Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Revue de presse    |     Suiv. Encore des nouveautés » »

Attendre…

Par  • Le 4 février 2009 à 7:51 • Catégorie : Faire un bébé, Naissance, News

sheperd Un article publié en novembre 2008 par une équipe de l’UCSF dans Obstetrics and Gynecology, le journal de l’American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG), l’équivalent de notre CNGOF, conclut qu’un peu de patience lorsque le travail lors de l’accouchement ralentit ou s’arrête pourrait éviter un certain nombre de césariennes, pour le bénéfice des mères et sans conséquence négative pour les enfants. L’article constate qu’alors que l’ACOG recommande d’attendre au moins deux heures d’arrêt de progression de la dilatation avant d’envisager la césarienne, en pratique les obstétriciens étatsuniens tendent à dégainer le scalpel plus rapidement. L’étude s’est intéressée pendant 10 ans à 1014 femmes ayant accouché à terme d’un seul enfant (à la fois) vivant, accouchement pendant lequel un arrêt de la phase active (défini comme deux heures ou plus d’arrêt de la dilatation) a été constaté. Il apparaît que sur ces 1014 femmes, environ un tiers ont finalement accouché par voie basse, tandis que les autres ont eu une césarienne. En outre, la comparaison entre les deux groupes de la santé des femmes (hémorragie du post-partum, infections…) et des enfants (score d’Agpar, infections, taux d’admission en néonatologie) montre qu’autant la césarienne entraîne plus de complications pour les femmes, autant la voie basse n’en entraîne pas plus pour les bébés.

Aux Etats-Unis, un tiers des césariennes pour un premier bébé ont pour cause un arrêt du travail. Si les recommandations d’attendre au moins deux heures étaient vérifiées, un tiers d’entre elles (soit donc 1/9 du total, la Poule pondeuse est trop forte en maths) pourraient être évitées, avec des conséquences bénéfiques pour la santé des mères, sans que ce soit au détriment de celle de leurs enfants. On sait aussi qu’avoir une césarienne pour le premier enfant augmente significativement la probabilité d’en avoir une pour le second (même si avoir eu une césarienne à l’accouchement précédent n’est pas en soi une contre-indication formelle à tenter un accouchement vaginal après césarienne, ou AVAC ; ce qui l’est c’est plutôt que la raison de la césarienne se reproduise).

En France, les recommandations pour la pratique clinique (RPC) du CNGOF sur la césarienne indiquent (je cite) :

Au cours du travail (y compris à dilatation complète), la réalisation systématique d’une césarienne après deux heures de stagnation de la dilatation doit être reconsidérée, du fait d’une diminution des césariennes en cas d’expectative prolongée (NP2), sans augmentation significative de la morbidité maternelle. L’analgésie péridurale permet de rendre cette expectative plus tolérable (NP 2).

(NP : niveau de preuve scientifique, de 1 à 5, 1 étant le plus fiable)

Le document datant de 2000 est donc largement antérieur à l’étude (cocorico ?). Reste à savoir quelle est sa probabilité de mise en œuvre dans nos maternités hexagonales, avec probablement un certain nombre de disparités entre services, voire obstétriciens. Apparemment c’était au moins le cas dans la maternité où j’ai accouché puisque j’ai moi-même connu un arrêt du travail de plus de deux heures à 8 cm de dilatation, qui ne m’a finalement pas empêchée de faire naître un poussin en pleine forme par voie basse, même s’il était clair que nous n’étions pas passés loin du bloc opératoire. Bien sûr d’autres éléments sont à prendre en compte, et par exemple il ne serait plus approprié d’attendre en cas de signes de détresse fœtale (dans notre cas un monitoring parfait a certainement joué favorablement).

Enfin je tiens à préciser qu‘il ne s’agit nullement de jeter l’opprobre sur la césarienne, qui sauve régulièrement des vies, et dont nous avons la chance de bénéficier facilement, gratuitement et dans les meilleures conditions de sécurité. Simplement il s’agit d’une opération chirurgicale, avec des risques et  des bénéfices associés qu’il convient donc de peser soigneusement avant d’en prendre la décision, de la même façon qu’on n’imagine pas enlever l’appendice à tout le monde sous prétexte qu’il pourrait un jour nous causer des problèmes et qu’on a une technique sûre pour le faire.

