérilet aux hormones, vu mon age, ça relèverait du miracle :lol: :mrgreen:

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Chez nous, c’est une instit de l’école qui a eu le 5e comme ça :mrgreen:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, bahhhh, on verra bien :mrgreen: (7 ans d’efficacité avant P’tit Mec N°4 quand même ….. ;-) )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, je l’ai lu (ma mère me l’a découpé…) ! « qui s’ouvre en corolle » ? mais c’est une pub de tampon ça non ?

    Répondre

  52. Je m’aperçois que finalement je n’ai parlé que des polémiques Badinter et pas du sujet initial du billet :oops:
    Alors moi mon petit conseil pour l’allaitement, en plus de ceux qui ont déjà donnés, c’est d’essayer de débrancher son cerveau et de se faire confiance à soi et à son bébé.
    Ma montée de lait a été assez tardive (car rétrospectivement, allaitement pas assez à la demande) et j’ai été obligée d’accepter des compléments car nous avons flirté avec les 10% de perte de poids (10g de moins et le protocole de la maternité prévoyait une hospitalisation en néonat et un bilan sanguin + urinaire).
    Dès que je suis rentrée à la maison et que j’ai oublié ma montre et les « mais il a tété il y a 30 minutes il ne DOIT pas avoir faim… », tout a roulé.
    J’ai vraiment eu une « révélation » après le deuxième pic de croissance (le premier avait été juste infernal me dire sans arrêt qu’il n’étai tpas possible qu’il ait déjà faim… ) faire confiance à son bébé, lui donner toutes les demi heures ou heures pendant quelques heures ou quelques jours et hop, tout s’adapate et le rythme revient. Mais si on lutte à espacer les tétées cela prend beaucoup plus de temps !
    D’ailleurs, un petit conseil pour les pics de croissance : faites vous inviter !!! Hormis le premier pic, mon bébé a toujours choisi de les faire à des moments où on était invités/ ou avait des invités. Finalement c’était le top ! On est occupée à discuter, les gens s’occupent de la « maintenance » (repas), on met au sein dès qu’il pleure, sans réfléchir et le temps passe beaucoup plus vite !!!
    Le top cela a été le pic des 3 mois, où l’on avait organisé un we de « présentation du bébé » avec tout un groupe d’amis. Il devait bien téter 20 fois par jour, j’ai passé 3 jours avec un sein « à l’air » mais je ne m’en suis presque pas rendue compte, toute occupée à discuter avec des gens que je n’avais pas vus depuis longtemps. Certains m’ont juste demander à la fin du we s’il était normal qu’il mange autant :lol:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, oui les discours à la maternité c’est souvent « allaitez à la demande, c’est-à-dire 15 minutes toutes les 3 heures » :roll: :lol:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Karapichu, ce que je faisais dans ces moments-là: téloche une heure le soir avec la petite au sein pendant quelques jours… Parce que c’est vrai qu’allaiter sagement dans la chambre d’enfant pendant des plombes, on s’emmerde assez vite :lol:
    Sur l’allaitement à la demande, ma SF m’a dit que les trois premiers jours (avant la montée de lait) elle préconisait la mise au sein dès l’éveil voire pendant les moments de demi-sommeil de l’enfant… En tout cas pour les gros dormeurs qui ne réclament pas tous suffisamment. Sinon, dans de très rares cas, les bébés peuvent perdre pas mal de poids et se retrouver carrément déshydratés après quelques semaines… ça n’a pas été mon cas, mais une copine à moi a eu une petite fille peu tonique qu’il a fallu beaucoup stimuler pour qu’elle tète. Sa mère a même du lui donner des bibs de complément (les fameux…) très vite parce qu’elle devenait carrément rachtos :sad:

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Ah, bah, tu vois personne ne me l’a dit moi ça. On m’a dit à la demande, ouais ben quand ils passent leurs journées à dormir !! :roll: C’est exactement ce qui est arrivé au Moyen déshydraté à deux mois !

    Répondre

  53. Devenir parent est une très grande aventure. Se poser la question de quel parent on veut être me parait importante. Et la question de l’allaitement me semble faire partie de cette réflexion. Alors merci pour cet article, mesuré, intelligent. Ce choix est celui de la mère, beaucoup, du père un peu et doit être respecté par tous, allaitement ou biberon!

    Répondre

  54. Bon article. :)

    J’ajouterai juste que l’allaitement est une expérience qui se vit, et que comme pour la grossesse et l’accouchement (et beaucoup d’autres choses), tant qu’on a pas vécu cette expérience, on ne sait pas ce que sait.

    Il faut plus d’informations sur l’allaitement, surtout en amont comme tu l’écris.
    Pour mon premier, je ne me suis pas renseignée « plus que ça »… Allaitement ou biberon, je m’en fichais un peu, je pensais que c’était pareil de toute façon.
    J’ai donné la « tétée de bienvenue » et j’ai aimé donnée le sein. J’ai su à ce moment-là que je l’allaiterai…
    Ça ne s’est pas bien passée au début… 3 semaines à souffrir à chaque tétée… merci au livre de Marie Thirion.
    J’ai allaité 13 mois mon ainé, qui s’est sevré tout seul, et j’allaite « encore » mon cadet de 5 mois (!)

    bah, c’est un sujet encore très sensible pour moi… La tétée de bienvenue a été refusée à ma compagne de chambre à la maternité, parce sa fille pesait 2,6 Kg, poids de naissance de mon ainé qui a eu « droit » aux bib compléments « systématique » sans mon accord… en grande partie responsables des douleurs des premières semaines (je me demande encore comment j’ai fait pour supporter ça :shock: )
    Et ce qui me met en colère, c’est que son choix n’a pas été respectée, elle voulait essayer, « on » lui a dit non et donné le médoc pour stopper la montée de lait :shock:

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, pour ta compagne de chambre, je trouve que c’est vraiment dommage qu’elle n’ait pas eu l’aide du personnel pour allaiter son bébé; c’est dingue qu’il se passe ce genre de truc dans les maternités !
    J’ai la belle-soeur d’une amie qui a foiré son allaitement car ils ont donné au bébé un bib et après le bébé avait du mal à téter le sein, elle était fatiguée de son accouchement (pas vraiment en état de se battre, de dire non …) et résultat, ils lui ont aussi donné des cachets pour arrêter sa montée de lait !
    Elle a eu beaucoup de mal à faire le deuil de son allaitement.
    Le manque de temps du personnel dans les maternités, le manque de formation aussi font que beaucoup de mamans « ratent » cette si belle expérience !
    Perso, j’ai allaité ma fille 13 mois et ça a été une expérience magique, formidable … mais j’ai été aidée, j’ai eu la chance d’accoucher dans une maternité amie des bébés donc pro-allaitement avec de l’aide et de l’écoute, pas de bibs tout de suite si l’allaitement démarre doucement …
    J’ai beaucoup lu sur l’allaitement aussi pendant ma grossesse, j’ai eu de bons conseils par une amie qui a allaité longtemps son bébé.
    Il y a 2 mois quand ma nièce est née, j’ai été très heureuse de pouvoir aider la maman par mes conseils, elle m’a dit il y a peu que je l’avais bien conseillé !
    Je suis ravie d’avoir pu l’aider comme on m’avait aidé lors de la naissance de ma fille !
    Pour conclure, c’est une très belle expérience que d’allaiter un bébé, j’ai adoré, j’en ferai bien un petit deuxième rien que pour cela :lol:

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @Opale, il m’est arrivé à peu près pareil que la belle-sœur de ton amie. Je suis toujours étonnée d’avoir trouvé les ressources en moi pour me battre, et je ne décolère pas d’avoir dû me battre ; une puér a même fait venir une collègue de néonat pour me convaincre de reprendre les bib de complément parce que mon bébé « crevé de faim ». Je garde ma colère pour la transformer en énergie et créer une asso locale de marraine d’allaitement.
    Quand à la puer, je ne lui en veux pas de faire son travail, en revanche, ces mots, à un instant où j’étais si fragile… je ne crois pas que je les oublierai de sitôt !

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, j’ai encore un exemple tout récent d’une cousine à qui une puéricultrice a dit juste après son accouchement qu’elle ne pourrait pas allaiter car ses bouts de seins n’étaient pas faits comme il faut (alors qu’ils ne sont même pas ombiliqués !!) !! dingue ! Elle et le papa ont trouvé la ressource je ne sais où de se lancer dans l’aventure malgré tout et l’allaitement se passe très bien.
    Comment peut-on balancer des conneries pareilles à une jeune accouchée quand on est un professionnel de soins !?

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, Les croyances ont la peau dure… et les personnes qui travaillent dans les maternités ont été formés, et pensent donc savoir de quoi elles parlent, alors que nous, on est juste des mamans de quelques minutes qui ne savent rien, et on ne fait pas le poids par rapport à leurs expérience…
    je n’en veux pas personnellement aux personnels de la maternité, mais plutôt à la société, et j’espère que le label « hopital amis des bébés » va se répandre !

