Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Réforme du congé parental ?    |     Suiv. La vitamine D » »

Réforme du congé parental, suite et fin

Par  • Le 17 février 2009 à 7:30 • Catégorie : News, Réfléchir

30-working-girl Nous avons vu hier les principales constatations du rapport Tabarot, et après 24 heures d’un suspense intenable, nous pouvons maintenant voir quelles en sont les propositions, avec pour le même prix mon avis (en italique). Là encore, je vous propose ici une approche pragmatique des mesures, et même si je ne porte pas notre président dans mon cœur, je pense qu’il y a suffisamment d’endroits sur la toile pour se défouler sans y ajouter celui-là. Et je risque de passer plus ou moins vite sur certains points du rapport, selon qu’ils me parlent ou pas, donc n’hésitez pas à aller voir par vous-mêmes.

L’auteur propose d’abord une mise en place progressive du droit à une garde opposable : d’abord en 2012 pour les 2-3 ans (avec la mise en place de « jardins d’éveil » dédiés pour cette classe d’âge). Pour les autres, pas avant 2015.  Pas franchement convaincue de l’importance de  dépenser toute cette énergie pour mettre en place tout un machin pour pouvoir porter plainte.

Simplifier la recherche d’un mode de garde, notamment par la mise en place d’un portail internet recensant l’ensemble des offres disponibles et de leurs caractéristiques et permettant de simuler le coût réel de l’une ou de l’autre. Très bonne idée. Tout ce qui permet d’éviter de faire la queue dans une administration en allant sur internet, je signe des deux mains (oui je sais, fracture numérique, illettrés, bla bla, permettez-moi d’être égoïste deux minutes merci).

La mise en oeuvre du droit de garde doit être assurée au niveau de la commune. OK si les moyens suivent.

La Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) doit être garante de la répartition équitable des structures au niveau national. Bonne intention, après sur le moyen, pas d’opinion.

La création des jardins d’éveil pour les 2-3 ans. Ils pourront se trouver dans des structures déjà existantes (crèches, maternelles) ou être créés ex nihilo. L’idée est d’en faire des structures extrêmement souples pour répondre aussi bien aux besoins de l’enfant qu’à ceux de sa famille, une sorte d’intermédiaire entre crèche et école maternelle. Sur le papier c’est plutôt séduisant.

Inciter à la création de crèches d’entreprise. Rien à redire.

Regrouper les assistantes maternelles en maisons d’assistantes maternelles (y compris au sein des entreprises). Une belle idée mais en ces temps de flambée immobilière et de restrictions budgétaires, ça me paraît un peu irréaliste.

Un congé parental la première année de l’enfant, dès le premier enfant, payé 67% du salaire brut, dont deux mois seraient réservés à chaque parent (et perdus s’ils ne sont pas pris), le reste étant à partager entre les deux, selon l’exemple des pays nordiques. C’est la mesure phare du rapport, celle qui a créé le buzz. Pour le premier enfant, c’est clairement une avancée (puisque jusqu’ici on n’a droit qu’à 6 mois très mal payés). J’aime bien le partage obligatoire entre parents. Pour les autres c’est moins clair : les femmes qui sont en congé malgré elles souffriront toujours de la pénurie de places d’accueil et celles qui le sont par « vocation » y perdront clairement. Il faudrait au moins mixer cette formule avec l’actuel congé parental : soit choix entre les deux, soit possibilité de prolonger d’un ou deux ans (mais ça me paraît difficile de garder la même indemnisation).

Etendre l’aide à la reprise d’activité des femmes (ARAF) aux parents qui sont en recherche d’emploi ou qui suivent une formation de plus de 40h pour reprendre une activité après avoir assuré la garde de leurs enfants. En tout cas une bonne idée d’accompagner le retour à l’emploi, voire une éventuelle reconversion.

