Une école différente

 Si on s’intéresse à l’éducation non-violente, on finit fatalement par se poser des questions sur l’endroit où on va tôt ou tard envoyer nos enfants passer leurs journées : l’école. Même si les châtiments corporels sont heureusement bannis, l’ambiance à l’Education nationale n’est pas encore à la gordonisation généralisée. Alors que je commençais à réfléchir aux alternatives, je suis tombée sur ce livre : Montessori, Freinet, Steiner… une école différente pour mon enfant ? par Marie-Laure Viaud (docteur en sciences de l’éducation). Il dresse un panorama plus ou moins exhaustif des pédagogies alternatives, avec une description détaillée de chacune aux différents niveaux (de la maternelle au lycée). Il donne aussi une liste de tous les établissements concernés en France, avec de jolies cartes. Donc en (très) gros (je fais un résumé un peu grossier, j’espère que les gens qui s’y connaissent ne m’en voudront pas trop s’ils passent par là) :

  • Montessori
Basée sur les travaux de Maria Montessori au début du XXème siècle, cette pédagogie repose sur deux grands principes. D’une part, l’enfant passe régulièrement par des périodes sensibles pendant lesquelles il pourra apprendre très facilement. D’autre part, chaque enfant progresse à son propre rythme. Les classes Montessori regroupent donc des élèves d’âge différent et mettent à leur disposition un tas de matériel sophistiqué que l’enfant peut manipuler seul. Cette pédagogie insiste beaucoup sur l’apprentissage par le toucher. L’ambiance générale en est très studieuse et calme. Une grande importance y est accordée à la façon de se tenir, au rangement et à la propreté. Par ailleurs, les enfants y ont une grande autonomie. Toutes ces écoles sont privées hors contrat et il faut compter 4000 à 6000 euros de frais de scolarité par an.
En savoir plus : http://www.montessorienfrance.com, http://www.montessori-france.asso.fr
  • Steiner
Les écoles reposant sur les travaux de Rudolf Steiner sont également appelées écoles Waldorf (car développés pour les enfants du personnel de la fabrique de cigarettes Waldorf-Astoria). Cette pédagogie accorde une grande place à la créativité et à l’expression artistique. Il y a aussi beaucoup de chants, de rondes, et surtout une pratique très régulière de l’eurythmie, qui est une sorte de danse. On y insiste beaucoup sur le rythme des saisons, avec un lien quasiment spirituel avec la nature. Il faut savoir enfin que cette pédagogie est basée sur l’anthroposophie, qui est plus ou moins considérée comme une secte, même si bien sûr cette théorie n’est pas enseignée dans les écoles, qui ne sont pas elles-mêmes des mouvements sectaires. Ce sont des écoles privées hors contrat dont le coût varie de 1500 à 3800 euros l’année.
  • Freinet
Cette pédagogie, basée sur les travaux de Célestin Freinet, est appliquée à la fois dans des écoles entières (peu nombreuses), mais aussi dans certaines classes au sein d’écoles « classiques ». Les principes en sont :
– le travail à partir des intérêts des enfants, en menant des projets pour fonder les apprentissages sur des situations « vraies »
– l’importance accordée aux activités artistiques et d’expression libre
– la pratique de la démocratie à l’école, avec un conseil de classe/d’école mis en oeuvre par les élèves
Ces classes et écoles sont généralement publiques donc gratuites. 

 

Il y a d’autres initiatives présentées, comme la Pédagogie institutionnelle, les Calendretas, la méthode Decroly, etc. J’avoue qu’à l’instar de l’auteur je trouve la pédagogie Freinet la plus séduisante (et pas que pour les sous…), tandis que les écoles Steiner m’attirent moins. Manque de pot, en région parisienne il n’y a que deux maternelles Freinet, une à Bobigny (dans le 9-3) et l’autre à Saint-Ouen-l’Aumône (au fin fond du 95), et je me vois mal déménager juste pour ça (imaginez qu’en plus on finisse affectés à une autre école, parce qu’à mon avis ça doit se bousculer au portillon). 

