Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Semaine de la couche lavable    |     Suiv. Programme télé » »

Cherche journaliste désespérément

Par  • Le 28 avril 2009 à 6:25 • Catégorie : J'avoue, Réfléchir

tintin4 Bon. Après le grand n’importe quoi de Marianne, c’est au tour de Charlie Hebdo de publier un brûlot sur l’accouchement à domicile. Vous trouverez le texte complet ici. Le BOOB (Bêtisier officiel de l’obstétrique) a déjà fait une explication de texte détaillée (ici), alors je ne vais pas revenir sur toutes les bêtises qu’on pourra y trouver. Les chanceuses qui ont pu tester épisio et déchirure (en deux accouchements quand même) apprécieront particulièrement cette affirmation (qui n’engage que son auteur) :

Après tout, on a le droit de préférer une déchirure tortueuse à un coup de ciseaux net et précis.

Bref. Je trouve ça consternant d’amateurisme, de parti pris, de mauvaise foi et de malhonnêteté intellectuelle. Et je n’aime pas les gens qui décident pour les autres ce qu’ils doivent vouloir ou aimer. Je trouve regrettable que ce type de débat ne puisse rester rationnel et dépassionné.

Pourtant je n’adhère pas à toutes les initiatives ni à toutes les positions des Déchaînées (qui sont la cible principale de l’article, même si avec elles beaucoup de femmes pourront se sentir visées), loin de là, mais ce n’est pas une raison pour jeter le bébé avec l’eau du bain (ha ha ha). Et au moins elles ne se prennent pas trop au sérieux. Pas comme certaines journalistes qui doivent penser que l’objectivité et les recherches ne font pas partie de leur travail. Dommage, j’aimais bien le titre « Une autre ponte est possible ».

Si jamais Agathe André (la journaliste en question) passe par ici, je peux en toute modestie et en toute humilité lui recommander de lire (au moins !) les pages suivantes de ce blog :

Tagged as: , , , , ,


« « Préc. Semaine de la couche lavable    |     Suiv. Programme télé » »

57 Commentaires »

  1. @Mifigue, 😯 ce sont des affreux à Rotschild ! dur comme expérience, j’espère que tu t’en remets sans trop de casse.
    Pour avoir beaucoup lu Charlie Hebdo dans les années 90 (même abonnée !), Philippe Val est un curé laïc, ses editos sont construits comme des dissertations qui visent à convaincre, « à évangéliser ». Forcement, comme tout évangéliste, les autres façons de penser sont à combattre, par la caricature, la mauvaise foi et le licenciement de ses collaborateurs…. Bien sûr, c’est un journal d’opinion et non d’information, mais si j’ai arrêté de le lire (comme beaucoup) ce n’est pas pour désaccord mais par lassitude : toujours le même ton, toujours les mêmes articles, jamais de vrais reportages ou alors « ma semaine dans une secte débile » (forcement, on se marre mais bon…), jamais de remise en cause, jamais de débats contradictoires, le tout orchestré par le grand gourou Philippe Val, prêchant du haut de son édito la croisade à grands coups de Montaigne (qui se retourne dans sa tombe…). Dire qu’il est directeur de France-Inter, ce mégalo intolérant, brrrrr….

  2. Merci à toutes pour vos réponses.

    Pour Poule pondeuse : le Philippe Val présent sur les émissions de télévision actuelles est très différent (sur la forme) de ce qu’il a été. Il est désormais en représentation et cherche à trouver une crédibilité. C’est pour cela qu’il a viré Siné de Charlie. Il est de notoriété publique que Val « purge » régulièrement son équipe de tout élément contestataire (Anne Kerloc’h, entre autres, en fit les frais il y a quelques années, alors qu’elle ne tenait que la rubrique littéraire du journal…). Dans l’émission de Ruquier (On n’est pas couché), Eric Naulleau l’avait épinglé sur sa propension à taxer de fasciste quiconque était en désaccord avec lui…

