Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Le retour précoce à la maison    |     Suiv. Toutes les femmes peuvent allaiter ? » »

Informer sans culpabiliser : est-ce seulement possible ?

Par  • Le 1 février 2010 à 17:33 • Catégorie : J'avoue, Réfléchir

culpabilite La maternité est un puits sans fond de culpabilité. Il est donc crucial que déjà entre mères nous évitions de nous pousser les unes les autres plus profond alors que nous avons déjà tendance à nous y enfoncer toutes seules. Cependant si nous voulons faire des choix éclairés, il faut aussi que nous bénéficions d’informations sur les différentes alternatives dont nous disposons. Pour avoir fréquenté ‘un certain nombre de mères, j’ai vite réalisé que la ligne entre « ne pas culpabiliser » et « donner des informations objectives » est bien étroite et difficile à tenir. Ne pas donner un conseil non sollicité qui risque de faire plus de mal que de bien ? Nier les vérités qui ne nous arrangent pas ?

En préalable, il faut tout de même rappeler que la plupart des sujets qui nous déchirent sont finalement des problèmes de nantis (les fameux MPR : méga problème de riche) : quand certaines affrontent chaque jour l’angoisse de ne pas pouvoir nourrir leur famille, j’en suis à me demander comment agrémenter le persil tubéreux de mon panier bio pour que les hommes consentent à en manger. Alors que des femmes risquent leur vie pour faire naître leur bébé, je suis en panique car je n’ai toujours pas fini mon sac pour la maternité à 40 SA. J’arrête là, vous voyez le tableau.

Je dois aussi ajouter que personnellement, je suis assez mal placée pour juger quiconque. J’ai donné naissance avec et sans péridurale. J’ai été suivie par une gynéco et par une sage-femme. J’ai utilisé des Pampers et des couches lavables. J’ai allaité et donné des biberons (avec BPA). J’ai des portes-bébé et des poussettes (face à la route en plus). J’ai fait des purées et donné des petits pots (même pas bio). J’ai fait du cododo et j’ai laissé pleurer. J’ai fait de l’écoute active et j’ai crié des insanités. J’ai repris à temps plein après le congé maternité et je m’apprête à prendre 6 mois de congé parental total. Comme tout le monde, j’ai mes doutes et mes regrets, mais globalement je suis en paix avec mes choix. Je les assume. Parce qu’à chaque instant, j’ai essayé, en fonction des informations et connaissances dont je disposais, de trouver la meilleure solution, le meilleur compromis pour ma famille. Et je ne crois pas que chacune de ces options font de moi une bonne ou une mauvaise mère. Un bon parent n’est pas pour moi quelqu’un qui aurait validé toutes les cases d’une improbable check list, mais plutôt une personne qui essaie, qui fait de son mieux, qui n’hésite pas à se remettre en question, à voir ce qui se fait, avec comme but ultime de trouver ce qui convient le mieux à toute sa famille (si tant est qu’on puisse vraiment définir le bon parent). La construction physique et mentale d’un enfant est un processus tellement complexe qu’on ne peut attribuer sa réussite ou son échec (sans compter la difficulté pour définir des critères de réussite ou d’échec) à un seul de de ces facteurs.

Comme je lis et me documente pas mal sur tous ces sujets (sans compter quelques cogitations issues de mon neurone unique -dont j’espère qu’il va retrouver quelques copains maintenant que j’ai pondu…), j’essaie de partager les informations, les théories, les résultats scientifiques qui me semblent intéressants et pertinents avec ceux et celles que ça intéresse (et apparemment il y en a si j’en crois les stats du blog et les commentaires enflammés toujours plus nombreux). J’essaie d’être objective, même si bien sûr la nature même du support -un blog dont je suis la poulocrate unique- implique une grande subjectivité : je traite les sujets dont j’ai envie, comme j’en ai envie, sans demander l’avis de personne. Mon but n’est jamais de culpabiliser, même s’il m’arrive d’être involontairement maladroite, et même si je sais combien certains sujets peuvent être douloureux.

Par exemple, je sais maintenant que si j’écris un billet sur l’allaitement, quelles que soient les précautions que je vais prendre, il est quasiment certain qu’il y aura au moins un commentaire d’une mère qui se sentira blessée par le sujet, ou au moins « obligée » de justifier pourquoi elle-même n’a pas allaité. Faut-il pour autant arrêter de parler d’allaitement ? Je pense au contraire que plus on en parlera, plus les femmes seront informées, et moins il y en aura à qui ça restera en travers de la gorge : les femmes pourront faire leur choix en connaissance de cause et auront plus de chances de mener leur projet à bien, ce qui à mon avis les aidera à mieux l’assumer derrière.

Il y a aussi tout le débat autour des conditions d’accouchement et de leurs répercussions physiques et psychologiques sur la mère et l’enfant, qui peut facilement devenir culpabilisateur (ou être ressenti comme tel, ce qui revient au même). Bien sûr que cela n’est qu’un facteur parmi d’autres, mais faut-il pour autant éviter d’en parler ? Se pose finalement la question de l’intérêt commun vs l’intérêt individuel : globalement il est dans l’intérêt de la société d’être composée de gens équilibrés et en bonne santé (ne serait-ce que parce que c’est elle qui paie pour ceux qui ne vont pas bien). Mais l’histoire a montré de nombreuses fois qu’on ne fait pas le bonheur du peuple malgré lui, et cela ne doit pas se faire aux dépens des libertés individuelles. On se trouve donc face à un certain nombre de questions auxquelles je n’ai bien sûr pas de réponse : Comment faire évoluer notre organisation pour encourager les pratiques qui nous semblent les plus bénéfiques ? A quel prix ? Pour quel bénéfice ? Quelles sont les priorités ? Par exemple, faut-il plutôt encourager la confiance en soi des parents et leur sentiment de compétence, au risque d’entretenir des pratiques néfastes ? Ou faut-il privilégier l’information scientifique la plus en pointe sur les pratiques les plus bénéfiques, alors qu’on a l’impression d’avoir déjà prescrit tout et son contraire au fil des années ?

Je ne crois pas qu’on puisse trouver de réponse simple à ces questions (à dire vrai je trouverais même ça inquiétant) mais je voulais partager avec vous ces réflexions qui touchent finalement à la raison d’être de ce blog.

D’autres réflexions qui peuvent vous intéresser :

Tagged as: , , , , , , ,


« « Préc. Le retour précoce à la maison    |     Suiv. Toutes les femmes peuvent allaiter ? » »

113 Commentaires »

  1. Alors la, chere poule, je pense que ton neurone s’est en effet trouve des potes.

    Bravo pour cette article, meme si tu n’as pas a te justifier.

    C’est grace a ces « deux poids deux mesures », ces reflexions et echanges avec la basse cour qu’on realise ce que c’est de devenir parent chaque jour avec toujours en ligne de mire : la confiance en soi et dans les autres (poussins, coq, collectivite, personnel medical et para medical, theorie du complot etc etc…)

    En tout cas, C’est sans doute en partie grace a ce blog que j’ai appris a me sentir plus en paix avec une maternite, pourtant choisie, mais plus difficile a vivre dans notre quotidien car on nous demande beaucoup, nous mamans et futures mamans et ou nous croulons sur l’information, directive ou non..
    Toujours mesures, les articles sont tres bien documentes. C’est riche, c’est bien et ca donne confiance en soi meme si les avis divergent.

    En gros merci pour cela.

    Répondre

  2. Ton neurone unique est plutôt en forme ! ;-)
    J’aime beaucoup ce billet, je me retrouve dans tout le début (jetables / lavables, bio / pas bio …). Et aussi dans toute cette réflexion que tu mènes sur ce blog, et que nous partageons, même si par écrit, ce n’est pas si facile.

    Répondre

  3. Excellent article bien inspiré!
    Je partage tes interrogations de conclusion à la lumière de ma dernière discussion avec ma belle sœur qui est 39SA. Je lui propose quelques sujets de discussion bien « basse cour », des questions qui sont pour moi évidentes à l’arrivée d’un bébé. Ces questions l’ont heurtée car elle ne voit pas du tout l’utilité de se les poser et je lui ai mis du doute. En retour, sa réaction m’a blessée car elle trouvait étrange et « révélateur d’un malaise » de se poser tant de questions pour son enfant.
    Plus largement, ca n’est pas simple d’avoir des convictions et de trouver une attitude généreuse, harmonieuse, intègre et fédératrice. Tu y excelles c’est notamment pour cela que tu as toute mon admiration, la Poule! Ton neurone a de belles leçons à me donner!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, euh là je crois que tu idéalises un peu mon pauvre neurone :lol:
    Sinon c’est typiquement à ce genre de difficultés que je pensais en écrivant ce billet, en général quand je discute maternité avec une copine je marche sur des oeufs pour respecter ce fameux compromis.

