Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Tokophobia    |     Suiv. Let’s talk about sex (2) » »

Let’s talk about sex (1)

Par  • Le 29 octobre 2009 à 8:52 • Catégorie : Etre femme

Salt-N-Pepa Je ne sais pas bien pourquoi exactement je me lance sur ce sujet, qui est bardé de difficultés (ah si, c’est à cause de Ficelle qui m’a tannée avec ça). Chaque femme a une expérience bien particulière, qui pourra varier à chaque grossesse, et pourtant on nous sert les mêmes poncifs éculés à chaque fois. En même temps je n’ai pas très envie de m’étaler sur mon expérience personnelle, d’autant plus que je n’en vois pas forcément l’utilité. Et la moindre recherche google me sort des listes de pages que je n’ai aucune envie de visiter. Au fait le sujet en question c’est « sexe et bébé ». Procédons chronologiquement.

Première étape : Faire le bébé. En général c’est le meilleur moment pour le sexe. D’abord on arrête la contraception, qui si elle est hormonale peut jouer sur la libido. Et puis surtout le désir d’enfant est souvent un puissant moteur de désir sexuel. A ceux (bon c’est surtout « celles ») qui me demandent conseil sur le meilleur timing, je suggère généralement de ne pas se lancer dans des calculs d’apothicaire ou pire des courbes de température, ou en tout cas pas dans un premier temps. D’abord ce n’est ni très romantique ni très excitant, ensuite ça n’est pas toujours très fiable et enfin on ne compte plus les femmes qui sont tombées enceintes seulement après avoir arrêté les calculs. Donc sachant que les spermatozoïdes une fois largués ont une durée de vie d’environ trois jours (selon les sources on trouve deux à cinq, on dira qu’il y a une forte variabilité naturelle), si on fait des travaux pratiques deux à trois fois par semaine (ou plus si affinités et/ou premier enfant…), on est à peu près sûr que l’ovule ne se trouve jamais seul au moment où il se décide à se pointer (voir aussi l’article de Martin Winckler). En général les coqs sont assez partants pour ce type de stratégie.

Deuxième étape : la grossesse. Faisons d’abord le tour des généralités sur le sujet. D’abord le premier trimestre : il n’est traditionnellement pas très favorable à la bagatelle, par son climat hormonal et par les conséquences de celui-ci. Les nausées ne sont pas particulièrement érotisantes et le fort besoin de sommeil souvent ressenti à cette occasion peut conduire la future maman à imiter la poupée Corolle qui ferme les yeux quand on la couche. Et ne parlons pas d’autre symptômes moins courants comme le ptyalisme… Le deuxième trimestre voit théoriquement la femme enceinte se transformer en nymphomane : elle pète le feu et n’est pas encore trop gênée par son ventre, les hormones (ainsi que Vénus dans la troisième maison du Bélier ?) sont favorables à une certaine activité sexuelle. Enfin au troisième trimestre la femme est fatiguée, elle a mal partout, ne sait pas quoi faire de son ventre et ne veut donc plus entendre parler de sexe, sauf lorsque l’accouchement se fait attendre et qu’elle espère un déclenchement à l’italienne.

Evidemment les choses ne sont pas aussi claires et tranchées dans la vraie vie (voir aussi ce document qui est moins neuneu que ce qu’on nous sert d’habitude). D’abord les hormones changent souvent la sensibilité des zones érogènes, cela peut être en bien mais aussi en moins bien, et dépendre des périodes de la grossesse (et pas forcément de la façon écrite dans les livres). Ensuite certains effets secondaires de la grossesse (pensons aux nausées mais aussi aux hémorroïdes et autres mycoses par exemple)  peuvent persister tout au long de celle-ci, et là encore on comprend facilement que ça ne donne pas envie de zigounipiloupiler. N’oublions pas non plus les menaces d’accouchement prématuré qui sont souvent incompatibles avec le sport en chambre. A l’inverse les sensations peuvent être largement améliorées par la grossesse, certaines femmes connaissant même leur premier orgasme à cette occasion (une sur cinq paraît-il), ou simplement des orgasmes plus intenses (pas de panique les contractions orgasmiques n’induisent pas d’accouchement prématuré, à moins d’être déjà dans une situation de menace importante).