 

Il est bien sûr extrêmement délicat d’estimer l’efficacité de ces méthodes, d’une part car elles ne concernent finalement qu’un petit nombre d’enfants, et d’autre part car les élèves à qui on les applique ne sont pas forcément représentatifs de la population générale (notamment dans les écoles à 6000 euros par an… ou au contraire dans certains lycées Freinet qui sont destinés aux jeunes en grande difficulté). Cependant, l’auteur présente un certain nombre d’études qui montrent globalement que :
– D’une part les élèves des écoles alternatives n’ont pas de moins bons résultats que les autres (voire en ont des meilleurs), mais qu’en parallèle ils sont beaucoup plus autonomes, avec un meilleur esprit critique et/ou artistique (selon la pédagogie).
– D’autre part, lorsque ces élèves rejoignent le système traditionnel, ils peuvent avoir quelques difficultés de transition mais s’adaptent finalement sans trop de problème.

 

La quatrième de couverture promettait de tout nous dire sur « Comment appliquer le meilleur de ces pédagogies à la maison ? », que je me réjouissais de découvrir. Plutôt décevant, en fait c’est un tableau des pratiques généralement associées au maternage (allaitement long, portage…) et des principes d’éducation non violente (à peu de choses près des sites, auteurs et livres que je connaissais déjà et dont j’ai déjà parlé sur ce blog). Non que ce ne soit pas intéressant, mais je n’ai pas appris grand chose et j’attendais des idées pédagogiques beaucoup plus concrètes (idées d’activités, de jeux, etc). Pour ça je n’aurai plus qu’à me retourner vers le grand internet mondial.

 

Il y a enfin quelques pages sur l’école à la maison, mais si l’aventure vous tente ce n’est pas ce bouquin qu’il vous faut. L’auteur mentionne quelques sites qui peuvent être utiles :
http://www.lesenfantsdabord.org/
http://laia.asso.free.fr/
http://www.cise.fr/

 

En conclusion, nous avons encore le temps, puisque le poussin n’ira normalement à l’école qu’en septembre 2010. Cependant, plutôt que de nous mettre bille en tête sur telle ou telle pédagogie, je pense que nous procèderons plutôt en enquêtant sur les écoles des environs, publiques et privées, pour trouver celle qui nous conviendra le mieux (comme le fait remarquer l’auteur, au-delà de la pédagogie théorique, il y a par exemple la personnalité de l’enseignant qui joue énormément). Il y a d’ailleurs dans le livre une liste de questions à poser pour en savoir plus, tant sur les détails très pratiques (nombre d’enfants par classe, organisation du déjeuner…) que sur les grandes questions (mode de résolution des conflits entre enfants, gestion des problèmes de comportement…). Je garderai aussi les idées de Gordon Neufeld dans un coin de ma tête. 

Tags: , , , , , , , , , ,

55 Responses to “Une école différente”

  1. CDLPSF dit :

    Je connais une maternelle dans le 19e qui ne clame officiellement aucun rattachement aux grands courants que tu cites, mais qui, pour en avoir longuement discuté avec sa directrice et fondatrice, me semble avoir fait du « cherry-picking » et proposer une pédagogie de synthèse. C’est http://www.livingschool.fr/index.htm, c’est laïc et en plus bilingue.

    Plus d’infos (et de commentaires persos) en direct si tu veux… 🙂

  2. Merci pour l’info, ça a l’air très intéressant (même si à l’autre bout de Paris pour moi, snif snif). Avec plaisir pour en reparler !

  3. Princessestrudel dit :

    Quoi, Poule, tu es à Paris? Ca me ferait plaisir de te rencontrer « pour de vrai » à l’occasion.
    Je suis assez partagée sur les méthodes d’enseignement « alternatives ». D’un côté, j’y suis complètement favorable, gardant un souvenir très mitigé (en tant qu’élève) de l’enseignement classique.De l’autre, j’appréhende le côté « idéologique » des méthodes alternatives. Sans doute par préjugé et par manque de connaissance, j’ai tendance à imaginer des enseignants « libertariens », pour qui « il est interdit d’interdire », des hippies sur le retour ennemis de la discipline et plus tournés vers « l’épanouissement personnel » et les « activité artistiques » plus que vers l’apprentissage du francais et des mathématiques…
    Je regarderai à la bibliothèque si je trouve le(s) livre(s) dont tu parles, ca me permettra d’approfondir ma réflexion.