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, oui, pour des maternités « amies des bébés » partout en France mais malheureusement, il faut de l’argent pour ce genre de maternités et ce n’est pas du tout la politique actuelle …
    J’ai eu le bonheur d’accoucher dans une maternité avec ce label et le personnel a beaucoup de pression car ils doivent augmenter le nombre de naissance sans pour autant avoir plus de personnel et je crois que c’est au détriment des bébés et des mamans.
    Aujourd’hui, la politique est d’avoir de grosses maternités, des usines à bébés où la maman doit rester le moins de temps possible, on accouche dans telle position, pas de projet de naissance, si tu veux allaiter et bien débrouille-toi, si ça marche, tant mieux sinon un bib’ et voilà !
    Bon c’est un peu 1 caricature mais malheureusement, c’est presque ça …

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @Opale, moi je ne trouve pas que se soit caricatural : les nécessités de rentabilité et la surcharge de l’hôpital vont dans le sens exact opposé à l’allaitement :
    1- il faut que maman et bébé sortent vite, or on sait qu’avec l’allaitement, la courbe de poids remonte moins vite –> hop, un bib.
    2- exemple de ma belle soeur qui a accouché le mois dernier par césarienne. Elle ne pouvait pas se lever ni se pencher suffisamment pour prendre le bébé dans son berceau et devait donc appeler les infirmières super souvent pour qu’elles lui donnent afin de le mettre au sein. Au 3ème appel, elles ont passé leur temps à la tanner pour qu’elle donne des bibs parce que clairement, ça les dérangeait :sad: (elle a résisté, yes !).

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, vive la résistance et un bon allaitement à la belle-soeur alors ;-) !!
    En effet, bien démarrer son allaitement dans les maternités françaises aujourd’hui, c’est difficile pour les mamans :-( (surtout pour un 1er allaitement …)

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, et Opale, je permets d’ajouter mon petit grain de sel dans notre échange, car je ne pense pas que l’aide apportée aux mamans qui désirent allaiter ne soit qu’une question de moyens, d' »usines à bébés » ou de rentabilité.
    Bien sûr, il est évident qu’une mère mieux entourée, donc avec un personnel plus nombreux, et qui peut choisir de rester plus longtemps à la maternité, aura plus de facilité à démarrer l’allaitement.
    Mais pour moi, plus que d’un problème de quantité (moyens, personnel…), il s’agit d’un problème de qualité. Qualité de la formation des personnes (sages-femmes, puéricultrices, infirmier(e)s…) notamment, car à lire un certain nombre de témoignages ici, une bonne partie des mamans qui n’ont pas pu allaiter ont été mal conseillées, ou ont reçu des conseils contradictoire, ou pire, se sont vu imposer de ne pas allaiter. Qualité aussi de la relation et de l’écoute, car je pense que pas mal d' »échecs » sont liés au fait qu’une maman n’a pas été vraiment écoutée, comprise, mais qu’elle a été un peu considérée comme un numéro, et ça selon moi, ce n’est pas qu’une question de temps et de moyens.
    Enfin, je pense que s’il est parfois si difficile en France de réussir à allaiter le temps qu’on le souhaite malgré les difficultés, c’est aussi une question de mentalités. Ce que j’entends autour de moi en termes de préjugés sur l’allaitement, ou d’idées fausses mais bien ancrées, etc., me donne à penser que nous sommes encore assez marqués par une mentalité qui date de l’après-guerre et qui veut qu’un bébé soit « calé », mange à heure fixe, pèse un certain poids, etc. (c’est Marie Thirion, je crois, qui en parle très bien).
    Et je pense que sur ce point, malgré le manque de moyens parfois évidents, l’évolution est plutôt positive en France, les bienfaits de l’allaitement mieux reconnus, et le personnel médical semble-t-il mieux formé (même si je n’ai pas de statistiques). Je pense que la génération de nos mères et de nos grands-mères a été beaucoup moins bien entourée et informée pour allaiter que nous ne le sommes aujourd’hui (pour beaucoup, la question ne se posait même pas, c’était biberon tout de suite), alors que l’heure n’était pas encore aux économies, à la recherche de la rentabilité, etc.

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    Oups, je voulais dire « dans Votre échange », et pas « dans notre échange » :oops:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, franchement, à écouter certains, tu as vraiment l’impression que l’allaitement est une gentille lubie de baba cool qu’il faut arrêter au moindre écart à la norme (dont on ne sait pas trop d’où elle sort d’ailleurs ou sur quoi elle se base, à part l’expérience personnelle :roll: ). Jusqu’ici pour beaucoup de professionnels de santé les recommandations d’allaitement exclusif se traduisent simplement par « à la place du biberon mettre le sein de la mère dans la bouche du bébé ». Alors qu’en fait c’est un vrai changement de système qui est nécessaire !

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Oui, c’est tout-à-fait ça ! Dans ma famille, on me charie gentiment en disant que je suis baba-cool (moi qui suis pourtant on ne peut plus « classique »), parce que j’habite dans un arrondissement « bobo », que j’allaite longtemps et que je ne donne ni fessée ni tape. Bon ma mère a allaité mes dernières soeurs longtemps, et tout le monde respecte ma façon de faire, donc je pense que c’est plus de la taquinerie sympa, mais je trouve ça révélateur quand même.
    Et ce que tu dis sur les recommandations des professionnels de santé à propos de l’allaitement exclusif me semble très juste. C’est pour ça que je dis qu’au-delà des moyens financiers et humains, c’est vraiment un changement de nos façons de penser, et donc de la manière de former les professionnels, de considérer l’allaitement, etc., dont nous avons besoin.
    Cela dit – c’est mon côté optimiste – quand je vois comment ça s’est passé pour nos mères, je me dis qu’on est dans l’ensemble plutôt sur la bonne voie : on est un tout petit peu plus informé sur les associations d’aide à l’allaitement, l’existence des consultantes en lactation, etc. Il faudrait « juste » que cette information soit plus répandue, et surtout dispensée par tous les professionnels et pas seulement par ceux dont l’allaitement est le « dada ».
    En fait, il faudrait qu’à terme, le label « hôpital ami des bébés » disparaisse parce que toutes les maternités l’auraient. On a le droit de rêver, hein !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, non mais au final si tu y réfléchis, cette appellation « ami des bébés »… c’est horrible : donc l’immense majorité des maternités est « ennemie des bébés » ? :shock: :lol:

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, c’est vrai que c’est assez horrible… Cela dit, parfois dans les maternités, il y a des professionnels qui ne sont pas vraiment « amis des mamans » pour le coup.
    Plus sérieusement je trouve ça significatif que dans d’autres pays (plus au nord, au hasard), même dans des maternités sans label, ce genre de problèmes ne se pose pas (ou pas dans la même mesure).

    michmaaNo Gravatar a répondu :

    @Jouls,

    Je pense que pour le personnel de la maternité il y a toute une foultitude d’attitudes possibles en fonction de la formation (infirmière, auxiliaire de puériculture, SF), de la génération (ce qui rejoint un peu la question de la formation et de ce qu’on enseignait dans les années 70s ou maintenant…) et aussi en fonction du vécu et des idées personnelles (car, c’est bien connu, une fois que le bébé est né, il appartient à la communauté et sa mère doit tout faire pour qu’il soit au mieux _mais_ selon les idées de tout un chacun et je trouve que parfois le personnel médical use de sa légitimité/autorité pour imposer un choix qui au final n’est pas un choix médical mais moral (oui, je viens de lire « l’art d’accommoder les bébés »… ).
    Dans la maternité où j’ai accouché, il est très clair que les SF et les auxiliaires de puériculture n’en était pas au même niveau par rapport à l’allaitement. Le problème, c’est que la SF passe 5 minutes une fois par jour voir comment la maman va et que ce sont les auxiliaires qui sont là toute la journée avec pour principale préoccupation le bien être du bébé… et ne sont pas toujours d’accord entre elles sur la façon de faire… Si on ajoute à cela l’avis du pédiatre et de la belle-mère c’est très dur de savoir où on en est même si il n’y a pas de difficultés particulières et surtout quand on est très fatiguée, un peu perdue, que bébé pleure et ne reprend pas son poids de naissance en 3 jours…
    C’est vrai que tout cela est contradictoire avec le fait que (en tout cas dans mon cas) tout au long de la grossesse, de la préparation à l’accouchement etc, le personnel médical s’est montré clairement favorable à l’allaitement…
    Ce qu’il faudrait ? peut-être un référent sur la maternité que l’on puisse appeler en cas de difficultés et de conflits ?

    Répondre

    JoulsNo Gravatar a répondu :

    @michmaa, Tout à fait d’accord avec toi sur ton analyse de la situation. Pour moi, l’idéal serait que les pédiatres, puéricultrices, SF, infirmières, soient tous aussi bien formés non seulement sur l’allaitement maternel, sa mise en place, ses subtilités, ses pièges, mais aussi sur l’accompagnement humain d’une jeune accouchée un peu perdue et très vulnérable.
    En attendant que cette idéal soit atteint, effectivement l’idée d’un référent pour la maternité a du sens…
    Dans la maternité où j’ai accouché – une clinique privée parisienne assez cotée et qui ne manque pas de moyens – j’ai bien vu comme les discours pouvaient être contradictoires. En réalité ça ne m’a pas posé de problème parce que j’étais assez zen (je m’en étonne encore !) et que l’allaitement a très bien démarré sans que j’aie besoin d’être trop aidée, mais je me dis que dans d’autres circonstances et pour d’autres femmes ça ne devait pas être facile. Mais il y avait une psy super, qui animait des groupes de parole, éventuellement passait voir les femmes dans leur chambre si elles le désiraient, je pense qu’elle jouait bien ce rôle de référente justement. Comme elle avait elle-même 3 enfants petits, elle avait aussi une expérience assez « fraîche ». Cela dit pour l’anecdote, je me souviens qu’elle est venue me voir le matin de la montée de lait (après la fameuse et terrible « nuit d’avant » très bien décrite par la Poule), et que quand je lui ai dit à quelle point j’avais mal dormi et je me sentais épuisée et déprimée parce que ma fille m’avait réveillée toutes les 1/2-heures, c’est elle qui m’a dit « Alors c’est bon, tu as eu ta montée de lait, c’est sûr ». Aucune des personnes qui étaient passées avant elle me voir (SF, puér de nuit…) n’avaient été capable de me dire ça (alors que ça m’a instantanément soulagée)… Quand j’y repense, c’est symptomatique !