Au niveau psychologique, là aussi de nombreux facteurs peuvent interférer avec la libido. L’incompatibilité mère/amante, le dégoût d’un corps qui change, la peur (pourtant infondée) de faire mal au bébé, les consultations médicales répétées qui peuvent conduire à un sentiment de désexualisation, et bien d’autres choses sont susceptibles de bloquer les envies sexuelles des femmes enceintes. D’autres au contraire ressentent leur féminité magnifiée, voire enfin complète, ce qui exacerbe et renforce leur désir. Là encore ça peut être par phases, et pas toujours selon les préconisations des ouvrages de référence.

N’oublions pas que ce genre d’activité se pratique généralement à deux, ce qui complique l’équation (et encore je me cantonnerai au classique papa + maman = bébé). Le futur père peut lui aussi être bloqué ou au contraire être encore plus attiré par sa femme et ses nouvelles formes (ah la poitrine de la femme enceinte…), et ce également par phases. Si celles-ci ne sont pas synchronisées avec celles de Madame, forcément ça n’aide pas.

Quelques considérations pratiques. D’abord, le ventre. Il devient rapidement une troisième présence dont il est difficile de faire totalement abstraction mais vous pouvez quand même adopter des positions où on le sent moins (non je ne vous ferai pas de dessin, je vous laisse expérimenter, sinon faites un tour ici pour quelques idées, sans oublier que le sexe ce n’est pas que le coït…) ; on peut aussi éviter de le caresser pendant les grandes manœuvres. Les bébés comprennent souvent qu’il faut se faire discret dans ces moments-là et évitent de danser la samba (et on pense qu’ils apprécient l’exercice qui les plonge dans un bain d’hormones euphorisantes, certains parlent même d’effet jacuzzi…). Ensuite si on connaît une baisse de désir, on peut aussi tenter de relancer la machine en prenant soin de soi et de son corps (jolis vêtements/lingerie -voir cette vidéo-, épilation, coiffeur, soin esthétique…). C’est toujours ça de pris que de se sentir plus belle, et ça marche aussi pour ranimer la flamme chez Monsieur. Pourquoi pas un petit week-end à l’hôtel (même dans sa propre ville, ça dépayse), avec les éventuels aînés casés pour l’occasion ? Ou même chez soi mais sans les grands ? La fatigue est fatale à la libido, et si un coq veut remotiver sa poule il peut commencer par la décharger des taches ménagères pour qu’elle se recharge ses batteries (et quoi de plus sexy qu’un homme qui fait la vaisselle ? un homme qui passe l’aspirateur peut-être ?). Si le bébé occupe toutes vos pensées, n’oubliez pas que des parents amoureux et soudés sont un atout précieux pour lui. Notez que ces dernières idées sont aussi valables après l’accouchement.

Après l’accouchement justement, on en parlera demain (suspense de la mort qui tue). D’ici-là n’hésitez pas à partager vos expériences (quitte à commenter anonymement, avec perruque et lunettes de soleil…).

Tagged as: , , , , , , ,


« « Préc. Tokophobia    |     Suiv. Let’s talk about sex (2) » »

119 Commentaires »

  1. @céline-soleil, On est avec vous 😕 😉

    Répondre

  2. @Clemys, moi j’ai l’impression que chacune donne son vécu plus que n’en fait des généralités. Et que ce soit fondé ou pas, si la femme se sent en décalage avec le désir de l’homme, ben ça pose problème et il faut trouver une solution, ou au moins ne pas le nier. On voit d’ailleurs que le décalage n’est pas le même dans tous les couples.
    Enfin j’ai hâte de voir l’intitulé du nouveau sondage 😉

    Répondre

  3. @Charlinette, la nympho et le prêtre, quel couple 😆 !