  4. Eh oui, la Poule est parisienne ! Peut-être que j’organiserai un pot de pondeuses dans un café quelque part (probablement le jour où la rotation de la Terre ralentira, nous assurant ainsi les journées de 35 h que nous attendons tous) ? Je pense que pour l’enseignement comme pour l’éducation, renoncer à l’autoritarisme ne veut pas forcément dire sombrer dans la permissivité (et puis se faire des dreads, arrêter de porter des soutifs et fumer des cigarettes qui font rire ;-)). Même si bien sûr ce genre de dérive existe, ça ne doit pas occulter le travail de pédagogues « sérieux ».

  5. Clémys dit :

    Moi j’ai trouvé l’école sympa… Le problème de l’école n’est pas l’institution mais les profs, à mon avis 😉 Un prof génial peut apporter beaucoup quelque soit sa pédagogie, et inversement j’imagine…
    En fait, ce qui me met mal à l’aise avec les écoles à pédagogie alternative (sauf peut-être les écoles publiques Freinet, et encore), c’est le manque de mixité… je pense que tous les parents se ressemblent dans ce type d’établissement, pas tant dans les revenus que dans leur philosophie. C’est bon pour les enfants de voir des parents différents pour qu’ils sachent à quel point ils ont de la chance de nous avoir (surtout les ados) hahaha ! :-))
    Bon je vais déjà choisir une assistante maternelle, avant de réflechir à l’école, et avant tout ça, il me reste à pondre le poussin…
    (Pour une rencontre de poules lectrices parisiennes, j’en suis !)

  6. Bien sûr la personnalité des enseignants joue beaucoup. Et puis la mixité c’est important bien sûr mais il n’y a pas que ça, et pour moi ce ne sera pas le critère n°1.

  7. Blandine dit :

    Pour la mixité: soyons réalistes! qui ira mettre son petit chérubin dans le 93 rien que pour qu’il ait le sens de la différence?! 🙂
    J’ai déjà un poussin dans la machine scolaire et je trouve ce n’est pas tant un problème d’école que d’instituteur/trice. Vous avez beau avoir peaufiné votre choix, finalement toutes les cartes sont dans les mains de cette personne qui s’occupe de vos enfants 4 jours par semaine (quasi plus que vous!). Et au sein d’une même école, la variabilité est très très grande…

  8. Clémys dit :

    C’est pour ça que je parlais de mixité de « philosophie », l’éducation non violente et le maternage ne sont l’apanage d’une catégorie socio-professionnelle. Enfin, j’ai pas l’impression. Si ?

  9. @Blandine : comme me le faisait remarquer Fleur, la mixité c’est dans les 2 sens. S’il y a que des racailles, c’est pas mixte non plus… Plus sérieusement c’est clair que l’instit joue énormément!

    @Clémys: je ne sais pas si tous les parents choisissent les écoles différentes pour le côté « éducation non violente/maternage », comme elles sont souvent bilingues par exemple, ou accordent une grande importance à l’art, ça peut être une autre raison de les choisir. Et sinon cette « philosophie » n’est pas l’apanage d’une catégorie socio-professionnelle, MAIS j’ai l’impression qu’on la retrouve quand même beaucoup chez des « bobos » plus que chez d’autres, même si ça touche tous les milieux. Enfin je suis pas sociologue !

  10. nanne dit :

    une expérience de l’école steiner dans ma famille: quand « l’autonomie des enfants »frôle le laxisme des enseignants…
    Peut être quasi dangereux pour certains enfants …
    les cadres, cela n’est pas si mal parfois …
    maintenant, j’ai une certaine méfiance, alors que j’étais très enthousiasmée par ces écoles « différentes », avant.

  11. Je comprends que tu sois refroidie, même si il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain (hi hi hi). Enfin ça souligne l’importance de ne pas y aller les yeux fermés !