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @Jouls, même dans les maters « amis des bébés », il y a des erreurs qui sont faites et vont faire foirer l’allaitement de Mamans aussi je pense …j’ai eu de bons conseils par des aides-soignantes de nuit et des conseil pourris des infirmières chefs ou des SF ! Je me suis toujours fier aux conseils des « anciennes », de femmes qui étaient mères, de celles qui avaient allaités et c’est avec ces femmes que l’on apprend beaucoup :mrgreen: :mrgreen: et aussi à mon instinct (j’allais oublié ce point !)
    Désolé s’il y a des fautes mais le boulot m’a achevé today ! ;-)
    et c’est une belle expérience pour moi l’allaitement, c’est 1 truc que je garde au fond de moi.

    michmaaNo Gravatar a répondu :

    @opale,

    Tiens oui, c’est une solution. Demander à la personne qui prodigue ses conseils si elle a allaité et combien de temps. Mais bon je pense qu’on peut aussi avoir de mauvais conseils de personnes qui ont allaité et de bon conseils d’un jeune pédiatre sans enfants …

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, génial ton projet pour créer une asso pour aider des femmes dans leur allaitement !
    C’est vrai qu’au début (pour le 1er enfant surtout), la maman a besoin d’aide, de conseils et d’écoute et après un accouchement, on peut être fatiguée, fragile et c’est pas un moment où on toujours la force de se battre et c’est assez légitime de faire confiance au personnel médical alors si l’on est orienté vers de mauvaises pistes qui vont faire foirer ton allaitement … :evil:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, il y a une comparaison pas mal qui dit qu’allaiter c’est comme apprendre à faire du vélo (cf http://blog.allaitement.mamanana.com/2009/01/allaiter-cest-comme-apprendre-%C3%A0-rouler-%C3%A0-bicyclette.html).
    Je suis aussi très en colère quand je vois les femmes dont les allaitements sont sabordés par des gens qui n’y connaissent rien. C’est vraiment un problème de notre société : d’un côté on te serine qu’il faut allaiter bla bla et de l’autre dès que tu essaies on fait tout pour te pourrir le truc (je caricature mais tu vois l’idée…). :evil:

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, mon allaitement a aussi été foiré par le personnel de la maternité. Pourtant, j’étais super documentée, je connaissais par cœur l’art de l’allaitement maternel… Mais à la maternité, pour le premier, on est super fragile alors au premier « votre bébé meurt de faim », j’ai craqué, hop, bib de complément… Effectivement, elle a pioncé 8 heures après ça, plus de simulation, cercle vicieux…

    J’ai essayé de redresser la barre en appelant la leche league et solidarilait, exemplaires de disponibilité et de gentillesse… mais très très culpabilisateur à cause de leur extremisme (« il faut vous accrocher, c’est sur que si vous lui donner un bib elle va être tranquille, mais pourquoi pas du valium :roll: « ! Cette phrase résonne encore…). Du coup je trouve ça dommage de laisser ce rôle à des associations parfois un peu extremiste au lieu qu’il soit pleinement assumé par les « pouvoirs publics », à la maternité tout simplement !

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, Je pense aussi qu’il devrait exister d’autres asso uniquement pour l’allaitement et non orienté vers le « maternage », pour qu’on ait vraiment le choix.
    pour les pouvoirs publics, il y a l’initiative « hôpital ami des bébés » ;-)

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, ce que tu proposes me semble très juste car souvent les associations de soutien à l’allaitement proposent un package maternage complet qui n’est pas forcément au goût de tout le monde (même si ça permet la découverte de nouvelles pratiques d’éducation).

    Répondre

    stephanieNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, C vrai qu’en y réfléchissant, j’ai aussi lache le combat allaitement parce que dans leur discours il n’etait pas possible d’allaiter sans maternage extrême. Je n’étais pas prête quand j’ai ete les voir avec ma puce de 5 jours a donner le sein en continu comme elles le préconisaient, pas prête au cododo, ni a voir un bambin de 3 ans soulever le t-shirt de maman pour téter.
    Quant aux maternités amie des bébés, elles ne sont pas suffisantes ! Quid des femmes qui ont besoin comme moi d’une mater niveau 3 ?

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, J’essaie de créer une asso d’allaitement, mais QUE d’allaitement… sans me faire des ennemies ! pas évident… Intéressée ?

    Répondre

    KoaNo Gravatar a répondu :

    Il y a des endroits où la Leche League dit vouloir être uniquement allaitement et pas maternage (j’ai testé) ; d’autres où on va effectivement te parler du pack complet.

    Je trouve que ça n’est pas évident : quand tu as compris un concept global et que tu y adhères, en distiller une toute petite partie pour ne pas effrayer ceux qui n’adhèrent qu’à cette partie-là… C’est comme le post « éduquer sans violence », imagine que ça parle uniquement des châtiments corporels, mais pas un mot sur les punitions, le chantage, etc etc… Si tu as compris le concept de non-violence dans sa totalité, te focaliser sur une partie, tout d’abord c’est difficile, et en plus tu sais que ça a beaucoup plus de chance de fonctionner et d’être efficace si tu l’appliques au global…

    Au début des réunions LLL, elles disent que certaines choses peuvent surprendre, heurter, choquer, et que l’idée est de ne prendre que ce qui nous parle. Souvent, c’est en rapport avec les bambins qui tètent, une image qu’on n’a *vraiment* pas l’habitude de voir chez nous !

    Stéphanie, qu’est devenu ton allaitement ?

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @Koa, Je me suis accrochée 10 jours, pendant lesquels j’avais très mal parce que j’avais des crevasses (mais ça ce n’était pas grave pour moi, je savais que ça passerait) et surtout pendant lesquels ma fille hurlait en continu, sauf quand elle était au sein (solidarilait suspectait fortement que le fer que je prenais lui donnait mal au ventre). 10 jours à appeler les animatrices 2 fois par jour, en larme, parce que ça marchait pas.
    Et puis j’ai renoncé, c’était un choix douloureux mais salvateur, parce que c’est déjà suffisamment difficile de comprendre un si petit bébé, quand en plus y’a quelque chose qui cloche…
    Aujourd’hui je regrette encore parfois, quand je lui donne le biberon surtout. Mais je sais malgré tout que c’était le meilleur choix à l’instant t.

    Répondre

    KoaNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, oh là là, apparemment tu en as bavé :( :( :(
    Je comprends les choix douloureux mais salvateurs…
    J’espère que vous avez tissé une belle relation une fois que vous avez pu être apaisées toutes les deux. Je t’embrasse !

    Répondre

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @Koa, Hum… pas trop d’accord sur ce coup-là. Allaiter bébé n’implique pas forcément d’adhérer au « pack » maternage dans son ensemble: on peut allaiter sans vouloir forcément aller jusqu’au sevrage naturel, sans pratiquer le cododo, le portage, les couches lavables et sans adopter je ne sais trop quelle idéologie. L’allaitement, c’est pas un concept, c’est une manière, parmi d’autres, de nourrir son enfant, point. Il ne faudrait pas aller au bout de cette logique, commune à E. Badinter et à la LLL d’une certaine manière (et leur dogmatisme me hérissent autant l’une que l’autre), qui diviserait les femmes en 2 camps: celles qui, d’un côté, auraient revêtu la panoplie complète de la mère maternante et, de l’autre, celles qui, refusant d’être aliénées à leur enfant, biberonnent, refilent des petits pots et reprennent le boulot le plus tôt possible parce qu’elles étouffent à la maison. On n’a ABSOLUMENT pas l’obligation d’adopter telle ou telle pratique sous prétexte qu’on a décidé d’allaiter (ou pas…). Le secret d’une maternité épanouie, à mes yeux, ce sont des choix librement consentis, sans pression d’aucune sorte, et sur la seule base de ce qui NOUS convient. Et il y a des milliers de manières différentes d’être mère, fort heureusement. A chacun de faire à sa sauce… ;-)

    Répondre

    KoaNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, oui oui, tout à fait, allaiter n’implique pas d’adhérer à quoi que ce soit à part l’envie d’allaiter.

    Mais disons qu’on peut le voir comme une manière parmi d’autres de nourrir son enfant (moi cette vision me tue, mais c’en est une) ou comme une partie des soins dont a besoin un enfant pour construire son être physique et psychique.

    Je me demande si ça parait extrêmiste de dire ça ? A moi, il me semble évident (pê qu’à moi ?) qu’un bébé n’est pas juste un tube digestif qu’il faut remplir d’une façon ou d’une autre, mais d’une personne en devenir, et que la façon dont on s’occupe de lui aura des conséquences.