Information trouvée via le blog Unnecesarean.

Photo : à partir de maintenant (bonne résolution pour la deuxième année de blog), toute nouvelle médicale à caractère potentiellement anxiogène sera accompagnée d’une photo médicale relaxante et apaisante.

Tagged as: , , , , , , , , ,


« « Préc. Revue de presse    |     Suiv. Encore des nouveautés » »

22 Commentaires »

  1. Pour ma 2°, j’ai attendu que les embouteillages passent… et j’ai faillit ne pas pouvoir avoir de péridurale ! Aïe !!!

    Répondre

  2. Merci pour cette lecture interessante (encore!). Et la photo, miam, parfaitement bien choisie. :+)

    Essai DivaCup ce soir (ben oui, il faut que je la sterilise d’abord).

    Répondre

  3. moi j’adore ta bonne résolution. et puis j’adore les medecins qui ont pondu cet article. Si. parce que j’ai quand meme un gyneco, qui à 13 sa a reussit à me dire qu’il fallait que je m’attende à une césa car les bébés etaient les 2 en siege hein… à 13 sa!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre

  4. oué bon, son excuse pour une césa n’a rien à voir ici en fait mdrmdr. c’est juste que j’ai une dent contre la césa, la tout de suite mdrmdr

    mais je suis bien d’accord sur le fait que des fois, le corps prend son temps et c’est tout.

    Répondre

  5. Merci pour cet article!
    bon, et pis pour la souffrance foetale comme indication de césa… certes, c’en est une, et une vraie…
    mais entre le moment où la plupart des gynécos brandissent le risque de souffrance foetale et une souffrance avérée… il s’en passe du temps!
    (j’ai personnellement refusé une césarienne pour pseudo souffrance foetale sur utérus cicatriciel, prenant le parti d’attendre un peu… et de ne pas tarder pour la naissance…et je ne pense pas avoir été inconsciente!)

    Répondre

  6. Merci pour cet article très instructif, et trogon le chirurgien !!

    Je suis très mal placé pour en parler car j’ai demandé une césarienne… Ma puce s’était retournée et se présentait en siège, et pour pleins de raisons, je n’ai pas voulu tenté par voie basse. Mais je suis une horrible trouillarde superstitieuse !!! Bon, l’équipe médicale n’a pas insisté, non plus. Je suis bien d’accord que ce n’est pas anodin, qu’il ne faut pas en abuser et qu’il faut parfois accepter la lenteur, que le bébé prenne son temps tranquille et que si il n’y a pas de danger pour le bébé ni pour la maman, pourquoi se précipiter ?
    Biz
    Sophie

    Répondre

  7. @zalapabelle : dans le cas décrit dans le billet, on peut attendre à la maternité avec la péri 😉

    @Strudel : yes ! bon courage !

    @juju : oui je comprends que ça t’énerve (surtout à 13 SA, ils ont encore le temps de faire des pirouettes). Et puis tu peux lui recoller les RPC à ton gynéco :
    Grossesse gémellaire bi-amniotique
    * En cas de présentation céphalique de J1, et quelle que soit la présentation de J2, il n’existe pas d’indication à réaliser une césarienne systématique (NP3).
    * En cas de présentation du siège de J1, les données ne permettent pas de recommander une voie d’accouchement plutôt qu’une autre (NP4).
    * La qualité des études ainsi que leurs résultats contradictoires ne permettent pas de recommander une voie d’accouchement plutôt qu’une autre en cas de prématurité (en général < 32 SA) ou de foetus de faible poids (en général < 1500 g) (NP4). Peut-être est-ce un signal pour chercher un autre gynéco ? 😉 @Fleur : oui la souffrance foetale, et surtout comment la caractériser, c'est une autre histoire ! @sophie : pour le siège il me semble que ça dépend beaucoup du gynéco/de la maternité, et aussi de la présentation précise (siège décomplété ou pas), si c'est un 1er bébé etc. Je ne sais pas non plus si les équipes médicales prennent toujours le temps de vraiment peser les options et de bien exposer les risques. Les RPC ne donnent pas non plus de situation où le siège devrait automatiquement entraîner une césarienne. L'avis de la maman est bien sûr important je pense, mais il doit aussi être éclairé objectivement par l'état des connaissances actuelles.

