Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Le retour précoce à la maison    |     Suiv. Toutes les femmes peuvent allaiter ? » »

Informer sans culpabiliser : est-ce seulement possible ?

Par  • Le 1 février 2010 à 17:33 • Catégorie : J'avoue, Réfléchir

culpabilite La maternité est un puits sans fond de culpabilité. Il est donc crucial que déjà entre mères nous évitions de nous pousser les unes les autres plus profond alors que nous avons déjà tendance à nous y enfoncer toutes seules. Cependant si nous voulons faire des choix éclairés, il faut aussi que nous bénéficions d’informations sur les différentes alternatives dont nous disposons. Pour avoir fréquenté ‘un certain nombre de mères, j’ai vite réalisé que la ligne entre « ne pas culpabiliser » et « donner des informations objectives » est bien étroite et difficile à tenir. Ne pas donner un conseil non sollicité qui risque de faire plus de mal que de bien ? Nier les vérités qui ne nous arrangent pas ?

En préalable, il faut tout de même rappeler que la plupart des sujets qui nous déchirent sont finalement des problèmes de nantis (les fameux MPR : méga problème de riche) : quand certaines affrontent chaque jour l’angoisse de ne pas pouvoir nourrir leur famille, j’en suis à me demander comment agrémenter le persil tubéreux de mon panier bio pour que les hommes consentent à en manger. Alors que des femmes risquent leur vie pour faire naître leur bébé, je suis en panique car je n’ai toujours pas fini mon sac pour la maternité à 40 SA. J’arrête là, vous voyez le tableau.

Je dois aussi ajouter que personnellement, je suis assez mal placée pour juger quiconque. J’ai donné naissance avec et sans péridurale. J’ai été suivie par une gynéco et par une sage-femme. J’ai utilisé des Pampers et des couches lavables. J’ai allaité et donné des biberons (avec BPA). J’ai des portes-bébé et des poussettes (face à la route en plus). J’ai fait des purées et donné des petits pots (même pas bio). J’ai fait du cododo et j’ai laissé pleurer. J’ai fait de l’écoute active et j’ai crié des insanités. J’ai repris à temps plein après le congé maternité et je m’apprête à prendre 6 mois de congé parental total. Comme tout le monde, j’ai mes doutes et mes regrets, mais globalement je suis en paix avec mes choix. Je les assume. Parce qu’à chaque instant, j’ai essayé, en fonction des informations et connaissances dont je disposais, de trouver la meilleure solution, le meilleur compromis pour ma famille. Et je ne crois pas que chacune de ces options font de moi une bonne ou une mauvaise mère. Un bon parent n’est pas pour moi quelqu’un qui aurait validé toutes les cases d’une improbable check list, mais plutôt une personne qui essaie, qui fait de son mieux, qui n’hésite pas à se remettre en question, à voir ce qui se fait, avec comme but ultime de trouver ce qui convient le mieux à toute sa famille (si tant est qu’on puisse vraiment définir le bon parent). La construction physique et mentale d’un enfant est un processus tellement complexe qu’on ne peut attribuer sa réussite ou son échec (sans compter la difficulté pour définir des critères de réussite ou d’échec) à un seul de de ces facteurs.

Comme je lis et me documente pas mal sur tous ces sujets (sans compter quelques cogitations issues de mon neurone unique -dont j’espère qu’il va retrouver quelques copains maintenant que j’ai pondu…), j’essaie de partager les informations, les théories, les résultats scientifiques qui me semblent intéressants et pertinents avec ceux et celles que ça intéresse (et apparemment il y en a si j’en crois les stats du blog et les commentaires enflammés toujours plus nombreux). J’essaie d’être objective, même si bien sûr la nature même du support -un blog dont je suis la poulocrate unique- implique une grande subjectivité : je traite les sujets dont j’ai envie, comme j’en ai envie, sans demander l’avis de personne. Mon but n’est jamais de culpabiliser, même s’il m’arrive d’être involontairement maladroite, et même si je sais combien certains sujets peuvent être douloureux.

Par exemple, je sais maintenant que si j’écris un billet sur l’allaitement, quelles que soient les précautions que je vais prendre, il est quasiment certain qu’il y aura au moins un commentaire d’une mère qui se sentira blessée par le sujet, ou au moins « obligée » de justifier pourquoi elle-même n’a pas allaité. Faut-il pour autant arrêter de parler d’allaitement ? Je pense au contraire que plus on en parlera, plus les femmes seront informées, et moins il y en aura à qui ça restera en travers de la gorge : les femmes pourront faire leur choix en connaissance de cause et auront plus de chances de mener leur projet à bien, ce qui à mon avis les aidera à mieux l’assumer derrière.