    Répondre

  4. Voilà, je vais apprendre ce billet par cœur et le réciter comme un mantra dès que le Doute et sa copine Culpa pointeront leur nez !
    « Être en paix avec ses choix » : c’est exactement ce que je cherche à faire, je dis bien « cherche ». Et pour cela, il est vrai que l’accès à l’information est primordial.
    Exemple : pendant ma grossesse, j’étais la seule lors des réunions à la maternité, PMI etc à dire que bon ben l’allaitement bof bof. Cela m’a valu un moment épique lors de la consultation du 7ème mois à l’hôpital (rien que ces 20 minutes mériteraient l’ouverture d’un blog spécialement dédié aux propos tenus par le médecin). Puis séance de préparation consacrée à l’allaitement avec suggestion de feuilleter le livre de Marie Thirion. Bon, toujours pas très tentée par l’aventure. Mais après avoir engrangé toutes ces informations, je n’avais plus un avis aussi tranché. J’en ai conclu que je me déciderai le jour J. Finalement, j’ai allaité un an !
    Conclusion : se renseigner et ne pas hésiter à changer de cap en cours de route.
    ps : je suis épatée par la qualité de ton unique neurone
    ps bis: bonne fête à Pâte à crêpe !!

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @tayazit, j’ai bien mis 5 minutes à percuter!! Merci! (avec plein de Nutnut de dans gnark! :mrgreen: )

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @tayazit, excellent ton revirement ! Je suis tout à fait d’accord, il faut toujours se laisser la possibilité de changer d’avis.
    (pour la fête de pâte à crêpe, j’ai mis 2 heures à comprendre moi :roll: :mrgreen: )

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, je suis allée voir le prénom sur le calendrier …. avant de percuter …. :mrgreen:
    Collection unique de neurones du même nom :?: :lol: :arrow:

    Répondre

  5. En effet, la ligne entre conseils et culpabilisation dans ces moments sensibles qui touchent à la perinatalité est tres fine. je me suis rendue compte que depuis ma premiere grossesse , j’ai parcouru un chemin dans mes ma pensées et mes reflexions, j’ai decouvert enormement de choses.Je me fesais une joie de partager tout cela avec mes proches vivant une premiere grossesse. Je me suis retrouvée frustrée car je sentais une resistance à tout ce que je voulais leur donner. En fait j’etais intrusive car chacune a besoin d’avancer à son rythme et dans sa propre direction.
    Encore merci pour ton blog qui me permet d’enrichir ma reflexion . je suis vraiment impressionner de la qualité de tes articles.

    Répondre

  6. Bravo la Poule. Quel beau condensé de tolérance et d’ouverture.
    Comment faire pour bien faire. Quand l’enfer est pavé de bonnes intentions.
    Voila sinon j’ai lu à nouveau pas mal d’anciens articles de ton blog et alors c’est tout de même surprenant cette maturité :grin: qui se dessine….! Le ton, les sujets….!
    Voila sinon j’espère que ça se passe bien pour toi entre le grand, le petit, les cartons, la basse-cour à gérer !!

    Répondre

    RenardeNo Gravatar a répondu :

    @Renarde, Je relis cet article super bien et les com’ et je me dis tiens alors ce que j’ai balancé à la Poule en voulant lui faire un petit compliment ! :oops:
    Donc l’avant-dernière phrase était à lire plutôt comme ça : dis-donc tu nous fais des articles sérieux en ce moment, wahou.
    L’idée n’était pas de dire qu’avant bah tu étais plutôt immature ! La Poule immature, et puis quoi !

    Répondre

  7. Autant de réflexions pour un seul neurone… C’est limite trop pour moi :mrgreen: Même si nos débats sont parfois enflammés, nous on adore ça ! Tu t’exprimes et tu donnes une ligne de réflexion et nous après nous nous lâchons… :mrgreen: C’est ton blog, tu peux y dire ce que tu veux et nous, on n’est pas obligés de venir, ni de lire, ni de commenter… C’est parfait comme cela. Moi, je te trouve toujours nuancée et je trouve que tu fais un énorme travail, finalement, quasi journalistique… qui nous nous permet d’échanger et de travailler sur nous-mêmes… Moi, tout ce dont tu parles, je l’ai en partie expérimenté, et en partie non. Résultat : j’aurais vraiment envie de faire un petit 4e pour essayer tout ce que je n’ai pas encore fait ;-) :mrgreen:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, ben faut pas que tu revendes tes lavables alors ;-)

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, Oui, bon, en même temps, hein… ça restera sûrement qu’un souhait, le rêve d’une famille de quatre enfants, qui ne restera qu’un rêve… :???:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, ah qui sait…

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, Faut jamais ….. :arrow: (bis)

    Répondre

  8. S’informer quitte à (se) culpabiliser me semble clairement la meilleure option (dans mon cas)… Ensuite, il s’agit de comprendre cet éventuel sentiment de culpabilité et d’agir en conséquences, en modifiant ses choix ou en essayant d’accepter ce que l’on peut difficilement changer (comme un vécu douloureux ou juste pas en adéquation avec nos nouvelles attentes par exemple…).
    Comme je l’ai dit il y a quelques jours, pour moi, l’information n’a pas de prix. Mais je comprends (même si parfois je suis super maladroite et pieds dans le plat :oops: ) que chacune doit faire son chemin. Je rejoins Pâte à crêpe ou Cyann sur l’aspect délicat (et parfois frustrant) qu’il y a à aborder des sujets sur lesquels nous échangeons librement ici avec les amies (souvent enceintes en ce moment) de « l’extérieur »/ »la vraie vie » ;-) , qui parfois sont à 1000 lieux de ces considérations et de ces préoccupations… Bref, pour ma part, les discussions que nous avons sur ce blog m’ont considérablement apporté et m’enrichissent un peu plus chaque jour. Alors, pour tout ça, merci La Poule, merci à toutes aussi!

    Répondre

  9. Pas facile d’échanger, même entre femmes enceinte, … les conseils, les discussions virent vite à l’intrusion et à l’étalement de sa propre expérience « moi, j’ai fait ceci, cela … ».

    La grossesse et les choix d’éducation sont finalement personnels, issus de nos expériences, des contextes familiaux, souhaits… de la maman et du papa ! Même si on a l’impression d’être sur la même longueur d’onde, on peut avoir des surprises et soit être heurtée, soit déranger.
    Par contre, je n’hésite pas à donner des liens, des lieux d’information, pour que ceux et celles qui ont envie puisse (ou pas) faire la démarche. Et si on me pose des questions, là … il faut pouvoir m’arrêter, j’ai tendance à m’étaler ! … et après, je me rend compte, qu’au contraire, et d’autant plus pour une personne enceinte, il faut plutôt écouter, les questionnements, les doutes, les demandes qu’y répondre !

    Pas facile, en tout cas passionnant ! La grossesse d’abord, puis être parent… C’est pour cela que j’apprécie grandement les lieux de paroles, tels que ce blog, mais aussi (et surtout) les groupes de discussions (je préfère le réel, je suis peut-être rétro sur ce point) et de paroles, animés, c’est le mieux, par des professionnel(les) (ex : le groupe de discussion sur la douleur auquel j’ai assisté avec mon conjoint pendant ma première grossesse, c’était instructif, sincère, riche et respectueux des sensibilités de chacun). C’est trop rare, malheureusement.
    Je tiens aussi à saluer la qualité de tes interventions, la poule, alors que tout doit probablement bien bouger autour de toi !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @gégé, c’est clair que c’est super les groupes de discussion « en vrai », même si pour des raisons pratiques ce n’est pas toujours évident à mettre en place.