Faciliter la garde d’enfants par les seniors, en tant qu’assistants maternels ou au sein de crèches (sous la supervision du personnel qualifié). Mouais. Il faudrait un minimum les former alors. Parce que vues les pratiques éducatives de l’époque, il y a de la mise à jour sérieuse à faire. Je préfèrerais qu’on encourage la formation et l’emploi des jeunes.

Augmenter le taux d’encadrement des assistantes maternelles (actuellement un adulte pour trois enfants). Ca dépend. Dans les conditions actuelles (seules chez elles, enfants de 2 mois 1/2 à 3 ans) non. Si elles sont dans des maisons avec d’autres, que les moins d’1 an sont avec les parents, les 2-3 ans au jardin d’éveil, et qu’elles ont aussi des enfants en péri-scolaires, pourquoi pas.

Faciliter la validation de l’expérience des personnels de crèche les moins qualifiés et assouplir les conditions de qualification des directeurs. Pas compétente sur le sujet.

Plus de souplesse pour l’accueil des enfants en surnombre. Seulement dans des conditions bien définies et encadrées, pour ne pas être une mesure cache-misère.

Agrément des structures de garde par les municipalités. Pas compétente sur le sujet

Etendre le réseau des relais assistantes maternelles en relais d’accueil familial, pour l’ensemble des professionnels de la garde d’enfants. Plutôt une bonne idée a priori.

Suivi des nounous à domicile. Si c’est bien fait, c’est une bonne idée.

Etendre les lieux d’accueil gratuits parents-enfants/grands-parents-enfants. Si c’est comme je le comprends des lieux de style « maison verte », c’est une bonne idée.

Privilégier l’accueil des enfants handicapés dans les structures ordinaires. Rien à redire.

Proposer des baby sitters agréés par la collectivité. Why not ?

Utiliser le fonds social européen pour améliorer la qualité de l’offre de garde (par exemple formation profesionnelle des assistantes maternelles). Pas compétente

Instaurer un entretien obligatoire entre le futur parent et son employeur pour permettre de trouver un compromis entre les besoins de l’un et de l’autre. A mon avis, soit l’employeur est conciliant et ça ne changera pas grand chose, soit il est obtus et ça ne changera pas grand chose.

Encourager les gardes partagées, notamment pour les familles où les parents ont des horaires atypiques. Déjà que c’est pas évident à monter, si en plus il faut trouver une famille avec des horaires aussi bizarroïdes que les vôtres…

Aider les familles les plus modestes à avoir accès à une assistante maternelle, puisque cela coûterait moins cher à la collectivité qu’une place en crèche. Pourquoi pas ?

Financer la mise en place du droit de garde opposable par les excédents de la branche famille. Où on découvre qu’à partir de 2009 cette branche devrait faire des bénéfices…

Comme vous l’avez constaté, je ne suis donc pas horrifiée par ce rapport et ses propositions, même si j’en préfère certaines à d’autres. Maintenant reste à savoir ce qui va effectivement être adopté ou pas, et sous quelles conditions. Et vous, vous en pensez quoi ? Les lectrices (et lecteurs ?) à l’international (ah ça la pète ça), ça vous inspire « tempête dans un verre d’eau » ou « tsunami » ?

Tagged as: , , , , , ,


« « Préc. Réforme du congé parental ?    |     Suiv. La vitamine D » »

64 Commentaires »

  1. bonjour à tou(te)s
    mon premier passage sur ce blog pour tomber sur un sujet sur lequel je cherchais désespérément une lecture un peu plus claire que le rapport complet ou le communiqué que l’AFP qui reprend l’annonce des mesures… donc merci pour le résumé et les commentaires.
    moi j’ai un doute sur l’utilité d’imposer un temps de garde pour le père : il est probable que beaucoup de pères ne souhaiteront pas s’occuper de leur petit 12h/jour pendant 2 mois, faut pas croire ce qu’on dit sur l’égalité des sexes et des rôles et des envies et tout le patakès ;-)) , que la pression du milieu du travail, voir de la famille, en empêchera un certain nombre de le faire, et comme le père reste généralement le plus gros salaire, on aura moins la possibilité de s’en passer. donc en gros le CP est de fait réduit de 2 mois dans la grande majorité des cas, c’est une économie non négligeable, et c’est très hypocrite. alors inciter les pères à participer au CP et valoriser ce choix, ok , mais là je trouve ça too much!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @AnSo, pour le père c’est pourtant ce qui se passe dans les pays scandinaves par exemple, alors pourquoi pas chez nous ? Le congé paternité, à sa modeste mesure, a déjà connu un certain succès.
    Et puis surtout bienvenue !