    Donc, quand on a conscience des besoins des bébés, qu’on sait que ces besoins impliquent beaucoup de proximité, que l’allaitement est une part importante de cette proximité mais qu’elle n’est pas la seule (le portage, le cododo peuvent y contribuer… même si à mon avis regarder son bébé, le respecter même s’il a l’air si petit, lui parler, bref, l’intention qu’on met en faisant tout ça, est au moins aussi important), je comprends que ça puisse être un peu dur de faire abstraction de tout ça. Je suppose. Je précise que je ne suis pas anim LLL ni affiliée à une quelconque asso d’allaitement, au fait…

    Ce que tu évoques : les choix librement consentis sans pression, pour moi ce n’est pas seulement le secret d’une maternité épanouie, mais d’une vie épanouie. Pour autant, pour faire ses choix, c’est important de *savoir*, de faire en conscience, sinon ce ne sont pas vraiment *ses* choix, ce sont ceux de la société, de sa mère, que sais-je. Pour autant, parfois, informer est déjà perçu comme de la pression… (la Poule en avait fait un super billet). Et puis une maternité épanouie, c’est aussi un bébé qui va bien, et si on t’aide à savoir ce dont il a besoin dans les grandes lignes, c’est plus simple de pouvoir ré-ajuster ensuite…

    Bises !

    Répondre

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @Koa, Eh bien, au vu de cet éclairage supplémentaire, je persiste dans mon désaccord! ;-) Parce que si je te comprends bien (et arrête-moi si ce n’est pas le cas), à tes yeux, si on a conscience des besoins de son bébé, on en vient logiquement à la conclusion qu’il FAUT l’allaiter, et seul un défaut d’information pourrait conduire une femme à donner le biberon plutôt que le sein. Et lorsque tu dis « pour faire ses choix, c’est important de savoir, de faire en conscience », je suis plus que dubitative: parce que si informer, c’est dire que le lait maternel, c’est meilleur pour le bébé que le lait en poudre, à mes yeux, alors OUI, informer, c’est exercer une forme de pression et de culpabilisation envers les femmes qui auraient le malheur de passer outre… (et j’ai l’impression que nous avons déjà eu cette conversation quelque part… ;-) )

    Je le redis: personnellement, je ne mets RIEN derrière le fait d’allaiter mon bébé car, pour moi, c’est une manière de le nourrir et rien d’autre. Tous les discours fumeux de la LLL sur le fait que « le lait maternel, c’est de l’amour tout chaud qui coule dans la bouche de son enfant », j’ai du mal à supporter. J’apprécie le travail de cette association pour informer les mamans et les aider à réussir leur allaitement mais lorsque cela se double d’une idéologie moralisatrice et limite sectaire, je dis STOP. J’allaite parce que ça marche toujours aussi bien 10 mois plus tard, parce que c’est pratique, c’est économique, que mon bébé aime ça et que je trouve ça sympa. le jour où j’en aurais marre, j’arrêterais. J’ai pratiqué le cododo pendant 2 mois, non pas pour répondre aux besoins de proximité de ma fille ( :twisted: ) mais, encore une fois, parce que c’était plus pratique pour moi et que ça me permettait de faire de (presque) vraies nuits. Et quand elle a commencé à faire ses nuits, c’est avec soulagement que j’ai pu récupérer toute MA place dans MON lit (et celui de mon conjoint).

    Et oui, je te trouve extrêmiste! :grin: Mais ce n’est même pas un jugement, c’est juste un point de vue personnel et ça ne nous empêche pas de discuter. Je ne crois pas qu’un bébé, ce soit juste un tube digestif mais, encore une fois, je ne crois sincèrement pas qu’allaiter ou biberonner fassent une très grosse différence au final si, par ailleurs, on sait satisfaire les besoins de son enfant…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, donc selon toi dire que le lait maternel est meilleur que le lait en poudre c’est culpabiliser ? mais pour le coup c’est vrai ! il y a un gros corpus d’études derrière ça (contrairement à d’autres assertions sur le portage, le cododo etc, où là c’est plus fumeux). Après clairement c’est loin d’être le seul déterminant, et sûrement pas le plus important, mais cela joue quand même un petit rôle. Pour moi cela peut devenir culpabilisateur dans la façon de le présenter « mais vous ne voulez pas le meilleur pour votre enfant ? » et ce genre-là :evil: Et surtout ce n’est pas parce que le lait maternel est meilleur que l’allaitement sera le mieux dans tous les cas. Pour caricaturer : si l’allaitement rend la mère dépressive, alors ça compense complètement ses bénéfices. Bien sûr, il y a une infinité de situations et d’équilibres différents pour chacun.
    Autre exemple un peu vaseux : j’habite à Paris où l’air est pollué, l’air de Chamonix est meilleur pour la santé de mes enfants, pourtant je ne déménagerai pas. Je sais que je ne fais pas le mieux, mais je l’assume sans problème, notamment parce qu’il y a d’autres avantages à vivre à Paris qui surpassent pour nous ces inconvénients. Mais ça ne veut pas dire que tout le monde devrait vivre à Paris, ou à Chamonix d’ailleurs. Ni qu’il ne faut pas dire que l’air de Chamonix est meilleur.

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @la poule pondeuse, Mais, de toute façon, dire que le lait maternel, c’est meilleur que le lait en poudre, c’est FORCEMENT culpabilisateur pour celles qui ne veulent pas allaiter car cela signifie qu’en donnant le biberon, elles ne donneront pas le meilleur à leur enfant, c’est mathématique. Mais je ne suis pas allée jusqu’au bout de mon argumentation. Oui, d’un point de vue nutritionnel, le lait maternel est meilleur que le lait en poudre, mais comme tu le dis, cette information n’est qu’un seul des critères par rapport auxquels la maman va faire son choix. En fait, la question n°1 à poser à cette (future) maman, c’est: avez-vous envie d’allaiter? Je sais que pendant la prépa à l’accouchement, c’est la seule question que m’a posé la SF (j’ai dit oui et une autre future maman a répondu non) et elle n’avait pas été précédé par un discours sur les vertus du lait maternel.

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, Pouss1 a été complètement sevré à 4 mois, donc a eu une large part au biberon (surtout qu’il en descendait des sacrées quantités :lol: ). Pourtant je savais déjà à l’époque que le lait maternel était mieux, mais j’ai préféré sevrer avec la reprise du boulot. Je ne me sens absolument pas culpabilisée par les femmes qui tirent leur lait au travail par exemple. Par contre les remarques devant Pouss1 qui refusait un biberon du style « forcément, un vieux bout de plastique, c’est bien moins appétissant qu’un sein », ça c’est culpabilisant :evil:
    Je crois qu’on devrait surtout dire que c’est normal de ne pas faire « le mieux » dans l’absolu, on fait le mieux pour nous, le mieux qu’on peut… Et le problème c’est que beaucoup de femmes ne savent pas vraiment ce que c’est qu’allaiter. Mais je suis d’accord que ce n’est pas les tableaux d’anticorps et de pourcentages de risque qui font qu’on allaite ou pas (ou alors c’est voué à l’échec à mon avis), c’est une envie plus irrationnelle.

    KoaNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, je n’ai pas grand-chose à ajouter à ce que dit la Poule. Enfin si, en fait, je me dis que si l’info objective, énoncée comme telle (pas le « donc si vous voulez le meilleur, vous ferez ça et rien d’autre ») te paraît culpabilisante, c’est peut-être sur ton rapport à la culpabilité qu’il faut creuser ?

    Je suis entièrement OK avec l’idée que vivre en montagne, c’est mieux que de vivre dans une ville polluée. Je vis dans une ville polluée et je ne culpabilise pas, parce que c’est mon choix, c’est ça qui me convient (donc je n’adhère pas à ton idée comme quoi si on sait qu’un choix est le meilleur, alors il faut faire ce choix-là et pas un autre). Mais si, pour ne pas risquer de culpabiliser des personnes, il fallait taire que la pollution a un impact sur la santé, qu’on est moins malade quand on respire de l’air pur, ça va loin, non ? On est limite dans la désinformation ?
    Et si on étend le concept, ça veut dire qu’on ne dit qu’il faut manger 5 fruits et légumes par jour pour ne pas culpabiliser ceux et celles qui en donnent moins à leurs enfants, on ne dit pas que le bisphénol A dans les bibs est dangereux pour ne pas culpabiliser ceux et celles qui en utilisent (quoi qu’ils mettent dedans), etc…

    Et très honnêtement, j’entends que tu ne mets rien d’autre derrière l’allaitement que la nourriture, et c’est OK pour moi, mais dans les faits, ça n’est pas que ça, ça aussi c’est scientifiquement prouvé. Quand tu dis qu’affirmer le contraire, c’est moralisateur et sectaire, hum, je ne peux pas adhérer.

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, et Koa ; de toute façon, devenir parent c’est apprendre la culpabilité une minute sur 2, non ? Je donne le bib, ah oui, mais le sein c’est mieux pour sa santé. Je donne le sein mais parfois j’en ai marre, je suis agaçable, je culpabilise. Il se prend une gamelle, hop, c’est de ma faute, j’avais qu’à mieux le surveiller. Il pleure un peu trop, hop, c’est moi qui ne le comprend pas. Il pleure pas assez, ben mince, et si c’était parce qu’il manque de stimulation ?
    Ou alors je suis la seule folle dingue à culpabiliser tout le temps (et ouf, j’ai aussi des copines folles dingues alors :-).

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @Koa, « c’est scientifiquement prouvé »… Ca, c’est vraiment mon argument préféré, je crois! :roll: Dans le même genre, j’aime bien « tout le monde le sait » aussi… (et j’ai pas très bien compris ce qui était « scientifiquement prouvé » sur ce coup-là…).