    Répondre

  10. ce que j’adore dans ton blog c’est que ce n’est pas « juste » ta vie, tes articles, tes réflexions… non tu as une basse cour tellement fréquentée que ça vire au débat quasi systématiquement et c’est génial!!! (même quand on n’est pas d’accord ou que l’on a du mal à se faire comprendre dans les nuances et la subtilité).
    Je ne suis pas toujours très nuancée dans mes propos car je suis passionnée, vive, et que j’aimerais que mes amies avancent parfois à mon rythme… notamment vis à vis de la maternité… alors maintenant que j’ai en ce moment une copine toute juste enceinte et qui me demande « de la suivre » : je demande « veux tu que j’attende tes questions? ou que je te raconte ce que je pense qu’il est important de savoir? as tu envie que je t’offre des livres? » et du coup je m’adapte à elle et ce qu’elle peut entendre. Mais je privilégierai toujours l’information (avec tacte, délicatesse, diplomatie, sans la présenter comme la seule valable… et ouhhhh que c’est dur de rester « neutre »), au risque de la culpabilisation tu dis… moi je le perçois moyennement comme cela car c’est chacune qui « choisit » ou pas de culpabiliser…. ce n’est pas ma volonté!
    Et bravo à ton neurone :mrgreen:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Charlinette, certes chacun choisit de culpabiliser ou pas, mais avec tact et délicatesse comme tu dis, on peut tenter de voir si la personne est prête à entendre certaines choses. L’honnêteté ne doit pas être une arme ;-)

    Répondre

    CharlinetteNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, c’est sûr et je préciserai même ma pensée… une information ne commence jamais par « tu dois, il faut, y’a qu’à »….

    Répondre

  11. Depuis que je lis ce blog et que j’explore les articles plus anciens, je trouve que tu (La Poule) es plutôt mesurée dans tes propos (pas culpabilisatrice). Et surtout que tu expliques très clairement que c’est ton opinion, ton ressenti, ton expérience, tes choix mais que tu ne considères pas « détenir la vérité », ou alors « la tienne, celle qui marche pour toi ».
    Comme le disent si bien les autres dans les commentaires précédents, c’est ton blog. C’est normal que tu choisisses les sujets et que tu les traites par rapport à ton vécu et tes convictions. Tu n’hésites d’ailleurs pas à revenir sur certains sujets lorsque ton point de vue a évolué. Et j’utilise « évolué » et non pas « changé » sciemment.
    Chaque personne n’est que la somme de ses expériences personnelles (pas celles des autres). Et beaucoup (notamment dans la basse cour) se lancent dans certaines expériences parce que tes articles et les commentaires les ont ‘inspirés’. Les informations glanées ici nous permettent (je trouve) de faire évoluer notre pensée et d’oser tester, par curiosité, ou renforce notre conviction… Mais parfois aussi nous revenons en arrière parce que ce choix ne nous correspond pas.
    Et puis franchement : quel serait l’intérêt d’un blog avec une liste de ‘pour’ et de ‘contre, sans prise de position ni de l’auteur ni des lecteurs/commentateurs ? Personnellement je passerais mon chemin. :!:

    Alors merci La Poule et merci les Intervenant(e)s de donner vos avis et conseils. A chacun(e) de faire ses choix en connaissance de cause.

    PS : Nous avons de la chance avec nos MPR, nous pouvons nous planter sans mettre la vie de bébé en danger :grin: (enfin je crois)

    Répondre

  12. merci Poulette (oui, oui, je me permets, après tout…)!!

    Pour ma part, et je crois que cela complètera peut-être ton bel inventaire, je crois que je fais finalement en matière de choix parentaux comme pour l’éducation des enfants elle même :je vis!… et chacun, amis parents et enfants note ce qui lui plaît et reproduit à sa guise, dans ses nuances!

    Je suis ainsi encore toute chamboulée des trois allaitements de plus de 6 mois d’une amie issue d’une famille anti-allaitement, dans laquelle personne n’allaitait : elle dit elle même combien me voir allaiter simplement et sereinement puce1 lui a donné de tenter l’aventure! depuis, sa soeur et sa cousine-presque-soeur allaitent…
    Idem pour Gordon, qui a convaincu des amis non pas par des discussions, mais en nous voyant faire avec nos filles…ils étaient jusqu’alors adeptes de la première méthode… J’admire leur cheminement!

    Tout ça pour dire qu’il me semble finalement que bien souvent les actes parlent davantage que les mots et qu’ils ont le mérite d’être des portes ouvertes pour qui souhaite y cheminer et des expériences simplement différentes pour les autres… Le risque que quiconque se sente agressé est moindre!
    …de là à dire que c’est l’une des raisons de mes moindres caquetages actuels…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, c’est sûr que les actes parlent mieux que les mots ! mais par exemple sur le déroulement de l’accouchement, difficile de faire la démonstration :mrgreen: Et finalement, je n’ai pas tant d’occasions de démo que ça (et puis je suis une pipelette aussi :mrgreen: )

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, toi? pipelette???? :lol:
    pour l’accouchement, c’est certain… mais ce que tu (ou le coq) peux dire de la préparation d’une naissance ou de son déroulement (je trouve que l’on est quand même souvent interrogées sur le déroulement de nos grossesses et accouchement) est un témoignage nécessairement riche d’enseignement, non??

    Répondre

  13. Au fait La Poule, comment fais-tu pour gérer Pouss1, Pouss2 et la rédaction de billets comme celui-ci ?
    Quand mon poussin est né, j’arrivais à peine à répondre « je vais bien » aux mails des copines et il me fallait 3 à 5 jours pour écrire un message de 10 lignes avec 2 photos… :???:
    Là je profite que Poussin2 ou Poulette soit encore au chaud quelques semaines parce qu’après je ne suis même pas sûre de pouvoir te lire :cry:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Galli, ben bizarrement *pour le moment* et *en moyenne* je me sens moins débordée maintenant qu’après la naissance de Pouss1, va comprendre…

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Tu verras, avec Pouss4 ça sera encore mieux :mrgreen: (Ok ok, :arrow: pour de bon !!)

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, que c’est vrai!! en tout cas jusqu’à puce3!! (euh, et dans mon as, c’est valable pour les premières semaines, après… joker…)

    Répondre

  14. Avant de répondre plus en détail aux différents points soulevés, je voulais dire d’abord que ce billet n’était pas une pêche aux compliments (même si je suis très touchée par vos gentils mots :oops: ). Pour moi c’était une réflexion plus générale, concernant notamment la façon de partager toutes ces infos et débats avec notre entourage.
    Et encore une fois, ce blog serait nettement moins intéressant sans tous les commentaires et les points de vue qui s’y expriment, avec des débats parfois animés mais toujours tolérants et ouverts.

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, nous? Tolérantes et ouvertes? J’en connais qui nous traitent d’ayathollahs :mrgreen: :lol:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, tu as complètement raison, le fait même de se poser tant de questions et de prétendre vouloir y répondre est très mal vécu et jugé arrogant par certain(e)s. Le côté « évolution possible des convictions » passe vite à la trappe. Et personnellement j’ai du mal à garder mon calme quand on estime que ces questions ou ces avis sont de la « masturbation intellectuo-éducative »… Mais j’y travaille :mrgreen:
    « BHL des pampers » c’est ça non?! :mrgreen: (j’en remet une couche?? bon :arrow: )

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe, c’est curieux… pour moi, lire systématiquement (ou très souvent)que ce sont des Méga Problèmes de Riches me fait un peu le même effet que ce que tu dénonces…
    et j’avoue que ça m’a plutôt donné envie d’aller piailler alleurs, dernièrement (euh, en vérité, plutôt d’arrêter de piailler… parce qu’on est bien d’accord, il n’y a pas d’ailleurs équivalent à cette chouette basse-cour!)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, je réponds sur la fois où j’ai utilisé cet argument que je regrette assez. L’énervement a pris le pas sur une discussion constructive et j’ai cédé à cet argument pas joli joli et pas intéressant du tout.
    C’est assez représentatif de cette grande susceptibilité quand on affronte les convictions de chacun. J’y travaille….Mais il y a des jours ou les neurones ne marchent pas comme on le voudrait… :oops:
    Reviens, Fleur reviens!