    Pour Clemys : Stéphane Guillon a du mouron à se faire, il se pourrait que Val réclame sa tête dans peu de temps… 😆

    Pour Sophie : Philippe Val croit bon d’étaler son « érudition » à chaque édito, s’essayant tant bien que mal à des explications de textes : Omar Khayyam, Montaigne, Villon, Cervantes, Rabelais… n’importe quelle œuvre de personnage illustre fait l’affaire et sert la mégalomanie du personnage. Je ne sais pas s’il se pique toujours de sciences mais il y a quelques années, cela valait son pesant de cacahouètes dans un débat organisé à Paris sur les OGM…

    Pour Ficelle : aucun journal n’est objectif et ce n’est pas parce que Agathe André exprime une opinion qu’elle pose ou relance un débat. Pour exemple : aux Pays-Bas plus de 30 % de femmes accouchent à domicile, avec des taux de mortalité et morbidité comparables à la France : faut-il en conclure que les Néerlandaises sont des hystériques de la « naissance naturelle », que le pays est plongé en pleine régression machiste ? En quoi vouloir accoucher chez soi, préférer l’allaitement long au biberon, pratiquer le co-sleeping, éduquer sans fessée ou punition ou bien encore faire l’école à la maison (et je dois sûrement oublier bien des aspects du néo-maternage) constitue-t-il un insupportable retour en arrière (avec en corollaire l’imbécillité des femmes s’y adonnant) ? A l’heure où il faut accoucher à l’hôpital, donner un biberon jusqu’à 5 ans et plus, où les enfants sont placés en crèche à deux mois et demi, où les femmes ont gagné une pseudo indépendance financière et la triple journée (et là encore , j’oublie sûrement des aspects sur ce qu’il convient de faire lorsqu’on est une femme libérée), Agathe André ne se fait que l’écho de la norme sociale en vigueur.
    Charlie Hebdo se revendique clairement comme organe de presse d’investigation ; Philippe Val n’ayant jamais reculé devant cette appellation et n’hésitant pas à mettre son journal sur le même pied d’égalité que le Canard Enchaîné (notamment, et entres autres, au moment où Charlie Hebdo – en août 1997 – avait dénoncé la stérilisation pratiquée sur 15000 handicapées mentales légères ou jeunes femmes socialement défavorisées sans les en informer ; les révélations du journal émanant d’un chercheur de l’Inserm). Par ailleurs, Charlie Hebdo a de nombreuses fois perdu des procès (avec Philippe Val pleurant sur la presse qu’on assassine et la prochaine mort économique de son journal) pour propos mensongers et calomnieux dans le cadre d’articles n’ayant pas fait l’objet de vérifications sur la véracité des informations recueillies.
    N’importe quel journal est un journal d’opinion(s) mais ça ne dispense pas ceux qui s’y expriment d’un minimum d’honnêteté intellectuelle.

    Pour celles que ça intéressent :

    – sur l’accouchement à domicile : http://www.inpes.sante.fr/slh/articles/391/05.htm

    – sur la maltraitance envers les personnes handicapées (suite à l’article de Charlie Hebdo) : http://www.senat.fr/rap/r02-339-1/r02-339-15.html

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Mifigue et Ficelle, je pense comme Mifigue, ce n’est pas la même chose d’exprimer des opinions ou de dire des choses objectivement fausses ! (Comme on dit, le Monde est un journal faussement objectif alors que l’Huma est un journal objectivement faux…)

    FicelleNo Gravatar a répondu :