  12. Pour Lapin et Cocotte, nous avons fait le sacrifice financier d’une inscription dans une école Montessori. Lapin avait sérieusement souffert de ses 2 années de maternelle publique, ça l’a même cassé. Cocotte commençait à dépérir. La mixité sociale n’était bien sûr pas très forte, même si tout le monde ne roulait pas sur l’or (à commencer par nous, on s’est plutôt serré la ceinture ces années-là), mais le respect de la différence des enfants étant ce que nous recherchions, nous l’avons trouvé. Se sont côtoyés aussi bien des enfants précoces qu’une enfant trisomique, un autiste Asperger, un enfant déficient visuel, etc.., et aussi des enfants dans la norme. Chacun pouvant apprendre à son rythme. Nous avons écourté la scolarité car nous n’étions plus d’accord avec la façon de faire des enseignantes, qui n’appliquaient pas toujours correctement les préceptes de Maria Montessori. Mais je ne regrette pas ces années qui ont été profitables à toute la famille, les parents ayant fait des rencontres aussi intéressantes que les enfants.
    Pour Poussin, nous nous demandons ce que nous allons faire. En tout cas pas la forcer à aller à l’école à 3 ans, ça c’est sûr. Vais-je réussir à me motiver pour lui faire la classe moi-même ?

  13. Merci pour ton témoignage ! Pour Poussin peut-être que ça se passera mieux à l’école du coin ? Selon sa personnalité aussi, ça peut jouer.

  14. Céline dit :

    Bonsoir à toutes et à tous,
    La scolarité de nos chérubins nous inquiètent, d’une façon ou d’une autre, chacun à notre manière nous leur souhaitons le meilleur.
    Bref, Poule pondeuse, j’interviens simplement pour te rassurer au sujet de la pédagodie Steiner, je la considère la plus entière, intégrale, elle se préocupe et travaille sur l’individualité de chaque enfant et le respecte en tant qu’être humain, bien sûr cést une éducation non-violente, mais attention ne confondons pas non-violence et anarchie, il y a des normes, des règles qu’il faut respecter.La méthode Montessori est semblable sur cet aspect,au point vue de l’enseignement, Montessori l’enfant touche constamment(une seule peception des sens), Steiner l’enfant dessine avec son corps dans l’air, sur le papier à l’aquarelle ou aux crayons à cire d’abeille; ceci au point de vue de l’enseignement de la lecture et écriture des chiffres et des lettres.
    Je pourrai écrire longuement sur ces pédagogies, mes enfants sont allés dans un jardin d’enfants Steiner, à l’heure actuelle nous sommes à la maison pour leur enseignement, je mixe Steiner et Montessori, ça leur va bien, nous ne trouvons pas toujours le matériel de l’une et l’autre méthode pour chaque matière, donc on s’adapte.

  15. @Céline, merci pour ton témoignage ! Je crois que Steiner ne serait pas le mieux quant à MA façon de voir les choses, qui n’est en aucun cas la vérité absolue. Tant mieux si ça convient à d’autres !

  16. La Mère Joie dit :

    Si les directives étaient déjà appliquées, on n’en serait pas là.
    Quoique les directives s’annonçant font un peu peur…

  17. Pour l’école à la maison, un livre qui peut donner plein d’idées :
    http://www.ecolealamaison.org/spip.php
    tiré du blog :
    http://www.lebloghomeschooling.com/
    (publicité gratuite 😉 )

  18. @La Mère Joie, oups…

  19. @la belle bleue, oh alors ça c’est clairement PAS ma vocation mais merci pour les liens qui peuvent en intéresser d’autres !

  20. Olivier dit :

    Bonjour,

    Nous avons notre fille dans une école Steiner depuis 3 ans.
    Je reviens sur la notion de « laxisme », cela me rappelle effectivement un papa qui me disait l’année dernière que « Steiner c’est bon pour le jardin d’enfants mais après c’est hors de question, parcequ’ici on en fait pas des winner, des battants, et que pour le monde de l’entreprise il faut qu’on les remue les enfants sinon je vois pas comment ils pourront intégrer une prepa, une grande école etc. »

    Je comprenais bien ce qu’il voulais dire ayant passé une quinzaine d’année dans l’industrie en tant que cadre… Je lui est répondu que c’est bien pour cela que je suis très content de la pédagogie Steiner et que je souhaites ma file puisse y rester le plus longtemps possible (si nos finances le permettent et si elle le souhaites aussi).

    C’est en effet d’abord une pédagogie encrée sur le respect de l’être humain, donc les enfants, et leur rythme de développement propre qui est forcément différent.
    En gros, c’est l’école qui s’adapte à l’enfant et non l’enfant qui doit s’adapter au système (ou rentrer dans le moule, c’est selon…).
    Je connais un peu la pédagogie Steiner pour en avoir lu des passages (depuis j’aimerai bien pouvoir retourner à l’école !) et un peu moins Montessori ou Freinet, mais dont je pense aussi beaucoup de bien car je les vois assez proches d’une certaine manière.