    Répondre

  15. Super musclé ce neurone unique !!Au risque de redite, si tu tenais un blog d’ayatollah, personne ne viendrait ou ne reviendrait, à part 3 converties qui diraient « Oui mâââââitreeeee », pas super constructif. Pour ma part, j’ai énormément appris en lisant tes articles, les bouquins dont tu parles, et les milliers de commentaires. Merci à toi et à vous toutes ! Même si à 32 SA, Gordon n’est pas toujours facile à appliquer (genre dragon enragé), que je veux la péri et que j’aime mon porte-bébé suédois ;-) ! Mais j’adorerai allaiter longtemps (non, ce n’est pas juste à cause des caracos de Mamanana…)par exemple. Je me souviens d’un article sur le bain qui m’a bien déculpabilisé : prendre le bain avec sa puce n’en fera pas une grande traumatisée comme j’ai pu le lire dans certains magazines, ou entendu dans mon entourage.
    Tes articles ne sont pas culpabilisants car ils ne sont pas écrit avec un ton doctrinaire ni revanchard comme dans trop de blogs de maternage, que tes info sont vérifiées ou testées avec une rigueur toute scientifique, qu’il n’y a pas qu’une seule ligne de réflexion et que la discussion reste ouverte même pour les « social-traitres » de tout bord.
    On a de la chance d’avoir des MPR alors profitons-en !

    Répondre

  16. Les commentaires de Pupuce sur un précédent billet m’ont poussé à m’interroger sur quel genre de « bonne » mère je souhaite être. Comme LaPoule ramène le sujet… Il n’y a pas de mère parfaite parce qu’il n’y a pas d’enfant parfait, ça c’est pour la théorie. Mais dans la pratique, j’ai parfois l’impression que le poussin est parfait, que je fais tout ce que je peux pour laisser tel quel, mais que quelques soient mes efforts, j’aurais forcément des défaillances et que je ne peux pas tout controler (crèche, école, amis, voisines ect). Ah la culpabilité ! hummmmm ! J’ai parfois un soupçon de culpabilité quand je fais boire mon poussin dans son biberon avec BPA, ou quand il mange mes frites mac do, mais pas trop finalement. Mais parlez moi de concilier mes aspirations professionnelles avec l’épanouissement de mon bambin, et je fonds comme du chocolat au soleil. J’ai (j’avais ?) une vision un peu féministe du travail des femmes, et tout est remis en question par mon poussin. Pourquoi ? J’arrive pas à piger pourquoi imaginer qu’il puisse être gardé par quelqu’un d’autre me « remue » autant…
    Je partage le constat que la Poule pose : faire des choix en fonction de tous les éléments à dispo. Mais pour des choix plus intimes et moins rationnels comme mon dilemne boulot/culpabilité, j’ai beau m’informer, je n’arrive pas à me raisonner…
    Du coup, je trouve difficile de donner des conseils, aussi parce que je déteste en recevoir. Souvent il m’arrive de répondre à une question par une question, ou juste de raconter ce que j’ai fait pour mon poussin, et éventuellement pour le potentiel n°2.
    Ici c’est différent on partage globalement la même vision de la parentalité, et c’est plus facile d’être « honnête », parce qu’on est protégé par l’anonymat. Et puis, les lecteurs ont le droit de lire ou de ne pas lire, de commenter ou pas alors qu’une bonne copine ne pourra pas dire « tais toi, je veux pas savoir ce que tu en penses » :mrgreen:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, je déteste moi recevoir les conseils que je n’ai pas choisis, c’est pour cela que je viens ici et que pour lier aux commentaires de pupuce, je n’ai pas spécialement envie que ma maternité me soit transmise par les « anciennes ».
    Par contre, comme la poule je suis une vraie pipelette et j’ai beaucoup de de mal à ne pas donner les conseils qui ont été une révélation pour moi, sans penser tout de suite que je peux incarner celles qui m’énervent…C’est après coup que je me rend compte… :oops:
    Pour la bonne copine, avec une amie qui fonctionne comme moi mais pas forcément avec les même convictions, on a notre code « oui oui » pour dire cordialement « tais toi je veux pas savoir! »
    Ca c’est de la copine!

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @pâte à crêpe et Clemys… pour le coup, vous venez de m’offrir un bol de déculpabilisation!!
    Grâce à vos propos, et aussi à ce que j’ai écrit plus haut, je réalise que ce que je pensais très égocentrique (à savoir partager ici plus souvent mon expérience perso que mon opinion) est en fait ma façon de partager un peu mes convictions (et autres trucs et astuces) sans avoir le sentiment de prétendre détenir une solution unique et absolue!
    Youpi!

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, Tu n’as pas à te sentir coupable de parler de toi et de tes expériences. C’est intéressant l’expérience des autres, au moins c’est du vécu. Ca aide à réfléchir sur soi-même et ses propres choix. Parfois, lorsque je lis les com, je me dis : tiens, j’aimerais essayer et parfois, ça me conforte dans l’idée que ce truc n’est vraiment pas pour moi…
    Je pense qu’il faut garder à l’esprit le merveilleux sous-titre de ce blog, qui, je trouve, résume tout : « Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants ». Voilà, les enfants ça bousculent tout et ça fait réfléchir.
    Et plus ils grandissent, plus on doit réfléchir et plus les choix deviennent complexes :roll:

    Moi, je commente beaucoup. Parfois, je me dis : non, là je ne vais rien dire… Mais, je ne peux pas m’en empêcher :oops: :oops:

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, bah oui! Et puis allons y faisons nous du bien: bon nombre de tes commentaires m’ont aidée et fait beaucoup réfléchir alors merci!! C’est vrai que c’est chouette de pouvoir prendre et laisser sans vexer personne!

    Répondre

  17. Je rajoute que grâce à ce blog, j’ai découvert plein de chose Gordon( merci Fleur) et l’accouchement en plateau technique notament. J’aurais pu le découvrir par d’autres biais, mais tout concentré dans un même espace, ça m’économise du temps ;-) Donc merci la Poule pour ton effort d’information ! Tu n’es pas la source de mes sentiments de culpabilité !
    D’ailleurs vous avez remarqué que les coqs ne connaissent pas ce sentiment vis à vis des poussins ? (enfin pas de généralité, c’est juste un constat sur ceux de mon entourage)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, par chez moi, ils l’ont aussi, mais il faut entreprendre des fouilles archéologiques pour en parler!

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, mon coq à moi doute souvent… Donc il me refourgue la responsabilité de trancher les décisions (et de me coltiner la culpabilité qui va avec) :roll: Mais c’est un papa attentionné et qui veut bien faire, alors même s’il ne lit pas grand chose (rien?), je le garde quand même :mrgreen: :lol:
    Sur ton histoire de boulot, si tu n’arrives pas à te « raisonner », peut-être que tu peux trouver une alternative? Un entre)deux, comme un mi-temps? Un nouveau job? Une reconversion? Peut-être n’es-tu pas obligée de trancher entre tout blanc ou tout noir…? (J’ai donné mon avis… Hein, ça t’énerve ou bien??? :mrgreen: ;-) )

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, on a le même modèle de coq « je te fais confiance pour prendre les bonnes décisions » argh ! en même temps, des fois ça m’arrange comme ça je fais ce que je veux ;-)
    Pour le boulot, c’est justement le compromis qui m’agace, le temps partiel féminin ne va pas avec ma conception « féministe » du travail et du partage des responsabilités. Je sais c’est complètement le contraire de ce que je fais, vu que je suis en congé parental… Pas rationnelle… :mrgreen:

    Répondre

    MarietteNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Rhôlàlà, le theme « consiliation boulot/vie de mère » !!! M’en parles pas, j’ai mis deux bon mois à m’en remettre !!! Faire le point sur mon implication au boulot (que j’adorais) qui n’était et ne pouvait plus être la même que 2 ans auparavant, me rendre compte que je ne pouvait plus être la battante que j’aimais être, me dire que dans 10, 20 ou 30 ans ce serait ma famille et non mes collègues qui m’épaulerait,… bref, avorter aussi héroïquement que possible du monde du plein-emploi !!! Dur, dur…

    Le choix du mi-temps, pour faire plaisir un peu à tout le monde (celles qui me disaient de ne surtout pas abandonner le monde du travail sous peine de ne plus jamais pouvoir y rerentrer, mon chef et mon égo pour faire un relais aussi doux que possible coté taf, mes finances…)…

    … et puis 1 ans après, faire le constat que bosser à mi-temps c’est faire de la figuration en ayant tout perdu de l’interet initial de mon boulot tout en continuant à courir et jongler avec la nounou, les courses et la maison.