    @Mifigue, j’l’avais raté celle-là, héhé… je n’ai pas dit qu’il y avait des journaux objectifs, mais que Charlie Hebdo n’en était pas un. Par ailleurs, pour aller (grossièrement) dans le sens de Agathe Bidule, dans le cadre d’un reportage, j’ai rencontré plusieurs femmes, souhaitant un AAD, qui ont mis leurs bébés et elles-mêmes en danger. Dans ma région, ces femmes font appel à des SF allemandes qui les suivent et sont sensés les accoucher (aucune SF françaises n’accepte de le faire, pour cause d’assurances trop élevées), mais en pratique, ces SF (deux) mettent plusieurs heures à arriver sur place. L’une de ces femmes a perdu du sang pendant le travail, alors qu’elle était seule. Mais elle a préféré rester chez elle plutôt que de partir à l’hôpital, alors que c’est sa SF, au téléphone, qui le lui conseillait. Heureusement, tout c’est bien terminé. Mais cette histoire m’a un peu… surprise. Je suis à fond pro-néo-maternage (perso, neuf mois d’allaitement, portage, etc.), mais parfois, oui, je pense qu’il y a des risques que l’ont n’a plus le droit de prendre. La volonté de beaucoup de ces femmes d’accoucher à la maison découle d’un traumatisme à l’hôpital, ok, sans aucun doute faut-il de nouveaux types de structures (comme les « vraies » maisons de naissance) et une meilleure écoute des besoins et des souhaits des femmes. Mais se mettre en danger n’est pas une solution, selon moi, or c’est malheusement souvent le cas en France faute d’accompagnement suffisant des AAD. (NB: ma fille est entrée en crèche à 10 semaines, et elle va bien, merci pour elle. Je suis également « pseudo indépendante financière ».)

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Ficelle, effectivement il y a des extrémistes mais faut-il pour autant décider qu’elles sont représentatives ? Ma mère a accouché d’un de mes frères à la maison (en plein 7ème arrondissement, pas à la ferme… :mrgreen: ), et pour le suivant elle a voulu réitérer l’expérience mais finalement a du partir à l’hosto en cours de travail sur les conseils des sages-femmes (elle en avait 2 ! le luxe). Je ne dis pas qu’elle est représentative non plus d’ailleurs :mrgreen:

  3. Pour Ficelle : pour réagir à ton exemple : au même titre que des femmes vont vouloir accoucher à leur domicile et mettre leur vie en danger, d’autres souhaitent bénéficier d’une césarienne de « confort » (alors que les obstétriciens s’accordent pour dire que la césarienne n’est pas une intervention anodine…). Faut-il rejeter la césarienne au prétexte que quelques cas particuliers n’ont pas les yeux en face des trous (ce qui rejoint la pensée de Poule pondeuse) ? Aujourd’hui, la réalité des femmes qui souhaitent une AAD est la suivante : pas d’autre choix que l’hôpital ou pas loin. La question n’est donc pas de savoir si ces femmes sont de pauvres arriérées ou des faibles d’esprit mais si la France a ou non la volonté de répondre à leur demande et, apparemment, la réponse est non.
    A titre personnel, je me fous éperdument que les femmes donnent un biberon ou allaitent, qu’elles confient leurs enfants en crèche (ou nounous ou tout autre moyen qui leur conviennent) ou restent au foyer, qu’elles soient arriérées, libérées et tutti quanti ; ce qui m’importe, c’est de pouvoir choisir sans devoir justifier en permanence mes choix parce qu’ils ne paraîtront pas socialement corrects, parce qu’une pauvre fille ou un pauvre type qui peut s’appeler aussi bien Agathe André que Vincent Duchmol a décidé qu’un exemple ferait une généralité et la rigueur du boulot, on s’en tape : ce sont les préjugés qui feront office d’opinion autorisée.
    Quant à ma remarque d’ordre général sur le néo-maternage et la femme libérée, il ne s’agissait que de faire un contraste marqué, non de prononcer une condamnation sur les choix de chacun (pour ce qui est de l’indépendance financière des femmes, elle est effectivement relative puisque beaucoup d’entre elles, lors d’un divorce, se retrouvent en situation de pauvreté d’où la pseudo indépendance financière dont les médias sont si friands).

  4. Helpful information. Lucky me I found your site accidentally, and I’m shocked why this coincidence did not took place earlier! I bookmarked it.


« « Préc. Semaine de la couche lavable    |     Suiv. Programme télé » »