    Oui, je crois qu’en choisissant une école alternative, c’est vouloir un peu une autre société (enfin pour demain ou après demain, parceque celle là on est dedans pour un moment…).
    Babacool ? Hippy ? Je ne crois pas, mais ce n’est en tout cas pas le souhait d’une société où l’on peut arriver à ressentir le besoin de se jeter par la fenêtre par ce que l’on ne supporte plus le quotidien où l’on passe 8 à 10 heures par jours, le stress, la pression…

    Rudolf Steiner apportait une dimension spirituelle avec sa pédagogie, c’est ce qui a souvent été interpellé comme étant ‘sectaire’ même si les écoles n’ont jamais rien enseigné de religieux…
    Malheureusement pour toutes les écoles alternatives, il ne fait toujours pas bon être différent.
    Je précise néanmoins que contrairement à ce que j’ai lu, des écoles Steiner (certaines) sont bien sous contrat avec l’état, un inspecteur passe comme dans toutes les écoles, etc.
    Je suis néanmoins content de voir qu’on en parle de plus en plus ici et là avec de plus en plus de réflexion et de moins en moins de rejets systématiques. Je crois que ces écoles mériteraient à être plus nombreuses, mais elles se développent quand même tranquillement.
    Enfin… Un seul regret: le prix, c’est effectivement une école privée et contrairement à ce que l’on pourrait penser, nous connaissons beaucoup plus de familles très modestes qui ont leurs enfants dans cette école que de familles aisées. A noter qu’il existe un système de solidarité où l’école peut étudier un prix particulier pour ceux dont les revenus sont les plus faibles (basé sur les salaires ou impôts) ou qui viennent à baisser. On en attendrait pas moins de ce genre d’école.

    Bonnes recherches à toutes et à tous !

  21. @La poule pondeuse, je ne pense pas avoir le tonus nécessaire pour me lancer dans cette aventure non plus, même si je me tâte pour la maternelle…

  22. @Olivier, l’avantage des écoles « différentes », c’est qu’on y trouve des parents « différents », et on peut y faire des rencontres très enrichissantes ! J’ai bien aimé ce que vous avez raconté, ça rejoint ce que je pense moi aussi.

  23. @Olivier, merci pour ce témoignage très complet et enrichissant !

  24. Clemys dit :

    Tiens je retombe sur ce poste et je me demande si d’autres poules ont un avis sur la question d’une école différente… Je pense déjà zapper la 1ere année de maternelle en le mettant dans un jardin d’enfant municipal à côté de chez moi. mais après ?

  25. Béatrice dit :

    @Clemys, Tu veux bien nous dire pourquoi tu veux zapper la Petite Section ? C’est juste une question, parce que tu parles de jardin d’enfant … Nous, les instits de maternelle, nous sommes en pleine « bagarre » parce que nous sentons que nous allons tôt ou tard disparaître … les 3 et 4 ans iraient dans des jardins d’éveils (payants, avec aides de la CAF, personnels n’appartenant pas à l’éducation nationale, ….) et les Grands seraient dans une sorte de « pré CP » (puisque la GS tout en étant dans la maternelle, fait partie du cycle 2). Ce qui ferait autant de postes libérés … Sauf que ….. Alors si tu veux bien faire part de tes raisons, ben ça peut aider à réfléchir (moi, en tout cas). Merci 😉