    Quant à mon rapport à la culpabilité, il se porte très bien, merci :lol: . Alors, si on pouvait éviter la psychologie de bazar…

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, il y a de l’ambiance dans le coin ! ;-)

    KoaNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, bon, apparemment je t’ai froissée et j’en suis désolée. En fait, « scientifiquement prouvé », ça ne me parle pas plus que ça non plus, mais quel registre utilisé pour donner une info ? Si je te parle de mon point de vue psy, tu risques de trouver ça sectaire, quand je parle de ce que je sens, tu me trouves extrêmiste, et si je ramène à la science, tu trouves que ce n’est pas un bon argument…. Pour autant, tout le monde le sait ;-) :lol: ;-) le lait maternel est meilleur. Je veux dire, c’est un fait inconstestable, mais il faut bien se placer sur un quelconque registre pour étayer cette info et ne pas juste balancer un fait sans aucune justification.

    Quand j’ai parlé de rapport à la culpabilité, je ne voulais pas t’analyser d’une quelconque façon, je trouve juste ça étrange que tu considères l’info brute comme potentiellement (voire, quasi certainement) culpabilisante. Du coup, je me demandais ce qui pouvait amener à cette vision.

    Voilà, une bise !

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @Koa, meuh nooon, tu ne m’as pas froissée! ;-) Et j’ai l’impression que tu me prends pour une grande traumatisée de la vie à chaque fois qu’on discute! :lol: Déjà, chez Dix lunes… C’est vraiment l’impression que je donne? :shock: (c’est clair qu’il faut que j’arrête avec mes histoires sur ma mère… :roll:) Ou c’est toi qui aimes un peu trop jouer la psy?

    Enfin bon bref, la conversation va s’arrêter là parce que visiblement, ça fait un moment que l’on ne parle plus de la même chose…

    Et OUI, on est d’accord, le lait maternel, c’est SUPER! :mrgreen:

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, maternités « amies des bébés » : seulement 11 en France ! :cry: :cry: :cry:
    Il y a encore du boulot les filles !!

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @Opale, Ah ? ça en fait quelques-une de plus que l’année dernière :mrgreen:
    C’était le thème de la SNAM de 2010 ;-)

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, je ne sais pas ce qu’est la SNAM mais il me semble que l’année dernière, il y a 1 mater « amis des bébés » qui a fermé suite à 1 regroupement de 2 maternités :cry:

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @Opale, :lol: j’aurai du préciser :
    c’est la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel
    (plus d’info sur la site de la COFAM : http://coordination-allaitement.org/index.php?option=com_content&view=article&id=9&Itemid=3 )
    Ca se passe fin octobre.
    cette année, le thème c’est « L’allaitement maternel, parlons-en ! »

    bah, même si la mater à fermé, le personnel, compétent, travaille probablement dans le regroupement :smile:
    c’est surtout la formation du personnel, plus le label, qui compte :)

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, ah d’accord la SMAM je connais mais pas la SNAM ;-)

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @Opale, ah oui ! lol :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, bon apparemment tu es tombée sur qqn de gratiné ! :evil:
    Après je trouve que c’est difficile de dire qu’on ne va parler QUE d’allaitement et de rien d’autre. Parce que forcément c’est lié : qu’est-ce qu’on répond à une mère qui dit qu’elle n’en peut plus des tétées de nuit après lesquelles elle n’arrive pas à recoucher son nouveau-né qui se réveille dès qu’elle le pose ? on ne lui dit surtout pas qu’elle pourrait le prendre avec elle parce que sinon on lui « vend le pack » ? Ceci étant dit les réunions LLL auxquelles j’ai assisté étaient très centrées sur l’allaitement, avec plein de questions sur comment tirer son lait, la position au sein, est-ce que le bébé a bien le lait gras et pas seulement le pré-lait… Et là forcément on reste bien technique. A mon avis ça dépend beaucoup des participantes et de leurs questions (ainsi que de l’animatrice bien sûr).

    Mais sinon je suis complètement d’accord que choisir l’allaitement n’entraîne pas du tout d’adhérer à un pack complet (et inversement d’ailleurs). Je connais une mère qui n’allaite pas mais dont les bébés ont dormi sur elle les premières semaines, une autre (sa sœur !) au contraire qui allaitait MAIS une fois que bébé a mangé + est propre ben c’est chacun dans sa chambre et avec des boules quiès… Je ne dis pas ça pour juger mais bien pour montrer la diversité des pratiques. Et il me semble que les associations de soutien devraient présenter les options. Il faut aussi intégrer que la 2ème option peut dans certains cas entraîner des soucis dans l’allaitement, notamment des insuffisances de lait puisque manque de stimulation.

    Après je trouve un peu dure une des remarques : bien sûr qu’un bambin qui tète reste très inhabituel dans notre société, et que ça met facilement mal à l’aise (y compris moi ! :oops: qui a pourtant allaité 14 mois…). Mais si les mères ne peuvent pas se sentir à l’aise pour allaiter un bambin dans une assoc de soutien à l’allaitement alors où pourront-elles l’être ?? Et c’est aussi à force de se montrer que cela deviendra ordinaire.

    Répondre

    KoaNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, je ne sais pas si tu fais allusion à mon post quand tu parles de la remarque sur les bambins qui tètent. J’ai écrit « Souvent, c’est en rapport avec les bambins qui tètent, une image qu’on n’a *vraiment* pas l’habitude de voir chez nous ! » Par là, je voulais dire qu’à la LLL, les anims invitent les personnes qui n’ont jamais vu ça et que ça pourrait choquer, comme Stéphanie le raconte, à ne pas focaliser là-dessus et tout rejeter en bloc, mais à pouvoir se dire « Bon, le petit de 3 ans qui soulève le t-shirt pour téter, ça m’a choquée, mais le reste des infos, ça m’a parlé, donc je laisse tomber la vision du bambin et je garde le reste ». Je trouve que c’est respectueux, plutôt que de ne pas reconnaître que c’est une image inhabituelle, ou à l’inverse demander aux mères et aux bambins d’éviter les tétées pour ne pas choquer.
    Je veux dire, c’est bon pour tout le monde de reconnaître que ça existe, mais ça me paraît bon aussi de ne pas nier que pour certaines personnes c’est une vision :shock: :shock: :shock:

    Et quand je disais « chez nous », c’est parce que j’ai vécu en Amérique Latine, et que j’ai vu des garçons de 7 ans venir soulever la robe de leur mère pour téter après une partie de foot :lol: Ca durait 10 secondes, un peu genre « Du lait, et ça repart », ça reste un bon souvenir pour moi d’avoir vu ça dans un contexte où c’était absolument normal :D

    Pour finir, j’ai allaité ma bambine absolument partout, et je n’ai jamais eu aucune remarque. Mais j’ai commencé à devenir beaucoup plus discrète quand elle a passé deux ans – sachant qu’elle n’est pas grande pour son âge…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Koa, c’était aussi par rapport au post de Stéphanie. Ce que je veux dire c’est que je comprends très bien que ça fasse bizarre, puisque moi-même je suis encore en phase d’habituation, mais qu’il faut aussi se mettre à la place de ces mères. Donc je partage ta vision sur comment ménager tout le monde, et essayer d’ouvrir progressivement les esprits à cette façon de faire pour le moment confidentielle, non pour y convertir tout le monde à toute force mais juste pour que ça devienne une possibilité comme une autre dans l’esprit de la majorité.

    Répondre

    StéphanieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, pour rendre justice à cette pauvre animatrice, non, elle n’était pas gratinée :-), je me suis mal exprimée.
    Déjà, elle m’a très très gentiment reçue chez elle, pas pendant une réunion. Ni jugée, ni culpabilisée. C’est juste que la façon dont elle vivait SA maternité, qu’elle n’a pas du tout essayé de me vendre d’ailleurs, m’a complètement paniquée. A un moment où j’étais en plein sentiments ambivalents (bébé avait 5 jours : mon dieu, je ne serai plus jamais libre, si j’allaite plus de sortie, et ce jusque ses 2 ans (d’où la panique devant le bambin qui tete.).

    C’est pour ça que selon moi une aide plus neutre serait bienvenue. Disons que si l’allaitement avait roulé, je trouvais ça tellement génial d’allaiter que je ne me serais pas posé toutes ces questions, je n’aurais pas été paniquée par ce changement de statut inévitable, il se serait installé tout seul en douceur. D’ailleurs maintenant je cododote sans vergogne, fais des massages à pitchounette, j’ai adopté le pack complet, j’ai plus envie d’être indépendante :lol: .

    Pour ce qui est de l’allaitement des plus grands, ou de l’allaitement en public, c’est purement culturel. Mon mari marocain, pourtant dans une culture très pudique a toujours vu des femmes allaiter autour de lui, alors ça le surprend pas du tout, il ne se dit pas comme je l’entends « mais elle se croit où elle de nous montrer ses seins comme ça » ! Bon maintenant, reste que pour les pionnières qui doivent réhabituer la société à cette situation qui devrait être banale, c’est pas simple.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Stéphanie, ah merci pour ces éclaircissements. Je crois que le problème vient aussi du timing : tu as reçu ces infos d’un coup sur cette façon de vivre la parentalité, à un moment de vulnérabilité et de doute pour toi. J’imagine que si tu avais pu découvrir cela avant (pendant ta grossesse, ou même avant) tu aurais pu plus facilement faire la part des choses (et par ex découvrir qu’allaiter un bambin n’empêche pas du tout de sortir, et que c’est différent d’un bébé ;-) ). Contrairement à ce qu’on pourrait croire, et comme tu dois le découvrir par toi-même, prendre le « pack complet » n’implique pas forcément de s’oublier et de se dévouer entièrement à son bébé…
    En tout cas j’espère que tu peux faire le deuil de ces débuts difficiles. Et il est clair qu’il y a beaucoup d’améliorations à apporter au système ; même si elles ont reçu une formation, les animatrices LLL ne sont pas des professionnelles, avec tous les avantages et les inconvénients que cela implique.