    Depuis 1 mois me voici à tester le rôle que je n’aurait jamais cru choisir : mère au foyer…
    … et pour l’instant, j’apprécie ! Reste à voir sur la durée…

    Répondre

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @Mariette, pour bb1, je n’avais rien décidé, et j’ai lu un bouquin offert par ma mère (je ne sais plus si c’est « Les mères qui travaillent sont-elles coupables? » ou bien « Manuel de survie de la mère qui travaille »). Connaissant mon côté perfectionniste, je me suis dit que je n’aimerais pas faire deux choses à moitié chacune, et j’ai arrêté le boulot pendant 6 ans, pour reprendre ensuite à temps partiel. Je ne croyais pas que je saurais rester aussi longtemps à la maison sans me lasser ! Et au moment où il était temps de passer à autre chose (autre boulot ou temps plein), j’ai fait un petit troisième et me voici en congé parental. Bienvenue dans l’univers des « sans profession » ! :mrgreen:
    (et plus tard des « sans retraite » :roll: )

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @la belle bleue, et @Mariette, Merci les filles mais j’attendais plutôt les commentaires enthousiastes de mères qui bossent à temps plein pour me motiver ;-)
    Je lis aussi « Les mères qui travaillent sont-elles coupables?” en ce moment…

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Moi j’ai repris à plein temps pour les P’tits Mecs N°3 et 4. Un choix économique car j’aime beaucoup le « mi temps » (qui est sûrement plus facile à vivre dans l’enseignement qu’ailleurs), mais pas vraiment le choix.
    Ce qui m’a permis d’y aller le coeur plus ou moins léger, c’est la confiance que j’avais dans la nounou des P’tits Mecs (la même, pendant 10 ans, sans un accroc); et, luxe suprême, le fait que N°4 soit gardé par son papa à la maison (merci la crise et les indemnités de chômage). Aucune reprise n’a été facile :cry:
    Bon, je ne t’aide pas beaucoup non plus ;-)

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, me voilààaààà!!
    Ben voui, pour moi, gros besoin de reprendre un boulot qui me stimule!!
    Je suis restée 4 -5 mois avec chacune de mes filles et ai été contente de reprendre à chaque fois… Bon, j’ai un boulot prenant mais auquel je peux imposer quelques contraintes familiales (et pour lequel je peux aisément bosser de la maison, une fois les filles endormies), ce qui me permet de voir quand même pas mal mes puces et d’être présente!
    J’ai pour ma part envisagé un temps d’arrêter de bosser, non pas par choix professionnel, mais par choix perso (ie, l’idée était de déscolariser mon aînée)… je ne l’ai pas fait : c’était trop lourd pour moi, trop de renoncements… dont je sais qu’ils auraient pesé sur toute la famille, à court, moyen et long terme!

    … pas sûre que ça t’aide finalement…

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    ah et… mon boulot n’est pas compatible avec un temps partiel … solution qui m’aurait sans doute tentée sinon (pour un 80%), d’autant que nous n’avons personne à proximité…

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Alors, moi, je ne vais pas t’aider beaucoup non plus. Après des années de travail à temps partiel, je viens de renoncer à mon travail :roll: J’arrête tout au 31 mars, ras-le-bol de jongler entre maison et bureau et je ne me vois pas travailler à temps complet et laisser les enfants en garde à d’autres du matin au soir… (Et autants, je trouve que c’est à peu près « simple » de faire garder des tout-petits, autant je trouve hyper galère de trouver des moyens de garde pour les enfants scolarisés : étude, garderie périscolaire, centre de loisirs, nounou-étudiante, papi/mamie, il faut s’organiser avec un peu tout ça, c’est pour moi très compliqué… :???: ) Alors, je vais devenir mère au foyer (bon, comme mes enfants seront tous scolarisés, j’envisage quand même à partir de septembre de commencer une activité d’assistante maternelle…) Bon, ok je :arrow:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @suzie, Waouhhhhh ….. Il y a plein de nanas autour de moi qui changent d’activités en ce moment, ça donne presque envie … Moi j’attends que l’Homme ait un super boulot et qu’il gagne plein de sous :mrgreen:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Mon rêve, en vrai, serait d’avoir une petite boutique en ligne comme celle de Clairette… Mais, je ne suis pas aussi douée et puis, je ne vais pas marcher sur ses plate-bandes, hein Clairette ;-)

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @suzie, On s’associe et on tricote des jolies choses de notre invention pour les bébés :mrgreen:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, Tiens pourquoi pas ?? ;-) :mrgreen: Comme ça, on laisse la couture à Clairette et on prend le marché du tricot… (bon, faudrait investir dans une machine parce que le rendement, hein, dur, dur…)

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice, argl ma CB !! :mrgreen:

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Suzie, bon, ben on y réfléchit !! :lol:
    @La Poule, nan, mais y’aura des prix spécial Basse Cour :mrgreen:

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Béatrice et Suzie, ça serait cool une nouvelle e-boutique pleine de layette ;-) ;-) moi qui ne sais pas quoi faire de la prime de naissance ;-) :mrgreen:

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @Sophie, ben c’est vrai que ça me ferait bien envie ;-) un jour peut être … ;-)

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, moi j’ai repris après mon premier congé mat’ à 10 semaines… Autant j’avais envie de rebosser (je m’ennuyais franchement :oops: ), autant laisser la petite même à mi-temps si crevette (et toujours allaitée) a été très dur. Pour le second, je reprends à 10 semaines aussi, mais le bébé sera gardé par son père cet été et n’ira à la crèche qu’à 5 mois (et que trois jour par semaine). Comme je suis indépendante, pas de 80% qui tienne, mais je bosse le soir et le week-end pour rattraper le temps que je passe dans la journée avec ma fille (bientôt: mes enfants!!). C’est parfois dur (surtout enceinte), mais grosso modo, c’est plus flexible qu’un poste où tu dois pointer à 9h et 18h et demander des congés dès que tu dois aller chez le pédiatre… Parfois, j’aimerais aussi ne faire que ce que j’aime (un tiers de mon activité actuelle) et développer cet aspect, mais je dois faire bouillir la marmite (mon boulot rapporte plus que celui de mon mari). Pas d’arrêt total ou de CP possible pour moi…

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @toutes, merci pour vos retours d’expérience même si pour l’instant j’en trouve aucun de vraiment convaincant ;-)
    J’aurais du mal à faire du télétravail, et j’ai plutot un job qui me demande des horaires fixes, voir des « charettes » où on finit encore plus tard…
    et un chéri qui n’a pas non plus des horaires d’instit (;-) )
    Je serais ravie de faire un 80% si mon chéri aussi, mais il n’est « pas prêt ». Je trouvais que c’était un bon partage pro/perso.
    Et je sais que les femmes qui sont à 80% travaillent en fait à temps plein mais sont payé à 80%, et ont souvent la gestion du foyer sous pretexte qu’elles ont une journée de libre…

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Normal, que tu ne trouves rien de convaincant ! Il n’y a rien de parfait… :mrgreen: En plus, comme c’est hyper personnel et que ça dépend de pleins de critères, ben on ne peut pas vraiment t’aider :roll:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, moi moi j’arrive ! bon je suis pas très bien placée en ce moment mais j’ai derrière moi 2 ans de travail à temps plein avec un poussin. Et je remets ça en septembre avec 2. J’avoue qu’au contraire moi je flippe de passer presque 9 mois seule avec les 2 et un Coq pour qui « rentrer tôt » signifie arriver avant 20h30 :roll: . Mais de ma petite expérience, déjà ce qui plombe l’emploi du temps de la parisienne mèredef’ qui travaille, c’est les transports. 1h30 par jour en ce qui me concerne, ni pour ton boulot (même si j’essayais de lire des trucs), ni pour tes gosses. C’est clair que ça dépend beaucoup du type de job, moi j’ai d’un côté une certaine souplesse d’organisation (possibilité de travailler de la maison aussi) et de l’autre des réunions, des séminaires, voire des déplacements. Pour ça j’ai la chance d’avoir ma mère qui peut occasionnellement assurer la soirée. A la rentrée, je réfléchis à prendre quelqu’un de 16h30 à 19h-19h30 pour mettre de l’huile dans les rouages. Personnellement je sais que j’ai besoin de travailler, probablement aussi quelques névroses à régler de ce côté-là, et le 80% n’est pas vraiment envisageable non plus avec mon boulot actuel (dont je ne me plains pas, très intéressant et pas trop mal payé). Ceci dit le boulot ce n’est pas tout non plus, et j’avoue que m’y remettre une fois que le Poussin est couché (et comme son père rentre tard et qu’il l’attend, ben ça fait du 21h-21h30 :roll: ) j’ai pas super envie. Mais je ne te cache pas qu’il y a des moments difficiles, par ex quand ton poussin pleure qu’il ne veut pas aller chez la nounou, ou quand il pleure quand tu viens le chercher et qu’il ne veut plus la quitter… Ceci dit je crois qu’il y a des jours avec et des jours sans, et que ça c’est pareil quels que soient tes choix (y a peut-être la proportion qui varie…).