  26. Clemys dit :

    @Béatrice, ce qui me gêne avec l’école maternelle en petite section, c’est le rythme quand les parents bossent à temps plein : tu déposes ton môme à 8h15, référent maitresse, 10h speed pour sortir en récrée, souvent une autre maitresse, 11h30 speed pour aller à la cantine, autres référents ATSEM, speed pour aller à la sieste, re-récrée, re-école, et après centre de loisir ou baby-sitter… bref, rien qu’avec le programme de la matinée, les petits sont cramés (j’en ai vu de mes yeux 😉 ), alors la journée complète jusqu’à 18h/18h30, ça me semble enorme (et même les enfants en crèche à temps plein, n’ont pas ce rythme). Et l’école gratuite oui, mais la cantine et la baby-sitter ou le centre de loisir… ça coûte combien ? bah non, rien n’est gratuit… et le mercredi ? où qui va mon poussin : on devra payer forcement nounou ou centre de loisir…
    Bref le jardin d’enfant, ça sera un peu plus cher forcement, même si c’est municipal, mais au moins j’aurais pas à baliser à 16h que ma baby-sitter me plante et faire le tour des solutions le mercredi pour faire garder le poussin. J’achèterai ma tranquilité (si j’ai une place hahaha).
    Perso mon rêve c’est évidement des jardins d’enfant gratuit, et la liberté de choix entre ça et l’école, parce qu’il y a toujours 15 000 situations différentes et que plusieurs systèmes peuvent coexiter…
    Et toi alors ? pourquoi es-tu si attachée à sauvegarder la petite section ? qu’est que vous y faites qu’une educatrice spé ne pourrait pas faire ? en plus tu trouves pas ça hallucinant que votre statut vous permettent de prendre jusqu’à 30 petits, alors que pour les autres profession c’est 1 pour 10/15 grand max ???

  27. Ficelle dit :

    @Clemys, c’est vrai que le principe de l’école à 3 ans avec des classes surchargées dans les grandes villes, ça me semble aussi assez violent… (peut-être plus pour la maman que pour l’enfant d’ailleurs) Mais je pense que tout est affaire de personnes (je pense à l’enseignant(e) hein…). Pour ma part, je connais une maman qui a mis son enfant au jardin d’enfants au lieu de la maternelle: 700€ par mois!!!!!! Alors, heu, bon, je vais peut-être plutôt déménager et m’installer dans le bled de Béatrice pour avoir une bonne maîtresse :mrgreen: 😆

  28. Clemys dit :

    @Ficelle, je ne m’étais pas posé la question avant que ma soeur et deux de mes amies, toutes instits en maternelle, ne me disent la même chose : pas d’école à temps plein en petite section. le mieux c’est juste le matin. ah oui, mais on fait comment ? EB va pas aimer 😉
    Je ne suis pas d’accord ça ne dépend pas que de la maitresse, qui justement souvent, ne les a que le matin et un peu en fin d’après midi…

  29. Clemys dit :

    @Ficelle, 700 euros ? ça calme… c’etait un truc privé genre motessori ou un municipal, comme celui que je ziotte ?

  30. Béatrice dit :

    @Clemys, Pour le nombre d’enfants par classe je suis d’accord, et dans toutes les classes (30 en CM2, en 3ème ou en Terminale, ce ne sont pas de bonnes conditions), d’ailleurs ça fait partie de la bagarre (mais évidemment, c’est cher de former des gens à bac + 5, donc faut les rentabiliser …).

    Nous les enseignants, et ben on enseigne. C’est aussi simple que ça. On est formés (en fait on se forme tout seul, faut pas rêver …) à apprendre, à aider à apprendre. Même si c’est sous forme de jeu, il y a un objectif d’apprentissage derrière (avec une progression des apprentissages). J’aimerais croire que chaque enseignant laisse chaque enfant avancer à son rythme, dans ce cadre ….(et je sais qu’on en est loin).

    Ce qui me gêne dans la réforme qui pointe son nez, c’est le côté économique ; remplacer la maternelle par autre chose, c’est libérer du monde pour l’élémentaire ; pas pour réduire le nombre d’enfant par classe, non, juste pour limiter le recrutement … Et comme là maintenant, tous les instits issus du « baby boom » partent à la retraire (et c’est massif), ben ça urge pour le ministère.

    Moi j’adore la Petite Section. Ces enfants qui arrivent sont de gros bébés curieux … et en quelques semaines, ils chantent avec les autres, reconnaissent leur prénom, participent à plein de choses, réclament d’essayer certains jeux. Certains enfants arrivent en PS sans jamais avoir ouvert un album, tenu un crayon, fait de la pâte à modeler … c’est un vrai bonheur de les voir avancer.

    J’ai toujours enseigné dans des classes où il y a les 3 niveaux de maternelle en même temps. C’est beaucoup moins « violent » pour les Petits (même si ça dérange souvent les parents au début), il y a toujours un Grand pour aider un Petit !

    Bon j’arrête mon roman. Mais si je devais un jour enseigner en élémentaire parce qu’il n’y a plus de maternelle ….je crois que je quitterais l’enseignement.