    Répondre

    AnSoNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, merci !
    pour le reste je ne dis pas que ça n’est pas une bonne idée, je dis juste qu’en l’état actuel de la société et de la culture française, ça me paraît utopique, voir hypocrite, et qu’à court et moyen terme ça me paraît surtout une bonne manière de faire des économies. et avant ça il faudrait notamment passer par une (re)valorisation de la présence d’un parent à la maison à temps plein…
    et je persiste à croire que tous les hommes n’auront pas envie de passer leurs journées à la maison ou en balade avec junior, et que si madame en a envie et pas monsieur, je trouve qu’imposer monsieur c’est moyen. c’est le côté arbitraire de la chose qui m’indispose.
    et les rythmes et les habitudes dans les pays scandinaves étant différents, on peut essayer de leur piquer les bonnes idées (on doit!), mais il faut les mettre dans le contexte de chez nous : les inégalités homme/femme par exemple, notamment au niveau salaire, étant moins grande, il est probable que rien qu’au niveau matériel ça se fasse plus facilement « là-haut ».

    et pour le congé paternité, c’est une très bonne chose effectivement (mais très différente puisque papa est souvent là en même temps que maman), mais je connais un nombre effarant de jeunes pères qui n’ont pu en profiter, non pas parce qu’ils n’en voulaient pas, mais parce que leur branche ne compense pas la perte de salaire, ou parce que leur boîte leur a fait délicatement comprendre que ce serait mal venu ou pas le moment ou « bon ben voilà quelques jours de congé en échange, tu les prendras plus tard ». et il ne s’agit que de 11 jours consécutifs, sur un évènement généralement attendu et quand même assez bien calé dans le planning….

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @AnSo, bah je ne suis pas si pessimiste. Et puis ce n’est pas dit que les 2 mois doivent être pris d’affilée ! Moi je connais au contraire plein de pères qui aimeraient bien… A mon avis c’est la seule façon de faire bouger les choses !

    Répondre

  2. @Eve, merci maintenant j’ai tout compris 😆 😆

    Répondre

  3. @Mema, waouh super ! ça fait envie.

    Répondre

  4. euh…la poule, t’en connais des patrons qui laisseront le mâle partir 2mois + 11jours? un de mi congé mater…ça va faire rire…les rares qui oseront tenter le coup seront placardisés en un rien de temps!
    (et des familles qui peuvent se contenter de 65% du salaire de monsieur pendant 2 mois?)
    contrairemeent aux pays du nord, nous, on fait du présentéisme à mort au boulot, hein…faut pas oublier qu’en suède et tout ça l’école ET le travail s’arrêtent vers 15 ou 16heures (oui bon ok après il fait nuit mais spa la seule raison)
    ;-P

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @pupuce, c’est sûr que tant que personne ne le fait, les mentalités ne risquent pas de changer. Bon an mal an les boîtes embauchent quand même des femmes même si elles se barrent en congé mater. Mais bon si on veut tendre à un meilleure égalité homme-femme dans le monde du travail ET dans la prise en charge des enfants -et du ménage d’ailleurs- je ne vois pas trop d’autre solution (ou en tout cas je trouve que ça va dans le bon sens). Si les femmes n’assument plus seules les enfants elles pourront avoir des salaires équivalents aux hommes. C’est sûr qu’il risque d’y avoir des ratés dans la période de transition mais ce sera un investissement pour nos petits-enfants…