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, merci ! j’ose même pas imaginer qu’il ne veuille pas aller chez la nounou… :roll:
    @ toutes celles à tps plein : y a-t-il des papas qui bossent à temps plein et qui s’arrange pour aller chercher les poussins chez la nounou/crèche/étude ? ou c’est toujours vous qui courrez et qui demandez à ne pas mettre de réunion après 17h30 ou appelez hystérique la baby-sitter/mamie/voisine pour récupérer les petits en cas de pépin ???
    J’ai pas d’exemple positif autour de moi… dites moi que ça existe aussi les pères qui font du télétravail…

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, ce que j’ai décrit pour mon job et ma façon de le faire s’applique totalement à mon cher et tendre!
    c’est d’ailleurs bien pour cela que l’on peut fonctionner ainsi!
    (il a juste un peu plus de déplacements, et des contraintes liées aux 45km qui séparent sa boîte de la maison… en pratique, je gère les urgences à l’école, par exemple…)

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, Suzie (pour le commentaire ci-dessous) :grin:

    Répondre

    suzieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Bon, alors. Moi, le papa, il assure une partie du boulot le matin : il emmène sa fille à la crèche après l’avoir préparée (et moi j’emmène les garçons à l’école). Quand il y a un problème de garde, c’est souvent lui qui reste à la maison et qui fait du télétravail… Tiens, ce matin par exemple, comme la nounou du mercredi matin, nous a gentiment lâchés du jour au lendemain ( :twisted: ), c’est lui qui est resté à la maison ;-)

    Répondre

    CharlotteNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, Oui ca existe, ca demande juste un peu plus de préparations (lui rappeler 10 fois que ce soir, il a prévu d’aller la chercher…)
    ( Et faire la greves des courses ou du ménage si pas de réponse :mrgreen: ;-))
    C’est un dialogue a avoir avec lui, quel que soit le % du revenu qu’il ramene dans la marmite…

    La culture du travail est également différente d’un pays à l’autre. Personne ne me dit rien quand je pars à 17h15 chercher ma puce, à 18.30 y a plus de lumiere au bureau et faut sortir avec le gardien apres 19h.
    D’un autre cote, moins de congés, donc moins de temps pour soi et pour la puce à plein temps…

    A Paris, je vois mes amies courir à droite à gauche, a plein temps, les nounous et babysit pas fiables etc etc… Je les admire.

    Clemys, je me pose exactement les memes questions que toi sur le travail (sauf que j’ai déjà repris…) Comment concilier travail satisfaisant pour soir et les autres et journée de maman dévouée? et comme suzie l’indique, Un début de réponse réside dans le coq à mon avis.

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, je travaille à plein temps (à Paris) et pour la reprise après la naissance de Missbébé2, c’est soit elle a une place en crèche, soit je prends un congé parental. Quand la Puce était à la crèche, c’est son papa qui allait la chercher, je termine trop tard et lui commence tôt, quelquefois très tôt, ce qui lui permet de rentrer relativement tôt. C’est ma belle-mère et mon frère qui vont chercher la Puce à 16h20 à l’école.
    J’ai repris le boulot quand la Puce avait 4 mois, et j’étais assez contente de parler d’autres choses que de couches ! On avait pas de soucis de nounou, car c’est ma belle-mère, mon frère et mon père qui la gardait (on a sollicité tous le monde !!), puis elle est entrée en crèche. Pour Missbébé2, je vais essayer de grappiller le plus possible (je dois reprendre le 15 juin, j’espère allonger le congé jusqu’au 1er août date des vacances !)

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @sophie, bon vous montrez bien que c’est jouable ! Je crois qu’il faut que j’arrête de me cacher derrière des pbs logistiques et que j’affronte le vrai : « Oui le poussin peut vivre sans moi ! Je ne dois pas être « tout » pour cet enfant qui a SA vie (par conséquent, moi la mienne ;-) ) »
    Je vais me répéter ça pendant quelques temps, ça va finir par rentrer ! :-))

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, en pensant à toi aujourd’hui je pensais bien comme solution aux 80% pour toi et le coq. Chez nous c’est l’homme qui récupère la crêpe le soir à la crèche car j’ai des horaires « spéciaux » (je travaille en activités extra scolaires.
    Si j’arrive à développer mon volume horaire et donc mon salaire, nous avons déjà convenu avec mon homme qu’il se mettrait à 80% le mercredi (qui est ma grosse journée). C’est assez courant dans son boulot (horaires de « burelier » comme dirait Thérèse)
    Et oui, au début c’est horrible mais c’est super chouette de voir son enfant faire sa vie à lui avec ses choix et ses copains, vraiment! :mrgreen:

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, comme Pâte à crêpe, je te dirais que les 1ers temps de la séparation, c’est dur mais après, voir son enfant jouer avec d’autres enfants et/ou adultes, découvrir le soirs ses changements, ses progrès c’est vraiment agréable ! Et puis, j’ai beaucoup appris au contact des puéricultrices, il y avait de vrais échanges. Maintenant que ma Puce est à l’école, elle ramène pleins d’expressions, de mots, de chansons… nouveaux, j’adore les découvrir (sauf les phrases du genre « casser ta gueule ! » :roll: ). Mais déjà à la crèche, je m’apercevais qu’elle connaissait des chansons que je ne lui avais pas apprises. ça m’émerveille vraiment !

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, pas chez moi en tout cas, désolée… Mon homme, c’est plutôt du genre « elle serait pas un peu malade là? »… Comprendre: « tu veux pas trouver 5 min ( :evil: ) pour l’emmener chez le pédiatre? » Et quand on est très pris tous les deux, c’est TOUJOURS moi qui m’arrange/annule/travaille après le coucher de la petite etc.

    Répondre

    nanais a répondu :

    @Clemys,
    Je travaille aussi à plein temps, et à l’étranger (pas facile la crèche à 6 mois quand on ne comprend pas un mot de ce que disent les puéricultrices (a part « bébé » et « caca » :???: )). C’est vrai que le papa récupère sa fille tous les soirs à la crèche, mais je crois que ce qui me permet de déculpabiliser vraiment, c’est qu’avec mon salaire je m’offre une femme de ménage 4 heures par semaine (pour 65 m2 …), et que du coup, je passe la quasi-totalité de mon temps libre a m’occuper et de ma fille.
    @LaPoule,
    Encore une fois un article très chouette!

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @nanais, ah oui, pareil ici… on est à l’étranger… fatigue supplémentaire de vivre en 4 langues (deux locales, une de travail, le français à la maison) et surtout… on est très isolés… personne pour prendre le relais!
    MAIS… ça reste jouable! (même avec trois enfants…)

    Répondre

  18. J’aime beaucoup le sens que tu donne a ton article
    Comme toi et comme pour toutes les mamans, j’ai fais a chaque moment en fonction de ce qui me semblait le mieux pour ma fille
    chacune d’entre nous fera en fonction de son ressenti, et de son enfant
    Je trouve très dur de juger une maman sur ses choix, qui sont souvent très personnels

    Répondre

  19. « on ne naît pas parent, on le devient » : tout est presque dit en ce qui concerne les choix (bons et mauvais)que nous faisons pour nos enfants.
    J’aime lire les billets de la Poule et les commentaires des Poulettes car c’est toujours instructif de confronter ses choix, opinions avec ceux des autres.
    La vie n’est pas noire ou blanche, il n’y a pas de vérité absolue et il ne faut pas culpabiliser sur nos choix car même si l’on fait de son mieux, nous ferons toujours des erreurs !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @opale, d’ailleurs je crois qu’un parent parfait c’est trop flippant pour un môme :mrgreen:

    Répondre

  20. Un bon parent = personne qui essaie, qui fait de son mieux, qui n’hésite pas à se remettre en question, à voir ce qui se fait, avec comme but ultime de trouver ce qui convient le mieux à toute sa famille

    je me lève et t’applaudis.