  31. Béatrice dit :

    @Clemys, Perso, j’ai fait comme ça, pas d’école l’aprèm en PS. C’est un choix qui m’a coûté des sous …
    Dans les grandes écoles, c’est vrai que la sieste est surveillée par une Atsem, pas forcément la même que celle de la classe. Mais il faut faire confiance aux enfants aussi, ils comprennent très vite le rôle de chacun.
    Je vais faire un peu de provoc là, mais je suis toujours soufflée quand je vois un gamin qui sait découper seul, se rendre aux toilettes seul et faire plein de trucs de « grand », se retrouver, comme un petit bébé, avec un bib dans la main et une tétine dans la bouche apportée par le parent qui vient le chercher …. 😉

  32. Ficelle dit :

    @Clemys, ma fille est en crèche 4 jours par semaine (5 jusqu’au mois dernier) de 8h30 à 17h… Donc clairement pour moi ce sera école à temps plein avec nounou à la sortie de 16h. Je mets le paquet sur la première année (crèche à mi-temps), mais après, je dois bien gagner ma croûte…
    @Béatrice, c’est aussi agréable pour l’enfant de se retrouver « bébé de sa maman » après avoir fait le grand toute la journée, non? 😉

  33. suzie dit :

    @Clemys, Cette année ma fille est au jardin d’enfants municipal. Le tarif c’est en fonction des revenus des parents et en fonction du nombre de jours. Ex, pour nous, ma fille y va 4 jours/semaine et on paye 300 euros environ (la composition de la famille entre aussi en ligne de compte, donc quand on a un seul enfant ça doit être plus cher). Sinon, moi je trouve ça génial le jardin d’enfants, les enfants y apprennent plein de choses, dont une grande autonomie. En plus, ici, sans être officiellement Montessori, ils y appliquent les principes. Du coup, mes enfants n’ont pas beaucoup aimé la PS (pardon, Béatrice, 😳 ). Ils s’y sont beaucoup ennuyés et c’est vrai que le rythme imposé est super dur…. Donc, comme j’ai jeté l’éponge côté boulo, à la rentrée, ma Poulette ira à l’école, mais que le matin… Je ne la laisse pas au JE à cause du budget, mais aussi parce qu’elle est très demandeuse pour aller à l’école. Elle ne parle que de ça (sans doute à cause de ses frères..).

  34. Béatrice dit :

    @Ficelle, Quand c’est l’enfant qui le demande, oui ….. 😆 et c’était un peu de la provoc :mrgreen:

  35. Clemys dit :

    @Ficelle, je me répète mais je considère que la crèche à temps plein, ce n’est pas le même rythme que l’école à temps plein + garderie de 16h30 à 18h…

  36. Clemys dit :

    @Béatrice, encore une ! et oui encore une instit qui n’a pas mis ses enfants à temps plein en PS… et après, on voudrait me faire croire que c’est un rythme adapté aux petits…
    alors que c’est qui fait de la provoc ? 😉

  37. Ficelle dit :

    @Clemys, associatif je pense… Je n’ai pas de détail, mais il existe à Framboisy une vingtaine de jardins d’enfants (2 à 4/6 ans) dont un « Steiner ». En général plutôt dans les 300€ par mois (sans la cantine).

  38. Béatrice dit :

    @Clemys, J’ai préféré que mes enfants dorment à la maison parce que l’école où j’enseignais à l’époque n’avait pas de salle de repos indépendante. Dans ma toute petite minuscule école, les enfants de PS (et de MS et de GS s’ils en ont besoin) dorment dans une pièce séparée, assombrie, avec l’atsem qui les surveille. S’ils ne veulent pas ou plus dormir, ils rejoignent la classe et choisissent leurs activités. Pour p’tit Mec N°4, la question se posera donc entre son père et moi du choix que nous ferons.
    Le rythme adapté aux petits n’est de toute façon pas celui de leurs parents (je le vois bien avec N°4 qui reste à la maison avec son père, comparé aux grands frères qui allaient chez la nounou) … et là, il n’y a pas grand chose à faire

