Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants


« « Préc. Question existentielle    |     Suiv. L’allaitement rend-il beau, riche et intelligent ? » »

Bébé dis-moi qui tu es

Par  • Le 14 mars 2008 à 14:10 • Catégorie : Bibliothèque, Education, Grossesse, Tests

grandsenne Aujourd’hui un chouette livre à lire plutôt quand on est enceinte (ou futur papa) : Bébé dis-moi qui tu es de Philippe Grandsenne. En plus il existe en poche donc pas très cher (5,61€ chez les grands libraires online). L’auteur est pédiatre en maternité et en cabinet privé (le même que ma gynéco, incroyaaaaaable non ?). Son credo : les parents n’ont pas la moindre idée de quoi faire avec leur bébé, mais ça n’est pas grave puisque le bébé lui sait très bien ce qu’il lui faut. Il suffit donc d’être attentif à ses signaux et de répondre à ses besoins lorsqu’il le demande. L’auteur se concentre sur la période des cent jours qui suivent la naissance, à l’issue desquels selon lui les enfants se règlent tout seuls, notamment pour la nourriture et le sommeil. Il préconise donc pendant cette période de suivre entièrement le rythme du poussin : nourriture à la demande tant pour les horaires que pour les quantités, pas d’interférence avec le sommeil, et ne pas laisser pleurer l’enfant. Pour ce dernier point notamment, il enfonce bien le clou sur les prétendus caprices et autres manipulations dont seraient coupables les nouveaux-nés. C’est également un ardent défenseur de la parole, dont il explique qu’elle est bien mieux comprise par les poussins que ce qu’on croit généralement. Il insiste aussi sur le fait que la médecine ne doit intervenir qu’en cas de pathologie avérée, et que ce sont les parents qui savent le mieux ce qui est bon pour leurs enfants. Le livre comporte enfin un certain nombre de conseils pratiques (sur la conservation du lait par exemple) et une liste un peu fastidieuse de tous les petits trucs qui peuvent affecter un nouveau-né (acné, ictère, etc).

J’ai bien aimé ce livre car je trouve qu’il aide les parents à prendre confiance en eux (surtout les premiers). C’est un soutien quand on vous dit « mais laisse-le pleurer, tu vas lui donner de mauvaises habitudes », ou même quand l’idée se glisse insidieusement en vous. L’idée d’un seuil à trois mois est séduisante, et beaucoup de parents constatent une transition à ce moment. Malgré tout c’est assez progressif et je dois dire que pour le poussin son calage était plus 3 mois 1/2 – 4 mois. Je dois ajouter que contrairement à ce qu’il dit il y a des bébés qui ne savent pas s’arrêter de téter et mangent trop : la preuve ils vous dégobillent tout dessus trois minutes plus tard.

Finalement une lecture qui fait du bien, et dont on regretterait presque qu’elle ne couvre que trois mois.


« « Préc. Question existentielle    |     Suiv. L’allaitement rend-il beau, riche et intelligent ? » »

Comments are closed.


« « Préc. Question existentielle    |     Suiv. L’allaitement rend-il beau, riche et intelligent ? » »