    Merci de dire qu’il n’y a pas de règle unique et que l’important est d’être en accord avec soi même pour que la famille trouve son bien être :mrgreen: .
    Je le répète sans cesse à mes amies, mais c’est difficile à faire comprendre, encore à plus à l’entourage qui a toujours un bon conseil foireux :twisted:

    Je ne sais que dire.
    Cet article est en adéquation à 300% avec ce je pense.
    Même si certains articles amèneront toujours la polémique, j’ai toujours trouvé que tu mets les formes et que tu essaies de peser les choses.
    A chacun(e) de prendre ce qui l’intéresse.

    J’ai pas posté sur les précédents articles, mais félicitations pour poussin 2.

    Répondre

  21. Très chouette réflexion qui me fait dire que c’est exactement pour ça que j’aime ton blog. Je trouve que les sujets sont très bien traités sous plein d’angles différents (en tout cas plus que je n’ai moi-même le temps de chercher) et permette de se faire son propre avis sur la questions, qui peut être différent d’une poulette à l’autre…
    En résumé, merci et bravo pour tout le boulot que ça doit te demander!

    Répondre

  22. Eh bien, je reviens après de longs mois d’absence dans la basse cour et… Le ton est toujours aussi bon !

    Je ne sait pas trop, donc, si ce billet fait suite à des commentaires houleux ou à des pics d’humeur des poules ingrates que nous sommes mais… il te va comme un gant ce billet. (Normal tu vas me dire, c’est toi qui l’a écrit !)

    Pour appuyer le commentaire d’une de tes fanes, tu as le mérite de toujours bien poser dans tes différents articles la limite entre ce que tu penses personnellement et la base « objective » de tes recherches…

    Surtout, ne change rien à ce subtil dosage.

    Répondre

  23. La Poule, merci pour tes articles écrits avec un talent que je t’envie, clairs et équilibrés. :grin:
    Je n’y ai jamais remarqué de piques culpabilisantes (peut-être parce que nous sommes sur la même longueur d’onde ?) et je suis d’accord avec toi : se dispenser d’informer pour éviter de culpabiliser n’est pas une bonne chose. Quoique…
    C’est une idée qui m’a tracassée depuis que je l’ai lue dans un livre d’Edwige Antier qui date de longtemps, je crois que c’est « Mémoires d’un nouveau né ». Dans ce livre, elle expliquait entre autres tous les risques possibles liés à l’utilisation du lait de vache pour les nouveaux-nés, parce qu’il n’était pas normal de laisser croire aux mamans que c’était absolument identique au lait maternel. J’avoue que j’avais acheté ce bouquin pour l’offrir à ma belle-soeur, et que je ne l’ai pas fait parce qu’elle avait complètement raté son allaitement malgré ses efforts et je ne voulais pas en ajouter une couche…

    Répondre

  24. j’ai vu que la conversation avait devié sur la reprise du travail. je saute sur l’occas pour lancer un appel à l’aide. ma fille de4.5 mois a decidéede teter en moyenne 6à 8 fois la nuit :twisted: Je reprend le boulot dans 1.5 mois. je ne sais pas comment je vais faire pour tenir le coup. de plus nous sommes en ce moment en plein terrible two avec moh grand de2.5ans. Au secour!!! ;-)

    Répondre

  25. desolée plein de fautes mais difficile de taper avec 1bb dans les bras.
    Je compte allaiter ma fille en travaillant . Je serais à mi temps: 15j de travail/ 15j de repos.
    Pour reprendre le fil de la conversation. je suis infirmiere donc avec des horaires decalés donc c’est la papa qui fait les aller retour chez la nounou.

    Répondre

  26. j’ai besoin d’infos et que vous me fassiez part de vos experiences.
    pour revenir au sujet, l’information est capitale dans n’importe quel domaine, pour pouvoir etre libre de ses choix. D’ailleurs les dictatures coupent l’acces à l’information en premier, non?.

    Répondre

    sophieNo Gravatar a répondu :

    @cyann, il y a plus experte en allaitement que moi dans la basse-cour, mais ma 1ere idée serait de tirer ton lait pour faire face à ta puce gloutonne la nuit, et comme ça tu n’es pas seule à te lever la nuit. Peut être que ta puce a besoin surtout de téter, peut être lui donner une tétine la nuit ? (je sais qu’il n’y a pas beaucoup d’adepte de la tétine par ici…).
    Pour le terrible two, pas de conseil à part attendre … :twisted: le valoriser en lui faisant des activités de « grands » ? Je me souviens d’une discussion sur ce thème ici même, un article sur les relations aîné-cadet.
    Bon, courage en tout cas …

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @sophie, merci, c’est vrai que je ne suis pas trop pro tetine mais bon… si rien d’autre marche pourquoi pas…
    en fait ce qui est difficile c’est de rester zen face à un enfant en pleine opposition alors qu’on est epuisée..; et je n’ai pas repris le boulot :| . Est ce que certaines ont repris le boulot alors que leur BB ne faisait pas ses nuits? Et comment ont elles gerer cela?
    excuse moi la poule j’utilise la basse cour comme source de conseils et d’information!

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @cyann, « allaitement et travail », un sujet qui me tient particulièrement à cœur! Si tu veux correctement t’informer, tu peux lire ce qui est dit ici: http://www.lactissima.com/blog/ Mais également te procurer le « Petit guide de l’allaitement pour la mère qui travaille » (Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau). Personnellement, j’ai retravaillé quand ma puce tétait encore la nuit. Je ne sais pas quel est ton rythme, mais normalement une tétée nocturne ou deux c’est faisable en terme de fatigue (ça dépend si elle se rendort facilement après et combien de temps elle tète)… Sinon, tu tires et tu fais donner par le papa, voire (ce que j’ai fait quand ma fille avait 6 mois) tu expliques à ta fille que tu ne viendras plus et tu la laisses pleurer une ou deux nuits. Normalement, si tu es clair sur tes intentions, ça peut marcher (ces quelques nuits sont difficiles, mais ne craque pas, ça vaut le coup…). Sur les modalités de l’allaitement+travail, n’hésite pas si tu as des questions…

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, en fait le probleme c’est quel n’a pas de rythme. Par contre la nuit il n’y a aucun probleme elle dort en tetant par contre elle peut se reveiller 1h aprés et retéter.
    pour mon ainé il tétait 1 à 2 fois par nuit quand j’ai repris le boulot et il est vite passé au nuit complete sans tétée. La miss c’est l’anarchie totale la nuit comme le jour! en fait ça fait 4.5 mois que je dors maxi 2h d’affile. Si d’ici un mois ça ne s’est pas regulariser je pense que je vais devoir changer de methode et faire comme tu dis. Je vais essayer de trouver le bouquin dont tu me parles et voir le site.

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @cyann, Moi je dors par tranche de plus ou moins 3h depuis 13 mois ….avec un loulou qui se réveille en moyenne 2/3 fois par nuit (6 fois il a 2 deux nuits … :cry: )…. mais bon, je ne supporte pas de laisser hurler un bébé, alors je me dit qu’il finira bien par faire des nuits complètes (pour le précédent, ça avait duré 2,5 ans), et que j’ai de la chance parce qu’il se rendort après avoir tété …. ;-) Je négocie une grasse mat de temps en temps (la dernière fois j’ai dormi jusqu’à 10h45 … merci l’Homme !!) :mrgreen:

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @cyann, contrairement à Clemys, moi je suis plutôt anti-cododo quand tu veux faire des nuits complètes ou espacer les tétées… Quand on dort ensemble, ma fille (et moi) on se réveille plus souvent et quand elle tétait encore, c’était carrément ingérable (je parle de quand elle avait 6 mois bien tapés, avant pour moi, c’est différent… / elle a 18 mois aujourd’hui). Elle sent ta présence, alors elle est plus stimulée… Enfin c’est mon ressenti. Pour ce qui est des tétées anarchiques, ça ne pose pas de problème en journée, au contraire, quand tu reprendras, il faudra qu’elle puisse téter à volonté en ta présence pour rebooster la lactation (voir Lactissima).