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, je n’aime pas cette comparaison. :shock:
    Quand tu n’arrives pas à pédaler, et que tu tombes, tu peux recommencer. Alors qu’en allaitement, si tu rates le démarrage, c’est un vrai combat, douloureux… :cry:
    Mon mari m’avait dit « laisse, on verra ça quand on rentrera à la maison », mais j’ai dit non, car je savais que le combat serait perdu d’avance, et que mon fils n’aurait pas été allaité.
    Ca n’aurait pas été dramatique pour lui, en revanche pour moi… :cry: :cry: :cry:

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, c’est vrai qu’en matière d’allaitement un bon démarrage est vraiment essentiel pour lancer la « chose », sinon après c’est un « combat » comme tu le dis même si des mamans réussissent après des débuts laborieux, pas mal de copines ont laissé tomber. Quand ma nièce est née, j’ai été heureuse d’aider ma belle-soeur, d’être sa marraine d’allaitement et de voir que mes conseils l’ont bien aidé pour le démarrage et même pendant les 1ères semaines …
    Je crois qu’aujourd’hui, une femme qui souhaite réussir son allaitement (pour un 1er allaitement) doit demander conseil et aide à des amies qui ont allaité ou bien sûr traîner sur le blog de la Poule qui peut donner des piste ;-) ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, forcément comme toute comparaison ça a ses limites… sinon tu peux dire que c’est comme les lentilles de contact ou la mooncup, on galère bien au début mais après ça vaut trop le coup ! :lol:
    Et pour info on peut tenter une relactation, c’est lourd et difficile mais possible. Evidemment c’est plus simple d’éviter cette case mais elle existe !

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    Oui, c’est vrai.
    J’ai même appris qu’on peut allaiter partiellement un bébé qu’on adopte.
    J’étais sceptique, mais j’ai rencontré une femme qui avait allaité partiellement, en Algérie, son fils ainé adopté, et complètement le cadet qu’elle a porté ;-)

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, totalement d’accord avec ce que tu dis et ce qui me rend dingue, c’est d’entendre des récits de mamans qui ont clairement foiré leur allaitement à cause du personnel de la maternité ! :evil: :evil:

    Répondre

    La pie gourmandeNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, j’ai une question. Comment as-tu constaté que ton ainé se sevrait tout seul?
    Notre fille a bientôt un an et est allaitée matin et soir. Certains soirs, elle n’est pas concentrée et je me dis qu’elle se sèvre toute seule. Le lendemain, elle est fatiguée et se jette avidement sur le sein!

    Sinon, nous parlons beaucoup des mauvais conseils dans les maternités mais on ne parle pas de toutes ces personnes qui soutiennent les jeunes (et les moins jeunes également) dans leur démarche pour allaiter.

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @La pie gourmande, J’étais enceinte du deuxième, et dès le début, le changement de lait ne lui a pas plus du tout :lol:
    Du coup, j’avais commencé à lui donner un autre lait à la tasse.
    Et quand il avait 13 mois (j’étais enceinte de 4 mois) il ne tétait plus que le matin et le soir.
    Et puis un matin (comme depuis une semaine), je lui proposais le sein, et lui, il râlait et se cambrait en arrière !
    Alors, je lui ai dit que s’il ne voulait pas téter, on pouvait descendre, et que je lui réchaufferais une tasse de lait… Il était content !
    Moi, ça m’allait aussi, même si j’avais commencé à regarder comment se passe les co-allaitements…
    Je pense que si je n’avais pas été enceinte, l’allaitement aurait duré plus longtemps… J’y pense parfois, quand je le vois en train de boire le lait de vache :roll:
    Mais bon, je suis ravie d’en avoir deux avec 18 mois d’écart :mrgreen:
    On verra comment se passera le sevrage de mon 2ème…

    Et puis, je n’allaite pas « à la demande », dans le sens strict.
    C’est à dire que tout bébé, nourrisson, oui, n’importe quand.
    Mais à un moment, pour le 2ème ça a été vers 2 mois, il a commencé à avoir des intervalles de plus de 3 heures, et à se réveiller avec le sourire, et capable d’attendre tranquillement que je le change avant la tétée.
    A partir de ses deux signes, je ne laisse pas plus de 3 d’heures d’écart entre chaque tétée de jour. Et au bout de trois heures, je lui propose le sein. Mais bien sûr, s’il demande au bout de 30 min ou deux heures, peu importe, je lui donne le sein sans me poser de question :mrgreen:
    Ensuite, le matin, comme il est toujours réveillé à 8h30, je lui propose une tétée, pour donner le point de départ de la journée.
    C’est comme ça que petit à petit, au rythme du bébé, je fixe les tétées (comme je le faisais avec les biberons, en tant que nounou)
    J’ai essayé pour mon premier de lui donner le sein « à la demande » tout le temps, mais vers ses 4 mois, j’en avais ras le bol :cry:
    Du coup, j’ai décidé de voir le sein que comme un moyen de nourrir bébé, sans rien mettre derrière.

    Alors, pour le sevrage naturel, je ne suis peut-être pas bien placée pour te donner des conseils :mrgreen:
    tout dépend de ton allaitement, et de ta relation avec ton bébé :mrgreen:

    Répondre

    KoaNo Gravatar a répondu :

    @La pie gourmande, avant deux ans et demi, voire trois ans, il n’y a pas de sevrage naturel – hors nouvelle grossesse de la maman. Plus jeunes, s’ils se détournent du sein, c’est ce qu’on appelle une « grève de la tétée ». Si parfois, ta petite n’est pas enthousiaste pour une tétée, ça peut vouloir dire que ce n’est pas le bon moment pour elle (à son âge elle a plein de choses à vivre !) mais ça ne veut pas dire qu’elle veut se sevrer. Et toi, tu as envie de quoi, continuer ou sevrer ?

    Répondre

    La pie gourmandeNo Gravatar a répondu :

    @Koa, C’est une bonne question. A chaque difficulté, je me dis que je vais la sevrer, que pour une maman initialement peu attirée par l’allaitement, je me suis bien débrouillée… et pourtant, je m’accroche.
    Je déclare a qui veut l’entendre que j’allaite parce que c’est pratique; cependant au vu de ma persévérance, je me dis qu’il doit y avoir qqchose de plus profond. La satisfaction de voir son petit bout de chou passer son premier hiver en crèche sans gastro ni bronchiolite? Les économies réalisées sur l’absence d’achat de lait infantile :lol: ? La volonté de renouveler ces moments privilégiés au moment ou comme la fille d’Opale, notre fille est dans sa période « tout papa »? la mauvaise conscience de la jeune cadre dynamique qui part tôt et rentre juste a temps pour la tétée du soir?
    Peut- être un petit peu de chacune de ces raisons!

    Répondre

    KoaNo Gravatar a répondu :

    @La pie gourmande, oui, je vois bien l’idée, j’ai fait pareil…
    Bon allaitement à vous deux, continuez bien tant que vous êtes bien, et une fin sereine par la suite !

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @La pie gourmande, pour ma fille, le sevrage s’est fait assez naturellement en fait, je peux même dire que c’est elle qui a choisi.
    Elle a été allaitée jusqu’à ses 1 an, j’aurai voulu plus mais elle tétait de moins en moins (matin et soir pour nous et un biberon à la crèche de lait en poudre depuis ses 9-10 mois), l’allaitement s’est donc arrêté peu à peu, doucement.
    Elle ne me réclame plus le sein (elle a 14 mois à ce jour), cet arrêt a été plus dur pour moi les 1ères semaines mais voyant qu’elle n’avait pas un manque, j’ai réussi à relativiser.
    Le plus dur en fait, c’est de perdre un peu cette fusion que nous avions lors des tétées et en plus depuis 1 mois, elle est moins collé à moi, elle se « détache » un peu, me snobe parfois :!: , refuse quelques fois les bisous et elle est scotché à son papa; je sais que c’est normal mais c’est un peu douloureux :cry: même si elle se rapproche à nouveau de moi …
    C’est vrai que j’aurais bien aimé l’allaiter un peu plus mais c’est comme cela et je me dis aussi que je l’ai tout de même allaité 1 année !
    J’ai remarqué que les mamans qui allaitent assez longtemps, ont plus de mal à « décrocher » … :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @La pie gourmande, je peux aussi t’apporter mon témoignage, puisque Pouss2 a arrêté la tétée de lui-même vers 14 mois. A ce moment-là il ne tétait plus que le matin, et pas toujours beaucoup, de plus en plus pour jouer plus que pour manger. Appâté par le biberon de son frère (qui à 4 ans prend toujours un bib le matin… :oops: ), il l’a de plus en plus réclamé et n’a plus demandé le sein. Je n’ai pas insisté, même si un peu ambiguë j’étais contente que le sevrage soit si simple. Il n’a jamais re-réclamé et voilà ! Je sais qu’on ne peut pas vraiment parler de sevrage naturel, puisqu’il a remplacé le sein par le biberon mais en tout cas c’était tout en douceur donc ça nous a bien convenu. Et puis ce qui était important pour moi (sans être forcément très rationnel et surtout qui reste très personnel et pas du tout un jugement à valeur générale) : il est passé directement au lait de vache « normal », sans avoir eu de lait infantile.