    Répondre

  8. oh :mrgreen:
    je n’avais rien a dire de passionant la, mais ce defile de petits emoticones au bas de mon ecran m’a emoustille 🙄 😯 😈
    Vive le nouveau site de la poule pondeuse ❗ ❗

    A part ca, pas de cesarienne ici 😀 juste un anesthesiste qui lance au moment de la grosse piqure 🙄 (faut voir la scene, je hurlais a la mort comme dans les films -j’etais a 10 deja 😕 ) « you know a recent study showed that women are happier without kids … » 👿 👿

    Bon promis, je n’utiliserais plus jamais d’emoticones, mais c’etait trop tentant … 😎 😎

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Nath, la punition, c’est que wourdpress se demande si tu n’es pas un spam 😆

    Répondre

  9. ouh la, mais c’est horrible a lire !!

    Mais j’ai une derniere chose a rajouter sur les cesariennes : il me semble que la cesarienne « d’urgence » aux US – a SF- est moins pratiquee que par chez vous, vu que le corps medical -ma gyneco, et les cours d’accouchement quoi – se plait a montrer du doigt l’Europe … Par contre, ce qui est certain, c’est que l’on nous propose la mois precedent l’accouchement de prendre un rdv pour une cesarienne; ma gyneco a du me repeter 3 fois la question, je ne comprenais vraiment pas : « what ? why ? I need to schedule a C section ? baby is in danger ? « ;

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Nath, à SF je ne sais pas, mais le taux de césariennes aux USA est autour de 30% (http://www.usatoday.com/news/health/2008-01-07-csections_N.htm) tandis qu’en France il n’est qu’à 20% (http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/accouchement/07_la-cesarienne.php3). En France à 8 mois tu as une consultation avec l’anesthésiste même si tu ne veux pas la péridurale, en cas de césarienne d’urgence notamment.

    Répondre

  10. Pareil, ici pas de commentaire a faire sur la cesa, je suis passee (enfin Elle est passee) par une voie basse avec une tite peri sur la fin.

    C’etait juste pour dire que j’etais pour les articles medicaux anxiogenes plus souvent, rapport a la photo.. 😀

    Répondre

  11. Juste un point a rajouter quand meme, ici en Gelbique, pas de rdv avec l’anesthesiste avant l’accouchement quand pas de raison particuliere de faire une cesa, juste une prise de sang.

    Voila.

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Charlotte, merci pour cet éclairage international, c’est clair que ça remet en perspective l’utilité de telle ou telle chose quand on voit la diversité d’approches entre les pays !

    Répondre

    FleurNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse, ici, à Barcelone, pas vu d’anesthésiste, ni fait de prise de sang au cours du neuvième mois…
    en contre partie, ils m’ont piquée deux fois pendant l’accouchement (mais c’est sans doute aussi parce que j’étais sous anti-coagulant)

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @Fleur, autant de pratiques que de pays alors… 😉

    Répondre

  12. Bravo pour la photo, ça donne envie de lire l’article 😀
    Mais ce n’est pas le bon Dr Shepperd, l’obstétricien, c’est l’autre… 😉

    Répondre

  13. Tu voudrais vraiment une photo d’Addison ? Il me semble que ce serait moins relaxant…

    Répondre

    la belle bleueNo Gravatar a répondu :

    @La poule pondeuse,
    moi j’aime bien Addison. Mais c’est sûr qu’elle fait un effet moins relaxant…

    Répondre

    La poule pondeuseNo Gravatar a répondu :

    @la belle bleue, en même temps (je ne dis pas ça pour toi), par souci d’équité pour les mères lesbiennes qui pourraient lire ce blog… voire pour les pères…

    Répondre

  14. I might have seen him somewhere. I guess, some series or what?

    Répondre

  15. I read a lot about this doctor, but unfortunately I’m in another state and I can not get an appointment with him. But in general he is an excellent specialist

    Répondre

Leave a Reply


« « Préc. Revue de presse    |     Suiv. Encore des nouveautés » »