  39. Clemys dit :

    @Béatrice, tu n’as pas à te justifier ! en plus même si tu le laissais à temps plein ton numéro 4, a priori, tu ne le laisserais peut-être pas tous les jours à la cantine et tu mangerais avec lui, ça fait une bonne pause de collectivité déjà et le soir, tu le prends avec toi à 16h30. Moi quand je dis temps plein, c’est MON temps plein… et reste le problème du mercredi…

  40. Béatrice dit :

    Pour clôturer, provisoirement, de mon côté, je dirais juste que l’école, comme tant d’autres sujets dont nous parlions dans d’autres billets, est un sujet très sensible. Personne n’a la vérité vraie. Chacun doit pouvoir trouver ce qui lui va le mieux (ou le moins mal), en étant informé correctement (et pas par des « on dit »), par des professionnels responsables. Avoir le choix, et que ce choix soit respecté.
    Avoir le choix de défendre une école respectueuse de l’enfant, aussi … et là on est mal barrés.

  41. Clemys dit :

    @suzie, merci pour les précisions. Je voulais le mettre dès la rentrée prochaine, mais il n’aura que 22 mois en septembre, ils ne prennent les enfants qu’au deux ans révolus. à deux mois près… pfff…

  42. Clemys dit :

    @Béatrice, ma soeur, directrice d’école maternelle avec 15 ans d’expérience est une professionnelle responsable, non ? bon ok, j’arrête la provoc :mrgreen:

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, et comme je le disais plus haut, je suis pour le choix ! ça ne devrait même pas être sensible, comme je te le disais, on ne devrait pas avoir à justifier nos choix 😉

  43. suzie dit :

    @Clemys, En même temps, l’école à deux ans, je ne suis pas trop pour… Qu’en penses-tu Béatrice ? Du coup, moi, la Poulette, quand elle va rentrer, aura quasi 3 ans et demi…

  44. suzie dit :

    @Clemys, Euh, au fait, c’est où que tu voulais le mettre à la rentrée, à l’école ou au JE ? Finalement, j’ai répondu mais je ne suis pas sûre d’être tombée dans le mille :mrgreen:

  45. Fleur dit :

    @Béatrice, moi j’ajouterais (après avoir suivi vos échanges, mais mon histoire actuelle avec l’école est un peu délicate, et je ne voudrais pas en faire de généralités) qu’en matière de scolarité, « avant, j’avais des principes, maintenant, j’ai des enfants! ».

    ceci dit, les mettre à temps plein dès la petite section ne m’a jamais posé problème… et à elle non plus manifestement (mais enfants petits dormeurs, à trois ans, il n’y a bien qu’à l’école qu’elles faisaient éventuellement la sieste…).

    J’ai en revanche renoncé à l’école publique, moi, pro-public parmi les pro-public…

  46. Béatrice dit :

    @suzie, Ben ça dépend des gamins. J’ai eu une classe de Tout Petits / Grands, c’était super. Les Tout Petits, c’était des gamins de tout début d’année, qui avaient donc plus ou moins 3 ans en fait (parce que oui, on va – si on veut – à l’école l’année de ses 3 ans, soit 2 ans 9 mois pour P’tit Mec N°1 qui est du 29/12 , mais ça sera 3 ans 9 mois pour P’tit Mec N°4 qui est du 02/01 ….).
    Sinon, j’ai vu arriver un jour une gamine qui avait eu 2 ans fin août … au bout d’une semaine, j’ai dit aux parents que ça n’allait pas, qu’elle était vraiment trop petite … Je vous passe tout ce que j’ai entendu sur mes compétences à faire mon travail 😥

  47. Clemys dit :

    @suzie, tu fatigues là 😆 je dis depuis 50 messages que je veux zapper la 1ere année de maternelle, donc je parlais bien d’inscription au jardin d’enfant… :mrgreen:

  48. suzie dit :

    @Clemys, Oui, c’est bien ce que je me disais. Ca ne paraissait plus très cohérent 🙄 :mrgreen: Et dommage pour le JE alors… 🙁

  49. Clemys dit :

    @suzie, remarque nos conversations auraient pu me faire changer d’avis ! c’est déjà arrivé mais là ca aurait été radical : demander une entrée à la maternelle avant les 2 ans du poussin, et se plaindre que c’est pas possible au lieu d’envisager une entrée en moyenne section :mrgreen:

  50. Clemys dit :

    @Fleur, que trouves tu de plus ou de mieux dans le privé ?