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Je trouve que c’est un sevrage naturel, dans le sens où c’est Pouss2 qui a décidé seul, et que tu ne lui as pas « imposé ». :mrgreen:
    Mon bb1 aussi est passé direct au lait de vache « normal » :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, pour moi ce n’est pas naturel dans le sens où il a encore besoin de boire du lait et qu’il a quitté le sein pour se rabattre sur le bib. Mais je sais pas ce qu’il faudrait dire : sevrage spontané ? :lol:

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, :mrgreen: oui, mais alors, il n’y a pas de sevrage naturel, dans la mesure où même adulte on consomme toujours des laitages ? :mrgreen:
    Où peut-être les esquimaux qui tètent jusqu’à 18 ans ? :lol: :lol:
    sevrage spontané c’est pas mal :mrgreen: ou volontaire ?
    quoique, pour moi, on peut me dire que ce n’était pas volontaire, car je suis sûre qu’il téterait encore si je n’avais pas été enceinte… Mais bon, c’est quand lui qui n’a plus aimé ! ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, c’est pas la même chose je trouve de se taper un grand bib de lait nature ou un morceau de comté ;-)

    Répondre

    KoaNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, euh non, tous les adultes ne consomment pas de laitages !

    Et il n’y a pas grand-monde qui tète jusqu’à 18 ans, la « fourchette » pour le sevrage humain naturel se situe entre 3 et 7 ans.

    On pourrait parler de sevrage « par satiété », quand le bambin / l’enfant arrête parce que pour lui le moment est venu, parce qu’il a complètement « accompli cette étape », et sevrage « spontané » quand l’enfant se détourne du sein pour une raison ou une autre. Mais dans l’idée, même si ça peut avoir l’air semblable, surtout dans nos sociétés où allaiter au-delà de l’année est déjà inhabituel, c’est quand même très différent en terme de développement de l’enfant !

    (et je précise que je n’ai pas allaité jusqu’au sevrage naturel, hein ;))

    Répondre

    TimTadNo Gravatar a répondu :

    @Koa, :lol: :lol: :lol:
    moi, je suis toujours accro à mon grand bol de lait au chocolat le matin :mrgreen:

    le sevrage naturel entre 3 et 7 ans, oui, je l’ai lu dans un magazine de la LLL, qui explique que ça dépend du système immunitaire, entre autres, de tête je ne me souviens plus :mrgreen: mais il est rangé dans ma bibliothèque, et je le ressors dès qu’on me dit « Tu comptes l’allaiter aussi longtemps que le premier ? (13 mois !, ce n’est pas si énorme je trouve…)

    et je suis d’accord, comme les autres mammifères, on n’a pas besoin de lait à l’âge adulte, on devrait être capable de trouver du calcium ailleurs :mrgreen:

    N’empêche, il y a quand une grand majorité d’adulte qui consomme des laitages… enfin je crois, je ne sais pas s’il y a un sondage là-dessus… ?

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @TimTad, une grande majorité d’adultes consomme des laitages en Occident. En Asie par exemple ce n’est pas du tout le cas (et la plupart des adultes y est intolérante au lactose). Personnellement je ne fais pas partie des tenants de la « conspiration du lait » qui souhaitent le bannir de leur alimentation (tout problème d’allergie ou d’intolérance, ou simplement de dégoût mis à part), mais je ne pense pas non plus que ce soit l’aliment indispensable comme on nous le serine encore trop. Bref chacun selon ses goûts et ses envies !

    Répondre

    ElisaNo Gravatar a répondu :

    @Koa,
    je n’ai eu qu’un enfant, je l’ai allaité et l’allaite encore il a 5 ans et 4 mois. J’ai allaité parceque j’en avais envie, poussée aussi par le discours ambiant naturellement. Mon fils n’ a pas eu besoin d’aide pour téter, à la maternité il a trouvé seul et quand la sage femme est revenue dans la salle de naissance pour l’aider il y était déjà.
    Aujourd’hui je n’ose pas trop dire que je l’allaite encore, ce n’est pas « normal » à son age mais il aime cela et moi aussi. C’est un lien très fort. Je vois bien que ce n’est plus du tout un bébé, il entre au CP l’année prochaine et même si je lui demande régulièrement quand il va arrêter je serai la première à regretter ce lien.
    Pour l’aspect « anormal » de l’allaitement si tardif je relativise en me disant que les autres enfants têtent aussi mais de façon différente. Mon fils n’a jamais eu de doudou (aucun ne l’a interessé), pas de pouce, il a arrêté le bib vers 18 mois.

    Répondre

    ElisaNo Gravatar a répondu :

    J’ai sevré mon fils à 6ans au CP contrainte et forcée, ce n’est surtout pas lui qui voulait, il m’en parle encore alors qu’il a 8 ans et 2 mois. Je l’ai sevré car j’ai un cancer qui a traité par une chimio dont lui n’avait absolument pas besoin et qui se retrouve dans le lait.

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Elisa, 2 ans 1/2 entre ces deux messages que tu postes, et des gros bouleversements pour toi et aussi pour ton fils.
    La vie nous réserve de telles « surprises »…..
    Quand on tète encore à 6 ans, je comprends que l’attachement à ce câlin soit un déchirement si l’arrêt n’est pas choisi….
    J’espère que les choses se sont améliorées pour toi depuis ce cancer.

    Répondre

    ElisaNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, ton message me touche. J’ai un cancer qui réponds bien à la chimio (c’est le seul traitement, lymphome, toutes mes chaines ganglionnaires étaient touchées ainsi que la moelle osseuse). Je ne suis pas guérie mais les rémissions peuvent être longue. Je mets tout de mon côté pour être avec mon fils le plus longtemps possible (voir ses enfants peut être…). Ma vie est très belle, je suis devenu végétalienne, pratique le yoga et ait changé de boulot.

    G.No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Il paraît qu’il faut arrêter le biberon IMPERATIVEMENT à 30 mois….. Fils aîné va avoir 5 ans bientôt et il a décidé il y a quelques semaines de boire un bol de lait, sauf le dimanche où il garde son biberon…. :roll: Et le comble de l’horreur pour le diktat anti-succion : il boit son bol de lait à la paille, comme moi!!! ;-)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @G., 30 mois ? Naouri dit 2 ans :roll:
    Ici Pouss1 a arrêté après ses 4 ans, attiré par le bol de céréales promis par son père.

    Répondre

    G.No Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ;-)

    Répondre

  55. En effet, le monde semble artificiellement séparé entre les baba cools adeptes du portage, du bio, des massages pour bebe et les carrieristes adaptes du bib, du petit pot et des baby sitteurs qui prennent le relais de la nounou.
    Avant d’accoucher le discours moralisateur et prosélyte des pro allaitements m’incitait a donner le biberon. 11 mois après, je déprime a l’idée d’arrêter l’allaitement matin et soir. Pourtant ma fille ne mange que des petits pots pas toujours Bio et n’a jamais été massée!
    La conclusion est que l’allaitement est une affaire personnelle et que les gens devraient se garder d’intervenir dans ce domaine. Combien de fois ma belle-mère m’a t elle demandé qd j’allais jarreter mes c….ries d’allaitement? Je ne compte plus.
    En revanche, je n’ai eu que des encouragements a la maternité, a la PMI ou au près du pédiatre.A vous lire, je réalise que j’ai eu de la chance!
    Signé: une non militante

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @La pie gourmande, je trouve aussi ce type de division manichéenne complètement contre-productive et surtout peu réaliste, car même si certaines remplissent les bonnes cases, je pense que la majorité ne se retrouve ni dans un cas ni dans l’autre.
    Personnellement je ne milite pas pour que toutes les femmes allaitent mais pour qu’elles aient vraiment le choix : qu’elles ne choisissent pas sur des on-dit et des fausses raisons et que celles qui veulent se lancer soient bien soutenues.

    Répondre

  56. :shock: :evil: http://www.rue89.com/ibere-espace/2011/06/12/espagne-une-fillette-enlevee-a-sa-mere-parce-quelle-lallaite-encore-208788

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, :evil: :twisted:

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, c’est pas possible une histoire pareille !
    Je ne peux pas le croire !

    Répondre

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @Opale, bah, écoute, pour être honnête et après réflexion, je me demande si l’article dit tout… Parce que, comme tu le dis, ça a vraiment l’air trop énorme pour être vrai! Je vais essayer de suivre les rebondissements de l’affaire.

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, ouais, tiens-nous au courant parce que là, je n’y crois pas, il serait intéressant de lire d’autres articles sur le sujet pour faire la part des choses, d’autres sources en somme !