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, tout à fait d’accord mais sa fille à 4,5 mois ;-)
    moi aussi arret cododo vers 6 mois
    même si la technique du laisser pleurer 2/3 nuits n’a pas marché (pourtant que j’étais motivée)
    mais c’est vrai qu’à partir d’un certain stade, le mien espacait plus les tétées loin de moi

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @cyann, bon alors mon conseil à moi pour l’allaitement de nuit : cododo, ça permet de « presque » pas se réveiller ;-)
    Après 1,5 mois dans la vie d’un bébé c’est énorme, elle peut très bien diminuer ses besoins de tétées de nuit d’ici là (oui oui j’y crois ;-))

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @cyann, rien à rajouter aux autres qui ont donné plein de bonnes idées, si ce n’est bon courage, je sais ce que c’est d’aller bosser après une sale nuit. Par contre si qqn a déjà vu un bébé qui fait facile 2 pics de croissance par semaine :shock: (de préférence nocturnes) je veux bien des tuyaux… En attendant vous voudrez bien toutes me pardonner mon absence pour cause de cartons à déballer, de pas (encore) de wifi, de doigt entaillé, de nuits façon vendée globe et de lymphangite :cry:

    Répondre

    BéatriceNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, lymphangite, arghhhh :cry: Ben faut bien se tenir au chaud et se reposer …. oui, je sais, pas top quand on déménage :???: Bon courage La Poule ;-)

    Répondre

    pâte à crêpeNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, bon courage, bon courage! (la lymphagite, aïe quel horrible souvenir… :sad: )

    Répondre

    SuzieNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Oh, là, là, bon courage, La Poule…(Mais ravie d’avoir de tes nouvelles ;-)

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, comment ? Pouss2 ne fait pas ENCORE ses nuits ????
    ok :arrow:

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @toutes,
    merci beaucou pour ces infos. Il s’agit d’une reponese tardive mais nous sommes partis en vacances. Et iracle, l’air de barcelone afait des miracles: reveils noctunes 2 fois . par contre l’air de la maison est moins bon: c’est reparti pour 1 tour :evil:

    Répondre

  27. « Informer sans culpabiliser : est-ce seulement possible ? » … c’est un très beau titre, vraiment tu arrives à faire ce que peu font, ne pas trop trancher, ne pas trop vite décrêter que ce qui est bon pour ‘toi’ est bon pour toutes les autres. Pas évident. Déjà il faut informer : avoir l’information abordable c’est déjà énorme !!! Une information la plus ‘neutre’ possible, qu’elle soit au plus près des réalités médicales, et n’oublie pas que nous sommes des êtres humains, avec un passé, parfois un gros vécu difficile pour les femmes (et les hommes qui parlent moins mais ont pu vivre aussi des choses difficiles) … et puis toute une part d’inconnu : ce fameux bébé … qui est une personne à part entière avec son tempérament, sa santé spécifique, etc. … Je crois bcp qu’il ne faut pas trop s’arc-bouter sur sa propre pratique ou ses ‘idées’ et que souvent, quand on vit les choses ben on évolue ‘avant j’avais des principes maintenant j’ai des enfants’ ;o)

    @ Cyann : j’ai repris le boulot mon 2e enfant avait 3 mois, il allait en crèche, et … il n’a fait ses nuits qu’à partir de 6 mois !!! j’étais usée ;o) faut savoir que ça dure pas des siècles hein … Une nuit j’avais même engueulé le bb ! j’en pouvais plus. Le pédiatre m’a demandé ce que le bb avait fait alors, et j’avais répondu : ben il a continué à hurler … puis il a bu tout son bib … Donc le pédiatre m’a dit : ben … c’est qu’il avait faim, continuez comme ça, courage ! (fuyons … ;o) Du coup il m’avait conseillé de mettre un peu de ‘diase’ (farine achetée en pharmacie) pour épaissir un peu le biberon du soir mais … ça n’a pas fait de miracle et ça a duré, … En fait le bib de nuit j’essayais de marquer la différence avec le jour, en parlant moins à mon bb, en étant + sur un rythme ‘hyper calme’ ‘c’est nocturne’ tu vois pour essayer qu’il comprenne …
    Ce qui est marrant c’est qu’à cause des pleurs du bb, j’avais séparé les 2 enfants la nuit. N’en pouvant plus j’ai demandé conseil à une psy de crèche qui m’a conseillé (malgré les réveils nocturnes du + jeune !) de les réunir. Ce que j’ai fait et … du jour au lendemain le bb n’a plus pleuré. Alors … était-ce à cause de la proximité de l’autre enfant ? ou parce que son estomac était calé pour la nuit ? … ou les 2 ? je ne sais pas. Courage ! essaie de bien récupérer le week end, d’impliquer si possible le conjoint et … te dire que c’est temporaire !!! espérant que ça t’a un peu aidée ;o) :roll:

    Répondre

    cyannNo Gravatar a répondu :

    @emelire, @clemys , merci ça me redonne espoir :oops:

    Répondre

  28. ah, les nuits…je pige toujours pas qu’on puisse exiger autant de nous dans ce monde, c’est pas une vie de devoir travailler et de s’occuper de ses enfants en même temps moi je dis, hein, d’abord. ;-)
    ici pour le premier j’ai tenté d’arrêter de l’allaiter à 6 mois sur les conseils foireux du toubib à l’époque qui disait qu’avec du lait artificiel il dormirait et que je serais moins crevée…il a finalement fait ses nuits 4 ans plus tard et on n’a encore pas compris pourquoi (la médecine non plus). ce cas n’est pas encourageant. :mrgreen:

    le petit deuxième en prenait bien le chemin, (sauf qu’il est toujours allaité, il a 19 mois et plus je l’allaite plus je regrette d’avoir sevré son aîné si tôt d’ailleurs) et bin on a consulté un homéo (nan parce que j’allais pas me refaire le grand schlem des toubibs comme avec le premier, merci bien) qui l’a mis sous china rubra en 7 ch 5 granules 2 fois par jour depuis un mois et je vais te dire je sais pas si c’est ça ou pas mais depuis, il dort.
    On est passé d’un bébé qui se réveille 4 fois par nuit (et la quatrième c’est pour jouer une heure, ce qui est très fun à 4h du matin)et ne fait que des micro siestes ridicules de 35 minutes à un bébé qui fait 21h>6h d’un trait et des siestes de 2h30 à 3h30, autant dire une marmotte.

    cet exemple est plus encourageant n’est ce pas? :lol:

    (pour répondre aux questions que ça soulève: oui j’ai beaucoup plus de temps avec les siestes, oui j’adooooore pouvoir enfin me reposer la nuit, oui je nage dans le bonheur et la guimauve! youpiiiiiiii il dort!! -en même temps c’est pas trop tôt, y’en a qui ont ce luxe là depuis la naissance, hein-)

    Répondre

  29. La culpabilité arrive à peu près en même temps que le placenta. Juste après la sortie du lardon. :roll:

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ausecoursmonfilsmapprendlavie, non non bien avant, quand tu réalises que tu as bu/fumé/pris des médocs/autre comportement déviant alors que tu étais enceinte sans encore le savoir. Ou même quand tu ne veux pas d’enfant tout de suite alors que « c’est le bon âge »… :mrgreen:

    Répondre

  30. Je crois que toutes ces questions renvoient à la diversité de l’humain :)
    Article très intéressant !

    Répondre

  31. je crois que j’aurais pu écrire cet article à deux mots près
    « couches lavables »
    non mais t’es pas folle, uhuhuhuhu?

    donc j’adhère, c’est exactement ce que je pense, bravo, c’est hyper bien dit ;-)

    Répondre

  32. @la poule, bravo pour ce billet, à l’image de ton blog, riche et mesuré.
    Et je dirais exactement comme angel!

    Répondre

  33. Encore merci à toutes pour vos commentaires, je n’ai pas trop de temps en ce moment pour répondre à chacune personnellement mais ça me touche de voir que je ne suis pas la seule à avoir ces questionnements !

    Répondre

  34. […] des informations et des réflexions pour avancer en ce sens, en limitant autant que possible la culpabilisation. Mais faut-il pour autant faire le grand chelem du parent parfait, si c’est au détriment de son […]

  35. […] pas le but en tous cas). Juste pour finir, 2 billets qui peuvent aider la réflexion : Informer sans culpabiliser : est-ce seulement possible ? de la poule pondeuse et la revue de Ségolène sur le livre Le conflit, la femme et la mère […]

  36. […] difficile à aborder parce qu’il déchaine systématiquement les passions. Dans ce domaine, informer sans culpabiliser, c’est presque mission impossible! Et pourtant, les deux articles que je présente cette […]

  37. […] fonction de nos convictions mais aussi de notre état de fatigue, du soutien de nos proches, etc ? Comme la Poule pondeuse, je suis convaincue qu’être un bon parent n’est PAS faire quelque chose parce que sur […]

Leave a Reply


« « Préc. Le retour précoce à la maison    |     Suiv. Toutes les femmes peuvent allaiter ? » »