    Répondre

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ça me rappelle vaguement Les oiseaux se cachent pour mourir… Toujours pas lu/vu. (Je sais ça manque à ma culture 😉 )

    Répondre

  4. @céline-soleil, oh que ça ne doit pas être facile effectivement. Mais je n’oserais pas m’aventurer sur ce terrain que j’ai eu la chance de ne pas visiter. Bon courage en tout cas et plein de bonnes ondes pour digérer tout ça ! 😉

    Répondre

  5. @céline-soleil, Plein de pensées pour vous deux 😉

    Répondre

  6. Rho ça y est, je ne voulais surtout pas donner dans le mélo, juste montrer un côté oublié qu’on aimerait voir abordé plus souvent, quand on est passé par là… Parce que fatalement quand on lit « Faire le bébé. En général c’est le meilleur moment pour le sexe. » on a très envie de compléter et de dire que pas toujours. Enfin, merci 😉

    Répondre

    ClemysNo Gravatar a répondu :

    @céline-soleil, j’ai une amie confrontée à la même situation, qui se trouvait peiné par un faire-part de naissance qui disait un truc du genre « la seule recette pour faire un bébé : un papa, une maman, beaucoup d’amour et surtout des calins ». Alors pour rigoler, on a imaginé ce que serait un jour son faire-part, « la recette pour faire un bébé : 1 papa, 1 maman, 150 piqûres, 200 prises de sang, 60 rdv gyneco, 3 FIV, 1 agrément pour l’adoption etc » Bah oui, il y a plusieurs recettes pour faire les bébés 😉

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Clemys, j’ai un ami qui avait fait un faire-part avec une photo des fesses du bébé et la légende suivante « un nouveau trou du c… chez les XX » :mrgreen: Adaptable à tous les modes de procréation… 😆

    Répondre

  7. @Clemys, oui mais leur bonheur rayonne…. :mrgreen: je suis tafiguée…:roll:

    Répondre

  8. Tout à fait Clemys, il y a différentes recettes ! Si le parcours est douloureux, quand le bébé/la grossesse est là, le fait d’avoir eu recours à la technique n’est pas un drame ni une honte, mais on se sent parfois oublié avec ce genre de phrases.
    J’aime bien ton idée de faire-part :mrgreen:

    Répondre

  9. Merci les filles pour vos témoignages et vos conseils.
    Je pense acheter une ceinture de soutien assez rapidement car j’ai déjà un gros bidon à 19 SA et commence une cure de magnésium et fer : je vais avoir une pêche d’enfer !

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @opale, tu peux aussi essayer la chaleur : bain chaud, bouillotte… sur les endroits douloureux

    Répondre

  10. J’ai testé une grossesse de bébé fille et 2 grossesses de bébé garçon. Pendant bébé fille, libido au point mort ou quasi, sauf un peu pendant le 2ème trimestre, mais comme c’était le 1er bébé, le coq était un peu perturbé.
    Par contre, les 2 fois bébé garçon, libido explosive, à tel point que le coq avait du mal à suivre (lui qui était bien (re)motivé pourtant)…
    Y a-t-il un quelconque lien entre le sexe du bébé à venir et ce que ça induit sur la future maman ? Ca m’intéresserait bigrement, si jamais les Américains si friands de statistiques avaient fait une étude sur le sujet… 🙂

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Lola, je ne sais pas s’il y a eu des études mais ça fait partie des trucs de grand-mère pour dire si le bébé est un garçon ou une fille… sauf que dans ce cas c’est l’inverse 😆
    cf http://www.elleraconte.com/article-est-une-fille-garcon-a_1761_0_0.html

    Répondre

  11. « En général les coqs sont assez partants pour ce type de stratégie. »
    J’adoooore !!! 😛

    Répondre

  12. […] sûr, difficile de parler de couple sans parler de sexe, mais on l’a déjà fait ici et là. Enfin ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, disent certains : si votre couple survit […]

  13. Bonjour ça fait maintenant 6 semaines que j’ai retiré mon stérilet et je veux vraiment avoir mon premier bébé mais aucun signe de grossesse, en effet je commence à m’inquiéter et j’ai besoin de vos conseils avant de consulter mon gynéco. Merci
    ps : j’ai 32 ans

    Répondre

  14. michael Kors watch women gold

    La basse cour de la poule pondeuse » Etre femme » Let’s talk about sex (1)

Leave a Reply


« « Préc. Tokophobia    |     Suiv. Let’s talk about sex (2) » »