    Répondre

  57. @Opale, je cherche, je cherche, l’info est relayée telle quelle sur de nombreux sites ou blogs et sur Facebook :roll: mais je n’ai pas trouvé d’autre site d’info qui en parlait. Si, j’ai trouvé 2 articles sur El Païs (un peu l’équivalent espagnol du Monde) mais je comprends pas l’espagnol… :|
    http://www.elpais.com/articulo/sociedad/Separada/hija/darle/pecho/elpepusoc/20110608elpepusoc_9/Tes
    http://www.elpais.com/articulo/sociedad/fiscalia/impugnara/retirada/tutela/Habiba/elpepusoc/20110609elpepusoc_7/Tes

    Répondre

    OpaleNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, j’ai de bons restes d’espagnol de la fac, je vais jeter un oeil et je te dirai ce que j’ai compris … peut être pas ce soir, il y a docteur House ! oui, j’avoue, je regarde docteur House :lol:

    Répondre

    pétrolleuseNo Gravatar a répondu :

    @Opale, bah y a pas de mal! Moi aussi, je m’apprête à passer la soirée en compagnie du beau boiteux… :oops: :mrgreen:

    Répondre

    opaleNo Gravatar a répondu :

    @pétrolleuse, ;-)

    Répondre

  58. Je tombe sur cet article après coup en faisant des recherches sur le sujet et je le trouve très bon, enfin un papier sur l’allaitement qui ne prend pas partie, qui ne culpabilise personne. Il est clair qu’allaiter ou ne pas allaiter doit être un choix personnel ET éclairé.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @portabilité mutuelle, merci !

    Répondre

  59. Bonjour,
    En effet, pour certaines personnes, l’allaitement ne devrait plus faire partie de notre mode vie. Pourtant, ce choix est très bénéfique sur plusieurs plans, que ce soit pour la mère ou pour l’enfant. Si l’on ne parle que l’accroissement de l’intimité entre ces derniers. Du point de vue médical, une étude a également démontré que l’allaitement est favorable à la croissance et à la santé d’un bébé.

    Répondre

  60. Bonjour,

    Quelle belle conversation (depuis 2010!) que voilà, je l’ai lu avec beaucoup d’intérêt dans ma recherche de texte sur l’allaitement.

    J’aimerai apporter mon témoignage.

    J’ai un petit garçon de 8 mois et demi que j’allaite exclusivement. Je suis chanceuse car je n’ai jamais eu de souci avec mon allaitement. Le petit a trouvé tout seul le mamelon alors qu’il était sorti de mon ventre depuis 5 minutes et s’est avéré avoir un appétit assez impressionnant (et ma poitrine toute menue s’est avérée assez bonne productrice, contre toute attente :lol: )

    Les réactions de l’entourage sont globalement positifs, il arrive juste à ce stade-ci qu’on me demande « mais tu vas continuer encore longtemps? » et je leur réponds alors que ça sera lui qui décidera. La famille et les amis l’ont compris et ne font pas de commentaire (on verra dans un an lol). Je me rends compte qu’à présent les regards des inconnus changent petit à petit en voyant ce bébé « si grand » (mais à 8 mois il est si petit !) téter au sein de sa mère et je m’attends à devoir « me cacher » d’ici les prochains mois, même si cela me désole.
    Je n’ai qu’une seule amie qui a allaité son garçon 14 mois et qui, si elle devrait recommencer, l’allaiterait plus longtemps. Les autres n’ont généralement allaité que le temps « réglementaire » de 3 mois, parfois avec un bib en complément « pour faire grossir-faire dormir-parce que pas assez de lait-etc » avant de stopper l’allaitement dans le soulagement, en même temps de reprendre le travail.

    Autant je respecte les femmes qui ne souhaite pas allaiter par choix ou obligation, autant cet aspect du « devoir », sans réflexion sur le contexte qui va tout autour de cela, sur la relation mère-bébé, du bienfait du lait maternel me dérange un peu. Le maternage reste encore un sujet qui fait trop « bobo » aux yeux des gens et les parents qui s’annoncent pro-allaitement, qui portent en écharpe, tout le temps d’ailleurs, qui ne laissent pas pleurer et qui, comble de l’horreur, se sont mis aux couches lavables sont considérés comme des extra-terrestres… ajoutez à cela le fait qu’on donne des purées maison à son enfant et qu’on mange bio, on finit par être un peu « anormal », mis de côté, « énervant » et je le regrette un peu. mais c’est un autre sujet.

    Durant mon allaitement, je n’ai eu qu’une seule petite baisse de confiance après 1 mois due à des crevasses et un engorgement mais confiance vite retrouvé grâce à une consultante en lactation (j’avais acheté du lait en poudre en secours… la boite est toujours intacte). Etant mieux renseignée, j’ai pu tenir bon lors du fameux pic de croissance des 3-4 mois où j’avais les seins qui ne se remplissaient plus autant et qui étaient tout flagadas, avec un bébé qui tétait non-stop pendant toute la journée… l’homme pensait que c’était bientot fini (« t’as plus de lait chouchou »), mais j’ai persevéré et tout est rentré dans l’ordre en une semaine (ouf), aidé par la diversification. Depuis ce n’est que du bonheur et je ne voudrai arrêter pour rien au monde.

    Avec l’expérience de ce premier enfant (premier d’une grandie fratrie d’allaité je l’espère), je deviens plus critique quand au système. Alors qu’on prône l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, on ne permet pas aux femmes de rester à la maison pour pouvoir le faire. Le congé de maternité de 15 semaines en Belgique est bien trop court pour instaurer un bon climat de confiance mère-enfant. Bien souvent, on retourne travailler vers 3-4 mois, juste à l’époque du pic de croissance : résultat : la lactation baisse et on arrête, croyant que c’est bien normal.
    J’ai eu de la chance de pouvoir reprendre le travail (plus sereinement) lorsque que mon petit garçon a eu 5 mois et demi (en prolongeant de façon non prévue mon congé de 2 mois non rémunéré…à la fin de mon congé mat j’ai fondu en larme à l’idée de laisser mon petit bout pour aller bosser, je voulais encore accomplir tant de choses avec lui et les 2 mois supplémentaires ont été bien utiles), la lactation était alors bien établie et la diversification bien acquise.

    Comment j’aurai pu gérer le tire lait avec un bébé plus jeune qui ne mange pas encore solide ? ici aussi, le système prévoir une pause d’allaitement d’une heure durant la journée de travail mais en une heure, que pouvons-nous tirer ? j’arrivais à 300ml de lait, ce qui est déjà très bien et juste suffisant pour son régime de bébé de 5-6 mois qui mangeait solide 2x par jour, mais jamais je n’aurai pu tirer davantage. Bref, sans soutien de l’entourage familial mais également professionnel, pas facile de continuer.

    J’étais de celle qui, lors de ma grossesse, souhaitais allaiter mais pas tirer son lait une fois la reprise du travail (« ah non hein pas ce genre de contrainte »). Lorsque l’échéance approchait je sentais les larmes venir à l’idée de lui donner du lait en poudre et de le priver de mon lait. C’est donc naturellement que je me trimballe chaque jour avec ma valisette Avent, en entendant de très loin le commentaire des collègues qui me regardent d’un air amusé (« mais qu’elle est folle ! »). Je tiens bon pour le faire aussi longtemps que possible (ici aussi la législation prévoit la pause d’allaitement… jusqu’au 9 mois de l’enfant ! et après ?) et passer ensuite à un lait de vache pour le petit biberon de la matinée (il en a besoin pour tenir jusqu’au repas de midi, malgré la tétée du matin.. tôt le matin). Ici le pédiatre n’est pas de bon conseil : « donnez un biberon de lait artificiel c’est plus simple »…

    Mon petit lou va donc sur ces 9 mois et plus le temps passe, plus je trouve qu’il est encore trop petit pour arrêter le lait… est-ce de cette façon là que les mamans allaitent encore leur petit à 2 ou 3 ans ? Le papa est fasciné par l’allaitement (et par ma poitrine joyeuse et plantureuse il faut bien le dire) et la complicité qui s’est crée entre mon fils et moi, mais il estime qu’allaiter un enfant qui marche devient « bizarre ». Quant à moi, imaginer mon fils qui pourrait accourir vers moi pour se faufiler sous mon tshirt en disant d’une voix fluette « tétée maman » m’attendrit énormément. Le voir téter en me regardant dans les yeux et en souriant, le sein en bouche, me procure une sensation euphorique que rien d’autre ne peut m’apporter. Le prendre quand il ronchonne et le reposer tout sourire après, également.

    Je ne vois que des avantages à l’allaitement, jamais je ne me suis lassée ou ai trouvé ça contraignant. La fatigue ? mais pendant qu’on allaite, ne se repose-t-on pas ? La perte de poids est bien là alors qu’on mange parfois deux fois plus, preuve que ça demande beaucoup d’énergie au corps mais sincèrement, je ne me suis jamais sentie aussi en forme et bien dans ma peau depuis que j’ai mon bébé (bon ok, il a fait ses nuits à 2 mois). Bref, j’aime l’allaitement, je trouve ça beau, pur et valorisant… et je ne dis pas qu’on DOIT allaiter, mais qu’on ne doit pas se priver de le faire si on le VEUT vraiment ;-)

    Répondre

  61. Je relis cet article de la Poule
    Quelle époque ces années de Poule Pondeuse quand j’y repense ! Ces heures à lire les articles et commentaires ! C’est dingue !
    Et puis quand je revois la qualité de ces articles, je me dis quand quand même on a été une génération de Poulettes avec la Poule Pondeuse, un sacré moment ça, une sacrée ouverture ! Merci encore

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Informer sans culpabiliser : est-ce seulement possible ?    |     Suiv. La poule pondeuse s’habille » »