    Répondre

  5. @Eve, Le post date un peu… mais bon.
    Le souci principal du recrutement des auxiliaires en crèche, c’est le manque de reconnaissance!
    Payées le plus souvent au SMIC, avec peu d’évolution de carrière, les auxiliaires de puériculture passent leur journée à faire des changes et des bib à la chaine. Elles sont généralement peu par rapport au nombre d’enfants.
    Et franchement, passer une journée dans le bruit des pleurs d’enfants, c’est épuisant… Surtout si c’est tous les jours…(non pas qu’elles veulent laisser les bébés pleurer, mais elles n’ont pas forcément le temps[cf changes et bib à la chaine] de les câliner etc)

    Je pense que les AP préfèrent bosser à l’hôpital où elle sont (un pti mini peu) plus payées et où le boulot est plus intéressant et/ou plus varié! Pour le coup, les hôpitaux ont beaucoup moins de mal à recruter les AP (pourtant la formation est toujours aussi chère (quoi qu’il existe quand même pas mal d’écoles publiques)!

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Hélène, je ne savais pas qu’elles étaient mieux payées en hôpital, merci pour l’info !

    Répondre

  6. @pupuce,
    >Pour ce qui est du retour au travail…je me gausse. Le cp étant une interruption protégée dans la vie professionnelle qui autorise le retour n’importe quand au me^me poste et au même salaire, il n’y a aucun besoin, mais alors aucun, de former les mères en cp.

    Comme Hélène, le sujet date un peu mais il m’intéresse vraiment.. 😉

    Petite précision, le retour ne se fait pas n’importe quand, sauf quand il y a des dispositions conventionnelles plus favorables par exemple :
    -> Code Trav. Art. L. 1225-51 et Art. L. 1225-52
    Et le retour se fait « à un emploi similaire »…. cela change quand même la donne.
    -> Code Trav. Art. L. 1225-55.- A l’issue du congé parental d’éducation ou de la période de travail à temps partiel ou dans le mois qui suit la demande motivée de reprise de l’activité initiale mentionnée à l’article L. 1225-52, le salarié retrouve son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente.

    Quant à former les mères en CP, je pense que c’est vraiment crucial au contraire. Les entreprises évoluent de plus en plus vite. Il me paraît super important de maintenir l’employabilité des femmes qui décident de s’arrêter temporairement. D’une part, elles doivent pouvoir se réintégrer facilement à la fin du CP (ex : tout le système d’information a changé ou des produits nouveaux sont sortis..), d’autre part, elles doivent pouvoir se maintenir à un niveau de compétences qui leur permet de développer leur carrière. Les futurs managers, les haut potentiels etc.. sont souvent identifiés dans la tranche d’âge durant laquelle les femmes sont en congé mat ou congé parental… Du coup, à moyen terme, les entreprises se privent du potentiel de toute une population.
    Pour la petite histoire, je viens de commencer un congé parental (à temps complet) et je viens de faire une demande de formation à mon employeur, en mobilisant mon DIF… C’est en cours. Mon employeur dit que ce n’est pas possible mais je suis convaincue du contraire. Affaire à suivre.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @rysy, tout à fait d’accord avec les points que tu soulèves

    Répondre

    rysyNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, Merci pour tes encouragements 😉 le sujet m’intéresse. Je me documente pas mal sur le thème de l’entreprise et de la parentalité, en ce moment.

    Sinon, ma demande de DIF pendant mon cp a été acceptée !! Je suis super contente de profiter de cette pause professionnelle pour me former 😛 En temps « normal », ce n’est jamais le bon moment de partir en formation.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @rysy, super pour la formation ! En plus ce sera une bonne occasion de faire quelques trucs sans enfant (là moi je sature des deux miens, graaaaaaaave ! :mrgreen: ).

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Réforme du congé parental ?    |     Suiv. La vitamine D » »