Il y a aussi tout le débat autour des conditions d’accouchement et de leurs répercussions physiques et psychologiques sur la mère et l’enfant, qui peut facilement devenir culpabilisateur (ou être ressenti comme tel, ce qui revient au même). Bien sûr que cela n’est qu’un facteur parmi d’autres, mais faut-il pour autant éviter d’en parler ? Se pose finalement la question de l’intérêt commun vs l’intérêt individuel : globalement il est dans l’intérêt de la société d’être composée de gens équilibrés et en bonne santé (ne serait-ce que parce que c’est elle qui paie pour ceux qui ne vont pas bien). Mais l’histoire a montré de nombreuses fois qu’on ne fait pas le bonheur du peuple malgré lui, et cela ne doit pas se faire aux dépens des libertés individuelles. On se trouve donc face à un certain nombre de questions auxquelles je n’ai bien sûr pas de réponse : Comment faire évoluer notre organisation pour encourager les pratiques qui nous semblent les plus bénéfiques ? A quel prix ? Pour quel bénéfice ? Quelles sont les priorités ? Par exemple, faut-il plutôt encourager la confiance en soi des parents et leur sentiment de compétence, au risque d’entretenir des pratiques néfastes ? Ou faut-il privilégier l’information scientifique la plus en pointe sur les pratiques les plus bénéfiques, alors qu’on a l’impression d’avoir déjà prescrit tout et son contraire au fil des années ?

Je ne crois pas qu’on puisse trouver de réponse simple à ces questions (à dire vrai je trouverais même ça inquiétant) mais je voulais partager avec vous ces réflexions qui touchent finalement à la raison d’être de ce blog.

D’autres réflexions qui peuvent vous intéresser :

Tagged as: , , , , , , ,


« « Préc. Le retour précoce à la maison    |     Suiv. Toutes les femmes peuvent allaiter ? » »

113 Commentaires »

  1. @La poule pondeuse, comment ? Pouss2 ne fait pas ENCORE ses nuits ????
    ok ➡

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @toutes,
    merci beaucou pour ces infos. Il s’agit d’une reponese tardive mais nous sommes partis en vacances. Et iracle, l’air de barcelone afait des miracles: reveils noctunes 2 fois . par contre l’air de la maison est moins bon: c’est reparti pour 1 tour 👿

    Répondre

  2. La culpabilité arrive à peu près en même temps que le placenta. Juste après la sortie du lardon. 🙄

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ausecoursmonfilsmapprendlavie, non non bien avant, quand tu réalises que tu as bu/fumé/pris des médocs/autre comportement déviant alors que tu étais enceinte sans encore le savoir. Ou même quand tu ne veux pas d’enfant tout de suite alors que « c’est le bon âge »… :mrgreen:

    Répondre

  3. Je crois que toutes ces questions renvoient à la diversité de l’humain 🙂
    Article très intéressant !

    Répondre

  4. je crois que j’aurais pu écrire cet article à deux mots près
    « couches lavables »
    non mais t’es pas folle, uhuhuhuhu?

    donc j’adhère, c’est exactement ce que je pense, bravo, c’est hyper bien dit 😉

    Répondre

  5. @la poule, bravo pour ce billet, à l’image de ton blog, riche et mesuré.
    Et je dirais exactement comme angel!

    Répondre

  6. Encore merci à toutes pour vos commentaires, je n’ai pas trop de temps en ce moment pour répondre à chacune personnellement mais ça me touche de voir que je ne suis pas la seule à avoir ces questionnements !

    Répondre

  7. […] des informations et des réflexions pour avancer en ce sens, en limitant autant que possible la culpabilisation. Mais faut-il pour autant faire le grand chelem du parent parfait, si c’est au détriment de son […]

  8. […] pas le but en tous cas). Juste pour finir, 2 billets qui peuvent aider la réflexion : Informer sans culpabiliser : est-ce seulement possible ? de la poule pondeuse et la revue de Ségolène sur le livre Le conflit, la femme et la mère […]

  9. @Renarde, Je relis cet article super bien et les com’ et je me dis tiens alors ce que j’ai balancé à la Poule en voulant lui faire un petit compliment ! 😳
    Donc l’avant-dernière phrase était à lire plutôt comme ça : dis-donc tu nous fais des articles sérieux en ce moment, wahou.
    L’idée n’était pas de dire qu’avant bah tu étais plutôt immature ! La Poule immature, et puis quoi !

    Répondre

  10. […] difficile à aborder parce qu’il déchaine systématiquement les passions. Dans ce domaine, informer sans culpabiliser, c’est presque mission impossible! Et pourtant, les deux articles que je présente cette […]

  11. […] fonction de nos convictions mais aussi de notre état de fatigue, du soutien de nos proches, etc ? Comme la Poule pondeuse, je suis convaincue qu’être un bon parent n’est PAS faire quelque chose parce que sur […]

Leave a Reply


« « Préc. Le retour précoce à la maison    |     Suiv. Toutes les femmes peuvent allaiter ? » »